(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Les Canadiens-Français : origine des familles émigrées de France, dEspagne, de Suisse, etc., pour venir se fixer au Canada, deupis la fondation de Québec jusqua ces derniers temps et signification de leurs noms"

LES CANADIENS-FRANÇAIS 
ORIGINE 

DES FAMILLES 

ÉMIGRÉES DE FRANCE, d'eSPAGNE, DE SUISSE, ETC, 

POUR VENIR SE FIXER AU CANADA, DEPUIS LA 

FONDATION DE QUEBEC JUSQU'À 

CES DERNIERS TEMPS 

ET SIGNIFICATION DE LEURS NOMS 



PAR 



N.-E. DIONNE, LL. D., M. D. 

Professeur d'Archéolog-ie à L'Université Laval 







Québec : 1 Montréal : 

LIBRAIRIE GARNEAU LIBRAIRIE GRANGER 

Rue Buade i Rue Notre-Dame 



Laflamme & Proulx, Imp. Québec 
1914 



1' 



ORIGINE DES FAMILLES 
CANADIENNES-FRANÇAISES 



LES CANADIENS-FRANÇAIS 



ORIGINE 



DES FAMILLES 



EMIGREES DE FRANCE, D ESPAGNE, DE SUISSE, ETC, 

POUR VENIR SE FIXER AU CANADA, DEPUIS LA 

FONDATION DE QUEBEC JUSQU'À 

CES DERNIERS TEMPS 

ET SIGNIFICATION DE LEURS NOMS 



PAR 



N.-E. DIONNE, LL. D., M. D. 

Professeur d'Archéolog-ie à L'Université Laval 




Québec : 

LIBRAIRIE GARNEAU 

Rue Buade 



Montréal : 

LIBRAIRIE GRANGER 

Rue Notre-Dame 



Laflamme & Proulx, Imp. Québec 
1914 



HIST. REF. 



XAQ^^^OO 



/ 



.lo 



L- 



PREFACE 



Le but de cet ouvrage est de faire connaître l'origine des 
noms de famille canadiens-français et partant des familles 
elles-mêmes, et, en second lieu, d'apporter à chacun des noms 
le sens qui lui est propre ou qui s'en rapproche. Plusieurs se 
sont bien souvent demandé de quelle partie de la France ils 
tirent leur origine, du nord, du midi, du centre, de l'est ou de 
l'ouest, sans pouvoir toujours trouver la réponse. D'autres 
auraient aimé de connaître la signification de leurs noms, de 
compréhension souvent difficile, sinon impossible. Que veu- 
lent dire Bolduc, Gariépy, Plamondon et Massicotte? Mys- 
tère, n'est-ce pas, mystère même pour les personnes les plus 
intéressées à le pénétrer. 

L'auteur de cet humble ouvrage a voulu soulever un coin 
du voile qui plane sur ce double sujet, et il doit avouer qu'il 
a mis à cette œuvre tout le travail et toute la bonne volonté 
que le public est en droit d'attendre de ses efforts. Il a puisé 
les noms de familles dans le Dictionnaire Généalogique de 
Mgr Tanguay; il a ajouté à ceux-là, un bon nombre d'autres 
Français émigrés au Canada depuis 1730 jusqu'à ces der- 
nières années. C'est ainsi qu'il a pu en recueillir près de neuf 
mille. Il aurait pu ajouter à sa liste les noms des quelques 
centaines de personnes d'importation récente, mais il les a 
mis de côté, d'abord parceque ceux-là sont moins connus, et 
aussi parce qu'il est difficile de prévoir quel sera le sort de 
cette colonisation tardive, qui pourrait n'apporter à la pro- 
vince de Québec qu'un appoint passager. 



[ viii ] 

I 
HISTORIQUE DES NOMS EN GENERAL 



Le nom remonte à la création du monde. A mesure que la 
population s'est accrue, que les familles se sont multipliées, 
il a fallu, pour se reconnaître, avoir recours à des combinai- 
sons variées, d'où sont sortis le surnom, le prénom et souvent 
le sobriquet. De tout temps, ces noms furent significatifs, 
puisqu'on a dû les puiser dans la langue parlée. Comment 
a-t-il pu arriver que plusieurs d'entre eux défient toute 
explication, toute étymologie et même la véritable racine? 
C'est là un des secrets de notre langue, lors de sa formation. 
Si nous ne pouvons parvenir à le pénétrer, nos ancêtres ne 
doivent pas en être tenus responsables, car on ne peut sup- 
poser qu'ils aient cédé à la fantaisie ou au caprice, quand ils 
ont créé cette série de noms de communes, de villes, de fa- 
milles, qui sont devenus légion. 

L'historique des noms de famille varie quelque peu, si on- 
l'étudié chez les différents peuples de l'Univers. Chez les 
Hébreux, les noms étaient personnels, et ne se transmettaient 
que de père en fils. A leur naissance, les enfants recevaient 
un nom qui n'était en général que l'expression d'une qualité 
du corps ou de l'esprit, ou d'un vœu. Ainsi Caïn veut dire 
possédé; Cham, chaleureux; Isaac, blanc; Noé, libérateur; 
Esaii, actif; Salomon, ami de la paix. Pour distinguer les. 
familles l'on y faisait suivre le nom du père de celui du fils, 
et l'on disait Isaac, fils d'Abraham, David, fils d'Isaïe. 

Après la dispersion des tribus, l'on abandonna la vieille 
coutume de donner aux enfants le nom de leur père. Voilà 
pourquoi l'on ne doit pas être surpris de constater dans 
l'Evangile que Zacharie, ayant voulu donner son nom à l'en- 
fant qui venait de lui arriver, on s'y opposa et cet enfant fut 
nommé Jean. Souvent les Juifs multiplièrent jusqu'à trois, 
le nombre de leurs noms. 



[ ix ] 

Chez les Grecs anciens, le nom du père ne se retrouve point 
chez le fils. Tous les noms y sont significatifs, et souvent ils 
sont au nombre de trois. Ils se transmettaient de l'aïeul 
paternel au petit-fils aîné et de l'oncle au neveu. Pour ne pas 
confondre les individus, on leur attribuait souvent des sobri- 
quets ou faux noms. Des exemples frappants se retracent 
parmi les successeurs d'Alexandre le Grand. Les Antiochus, 
les Ptolémée, les Démétrius sont des noms bien connus dans 
l'histoire. Nous les connaîtrions moins bien s'ils ne portaient 
les surnoms qui leur sont restés. Démétrius Soter (sauveur), 
Démétrius Nicator (vainqueur), Ptolémée Philadelphe (ami 
de ses frères), Ptolémée Philopator (ami de son père), Antio- 
chus Epiphanes (illustre). 

Chez les Romains, on avait des noms, des prénoms et des 
surnoms. Cependant à l'origine ils ne portaient qu'un seul 
nom: Romulus, Remus. Puis ils en prirent deux: Numa 
Pompilius, Servius Tullius. Ce ne fut qu'après la chute de la 
royauté, que l'on adopta à Rome l'usage de trois noms. 
Le premier était ordinairement marqué en abrégé par des 
initiales : A. pour Aulus, C. pour Caius, Sex. pour Sextus. 
En second lieu venait le nom proprement dit, qui finissait 
en lus : Cornélius, Fabius, Tullius. Le surnom se plaçait en 
troisième lieu et indiquait la famille dont on faisait partie: 
Cicero, César. Quelquefois un second surnom servait à rap- 
peler un fait remarquable, un événement heureux, ou une 
marque de l'esprit. Un exemple bien frappant sous ce rap- 
port est celui de Scipion l'Africain qui s'appelait Publius 
Cornélius Scipio Africanus. Cornélius est le nom de la race, 
Scipion est le nom de la famille, et Africanus est le surnom 
destiné à perpétuer le souvenir de la ruine de Carthage. Des 
Romains illustres ont pris jusqu'à cinq noms: Scipion lui- 
même aurait ajouté à ceux déjà cités, celui d'^milianus, 
parcequ'il devait le jour à ^milius Paulus. 

Comme chez les Hébreux et chez les Grecs, les noms et sur- 
noms des Romains étaient significatifs. Encore quelques 
exemples tirés de l'histoire romaine: Galba signifiait cour- 



[ X ] 

taud; Flavius, blondin; Publius, orphelin; Strabo, louche; 
Varus, jambes torses ; Ovidius, possesseur de troupeaux de 
moutons; Hortensius, amateur de jardins; Brutus, inculte; 
Nepos, prodigue; Cicero, pois chiche (Cicéron avait une pe- 
tite verrue sur le nez) ; Scipio, bâton de vieillesse. 

En France, les premiers Francs ne portaient qu'un seul 
nom, qui partageait du caractère tudesque et du Scandinave, 
comme les suivants : Berther, Dagberth, Berthbramm, Wald- 
win, Baldwin, dont on a fait Berthier, Dagobert, Bertrand, 
Gavivin et Baudin. Ce n'est qu'à partir du Xe siècle que les 
seigneurs commencèrent à écrire leur nom de famille, en le 
faisant suivre du nom de leur terre ou fief. On remarque 
qu'au Xle siècle les surnoms deviennent plus fréquents, et 
qu'on ajoute le nom du père à celui du fils : Hervé, fils de Jos- 
selin. C'est à la même époque que les cadets de famille com- 
mencent à suivre l'exemple des seigneurs, en ajoutant à leur 
nom celui de leur terre. Ce fut ensuite le tour de la petite 
noblesse et des propriétaires, qui eurent recours à un procédé 
similaire. C'est alors que l'on voit tous ces gens emprunter 
des noms aux éléments, aux règnes de la nature, aux loca- 
lités, aux professions et métiers, aux habits, aux meubles, 
aux bonnes et aux mauvaises actions. Déjà, à cette époque 
du onzième siècle, l'on retrace les noms des Petit, des Têtu, 
des Leblanc, des Beaufils, des Desnoyers, des Delorme, des 
Delamarre, des Crèvecœur. 

Le nom de baptême ne tarda guère à suivre. Cependant il 
serait téméraire d'affirmer qu'il y en eût beaucoup avant le 
douzième siècle. D'après Mezeray, les noms ne devinrent 
héréditaires que sous le règne de Philippe-Auguste. Citons- 
le : " Les noms héréditaires furent encore longtemps incon- 
nus dans les campagnes, et les registres de l'état civil, véri- 
tables archives de nos familles, ne furent ouverts que dans 
le XVe siècle. En 1406, un synode prescrivit aux curés la 
tenue des registres de baptême, et plus tard, vers 1464, on 
leur enjoignit de constater les mariages et les décès à dater 
du mois d'août 1539, époque à laquelle la tenue des registres 



[ xi ] 

de l'état civil fut prescrite par l'ordonnance de Villers-Cot- 
trets. Alors, mais alors seulement, les naissances, les ma- 
riages, et les décès devaient être enregistrés : chacun en nais- 
sant reçut le nom de son père, et porta ce nom tracé sur sa 
tombe. " 

Pour éviter toute confusion, les Etats généraux de 1614 
exigèrent que tous les gentilshommes signeraient dans les 
actes leurs noms de famille et non ceux de leurs seigneuries. 
En 1790, une loi ordonna aux Français d'abandonner les 
noms empruntés de possessions vraies ou fausses pour re- 
prendre leurs noms de famille. ]\Iais cette loi ne put être 
mise en pratique, parce qu'elle était de nature à bouleverser 
toutes les transactions civiles. 

Les premiers registres de l'état civil, dans la NouA^elle- 
France, en 1615, furent consumés au cours de l'incendie 
désastreux du 14 juin 1640, qui détruisit l'église paroissiale 
de Québec. Depuis lors, les registres ont été régulièrement 
conservés. On suivit le système préconisé en France à partir 
de 1539, et depuis 1640, rien n'a été changé, avec cette seule 
différence qu'à Québec, au lieu de tenir trois cahiers diffé- 
rents, naissances, mariages et sépultures, on n 'en emploie plus 
qu'un seul où naissances, mariages et sépultures sont consi- 
gnés pêle-mêle, mais chronologiquement toujours. 

II 
ORIGINE DES NOMS DE FAMILLE 



Le nom de famille, c'est nous-mêmes. Nous le reconnaissons 
partout où il se rencontre. Qu'il soit écrit ou prononcé, nous 
avons tôt fait de comprendre qu'il est question de nous, ou de 
nos amis, ou de toute personne connue. C'est donc une chose 
qui nous est chère, puisqu'elle est de nature à réveiller en 
nous des souvenirs souvent agréables, surtout lorsqu'il est 
question de sa propre famille. Ce nom, on tient à le conserver 



[ xii ] 

intact, et même à lui donner une importance qu'il a ou qu'il 
n'a pas, mais qu'il peut obtenir au moyen d 'œuvres ou d'ac- 
tions célèbres. 

Mais d'où viennent ces noms? Comment et par qui ont-ils 
été créés? Plusieurs, sans doute, interrogés sur ce sujet, 
pourraient nous répondre qu'ils savent très bien d'oiï vien- 
nent leurs ancêtres, et surtout dans quelle partie de la France 
ceux-ci demeuraient lorsqu'ils ont dit adieu à leur patrie 
pour venir s'établir au Canada. D'autres cependant ne pour- 
raient en dire autant, faute d'être aussi bien renseignés. 
Dans les deux cas, il est assez loisible de croire que si les 
derniers sont complètement ignorants de leur origine, les 
premiers n'en sont guère plus instruits. Tous les deux ne 
sont pas allés à l'origine même de leur famille, et la science 
des uns, qui ne dépasse pas l'époque de l'arrivée au Canada 
de leurs ancêtres, ne vaut guère mieux que l'ignorance des 
autres. 

Pourquoi cette anomalie ? me dira-t-on. La réponse est 
bien simple: c'est que les uns, les savants, n'ont pu aller au- 
delà du Dictionnaire Généalogique de Mgr Tanguay ou d'une 
tradition qui ne remonte pas très très loin dans le passé. Mgr 
Tanguay dit bien que telle famille, émigrée de France, par- 
tait de tel endroit, mais il s'en tient là. L'auteur, du reste, ne 
pouvait être mieux renseigné que nos archives provinciales, et 
il devait se contenter des minces renseignements qu'elles lui 
apportaient. Un Tel vient se marier à la paroisse de N.-D. de 
Québec. Le curé lui demande son nom, ses prénoms et le nom 
de la localité où il séjournait en France, lorsqu'il en partit. 
Jusqu'à présent tout est parfait. Mais ce Tel qui arrive 
de Saint-Malo ou de La Rochelle, avait une famille, il avait 
eu un aïeul, un bisaïeul, un trisaïeul, etc., etc. Est-ce que 
cette famille avait toujours résidé à La Rochelle ou à Saint- 
Malo? C'est possible, mais le contraire l'est aussi, car il a dû 
se produire en France comme partout ailleurs des mouve- 
ments de population qui ont séparé les familles les unes des 
autres, à mesure qu'elles grandissaient, tout en leur conser- 
vant l'intégrité du nom. 



[ xiii ] 

Le même fait s'est produit au Canada. Une famille, fraî- 
chement ai^L-rivée de France, va s'installer dans une de nos 
paroisses. Là elle fait souche, puis elle voit ses membres se 
disperser de côté et d'autre, jusqu'à ce que finalement, pres- 
que toutes nos campagnes retentissent du nom de cette fa- 
mille. Prenons pour exemple la famille des Gagnon, dont les 
trois chefs allèrent se fixer au Château-Richer. Que sont deve- 
nus tous les membres des cette famille aujourd'hui si popu- 
leuse? Regardez autour de vous, vous en trouverez dans tous 
les comtés de la Province de Québec. Quoi qu'il en soit, le 
Château-Richer est bien l'endroit d'où la famille Gagnon 
tire son origine au Canada. Il serait absolument absurde de 
vouloir lui en indiquer un autre. 

En France le même phénomène a dû se produire, mais là 
il nous est loisible de remonter jusqu'au premier chef de fa- 
mille, c'est-à-dire, assez haut dans le cours des âges, au dou- 
zième, au onzième siècle et même au dixième. Inutile de se le 
dissimuler: pour obtenir l'origine siire de chacune de nos 
familles importées de France, il nous faut mettre de côté 
l'époque des premières colonisations du Canada. Les re- 
gistres de nos paroisses les plus anciennes établissent que 
nos ancêtres sont venus de Saint-Malo, de Saint-Brieuc, de 
Bayonne ou de Bordeaux, mais, en supposant même le cas 
que ces personnes, chefs de famille ou non, fussent fixés à 
l'époque de leur départ de France dans les lieux inscrits aux 
registres, suit-il de là que leurs ancêtres aient toujours de- 
meuré dans ces mêmes endroits? Vouloir donc retracer les 
origines de nos familles canadiennes françaises par le procédé 
généralement suivi jusqu'à présent, c'est s'exposer à un 
grave mécompte. Je n'irai pas cependant jusqu'à dire qu'il 
est défectueux dans tous les cas qui se présentent. Nous 
avons des familles dont les origines se trouvent réparties 
dans des localités françaises qui se chiffrent par deux, quatre, 
cinq et même davantage, et dont le nom est partout indiqué. 
Alors le Dictionnaire Généalogique pourrait être utilisé avec 
quelque avantage, et on pourrait s'en rapporter à ce qu'il dit. 



[ xiv ] 

Impossible de pouvoir discerner entre toutes ces communes 
portant le même nom, laquelle doit être préférée. 

M. Suite a publié en 1910, dans les Mémoires de la Société 
Royale, une étude sur les Bretons venus au Canada de 1639 à 
1779, c'est-à-dire durant tout le régime français et un peu 
au-delà. D'après lui, il en serait venu 392 qui, à peu d'ex- 
ceptions près, se sont mariés ici. Son travail est basé sur le 
Dictionnaire de Mgr Tanguay, souvent incomplet quant aux 
origines des nouveaux venus. M. Suite ne manque pas de 
signaler cette lacune, et il n'est pas loin de croire que si 
elle était comblée, au lieu de 392 Bretons, nous en aurions eu 
550. 

M. Suite a dressé une liste de ces émigrants, année par 
année, venus de Dol, de Saint-Malo, de Saint-Brieuc, de 
Saint-Pol-de-Léon, de Quimper, de Vannes, de Rennes et de 
Cornouailles. Je n'ai pas pris la peine de faire le relevé de 
chaque nom, me contentant de signaler les gens de Saint- 
Malo, de Nantes, de Dol et de Rennes. D'après ses statis- 
tiques, Saint-Malo aurait fourni au Canada environ quinze 
personnes. Rennes, 15, Nantes, 17 et Dol, 25. Ce qui forme un 
total de 72 émigrés pour ces villes de la Bretagne. Or, 
d'après mon système, qui s'écarte absolument de celui de 
M. Suite, je ne puis retracer que 16 Bretons. Les autres sont 
gens venus de Normandie, du Dauphiné, de la Guyenne, du 
Berry, de Bourgogne, de Saintonge, de la Haute-Savoie, de 
la Bresse, de la Gascogne, du Poitou, de la Champagne. Pour 
être plus explicite, je vais donner les lieux d'origine des pré- 
tendus Bretons venus de Dol. Je n'en retrace que quatre, 
au lieu de vingt-cinq. Ce sont Pomeret, Carré, Pierre et Jean 
Renaud. Maillet et Etienne sont de Picardie; Launay et Ber- 
thelot sont de Normandie ; Hameury et Biais sont de la Sain- 
tonge ; Briant, Sénéchal, Adam et Flaux sont de la Bour- 
gogne; Rondeau et Grenier sont de l'Auvergne; Faveron 
est de Gascogne; Durocher vient du Maine; Bêlé vient de 
Guienne, et Lavallée, de Lorraine. 

Comment ai-je pu arriver à un pareil résultat? Ce n'est 



[ XV J 

toujours pas en tenant compte des données que nous apporte 
le Dictionnaire Généalogique, données insuiïîsantes, parce 
qu'elles ne nous permettent pas de dépasser le XVIIe siècle. 
C'est bien plutôt en remontant jusqu'à la commune, d'où nos 
noms, tous nos noms sont tirés. Je n'avais pas d'autre moyen 
à ma disposition, et je m'en suis servi, comme bien d'autres 
du reste qui connaissent le lieu d'origine de leurs familles 
par le nom de la commune qui porte leur nom ou un nom à 
peu près identique. Quand il y a divergence, on peut arriver 
à une conclusion assez juste, en suivant certaines règles qne 
j 'ai dû suivre moi-même et que j 'exposerai bientôt. 

Tous nos noms de famille sont d'importation européenne, 
de France surtout, mais aussi d'Espagne, de Belgique, d'Ita- 
lie, de Suisse et d'Allemagne. Nous les avons écrits de tout 
temps, c'est-à-dire depuis trois siècles, de la même manière, 
tantôt bien, tantôt mal, mais toujours de façon à les rendre 
compréhensibles. Ces noms se tirent en général des noms de 
villes, communes, bourgs, hameaux, châtellenies, baronnies, 
comtés, vicomtes et seigneuries. C'est assez dire que le nom 
de lieux a précédé celui du nom de famille. La preuve se 
trouve dans le fait que les noms de lieux sont souvent in- 
compréhensibles, tandis que les noms de famille le sont assez 
rarement, grâce à l'étymologie, qui dans les cas difficiles, 
devient un aide très précieux. Plus on remonte dans le loin- 
tain des âges, plus le mot, et cela se comprend, a des allures 
barbares. La langue française a subi bien des vicissitudes, 
pour se débarrasser de ses origines multiples. On sait qu'elle 
a été formée du gaulois ou celtique, du grec, du latin, du 
tudesque et du roman. 

Le gaulois ou celte était la langue primitive des Gaulois, 
peuple inculte, qui ne connaissait ni écriture, ni littérature 
populaire. Après la conquête romaine, les Gaulois se virent 
forcés de parler le latin qui alors était la langue officielle de 
l'Eglise et de l'Etat. Mais le peuple ne voulut pas se sou- 
mettre à cette injonction et il continua de parler le celtique, 
qui finit par aller se perdre dans la Basse-Bretagne et en Ir- 



[ xvi ] 

lande. C'est du celtique que viennent beaucoup de noms de 
communes de France. Il est resté quelques rapports entre lui 
et le français moderne. Ainsi certains radicaux sont com- 
muns aux deux langues, comme gog, dans goguette, dean 
(forêt) qui se trouve dans Ardennes, et ber, dans berceau. 
Il y a au moins cent mots français qu'on peut rattacher au 
celtique, comme amarre, bac, bec, botte, clan, dune, havre, 
etc. 

Sous Charlemagne c'est la langue allemande qui est parlée 
en France, mais après lui la lutte se fait entre le latin et le 
français d'où est sortie une langue mi-latine mi-tudesque, 
appelée romane. C'est la langue des troubadours Le latin, 
toutefois, conserva plus d'empire que le celtique. C'est alors 
que les noms de famille commencent de se former, mais non 
sans subir par la suite de profondes altérations. On pourra 
se faire une idée des modifications qu'ils eurent à subir par 
l'exemple suivant. Trévoux dit que le mot Etienne a été 
écrit d'abord Stéphan (de Stephanus) Stevan, Estevan, Ete- 
van, Etivan, Etian Etiane, Etiène et enfin Etienne. 

L'on retrouve dans les auteurs du Xlle siècle des mots 
français qui sont en tous points semblables à certains de nos 
noms de famille. Ainsi le mot bestourné se trouve en toutes 
lettres dans le Roman du Renard et dans le Roman de la 
Rose. ; I 

Pour parfaire une étymologie complète des noms qui tirent 
leur origine du celtique, il faudrait une connaissance assez 
approfondie de cette langue, et puis du bas-breton, de l'ir- 
landais et de l'écossais, qui sont des rameaux détachés de la 
langue primitive. Or, comme je n'ai aucun dictionnaire cel- 
tique à ma disposition, j'ai dû me contenter de recueillir ça 
et là les étymologies requises. Et même avec un meilleur 
outillage, il m'eût encore été bien difficile d'obtenir beaucoup 
plus de données étymologiques, vu que les personnes qui ont 
créé les noms propres de communes, étaient peu lettrées, et 
ne s'occupaient guère des règles de la grammaire. 

Beaucoup de noms se tirent de la basse latinité, c 'est-à-dire 



[ xvii ] 

d'un latin populaire, parlé plutôt par le bas-peuple ou par 
le militaire. D'où il résulte qu'il est bien difficile pour un 
seul homme, quelque bonne volonté qu'il y apporte, de 
retracer dans chaque cas épineux une étymologie sûre, indis- 
cutable. 

Beaucoup de noms de communes sont donc absolument 
incompréhensibles. Ils défient même tout travail étymolo- 
gique. Comment pourrait-on aujourd'hui comprendre des 
noms comme Thurageau, Pusignan, Marjevols, Puydarrieux? 
Cependant ces noms ont un air de famille assez français 
pour qu'on ne puisse pas les confondre avec d'autres tirés 
soit d'Espagne, soit d'Italie ou d'Allemagne. Etaient-ils 
français lors de la formation de ces communes? Je l'ignore. 
C'est à l'aide de ces noms que nos ancêtres ont désigné leur 
famille en essayant, et souvent avec succès, de les façonner 
de manière à les rendre mieux compréhensibles. C'est ainsi 
que ces vieux noms démodés, vieillis, et sortis probablement 
du langage usuel, ont été remplacés par d'autres à l'allure 
plus moderne. Et finalement, communes et famille se sont res- 
semblées au point de n'apporter plus que peu de différence. 
Mais avant que de parvenir à ce dernier résultat, les anciens 
noms de famille sortis des communes plus anciennes encore, 
nous ont été transmis avec leurs défectuosités apparentes et 
leur bizarrerie grammaticale, bien que les créateurs de ces 
noms aient dii faire un grand effort pour donner une tour- 
nure française à des noms qui semblent aujourd'hui ne 
l'avoir jamais eue. Cet effort cependant, je le repète, n'a pas 
été laissé au caprice. Il a fallu avoir recours à certains pro- 
cédés, suivre des règles sinon absolues, du moins générales, 
et que nous allons sommairement exposer. [Ici l'auteur 
doit faire remarquer que dans ce travail, il ne marche 
sur les brisées de personne. Aucun livre, aucun manuel 
du genre ne lui est parvenu. Même ignore-t-il s'il en existe. 
Conséquemment 11 n'apporte que le faible résultat de ses 
études à travers ce dédale de noms plus ou moins baroques 
sortis du vieux français et des langues dont il est sorti lui- 
même] . 



[ xviii ] 

Etablissons tout d'abord que les noms de famille, d'une 
manière générale, ont été créés plutôt d'après la terminaison 
des noms de lieux dont on a voulu conserver la désinence. 
Ainsi les noms de communes qui finissent par an, en, ein, on, 
un, et, é, ey, i, y, o, au, aut, ot, aux, os, doivent retrouver 
dans les noms de famille qui leur correspondent une conson- 
nance à peu près semblable, quels que soient les changements 
ou altérations que l'on ait pu faire au corps du mot. Ainsi 
Baillargeon tire son origine de Barjon, commune. Pourquoi 
a-t-on ajouté la syllabe lar? Parceque Barjon n'étant pas 
un mot français du temps, on a voulu le franciser en se ser- 
vant du mot baillarge. Il ne restait plus qu'à former la dési- 
nence en lui conservant la syllabe geon ou jon. 

C'est par un procédé identique que l'on a formé le mot 
Berlinguette. Ce nom vient de la commune de Berguette. 
Comme Berguette ne comporte aucun sens appréciable, on 
lui a incorporé la syllabe lin, et on a fait Berlinguette, qui 
comporte une signification. 

Le nom de Galipeau a été créé de cette façon. On était en 
présence de la ville de Gap. Gapeau n'étant pas français, on 
y a ajouté la syllabe lip pour former Galipeau, mot français. 

Les noms de communes qui finissent par a, as, at, ac, ont 
vu changer ces terminaisons en ard, art, or, ort. Ainsi Ché- 
nard, Rivard, Chouinard, Fafard et Rouillard, viennent res- 
pectivement de Chenas, de Rivas, de Chonas, d'Afa et de 
Rouillac. 

Les noms de communes qui ont pour désinence les lettres 
i et y, ont dû voir transformer ces lettres en ier, comme 
Tessier de Tessy, Lussier, de Lussy, Saucier, de Saucy, Car- 
rier, de Carri. 

Les noms de communes terminés par e, es, ou par une con- 
sonne, prennent pour désinence au, aud, eau, os, ot. Rentrent 
dans cette catégorie un grand nombre de nos noms. Gau- 
vreau, de Gavre, Boissinot, de Bessines, Minaud, de Mine, 
Boissonneau, de Busson, Chauveau, de Sauve, Drapeau, de 
Drap. 

Plusieurs noms de commune qui se terminent par le mot 



[ xix ] 

ville, se sont vus enlever leur dernière syllabe pour mettre à 
sa place tout simplement la lettre t. Ainsi Audet vient d'Au- 
deville, Blanchet, de Blancheville, Hébert, d'Héberville, 
Ouellet, d'Oëlleville, Rolet, de Rolleville. 

Quelquefois, et toujours avec l'idée préconçue de fabriquer 
un nom de famille mieux intelligible, on a dû altérer la pre- 
mière lettre du nom de lieu. Cet usage fut assez fréquent, 
puisqu'on le rencontre dans beaucoup de nos noms. C'est 
ainsi qu'on a remplacé le c initial par un g, l'm par n, le ch 
par s, le p par b et vice-versa. Ainsi de Prondines on a fait 
Grondines, de Tranger on a fait Granger, de Trefïord on a 
fait Greffard, et combien d'autres ? 

D'autrefois on a placé une lettre initiale au nom de lieu 
pour donner meilleure contenance au nom de famille. C'est 
ainsi qu'on a fait le nom de Faribault, qui vient d'Auribeau, 
Ratté, d'Athée, Pause, d'Auzée. Quelquefois même on a sup- 
primé la première lettre; ainsi Auclair vient de Vauclerc. 

Encore on a remplacé la syllabe initiale par une autre quel- 
que peu dissemblable. De Bobital, on a fait Robitaille, de 
Glamondans on a fait Plamondon. 

Mais toutes ces altérations de syllabes dans les noms de 
communes ne comportent pas une règle générale. Les excep- 
tions sont très nombreuses; cependant elles ne nous empê- 
chent pas de conclure qu'il y a une affinité indéniable, une 
parenté indissoluble entre les noms de communes et ceux de 
familles. 

On serait peut-être tenté de croire que certains noms tirés 
d'une province tout entière, comme les Tourangeau, les 
Danjou, les Potvin, les Picard, viennent nécessairement de 
Touraine, de l'Anjou, du Poitou et de Picardie. Il n'en va 
pas toujours ainsi. Ainsi les Tourangeau viennent du Poitou, 
les Danjou, de la Franche-Comté, les Potvin, de Normandie, 
les Bretons du Bourbonnais, les Gascons, du Nivernais, etc. 
Les mots Tourangeau, Potvin, Saintonge, Picard, etc, ne sont 
en réalité que la forme française de la commune qui l'était 
moins. Ainsi Tourangeau vient de Thurageau, Danjou vient 
de Dampjoux, Breton vient de Brethon. 



[ XX ] 

Il est des séries de noms qui semblent tous dériver de près 
d'un mot particulier, très français lui-même. On a accom- 
modé ce mot aux besoins du moment pour en faire sortir 
des noms de famille. Ainsi le mot casse a servi à la création 
des Cassard, des Casaubon, des Casavant, des Caseneuve, des 
Cassegrain, des Cassista, des Casson. Quelques-uns de ces 
noms peuvent avoir une signification propre à eux, mais pour 
les autres, il faut nécessairement s'en rapporter au mot casse 
dont ils sont en partie formés. 

Il y en va de même du mot Robi accolé à Robitaille, Robi- 
doux, Robichaud. C'est toujours le mot robi qui prédomine, 
avec l'intention d'apporter au nom un sens tiré du mot robi, 
qui veut dire rubis. 

III 
ORTHOGRAPHIE DES NOMS 



Est-ce que nous écrivons correctement nos noms? Voilà 
une question qui demande une réponse. Elle est, du reste, 
assez facile. 

Quant à l'orthographie, prise d'une manière générale, nos 
noms de famille sont presque toujours bien écrits, quoiqu'il 
soit notoire que plusieurs d'entre nous semblent s'évertuer à 
«n modifier les désinences, soit en les allongeant, soit en les 
raccourcissant. Qu'on écrive Duquet ou Duquette, Morisset 
•ou Morissette, cela nous importe peu. Cependant on doit 
écrire Duquet ou plutôt Du Quet, en deux mots. Il en va de 
même d'un bon nombre de noms commençant par D. Pour 
être juste, disons que les familles dont les noms suivent 
pouraient employer la particule, sans que personne ne puisse 
trouver à redire. Ainsi Dorion, Doris, Daveluy, Dauteuil, 
Dastou, Daoust, Dorval, Deschêne, Déziel, David, Dubé, 
Damour, seraient parfaitement justifiables d'écrire leurs 
noms comme suit: D'Oris, D'Aveluy, D'Auteuil, D'Eziel, 



[ xxi ] 

D'Avid, D'Eschêne, D'Astou, D'Aoust, D'Orval, JD'Ubé, 
D'Amour, parce que leurs noms indiquent l'endroit de l'ori- 
gine de chacun d'eux. 

Nous pourrions en dire autant, et pour la même raison, des 
noms de famille qui commencent par De. Ainsi Decaze, De- 
lâge, Deblois, Decarie, Delisle, Decarreau, Dechêne, Decour- 
cy, Degagné, Degordy, Deguire, Déguise, Dehaye, pour- 
raient, sans s'exposer à des remarques injustes, signer De 
Blois, De Caze, De Lage, De Carie, De Chêne, De Courcy, De 
Gordy, De Guire, De Guise, De Haye, De l'Isle. 

Pour la même raison, les noms qui commencent par Des 
pourraient s'écrire en deux mots: Des Carreaux, Des Jar- 
dins, Des Plats, Des Trois-Maisons, Des Biens, Des Barats, 
Des Coteaux, Des Fossés, Des Loges, Des Patis, Des Noyers, 
Des Rivières, Des Roussels, Des Ruisseaux, De Sannes, etc. 

Ce qui vient d'être dit de la particule de s'applique aussi 
bien aux noms qui commencent par le, la les. Ces noms pour- 
raient s'écrire en deux ou trois mots, et personne ne pourrait 
y trouver à redire. L'usage du reste en est déjà assez répandu. 
Nous en citerons quelques exemples tirés des noms les plus 
connus: Labarre, Labissionnière, Labrèche, Labrière, La- 
certe, Lachance, Lachapelle, Lachaîne, Lacoursière, Lafon- 
taine, Laframboise, Lafranee, Lagacé, Lajeunesse, Lalime, 
Lamonde, Lamoureux, Lapolice, Laprise, Laquerre, Laro- 
chelle, Larivière, Larocque, Laroque, Larue, Laserte, Latour, 
Lareau, Lavallée, Laventure, Lavigne, Lavigueur, Lavio- 
lette, Lebel, Ledroit, Legendre, Lefaivre, Lefebvre, Legrand, 
Legris, Lelièvre, Lemay, Lemire, Lemoine, Lenoir, Lepage, 
Lépine, Lespérance, Lesueur, Letartre, Le Tellier, Letendre, 
Levasseur, Lévêque. 

Un certain nombre de noms commençant par de le, de la 
et du pourraient s'écrire en deux ou trois mots. Ainsi nous 
pourrions écrire De la Chevrotière, De la Grave ou De La- 
grave, De la Bruère, De la Marre, Du Beau, Du Breuil, Du 
Bue, Du Cas, Du Chesneau, Du Chesny, Du Gros, Du Fort, 



[ xxii ] 

Du Gai, Du Gas, Du Guay, Du Haut, Du Lac, Du Mais, Du 
Mas, Du Mesnil, Du Mont, Du Mouchel, Du Moutier, Du Pas, 
Du Péré, Du Plain, Du Plessis, Du Pont, Du Prat, Du Puis, 
Du Rocher, Du Sablon, D'Usseau, Du Fil, Du Tremblay, Du 
Val, Du Vernay, Du Vert. 

Quelques noms d'origine étrangère et devenus canadiens, 
ont été forcément omis, faute de renseignements. C'est ainsi 
qu'il n'est pas question des familles Glackemeyer, Prender- 
gast, Bruchési, Blumhart, Donati, de Kastner, Pettigrew, 
Dombroski,, Blagdon, Daly, Barnard, Burroughs, Croft. 
Plusieurs noms canadiens ont dû être aussi mis de côté 
pour la même raison. Ceux-là ne nous en voudront pas pour 
cela. Il en reste assez d'autres pour contenter bien des gens. 
Parmi toutes ces familles il en est qui sont disparues de 
la scène du monde. Cependant il y en a encore beaucoup 
plus qu'on ne le pense à première vue. J'en découvre tous 
les jours que je croyais éteintes à tout jamais. Dans chaque 
paroisse un peu ancienne, nous rencontrons deux ou trois 
familles dont les noms nous surprennent toujours par leur 
rareté, et je pourrais en citer ainsi à la douzaine générale- 
ment peu connus ou même inconnus. Ainsi quels sont ceux 
qui connaissent les Cassista, les Macarty, les Bellonne, les 
Romine, les Chignol, les Frank, et même les Janvier ? Et bien, 
ces familles ont existé ou existent encore dans le comté de 
Kamouraska. Il est donc prudent de ne pas déclarer la dispa- 
rition de telle ou telle famille, parce qu'on n'en a jamais 
entendu parler ni même leur nom mentionner. 

IV 

SIGNIFICATION DES NOMS 



Tous nos noms ont un sens propre. Leur choix en ayant été 
déterminé par la vue des objets usuels, par des idées fami- 
lières ou abstraites, on ne doit pas être surpris de rencontrer 
une foule de noms connus et faciles à comprendre. Mais il 



[ xxiii ] 

en est d'antres, dont l'emploi, tombé en désuétude, ne nous 
dit rien quand on les prend dans leur ensemble. C'est 
alors que l'étymologie peut être de quelque secours, procédé 
qui n'est pas toujours facile. Parmi ces noms il en est de 
très beaux, qui sonnent très haut et dont doivent être fiers 
ceux qui les portent. Y en a-t-il de plus suggestifs que ceux 
de Roi, Prince, Duc, Marquis, Baron, Baronet, Lord, Cardi- 
nal, Larchevêque, Lévêque? D'autres, plus modestes en appa- 
rence, sont aussi faciles à comprendre qu'à signer: Tran- 
quille, Vaillant, Têtu, Soupiran, Sourin, Sansfaçon, Richard. 
11 en est de très curieux et qui semblent être disparus sans 
laisser de profonds regrets : Gaudriole, Passepartout, Poil- 
blanc, Prétaboire, Récompense. 

Nous avons dressé une liste des noms les plus significatifs, 
en les rangeant par groupes, suivant leur provenance. 

Noms tirés de l'Ancien Testament: — Abel, Adam, Abra- 
ham, David, Jacob, Samson, Salomon, Benjamin, Siméon, 
Ezéchiel, Jérémie, Judith, Daniel, Zacharie, Jérôme, Zaché. 

Noms tirés de l'Eglise, de la religion, et de la théologie: — 

Labbé, Cardinal, Mathieu, Paradis, Pèlerin, Prieur, Robin, 
Rochette, Ledieu, Lacroix, Noël, Jourdain, Bourdon, Chré- 
tien, Chapais, Leclerc, Desautels, Lemoine. 

Noms tirés de la géographie: — Danjou, Beauvais, Labrie, 
Davignon, Langevin, Langlais, Normand, Malouin, Manseau, 
Picard, Potvin, Provençal, Romain, Sarrasin, Valois, Lyon- 
nais, Lombard, Aragon. 

Noms tirés des titres, dignités, condition : — Labbé, Lan- 
gelier, Langevin, Bailly, Baron, Baronet, Bédard, Bourgeois, 
Bouthillier, Cardinal, Christin, Chrétien, Chevalier, Leclerc, 
Auclerc, Comte, Lecomte^ Dauphin, Ledieu, Doyer, Lami- 
rault, Larchevêque, Lécuyer, Lesieur, Major, Maréchal, Mar- 
quis, Lemoine, Noblet, Lepage, Page, Papin, Pèlerin, Pré- 
vost, Provost, Prieur, Primault, Prince, Prudhomme, Robi- 
neau, Roy, Sénéchal, Voyer. 



[ xxiv ] 

Noms tirés de l'atmosphère, du temps, des métaux: — Aube, 
Aubert, Brouillet, Caillouet, Doré, Fontaine, Geley, Liver- 
nois, Riverin, Verreau, Verret. 

Noms tirés de la parenté : — Laîné, Bisson, Cousin, Cousi- 
neau, Cousinet, Bonenfant, Garceau, Legendre, Gendron, 
Jouvin, Beaufils, Marion, Marier, Mariton, Parant, Poupart, 
Duvemay, Viel. 

Noms tirés de la fable et de l'histoire: — Mars, Dionne^ 
Alexandre, Caron, Balthazar, Néron, Adam, Bellone, David, 
Dueas, Salomon, Samson, Mercure. 

Noms tirés du corps de l'homme et des animaux: — Gar- 
reau, Gigaut, Lavoix, Poitrineau. 

Noms tirés des couleurs : — Leblanc, Blanchard, Blanchet, 
Leblond, Blondeau, Blondel, Blondin, Lebrun, Bruneau, Bru- 
nelle, Brunet, Grenet, Grenon, Legris, Lenoir, Noirot, Larose, 
Leroux, Roussel, Derousselle, Rousseau, Roussin, Levert, 
Duvert. 

Noms tirés du règne animal : — Baudet, Baudin, Bisson, 
Bizeau, Lebœuf, Cheval, Chevrette, Chevreuil, Cochon, Por- 
cher, Dagneau, Lelièvre, Léonard, Lionnais, Poulin, Vacher, 
Daigle, Cailhat, Caillouette, Lecoq, Colin, Corbin, Leduc, 
Ducas, Létoumeau, Flamant, Huart, Hupé, Loysel, Marti- 
neau, Rossignol, Pigeon, Duverdier, Lauriot, Barbeau, Dau- 
phin, Grondin, Poisson, Bourdon, Cousin, Mouchel, Meunier, 
Chabot, Lamouche, Lasnier, Porcher, Hazé, Vachon, Vacher. 

Noms tirés du règne végétal: — Desaulniers, Boulay, La- 
branche, Chêne, Duchesne, Duchesnay, Chenard, Lachesnaye, 
Duchesnois, Cornière, Delorme, Desormeaux, Ducharme, Flo- 
rian, Fleury, Lafleur, Fugère, Dufresne, Groseiller, Laurier, 
Deslauriers, Lépine, Lépinay, Marcotte, Desnoyers, Olivier, 
Paillette, Pailleur, Lapalme, Pépin, Plante, Laplante, Poi- 
rier, Racine, Larose, Desrosiers, Souchet, Lavigne, Lavio- 
lette. 



[ XXV ] 

Noms tirés des mois, des jours et des saisons: — Janvier, 
Février, Mars, April, Mai, Juin, Juillet, Août, Macarty, 
Jeudi, Printemps, Hiver. 

Noms tirés du lieu de naissance: — Lallemant, Langevin, 
Bédouin, Breton, Bourgoin, Bourguignon, Chartrain, Fla- 
mand, Lefrançois, Gascon, Génois, Germain, Langlais, Lan- 
glois. Lombard, Lorrain, Malouin, Manceau, Normand, Nor- 
mandin, Picard, Potvin, Provençal, Romain, Sarrasin, Va- 
lois, Vandal. 

Noms tirés de divers patois : — Aube, Bousquet, Campagna, 
Carrette, Claveau, Fournel, Gouge, Hamel, Martel, Mitron, 
Mole, Périer, Perrier, Tellier. 

Noms tirés de l'anglais: — Apert, Auger, Bacon, Baronet, 
Belley, Bell, Borne, Bray, Chevalier, Daly, Dragon, Gallant, 
Geley, Grave, Hardy, Joly, Major, Mallet, Maréchal, Mar- 
quis, Parrot, Pilote, Provost, Savoie. 

Noms tirés des bâtiments, matériaux, dépendances: — 

Case, Cazeau, Decaze, Castel, Lachapelle, Châteauvert, De- 
parrois. Desautels, Forget, Desforges, Dufort, Fortier, For- 
tin, Granger, Grenier, Labadie, Lacour, Lamarche, Dufour, 
Fournel, Dufournel, Fourneau, Maisonneuve, Desmazures, 
Dumoulin, Perron, Dviperron, Lapierre, Perrin, Perrault, 
Perrier, Dupont, Laporte, Lasalle, Latour, Vanier. 

Noms tirés de l'alimentation: — Aveline, Barbeau, Bois- 
sonneau, Boucher, Bouillon, Brochet, Casse, Cochon, Lecoq, 
Farcy, Fricot. Gigault, Lelièvre, Painchaud, Pigeon, Poiré, 
Poisson, Saucier, Lebœuf, Geley. 

Noms tirés des métiers et professions : — Barbier, Berge- 
ron. Boucher, Boulanger, Brassard, Brasset, Carmel, Carrier, 
Carrière, Cartier, Charbonneau, Charpentier, Charron, Ca- 
ron, Chartier, Chevrier, Couturier, Escudier, Fabre, Favreau, 
Lefebvre, Lefaivre, Fortier, Forget, Fournier, Lasnier, Lar- 



[ xxvi ] 

cher, Lepailleur, Magnan, Masson, Marchand, Maréchal, Ma- 
rin, Marinet, Mercier, Métivier, Métayer, Meunier, Panet, 
Tellier, Tessier, Letourneur, Vacher, Vannier. 

Noms tirés des machines, outils, ustensiles : — Baquet, La- 
barre, Barre, Binet, Boisseau, Bouchard, Bougie, Boulet, 
Dubroc, Labrosse, Brossard, Charrier, Charette, Chenet, Cla- 
veau, Clouet, Collard, Corbeil, Crépeau, Cuvelier, Cuvillier, 
Desautels, Desforges, Forget, Fourneau, Fournelle, Godet, 
Godin, Gouge, Guillemet, Hochu, Mallard, Mallet, Langlumé, 
Marquette, Dumoulin, Faquin, Paquet, Desplats, Quintal, 
Rabeau, Ringuet, Robin, Robinet, Robineau, Rondeau, Sau- 
cier, Latouche, Touchette, Truchon, Verreau, Verret. 

Noms de baptême devenus noms propres : — Alain, Albert, 
Aubert, Alexandre, Amiot, Auger, Annet, Armand, Arnaud, 
Aubin, Barbeau, Benoît, Bernard, Berthelot, Colas, Collet, 
Constantin, David, Lefrançois, Gauthier, Gilbert, Grégoire, 
Guérin, Guillot, Guy, Henry, Isabelle, Jacques, Jacot, Jean, 
Jeannotte, Joubert, Jobin, Laurent, Léger, Léonard, Mar- 
cou, Marion, Marin, Martin, Martineau, Mathieu, Morisset, 
Michel, Michon, Michaud, Nicole, Noël, Olivier, Pacaud, 
Patry, Paulet, Philippe, Perron, Raymond, Robert, Rolland, 
Richard, Romain, Samson, Servais, Simon, Simoneau, Syl- 
vestre, Thribault, Thibaudeau, Thomassin, Vidal. 

N. B. — Le lecteur voudra bien tenir compte des correc- 
tions et additions insérées en appendice. 



LES ANCIENNES GRANDES PROVINCES DE FRANCE 
ET LEURS SUBDIVISIONS. 

A6EN0IS. — Forme la majeure partie du dép. de Lot-et- 
Garonne. Capitale : Agen. 

ALSACE. — Formait les dép. du Haut et du Bas-Rhin. La 
Haute-Alsace avait pour capitale Colmar, la Basse-Al- 
sace, Strasbourg, et Sundgaw, Belfort. 

AMIENOIS. — Compris dans le dép. de la Somme. Capitale : 
Amiens. 

ANGOUMOIS. — Forme avec la Saintonge IMéridionale, le 
dép. de la Charente. Capitale : Angoulème. 

ANJOU. — Forme le dép. de Maine-et-Loire, l'arrondissement 
de Château-Gonthier du dép. de la Mayenne, celui de la 
Flèche, du dép. de la Sarthe, et partie de l'arr. de Chi- 
non du dép. d'Indre-et-Loire. Capitale : Angers. Le 
Haut-Anjou avait pour capitale Anger, et le Bas-Anjou, 
Saumur. 

ARGONNE. — Petit pays compris entre la Marne, l'Aisne et 
la Meuse. Sainte-Menehould en était la capitale. 

ARMAGNAC. — Forme le dép. du Gers. Capitale: Auch. H 
y avait le Haut et le Bas-Armagnac. 

ARTOIS. — Forme le dép. du Pas-de-Calais, à l'exception de 
l'arr. de Boulogne et d'une partie de celui de Montreuil. 
Capitale : Arras. 

AUNIS. — Forme aujourd'hui la partie nord-ouest du dép. de 
la Charente-Inférieure. Capitale : La Rochelle. 

AUVERGNE. — Comprend les dép .du Cantal et du Puy-de- 
Dôme, et l'arrondissement de Brioude du dép. de la 
Haute-Loire. Il y avait la Haute et la Basse-Auvergne. 
La Haute comprenait le dép. du Cantal, capitale Auril- 
lac, et la Basse, le dép. de Puy-de-Dôme, chef-lieu : 
Clermont-Ferrand. 

AUXERROIS. — Petit pays compris dans le dép. de l'Yonne, 



[ xxviii ] 

et forme la majeure partie de l'arr. d'Auxerre. Capitale: 
Auxerre. 

AUXOIS. — Pays de Bourgogne. Capitale : Semur. 

BASSI6NY. — Formait la plus grande partie du dép. de la 
Haute-Marne. Capitale : Chaumont. 

BAZÂDOIS. — Forme partie du dép. de la Gironde. Capi- 
tale : Bazas. 

BEARN. — -Forme aujourd'hui le dép. des Basses-Pyrénées 
à l'exception de l'arr. de Bayonne, et d'une partie de 
celui de Mauléon. Capitale: Pau. 

BEAX7CE. — Forme la majeure partie du dép. d'Eure-et- 
Loir et de Loir-et-Cher. Capitale: Chartres. La Beauce 
renfermait le pays Chartrain, la Haute et la Basse- 
Beauce. 

BEAUJOLAIS. — Formait la partie septentrionale du dép. 
du Rhin, et une partie de l'arr. de Roanne, du dép. de la 
Loire. 

BEAUVOISIS. — Fait partie du dép. de l'Oise, et forme la 
majeure partie de l'arr. de Beauvais. Capitale : Beauvais. 

BERRI. — Forme les dép. de l'Indre et du Cher, à l'excep- 
tion de l'arr. de Saint- Amand qui appartient au Bour- 
bonnais. H y avait le Berri Occidental et le Berri Orien- 
tal. 

BIGORRE. — Forme la presque totalité du dép. des Hautes- 
Pyrénées. Capitale: Tarbes. 

BLAISOIS. — Forme la majeure partie du dép. de Loir-et- 
Cher. Capitale: Blois. 

BOULONNAIS. — Forme l'arr. de Boulogne, dans le dép. du 
Pas-de-Calais. Capitale: Boulogne. 

BOURBONNAIS. — Forme le dép. de l'Allier et l'arr. de 
Saint-Amand, dép. du Cher. Capitale: Moulins. 

BOURGOGNE. — Forme les dép. de l'Ain, de la Côte-d'Or, 
de Saône-et-Loire, et une partie de l'Yonne. Capitale: 
Dijon. Il y avait la Haute et la Basse-Bourgogne. Cette 
.dernière était formée de l'Auxerrois et du Sénonnois. 

BRESSE. — Pays qui forme la majeure partie du dép. de 
l'Ain. Capitale: Bourg. 



[ xxix ] 

BRETAGNE. — Forme à présent les dép. d'Ille-et-Vilaine, 
des Côtes-du-Nord, du Finistère, du Morbihan et de la 
Loire-Inférieure. 

BUGEY. — Fait partie maintenant du dép. de l'Ain, et 
forme les arr. de Belley et de Nantua. Capitale : Belley. 

CÂMBRESIS. — Forme la majeure partie de l'arr. de Cam- 
brai, dép. du Nord. Capitale: Cambrai. 

CHÂLOSSE. — Fait partie du dép. des Landes. Capitale: 
Saint-Sever. 

CHAMPAGNE.— Forme les dép. des Ardennes, de la Marne, 
de l'Aube, de la Haute-Marne, et partie de ceux de 
l'Aisne, de Seine-et-Marne, de l'Yonne, de la Côte-d'Or, 
de la Haute-Saône, des Vosges et de la Meuse. Capitale : 
Troyes. 

CHAROLLAIS. — Fait partie du dép. de Saône-et-Loire. 
Capitale: Charolles. 

COMBRAILLE. — Fait partie du dép. de la Creuse. Capi- 
tale : Evaux. 

COMINGES. — Fait partie du dép. de la Haute-Garonne. 
Capitale : Saint-Bertrand. 

COMTAT-VENAISSIN.— Forme une partie du dép. de Vau- 
eluse. 

CONDOMOIS. — Fait partie des dép. du Gers et de Lot-et- 
Garonne. Capitale: Condom. 

COUSERANS. — Fait partie du dép. de l'Ariège. Capitale: 
Saint-Lizier. 

DAUPHINÉ. — Forme les dép. de la Drôme, des Hautes- 
Alpes et de l'Isère. Capitale: Grenoble. 

DOMBES. — Fait partie du dép. du Doubs. Capitale : Tré- 
voux. 

FLANDRE.— Forme aujourd'hui le dép. du Nord. Capitale: 
Lille. 

FOREZ. — Forme le dép. de la Loire, à l'exception d'une 
partie de l'arr. de Roanne. Capitale: Montbrison. 

FRANCHE-COMTÉ.— Comprend les dép. du Jura, du Doubs, 
de la Haute-Saône. Capitale : Besançon. 



[ XXX ] 

GASCOGNE. — Forme à présent les dép. de la Haute-Ga- 
ronne, du Gers et des Hautes-Pyrénées, et partie du dép. 
des Landes et des Basses-Pyrénées. 

Dans la Gascogne, il y avait huit petits pays: les 
Landes, le Pays Basque, Chalosse, le Condomois, le Haut 
et Bas-Armagnac, le Bigorre, le pays de Cominges, et 
Couserans. 

GATINAIS. — Forme partie des dép. de Seine-et-Marne et 
du Loiret. On le divisait en Gâtinais français, avec Me- 
lun pour capitale, et le Gâtinais propre. Capitale : Mon- 
targis. 

GUIENNE. — La plus considérable des ci-devant provinces 
de France. Elle forme aujourd'hui les dép. de la Gi- 
ronde, de la Dordogne, du Lot, de l'Aveyron, de Lot-et- 
Garonne, du Tarn, des Landes, du Gers, et des Hautes- 
Pyrénées, ainsi qu'une partie des dép. de Tarn-et-Ga- 
ronne, de l'Ariège et des Basses-Pyrénées. Capitale : 
Bordeaux. 

La Guienne comprenait plusieurs subdivisions : la 
Guienne proprement dite, capitale: Bordeaux, la Gas- 
cogne, le Rouergue, le Quercy, le Périgord, l'Agenois. 

HUREPOIS. — Fait partie du dép. de Seine-et-Oise. Capi- 
tale: Dourdan. 

ISLE-DE-FRANCE. — Forme les dép. de la Seine, de Seine- 
et-Oise, de l'Oise, et partie de ceux de Seine-et-Marne, 
de l'Aisne et d'Eure-et-Loir. Capitale: Paris. L'Isle-de- 
France comprenait le Parisis formé du pays de Hure- 
poix, du Mantais, et de la plaine de Saint-Denis. 

LAONAIS. —  Fait partie du dép. de l'Aisne, en Picardie. 
Capitale : Laon. 

LANGUEDOC— Forme les dép. du Tarn, de l'Hérault, de la 
Lozère, de l'Ardèche et du Gard, et les arr. de Toulouse 
et de Villefranche (Haut-Garonne), l'arr. de Castel-Sar- 
rasin (Tarn-et-Garonne, les arr. du Puy et d'Yssin- 
geaux (Haute-Loire). Le Haut-Languedoc avait pour 
capitale Toulouse, et le Bas-Languedoc, Montpellier, et 
les Cévennes, Alais. 



[ xxxi ] 

LORRAINE. — Comprend les dép. des Vosges, de la Meiirtlie, 
de la Moselle et de la Meuse. 

LOUDUNOIS. — Forme partie du dép. de la Vienne. Capi- 
tale : Loudun. 

LYONNAIS. — Forme aujourd'hui les dép. du Rhône et de 
la Loire. Capitale : Lyon. 

MAINE. — Forme aujourd'hui le dép. de la Sarthe, à l'ex- 
ception de l'arr. de La Flèche, les arr. de Laval et de 
Mayenne, l'arr. de Mortagne, du dép. de l'Orne, et de 
partie des arr. de Dreux et de Nogent-le-Rotrou, du 
dép. d'Eure-et-Loir. Le Maine se divisait en Haut-Maine, 
capitale Mayenne, en Bas-Maine, capitale le Mans, et 
Perche. 

MANTAIS. — Fait partie du dép. de Seine-et-Oise. Capitale : 
Mantes. 

MARCHE. — Forme le dép. de la Creuse, et partie des arr. 
de Limoges et de Bellac, dans la Haute-Vienne. 

MESSIN. — Le pays Messin formait la plus grande partie 
du dép. de la Moselle, et partie de ceux de la Meuse et de 
la Meurthe. 

NAVARRE. — Fait partie du dép. des Basses-Pyrénées et 
forme la presque totalité de l'arr. de Bayonne. 

NIVERNAIS. — Forme le dép. de la Nièvre, à l'exception 
d'une partie de l'arr. de Château-Chinon et de quelques 
cantons de l'arrondissement de Cosne. 

NORMANDIE. — Forme maintenant les dép. de la Seine- 
Inférieure, de l'Eure, du Calvados, de la Manche, et 
l'Orne à l'exception de l'arr. de Mortagne. Il y avait la 
Haute et la Basse-Normandie. La Haute comprenait le 
Vexin, divisé en Vexin-Français et Vexin-Normand, le 
Roumois, le pays d'Ouche, le pays de Caux, le pays de 
Bray, Neubourg et Lieuvain. 

NOYONNAIS. — Fait partie du dép. de l'Oise, en Picardie. 
Capitale : Noyon. 

ORLEANAIS. — Forme les dép. de Loir-et-Cher et du Loi- 
ret, l'arr. de Châteaudun et partie de celui de Chartres 



[ xxxii ] 

(Eure-et-Loir) et partie de l'arr. de Cosne (Nièvre). 
Capitale: Blois. 

L 'Orléanais était subdivisé comme suit : la Beauee, 
capitale: Chartres, le Gâtinais, le Blaisois, et l'Orléanais 
propre, capitale: Orléans. 

PAYS BASQUE. — Fait partie du dép. des Basses-Pyrénées, 
et forme l'ar. de Bayonne, et partie de celui de Mauléon. 
Capitale : Bayonne. 

PAYS CHARTRAIN.— Dans la Beauee, dép. d'Eure-et-Loir. 
Capitale : Chartres. 

PAYS DE BRAY. — Compris dans le dép. de la Seine-Infé- 
rieure, où il forme l'arr. de Neufchâtel. 

PAYS DE CAUX. — Forme la plus grande partie du dép. de 
la Seine-Inférieure. Capitale: Caudebec. 

PERCHE. — Compris dans les dép. de la Sarthe, de l'Orne, 
d 'Eure-et-Loir et de Loir-et-Cher. Capitale : Mortagne. 

PERIGORD. — Forme la totalité du dép. de la Dordogne. 
Capitale: Périgueux. 

PICARDIE. — Forme maintenant le dép. de la Somme, 
ainsi que les arrondissements de St-Quentin et de Ver- 
vins (Aisne) et de ceux de Boulogne et de Montreuil 
(Pas-de-Calais,) La Picardie comprenait l'Amienois, le 
Beauvoisis, le Calaisis, capitale: Calais, le Laonais, le 
Noyonnais, Ponthieu, capitale: Abbeville, Santerre, ca- 
pitale : Péronne, le Soissonnais, capitale : Soissons, Thié- 
rache, capitale: Guise, Valois, le Tardenois (Aisne) le 
Vermandois, capitale : St-Quentin, et le pays de Vi- 
meux, capitale: St-Valéry, le Bourbonnais, dans le Pas- 
de-Calais. 

POITOU. — Forme les dép. de la Vienne, des Deux-Sèvres et 
de la Vendée. Le Haut-Poitou avait Poitiers pour capi- 
tale, et le Bas-Poitou, Fontenay. 

PROVENCE. — Forme maintenant les dép. des Bouches-du- 
Rhône, du Var, des Basses-Alpes, et une partie de celui 
de Vaucluse. 

QUERCY. — ^Forme le dép. du Lot, et partie de celui de Tarn- 
et-Garonne. Capitale: Cahors. 



[ xxxiii ] 

ROUERGUE. — Forme le dép. de l'Aveyron. Capitale: Ro- 
dez. 

ROUSSILLON. — Forme le dép. des Pyrénées-Orientales, à 
l'exception d'une petite partie des arr. de Perpignan et 
de Prades. 

SAINTONGE. — Forme la majeure partie des dép. de la Cha- 
rente-Inférieure et de la Charente. 

SENONNOIS. — Forme partie de la province de Bourgogne. 

SOISSONNAIS. — Fait partie du dép. de l'Aisne. Capitale: 
Soissons. 

TOURAINE. — Forme le dép. d'Indre-et-Loire, et une par- 
tie de celui de la Vienne. Capitale : Tours. 

XJZEGE. — Comprend le dép. du Gard. Capitale: Uzès. 

VIVARAIS. — Forme le dép. de l'Ardèche, et partie de 
celui de la Haute-Loire. Dépendait du Languedoc. 



I 



NOMS DE FAMILLE 

CANADIENS-FRANÇAIS 



^^ 



T» 






ABEL. — D'Habel, seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour de Keraly. Le nom d'Abel est un souvenir du se- 
cond fils d'Adam, qui fut tué par son frère Caïn. Il y a 
eu des Abel, comme il y a eu dés Adam, des Abraham 
et des Daniel. Abel veut dire pleureur et non pas afflic- 
tion, qui se traduit en hébreu par Ebel. En bas-breton 
Abel veut dire pomme, et en gallois, discorde, perte, 
débat. 

ABELIN. — D'Abeilhan, commune du dép. de l'Hérault, arr 
de Béziers. Diminutif d'Abel, comme on a fait Marcellin 
de Marcel, et agnelin d'agnel ou d'agneau. Dérive du 
verbe abelir, plaire, charmer. 

ABIRON. — D'Aviron, commune du dép. de l'Eure, arr. 
d'Evreux. Abiron semble venir de cet Israélite qui fut 
englouti avec Dathan pour s'être révolté contre Moïse. 

ABRAHAM, ABRAN. — De Sabran, commune du dép. du 
Gard, arr. d'Uzès. Abraham veut dire père d'une grande 



[ 2 ] 

multitude. On ne pourrait pas en dire autant du premier 
Abraham canadien, dont la famille n'a pas été nom- 
breuse. 

ABRIÂS. — D 'Arboras, commune du dép. de l'Hérault, arr. 
de Lodève. Dérive d'abrier, couvrir, protéger. 

ACHAPT. — D 'Apchat, commune du Puy-de-Dôme, canton 
d'Ardes. Achapt signifie achat, rachat. 

ACHARD. — D'Aclières, seigneurie du Berry, établie en 
1450 pour le bénéfice de De Mornay. Autre seigneurie 
dans le Gâtinais, devenue baronnie en 1626. Achard 
dérive de ache, charpente, ou d'acharir, voiturer. En 
argot achard signifiait acharnement. 

ACHIN, ACHIM.— D'Achain, village du dép. de la Meurthe 
en Lorraine. Semble dériver du breton hakein, qui veut 
dire bredouiller. 

AGHOIE. — D'Achiet, com. du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 
Vient d'achoison, ou occasion heureuse ou malheureuse. 
Du latin occasio. 

ACOULON. — D 'Accolans, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Baume-les-Dames. Vient d'acouler, couler, affluer. 

ADAM. — D'Adam-les-Passavant, com. du dép. du Doubs, 
arr. de Baume-les-Dames. Adam, nom hébreu, qui vient 
d'adama, terre, et .signifie homme en général. Il existe 
une sorte de hibou appelé adam. 

ADDE. — D'Agde, commune du dép. du Hérault, arr. de 
Béziers. Vient du latin addere, ajouter. 

ADHEMAR. — De Montélimar, ville du dép. de la Drôme, 
au confluent du Roubion et du Jabron qui se jettent dans 
le Rhône à une demie lieue de là. Montélimar se dit en 
latin Ademari mons, d'où Adhémar. 

ADNEY. — D'Arney, commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Bagnères. En botanique l'adné est une chose 
attachée à une autre de manière à faire croire qu'elle 
fait corps avec elle. 

ADRAIN. — D'Andrein, commune des Basses-Pyrénées, arr. 



[ 3 ] 

d'Ortliez. Vient d 'adrès, adras, dédommagement, moyen, 
minute. 

ADRESNY. — D'Ardenay, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mans. Vient d 'aderrenier, retarder. 

ADRIERS. — Commune du dép. de la Vienne, arr. de Mont- 
morillon. Vient d'adererer, reculer. 

ADVERSY, AVERSY. — D 'Aressy, commune des Basses- 
Pyrénées, arr. de Pau. Du mot adversion, adversité, tri- 
bulation. 

AGATHE. — D'Agathe ou Agde, commune du dép. de l'Hé- 
rault, arr. de Béziers. Agathe, pierre précieuse de di- 
verses couleurs, terme de marine, nom de femme. 

AGÏLLE. — Village du département de Loir-et-Cher, dans 
le Maine. AgUle veut dire léger, dispos. Nom propre 
d 'homme. 

AGNEL. — D'Agnielles, dans le dép. des Hautes-Alpes, arr. 
de Gap. Agnel est le nom d'une ancienne monnaie d'or 
que fit frapper saint Louis, roi de France, sur laquelle 
était représenté un agneau. Signifie encore fourrure 
d'agneau. Dérive d'agnus, agneau. 

AGNES. — D'Agnez, commune du dép. du Pas-de-Calais, 
arr. d'Arras. Dérive du latin agnus, agneau. 

AGUERRE. — D'Aillères, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Foix. Vient du verbe aguerrir ou du vieux mot 
guerrer, qui se disait pour garer, ou encore d'aguer, 
déguiser, rendre perçant. L'a préfixe veut dire en 
dehors. 

AHIER. — D 'Ailly, commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. Vient de a et de hier, s'égosiller, battre à 
coups redoublés. 

AIDE-CREQUI. — Créqui, commune du dép. du Pas-de- 
Calais, arr. de Montreuil. Est-ce un souvenir de Fran- 
çois de Créqui, maréchal de France en 1669 ? Aide, dans 
l'art militaire, se dit de certains officiers, comme l'aide- 
de-camp, l'aide-major. L'aide-de-eamp aidait le maré- 
chal dans la distribution des divers quartiers d'un cam- 
pement. 



[ 4 ] 

AIGNAN. — Petite ville dans le Bas-Armagnac, près de la 
source du Midon. Il en existe plusieurs autres du même 
nom, dans la Loire-Inférieure, dans le Gers, dans la 
Sarthe, dans le Morbihan. Dérive'' d'aigne, bête à laine. 

AIGREMONT. — Communes des dép. du Gard, de la Haute- 
Marne, de l'Yonne et de Seine-et-Oise. Dérive d'aigre, 
ardent, impétueux. 

AIGRON. — D 'Airon, commune du dép. du Pas-de-Calais, 
arr. de Montreuil. Aigron est le nom du héron. 

AIGUEBELLE. — Commune du dép. de la Savoie, arr. de 
St-Jean de Maurienne. Ce mot est formé de algue, eau 
et de belle, ou belle eau. 

AIGUILLON. — Ville de la Guienne, dép. de l'Ariège, au 
confluent du Lot et de la Garonne. Il y a aussi Aiguillon- 
sur-mer, en Vendée, arr. de Fontenay, canton de Luçon. 
Aiguillon signifie piquant. 

AILLY. — Ailly-le-Haut-Clocher, seigneurie de Picardie, qui 
date de 1556, avec Beauvarlet comme tenant. Aillie 
voulait dire sauce à l'ail ou encore aigreur, querelle. 

AIME. — D'Aimé, en Savoie, arr. de Moutiers. Nom propre 
qui vient du latin amatus, aimé. 

AINE. — Commune dans le comté de Bigorre, diocèse de 
Tarbes, parlement de Toulouse. Aine, est le premier né 
du mariage. 

AINEAU, AISNEAU. — D'Aisne ou Vézine, village du dép. 
de l'Ain, dans la Bresse, canton de Bagé-le-Châtel. Dé- 
rive de aine, âne, bourrique. 

AINS, AINSE. — Bourg de la Charente-Inférieure, en Aunis. 
Semble venir de ainxe, qui signifiait angoisse, anxiété. 

ALAIN. — Commune dans la Provence, diocèse de Toul, 
parlement de Metz. Nom d'homme qui signifie romarin. 
En irlandais, alain signifie blanc, luisant, serein. 

ALARD. — D'Alas, seigneurie de Picardie, qui remonte à 
1284, avec De "Warroquier, comme premier seigneur. 
Nom d'homme fait d'Adelard, puis Adlard, et finale- 
ment Alard. 



[ 5 ] 

ALARIE. — Alary, bourg dans le Quercy et dans le Rouer- 
gue. 

ALBANEL. — D'Allebanne, commune du dép. de Savoie. 
Dérive de albe, blanc, et d'anel, chaîne, fer, lunettes. 
Alban en gaulois, voulait dire phare, aube. 

ALBEAU. — D'Albe, commune du dép. de l'Hérault, à 4 
lieues de Viviers. Albeau, diminutif d'albe, bois blanc, 
aubier. C'est aussi le nom d'un petit poisson de rivière 
qui ressemble à l'anchois. 

ALBERT. — Duché de Picardie, érigée en 1620 en faveur 
d'Albert de Luynes. Nom d'homme, formé d'Adelbert. 
Albert voulait dire monnaie blanche, anévrisme, 

ALBRAIN. — D'Albens, commune du dép. de la Savoie, arr. 
de Chambéry. Albran, nom du canard sauvage. 

ALEXANDRE. — Commune du dép. du Gard, arr. d'Uzès. 
Nom d'homme qui vient du grec alezzo, je chasse, j'aide, 
je défends, et d'anèr, homme, le défenseur des hommes. 

ALIEN. — D'Alignan, dans le Bas-Languedoc, diocèse de 
Béziers, parlement de Toulouse. Allen signifie étranger, 
qui est d'un autre lieu; du latin alienus. 

ALINAI7D. — D 'Allennes, commune du dép. du Nord, arr. 
de Lille. D'alenée, voix, respiration. 

ALIX. — Petite ville dans le dép. du Rhône, dans le Lyon- 
nais. Nom de femme pris pour Adélaïde. On disait 
Adélaïs, dont on fait Alix par contraction. Allix signi- 
fiait lis, et alix, compacte, serré. 

ALLAINE. — Commune du dép. de la Somme, en Picardie, 
arr. de Péronne. Allaine, alêne, lancette, poignard. 

ALLAIRE. — Chef -lieu de canton, dans le Morbihan, arr. 
de Vannes. Dérive d'aleoir, allée, galerie, passage. 

ALLARD. — D'Alias, commune du dép. de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de Jonzac. Alleor, vieux mot français, qui 
signifie voyageur. 

ALLE. — Alet, commune du dép. de l'Aude, arr. de Limoux, 
Allé, passé, mort, usé, corrompu. 

ALLEGRAIN. — D'Allègre, commune de la Haute-Loire, 



[ 6 ] 

arr. du Puy. Vient d'allégrer, rendre gai, joyeux, dispos. 
ALLIEZ. — D 'Allier, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 

Tarbes. Allier signifie filet. 
ALLOIR. — Des Allois, village de la Haute-Vienne, dans le 

Limousin, canton de S. Léonard. AUoir signifie allée, 

corridor. 
ALMAIN. — D'Allemant, commune du dép. de la Marne, 

arr. d'Epernay. Dérive d'almus, beau, bon, d'où aime, 

qui nourrit, qui fertilise, et almain, diminutif d'alme. 
ALMERAS. — D'Almaraz, ville d'Espagne, dans l'Estrama- 

dure, sur le Tage. 
ALOIGNON. — D'Alagnon, petite rivière que l'on traverse 

sur la route de Clermont-Ferrand à Toulouse. Vient 

d'alloigne, qui signifie distance, retard, délai, éloigne- 

ment. 
ALOGNY. — D'Allogny, commune du dép. du Cher, arr. de 

Bourges. Vient d'alogne, alêne, cordage qui sert sur les 

pontons. 
ALONZE. — D 'Allons, commune du dép. des Basses- Alpes, 

en Provence, et commune du dép. de Lot-et-Garonne, 

arr. de Nérac. Alonze est le même nom qu'Alphonse. 

Nom propre d'homme qui vient d'alpha, premier, princi- 
pal, parce qu'alpha est la première lettre de l'alphabet 

grec. 
ALY. — D 'Ally, village du dép. du Cantal, canton de Pleaux. 

Alie est l'alizé, fruit de l'alizier. En bas-breton, aly 

signifiait sollicitation. 
AMARITON. — De Méritein, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. d'Orthez. Vient d'amarrir, remplir de chagrin. 
AMAS, AMASSE. — D'Amassé, rivière de Touraine, qui se 

jette dans la Loire, près d'Amboise. Amasse veut dire 

levée d'impôts. 
AMAURY. — D'Amure, commune du dép .des Deux-Sèvres, 

arr. de Niort. Amaury, nom propre d'homme, vient 

d'Amalaric, dont on a fait Amalric, puis Amauric et 

enfin Amaury. 



[ 7 ] 

AMBÂU. — D'Ambres, commune du dép. du Tarn, arr. 
de Lavaur. Vient d'ambe, l'un et l'autre, du latin ambo, 
tous deux. 

AMBOISE. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 
Tours. 

AMEAU. — D 'Ames, village du dép. du Pas-de-Calais, can- 
ton de Norent-Fontes. Ameau, nom de famille, qui vient 
d'Amis, ancien nom propre lui-même. Dérive du latin 
amo, j'aime. 

AMELOT. — D 'Amel, commune du dép. de la Meuse, arr. de 
Montmédy. Diminutif d'Amel. 

AMESSE, AMESTE. — D'Amettes, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de Béthune. Ameste veut dire paroisse, dis- 
trict. 

AMIEN. — Amiens, ville du dép. de la Somme, et ancienne 
capitale de Picardie, avec bailliage. 

AMIOT, AMYOT. — D'Amy, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Compiègne, canton de Lassigny, érigée en sei- 
gneurie en 1658 pour de Belloy. Amiot, forme parago- 
gique diminutif du mot ami, qui signifiait aussi guet, 
sentinelle, comme on a fait vieillot, pâlot, de vieux et 
de pâle. 

AMIRAULT. — D'Amirat, corn, du dép. des Alpes-Maritimes, 
arr. de Grasse. Amirault, variante d'amir ou émir, ami- 
ral, prince, gouverneur de province. 

AMONT. — Commune du dép. de la Haute-Saône, arr. de 
Lure. C'est aussi le nom d'un ancien bailliage de la 
Franche-Comté septentrionale, dép. du Doubs. Dérive 
du latin ad montem, en haut, hauteur. 

AMOS. — D'Ames, commune du dép. du Pas-de-Calais. V. 
Amau. Amos est le nom de l'un des douze petits pro- 
phètes juifs. 

AMPLEMAN. — D'Amblimont, commune des Ardennes, arr. 
de Sedan. Amplement, d'une manière ample. 

ANAIS. — Villages des dép. de la Charente et de la Cha- 
rente-Inférieure. V. Anet. 



[ 8 ] 

ANCE. — D'Ance, village du Lyonnais, sur la Saône, à 9 
lieues de Mauléon, sur la route de Dax. Ance, anse. 

ANOEL. — D'Aneelle, village du dép. des Hautes-Alpes 
dans le Dauphiné, canton de Saint-Bonnet, arr. de Gap. 
Ancel veut dire bénitier. 

ANCELIN. — D'Anceins, commune du dép. de l'Orne, arr. 
d'Argentan. Ancelin, dim. d 'ancel. 

ANDAYE. — D 'Andouillé, commune du dép. de la Mayenne, 
arr. de Laval. Andayé se disait pour andouillé. 

ANDIAU. — D 'Andlau, commune du Bas-Rhin, canton de 
Barr. 

ANDIRAND. — Petite ville dans le dép. de Lot-et-Garonne. 
Dérive du mot andier, chenet. 

ANDRE. — D'Andrest, village du dép. des Hautes-Pyrénées, 
dans le Bigorre. André, nom propre d'homme, qui vient 
du grec Andreias, c'est-à-dire courageux. 

ANDRIEU. — Seigneurie qui date de 1463, en Normandie, 
érigée pour De Varignières. Vient du grec anèr, homme. 

ANDRO. — D'Andres, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Boulogne. 

ANDRI, ANDRY. — D'Andries, bourg du dép. de l'Yonne, 
arr. d'Auxerre, canton de Coulonge-sur-Yonne. 

ANCTIL. — D'Anctiville, commune de Normandie, diocèse 
de Coutances, parlement de Rouen. Dérive de anker, 
suspendre. 

ANES. — D 'Anets, seigneurie bretonne, unie en 1683 aa 
marquisat de Chàteau-Frémont. V. Anet. 

ANET. — Châtellenie, située dans l'He-de-France qui, érigée 
au seizième siècle, a successivement appartenu aux fa- 
milles Poitiers, Lorraine, Mercœur, Vendôme, Condé, du 
Maine, de Dorabes, d'Eu, au roi de France, à de Pen- 
thièvre, et enfin, en 1817, à la famille de Monti. Anet 
vient du grec ana et thein, qui veulent dire, croître rapi- 
dement. L'anet est une plante ombellifère qui pousse 
très vite. Dans le vieux français, anet voulait dire 
canard. 



[ 9 ] 

ANFRIÉ. — D 'Anfreville, dans le dép. de la Seine-Infé- 
rieure, canton de Boos, arr. de Rouen. Dans le langage 
gallois, anfri signifiait une action honteuse. 

AN GARÉ. — D'Angayrat, commune de l'Agenois, diocèse 
d'Agen, parlement de Bordeaux, arr. de Montdidier. 
Dérive du verbe angarier, fatiguer de corvées. 

ANGERS. — Chef-lieu du département de Maine-et-Loire, 
sur la Mayenne, un peu au-dessous de son affluent avec 
la Sarthe, à une lieue de la Loire. D 'après les uns, anger 
signifierait peupler, propager, d'après d'autres, char- 
ger, et enfin contraindre, et dériverait du persan aga- 
riden, presser. 

ANGELVIN, ANGEVIN. — D'Anvin, commune du dép. du 
Pas-de-Calais, arr. de St-Pol-sur-Ternoise. Angevin, mon- 
naie d'argent frappée par les comtes d'Anjou. Ce mot 
semble venir du grec aggelos, messager. 

ANOTE. — D 'Annot, ville du dép. des Basses-Alpes, dans les 
montagnes, su rla Vaire. Du verbe annoter, faire des 
notes explicatives d'un ouvrage. 

ANNET. — Village du dép. de Seine-et-Marne, dans la Brie, 
arr. de Meaux. V. Anet. 

ANSE. — Bourgade sur l'Azergues, ancienne station romaine, 
à une lieue de Villefranche et de Trévoux, et à quatre 
lieues de Lyon. Anse a voulu dire manche, cuve, espèce 
de pressoir. 

ANTAYA. — Nom sauvage accolé à une branche de la fa- 
mille Pelletier, qui avait épousé une sauvagesse du nom 
d 'Antaya. 

ANTERIEUX. — Commune du dép. du Cantal, arr. de Saint- 
Flour. 

ANTHIAUME. — D'Anthème, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. de Lunéville. Anthiaume, mot composé d'anti, vieux 
et de heaume, barre de gouvernail. 

ANTHOINE. — D'Antonne, commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Périgueux. 



[ 10 ] 

ANTIGNY. — Commune de la Vendée, arr. de Fontenay-le- 
Comte. 

ANTINAEL. — D'Antignac, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de Jonzae. Mot composé d'anti, vieux, et de 
naël, jour de naissance. 

ANTON Y. — Commune du dép. de le Seine, arr. de Sceaux. 

APART. — De Daspard, commune des Basses-Pyrénées, arr, 
de Bayonne. Hapart signifie crochet à pendre, voleur, 
brigand. 

APERT. — D'Abère, commune des Basses-Pyrénées, arr. de 
Pau. Apert vient du latin apertus, ouvert, franc, décou- 
vert. Mot employé dans le langage du palais, dans l'ex- 
pression il appert. En bas breton, il voulait dire, adroit, 
industrieux. 

APRIL. — D'Avril, commune du dép. de Meurthe-et-Moselle, 
arr. de Briey. April vient d 'aprilis, avril, du verbe 
aperir, ouvrir, parceque, dit Nicot, en ce mois d'avril, 
la terre semble ouvrir son sein pour la production des 
végétaux. 

AQUIEN. — D'Aquin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Saint-Omer. 

ARABY. — D 'Arbis, commune de la Gironde, arr. de La 
Réole. 

ARAMY. — D'Aramits, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. Aramie, serment, accusation, plainte, bataille. 

ARBARIS. — D'Arbori, commune du dép. de la Corse, arr. 
d'Ajaccio. Arboirie signifie réunion d'arbres et d'arbris- 
seaux. 

ARBOUR. — D 'Arbourse, commune du dép. de la Nièvre, 
arr. de Cosne. Arbour, à rebours. 

ARCAND. — D'Archamps, commune de la Haute-Savoie, 
arr. de St-Julien. Vient d'arcage, langage. 

ARCASTE. — D'Arrast, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Mauléon. Arcasse, mot employé pour désigner la 
culasse du navire ou le derrière du gaillard. 

ARCENEAU, ARSENEAU. — D'Arcine, commune de la 



[ 11 ] 

Haute-Savoie, arr. de St-Julien. Arseneau vient d'arse- 
nac, espèce de citadelle pour garder les machines de 
guerre. 

ARCHAMBAULT. — Lieu du dép. de l'Yonne, arr. de Ton- 
nerre, dans la commune de Grimault. Dérive d'arche, 
are de triomphe, arcade, coffre, trésor, archives, cellier, 
bâtiment de mer ou de rivière. 

ARCHERON. — D'Archon, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Laon. 

ARCOUET. — De St-Hilaire-du-Harcouet, bourg du dép. de 
la Manche, arr. de Mortain. Arcouet est aussi le nom 
d'une pointe par où l'on passe pour se rendre à l'île 
Bréhat dans les environs de Paimpol. Vient d'arcté, 
étréci, resserré. 

ARDILLOS. — Des Ardillats, commune du dép. du Rhône, 
arr. de Villefranche-sur-Saône. Vient du grec ardis, 
pointe d'une flèche. 

ARDOIS. — D'Ardoix, commune du dép. de l'Ardèche, arr. 
de Tournon. Dérive du celtique arddû, noir, d'où ar- 
denne, qui signifie forêt sombre. 

ARDOUIN. — D'Ardin, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Niort. Vient d'ardoir, brûler, consumer. 

AREL. — D'Arelles, en Bourgogne, diocèse de Langres, par- 
lement de Dijon. Arel est le diminutif d'areau, espèce 
de charrue sans roues. 

ARENAIRE. — D'Arnière, commune du dép. de l'Eure, arr. 
d'Evreux. Vient d'arenosus, sablonneux, ou d'aren, cor- 
dage. Une arenière était le nom d'une sablonnière. 

ARET. — D 'Arette, commune du dép des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Oloron. Areste signifiait barbe d'épis, espèce 
d'aiguille ou d'épingle. 

AREZ. — Petite ville de la Gironde, diocèse, parlement et 
intendance de Bordeaux. Un arée est une terre labourée. 

ARGENCOURT. — Com. de la Bourgogne, diocèse d 'Autun, 
parlement et intendance de Dijon. 



[ 12 ] 

ARGENSON. — Seigneurie avec titre de comté, en Tou- 
raine, sur la Creuse, à 5 lieues de Cliinon. Autre sei- 
gneurie du même nom dans le Poitou, unie en 1712 au 
marquisat de la Graye. 

ARGENTEUIL. — Baronnie en Champagne, érigée en 1500 
pour Le Bascle, et communes dans les départements de 
Seine-et-Oise et de l'Yonne. 

ARGOS. — D'Argol, commune du Finistère, arr. de Château- 
lin. Argos signifie doigt du pied, ergot de coq, boulet du 
cheval. En grec argos signifie blanc. 

ARGUIN. — D 'Argut, commune de la Haute Garonne, arr. 
de St-Gaudens. Dérive d'argu, sorte de bâtiment plat, 
large, haut de bord, et qui se rétrécit par le haut. 

ARGUINEAU. — D'Arguenos, village de la Haute-Garonne, 
arr. de St-Gaudens. 

ARIAL. — D 'Arles, commune des Pyrénées-Orientales, et 
ville des Bouches-du-Rhône. Arial vient d'ari, bord du 
fossé. 

ARIUS. — D 'Arieus, bourg situé près de Carcassonne, dans 
le dép. de l'Aude. Arius, prêtre de l'église d'Antioche, et 
fauteur d'hérésie. 

ARLEN. — D'Ariane, commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Am- 
bert. Arlan est un cri lancé par les soldats quand ils 
voulaient se livrer au pillage. 

ARMAND. — D'Armancourt, com. du dép. de la Somme, arr, 
de Montdidier. Armand vient de l'allemand hart, ro- 
buste et de mann, homme, ou de war, guerre, et de man, 
homme ou vir bellator, guerrier. 

ARNAUD, ARNAULT. — Arnaud, en Gascogne, diocèse de 
Lombez, parlement de Toulouse. Nom propre d'homme 
qui dérive de l'allemand arn, aigle, et de ait, vieux, 
noble. Alors Arnaud signifierait aigle noble. Ménage 
croit que ce nom a été fait de Renaud, par une transpo- 
sition de lettres, et par le changement de l'a en e. 

ARNOULD. — Ville de Seine-et-Oise, à 7 lieues de Chartres, 
dans la forêt d'Iveline, ou encore Arnouville, dans l'Ile- 



[ 13 ] 

de-France, érigée en comté en 1817, en faveur de Mi- 
chault d'Arnouville. Nom propre d'homme, qui veut 
dire mari dupé et malheureux. 

AROISE. — D'Aroaise, bourg du Pas-de-Calais, à 3 lieues de 
Péronne. Vient du mot arroit, d'arrectus, qui est raide, 
ou mieux d'aroi, arrangement, équipement. Le vieux 
mot aroy signifiait charrue. Aroaise était le nom d'une 
abbaye de chanoines réguliers en Artois. 

ARON. — Commune du dép. de la Mayenne, arr. de Mayenne. 
Vient d'aronde du latin hirundo, hirondelle. 

AROUCHE. — D'Arrouch, ville d'Algérie, dans la province 
de Constantine, ou d'Aroux, village de Gascogne. 

ARPAJON. — Seigneurie de l'Ile-de-France, érigée en mar- 
quisat en 1720 en faveur de d'Arpajon. Petite ville de 
même nom dans l'Aveyron. Un arpage, chez les Ro- 
mains, était un enfant mort au berceau. 

ARPENTIGNY. — Dérive du celtique arat, labour, et de 
penger, sillon. 

ARPIN. — D'Arpenan, commune de la Haute-Saône, arr. de 
Lure. 

ARRACHAR. — D'Arracourt, village du dép. de la Meurthe, 
à 2 lieues de Château-Salins. Ce mot vient d'arracher, 
déraciner, 

ARRIVEE. — D'Arrivé, commune des Basses-Pyrénées, can- 
ton de Sauveterre. Arrivée, approche de la rive, l'abord. 

ARTEAU. — D'Artas, commune du dép. de l'Isère, arr. de 
Vienne. Arteau, homme rusé, habile, dérive du latin ars, 
ruse, artifice. 

ARTOIS. — D'Arthez, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthez. Artois, province de France, et aujourd'hui 
département du Pas-de-Calais. 

ARTON. — Commune de la Loire-Inférieure, à quatre lieues 
de Paimbœuf. 

ARTUS. — Châtellenie du comté de CharoUais, dans le dio- 
cèse de Mâcon. Vient d'artuis, trou de vers. 



[ 14 ] 

ASKIN. — D'Ascain, commune des Basses-Pyrénées, arr. de 

Mauléon. 
ASSAILLE. — D'Assay, commune du dép. d'Indre-et-Loire, 

arr. de Chinon. Vient du verbe assaillir ou assaillir. 
ASSELIN. — De Vasselin, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de la Tour-du-Pin. Aisselin, madrier, petite planche en 

forme de tuile pour couvrir les maisons. 
ASSINE. — D'Assenay, commune du dép. de l'Aube, arr. de 

Troyes. Assiner, assigner. 
ASTIER. — Chef -lieu de l'arr. de Périgueux, en Dordogne. 

Dérive de ast, fût, bois de lance. 
ASTRUDE. — Baronnie dans le dép. de l'Yonne, à sept lieues 

de Semur. 
ATCHERS. — D'Attichy, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Compiègne. Atché est le nom de la plus petite mon- 
naie qui se fabriquait dans les Etats du Grand Seigneur. 

Elle était d'argent et valait environ quatre deniers de 

France. 
ATINA. — D'Attignat, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Bourg. Atina était l'Hymet des anciens. Comme il est 

prêt d'Athènes, on l'a appelé le mont d'Athènes. Atinée 

veut dire provocation. 
AUBAIN. — D'Aubaine, en Bourgogne, diocèse d'Autun; 

en Gascogne, arr. de Saint-Séver. Ce mot a le même 

sens que aubereau, oiseau de proie, petit aigle. Signifie 

encore aubier, cheval blanc, étranger qui habite un pays 

sans se faire naturaliser. 
AUBAU, AUBEAU. — D'Aube, commune du dép. de l'Orne, 

arr. de Mortagne. Aubeau, peuplier blanc, aubier. 
AUBE. — D'Aubers, commune du dép. du Nord, arr. de 

Lille. Aube est celui qui a été ordonné prêtre ; c'est 

enrore une offrande pour la bénédiction des aubes. En 

bas-breton, aube se disait pour abbé. 
AUBERNON. — D 'Obernai, commune du dép. du Bas-Rhin. 
AUBERT. — Commune dans le dép. du Nord, arr. de Cam- 



[ 15 ] 

brai, canton de Carnières. Nom propre teutonique, même 
chose que Albert, qui signifie tout illustre. Diminutif 
d 'haubergeon, qui veut dire chemise ou cotte de mailles. 
Peut venir encore de haut, et de ber, c'est-à-dire baron 
ou seigneur justicier. Auber signifie encore harnais et 
en terme d'argot, argent. 

AUBERTIN. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. Diminutif d'Aubert. V. Aubert. 

AUBIN. — D'Aubin, seigneurie du Rouergue, érigée en 1700 
pour de Buisson. Aubin voulait dire autrefois le blanc 
de l'œuf, d'albinum pour albunem. C'était encore un 
pas de cheval, une allure qui tient de l'amble et du 
galop. En vieux français, Aubin signifie étranger. 

AUBOIS. — D'Auboué, commune du dép .de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Briey. Hauboit, haubert. 

AUCHEN. — D'Aulchin, commune du dép. du Nord, arr. de 
Valenciennes. 

AUCLAIR. — De Vauclerc, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Vitry-le-François. Auclair, à la clarté. 

AUCOIN. — D'Aucun, commune du dép. des Hautes-Pyré- 
nées, dans le canton d'Argelez. 

AUDELIN. — D 'Audelange, commune du Jura, arr. de Dole. 
Vient du latin audere, oser. 

AUDET, AUDETTE. — D'Audeville, commune du dép. du 
Loiret, canton de Malesherbes, arr. de Pithiviers. Audet, 
mot latin qui signifie il ose, il a de l'audace. 

AUDI, AUDY. — D'Audigny, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Vervins. Haudi, lassé, fatigué. 

AUDIBERT. — D'Audembert, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Boulogne-sur-Mer. 

AUDON. — Commune du dép. des Landes, arr. de St-Séver; 

AUDRY. — D 'Audrix, commune de la Dordogne, arr. de 
Sarlat. 

AUFRAY. — D 'Auffray, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. de Dieppe. Frai, action de briser. 

AUGEARD. — D'Augea, commune du Jura, arr. de Lons-le- 
Saunier. Dérive du Scandinave auge, prairie. 



[ 16 ] 

ÂUGER. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. de Thiers. Moisy 
fait dériver ce mot de alga, algue, et l'explique comme 
suit: Deux petites rivières qui traversent cette contrée, 
la Touques et la Dive, souvent débordés, finirent par 
former des marais oii les algues abondent. Auger peut 
venir du grec aggos, vase. 

AUGERON. — D'Augerans, commune du Jura, arr. de Dole. 
Augeron, qui est du pays d'Auge. 

AUMAIS. — D 'Haulmé, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Mézières. Aumais ou haumet dim. de heaume, 
"barre du gouvernail. 

AUMASSON. — D'Aumessas, commune du dép. du Gard, 
canton d'Alzon. 

AXJMIER. — D 'Omey, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Châlons-sur-Marne. Aumier, sorte de chien limier, 
bon pour faire la chasse. 

AUMONT. — Communes des dép. de la Somme, de l'Oise, et 
la Lozère. Aumont, individu assisté par l'aumône. Dé- 
rive du bas latin almosna, dont on a fait eleemosyna, au- 
mône. 

AUNIS. — D'Osny, commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. 
de Pontoise. Aunis, petit pays de Saintonge, dont la 
capitale était La Rochelle; les îles de Ré et d'Oléron en 
dépendaient. 

AUPIN. — D 'Aups, commune du dép. du Var arr. de Dra- 
guignan. 

AURÉ. — D 'Aurée, dans le Velay, et Auray, ville du Mor- 
bihan, célèbre par son pèlerinage à la bonne Sainte- 
Anne. Aurais signifie montagne. 

AURILLAC. — Ville du dép. du Cantal. Vient d'aurilleor, 
celui qui cultive les abeilles. 

AURIO. — D'Auriat, commune du dép. de la Creuse, arr. de 
Bourganeuf, 

AUSSAN. — D 'Auxan, commune de la Côte-d 'Or, arr. de 
Beaune. Vient d'auxent, qui manque de. 



[ 17 ] 

AUSSION. — D'Haution, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Yervins. 
AUTEBOUT. — D'Hautbos, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Beauvais. 
AUTIN. — D 'Autun, ville du dép. de Saône-et-Loire. Autin, 

arbre autour duquel on fait grimper les branches de la 

vigne. 
AUTRACHE. — D'Autrèche, commune du dép. d'Indre-et- 
Loire, arr. de Tours. Autra^e, comme s'il y avait d'un 

autre âge. 
AUTRAC. — Commune de la Haute-Loire, arr. de Brioude. 
AUTRAY. — Autrey, commune du dép. des Vosges, arr. 

D'Epinal. 
AUVERGNE. — D 'Avernes, commune du dép. de Seine-et- 

Oise, arr. de Pontoise. Auvergne, province qui forme les 

départements du Cantal et du Puy-de-Dôme. 
AUVIN. — D'Auvent, bourg de la Charente, à huit lieues de 

Confolens. 
AUXIBI. — D 'Auxy-le-Château, commune dans le dép. du 

Pas-de-Calais, arr. de Saint-Pol, érigée en baronnie en 

1715. 
AUZÉ. — D'Auzay, commune de la Vendée, arr. de Fontenay- 

le-Comte. Vient d'ozé, hardiesse. 
AUZON. — Commune de la Haute-Loire, arr. de Brioude, et 

commune du dép. de l'Aube, arr. de Troyes. 
AVACHE. — De Veauche, commune du dép. de la Loire, arr. 

de Montbrison. Avache vient d'avachir, rendre lâche. 
AVARD. — D'Avord, commune du dép. du Cher, arr. de 

Bourges. Avord signifie maladif, hâve. 
AVELIN. — Com. du dép. du Nord, arr. de Lille. Avelin, 

dim. d'avel, désir, joie, chemin fréquenté, frayé. Avelin, 

qui est de la nature de l'aveline, ou celui qui vit parmi 

les aveliniers. 
AVELINE. — Commune de la Lorraine, dans le duché de 

Bar. Aveline, grosse noisette. 
AVES. — D'Auve, commune du dép. de la Marne, arr. de 



[ 18 ] 

Ste-Menehould. Aves dérive d'avis, oiseau. Aves, rivière 

du Portugal, et île du même nom, appelé aussi Ile des 

Oiseaux. 
AVISSE. — D 'Avize, commune du dép. de la Marne, arr. 

d'Epernay. Avise, sentinelle, vedette, esprit. 
ALAVOINE, AVOINE. — D 'Avoine, communes des dép. de 

l'Oise et d'Indre-et-Loire. 
AVON. — Communes des dép. des Deux-Sèvres et d'Indre- 
et-Loire. Avon, rivière, eau, ruisseau, et havon, mesure 

pour l'avoine. 
AVRARD. — Du Havre, ville de la Seine-Inférieure. Avrard 

vient de avre, grincheux. 
AVRON. — D 'Avéron, commune du dép. du Gers, arr. de 

Mirande. Haveron, avoine folle ou sauvage, la folle- 
avoine. 
AYET, AYETTE. — D 'Ayette, commune du Pas-de-Calais. 

arr. d'Arras, et d'Ayet, commune du dép. de l'Ariège, 

canton de Castillon. Ayet, aillet, ail. 
AYEUR. — D 'Ayherre, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Pau. Haieur, garde des haies. 
AYMARD. — V. Emard. Dérive de ayme, âme. 
AYMOND. — D'Hesmont, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Montreuil-sur-Mer. V. Haimond. 
AYNARD. — D'Aynac, commune du dép. de Lot, arr. de 

Figeac. 
AZUR. — Commune du dép. des Landes, arr. de Dax, canton 

de Soustons. Azur, pierre bleue, poudre bleue. 



[ 19 ] 






B 






BABEAU. — Des Babottes, lieu de la Haute-Marne, dans la 
commune de Voillecomte. Le babeau est un fantôme 
imaginaire qu'on invoquait dans le Languedoc pour 
effrayer les petits enfants. Duchat interprète ce mot 
pour grimaces de singe. Signifie encore fête, cadeau. 

BABEL. — De Babel, bourg d'Auvergne, dans la Haute- 
Loire, à 3 lieues d'Issoire. Nom propre d'homme, par 
corruption de Babylas. 

BABEU. — De Babœuf, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Compiègne. Dérive du verbe baber, céder lâchement. 

BABIN. — De Balbins, commune du dép. de l'Isère, arr. de 
Vienne. Le rapport qu'il y a entre babin et baba, qui 
signifie vieille, a donné lieu d'imaginer une république 
de Babins, en Pologne. Le tout était un badinage sans 
conséquence. En tout cas, Babin veut dire terre en 
Pologne, c'est-à-dire, une terre toute d'imagination. 

BABINEAU. — De la Babinais, seigneurie de Bretagne. Dim. 
de babine, lèvre du chat, du chien, et improprement de 
l'homme. 

BABY. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. de Pro- 
vins. Baby, en anglais, signifie enfant, bébé. Babi, nom 
donné aux partisans du babisme, doctrine professée par 
Bab et ses sucesseurs. 



[ 20 ] 

BÂCHAND. — Commune du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 
Ville située sur la route de Paris à Namur, à quelques 
milles de Maubeuge. Ce mot semble venir de bâche, 
goulet, tranchée pour conduire l'eau, ou du mot turc 
bâche, qui signifie tête, sommet, extrémité, et par méta- 
phore, chef, général, commandant. 

BACHELET. — De la Bachellerie, en Dordogne, à 2 lieues 
de Montignac, et seigneurie fondée en 1635 en faveur de 
De Lajac. Bachelle voulait dire adolescent, bachelier. 

BACHELIER. — De Bachely, seigneurie normande, qui date 
de 1463. Du Cange prétend que ce mot vient de bacca- 
leria, espèce de métairie ou pièce de terre ; les bacheliers 
en étaient les cultivateurs. 

BACHOIE. — De Bachy, dép. du Nord, arr. de Lille. Dérive 
de hacher, qui signifie frapper avec bruit, comme à une 
porte; de l'allemand batshen, frapper de l'aviron sur 
l'eau avec fracas. Peut aussi venir de bachoe, vaisseau 
de bois, baquet, hotte, manne. 

BACON. — Du Bacon, commune du dép. de la Lozère, arr. de 
Marjevols. Bacon veut dire lard fumé et salé. Vient de 
baconus, dos. Le mot bacon est français et tire son ori- 
gine de ce qu'autrefois l'on ne se servait que du porc à 
certains banquets. Ces banquets portaient le nom de 
baconiques. Moisy rapporte qu'à Paris, le chapitre de 
Notre-Dame, à certains jours solennels, avait droit à un 
repas baconique. Telle serait l'origine de la foire aux 
jambons, qui se tenait autrefois sur le parvis de Notre- 
Dame. 

BACQUET. — De Bauquay, commune du Calvados, arr. de 
Vire. Dérive de l'allemand back ou du bas-breton bac, 
bateau, ou du grec hakè, bac. 

BADAILLAC. — Ville du dép. du Cantal, canton de Vie, arr. 
d'Aurillac. Dérive du grec pais, jouer, folâtrer. 

BADEAU. — De Bados, en Guyenne, diocèse et parlement 
de Bordeaux. Diminutif de hade, baliverne, bêtise. 



[ 21 ] 

D'autres croient à une simple corruption de bateau. Le 
Duehat dit : " Badaut est proprement un homme qui, 
n'a jamais rien vu que par un trou, comme on dit de 
' ceux qui ont été nourris et élevés dans un navire. Tel est 
un Parisien par rapport au bateau qui fait les armoiries 
de Paris. 

BÂDEL. — De Badevel, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Montbéliard. Badel, dérive soit du grec pais, jouer, fo- 
lâtrer, ou du bas-breton badel, bedeau, robin. 

BADELART. — D'Andelarre, commune de la Haute-Saône, 
arr. de Vesoul. Badeladre ou badelaire, épée courte, 
large et recourbée dans le blason. 

BADET. — Bourg du Morbihan, arr. de Vannes. Badé, est 
le moment où l'on épie la bête pour la chasse, en terme 
de vénerie. 

BADIAU. — De Boudy, commune du dép .de Lot-et-Garonne, 
arr. de Villeneuve. 

BAFRE. — De Baffe, commune du dép. des Vosges, arr. 
d'Epinal. Bâfre, repas copieux. 

BAGANARD. — De Bagnars, commune du dép. de l'Avey- 
ron, canton de Saint-Amans. Baganard vient de bagan, 
mot gascon qui signifie pâtre ou paysan, gardien du 
bétail dans les Landes. 

BAGNEL. — De Bagnoles, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Carcassonne. 

BAIL. — De Baye, commune du Finistère, arr. de Quim- 
perlé. Bail, veut dire gouverneur, bailli, tuteur, retran- 
chement. En terme de droit, c'est un domaine affermé. 
Baille signifie barricade, tonneau, et en bas breton, bail 
veut dire cuvier, baquet ; et en irlandais, lieu, endroit. 

BAILLAC. — Bayac, commune du dép. de la Dordogne, arr. 
de Bergerac. 

BAILLARD. — De Bayard, lieu du dép. de la Haute-lMarne, 
dans la commune de Laneuville-à-Bayard. Baillard, 
pièce de bois pour porter les laines qu'on tire de l'eau. 



[ 22 ] 

et qui traverse la chaudière à dégraisser. C'est encore 
une brouette plate, comme une civière. 

BAILLARGÉ. — De Bagé-le-Châtel, commune du dép. de 
l'Ain, arr. de Bourg. Au moyen-âge, l'on appelait bail- 
large une sorte d'orge plus petite que l'orge ordinaire. 
Cotgrave écrit: Baillarge, kind of small barley, c'est-à- 
dire variété de petite orge. 

BAILLARGEON.— De Barjon, commune du dép. de la Côte- 
d'Or, arr. de Dijon. Au moyen-âge, le censitaire était 
obligé vis-à-vis du seigneur de s'acquitter de certaines 
redevances dites en baillarge. Le censitaire lui-même 
prenait le nom de baillargeau, d'oii vient probablement 
le nom de Baillargeon, peut-être aussi celui de Baillarge. 

BAILLE. — Baillé, bourg de la Mayenne à 7 lieues de Laval. 
Baillé signifie livraison, bail à ferme. 

BAILLES. — V. Bail. Baille se disait pour valet, serviteur, 
palissade, nourrice. 

BAILLEUL. — Seigneurie de Picardie, érigée en 1400, en 
faveur de De Bétlmne. Le bailleul était une sorte de 
charlatan ou de chirurgien, appelé aussi renoueur ou 
rebouteur. 

BAILLEUVILLE. — De Bailleul-Neuville, commune de la 
Seine-Inférieure, arr. de Neufchâtel-en-Bray. Bailleu- 
ville, ou ville des rebouteurs. 

BAILLON. — Seigneurie de Bretagne, fondée en 1668, et 
seigneurie de Picardie, érigée d'abord en marquisat 
sous le nom de Fresnay en 1652, et passée aux des 
Meloizes en 1767. Bâillon veut dire maladroit, chantre 
d'église. 

BAILLOU. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. de 
Vendôme. Bâillon signifie braillard. 

BAILLY. — Seigneurie de ce nom en Champagne, érigée en 
1716 pour De Broussel. Bailly veut dire sénéchal, gou- 
verneur, et au palais, gardien. Il signifierait conseil, 
d'après Borel. En irlandais, bail veut dire intendant 
d'une terre, sergent. 



[ 23 ] 

BAIN. — Bain, ville de Bretagne, sur la Vilaine, à 5 lieues 
de Redon. Bains est aussi le nom d'une seigneurie de 
Picardie, érigée en 1600. En gallois bain se dit pour 
pays, et en irlandais, femme, jeune fille. 

BÂLAN. — Commune du dép. des Ardennes, arr. de Sedan. 
Balan signifie balancement, équilibre. Dérive de ballare, 
danser, qui pend et oscille comme un balancier. Balant 
signifierait fainéant, et partie d'une manœuvre qui n'est 
point hallée. Dérive du grec palla, lancer. 

BALARD. — De Ballore, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, arr. de Charolles. Dérive du gaulois bala, balle, 
paquet, ou de l'écossais bala, village, demeure, ou de 
l'irlandais bala, ville. 

BALCER. — De Balacet, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de St-Girons. Balcer, vient de baie, poutre. 

BALÉ. — Commune du dép. de la Mayenne, arr. de Château- 
Gonthier. Balé, vieux mot qui signifie galerie ouverte, 
auvent. 

BALL. — De Basle, ville de Suisse, sur le Rhin. Dérive de 
baule, danse, bal, pièce de toile grossière. 

BALON. — Ville, située sur l'Orne, à cinq lieues du Mans, 
érigée en marquisat, en 1600, en faveur de St-Gelais de 
Lusignan. Balon, ballon. 

BALTE. — De Balesta, dans le diocèse de Comminges, parle- 
ment de Toulouse. Balte veut dire baudrier. 

BALTHAZAR. — De Béthézer, commune du dép. des Landes, 
arr. de Mont-de-]\Iarsan. 

BANCHAUD. — De Bansat, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme, arr. d'Issoire. Banchaud, vient de banche, fond 
de roches tendres qui se trouvent au fond de la mer, ou 
glaise durcie, d'après Réaumur. 

BANDE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour le 
Jumeau. Bande, troupe de gens, côté, bandeau. 

BANEL. — De Baneuil, commune du dép. de la Dordogne, 
canton de Lalinde. Bannelle se disait pour petite vanne, 
ou conduit des eaux d'une maison. 



[ 24 ] 

BANET. — De Banneville, commune du Calvados, arr. de 
Caen. Banet est une variante de banier, celui qui a droit 
de banalité. Banete, dans le vieux français, se disait 
pour panier. 

BANGAILLE. — De Bangor, commune du Morbihan, arr. 
de Lorient, canton de BeUe-Isle-en-Mer. Vient de 
bangue, plante qui ressemble au chanvre. 

BANHIAC. — De Balignac, commune du dép. de Tarn-et- 
Garonne, arr. de Castelsarrasin. Banhiac vient de banie, 
ban, publication. 

BANLIER — De Basly, commune du Calvados, arr. de Caen. 
Banlier, ou bannelier, conducteur de banneau. 

BANNE. — Commune du dép. de l'Ardèche, arr. de Largen- 
tière. Banne se dit pour corne, dans le Languedoc. Même 
sens que vanne, chute d'une rivière. 

BANSE. — De Bans, commune du Jura, arr. de Dôle. Banse, 
manne carrée et profonde dont on se servait en France 
pour transporter des articles de chaudronnerie. 

BANVILLE. — Commune du Calvados, arr. de Bayeux. Ban- 
ville est composé de ban, qui signifie appel des vassaux, 
et de ville. 

BAPAUME. — Châtellenie de l'Artois, qui date du commen- 
cement du seizième siècle. C'est encore un bourg de la 
Seine-Inférieure, arr. de Rouen. 

BAPT. — Baupt, dans le dép. de la Manche, sur la route de 
Caen à Cherbourg. 

BAPTISTE. — Batiste, seigneurie normande érigée en 1650 
au bénéfice de De Pardieu. Baptiste est le surnom donné 
à saint Jean le Précurseur, et signifie, qui baptise. 

BAQUEVILLE. — Commune de la Seine-Inférieure, arr. de 
Dieppe. 

BARABÉ. — De Baracé, commune du dép. de Maine-et- 
Loire, arr. de Baugé. Dérive de bar, qui, en gallois, si- 
gnifie lance, et de l'irlandais, flèche, faîte, cime. Bara 
veut dire pays. Le mot baraban qui se rapproche le plus 
de barabé, est un chaudron ou bassin de cuivre. 



[ 25 ] 

BARACAN. — De Berrogain, commune du dép. des Basses- 
Pyrénées, arr, de Mauléon. Baracan ou bouracan est un 
camelot grossier. Du Cange fait dériver ce mot de 
barre, parce que le fil du bouracan représente des barres. 

BARACQ. — De la Baraque, hameau dans les environs de 
Grenoble, à trois lieues de Pont-en-Royans. Ce mot 
vient de l'espagnol baracas, qui signifie cahuttes dres- 
sées par les pêcheurs au bord de la mer. 

BARADAT. — De Parata, commune de la Corse, arr. de 
Corte. 

BARAILLON. — Seigneurie dans le Forez, érigée en 1225, 
en faveur de De Forez. Baraillon semble venir de bara 
qui signifie flèche en langue irlandaise, barbeau dans le 
vieux français, et lance en gallois. 

BARAINE. — De Baraigne, commune du dép. de l'Aude, 
dans le Haut-Languedoc, canton de Salles. 

BARAS. — Bara, seigneurie bretonne. V. Barabé. Barat 
signifie mensonge, calomnie, et aussi une maladie de la 
peau consistant en une tache considérable entourée de 
plusieurs autres plus petites, maladie appelée morphée. 

BARATEAU. — De Barastre, commune du Pas-de-Calais, 
arr. d'Arras. Vient de barat, tromperie. Sur les vais- 
seaux français on appelait baratterie une tromperie ou 
malversation du maître de l'équipage. 

BARBARET. — De Barbarey, bourg du dép. de l'Aube, et 
seigneurie de Champagne, érigée en 1582. 

BARBARIN. — De Bourberain, commune de la Côte-d'Or, 
arr. de Dijon. Barbarin est le nom d'une monnaie frap- 
pée au XlIIe siècle par les vicomtes de Limoges. 

BARBAROUX. — De Barbaira, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Carcassonne. 

BARBE. — Communes des dép. de la Moselle et des Vosges. 
Barbe signifie gerbe, moisissure en forme de duvet qui 
se développe sur les substances fermentées comme le 
fromage, les confitures. 



[ 26 ] 

BARBEAU. — De Barbas, commune du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Lunéville. Le barbeau est un gros in- 
secte coléoptère, un poisson, ainsi appelé parce qu'il 
porte deux barbes à côté de chaque mâchoire. 
BARBEL. — De Barbeville, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. Barbel, pointe, dent. 
BARBEREAU. — De Barberay, commune du dép. de la 
Savoie, arr. de Chambéry. Barbereau, dim. de barbier. 
BARBEROUSSE. — De Barberouge, village de la Manche, 
arr. de Mortain. Barberousse est un nom qui fut donné à 
deux frères, chef de pirates chez les Musulmans. 
BARBERY. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1530 en 
faveur de Choiseul, et seigneurie de Normandie, érigée 
en 1747, en faveur de Ducastel de Neuvillette. Barberie, 
espèce de pomme. 

BARBET. — De Barbey, commune du dép. de Seine-et 
Marne. Les Barbets sont des habitants des vallées des 
Alpes et des Pyrénées, dont plusieurs sont brigands. 

BARBEZIEUX. — Ville de France, en Saintonge, à 9 lieues 
de Saintes, et à 15 lieues de Bordeaux. 

BARBIER. — De Barby, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Rethel. Barbier se disait pour barbeau, poisson, 
et pour mentonnière. 

BARBIN. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour de 
Goulaiue. Barbin, barbe. 

BARBINAIS. — De la Barbinais, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1700 en faveur de le Gentil. 

BARBOT. — V. Barbeau. On appelait barbot sur les galères 
ceux qui faisaient le poil aux forçats. 

BARBOTIN. — Barbotan, lieu du dép. du Gers, canton de 
Cazaubon. Barbotin dérivé de barbot, se disait pour 
bâtiment de transport, et pour masque à barbe. 

BARBU. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 en faveur 
de Tréviex. Barbu signifie qui appartient au vieillard, 
et barbue, provin avec sa racine. 



[ 27 ] 

BARCY. — Ville du dép. de Seine-et-Marne, dans la Brie. 
Barce, sorte de canon autrefois en usage sur la mer, et 
ressemblant au faucon. 

BARD. — Seigneurie de Bourgogne fondée en 1670 pour De 
Lanneau. On appelait bard tout bois façonné à la var- 
lope. En gallois, bard signifie prêtre, devin, prophète. 

BARDE. — Bourg de la Charente-Inférieure, canton de Mont- 
guyon. Vieux mot qui signifiait l'armure d'un cheval 
de gens d'armes, le bât, selle, instrument de charpen- 
tier. 

BARDET. — De Bardais, commune du dép. de l'Allier. 

BARDIN. — De Bardon, commune du dép. du Loiret, arr. 
d'Orléans. La pomme de bardin, en France, est appelée 
aujourd'hui courpendu. 

BARDOL. — De Bardelles, seigneurie de Bretagne, fondée 
en 1668 pour De Chardonnaye. 

BARDY. — Ville de Savoie dans la vallée d 'Aoste, et châ- 
teau dans l'ancien duché de Parme, sur le Tarn, dans 
les Apennins, à 10 lieues de Parme. On appelait bardis 
une baraque de pieux et de branches. C'est encore un 
terme de marine pour indiquer la séparation que l'on 
fait dans les cales pour les blés et autres objets de 
commerce. Un bardit, est un chant commun chez les 
anciens Gaulois. 

BARE. — Commune de Normandie, diocèse d'Evreux, par- 
lement de Rouen. Bare se disait pour fortification, me- 
sure, obstacle, délai. 

BAREAU, BARO. — Seigneurie de Bretagne qui date de 
1696. 

BAREL. — De Bareilles, commune des Hautes-Pyrénées, 
canton de Bordères. Barele se disait pour jument. 

BARETTE. — Commune de la Charente, arr. de Châtelle- 
rault. Baratte, couverture de tête, barrière, mesure nor- 
mande pour les haricots et les blés, sorte de monnaie. 
En écossais, baret signifie chapeau. 

BARGEAT. — De Barjac, commune du dép. du Gard, arr. 



[ 28 J 

d'Alais. Ce nom vient de barge, oiseau, poisson, meulon 
de foin, barque. 

BARIAT. — De Barriac, commune du dép. du Cantal, arr. 
de Mauriac. 

BÂRIAI7. — Du Bariod, dép. du Rhône, dans la commune 
de Dardilly. 

BARIL, BARY. — Des Barils, commune du dép. de l'Eure, 
arr. d'Evreux, canton de Verneuil. Baril vient du gau- 
lois barr, qui signifie non seulement barre et barrière, 
mais aussi tout ce qui sert à renfermer quelque chose, 
un mur, un rempart de ville. En espagnol, barill signifie 
un vaisseau de terre, avec un cou étroit et un gros 
ventre. 

BARILLES. — Petite ville du Languedoc, sur l'Ariège, entre 
Foix et Pamiers. Barille, baril. 

BARNABE. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de 
Loudéac, canton de la Chèze. Barnabe, nom d 'apôtre qui 
veut dire fils de prophète, et dérive de l'hébreu bar, fils, 
et de nabi, prophète. 

BAROIS. — De la Barouère, seigneurie du Poitou, érigée en 
1415 en faveur de Foucher. Barrois, pays situé entre la 
Champagne et la Lorraine. Barois signifie forêt, vrille. 
Vient de barroyer, défense, exception, fin de non rece- 
voir, en terme de palais. 

BAROLET. — De Barlest, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. d'Argelès. Barolet, dim. de barol, baril. 

BARON. — Commune du Calvados, et seigneurie de Pro- 
vence, érigée en 1492, pour de Gombert. Baron, vient de 
l'espagnol varo, jeune homme vigoureux, vaillant et 
noble. En wallon, baron signifie mari. La véritable éty- 
mologie est celle qui fait venir baron de bar, vieux mot 
franc qui signifie vir, homme. Chez les Romains, baro 
se disait pour un homme fort et vaillant. En gallois, 
baron signifie seigneur, guerrier. 

BARONET. — De la Baronnais, seigneurie de Bretagne, fon- 
dée en 1668 en faveur de L'Advocat. En Angleterre, 



[ 29 ] 

baronet est un titre de noblesse correspondant à celui 
de banneret en France. 

BARRANQUET.— De Barquet, commune du dép. de l'Eure, 
arr. de Bernay. 

BARRAS. — Commune des Basses-Alpes, arr. de Digne, et 
seigneurie qui date de 1422 avec de Baschi comme pre- 
mier seigneur. Le barras est un minéral appelé borax, 
une espèce d'encens, dont une variété s'appelle galipot. 
En gaulois, barra signifiait barre, tribunal, bière, cer- 
cueil, et en irlandais, bare verrou, obstacle. 

BARRÉ, BARRET, BARRETTE. — Barret, commune du 
dép. de la Charente, arr. de Châtellerault, à 1 lieue de 
Barbezieux. Barré est un terme de blason, lorsque l'écu 
est divisé en forme de barres. Autrefois les Carmes 
étaient appelés les Frères Barrés, à cause de leurs ha- 
bits. Du Cange dit que baratte est le substantif du verbe 
baréter, pour échanger, faire du commerce. Moisy dit 
qu'on donne en Normandie le nom de barette à la ba- 
ratte pour faire le beurre. 

BARRIERE. — Seigneurie du Périgord, érigée en 1615 en 
faveur de D'Abzac. Une barrière est un assemblage de 
planches qui servent à former un passage; de barreria, 
au figuré, obstacle. 

BARRY. — Commune des Hautes-Pyrénées, arr. de Tarbes. 
V. Baril. 

BARSA. — De Barsac, île de l'Océan, aujourd'hui l'île de 
Bas, sur la côte de Bretagne, auprès de Saint-Pol-de- 
Léon. Une barse était une boîte d'étain qui servait à 
transporter le thé de la Chine. 

BARSOLOU. — De Bassou, lieu du dép. de l'Yonne, dans la 
commune de Beaumont. 

BARSY. — De Barzy, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Ver vins. 

BART. — Commune de la Bourgogne et seigneurie de Picar- 
die, érigée en 1699 pour Gourdon. Barre, plant de vigne. 



[ 30 ] 

BAR THE. — Commune des Hautes-Pyrénées, arr. de Ba- 
gnères-de-Bigorre, et châtellenie d'Auvergne, érigée en 
1666 en faveur de Carbonnières. Il y avait une seigneu- 
rie de ce nom en Guyenne, dont Du Prat fut le premier 
seigneur. Dans le vieux français, barthe signifiait buis- 
son, bouquet de bois. Barthe veut dire encore musicien 
ou chanteur; en kymrique, c'est un poète, en comique, 
un musicien, en armoricain, un poète, et en gallois, un 
prophète. 

BARTHELEMY. — Commune des dép. de l'Isère, de l'Ar- 
dèche, de la Dordogne, des Bases-Alpes, et de la Seine- 
Inférieure. Barthélémy, nom d'apôtre et d'homme, qui 
vient de bar, fils, et de Tholmaï, Ptolémée. 

BARTON. — De Barenton, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Mortain. 

BARTOUS. — De Bardou, commune de la Dordogne, arr. de 
Bergerac. Bartou signifie tapageur, ribaud. 

BARTZOCH. — De Bazoche, communes des dép. d'Eure-et- 
Loir, de l'Aisne, de Mayenne, de Seine-et-Oise, etc. 

BASILE. — De Basville, commune du dép. de la Creuse, arr. 
d'Aubusson. Basile, nom d'homme formé du grec basi- 
leus, qui signifie royal. 

BASIN. — Commune du pays Messin, diocèse de Toul, par- 
lement de Metz. Basin, dim. de bas, engin de pêche pro- 
hibé. Peut venir de bombasus; bombazin se disait jadis 
pour désigner le basin, ou futaine faite de coton. 

BASINET. — De Bazinville, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 1620, en faveur de Longaunay. Bacinet était une 
sorte d'armure, et bassinet, espèce de renoncule, à fleurs 
jaunes. 

BASQUE. — Des Basses, commune du dép. de la Vienne, arr. 
de Loudun. Basque, nom de peuple de la Gascogne qui 
habitait trois provinces, la Biscaye, Guipuzcoa et Alava. 

BASQUAIN, BASTIEN. — De Bassens, communes de la 
Savoie et de la Gironde. Basquain, basque et basquiner 



[ 31 ] 

voulait dire ensorceler. Bastien est un prénom pour Sé- 
bastien, par apocope de la première syllable. Bastien 
se dit du basque d'un vieil habit. 

BASTILLE. — De Bastil, commune du dép. du Lot, arr. de 
Gourdon. Bastille est un petit château fortifié à l'an- 
tique avec tours rappiochées les unes des autres. Vient 
de bailles qui, d'après Borel, signifiait parapet. 

BASTON. — De Bastogne, ville du duché de Luxembourg, 
comté de Chiny. Baston est la même chose que bâton, 
qui se disait pour arme, fût de lance, canon, bouche à 
feu. Dérive du grec bastos, bâton, pieu. 

BATAILLE. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Melle. Batail, battant de cloche, bataille, meurtrière, ou- 
verture dans les murailles. 

BATAR, BATARD.— Châtellenie de Bretagne, l'un des fiefs 
dont fut formé en 1776 le marquisat de la Châtai- 
gneraye. Le bâtard est une corde qui rassemble les ra- 
cages et qui les amarre sur le mât proche de la vergue. 

BATINIER. — De Batigny, commune du dép. de la Meurthe, 
arr. de Toul. Vient de bast, bâton pour porter des far- 
deaux. 

BATZ. — Batz ou Bas, du dép. de la Loire-Iuf érieure, arr. de 
Savenay, canton du Croisie, et Bats, commune du dép. 
des Landes, arr. de Saint-Sever. Le batz est une petite 
monnaie qui a cours dans quelques villes d'Allemagne 
et de Suisse, et vaut trois sous. 

BAU. — Baud, Ville du Morbihan, à 5 lieues de Pontivy et à 
7 lieues de Vannes. Le bau est une pièce de bois ou 
poutre qui traverse en largeur d'un bout à l'autre du 
navire, et qui sert à porter les planchers appelés ponts 
ou tillacs. 

BAUBIN. — De Baubigny, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Valognes. Baubin vient de baube, léger. 

BAUCHET. — De Bauché, châtellenie du Berry, diocèse de 
Bourges. Bauchet est l'arbre d'une balance, une poutre. 



[ 32 ] 

BAUDIN. — Seigneurie en Bourgogne, qui date de 1668. 
De baude, joyeux, fier, hautin. Baudin signifie baudet. 
Il existe une contrée dite Terre de Baudin dans l'Aus- 
tralie du Sud. 

BAUDOIN. — Seigneurie dans le Nivernais, érigée en 1600 
en faveur de De Reugny. Baudoin, nom d'homme. 

BAUDON. — De Baudoncourt, commune du dép. de la 
Haute-Saône, canton de Luxeuil. 

BAUDREAU. — De Baudre, commune du dép. de la Manche, 
en Normandie. Baudreau vient de baudroyer, ouvrier 
qui maniait les cuirs pour les corroyer. 

BAUDRIAS. — D'Outriaz, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Nantua. 

BAUDRY. — Seigneurie en Touraine, érigée en 1755, en 
faveur de Taschereau. Bauderie signifie joie. Vient du 
verbe baudrir, mouiller, salir. 

BAUGAR. — Village de la Gascogne, à trois lieues de Saint- 
Jean-de-Luz. Dérive de baugue, algue à feuilles étroites 
qui vient dans les marais salants près Montpellier. 

BAUGIE. — Seigneurie en Normandie, qui date de 1770, de 
Bonnechose, seigneur. Baugie signifie poutrage. 

BAUGRAND. — V. Bougran. Baugrand vient de baugue, 
bardeau; plante marine employée pour faire des ma- 
telas. 

BAUJELOIS. — Contrée de France comprise dans le gou- 
vernement de Lyon, et dont la capitale était Beaujeu. 

BAULÉ. — De Baulay, commune du dép. de la Haute-Saône, 
dans la Franche-Comté, arr. de Vesoul. A Dijon on 
appelait baulé un brancard pour porter les lépreux au 
cimetière. Bauler signifie crier, mugir, hurler. Une 
baule est une pièce de toile grossière. 

BAULIER. — De Beslière, commune du dép. de la Manche, 
arr. d'Avranches. 

BAULIN. — De Baulens, baronnie de l'Armagnac, fondée en 
1550 pour De Bazon. Baulin, layette d'un enfant, petit 



[ 33 ] 

matelas fait avec de la balle, pièce de toile qu'on étend 

sur le sol, quand on vanne le blé. 
BAULOU. — Communes dans les dép. d 'Ille-et-Yilaine et de 

l'Ariège. 
BAUMIER. — De Beaumais, commune du Calvados, arr. de 

Falaise. Le baumier est l'arbre qui porte le baume. 
BAUQUIN. — De Beauquêne, bourg de Picardie, ancien 

doyenné de Dourlens. Bauquin, bout de la canne que 

l'on met sur les lèvres pour souffler le verre. 
BAUSSANG. — De Beussent, commune' du Pas-de-Calais, 

arr. de Montreuil-sur-Mer. 
BAUSSY. — De Bauzy, commune du dép .de Loir-et-Cher, 

arr. de Blois. 
BAXJVIER. — De Bovée, commune du dép. de la Meuse, arr. 

de Commercy. 
BAUVILLET. — De Bavilliers, commune du Territoire de 

Belfort, cmanton de Belfort. 
BAUZET. — De Beauzée, commun • du dép. de la Meuse, à 

6 lieues de Verdun. 
BAVERT. — Seigneurie Normande, qui remonte à 1349. Dé- 
rive de bave, bavardage. 
BAVIERE. — De Bouvières, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Die. Bavière, bavette. 
BAYAC. — Commune du dép. de la Dordogne, dans le Péri- 

gord. Dérive de bay, aboi. 
BAYART. — Bayard, seigneuries du Dauphiné et du Forez. 

Bayard, civière qui sert à porter de lourds fardeaux. 

Dérive du grec baion, rameau de palmier. 
BAYEUL. — De Bayel, commune sur la route de Troyes à 

Belfort, à 2 lieues de Bar-sur-Aube. 
BAYLY. — De Bélis, commune du dép. des Landes, arr. 

de Mont-le-Marsan. Bélie, bergerie. 
BAYONET. — De Bagnolet, commune du dép. de la Seine, 

arr. de St-Denis. Bayonnais, qui est de Bayonne, et 

bayonnet, bayonnette, dague, épée, couteau pointu. 



[ 34 ] 

BÂZAGE. — Bazeage, dans le Berry, diocèse de Bourges. 
Vient de bazac, coton filé et très fin, ou de bazat, coton 
de Leyde. 

BÂZÂNAIN. — De Bassane, commune du dép. de la Gironde, 
arr. de Bazas. 

BAZIERE. — De Blaziert, commune du dép. du Gers, arr. 
de Condom. Basière, sorte de vase. 

BAZIL. — V. Basil. 

BAZIN. — De Bazens, commune du dép. de Lot-et-Garonne, 
arr. d'Agen. Bazin, niais, idiot, papier à dessin grand 
in-quarto. 

BEAN. — De Béhen, commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Abbevile. Béant, aspirant. 

BEAR. — Béard, commune du dép. de la Nièvre, arr. de 
Nevers. Dérive du latin beare, rendre heureux, ou du 
français béer, bailler, avoir la bouche ouverte. 

BEARNAIS. — De Barneville, commune du dép. de l'Eure, 
ar. de Pont-Audemer. Béarnais, qui vient du Béarn, pro- 
vince de France. Henri IV est souvent appelé le Béar- 
nais. 

BEATRIX. — De Bertrix, seigneurie de l'Artois, érigée en 
1786 pour de Louverval. Beatrix, nom de femme, qui si- 
gnifie je rends heureux. 

BEAU. — De Baud, commune du Morbihan, arr. de Pontivy. 
Beau, qui plaît à l'œil et à l'esprit. 

BEAUBEC. — De Beaubec-la-Ville, en Normandie, parle- 
ment de Rouen. Vient de beau, et de bec, pointe de terre 
au confluent de deux cours d'eau ou qui s'avance dans 
la mer. 

BEAUCAGE.— V. Bocage. 

BEAUBIEN. — V. Bobien. 

BEAUCE. — V. Beausse. 

BEAUCAIRE. — Ville du Gard, arr. de Nîmes, sur la rive 
droite du Rhône, en face de la ville de Tarascon. 

BEAUCE. — De Beausse, commune du dép. du Var, à 3 lieues 



[ 35 ] 

de Toulon, et Beausse, en Anjou. Beauce, province de 
France, dans l'Orléanais, dont la capitale était Chartres, 
Appelée d'abord Belsa et puis Belsia. 

BEAUCERON. — Qui est de la Beauce. 

BEAUCHAMP. — Seigneurie dans le Maine, dans la Pro- 
vence ; la première érigée en 1730, en faveur de Bouillet 
de Beauchamp, et la seconde, en faveur de De Sade, 
devenue marquisat en 1669. Celle-ci est à 4 lieues de 
Tarascon. 

BEAUCHEMIN. — Commune du dép. de la Haute-Marne en 
Champagne, et commune du Jura, dans la Franche- 
Comté. 

BEAUOHESNE. — Seigneurie de Normandie, érigée eu 1700 
pour De l'Aage. Elle est dans le dép. de l'Orne, arr. de 
Domfront, canton de Tinchebrai. 

BEAUCLAIR. — Commune du dép. de la Meuse, dans la 
Lorraine, canton de Stenay, arr. de Montmédy. 

BEAUCOURT. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 
pour Henry Beaucourt, commune du dép. du Haut-Rhin, 
arr. de Belfort, canton de Délie. 

BEAUDET. — De Boudeville, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. d'Yvetot. Baudet est un lit de sangles. Vient 
de baldettus qui dérive de baldus, d'où baudet pour dire 
un âne. On a souvent donné à des animaux des noms 
propres d'homme, tels que Renard, Perroquet. 

BEAUDOIN. — Seigneurie de Bretagne, fondée en 1696 en 
faveur de Du Plessis. Nom propre fait de l'allemand 
bald, ou du vieux français baldo, qui tous deux signi- 
fient fort, courageux. 

BEAUFILS. — De Beaufais, commune du dép. de l'Orne, arr, 
de Mortagne. Beaufils voulait dire autrefois plus rusé, 
plus savant. 

BEAUFORT. — Il a existé six seigneuries de ce nom, une 
baronnie et une vicomte. Les seigneuries étaient en 
Bourgogne, en Bretagne, en Champagne et en Anjou, la 
baronnie en Artois, et la vicomte en Anjou. 



[ 36 ] 

BEÂX7GE. — Ville de l'Anjou, sur le Couénon, et seigneurie 
fondée en 1671, au même endroit. Vient de bauge, mor- 
tier d'argile mêlé de paille. 

BEÂUJELÂIS. — Beaujolais, petit pays de France, situé 
entre la Saône-et-la-Loire, dans le dép. de Rhône-et- 
Loire. 

BEAUJEU. — Commune du dép. du Rhône, arr. de Ville- 
franche. Seigneurie érigée en 1000, en faveur de Beau- 
jeu. 

BEAULÎEU. — Il y a près de trente communes du nom de 
Beaulieu, dans les Alpes-Maritimes, le Calvados, la Cha- 
rente, l'Isère, la Meuse, la Mayenne, l'Oise, la Vendée, 
etc. On suppose que l'origine de ce nom vient de la 
beauté du lieu. Beaulieu est un terme de manège. On dit 
qu'un cheval porte en beaulieu, lorsqu'il porte bien sa 
tête. Beaulieu se disait autrefois pour banlieu. 

BEAUMARCHAIS. — Ville de Gascogne, au confluent des 
rivières de Boues et d'Arros. Vient de beau, et de mar- 
chais, marais. 

BEAUME. — Seigneurie de Provence, et baronnie du Com- 
tat-Venaissin, dans le dép. de Vaucluse, arr. d'Olive. 

BEAUMELLE. — De Beaumesnil, commune du Calvados, 
arr. de Vire. Vient de baume, grotte, caverne. 

BEAUMONT. — Il a existé plusieurs seigneuries et un mar- 
quisat de ce nom, dont six en Normandie. Beaumont 
signifie cachot. 

BEAUNE. — Ville de la Côte-d'Or, et communes de la Haute- 
Loire, de la Haute-Vienne et de la Savoie. 

BEAUPRE. — Baronnie de Champagne, près de Joinville, 
érigée en faveur de Saint-Amadour. Beaupré, mât d'un 
vaisseau qui est sur la proue, incliné sur la poulaine. 

BEAUREGARD. — Il a existé douze seigneuries et une châ- 
tellenie de ce nom. Cette dernière était l'une des douze 
châtellenies de la principauté de Dombes. Beauregard 
veut dire belvédère. 



[ 37 ] 

BEAUSACQUE. — Beaussac, commune du dép. de la Dor- 
dogne, dans le Périgord, canton de Mareuil, arr. de 
Nontron. 

BEAUSOLEIL. — Commune du dép. des Alpes-Maritimes, 
arr. de Nice. 

BEAUSSANT. — De Beaussent, dans la vallée de Lavedan, 
comté de Bigorre, diocèse de Tarbes. 

BEAUSSAULT. — Bourg de Normandie, dép. de la Seine- 
Inférieure à 2 lieues de Neufchâtel, dans le canton de 
Forges. 

BEAUSSE. — Bourg du dép. du Var, à 3 lieues de Toulon, et 
Beausse, en Anjou, à 3 lieues de Beaupréau. 

BEAUSSET. — Bourg de Provence, dép. du Var, commune 
du dép .de Vaucluse, dans le Comtat-Venaissin, arr. de 
Carpentras. 

BEAUVAIS. — Seigneuries de Bretagne, du Bourbonnais, 
de Picardie, de Normandie. Il y a Beauvais dans le pays 
d'Aunis à 3 lieues de Saint-Jean d'Angély et dans le 
dép. du Tarn. 

BEAUVALET. — De Beauval, seigneuries de Champagne et 
de Provence ; Beauval, bourg, est situé sur la Somme, à 
5 lieues d'Amiens. 

BEAUVEAU. — Ancien marquisat d'Anjou, dép. de Maine- 
et-Loire, fondé en 1025 pour de Beauveau. 

BEAUVILLERS. — De Beuvillers, commune du dép. du Cal- 
vados, arr. de Lisieux. 

BEAUVOISIN. — Seigneurie de Bretagne et seigneurie de 
Provence. Beauvoisin, commune, est dans le dép. du 
Gard, arr. de Nîmes, canton de Vauvert. 

BECANCOURT. — Becquencourt, dans le dép. du Nord, arr. 
de Douai. Bec, pointes de terre qui se rencontrent aux 
lieux où les rivières s'assemblent. 

BECARD. — De Becas, dans le Bas-Armagnac, diocèse 
d'Auch. Le saumon du printemps devient bécard au 
mois d'août et de septembre, auquel temps il est le 
moins bon de l'année. 



[38] 

BECHÂRD. — De Bâchas, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de St-Gaudens. Béchard vient de bêcher, 
remuer la terre avec une bêche, et un béchard est une 
houe à deux branches larges et pointues. 

BECOT. — D'Ecot, commune du Calvados, arr. de Lisieux. 
Bécot signifie baiser bruyant. Bec, mot gaulois, est sou- 
vent employé pour bouche, dans le langage normand. 
Dérive du verbe bécoter, donner des bécots. 

BECQUET. — Du Becquet, seigneurie normande érigée en 
1581 pour Bonnet. Un béquet est une pièce ajustée à un 
soulier. 

BEDA. — Bedat, rivière de l'Auvergne, qui va se perdre dans 
l'Allier. Béda signifie garenne, bois prohibé. 

BEDARD. — De Bédart, rivière de l'Auvergne, appelée aussi 
Bédat. Vient de béder, retourner d'où l'on vient. 

BEDEL. — De Bedels, bourg du Béarn, dans les Pyrénées, à 
trois lieues de Tarbes. Bédel signifie sergent, soldat. 

BEDOUIN. — Commune du dép. de Vaueluse, arr. de Car- 
pentras, au pied du mont Ventoux, et seigneurie du 
Comtat-Venaissin, érigée en 1500 pour les d'Orléans. 
Bédouin vient d'un vieux mot françaais bedouan, qui 
signifie voleur, pillard. Ménage prétend qu'il vient de 
l'arabe badawa, qui veut dire habiter le désert, mener 
une vie champêtre, vivre en nomade. 

BEDOUT. — Bédous, commune du dép. des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Oloron, sur le gave d'Aspe. Bedous veut dire blai- 
reau. 

BEFFRE. — De Beffes, commune du dép. du Cher, canton de 
Sancergues. Befe se disait pour raillerie, mensonge. 

BEGAL. — De Bégole, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Tarbes. 

BEGAU. — De Bègnes, commune du dép. de l'Allier, arr. de 
Gannat. Bégaud signifie petit-lait, et bégaut, un sot, un 
niais. 

BEGIN. — De Beugin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 



[ 39 ] 

Béthune. Bégin dérive de Beggen, qui, en flamand, si- 
gnifie demander. En flandre, bégin était le nom donné à 
une association religieuse, appelée aussi béguin. D'où le 
mot béguinage, maison ou couvent de béguines. 

BEGINE. — De la Béguinaye, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour Gascher. Bégine, ou béguine, nom donné à 
des religieuses de Belgique, qui, sans prononcer de 
vœux, vivent réunies dans des sortes de couvents, où 
chacune a son petit ménage à part. 

BEGNIER. — De Bégny, lieu du dép. des Ardennes, dans la 
commune de Dommery. 

BEIGNET. — De Besné, commune de la Loire-Inférieure, 
arr. de Saint-Nazaire. Beignet, pâte frite à la poêle. 

BEIQUE. — De Bec, com. du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
Beke veut dire fossé, égoût. 

BEIBE. — Commune de la Côte-d'Or, arr. de Dijon. Beire, 
c'est le cidre. 

BELÂIGLE. — De Belaye, commune du dép .du Lot, arr. de 
Cahors, canton de Luzech. 

BELAIR. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1550 en fa- 
veur de Bohier, et commune du dép. des Ardennes, arr. 
de Mézières, canton de Charleville. 

BELAND. — Commune du dép. de la Côte-d'Or, arr. de Châ- 
tillon, canton de Montigny-sur-Aube, sur l'Ource. 

BELANGER. — De Blangy, commune du Calvados, arr. de 
Pont-l'Evêque. Bélanger vient de blange, flatterie. 

BELARBRE. — Belabre, châtellenie dans le Berry, érigée en 
1350, mais devenue marquisat en 1650 en faveur de Le 
Coigneux. 

BELCOURT. — Bellecourt, seigneurie en Artois, érigée en 
1613 en faveur.de Bellevalet. Ce nom est composé de 
belle et de court, qui, en Normandie, signifiait verger sur 
lequel se trouvait l'habitation d'un cultivateur et qui 
est le siège principal d'une exploitation rurale. Cour 
vient de cors, cours de ferme, basse-cour, ou du grec 
kortos, lieu entouré de haies, où paissent les troupeaux. 
ornière. 



[ 40 ] 

BELE. — Belées, seigneurie dans le Périgord, fondée en 
1600 pour De Pcns. Belet se disait pour joyau. Belée, 
coulée, sorte de jeu, 

BELEC. — De Bellac, ville du dép. de la Haute-Vienne. Dé- 
rive de belle ou belif, de travers, de biais, situation cri- 
tique. 

BELETTE. — De Béliet, commune du dép. de la Gironde, arr. 
de Bordeaux. 

BELFOND. — Commune du dép. de l'Orne, canton de Séez, 
et seigneurie de Champagne, instituée en 1734 pour 
Girault. 

BELENFANT. — De Belf ays, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Montbéliard. Un belenfant est un homme en 
pointe de vin. 

BELIN. — Chef-lieu de canton, dans le département de la 
Gironde, près de la Lègre. Belin est le nom d 'une tulipe 
et d'une sorte de pomme. On disait aussi belin pour bé- 
lier, roc, pierre. 

BELINGE. — De Bellaing, commune du dép. du Nord, arr. 
de Valenciennes. On appelle belinge une tiretaine, fil et 
laine, qui se fabriquait à Beauchamp-le-Vieil. D'après 
Cotgrave, ce serait un mot normand. 

BELIQUE. — De Bellac, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Pamiers. Belle, est un terme de blason, pour signifier 
la couleur rouge ou gueule. Bellique se disait pour mili- 
taire, guerrier. 

BELIVEAU. — De Bellevaux, commune du dép. de la Haute- 
Savoie, arr. de Thonon. Bailliveau est un rejeton des 
forêts, et dérive de bacillus, petit bâton ou verge. 

BELLAY, BELLEY. — Bellay, commune dans le dép. de 
Seine-et-Oise, et Belley, ville du dép. de l'Ain, dans le 
Bugey, près du Rhône. Bellay est une corruption du 
mot Berlay, maison illustre de l'Anjou, nom qui veut 
dire beau, bien. 

BELLEAU. — Communes des dép. de l'Aisne, arr. de Châ- 
teau-Thierry, et de Meurthe-et-Moselle, arr. de Nancy. 



[ 41 ] 

Il y a trois seigneuries de ce nom, en Bretagne, en 
Picardie et en Normandie. Celle de Picardie devint mar- 
quisat en 1728. La seigneurie normande date de 1463. On 
appelait jadis belleau, un coussin et un bisaïeul. Beleau 
signifie belet. 

BELLEFOND. — Seigneurie en Bourgogne, fondée en 1728, 
et commune du dép. de la Gironde, en Guyenne, canton 
de Targon, arr. de La Réole. 

BELLEFONTAINE. — Cinq seigneuries de ce nom, en Bre- 
tagne, en Lorraine, dans l'Ile-de-France, en Normandie 
et en Picardie. Celle de Normandie érigée en 1726, passa 
aux de Frémont en 1735. 

BELLEGARDE. — Trois seigneuries de ce nom, une dans le 
Dauphiné, une autre dans le Forez, et la troisième dans 
le Languedoc. Il existe, en outre, une ville du même 
nom devenue baronnie appartenant au duc d'Uzès; c'est 
celle du Languedoc. Bellegarde se disait pour laitue 
pommée, et pour une variété de pêche. 

BELLEMARE. — Lieu du dép. de la Seine-Inférieure, dans 
la commune de Catellier, arr. de Dieppe. 

BELLERIVE. — Ville située sur l'Allier, dans le dépar- 
tement de l'Allier. 

BELLET. — Il y a deux seigneuries de ce nom, en Provence 
et dans le Périgord; celle de Provence devint marqui- 
sat. Ballet, dérive de bel, beau. 

BELLEVAL. — Seigneurie en Champagne, devenue comté 
en 1676 en faveur de Guérapin de Vauréal. Il y a aussi 
une abbaye de ce nom en Champagne, de l'Ordre de Pré- 
montré. 

BELLE-ISLE. — Seigneurie en Bretagne, devenue marqui- 
sat en 1573, passa à Fouquet en 1615, et puis au roi 
Louis XV en 1748. 

BELLEPERCHE. — Seigneurie du Nivernais, érigée en 1522, 
en faveur de Le Bourgoing. Abbaye du même nom en 
Gascogne, de l'Ordre de Citeaux. 



[ 42 ] 

BELLESŒUR. — De Belleserre, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Toulouse. Belle-sœur est la sœur de celui 
ou de celle qu'on épouse. Deux femmes qui épousent les 
deux frères sont aussi belles-sœurs. 

BELLEVILLE. — Seigneurie de ce nom en Bretagne, érigée 
en 1696 pour d3 Kergu, et seigneurie en Poitou pour 
De Belleville. Ville de France dans le Beaujolais, près 
de la Saône. 

BELLIN. — V. Belin. 

BELLON. — Commune de la Charente, arr. de Barbezieux. 
En Normandie on donne le nom de bellon au grand cu- 
vier des pressoirs où l'on brasse le cidre et le poiré. 
C'est le nom d'une maladie commune dans le Dauphiné. 
Un bellon est un endroit où l'on travaille dans les mines 
de plomb. L'odeur qui s'en dégage produit l'intoxica- 
tion saturnine. 

BELLONNE. — Commune du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 
Bellone, déesse de la guerre, sœur de Mars. 

BELLOT. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. de 
Coulommiers. Ballot, personne qui a une certaine beauté, 
en parlant surtout des enfants. 

BELLOY. — Communes des dép. de l'Oise et de Seine-et- 
Oise. 

BELMONT. — Il existe plusieurs seigneuries de ce nom, 
celles de Lorraine, de l'Armagnac, et de la Franche- 
Comté. 

BELUS. — Commune du dép. des Landes, en Gascogne. 
Belue signifie bête féroce, monstre, et divinité chez les 
Babyloniens. 

BELZIL. — De Baizil, commune du dép. de la Marne, arr. 
d'Epernay. Belzil, belles-îles. 

BEN. — De Bans, commune du Jura, arr. de Dole. Bens, 
mauvaise poire dite poire de Légat. Ben, arbre d'Ara- 
bie qui produit une noisette triangulaire. En arabe, ben 
veut dire fils. 



[ 43 ] 

BENAC. — Commune de l'Ariège et des Hautes-Pyrénées. 
Dérive du Gaulois bena, charrue. 

BENARD. — Bénar, capitale de l'ancienne Provence. Bé- 
nard vient de benedictus, béni. 

BENASSIS. — De Benassais, bourg du Poitou, dép. de la 
Vienne, à 4 lieues de Poitiers. 

BENDER. — Ville de Bessarabie, ou de Benderen, dans la 
Basse-Alsace, diocèse de Strasbourg. Bander, vieux mot 
qui signifiait mettre en inquiétude. 

BENEDEAU. — Voir Beneteau. Benedeau signifie bénit. 

BENETEAU. — De Benete, commune du Béarn, diocèse de 
Lescar, parlement de Pau. Diminutif de benne, sorte 
de panier. 

EENFAIT. — Benfaits, seigneurie de Normandie, érigée en 
1463 en faveur d'Orbec. Benfait pour bienfait, qui a 
de la beauté, de l'agrément et de la grâce. 

BENIAC. — De Bénac, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Tarbes. 

BENIER. — De Beny, seigneurie normande, érigée en 1600 
en faveur de De Morais. Un benier était un conducteur 
de benne, de banneau ou de tombereau. 

BENJAMIN. — De Bénaménil, com. du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Lunéville. Nom d'homme, qui signifie 
enfant de la droite, c'est-à-dire enfant très cher. 

BENNAUD. — De Bennetot, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. d'Yvetot. Bennaud, dim. de benne, charrette, me- 
sure de deux minots. 

BENNET. — De Bennest, bourg du Poitou, et bourg de la 
Vendée, arr. de Fontenay ; ou de Bennetot, commune de 
Normandie, canton de Fauville, à 5 lieues d'Yvetot. 

BENOIT. — De Benoisville, seigneurie normande érigée en 
1488 en faveur de Le Vaillant. Benoit veut dire béni, 
de benedictus. Beneit est la forme normande, d'où est 
sorti Benoit, forme française. 

BENUREAU. — De Beneuvre, commune du dép. de la Côte 



[ 44 ] 

d'Or, arr. de Châtillon. De bénuré, qui signifie heureux^ 
prospère, béni. 

BEQUARD, — V. Bécard. Une bèque est une patte d'ancre. 

BEQUET. — Seigneurie normande. Le bequet est le bro- 
chet; on le nommait béchec ou béquet à cause de son 
long cou. Un béquet est aussi le talus d'un fossé. 

BERANGER. — De Berangeville, deux seigneuries de ce 
nom en Normandie, l'une datant de 1648 et l'autre de 
1668. 

BERARD. — De Bérards, lieu de la Drôme, dans la commune 
de Chabeuil. Bérard se disait pour soldat, bandit, de 
l'italien sbire. 

BERBANT. — De Berban, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Vitry. Dérive de berbix, bélier. 

BERÇANTE. — De Bréhand, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de St-Brieuc. 

BERCHER. — Commune du dép. du Doubs, en Franche- 
Comté, près Montbéliard. Berche, pièce de canon de 
fonte verte, berger. 

BERCIER. — De Bercy, commune du dép. de la Seine, au- 
jourd'hui comprise dans Paris. Bercier, tirer de l'arc, 
blesser. 

BERDIN. — De Bardon, commune du dép. du Loiret, arr. 
d'Orléans. Berdin, appareil de charpente servant à lan- 
cer un bâtiment à l'eau. Un broc était aussi appelé 
berdin. 

BEREAU. — Beraud, dans le Condomois, diocèse de Con- 
dom. Bereau, broc. 

BEREY. — De Berhet, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 
Lannion. Berey, béret. 

BERG. — Commune du dép. du Nord, arr. de Dunkerque. 
Berg, en galois, signifie milan, oiseau de proie, et en 
celtique, montagne, colline. 

BERGANTE. — De Berganty, commune du dép. du Lot, en 
Quercy, canton de Saint-Géry. 



[ 45 ] 

BERGER. — De Bergères, commune du dép. de l'Aube, en 
Champagne. Berger, pasteur de brebis. Berger, en bas- 
breton signifie verger. 

BERGERAC. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 pour 
Le Roy, et ville de la Dordogne, en Périgord. 

BERGERON. — De Bargeron, prévôté en Provence, parle- 
ment d'Aix. Bergeron se disait pour jeune berger. 

BERGEVIN. — De Bergheim, commune du dép. du Haut- 
Rhin arr. de Colmar. 

BERGIN. — De Bergen, ville d'Allemagne, entre Juliers et 
Cologne. Bergin est une bête ovine, 

BERIAU. — De Beyrie, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau. 

BERJEAUX. — De Barges, communes de la Côte-d'Or, et de 
de la Haute-Loire. 

BERLINGUETTE. — De Berguette, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de Béthune. Berlinguette, petite sonnette. 
Onomatopée probable pour drelinguette. 

BERLOIN. — De Barlin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Béthune. 

BERLOTON. — De Berlats, commune du dép. du Tarn, arr. 
de Castres, canton de Lacanne. 

BERMAN. — De Bermandans, seigneurie de la Franche- 
Comté. Bennan signifie valet, portefaix. 

,BERMONDE. — De Bermonville, commune de la Seine-In- 
férieure, arr. d'Yvetot. Bermonde vient du vieux fran- 
çais berme, espace libre entre le pied d'une fortification 
et le fossé. 

BERNACHE. — De Bernac, seigneurie en Bretagne, érigée 
en 1696 en faveur de Lantivy. Bemache est un oiseau 
marin, la macreuse, que nous appelons bernèche. 

BERNARD. — De Bernard, en Poitou, diocèse de Luçon, 
parlement de Paris. D'après Ménage, Bernard, est un 
mot allemand signifiant, qui a le génie de l'ours. Il est 
vrai que dans le domaine de la fable ce nom est donné à 



[ 46 ] 

l'ours. D'après Wachter, Bernard viendrait de bern, 
homme, et de hart, courageux. 

BERNATCHÉ. — De Berchères, commune du dép. d'Eure- 
et-Loir, arr. de Chartres. 

BERNE. — Commune du dép. du Morbihan, arr. de Napo- 
léonville. Berne signifie manteau, cresson sauvage, mo- 
querie, ours, certain habillement appelé fagum par les 
Latins, avec lequel on bernait, en faisant sauter en l'air 
dans une couverture. 

BERNESSE. — De Bernex, dans les environs de Genève, 
dép. de la Haute-Savoie ou de Bernesq, village du Cal- 
vados, arr. de Bayeux. V. Berne. 

BERNET. — Seigneurie de Gascogne, de 1522, érigée en fa- 
veur de Bertier. Berner, faire sauter quelqu'un en 
l'air, railler. 

BERNEZE. — De Bernèze, en Picardie, diocèse de Noyon, 
parlement de Paris. Ancienne seigneurie au même en- 
droit qui date de 1315. Bernezé veut dire pris dans un 
piège, ou dans une mauvaise affaire. 

BERNIER. — Commune du dép. d'Eure-et-Loir, dans le Thi- 
merais, réunie à celle de Theurey. Bernier se dit pour 
un marchand de son, et pour un conducteur de chiens. 
En Normandie, c'est le préposé à la nourriture des 
chiens. 

BERNIERES. — En Normandie, il se trouve trois seigneu- 
ries du nom de Bernières, remontant aux années 1463, 
1600, et une troisième érigée en marquisat en 1678, en 
faveur de Maignart. 

BERQUIN. — Deux communes de ce nom dans le dép. du 
Nord: Berquin-neuf, dans l'arr. d'Hazebrouck, et Ber- 
quin- Vieux, dans le canton de Merville. 

BERROUARD. — De Berrias, corn, du dép. de l'Ardèche, 
arr. de Largentière. Berrouard veut dire bandit, et vient 
de l'italien berroviere, bandit. Si on le fait Avenir du cel- 
tique bera, il signifierait brouillard. 



[ 47 ] 

BERRY. — Seigneurie de Bretagne, fondée en 1668, en fa- 
veur de Tréméreuc. Berry signifie campagne plate, 
lande, désert, combat, joute. 

BERSON. — Commune du dép. de la Gironde, arr. de Blaye, 
dans la Guienne. 

BERTÂUD. — Lieu du dép. de la Vienne, dans la commune 
d'Argilly. Dérive de bert, panier, claie. 

BERTHE. — Berte, commune du dép. de l'Allier, arr. de La 
Palisse. Berthe nom propre de femme qui signifie prince, 
maîtresse, en bas-breton, et brillant, éclatant, en alle- 
mand. 

BERTHELET. — De Berthéleville, seigneurie de Lorraine, 
fondée en 1716 pour des Sables. Bertelette, sorte de pois- 
son. 

BERTHELOT. — De Brethel, commune du dép. de l'Orne, 
arr. de Mortagne. Berthelot, prolongement de l'éperon 
ou flèche du navire dans la pièce d'un franc appelée 
flèche. 

BERTHOU. — Berthoud, ville de Suisse, canton de Berne. 

BERTHOUMIER. — De Pousthomy, commune de l'Aveyron, 
arr. de St-Affrique. 

BERTIN. — Lieu du dép. de la Nièvre, dans la commune de 
Nancy. 

BERTON. — De Verton, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Montreuil-sur-Mer. 

BERTONNET. — De Brethenay, eom. de la Haute-Marne, 
arr. de Chaumont. 

BERTRAND. — Commune de la Hanute-Garonne, arr. de 

K 

Saint-Gaudens. Bertrand, signifie remarquable par sa 

force. 
BERTROU. — D 'Erstroff , commune du dép. de la Moselle, 

arr. de Sarreguemine. 
BÉRUBE. — D'Urbéis, commune du Bas-Rhin, canton de 

Ville. Dérive du celtique beni, brouillard. 
BERY. — Commune de Picardie, diocèse de Laon, parlement 

de Paris. V. Berry. 



[ 48 ] 

BERZÂ. — D'Ersa, commune du dép. de la Corse, arr. de 
Bastia. 

BESANÇON. — Ville de la Bourgogne, l'une des plus an- 
ciennes de l'Europe, dans le dép. du Doubs. Besançon 
signifie cimetière. C'est aussi le nom d'une renoncule 
d'un jaune pâle sur fond jaune. 

BESLON. — Commune du dép. de la Manche, arr. de Saint- 
Lô. Beslon veut dire barlong, qui a la figure d'un qua- 
drilatère. 

BESNARD. — De Besnard, lieu d 'lUe-et-Vilaine, commune 
de Saint-Coulomb. V. Bénard. 

BESNER. — Commune du dép. de la Loire-Inférieure, en 
Bretagne, arr. de Savenay. 

BESNET. — De Besneville, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Valognes. Benêt veut dire niais, nigaud. Du 
Cange le fait dériver de bonifacies, bon enfant. 

BESSE. — De La Besse, seigneurie en Languedoc, érigée en 
1538 en faveur de Thubières. Besse se disait pour bêche, 
pâturage, vêtement de dessous. 

BESSENAIRE. — De la Besseneraye, seigneurie de Bre- 
tagne, fondée en 1668 en faveur de Glé. 

BESSET. — Bonrg du Maine, dép. de la Sarthe, sur la Braye, 
et commune du dép. de l'Ariège, canton de Mirepoix. 

BESSIER. — De Bessy, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d 'Auxerre. 

BESSIERE. — De Bessière, seigneurie de l'Anjou, érigée en 
1456 pour De Beauveau. Baissière, se disait pour vin, 
cidre. Dérive de besse, pâturage. 

BESSON. — Commune du dép. de l'AlUer, arr. de Moulins 
ou Besse, seigneurie de Bretagne, qui date de 1500. 
Pasquier fait dériver le mot besson de bis homines, 
comme si on disait beshoms. En tous cas, le mot signifie 
jumeaux. Un besson est aussi une bêche, et un pionnier. 

BETHUNE. — Seigneuries de Normandie et d'Artois, et ville 
des Pays-bas. Béthune veut dire boue, fange. 

BETILLE. — De Béteilles, seigneuries de Gascogne et du 



[ 49 ] 

Roiiergue. Bétille est une sorte de toile ou mousseline 
qui venait des Indes Orientales. 

BETOURNÉ. — De Batliernay, com. du dép. de la Drôme, 
arr. de Valence. Bétourné ou bien tourné. Bé pour bien 
est usité dans le patois normand et bourguignon. Bétôt 
pour bientôt. Moisy croit que bétourné pourrait être le 
participe passé du verbe bétourner, qui signifie renver- 
ser, abattre. 

BETTE. — De Bettes, communes des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Bagnères-de-Bigorre. Bette se disait pour poirée, et 
bet, pour béton. 

BETTE. — De Betteville, commune du dép. de la Seine-Infé- 
rieure, arr. de Rouen. Better, combattre. 

BETUREAU. — De Betteraus, ville de la Bourgogne, sur la 
Seille. 

BETUS. — D'Etuz, commune de la Haute-Savoie, arr, de 
Gray. Betuse, tonneau ouvert sur le côté avec une ferme- 
ture à charnière. 

BEURMONVILE. — Bermonville, commune du dép. de la 
Seine-Inférieure. 

BEVIN. — Lieu du dép. des Ardennes, canton de Fumay, 
arr. de Roeroy. 

BEZ. — Communes du dép. du Tarn, arr. de Castres, du dép. 
des Hautes-Alpes et de l'Aveyron. Bèz en irlandais 
signifie tribut, cens, impôt. 

BEZEAU. — De Bèze, commune du dép. de la Côte-d'Or, 
arr. de Dijon. Un bezeau est un oiseau dernier éelos 
d'une nichée, souvent plus faible que les autrees. Un 
bezau est une rigole dans un pré, petit fossé. 

BEZIER. — Ville du Languedoc, très bien située, qui a fait 
dire que si Dieu voulait choisir un séjour sur la terre, 
il n'en prendrait point d'autre que Béziers. Un lati- 
niste, pour rendre cette idée, ayant écrit ces mots : 
Si Deus in terris, vellet habitare Bitorsis, un malin crut 
devoir ajouter: ut itemum crucifigeretur, c'est-à-dire 
pour être crucifié de nouveau. 



[ 50 ] 

BEZIS. — De Bessy, commune du dép. de rYonne, arr. 
d'Auxerre. Bezi, poire en général. 

BEZON. — Bezons, seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 
en faveur de la Tribouille. Beson, mesure de liquide, 
est employée en Allemagne. 

BEZOU. — De Bezouges, seigneurie de Bretagne, fondée en 
1668 pour De Bintin. 

BIARD. — Communes dans le Poitou et la Saintonge. Les 
Biards, commune du dép. de la Manche, arr. de Mor- 
tain, canton d'Isigny. Biart, bourg des Basses-Pyré- 
nées, à 2 lieues de Bayonne. Biard, diminutif de bi, 
maille d'un filet. 

BIBAUD. — Bibost, commune du dép. du Rhône, dans le 
Lyonnais, canton de l'Arbresle, arr. de Lyon. Les bi- 
baux étaient jadis des paysans qu'on envoyait à la 
guerre. Ainsi des pitaux. 

BIBERON. — De Quiberon, commune du Morbihan, arr. de 
Lorient. Un biberon est celui qui aime le vin; c'est 
encore un moucheron qui vit dans le vin, un goulot, un 
vase qui a un tuyau extérieur par où on peut boire. 

BIBETTE. — De Boubers, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Montreuil. Un bibet est un cousin, petite mouche. 
Bibette est un petit bouton sur la peau, une bluette, une 
étincelle, un vase à boire. 

BICAY. — De Biscay, commun 3 du dép .des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Mauléon. Dérive du mot grec béké, chèvre. 

BICHETTE. — De Buchey, commune de la Haute-Marne, arr. 
de Chaumont. Le bichet est une mesure de grains d'un 
minot environ. 

BIDAULT. — De BiJos, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. Bidault, soldat armé de deux dards, suie pour 
teindre en brun. 

BIDEGARE. — De Bidarray, commune du dép .des Basses- 
Pyrénées dans le Labour, canton de Saint-Jean de Luz. 
Vient du basque bide, chemin étroit, et de garré, flamme. 



[ 51 ] 

BIDET. — Bidette, dans le Condomois, diocèse de Condom, 
parlement de Bordeaux. Bidet se disait pour cheval de 
petite taille, établi de menuisier, instrument employé 
par les civiers, meuble de garde-robe. 

BIDON. — Seigneurie du Nivernais, unie à celles d'Asnois- 
le-bourg et d 'Asnois-le-Château, érigée en baronnie en 
1606. Le bidon, en terme de marine, est un vaisseau de 
bois pour mettre la boisson de chaque plat de l'équi- 
page, et contient sept chopines. Ou l'appelle aussi 
canette. 

BIDOU. — Bidoux, bourg des Basses-Pyrénées, sur la Bi- 
douze. 

BIENVENU. — De Bevenais, commune du dép. de l'Isère, 
arr. de La Tour-du-Pin. Bienvenu, celui dont l'arrivée 
est saluée avec joie. 

BIENVILLE. — Deux seigneuries de ce nom, l'une en Nor- 
mandie et l'autre en Bretagne. Il y a, en outre, une 
commune de ce nom dans la Haute-Marne, arr. de Vassy, 
canton de Chevillon. 

BIETRY, BILLIETRY. — De Bitry, commune du dép. de 
l'Oise, arr. de Compiègne. Dérive de blet, lit d'un fleuve. 

BIGEOT. — De Bugeat, bourg du Limousin, arr. d'Ussel. 
Du latin biga, attelage de deux chevaux, ou du vieux 
français bige, sorte de mesure. 

BIGNON. — Plusieurs seigneuries de ce nom, dont cinq en 
Bretagne, et une dans le Poitou. Il y a aussi une ville 
de ce nom dans le dép. de Seine-et-Marne à 6 lieues de 
Sens. Le bignon est un instrument de poche, un beignet. 

BIGOT. — De la Bigot, seigneurie de Normandie qui date 
de 1774. Ce mot vient de l'allemand bey et gott, de par 
Dieu. Un bigot est un outil à deux dents ou pointes pa- 
rallèles pour marrer les vignes. En bas-breton, bigot 
signifie caffard, hypocrite. Veut dire aussi piquet, che- 
ville, insecte de la cerise. 

BIGNES. — De la Bigne, seigneurie de Normandie, fondée 



[ 52 ] 

en 1500 pour de Magneville. Les bignes sont des tu- 
meurs au front provenant d'un coup ou d'une chute. 

BIGUËT. — De Bignay, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de St-Jean-d'Angély. Biguet, cheville. 

BILÂUDEAU. — De Biaudos, dans le dép. des Landes, arr. 
de Dax. Vient de bilaude, perche qui sert à faire des 
barrages ; se disait aussi pour bille, pièce de bois. 

BILAUDELLE. — De Bielle, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Oloron. 

BILLARD. — De Billac, commune de la Corrèze, arr. de 
Briac. Un billard se disait pour vieillard obligé de 
prendre un bâton pour marcher, pour un boiteux. On 
appelait aussi billard, le bâton pour jouer aux billes. 

BILLAUT. — Commune du dép. de la Gironde, arr. de Li- 
bourne. V. Billot. 

BILLEMER. — De BouUemer, seigeurie de Normandie, éri- 
gée en 1597 pour Le Sueur. Bille, en vieux français, 
veut dire boule, bâton, en gallois, âne, billet, et en argot, 
argent. 

BILLET. — De Bille, commune d'Ille-et-Vilaine, arr. de Fou- 
gères. Billet, cédule, affiche, sceau. 

BILLIAU. — Billio, bourg du Morbihan, canton de Saint 
Jean-Brevelay, arr. de Ploërmel. 

BILLION. — De Billom, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
de Clermont-Ferrand. Billion, milliard. 

BILLON. — Seigneurie en Bretagne, fondée en 1696 en fa- 
veur de Kersulguen. Billon se disait pour argent mon- 
nayé, lingot, morceau, débris, ados de terre relevé entre 
deux sillons, bois coupé par bûchettes rondes pour 
l'usage des poêles. 

BILLOT. — Billo, seigneurie de Bretagne, qui date de 1450. 
Billot était un droit sur le vin, une pancarte de péage. 

BILLY, — Il y a quatre seigneuries de ce nom : en Bretagne, 
en Saintonge, en Picardie, et dans le Barrois. La plus 
ancienne est celle de Picardie qui remonte à l'année 
1224, et fut alors érigée en faveur de De Billy. 



[ 53 ] 

BILODEAU. — V. Bilaudeau. 

BINDER. — De Bindernheim, commune du Bas-Rhin, en 
Alsace. V. Bender. Vient de bondir, s'impatienter. 

BINEAU. — De Bigne, commune du Calvados, arr. de Vire. 
Binot, bec, pointe. 

BINET. — De Benêt, commune de la Vendée, arr. de Fonte- 
nay-le-Comte. Le binet est une pomme tardive, à variétés 
multiples, dont la meilleure est le binet blanc. C'est 
encore une petite houe dont on se sert pour biner. Veut 
dire aussi second labour. 

BINNETEAU. — De Bennetot, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. d'Yvetot. Diminutif de binet, petit instru- 
ment de métal qu'on met dans un chandelier pour brûler 
une chandelle jusqu'au bout. 

BIONNEAU. — De Bion, commune du dép. de la Manche, arr. 
et canton de Mortain. 

BIRABÎN. — Du Piraubin, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1498 pour Haussier. Dérive de l'écossais bire, ville. 

BIRAND. — Commune du dép. du Gers, canton de Jegun, 
arr. d'Auch. 

BIRE. — De Biré, seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 
pour Brindejonc. Bire, engin d'osier pour pêcher le 
poisson, ânesse. 

BIREAU. — De Berre, commune des Bouches-du-Rhône, arr. 
d'Aix. Bireau, dim. de bire, petite nasse. 

BIRON. — Baronnie du Périgord, érigé een 1700 pour De 
Gontaut, devenue duché-pairie en 1598. Biron se disait 
pour oie. 

BIRTZ. — De Birs, rivière de Suisse qui va se jeter dans le 
Rhin, près de Bâle. 

BISAILLON. — De Bersaillin, commune du Jura, arr. de 
Poligny. Bisaillon, mauvais couteau. 

BISET. — De Buzet, commune du dép. de Lot-et-Garonne, 
arr. de Nérae. Biset, pigeon sauvage, étoffe de couleur 
bise, fille brune. 

BISIER. — De Bizy, seigneurie de Normandie, qui date de 



[ 54 ] 

1572. Vient du vieux français bise qui signifie noirâtre, 
gris, et du grec phaios, noir. 

BISSERT. — De Bissertre, commune du dép. du Bas-Rhin, 
dans la Basse-Alsace. Bisêtre signifie malheur, accident 
causé par imprudence, plaie, génie malfaisant. 

BISSON. — De Besson, commune du dép. de l'Allier, arr. de 
Moulins. En vieux français bichon. Bisson pour buisson. 
Au XVII siècle l'on prononçait bisson, bien qu'on écri- 
vît buisson. 

BISSONNETTE. — De Bizanet, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Narbonne. Ce mot se rencontre souvent en France 
comme nom de ferme. On dit la ferme des Bissonnets. 

BISSONNIERE. — De Bissières, commune du Calvados, arr. 
de Lisieux. De bisson, bichon. 

BISTODEAU. — De Bost, commune du dép. de l'Allier, arr. 
de La Palisse. 

BITANT. — De Bettant, commune du dép .de l'Ain, arr. de 
Belley. Vient de biter, toucher. 

BITARD. — De Beutal, commune du dép. du Doubs, arr, de 
Montbéliard. Bitard est une menue corde à deux fils, 
dont on se sert, sur les vaisseaux, pour renforcer la ma- 
nœuvre. 

BIVILLS. — Seigneuries de Normandie et de Bretagne. 

BIZARD. — De Bezae, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 
Pamiers. 

BIZEAU. — De Bizot ,commune du dép. du Doubs, arr. de 
Montbéliard. 

BIZELON. — D'Yzeron, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Lyon. 

BIZET. — V. Biset. Le Bizet est un pigeon sauvage, une 
grosse étoile bise. 

BIZEUX. — D'Yzeux, commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. 

BIZIER. — De Bizy, dép. de l'Eure, commune de Vernon, 

BLACHE. — Seigneurie du Viennois, érigée en 1670 pour 
De Falcoz. Blache est une terre plantée de chênes ou 



[ 55 ] 

de châtaignes, si distants les uns des autres, qu'on y 
peut labourer. 

BLAIDE. — De Elèves, commune du dép. de la Sarthe, arr. 
de Mamers. 

BLAIGNAC. — Seigneurie de Guyenne, érigée en 1723 en 
faveur de Bréaux. 

BLAIGNY. — Communes de la Champagne et du pays Messin. 

BLAIN. — Bourg de Bretagne sur l'Adon, dép. de la Loire- 
Inférieure, à 7 lieues de Nantes, sur le canal. Blin, en 
bas breton, veut dire extrémité, et en gallois, fatigue. 
Blain ou Belain, mouton. 

BLAINVILLE. — Deux seigneuries en Normandie portent 
ce nom. La plus ancienne remonte à l'année 1097, érigée 
pour De Blainville. 

BLAIS. — Seigneurie de Guyenne, fondée en 1541 pour Pic. 

BLAISE. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1736 en 
faveur D'Ambly. Une blaice est une récolte de blé. 

BLANC. — Petite ville du Berry, dép. de l'Indre, sur la 
Creuse, à 12 lieues de Poitiers. Le blanc est le contenu 
d'un acte. En bas-breton, blanc veut dire mou, faible, 
pliant. 

BLANCHARD. — De la Blanchardière, lieu du dép. de 
l'Orne, arr. de Domfront. Nom d'un passage entre le cap 
de la Hogue et l'île d'Aurigny. Blanchard, blanchâtre. 
Nom donné à certaines toiles de lin, ainsi appelées de ce 
que le fil qui sert à les fabriquer, a été à demi blanchi, 
avant de s'en servir. Un blanchard se disait pour cheval 
blanc et pour faucon grisâtre. 

BLANCHE. — Lieu dans le dép. de la Vendée, commune de 
Noirmoutiers et Blanche dans le pays Messin. Blanche 
se disait d'une femme d'une grande beauté. 

BLANCHET. — De Blancheville, commune du dép. de la 
Haute-Marne, arr. de Chaumont. Blanchet est une cami- 
sole, une sorte d'étoffe, un cheval à poil blanc, une pièce 
de monnaie, la céruse, du fard, et un morceau de drap 



[ 56 ] 

blanc dont on se sert chez les imprimeurs pour garnir le 
grand tympan d'une presse. 

BLANCHON. — De Planchamp, commune de la Lozère, arr. 
de Mende. Blanchon, pique, épée, bâton de défense. 

BLANCHY. — Commune de l'Artois, diocèse d'Arras, inten- 
dance d'Amiens. 

BLANDELET. — De Blandouet, commune du dép. de la 
Mayenne, arr. de Laval. Blandelet, dérive de blande, qui 
signifiait, en parlant de la femme, séduisante, flatteuse. 
C'était aussi une sorte d'étoffe. 

BLANGE. — De Langé, commune du dép. de l'Indre, arr. de 
Châteauroux. Blangé, de blange, flatterie, tromperie. 

BLANOT. — Communes des dép. de Saône-et-Loire, et de la 
Côte-d'Or, arr. de Beaune. 

BLANQUET. — De Lanquais, commune de la Dordogne, arr. 
de Bergerac. La blanquette est une poire dont la peau 
est blanche. Brantôme se sert de ce mot pour désigner 
un blanc bec. Blanquette, couverture de drap blanc, 
espèce de hachis, faite avec de la farine. 

BLANQUIER. — V. Blanquet. Le blanquier est celui qui 
porte une blanque. 

BLAU. — Blot, baronnie en Auvergne, érigée en 1240 en 
faveur de Chauvigny, et Bleot, seigneurie bretonne de 
1700. Blau, blé. 

BLAVIER. — De Blévy, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Dreux. Un blavier est un marchand de grains, 
un sergent commis à la garde des moissons. 

BLAZON. — Baronnie en Anjou, sur la Loire, diocèse d'An- 
gers, élection de Saumur. Blazon ou blason, signifie dis- 
cours, ruse, blâme, raillerie, débat, poésie, devise et 
armes dépeintes sur un écu. 

BLEAU.— V. Blau. 

BLED. — De Blet, commune du dép .du Cher, arr. de Saint- 
Amand. Bled se disait pour champ de bled, moisson. 

BLENIER. — De Bligny, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d' Aux erre. 



[ 57 ] 

BLERY. — De Bréry, commune du Jura, arr. de Lons-le- 

Saunier. Blairie se disait pour emblavure, champ em- 
blavé. 
BLEURY. — Commune du dép. d'Eure-et-Loir, en Beauce, 

canton de Maintenon. 
BLET. — Commune du dép. du Cher, arr. de Saint-Amant, 

canton de Néronde. Blet se dit d'un fruit trop mûr et à 

demi pourri. Bleste est un motte de terre. 
BLIER. — De Bligny, bourg du dép. de la Côte-d'Or, à 4 

lieues de Beaune. Blier, nom d'homme. 
BLIN. — Seigneurie de Picardie, érigée en 1591 en faveur 

de Pasquier. Blin se dit pour tulipe, mouton, taupinière. 

En breton, il signifie cime, bout, hauteur; en gallois, 

fatigué, nuisible, incommode. 
BLOOHE. — De Loches, ville du dép. d'Indre-et-Loire. Une 

bloche est une motte de terre, une prune blanche sau- 
vage. 
BLOIS. — Ville de France, capitale du Blaisois, sur le bord 

septentrional de la Loire. Blois veut dire blond. 
BLONDEAU. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1668 

pour De Beauregard. Blondeau se disait pour blondet, 

bœuf d'un bai clair. 
BLONDEL. — De Landelles, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Beauvais. Blondel, blond, teint coloré par art. 
BLONDIN. — De Blandin, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de la Tour-du-Pin. Blondin, qui a les cheveux blonds, et 

au figuré, gens qui font les beaux. 
BLOUÂRD. — De Plougar, commune du Finistère, arr. de 

Morlaix. 
BLOUIN. — De Louin, commune du dép. des Deux-Sèvres, 

arr. de Parthenay. 
BLUTEAU. — De Blot, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 

Riom. Bluteau, instrument pour séparer le son de la 

farine. 
BOARD. — De Bohal, commune du Morbihan, arr. de Vannes, 

canton de Questembert. 



[ 58 ] 

BOBE. — D'Aube, commune du dép. de l'Orne, arr. de Mor- 
tage. Bobe signifie tache, pièce de monnaie, tromperie. 
Des bobes sont de grosses lèvres, des babines. 

BOBIEN. — De Bobien, seigneurie de Bretagne, fondée en 
1650 pour Le Cliaponnier. 

BOC. — De Borq, commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Parthenay. De bock, verre à bière, son contenu. 

BOCAGE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 en fa- 
veur de De Leslay. Nom d'une petite contrée de la 
Basse-Normandie, entre la Vire et l'Orne, avec Vire 
pour capitale. Il y avait aussi un petit pays de ce nom 
dans la Vendée. Vient de boscum, boscus, ou bosco, bois, 
forêt. 

BOCASSE. — De la Bocasse, en Normandie, diocèse de 
Rouen. De boicasse, boiteux. 

BOCHART. — De la Bocca, dép. des Alpes-Maritimes, dans 
la commune de Cannes. Bochart, ville de Tartarie. Dé- 
rive du vieux français boche, bouche, ou de boch, bouc 
dans l'idiome de Cornouailles. 

BOOHET. — De Boscherville, commune du dép. de l'Eure, 
arr. de Pont-Audemer. Bochet est une espèce d'hydro- 
mel, un petit bouc, de la bière en Bourbonnais, et un 
corbeau en architecture. En bas breton, bochet signifie 
joufflu. 

BODEAU. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 en fa- 
veur de Chomart. Bodeau ou bodaut, veau. 

BODIN. — V. Baudin. Bodin, boudin. 

BODY. — De Baudy, commune du dép. de Lot-et-Garonne, 
arr. de Villeneuve. Boudie, ventre. 

BOEL. — De Boesle, en Normandie, diocèse et parlement de 
Rouen. Boël, signifie boyau, et cour, en Normandie. 

BOESME. — Bourg du dép. des Deux-Sèvres, arr. de Bres- 
suire. De boesme, entrait. 

BOESMIER. — De Bomy, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Saint-Omer. 

BOESSELE. — Boissey, commune du Calvados, arr. de Li- 



[ 59 ] 

sieux. Une boesse est un instrument en fil de laiton pour 

ébarber les lames d'or et d'argent, dans les hôtels de 

monnaie. 
BOESSONS. — Des Bessons, commune de la Lozère, arr. de 

Marjevols. Boisson, buis. 
BOETARD. — De Beautor, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Laon. 
BOHEUR. — Boeurs, commune du dép. de l'Yonne, canton 

de Cerisiers, arr. de Joigny. 
BOILARD. — De Boulaur, commune du dép. du Gers, arr. 

d'Aucli. Un boilard est celui qui a un gros ventre, et 

dérive de boille, ventre, bedaine. Dans l'ancien normand 

on disait boele pour buet. 
BOILEAU. — De Bouelles, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. de Neufcliâtel-en-Bray. Boileau, buveur d'eau. 
BOILEUX. — Boisleux, seigneurie eu Artois, érigée en 1500 

pour De Beaufort. 
BOILY. — De Bouilly, commune du dép .de l'Aube, arr. de 

Troyes. Dérive de boële, intestin ou de boille, gros 

ventre. 
BOIN. — Commune dans le Forez, diocèse de Lyon. Boin, 

dans l'idiome irlandais, signifie léger, vite, prompt. 
BOIRE. — Bourg de la Mayenne, surnommé le Grang. Boire, 

cidre, boisson quelconque. De borra, creux plein d'eau. 

Une boire est une mare d 'eau provenant du travail dans 

le sol, produit par l'eau d'une chaussée rupturée. 
BOIS. — Commune du dép. de la Charente-Inférieure, arr. 

de Jonzac, canton de St-Genis. Bois, partie ligneuse des 

arbres. Dans le celtique, bois signifie filet. 
BOISARD. — De Poizat, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Nantua. Boisart, forestier, trompeur. 
BOISDON. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, en Brie, 

avec seigneurie fondée en 1650 pour Durand de Ville- 

gagnon. 
BOISE. — De Boisse, commune de la Dordogne, arr. de Ber- 
gerac. Boise est une petite bûche, une arête de poisson, 



[ 60 J 

un montant d'échelle, un banc de bois, un fond de ton- 
neau de bois en général, forêt. 

BOISGUILLOT. — De Boisguillaume, en Normandie, diocèse 
de Rouen. 

BOISJOLI. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
D'Acigné. 

BOISLE. — Commune du dép. de la Somme, en Picardie, 
canton de Crécy, arr. d'Abbeville. Boille, viscère des 
animaux, météorisme, gros ventre, cour intérieure, me- 
sure pour le vin. . 

BOISSÂRD. — De Boissac, com. du dép. d 'Ille-et- Vilaine, 
arr. de St-Malo. 

BOISSEAU. — Village en Beauce, arr. de Blois, et seigneurie 
de Normandie, érigée en 1586 pour De Hallot. Dérive 
de bussa, bosse: de bussa on a fait bussum par méta- 
plasme dont nous avons fait boisseau. 

BOISSEL. — Lieu du dép. du Tarn, arr. de Gaillac. Boissel, 
boisseau. Boisselée, mesure agraire. 

BOISSIER. — De la Boissière, seigneurie de Bretagne, sei- 
gneurie du Languedoc, et seigneurie de la Franche- 
Comté. Un boissier est celui qui travaille le bois. 

BOISSINOT. — De Bessines, commune de la Haute-Vienne, 
arr. de Bellac. 

BOISSON. — V. Boesson. Boisson, au masculin, se dit pour 
les branches de prunellier et d'aubépine obtenues par le 
recépage des haies, bois peu étendu. 

BOISSONNEAU. — De Busson, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Chaumont. 

BOISSY. — Cinq ou six seigneuries de ce nom. Celle de 
Champagne date de 1700. 

BOITEAU. — De Boit, ville du Limousin, dans le dép. de 
Corrèze, sur la Dordogne, à 10 lieues de Tulle. Boiteau 
se disait pour boisseau, botte, boîte. 

BOISVERT. — De Beauvoir, communes des dép. de l'Isère, 
de l'Aube, de l'Oise, de la Manche, des Deux-Sèvres et 
de la Vendée. 



[ 61 ] 

BOIVIN. — De Bauvin, commune du dép. du Nord, arr. de 
Lille. 

BOLDUC. — Corruption de Bois-le-Duc, ville du Brabant, 
située dans une plaine où les ducs de Brabant allaient 
faire la chasse, et qui pour cela était appelée bois-le-duc, 
sylva Ducis. 

BOLERON. — D 'Oloron, ville des Basses-Pyrénées. Dérive 
de bolère, tromperie. 

BOLUSE. — De la Boulouze, commune du dép. de la Manche, 
arr. d'Avranches. Dérive du grec bôlos, motte de terre 
rougeâtre ou jaunâtre. 

BOLVIN. — De Bolleville, en Normandie, canton de Bolbec. 
Vient du grec bôlos, motte de terre, boule. 

BOMBARDIER. — De Lombard, commune du dép. du Jura, 
arr. de Lons-le-Saunier. Le bombardier est celui qui 
jette les bombes au moyen de mortiers. 

BOMES. — Bommes, bourg du dép. de la Gironde, dans le 
Bazadois. 

BOMPARD. — De Bompas, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Perpignan. 

BON. — Seigneurie de Normandie, unie à celle de Sousmons, 
érigée en marquisat en 1735. Dans le langage gaulois, 
bon signifiait eau et boue. 

BONASSE. — De Bonas, commune du dép. du Gers, dans 
l'Armagnac, canton de Valence, arr. de Condom. Bon- 
nasse, sorte de cuve. 

BONDEAU. — De Bodeau, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1696 pour Chomart. Dim. de bonde, balle, boule. 

BONDY. — Commune du dép. de la Seine, arr. de Saint- 
Denis, canton de Pantin. Bondie signifie bruit, son, re- 
tentissement, une pomme grosse, verte, rouge, et fort 
lisse. 

BONET. — Bonnet-de-Delme, seigneurie de Lorraine, érigée 
en 1697 pour Busselot. Bonet, ancienne étoffe, bourse 
de laine, de qualité médiocre. 

BONFILS. — De Bonf ays, lieu du dép. des Vosges, com. de 



[ 62 ] 

Légéville. Autrefois l'on appelait Bons Fils ou Bons 
Fieux les Frères pénitents du Tiers-Ordre de saint Fran- 
çois. 

BONHOMME. — Commune du dép, du Haut-Rhin, arr. de 
Colmar, canton de La Poutroye. Bonhomme signifie 
personne âgée, vieillard, homme de bien, paysan, homme 
du commun, marrube. 

BONIAULT. — De Boni, ville située sur la Loire, entre 
Nevers et Orléans, dans le pays de Puisaye. Du latin 
bonum, boni, veut dire excédent de la recette sur la 
dépense, bénéfice. 

BONIFACE, — De Bonifacio, en Corse, arr. de Sartène. Nom 
d'homme, qui se dit aussi de ceux qui sont doux, simples 
et sans malice. 

BONIN. — De Bonen, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 
Guingamp. 

BONJOUR. — De Boncourt, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Fête solennelle, visière; faire son 
bonjour, c'était recevoir le saint sacrement de l'Eucha- 
ristie. 

BONNE. — Seigneurie du Limousin, érigée en 1552 en fa- 
veur de Desmaisons. Bonne, nom de femme, gouver- 
nante d'un enfant; et en bas-breton, il signifie clef de 

voûte. 

BONNEAU. — De Bonnaud, commune du Jura, arr. de Lons- 
le-Saunier. Bonneau, terme de marine, morceau de bois 
ou de liège qui flotte sur l'eau, et qui marque l'endroit 
où l'on a mouillé l'ancre. C'est aussi un tonneau relié de 
fer, une haie, dans le langage de l'Orléanais. 

BONNEFOND. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1560 pour 
De Boisgueheneuc. Commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Tarbes. 

BONNELLE. — Bonnelles, seigneurie normande, érigée en 
1724 pour De Beauvais, et Bonelle, ville de l'Ile-de- 
France, dép. de Seine-et-Oise, à 2 lieues de Dourdan. 

BONNET. — Commune du dép. de la Meuse, arr. de Com- 



[ 63 ] 

mercy. Bonnet, nom d'homme, signifie habillement qui 
couvre la figure. 

BONNETON. — De Bonnetan, commune du dép. du Gard. 

BONNEVILLE. — Seigneurie de Normandie, qui remonte à 
1450, érigée en faveur de Malherbe. 

BONNI. — Bony, ville du Gâtinais, dans le Loiret, sur la 
Loire, à 2 lieues de Briare, et Bony, en Picardie. 

BONNIEB. — De Bonnières, dép. de Seine-et-Oise, arr. de 
Mantes, sur la Seine. Bonnier veut dire fermer. 

BONSECOURS. — Hameau, près de Condé, sur l'Escaut, 
mi-français, mi-belge. Bonsecours, à une lieue de Rouen, 
sur la Seine. 

BONVOULOIR. — Phare d'observation à Juvigny-sous- An- 
daine, dans le dép. de l'Orne. 

B0RDA6E. — Seigneurie de Bretagne, érigée en marquisat 
en 1656 en faveur de Montbourcher. Bordage, droit sei- 
gneurial dû sur une borde, loge ou hôtel, petite métairie. 

BORDE. — Seigneurie de Bourgogne, et ancienne baronnie 
à 3 lieues de Châlons-sur-Saône. Bordes, commune des 
Hautes-Pyrénées, arr. de Tarbes. Borde se disait pour 
petite maison de campagne, bûche, chaumière. Bord est 
un mot saxon qui signifie maison ; on en a fait borderie, 
petite ferme, et bordier, fermier ou métayer. 

BORDEAU. — De Bord, ville du Limousin, dans la Corrèze, 
sur la Dordogne. V. Borde. Bordeau, lieu de débauche, 
cabane, bûcher, feu. 

BORDELAIS. — De Bourdalat, commune du dép. des Landes, 
arr. de Mont-de-Marsan. Bordelais, qui est de Bordeaux, 
ancien pays de la Guienne. 

BORDELEAU. — De Bourdelle, seigneurie d'Auvergne, éri- 
gée en 1570 pour De Chariol. Bourdelot est un gâteau 
aux pommes, dont la pâte enveloppe complètement le 
contenu. 

BORDENAS. — De Bourdenay, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Nogent-sur-Seine. Bourdennasse, lance, grosse et 
creuse, pour les tournois. 



[ 64 ] 

BORDEREAU. — De Bordères, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnère. Bordereau, diminutif de borde, 
signifie mémoire dont on fait un compte en paiement 
d'une somme. 

BORDERON. — De Boron, commune du Territoire de Bel- 
fort. Dérive du grec oros, bord, de l'irlandais bord, 
table, et signifie ferme. 

BOREL. — De Borel, village de la Provence, canton de Sé- 
deron. Borel signifie cautionneur; et borrel, collier de 
cheval. 

BORGIÂ. — Ville d'Espagne, province de Saragosse. 

BORGNE. — De Borne, seigneurie du Velay, érigée en 1662. 
Borgne, vieux français, nasse pour pêcher le poisson. 

BORNAIS. — De Bornay, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1463 pour De Sainte-Croix. Bornais, ruche d'abeilles, 
terre argilo-sablonneuse un peu forte, jaune, quelque- 
fois d'un gris blanchâtre. 

BORNE. — Seigneurie de la Marche, érigée en 1620 pour 
D'Aubusson. Borne, limite, marque fixe qui sert à ter- 
miner un champ, un territoire. Du gallois born, fon- 
taine, source. 

BORNEUF. — Bourneuf, seigneurie du Languedoc, érigée 
en 1700 pour De L'Estang de Ry. 

BORNI. — Borny, dans les environs de Metz, dans le dép. 
de la Moselle, au pays Messin. 

BORNIVAL. — De Bonneval, commune du dép. de l'Eure-et- 
Loir, arr. de Châteaudun. Dérive du grec bounos, mor- 
ceau de terre, du gallois borne, fontaine, source. 

BORY. — Bories, châtellenie située sur la route de Périgueux 
à Saint-Pardoux, et Bory, dans l'Angoumois, diocèse 
d'Angoulême. 

BOSOAUD. — De Bosc, vicomte du Languedoc, érigée en 
1550, pour Castelnau de Clermont. Bosco veut dire 
bossu. 

BOSCHÉ. — Boschet, seigneurie de Bretagne, devenue vi- 



[ 65 ] 

comté en juillet 1608 en faveur de Lescouet. Boschet, 
signifie liqueur, hypocras. 

BOSQUE. — Bosq, seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 
en faveur de De Trogofï. Bosc, bois. 

BOSSANGE. — De Bousselanges, commune de la Côte-d'Or, 
arr de Beaune. 

BOSSE. — Bossé, commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 
Loches. Bosset, sorte de tonneau. Dans le patois nor- 
mand, on disait boché, bochu, pour bossé, bossu. 

BOSSU. — Seigneurie de Picardie, fondée en 1579 pour Cas- 
tagnier. Bossu vient de bussus, gras. D'autres le font 
dériver de gibbosus, par suppression de la première 
syllabe. 

BOSSY. — De Boissy, lieu du dép. d'Eure-et-Loir, dans la 
'commune de Saint-Laurent-la-Gâtiné. Bossy, arbre 
d'Afrique. 

BOTQUIN. — V. Bauquin. Botequin signifie petit bateau, 
nacelle. 

BOUAT. — Du Buat, commune du dép. de la Manche, arr. de 
Mortain. Bouat vient du gallois bou, bœuf, ou de l'ir- 
landais bou, même sens. Dans le vieux français bou 
signifiait bracelet. 

BOUBON. — Commune du dép. de la Haute-Vienne, en Poi- 
tou. Boubon, tumeur, espèce de charbon. 

BOUC. — Seigneurie de Provence, devenue marquisat en 
1690 pour Seguiran. Bouc signifiait outre, et figurément, 
débauché. 

BOUCANE. — De Bouconne, lieu de la Haute-Garonne, dans 
la commune de Léguevin. 

BOUCAUT. — Boucau, commune du dép. des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Bayonne. Boucaut est le nom donné à l'em- 
bouchure de quelques rivières, comme celles du pays des 
Basques et celles des Landes. On appelait aussi boucaut 
un soupirail de cave, un moyen tonneau. 

BOUCHARD. — Ville et île de la Touraine, formée par la 
Vienne, dép. d'Indre-et-Loire, à 7 lieues de Tours, et 



[ 66 ] 

commune du dép. de l'Allier, dans le Bourbonnais, can- 
ton de Donjon, arr. de La Palisse. Bouchard, en argot,, 
figure malpropre. 

BOUCHE. — D'Ouches, commune du dép. de la Loire, arr. de 
Roane. Bouche, fagot, botte. 

BOUCHER. — De Buchei, commune de la Haute-Marne, arr. 
de Chaumont. Boucher vient de buccare, fermer, bou- 
cher, qui dérive lui-même du grec buô. 

BOUCHERY. — De Beauchery, commune du dép. de Seine- 
et-Marne, arr. de Provins. Boucherie, prison. 

BOUCHET, BOUCHETTE.— Commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Montélimar. Ancien marquisat érigé en 1682, 
sous le nom de Du Quesne, dans le dép. de Seine-et-Oise, 
à 1 lieue de la Ferté-Alais. Bouchet est le nom donné à 
un breuvage fait d'eau aromatisée avec sucre et canelle. 
Il y a aussi la poire de bouchet, grosse, ronde et blanche. 
Bouchette est le diminutif de bouche, c'est-à-dire petite 
bouche, de buccella. 

BOUDART. — De Bidard, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Bayonne. Boudart dérive de boud qui, en cel- 
tique, signifie murmure, bourdonnement. 

BOUDOU. — Commune du dép. de Tarn-et-Garonne, en Quer- 
cy, canton de Moissac. 

BOUDREAU. — De Boudrac, commune de la Haute-Garonne^ 
arr. de St-Gaudens. Dim. de boudre, bouillir. 

BOUER. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de Mamers. 
Bouer, terme de monnayage qui se disait de la huitième 
façon qu'on donnait aux monnaies fabriquées avec un 
marteau appelé bouard. 

BOUET. — Boue, commune du dép. de l'Aisne, en Picardie. 
Bouet se disait pour trou, boue. 

BOUFFANDEAU. — De Bouffonds, commune du dép. des 
Deux-Sèvres, arr. de Melle. 

BOUFFARD. — De Buffard, dans la Franche-Comté, parle- 
ment de Besançon. Bouffard se disait pour gourmand,, 
glouton. D'après Lacurne, ce mot s'appliquait à celui 



[ 67 ] 

qui devenait gonflé après avoir trop mangé. Vient du 
latin buffare, se gonfler de mangeaille. Dans le V. F. 
bouffé signifie être en colère et ne pas éclater. 

BOUGAINVILLE. — Commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. Bougainville, bourguain, bourdaine. 

BOUGIE. — Bougis, seigneurie du Perche, érigée en 1573 en 
faveur de Catinat. Bougie se disait pour vessie. 

BOUGON. — Commune du Poitou, diocèse de Poitiers. Sei- 
gneurie de Bretagne, érigée en 1620 pour Du Bois de la 
Salle. Bougon se disait pour dard, trait, flèche, tronçon, 
poinçon. 

BOUGRAN. — De Bouhans, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, arr. de Louhans. Bougran est une toile forte et 
gommée qu'on met entre la doublure et rétofi:'e des ha- 
bits, afin de les tenir plus fermes. 

BOUGUILLON. — De Bouglon, commune du dép. de Lot-et 
Garonne, arr. de Marmande. 

BOUGY. — Communes du Calvados et du Loiret. 

BOUHOURS. — De Bours, communes du Pas-de-Calais et des 
Hautes-Pyrénées. Le bouhours est l'arme ou la lame 
avec laquelle on goûte. 

BOUILLANE, BOULIANE. — De Bouilland, commune du 
dép. de la Côte-d'Or. Dans le vieux français bouille 
signifiait bourbier, et, en outre, une perche dont se ser- 
vaient les pêcheurs pour remuer la vase. 

BOUILLE. — Bouillé-Théval, seigneurie en Anjou, fondée 
en 1700 pour Bouille. Bouillet est le diminutif de bouil- 
lon et de bouillie. 

BOUILLET. — De Bouille, commune de la Vendée, arr. de 
Fontenay-le-Comte. Le bouillet est un petit tonneau 
porté par un âne en manière de mannequins pour trans- 
porter de l'eau, de la vendange. 

BOUILLON. — Seigneuries de Normandie et de Bretagne. 
Celle de Normandie date de 1667, et celle de Bretagne, 
de 1696. Une lande du canton de Briquebec, en Nor- 
mandie, s'appelle la Lande des Bouillons. Bouillon se 



[ 68 ] 

dit pour bourbier, bulles de gaz qui crèvent à la surface 
des eaux fangeuses, plante appelée bardane, mesure ou 
poids, sorte de bière. 

BOUIN. — Châtellenie de Bretagne, érigée en baronnie en 
1714, en faveur de Phelippeaux. 

BOUIS. — Seigneurie de Bourgogne, érigée en 1618 en fa- 
veur de Perrault. Le bouis est un instrument de cor- 
donnier formé d'un morceau de buis, qui sert à polir le 
bord des semelles. 

BOUJOM. — De Boujeons, commune de la Franche-Comté, 
arr. de Pontarlier. Le boujon est une sorte de flèche à 
tête obtuse. 

BOULANGER. — De Boulange, commune du dép. de la Mo- 
selle, arr. de Brie. Vient de boule, forme de pain. 

BOULARD. — Boularre, commune du dép. de l'Oise, ou 
Boulaur, commune du dép. du Gers, dans l'Armagnac. 

BOULAY. — Communes de Normandie et du Maine, et sei- 
gneurie de Beauce, érigée en 1640 pour Du Boulay. 
Boulaie signifie terre pleine de bouleaux, fouet à la- 
nières et boulaye, massue, boule. 

BOULE. — Bouley, seigneurie dans le Perche, érigée en 
1450 pour Moucheron. Boulé signifie gonflé, malade, 
cuit sur des charbons ardents. Une boulée se disait pour 
des raisins attachés en boule. 

BOULET. — Du Boulhet, seigneurie dans le Velay, fondée 
en 1720 pour De Briges. Boulet se dit pour baguette de 
bouleau. C'est aussi le diminutif de boule, et vient du 
latin bulla, du flamand bol, et d'autres langues qui 
toutes donnent pour signification le mot globe, grosse 
bille à jouer, en pierre ou en fer. Boulet se disait aussi 
pour potiron, pilule, paillette, nombril. 

BOULIER. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
De Gaulais. Boulier est un terme de pêche, c'est un filet 
en forme de seine, et tendu aux embouchures des étangs 
salés. 

BOULIGNER. — Bouligney, commune du dép. de la Haute- 



[ 69 ] 

Saône. Bouliner, c 'est aller à la bouline, prendre le vent 
de côté. 

BOULIN. — Commune du dép. des Hautes-Pyrénées, dans 
le Bigorre. Le boulin est un petit trou disposé tout 
autour d'un colombier pour y nicher des pigeons. On 
appelle aussi boulin un pot de terre fait pour recevoir 
des pigeons. 

BOULLE. — Boullay, seigneurie fondée en 1649 pour Martel, 
et communes du dép. d'Eure-et-Loir et de Seine-et-Oise. 

BOULOGNE. — Seigneurie et comté de Picardie, arr. de 
Pas-de-Calais, et arr. de Saint-Denis, et ville de la Gas- 
cogne. 

BOUQUEVILLE. — De Bouqueval, commune du dép. de 
Seine-et-Oise, arr. de Pontoise. Bouque signifie entrée. 

BOUR. — V. Bourg. Bour se disait pour canard. 

BOURAN. — Bourham, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1560 en faveur de Collardin. Le boura est une sorte 
d'étoffe soie et laine. 

BOURÂSSÂ. — De Bourras, ville du dép. des Vosges, en 
Lorraine, près de Saint-Dié. Vint de bourais, habitant 
du bourg ou de bourasse, menu bois, broutilles. 

BOURBEAU. — De Courbes, commune du dép. de l'Aisno, 
arr. de Laon. Bourbeau signifie bourbier. Vient aussi de 
bourbe, terre imbibée d'eau. 

BOURBON. — Lieu du dép. de Lot-et-Garonne, canton de 
Laroque, arr. d'Agen. Les bourbons, dans les salines, 
sont de grosses pièces de bois de sapin qui servent à 
soutenir les poêles par le moyen de cuves. 

BOURBONNAIS. — Du Bournet, lieu dans le dép. de la 
Gironde. Bourbonnais, ancien duché de France, situé 
entre l'Auvergne, la Forêt, la Bourgogne, le Nivernais, 
le Berry et la Marche. Vient du grec borboros, boue, 
limon. 

BOURBOULON. — De Bourlon, hameau du dép. du Pas-de- 
Calais, arr. d'Arras. 



[ 70 ] 

BOURBOURG. — Seigneurie de la Flandre maritime. Bour- 
bourg est une tulipe de quatre couleurs, 

BOURC. — De Bourcq, commune du dép. des Ardennes, arr. 
de Vouziers. Bourc signifie bâtard. 

BOURDAGE. — Du Bordage, seigneurie de Bretagne, érigée 
en marquisat pour De Montbourclier, en 1656. V. Bor- 
dage. On disait jadis une bourde, pour signifier une mai- 
sonnette. 

BOURDEAU. — Commune du dép. de la Drôme, en Dau- 
phiné, arr. de Die, et Bourg-d'Ault, commune de Picar- 
die, dép. de la Somme, sur l'Océan à 1 lieue d'Eu. De 
bourde, bâton ferré des marins, gros bâton sur lequel 
s'appuie une sorte de potence dont se servent les vigne- 
rons. Un bourdeau, en v. f. boule. 

BOURDET. — Du Bourdet, marquisat de Saintonge, érigé en 
faveur de De Cugnac. C'est aussi une commune dans le 
dép. des Deux-Sèvres. 

BOURDIGAL. — De la Bourdigalière, commune du dép. de 
la Vienne, arr. de Loudun. Du vieux français bourdie, 
qui signifiait terme, métairie. 

BOURDELAIS. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1770 
pour Du Gruny. Le bourdelais est un gros raisin blanc 
ou rouge. 

BOURDON. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1660 en 
faveur d'Olivier .Bourdon s'emploie dans plusieurs sens, 
bâton spécial porté par les pèlerins, un clou à grosse 
tête. Si on le fait dériver du latin burdus, c'est un âne 
ou mulet. 

BOURDUCEAU. — De Bourdeix, commune du dép. de la 
Dordogne, arr. de Nontron. 

BOURE. — Bouret, seigneurie de Guyenne, érigée en 1114 
pour De Gourgues. Bouret, sorte de baquet. 

BOURG. — Seigneurie dans la Bresse, fondée en 1600 pour 
Pion. Seigneurie de Gascogne, fondée en 1500 pour De 
Jussau. Bourg se dit pour une agglomération d'habita- 
tions ayant un clocher. 



[ 71 ] 

BOURGAULT. — De Burgaud, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Toulouse. Le bourgault est une grosse 
mouche d'un noir brillant, au dard acéré, un frelon. 
Bourgaud signifie bandit, mauvais diable, dissipé, liber- 
tin. Ce mot vient probablement de burgator, d'ancienne 
latinité, qui signifiait voleur de nuit. Le bourgault est 
encore un limaçon que l'on trouve dans la mer des An- 
tilles. 

BOURGELAS. — De Burgalays, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de St-Gaudens. De bourge, bourg. 

BOURGERY. — De Burgy, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, arr. de Mâcon. Dérive du grec burgos, tour. Bour- 
gerie, ville ouverte. 

BOURGEOIS. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1624 
pour De Heudey. Vient de l'allemand burger, qui signi- 
fie bourgeon. C'est aussi le nom d'une monnaie de 
Bourges. Peut encore dériver de bourg. Autrefois l'on 
faisait la différence entre citoyen et bourgeois: l'un 
était habitant des cités, et l'autre, des bourgs. 

BOURGET. — Seigneurie de l'He-de-France, érigée en 1679 
pour Potier, Le Bourget est aussi un bourg du dép. de 
Savoie, arr. de Chambéry. Bourget se dit pour tabouret 
rond, petit bourg, et tissu de lin mélangé de fil. 

BOURGMONT. — Bourmont, seigneurie bretonne, érigée en 
1668 pour Le Roy. 

BOURGOIN. — Bourg dans le Dauphiné, diocèse de Vienne, 
parlement de Grenoble. De la Bourgoigne, seigneurie 
bretonne, érigée en 1668 en faveur de Callet. C'est aussi 
une ville du Dauphiné, sur la Bourbe. Bourgoin est une 
variante de Bourguignon. V. ce nom. 

BOURGON. — Seigneuries de Bretagne et du Maine, celle-ci 
à 5 lieues de Laval. 

BOURGUÉ. — Bourguet, seigneurie en Provence, fondée en 
1667 pour De Ravel. 

BOURGUIGNON. — Seigneurie dont fut formé en 1713 le 
comté d'Amedor en Bourgogne. Bourguignon, peuple 



[ 72 ] 

de rancienne Germanie, unie aux Vandales, avec les- 
quels il envahit la Gaule en 407. D'après Waehter, ce 
mot se composerait de bur, habitant d'une ville ou une 
ville, et de gund, guerre, combat; c'est-à-dire habitants 
belliqueux. 

BOURI. — Seigneurie du Vexin-Français, devenue marqui- 
sat en 1687 en faveur de Ligneri. Bouri signifie hamac. 

BOURINOT. — De la Bourine, commune des Bouches-du- 
Rhône, ar. de Marseille. Vient de burine, querelle, rixe. 

BOURLÂIS. — De Burlats, commune du dép. du Tarn, arr. 
de Castres. Bourlée, bourrelet, coiffure. 

BOURLIS. — Bourly, commune du dép. de la Haute-Saône, 
dans les environs d'Annemasse, à peu de distance du lac 
de Genève. 

BOURNIVAL. — De Bourneville, commune du dép. de l'Eure, 
canton de Quillebœuf. De bournois, terre glaise. 

BOURO. — Commune du dép. des Hautes-Pyrénées, dans le 
Bigorre, et Bours, seigneurie de Picardie, érigée en 1755 
pour Du Bois. Bourot, caneton, petit de la boure, flocon 
de laine que les moutons laissent aux buissons. 

BOURON. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, canton 
de Nemours. Bouron, est un vieux mot qui signifie ca- 
bane, cabaret. 

BOURQUE. — V. Bourc. 

BOURRET. — Commune du dép. de Tarn-et-Garonne, arr. de 
Castel-Sarrasin, ou Bourrée, seigneurie de Flandre, fon- 
dée en 1700 pour De Preys. V. Bouret. Bourré est un 
fagot de menues branches, un caneton. 

BOURSIER. — Boursies, commune du dép. du Nord, arr. de 
Cambrai. Boursier est un ouvrier qui fait des bourses, 
un écolier qui jouit d'une bourse, un trésorier. 

BOURY. — Commune du dép. de l'Oise, canton de Chau- 
mont. Boury, mâle de la bourrique. 

BOUSQUET. — Commune dans le dép. de l'Aube, sur la 
route de Clermont à Béziers. Bousquet signifie bour- 
rasque, grain. 



[ 73 ] 

BOUTEILLER. — De la Bouteille, seigneurie de Bretagne, 
et commune du dép. de l'Aisne, arr. de Vervins. Bou- 
teiller pour boutiller, grand échanson chez le roi, adonné 
à la bouteille. 

BOUTEILLERIE. — Commune dans la Flandre, diocèse 
d'Arras, parlement de Douai. Ce mot signifie échanson- 
neri^. 

BOUTEROUE.— De Bottereaux, commune du dép. de l'Eure, 
arr. d'Evreux. Bouteroue est une borne au coin, ou le 
long d'un passage afin de préserver les parois, les angles 
des murs, les arbres, du choc des roues de voiture. 

BOUTET. — Seigneurie du Condomois, érigée en 1740 en 
faveur de d'Orlar. Boutet veut dire rance. 

BOUTIER, BOUTILLER. — Boutiers, commune dans le dép. 
de la Charente, dans l'Angoumois, canton de Cognac. Le 
boutier, en vieux français, signifie bouteiller comme 
bout, bouteille. Boutiller dérive du grec bouttis, grand 
vaisseau de cuir. 

BOUTIN. — De Bostens, commune du dép. des Landes, arr. 
de Mont-de-Marsan. En bas-breton, boutin veut dire 
butin, picotin. Dérive du grec buthos, fond, extré- 
mité. 

BOUTINIS. — Boutigny, communes dans les dép. d'Eure-et- 
Loir, de Seine-et-Marne et de Seine-et-Oise. 

BOUTON. — De Bouthéon, commune du dép. de la Loire, 
arr. de Montbrison. Bouton en vieux français signifie 
fermail. C'est encore un moulin à tan, à draps, l'extré- 
mité du moyeu, le moyeu même. 

BOUTONNE. — Rivière de France, dans le Poitou, qui tombe 
dans la Charente au Port de Carillon. 

BOUTREL. — Boterel, seigneurie bretonne, érigée en 1485 
pour Montauban. Boutrel vient du vieux français 
boutre, ou tonneau, où l'on met le sucre brut et liquide. 

BOUTRON. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 en 
faveur d'Yvignac. Un boutron est un panier d'osier, 
une manne, une ampoule. 



[ 74 ] 

BOUVART. — De Bréval, commime du dép. de Seine-et-Oise, 
arr. de Mantes. Bouvart est le nom donné au jeune bœuf. 
C'est encore un gros marteau qui sert à frapper les mé- 
dailles lorsqu'elles ne sont point fabriquées au moule ni 
au moulin. 

BOUVET. — Seigneuries de ce nom, deux en Bretagne et 
une en Normandie. Une de Bretagne fut érigée en 1668 
pour Du Plessis ; celle de Normandie est du même temps 
à peu près. Bouvet, rabot à l'usage des menuisiers, un 
bouvillon. 

BOUVIER. — Lieu du dép. de Seine-et-Oise, commune de 
Guyencourt, arr. de Versailles. Le bouvier est un petit 
poisson de rivière appelée aussi péteuse, une constella- 
tion, 

BOUVRET. — De la Bouvraye, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1668 pour Des Vaux. 

BOUY. — Bouy-le-Malitre, seigneurie du Bourbonnais, qui 
date de 1750, et Bouy, communes des dép. du Cher et de 
la Marne. Bouy, buis. 

BOY. — Village du dép. de l'Ain, dans le Bugey, arr. de 
Belle. Nom d'homme. Vient de baudelius, baudille. 

BOYER. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Chalon. Boyer voulait dire bouvier. C'est encore une 
chaloupe flamande, matée en fourche. Vient de bovia- 
rius, boarius. 

BOYRY. — De Boiry, com. du Pas-de-Calais, arr. d 'Arras. 
Borie, métairie. 

BOZAMÂIN. — De Bouzemont, dan sles Vosges. Boza signi- 
fie boisson faite d'orge et de millet. 

BRABANT. — Province des Pays-Bas, et ancien duché, et 
communes du dép. de la Meuse, canton de Clermont et 
de Montfaucon. 

BRACMARD. — De Blaymard, commune de la Lozère, arr. 
de Mende. Bramard ou mieux bracquemard, est une es- 
pèce de coutelas. 

BRACONNIER. — De Bracon, seigneurie de la Franche- 



[ 75 ] 

Comté, érigée en 1755 pour De Boequet de Courbouson. 

Braconnier, coupeur de bois. 
BRAGELONNE. — Seigneurie de Bourgogne, érigée en 1760 

pour De Clugny. 
BRAGIAGE. — De Brageac, commune du dép. du Cantal, en 

Auvergne, canton de Pleaux, arr. de Mauriac. Dérive 

du gaulois bra^, vallée, ou du gallois qui signifie orge 

fermentée pour la bière. 
BRAI. — Bray, seigneuries de Bretagne, de Guyenne et de 

l'Orléanais. Brai, vieux mot qui signifiait boue, fange. 
BRAILLÉ. — De Brailly, commune du dép. de la Somme, arr. 

d'Abbeville. Braier, ouvrier qui fait des ceintures. 
BRAIS. — De Braye, seigneurie du Maine, érigée en 1680 

pour De Chazé. Braie, ouverture d'un empellement 

d'usine à eau. 
BRANCHAUD. — De Branche, commune du dép. d'Indre et 

Loire, arr. de Tours. Brangeau, petite branche, rameau. 
BRANCOGNET. — De Rancogne, commune de la Charente, 

arr. d'Angoulème. Brancognet, braconnier. 
BRANE. — Branne, ville du dép. de la Gironde, arr. de 

Libourne, sur la rive gauche de la Dordogne. 
BRANET. — De Brannay, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

de Sens. Brané, qui est marqué de taches de rousseur. 
BRANGER. — De Prangey, seigneurie de Bourgogne, érigée 

en 1700 pour Piétrequin. 
BRANSART. — De Branssat, commune du dép. de l'Allier, 

arr. de Gannat. De branse, branche. 
BRAQUIL. — De Braquis, commune du dép. de la Meuse, 

arr. de Verdun. Vient de braquerie, meute de bragues, 

chiens de chasse. 
BRAS-DE-FER. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, can- 
ton d'Ivry. 
BRASIER. — De Brasey, commune du dép. de la Côte-d'Or, 

arr. de Beaune. Brasier se dit pour feu ardent, vaisseau 

de métal où l'on met la braise pour réchauffer une 



[ 76 ] 

chambre, huche où les boulangers mettent de la braise, 
quand elle est étouffée. 
BRASSARD. — De Brassac, commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Ribérac. Brassart, armure du bras d'un 
gendarme ou d'un homme de guerre. 
BRASSEUR, BRASSEUX. — De Brasseuse, seigneurie pi- 
carde érigée pour De Senlis, en 1152. Brasseur est celui 
qui fait et vend de la bière en gros, appelé jadis cer- 
voisier. 
BRASSET. — De Brassayes, seigneurie de Beauce. Brasset, 
ancien lit de la Marne, près de Meaux, canal d'eau qui 
environne les faubourgs de la ville. 

BRAU, BRAULT. — Brau, commune de la Guyenne, diocèse 
de Bordeaux, et Braux, seigneurie en Champagne érigée 
en 1635 pour de Bozières. Braux est aussi une commune 
du dép .des Ardennes, arr. de Mézières. Brau signifiait 
boue, fange, braul, toile des Indes rayée de bleu et de 
blanc, et bro, région ou champ. Brau, en gallois, veut 
dire fragile. 

BRAY. — Communes dans les dép. de la Somme, du Calvados, 
de l'Aisne. Bray, boue, fange. Bray, petit pays en Nor- 
mandie, qui forme l'arrondissement de Neufchâtel. 

BRAZEAU. — De Brazey, dans le Dép. de la Côte-d'Or, arr. 
de Beaune. Dérive de braze, braise, du grec brazéin, 
être chaud. 

BRAZIER. — V. Brasier. 

BREARD. — De Bréal, commune du dép. d 'Ille-et-Vilaine, 
arr. de Montfort. Bréar en bas-breton, veut dire fatigué. 

BREAU. — Commune du Gâtinais, canton de Mormant, et 
baronnie de la Brie française, érigée en 1642 en faveur 
de Verthamont. Bréaud signifie criard sans raison, et 
en bas-breton, barrasse de fatigue. 

BREBANT. — Commune du dép. de la Marne, en Cham- 
pagne, canton de Sompuis. 

BREBIN. — De Brebant, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Vitry-le-François. 



[ 77 ] 

BBECHON. — De Brezons, commune du dép. du Cantal, arr. 
de St-Flour. Dérive du haut-allemand breca, rupture. 

BREDIN. — De Brandonnet, commune du dép. de l'Avey- 
ron, arr. de Villefranche. 

BREDON. — Bourg d'Auvergne, dép. du Cantal, sur l'Ale- 
gnon, près de Murât et Bredon, dans la Charente-Infé- 
rieure, canton de Matha. 

BREILLARD. — De Brillac, commune de la Charente, arr. 
de Confolens. Vient de breil, piège pour prendre les 
oiseaux. 

BREILLE. — De Breuillet, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de Marennes. 

BREILLY. — Commune du dép. de la Somme, canton de 
Picquigny, arr. d'Amiens. 

BREM. — Commune dans le Poitou, diocèse de Luçon. Brème, 
poisson d'eau douce qui ressemble à la carpe, mais plus 
plat, et porte de grandes écailles. 

BREN. — Brens, commune du dép. de la Drôme, arr. de 
Valence. Bren, vieux mot qui signifiait ordure, son. 

BRENIER. — Commune de la Bourgogne, diocèse de Lyon, 
parlement de Dijon. 

BRENTIGNY. — Brantigny, seigneurie en Champagne, éri- 
gée en 1649 et accordée à Du Reaulx. 

BRESAC. — De Bressac, dans le Bas Languedoc, diocèse de 
Viviers. 

BRESLAU. — De la Bresle, ville du Lyonnais, à 3 lieues de 
Lyon, et Bresle en Picardie, canton de Corbie. 

BRESSARD. — De Bressac, commune du dép. de l'Ardèche, 
canton de Chomérac. 

BRESSE. — La Bresse, commune du dép. des Vosges, arr. 
de Remiremont. Bresse, province de France, dont la 
cnpitale était Bourg. 

BREST. — Ville de Bretagne, et Brest, lieu du dép. de la 
Haute-Saône, commune d'Eboz, arr. de Lure. Breste, 
chasse aux petits oiseaux, qu'on prend à la glu avec un 
appât. 



[ 78 ] 

BRETEAU. — Commune du dép. du Loiret, dans le Gâti- 

nois, sur l'Armançon. 
BRETEL. — Communes de la Picardie et de la Normandie. 
BRETEUIL. — Bourg de Normandie, sur l'Iton, à 6 lieues 
d'Evreux. Seigneurie du Beauvaisis, érigée en 1502 pour 
Le Tonnelier. Breteuil, espèce de canon. 

BRETON. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de Mont- 
luçon. Breton signifie coquille, étincelle, bluette, flam- 
mèche. 

BRETONNEAU.— Commune du dép. du Loiret, arr. de Gien. 
Bretonneau, petit Breton. 

BRETONNIERE. — La Bretonnière, seigneurie de Norman- 
die, érigée en 1690 pour De Frémont, et commune de la 
Vendée, canton de Mareuil, arr. de Fontenay. 

BREUME. — V. Brem. Breume, brume, brouillard. 

BREUX. — Communes des dép. de l'Eure et de la Meuse. 
Breuil, petit bois, bocage, breu, bouillon, décoction. 

BREUZARD. — De Brézilhac, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Limoux. 

BREVILLE. — Communes deB dép. de la Charente, et du 
Calvados. 

BREZEAU. — De Brizeaux, commune de la Marne, arr. de 
Bar-le-Duc. 

BRIAC. — Commune du dép. d'Ille-et- Vilaine, arr. de Saint- 
Malo, canton de Pleurtuit. 

BRIAND. — Commune de Bourgogne, diocèse d'Autun. 

BRIANT. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1427 en fa- 
veur de Briant. Brier, altération de brailler. 

BRIART. — Briare, petite ville du Gâtinais, connue par son 
canal fait sous Louis XIII, et commune du Loiret. En 
irlandais briar signifie épine. 

BRIAS. — Seigneurie en Artois, érigée en 1200 pour De 
Brias, et devenue comté en 1649 pour le même. 

BRIAULT. — De Briot, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Grandvilliers. 

BRICAULT. — Bricot, en Champagne, diocèse de Troyes, 



[ 79 ] 

parlement de Paris. Bric signifie cage à prendre les 
oiseaux. 

BRIDARD. — De Bridoré, commune d'Indre-et-Loire, arr. 
de Loches. Dérive du grec britèr, traîner, tirer. 

BRIDEAU. — De Brides, commune de la Savoie, arr. de 
Moutiers. 

BRIEN. — De Brienne, commune du dép. de Saône-et-Loire, 
arr. de Louhans. Dérive de brie, brayoire. 

BRIERE. — De la Brière, seigneuries de Bretagne et de 
Normandie. Brière signifie terre en friche, où poussent 
des ronces et des bruyères. Brière désigne encore l'ar- 
buste qui croît sur cette terre. 

BRIGAL. — De Bréhal, commune du dép. de la Manche, arr. 
de Coutances. Brigaille, cuisinier. 

BRIGNET. — Du Brignay, seigneurie bretonne, érigée en 
1550 pour Le Cahideuc. Briguais, ville du Lyonnais, sur 
le Garon. 

BRIGNON. — Ville de France, en Champagne, dans le Seno- 
nois, sur l'Armançon. 

BRILLANT. — De la Brillane, seigneurie de Provence, érigée 
en 1573 pour De Rafïelis. Brillant veut dire joyau, 
diamants. 

BRILLEMONT. — Brignemont, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Toulouse. 

BRILLON. — Commune du dép. de la Meuse, arr. de Bar- 
le-Duc. Le brillon est un piège pour prendre les oiseaux. 

BRINDAMOUR. — De Brindas, commune du dép. du Rhône, 
arr. de Lyon. 

BRING. — De Bringues, commune du Quercy, canton de 
Livernon. Bringue signifie morceau, pièce, petit cheval 
de vilaine figure, et bring, force, puissance. 

BRION. — Commune dans le dép. de Maine-et-Loire, arr. de 
Beaugé. Brion, mousse du chêne, dernière partie de 
l'étrave, qui vient jusqu'à la hauteur de l'éperon, appe- 
lée aussi ringaau, homme évaporé. 

BRIQUET. — De Briquette, dans la Flandre, diocèse de 



[ 80 ] 

Cambrai. Briquet se disait pour bréchet, morceau, ba- 
gatelle. 

BRIS. — Communes des dép. de l'Yonne, arr. d'Auxerre, et 
de Picardie. Bris pour bruit, débat. 

BRISEBOIS. — De Saint-Bris-des-Bois, com. de la Charente- 
Inférieure, canton de Burie. Dérive du grec brithô, 
presser. 

BRISSAC. — Ville d'Anjou, à 4 lieues d'Angers. Seigneurie 
du même nom établie en 1100, devenue duché sous Louis 
XIII. 

BRISSAU. — De Prisées, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Ver vins. 

BRISSET, BRISSETTE. — De Brissay, commune du dép. de 
l'Aisne, arr. de St-Quentin. Brisset, berceau. 

BRISSON. — Communes du dép. du Loiret, arr. de Gien, et 
de la Nièvre, arr. de Château-Chinon. 

BRISVAL. — Châtellenie dans la Beauce, diocèse de Chartres, 
parlement de Paris. Brive se disait pour ville, pont. 

BRIZARD. — Brizart, seigneurie de Bretagne, érigée en 1668, 
pour Le Chat. 

BRIZAY. — Commune du dép. d 'Indre-et-Loire, ou de la 
Brizaie, seigneurie d'Anjou, canton de l'Ile Bouchard. 

BROC. — Commune du dép. de Puy-de-Dôme, arr. d 'Issoire, 
et commune du même nom dans le dép. des Alpes-Mari- 
times, arr. de Grasse. Broc, gros vaisseau, lié de cercle 
de fer, qui a une anse, jarre, broc, et en irlandais, blai- 
reau. 

BROCARD. — De Brocas, commune du dép .des Landes, 
arr. de Mont-de-Marsan. V. aussi Broc. Brocard, rail- 
lerie piquante, qui sort des bornes prescrites par la poli- 
tesse. Vient de brocus, qui se dit pour celui qui a une 
bouche ou des dents qui avancent en dehors. 

BROCHARD. — Brochars, seigneurie de Bretagne, fondée 
en 1650 pour Berthelot. Le brochard est un jeune cerf 
d'un an. Brocheor, v. f. était celui qui piquait de l'épe- 
ron. 



[ 81 J 

BROCHET. — Seigneurie en Champagne, érigée en 1660 pour 
Chevalier. Brochet, poisson d'eau douce, brochete, ba- 
guette, éperon. 

BROCHU. — De Brouchaud, commune de la Dordogne, arr. 
de Périgueux. Vient du verbe brocher, c'est-à-dire pas- 
ser à travers les buissons, to brush, en anglais. 

BRODE. — De Bordes, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 
Saint-Girons. Brode se disait pour broderie. Brode si- 
gnifie encore une femme dont le teint est un peu noir. 
Autrefois l'on disait du pain brode pour du pain bis. 
En irlandais brod veut dire pointe, aiguillon. 

BRODEUR. — De Rodez, ville du dép. de l'Aveyron. Le 
brodeur est celui qui fait de la broderie, ou plutôt celui 
qui orne les étoffes d'ouvrages de broderie. Ce mot est 
la transposition de bordeur, parce qu'autrefois on ne 
brodait que le bord des étoffes. Brodeur se dit encore 
pour métier à broder et pour trompeur. 

BROISLE. — De Vroil, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Vitry-le-François. Broil, broussailles, bois, branche 
d'arbre, forêt. 

BROSSARD. — De Brossac, commune de la Charente, arr. 
de Barbezieux. Brossard se dit pour chêne. Vient de 
brosse, bruyère, bois, forêt. 

BROSSEAU. — De la Brosse, seigneuries du Berry, du Bour- 
bonnais, de la Bretagne, de l'Ile-de-France, de la Nor- 
mandie, de la Saintonge, et du Vexin. 

BROSSIER. — De Broussy, dép. de la Marne. Brossier, ou- 
vrier qui fait des brosses. 

BROSSOIT. — De Boussois, commune du dép. du Nord, arr. 
d'Avesnes. 

BROUILLARD. — Commune dans la Bourgogne, diocèse 
d'Autun. Brouillard se disait pour brouillon. 

BROUILLAN. — De Brouains, com. du dép. de la Manche, 
arr. de Mortain. De brouillas, brouillard. 



[ 82 ] 

BROUILLET. — Seigneurie du Berry, érigée en 1667 pour 
Le Mesnil Simon. Brouillet se dit pour mis en confu- 
sion, fatigué, abattu. 

BROUILLON. — De Rouillon, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. du Mans. Brouillon, celui qui se plaît à jeter la 
brouille. 

BROUSSE. — Seigneurie de Bretagne, et communes du dép. 
de la Charente-Inférieure et du dép. du Puy-de-Dôme, 
arr. d'Ambert. Brousse, rangée de broussailles. 

BROUSSEAU. — Rivière de France en Gascogne qui se perd 
dans l'Adour. Brousseau, broussaille, ronce. 

BROUSSON. — De Brusson, commune de la Marne, arr. de 
Vitry. 

BROVE. — De Brèves, commune du dép. de la Nièvre, arr. de 
Clamecy. 

BRUCY. — De Brussey, commune du dép. de la Haute-Saône, 
arr. de Gray. 

BRUERE. — Seigneurie du Maine, unie à celle de la Barre, 
érigée en marquisat en 1633, et commune de l'Anjou, 
canton de Lude, arr. de La Flèche. Bruère, étendue ou 
plaine de bruyères. 

BRUGEVIN. — De Burgheim, commune du Bas-Rhin, canton 
d 'Obernai. 

BRUGIERE. — Brugeyères, seigneurie fondée en 1420, pour 
de Lautrec. V. Bruère. 

BRUGUIERE. — Ville dans le dép. du Tarn, sur l'Agout et 
Bruguerres, seigneurie du Languedoc, érigée en 1483 
pour Du Faur. 

BRULART. — De Brillac, commune de la Charente, arr. de 
Confolens. Dérive du gaulois bruir, brûler, qui vient du 
latin uro, je briile, parce qu'on brûle les bruyères pour 
les défricher. 

BRULE. — De BruUey, commune du dép. de la Meurthe, can- 
ton de Toul. Brûlé signifie l'odeur d'une chose qui brûle. 
Brûlée, grémil des champs. 



[ 83 ] 

BRULOT. — De Brûle, en Champagne, près de Toul. Brûlot, 
vaisseau empli de feux d'artifice, de matières combus- 
tibles, et qu'on attache aux vaisseaux ennemis dans le 
but de les incendier. 

BRULOTTE. — Bourg dans le Maine, diocèse du Mans, par- 
lement de Paris. 

BRUMATH. — Petite ville située à 5 lieues de Strasbourg, 
dans le Bas-Rhin, en Alsace. 

BRUN. — Des Bruns, lieu dans le dép. des Bouches-du- 
Rhône. Brun, nom d'homme, signifie couleur sombre et 
obscure. Vient du flamand bruin ou de l'allemand braun, 
qui signifient la même chose. En bas-breton, brun veut 
dire poil rouge, et en gallois, poitrine, gorge, colline. 

BRUNEAU. — Brunault, seigneurie de Bretagne, érigée en 
faveur de Trébivent, en 1696. Bruneau se disait pour 
chemin, tour, forteresse. 

BRUNEL, BRUNELLE. — De Brunelles, commune du dép. 
d'Eure-et-Loire, en Normandie. Brunel, minot de sel de 
cent livres. Brunelle, plante vulnéraire. 

BRUNET. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, canton de 
Desvres, et Brunet, en Provence, diocèse de Riez. Bru- 
net dim. de brun, est une étoffe teinte, et une fleur. A 
La Rochelle on appelait brunette chez les Huguenots 
ce que nous, catholiques, désignons sous le nom de drap 
mortuaire. 

BRUNION. — De Brunémont, commune du dép. du Nord, 
arr de Douai. Brunion, espèce de chaloupe. 

BRUNO. — De Buno, commune de Seine-et-Oise, arr. d'Es- 
tampes. Bruneau, tour, forteresse. 

BRUSEAU. — De Bruz, commune du dép. d'Ille-et- Vilaine, 
arr. de Rennes. 

BRUSLON. — Ville du dép. de la Sarthe, arr. de La Flèche. 

BRUSSY. — Brussey, commune du dép. de la Haute-Saône, 
en Franche-Comté. 

BRUYERE. — Seigneuries du Beaujolais, du Languedoc et 
de la Gascogne, érigées respectivement en 1700, 1723 et 



[84] 

1741. Bruyère, petit arbrisseau, terre inculte, bronze 
ou argent bruni. 
BRY. — Ville du dép. du Nord, en Flandre, canton de Ques- 
nay. Bry, argile, en bas-breton, et en gallois bry signifie 
ventre, bosse, courbure. 
BUADE. — Bride à longues branches droites et non coudée. 
BUT, BUETTE. — Bué, commune du dép. du Cher, arr. de 
Sancerre. Buet, petite ouverture pratiquée sur un toit 
ou dans un mur. Buée, lessive. Buette, assiette. 
BUFFET. — De Buffé, commune du dép. de Normandie, 
près de Lisieux. Buffet, dressoir, table longue, bureau, 
seuil de porte, soufflet, étal, devant de la tête. 
BUGEAULT. — De Bugeat, commune du dép. de la Corrèze, 

arr. d'Ussel. Bujau, cuvier. 
BUIES. — Buis, ville du dép. de la Drôme, arr. de Nyon, 

sur rOuvêze. Buie signifiait entraves, ceps. 
BUISSON. — Seigneuries de Normandie, de l'Ile-de-France 
et du Vivarais. Buisson, touffe d'arbrisseaux sauvages 
épineux, hallier. Autrefois la mode était de planter 
dans les jardins des haies de bouis, d'où vient le mot 
buisson. 
BULLAU. — De Bulles, commune du dép. de l'Oise, arr. de 

Clermont. 
BULLION. — Ville du dép. de Seine-et-Oise, arr. de Ram- 
bouillet. De bulla, boule. 
BULTE. — De Bult, village du dép. des Vosges, en Lorraine. 

Bultet, bluteau, bulteau, arbre en boule. 
BUOT, BUOTE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 
pour De Franc. Buhot, dim. de buhe, cruche. Dans le pa- 
tois normand, buhot signifie sac, étui. C'est encore un 
gros sabot couvert. Dans la Seine-Inférieure on dit le 
buhot pour le tuyau de la cheminée. La buotte est une 
petite limace de jardin, ou un piège à taupes, à Bayeux. 
BUQUET. — Fief de la Bourgogne, diocèse d'Autun. Le 
buquet est un trébuchet, une balance, un vase à traire, 
et un vase pour la lessive. 



[ 85 ] 

BURE. — Bure ou Saint-Ouen de la Cour, cliâtellenie de 
Bellème, .dans la province du Perche. Bure se disait 
pour étoffe grossière, feu de joie, brandon, puits de 
mine, bouteille, cruche, oie, habitation, lessive. 

BUREAU. — De Buros, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau. Bureau, grosse étoffe de laine, comme la bure, 
sinon que le drap est plus fort. Bureau est aussi un ter- 
rain inculte, où la pierre est à fleur de terre. 

BUREL. — Commune du dép. de l'Aisne, en Picardie, can- 
ton de Vervins. Burel, sorte d'étoffe rayée. En terme de 
blason, c'est une fasce de huit pièces ou plus. 

BURGO. — De Burgaud, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, canton de Grenade. Burgau, limaçon, et bur- 
gaut, homme violent, stupide. 

BURON. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 pour 
De Sévigné, et seigneurie de Normandie dont fut formé 
en 1725 le marquisat de Moges-Buron. Buron, vieux mot 
qui signifie un lieu oii l'on se retirait pour boire et 
manger. Vient de vibur, ou carrière de pierre dure. En 
Auvergne, un buron est le toit de berger qui se bâtit sur 
le haut d'une montagne. Buron signifie encore cabane, 
petite maison, eau rousse qui a servi à faire cuire des 
châtaignes. Dans le patois Auvergnat, buron est une 
vacherie. 

BURQUE. — Du Burgk, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1500 pour De Bourke. Burque, sorte d'armure. 

BUSQUE. — Commune du dép. du Tarn, dans le Haut-Lan- 
guedoc, arr. de Lavaur. Busqué, morceau de bois ou de 
baleine que les femmes mettent dans les corps de jupe 
pour se tenir droites. 

BUSQUET. — De Brusquet, commune des Basses-Alpes, arr. 
de Digne. Busquet, bûchette, bosquet. 

BUSSIERE. — Petite ville de la Marche, appelée Bussière- 
Poitevin, seigneuries du Gâtinais, du Maçonnais, du 
Bourbonnais et de l'Argonnes. Bussière signifie lieu cou- 
vert de bois et non de buis. 



[ 86 ] 

BUSSON. — Biisson, commune du dép. de la Haute-Marne 
en Champagne, canton de Saint-Blin. Busson, îlot cou- 
vert d'arbres. 

BUSSOT. — De Busseau, commime du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Niort. Bussot, busard, stupide. 

BUTEAU. — Lieu du dép. de Seine-et-Marne, commune de 
La Chapelle-la-Reine. Butteau, seigneurie en Cham- 
pagne, érigée en 1689 pour De Boucher. Buteau se di- 
sait pour butor, grossier. On a prétendu que ce mot 
venait du grec Bos-Theos, bœuf-dieu, qui s'est dit du 
bœuf apis que les Gaulois adoraient. 

BUTHER. — De Buthier, seigneurie de la Franche-Comté, 
érigée en 1519 pour De Scey. Butel, bouteille. Butée, 
massif de pierres dures, pour soutenir la chaussée aux 
extrémités d'un pont. 

BUTTES. — De Butte, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 pour Des Landes. Vient de butte, grand tonneau, 
gros tonneau. 

BUVETEAU. — D'Yvetot, ville du dép. de la Seine-Infé- 
rieure. Buveteau, dim. de buvette. 



[ 87 ] 



_ 






GABANÂC. — Communes dans le dép. des Hautes-Pyrénées, 
dans le Languedoc et dans le dép. du Lot. Cabanac vient 
de caban, sorte de manteau avec des manches, pour se 
garantir de la pluie. Du celte caban, ou du grec kapané, 
char, charriot. 

OABANAS. — De Cabanasse, village du dép. des Pyrénées- 
Orientales, arr. de Prades. V. Cabanac. 

CABASSIER. — De Cabasse, commune du dép. du Var, arr. 
de Brignoles, canton de Besse. Un cabasseur est un vo- 
leur, un trompeur. Cabas, coche de messagerie. Ca- 
basse, sorte de mesure. Dérive du grec kabos, mesure 
de blé. 

CACHENEAU. — De Cachen, bourg du dép. des Landes, 
canton de Roquefort. Vient de cache, chasse, vive pour- 
suite. 

CACHET. — De la Cachette, commune du dép. des Ardennes, 
canton de Nouzon. Cachet, cache, cachette, lieu secret, 
petit sceau portant gravure qu'on imprime sur cire, 
pour affaires privées. 

CADAIGNAN. — De Cadailhan, bourgs du dép. du Gers, et 
des Hautes-Pyrénées. 

CADAU. — De Caudos, dans la Gironde, commune de Mios. 
Cadau, festin, fête, traits de plume, choses inutiles. 

CADDÉ. — D'Adé, commune des Hautes-Pyrénées, arr. d'Ar- 



[ 88 ] 

gelés. Caddé, une des trois ligues qui formaient le can- 
ton des Grisons, en Suisse, dont le chef-lieu était Coire. 
la ligue de Caddée ou la maison de Dieu. 

CADERAN, CADRAN. — De Caudéran, commune du dép. 
de la Gironde, arr. de Bordeaux. Cadrant, globe ter- 
restre, coquillage de mer. Quadrin, liard, monnaie à fi- 
gure quarrée. 

CADELE. — De Cadenet, commune du dép. de Vaucluse, 
arr. d'Apt. Cadeler, dans le vieux français, se disait 
pour faire des cadeaux. Dérive du latin cadus, tonneau, 
baril employé dans les salines. 

CADET. — De Cardet, commune du dép. du Gard, arr. 
d'Alais. Cadet, jeune homme en général, un bœuf, solide 
gaillard, crâne luron. 

CADIEU. — De Cadrieu, commune du dép. du Lot, arr. de 
Figeac. Dérive de cade, mesure ou fruit, ou du grec 
kados, petit baril. 

CADILLAC. — Ville de la Guyenne, près de la Garonne, dép. 
de la Gironde, arr. de Bordeaux, et Cadillac dans l'arr. 
de Libourne. 

CADORET. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1479 pour 
d'Oudart, et Cadoré, dans la commune d 'Azay-le-Brulé, 
dép. des Deux-Sèvres. 

CADOU. — Lieu du dép. du Finistère, canton de Sézun, arr. 
de Morlaix. 

CADRIN. — De Caudéran, commune du dép de la Gironde, 
arr. de Bordeaux. Quadrin, liard, peut-être carré de 
forme, même chose qu'une maille, qui signifie quarrun 
ou figure quarrée, et cette monnaie ressemblait à une 
maille de rets. 

CAHEL. — De Gaël, commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, arr. 
de Montfort. Cahielle, grande chaise à bras, et caiel, 
cahier. 

CAHOUET. — V. Caouette. Cahuette, petite maison ou ca- 
bane de paysan. Un cahuet était une partie de l'aumusse 
qui couvrait la tête. 



[ 89 ] 

CAHU. — Cahus, commune du dép. du Lot, arr. de Figeac, 
canton de Bretenoux. 

CAIGNÂRD. — De Caignac, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Villefranche. Caignard se dit pour ca- 
gnard, paresseux, gueux, chenil. 

CAIGNAUX. — De Gagnes, commune des Alpes-Maritimes, 
arr. de Grasse. Caignot, petit enfant. 

CAILLA, CAILLAS. — Commune du dép .de l'Aube, en Lan- 
guedoc, canton de Roquefort-de-Sault. Cailla, lait caillé. 

CAILLARE. — De Cabaret, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. 

CAILLAIT. — Commune de la Guyenne, parlement de Bor- 
deaux. Caillaud, le plus faible d'une couvée. 

CAILLS. — Commune du dép. du Var, canton de Saint- 
Auban. Dérive du gallois cail, bergerie, chaumière. 

CAILLÉ, CAILHÉ, CAILLER, CAILLET. — De Cailleville, 
dans la Seine-Inférieure, arr. d'Yvetot. Caillette, qua- 
trième estomac des ruminants, se disait pour tripe, 
boyau. Caillé, lait coagulé, présure, appeau à prendre 
les cailles, caillet. 

CAILLONNEAU. — De Cahagnes, commune du Calvados, 
arr. de Vire. Caillonneau, caillette, présure. 

CAILLOU. — Cailloux, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Lyon, canton de Neuville-sur-Saône. Caillou, sorte de 
poire, insecte ou reptile. 

CAILLY. — Seigneurie et Bourg de Normandie, à 4 lieues 
de Rouen. Cailli, lait caillé. 

CAILTEAU. — De Cailleville, com. de la Seine-Inférieure, 
arr. d'Yvetot, canton de Saint-Valéry-en-Caux. 

CAIN. — De Gaine, en Picardie, diocèse de Soissons. Cain 
se disait pour ceinture, baudrier, circonférence, et en 
écossais, tête, sommet. 

CAISSE. — De Caix, bourg et seigneurie de Picardie, dép. 
de la Somme, à 5 lieues d'Amiens. De capsa, cassa. Dans 
la paroisse de Saint-Basile, comté de Portneuf, il y a 



[ 90 ] 

deux groupes d'habitations appelés capsa; il y a le 
grand et le petit capsa. Caisse se disait pour coffre, ou 
toile pour transporter des marchandises, et pour coffre- 
fort de banquier, et pour cassis, arbuste. 

CALÂN. — Com. du dép. du Morbihan, canton de Plouay, 
arr. de Lorient. Calan, chaland, bateau, et calain, ma- 
nœuvre employée dans les travaux du vigneron. 

CALEGRE. — De Galargues, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Montpellier. Vient de cale, coin, sorte de bonnet. 

CALET. — De Calais, ville du Pas-de-Calais, sur la Manche, 
ou de Calay, seigneurie de Normandie, érigée en 1229 
pour De Patry. Calée veut dire multitude et calete, 
sorte de bonnet, et dim. de cale. 

CALMET. — Commune dans le dép. du Gard, arr. d'Uzès. 

CALOT. — De Callas, commune du dép. du Var, arr. de Dra- 
guignan. Calot, poire bonne à cuire, appelée donville, 
écorce de grain de sarrazin ou de colza, morceau de bois 
pour caler une pièce de charpente. 

CALVÉ. — De Calvinet, commune du Cantal, arr. d'Auril- 
lac. Calvé, chauve. 

CAMARE. — De Camors, commune du Morbihan, arr. de 
Lorient. Camare signifie caneçon garni de petites dents 
ou pointes de fer très aiguës, en terme de manège. 

CAMARAIRE. — De Camarès, ville du dép. de l'Aveyron, 
canton de Saint- Affrique. 

CAMBRAY. — Cambrai, dans le d/p. du Nord, sur l'Escaut. 
Cambré signifie creux, cavité. Dérive de caméra, voiite, 
d'où le mot chambre, parce qu'autrefois toutes les 
chambres étaient en voûte. 

CAME. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, arr. de 
Bayonne, canton de Bidache, et baronnie érigée en 1479 
pour de Grammont. Came veut dire courbé, plié, et cam, 
habitation. En conchyliologie, came est la seconde fa- 
mille des bivalves. 

CAMELON. — De Camelleont, commune de l'Artois, diocèse 



[ 91 ] 

d'Arras. Camelon vient du gallois camel, qui signifie 
chameau. 

CAMENAS. — De Camélas, commune du dép. des Pyrénées 
Orientales, canton de Thuir, arr. de Perpignan. 

CAMERERE. — V. Camaraire. Camerere, dame de la cham- 
bre de la Reine. 

CAMIRAND. — Camiran, commune du dép. de la Gironde, 
canton de la Réole. 

GAMOREES. — De Camaret, commune du Finistère, arr. de 
Quimper. 

CAMPAGNA. — Commune du dép. de l'Aude, canton de 
Belcaire, arr. de Limoux. Campagna dérive du latin 
campana, qui signifie cloche, sonnette, grelot, campane, 
petite maison. 

CAMPEAU. — Communes du Calvados, et du dép. de l'Oise. 
Campeau vient de campus, espace large, et de campau, 
mot celte, et de l'italien campe. Méthaphoriquement ce 
mot veut dire liberté, aise. 

CAMPENES. — De Caupenne, commune du dép. des Landes, 
arr. de St-Sever. Vient de campane, cloche, campanule. 

CAMPION. — De Camplong, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Narbonne. 

CAMPY. — De Campigny, commune du Calvados, arr. de 
Bayeux. 

CAMUS. — Marquisat de la Franche-Comté, érigé en 1746 
en faveur de Camus. Camus veut dire sot, honteux, 
obtus, qui a le nez court et plat. 

CAN. — Caen, ville du Calvados, ancienne capitale de la 
Basse-Normandie. Can signifie trachée-artère. 

CANAC. — Lieu du dép. de l'Aveyron, en Rouergue, canton 
de Campagnac, arr. de Millau. 

CANADA. — De Canéda, commune du dép. de la Dordogne, 
arr. de Sarlat. Canada, pays de l'Amérique septentrio- 
nale, qui a appartenu à la France depuis sa découverte 
jusqu'en 1760. Canada, variété de pommes de reinette, 
topinambour. 



[ 92 ] 

CANAL. — Canal, comnmne du dép. de Tarn-et-Garonne, 
canton de Grisolles. 

GANDLIN. — De Gandelin, commune du dép. de l'Orne, arr. 
d 'Aleneon. 

CANIARD. — De Caniac, commune du dép. du Lot, arr. de 
Tarn-et-Garonne, canton de Lauzerte. 

CANICHON. — De Cancon, commune du dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, ar. de Villeneuve-sur-Lot. Canichon, petit canard, 

CANILLON. — De Canillo, bourg dans le val d'Andorre, à 
peu de distance d'Andorre. 

CANNARD. — De Cannac, lieu du dép. du Tarn, arr. de 
Castres. Vient du breton cann, bâton blanc. Canart, 
barque. 

CANNA VEN. — De Canapville, commune du dép. du Calva- 
dos, arr. de Pont-l'Evêque, et com. du dép. de l'Orne, 
arr. d'Argentan. 

CANNON. — Canon, baronnie de Lorraine, et ville de Nor- 
mandie, dép. du Calvados. Cannon, canon, petit canard, 
prunier dit de Sainte-Lucie, canal, tuyau, pelote, bobine, 
cens. 

CANTERA. — Rivière du Val de Demona en Sicile, qui se 
jette dans la mer près de Taormina. De canter, sorte de 
poids. 

CANTIN. — Seigneurie de Picardie, érigée en 1727 pour 
Remy, diocèse d'Arras, parlement de Douai. 

CANTON. — Seigneurie de Bretagne, qui date de 1696, éri- 
gée pour De Kerverien. Canton signifie partie de pays 
ou de ville, petit pays doté d'un gouvernement, portion 
carrée de l'écu, en terme de blason, coin en général, 
angle, encoignure. 

CANTY. — De Canties, commune de la Haute-Garonne, arr. 
de St-Gaudens. 

CANUEL. — De Canihuel, commune du dép. de la Côte-du- 
Nord, arr, de Guingamp, canton de Rothou. 

CANUT. — Bourg du Béarn, diocèse d'Oleron, parlement 
de Pau. Canu, qui a les cheveux blancs de vieillesse. 



[ 93 ] 

CANVIN. — De Carvin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Béthuue. 

CAOUET, CAQUETTE.— De Faouet, commune des Côtes-du- 
Nord, aiT. de St-Brieux. Caouette vient de cat-huant, 
pour désigner le chat-huant, et cahouette se dit en pa- 
tois normand pour chouette. 

CAPBART. — De Cabas, commune du dép. du Gers, arr. de 
Mirande. Cabar, cabas, clou à tête, noix du Malabar. 

OAPEILLE.— D 'Apilly, commune du dép. de l'Oise. Capeillé 
signifie chapelain. 

GAPEL. — Commune de l'arr. de Lille, canton de Cysoing, 
dép. du Nord. Capel signifie chapelle, chapeau, en pa- 
tois. 

GAPELET. — De la Capellette, commune dans l'Agénois, 
diocèse d'Agen. Capelet, enflure qui vient au train de 
derrière du cheval, à l'extrémité du jarret. Nom qui 
fut donné aux soldats albanais. 

GAPELIER. — De Caply, lieu du dép .de l'Oise, dans la 
commune de Vendreuil-Caply. Capelier, chapelain. 

CAPET. — De Campet, commune du dép des Landes, arr. 
de Mont-de-Marsan. Capet, surnom de Hugues I, roi de 
la 3e race. Dans le vieux français, Capet voulait dire 
têtu, opiniâtre. 

CAPITIEN. — De Capestan, commune du dép. de l'Aude, 
dans le Bas-Languedoc. Capitian, capital, principe. 

CAPLAN. — De Capens, commune de la Haute-Garonne, arr. 
de Muret. Capelan, petit poisson de mer ; mot provençal 
qui se disait pour prêtre. 

CAPONE. — De Campome, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Prades. Vient de capon, projectile de 
guerre, machine pour lever l'ancre. 

CAPUCIN. — De Campuzan, dans le haut Armagnac. On 
appelle Capucins les Augustins réformés. 

CAPUT. — De Capuce, dans le bas Armagnac, diocèse de 
Comiuges, parlement de Toulouse. Dérive de l'allemand 



[ 94 ] 

caput, qui se prononce capoute. Capoute se disait pour 
perdu, tué, mort. 

CAQUEREL, CAQUEREZ. — De Cacqueray, lieu du dép. de 
la Haute-Marne, arr. de Langres, ou de la Caquereix, 
seigneurie du Limousin, érigée en 1712 pour De la Porte. 
Caquerel, hareng salé. Vient du grec kados, petit baril. 

CARABE. — De Carbes, commvine du dép. du Tarn, arr. de 
Castres. Carabe, méchant cheval, haridelle. 

CARABIN. — De Carbini, commune de la Corse, arr. de 
Sartène. Carabin, sarrazin ou blé noir, cavalier armé 
d'une carabine. 

CARBONNEAU. — De Corbonod, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Belley. Carbonnel, choses que l'on fait cuire sur 
des charbons. 

CARBONNET. — De la Carbonnais, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1600 pour Du Breuil. Carbonnée, variante de 
carbonnade, signifie chair que l'on met sur les charbons. 

CARCASSONNE. — Ville du Languedoc, sur la rivière 
d'Aude, dép. de l'Aude. Dérive de carquois. 

CARCY. — De Carsix, commune du dép. de l'Eure, canton 
et arr. de Bernay. 

CARDERON. — De Cordiron, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Besançon, seigneurie de Bretagne, qui date de 
1700, en faveur de Perrieu. De Charderon, nom de fa- 
mille normand. 

CARDIN. — Commune en Bourgogne, diocèse d'Autin, par- 
lement de Dijon. 

CARDINAL. — De Cardinau, lieu du dép. de la Vienne, com. 
d'Ouzilly. Cardinal vient de cardo, gond. Il y a l'oiseau, 
la carde à carder la laine, la pomme d'api du même nom. 
On appelle cardinal, le fondement, le principal d'une 
chose et qui est par rapport à elle comme un gond par 
rapport à une porte. 

CARDINET. — De Cardet, dan sle dép. du Gard. 

CARDON. — De Cardonville, commune du Calvados, arr. de 
Bayeux. Cardon, espèce d'artichaut, dont la tige est 



; [ 95 ] 

seule bonne à manger. C'est encore une sorte de cre- 
vette qui ne rougit point à la cuisson, une poutre, un 
chardon. Vient de cardo, pivot, gond. 

CARDONNET. — Lieu du dép. de Lot-et-Garonne, dans 
l'Agenois. Cardonnay, lieu plein de chardons. 

CARDONNETTE. — Commune du dép. de la Somme, arr. de 
Montdidier. Cardonnette, fleur d'artichaut qui sert de 
présure pour cailler le lait. 

CARE. — De Carhaix, ville de Bretagne, diocèse de Quim- 
per. Garée se disait pour charretée, et caret, sorte 
d'étoffe. 

CARESTILLE. — De Carestiemble, lieu du dép. des Côtes- 
du-Nord, arr. de Saint-Brieuc. 

CARIE. — V. Carry et De Carie. Cari se disait pour hari- 
delle, et carie, maladie des os qui les corrode. 

CARGUERET. — Carguiret, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1648 en faveur de Plalgoët. Dérive de cargue, cor- 
dages qui servent à retrousser les voiles. 

CARIE. — V. Carrier. Carié, pourri, rongé des vers. Dérive 
du grec karéin, fendre. 

CARIGNAN. — Ville du dép. des Ardennes, sur le Chiers, à 
4 lieues de Sedan, et commune du dép. de la Gironde, 
arr. de Bordeaux. Vient de careignon, carré de parche- 
min, ou encore mesure appelée quarte. 

CARION. — Carignon, montagne du Roussillon, dans les Py- 
rénées. Carion est la part prise par le voiturier pour 
transporter les dîmes dans les granges du décimateur, 
c'était la dîme de la dîme. 

CARIOT. — Seigneurie bretonne, érigée en 1600 pour Des 
Nos. Ce mot vient du grec karéin, fendre. 

CARLING. — Commune du dép. de la Moselle, canton de 
Saint-Avold. Carlin, monnaie d'Italie. 

CARLOS. — De Chariots, dans le dép. des Bouches-du- 
Rhône. 

CARLY. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, canton de 
Samer. Carlis, carrelage, bois de lit. 



[ 96 ] 

C ARMEL. — De Charniel, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Château-Thierry. Le Carmel est une montagne de 
Palestine, au sud d 'Acre. 

CARNOY. — Commune du dép. de la Somme, arr. de Péronne. 

CARON. — De Caromb, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
carrefour, carré quelconque. En charcuterie, un caron 
est une bande de lard d'où le maigre a été enlevé. Dérive 
du bas-latin caronius et du latin carrus, chariot. 

GARPENTIER. — De Charpentry, commune du dép. de la 
Meuse, arr. de Verdun. Carpentier se disait pour char- 
pentier. Les Latins appelaient carpentarii ceux qui fa- 
briquaient les chariots appelés carpente, char. 

CARPENTRAS. — Ville de Provence, ancienne capitale du 
Comtat Venaissin, sur l'Auson, au pied du mont Ven- 
toux. 

CARPIN. — De Campan, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Bagnère. Carpin est une plante à fleurs triangulaires, 
qui croît dans les forêts. C'est encore le nom d'un bois 
blanc et solide. 

CARRÉ. — Carrés, com. en Bourgogne, diocèse d'Autun. 
Carré ou oreiller. 

CARREAU. — De Carros, commune du dép. du Var, arr. de 
Grasse. Careau se disait pour pavé, coussin, flèche, 
dard, briquet, pierre, foudre, siège, maladie. 

CARREROT. — De Carrère, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Pau, canton de Thèze. Carrerot, pièce de terre 
carrée. 

CARRIER. — De Carri, commune du dép. des Bouches-du- 
Rhône, arr. d'Aix. Carrier ou charrier, est une grosse 
toile sur laquelle est placée la cendre dans le cuvier. Se 
dit des marchands de pierre ou de l'entrepreneur qui 
fait ouvrir une carrière. Carrier veut dire causer, ba- 
biller. 

CARRIERE. — De Carrières, dans le dép. de Seine-et-Oise, 
arr. de Versailles. Carrière ou charrière, lieu par où 
passent les charrettes. 



: 97 ] 

GARRIGUE. — Garrigues, communes dans le Languedoc, 
dép. de l'Hérault et du Tarn. V. Garrigue. 

CARRY. — Seigneurie de Provence, diocèse et parlement 
d'Aix, et Carri-le-Rouet, dan sle dép. des Bouches-du- 
Rliône, arr. d'Aix, canton de Martigues. Carri, cri de 
révolte, carrie, encoignure. 

CARTEL. — Cartels, lieu dan sle dép. de l'Hérault, dans la 
commune de Le Bosq. Cartel signifie pendule, mesure 
de blé, lettre de défi, et cartèle, console, péristyle. 

CARTIER. — De Cartigny, commune du dép. de la Somme, 
arr. et canton de Péronne. Cartier, ouvrier qui fait des 
cartes à jouer ou en trafique. C'est aussi un artilleur, un 
quartier, un cantonnement. 

CARTIGNIER. — De Cartignies, commune du dép. du Nord, 
arr. d'Avesnes. 

CARTON. — Du Cartron, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668 pour Bridou. Carton se disait pour mesure de 
grains, volume de cartes marines, grosse carte, charre- 
tier. Dérive du grec kartès, gros papier. 

CASAC. — De Cauzac, commune du dép. de Lot-et-Garonne, 
arr. d'Agen. Casac ou casaque, sorte de manteau, 
troupes. 

CASAU. — Casault. V. Caseau. 

CASAUBON. — Cazaubon, commune du dép. du Gers, arr. 
de Condom. 

CAS AVANT. — De Cavan, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de Lannion. Cassavant ou chasse - avant, se dit de 
l'homme préposé dans les ateliers pour veiller sur les 
manœuvres et presser le travail. 

CASCAGNET. — Cassagnet, seigneurie de l'Armagnac, qui 
date de 1500. 

CASCARET. — De Casterets, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr, de Bagnères. Cascaret, terme de mépris. 

CASEAU. — Caseaux, seigneurie dans le Languedoc, insti- 
tuée en 1675 pour De la Barthe. Casau se dit pour jar- 



[ 98 ] 

din, dans le midi de la France. Un casai est un bourg, 
un village, une maison, un terrain propre à bâtir. 

CASELIER. — De Chazelet, commune du dép. de l'Indre, 
arr. de Le Blanc. Caselier vient de casele, petite case, 
maisonnette, hameau. 

CASENEUF. -^ De Caseneuve, commune du dép. de Vau- 
cluse, canton d'Apt. 

CASGRAIN. — De Courgains, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Mot composé de casse, coffre, caisse, 
et de grain, tout ce qu'on peut employer en cuisine. 

CASSAIGNE. — Petite ville de la Gascogne, à 3 lieues de 
Condom, dans le dép. du Gers. 

GASSARD. — De Chassors, commune de la Charente, arr. de 
Cognac. Casart, gouttière. 

CASSAUD. — De Causse, commune du dép. du Gard, arr. Le 
Vignan. Cassaud, cassot, petite casse, lépreux. 

CASSE. — De Casse, seigneurie de Guyenne. Casse signifie 
lèchefrite. Cassa signifiait jadis casserole. Vient du celte 
casz, poêle à frire. A Lyon une casse est une poêle. 
Casse, chêne, en patois, et en vieux français, châsse, 
caisse. 

CASSE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
Bouyn. Casser, verbe, se dit pour se tourmenter, man- 
ger, le sucre poussé jusqu'au cinquième degré de cuisson 
est du sucre à cassé. 

CASSEL. — Ville du dép. du Nord, dans l'ancienne Flandre, 
arr. d'Hazebrouck. Cassel, caisse, caisson. 

CASSENEAX7. — De Cassen, commune du dép. des Landes, 
en Gascogne, canton de Montfort, arr. de Dax. 

CASSENEUVE, CASSENAUVE. — Baronnie en Provence, 
diocèse d'Apt, parlement d'Aix. Dérive de casse, en bas- 
breton, cassette. 

CASSIN. — De Cassen, commune du dép. des Landes, arr. 
de Dax. Cassin, chêne, partie d 'un métier pour fabriquer 
les étoffes de soie ou de gaze, petite maison de campagne. 



[ 99 ] 

CÂSSISTA. — De Casta, commune de la Corse. Dérive de 
kaciss, grosiller à fruit noir. 

CASSON. — Commune de la Loire-Inférieure, arr. de Châ- 
teaubriant. Gasson, les branches les plus basses d'un 
arbre. C'est encore un morceau de sucre, d'où vient le 
mot cassonade, le quart d'un arpent. 

CASTAGNET. — De Castagnède, commune des Basses-Pyré- 
nées, arr. d'Orthez. Castagnette, instrument composé de 
deux petits morceaux de bois ou d'ivoire, que l'on fait 
résonner en les frappant l'un contre l'autre. 

CASTANET. — Commune de la Haute-Garonne, arr. de 
Toulouse. 

CASTANIER. — De Castagnier, commune située à 4 lieues 
de Nice, dans le dép. des Alpes-Maritimes. De caste- 
gnière, châtaignerie. 

CASTEL. — Deux seigneuries de ce nom, une en Bretagne, 
érigée en faveur de Clément en 1668, et l'autre en Nor- 
mandie, érigée pour De Castel en 1770. Castel signifie 
château. 

CASTELLANE. — Ville des Basses- Alpes. Castellane, cas- 
tillan. Dérive du portugais casta, race pure. 

GASTERAN. — De Casteron, commune du dép. du Gers, arr. 
de Lectoure. 

GASTEREAU. — De Castéra, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Toulouse, et ancien marquisat. Dérive 
de casta, race pure. 

GASTILLE. — Seigneurie et puis baronnie en 1748, dans 
l'Uzège, en faveur de Froment. Castille signifie querelle, 
différend. C'est encore une petite groseille. 

GASTILLON. — Six seigneuries de ce nom, dont trois en Nor- 
mandie, deux en Gascogne, et une en Bigorre. Gastillon, 
diminutif de castel. Gastillon, castillan. 

CASTONGUAY. — Nom qui semble avoir été formé au Ca- 
nada. Il est composé de Gaston, corruption de Gaston, 
nom de baptême, et de Guay, nom de famille. C'est donc 



[ 100 ] 

un individu du nom de Gaston Guay qui est la souche de 
cette famille. 

CAST0X7RI. — De Casteri, commune du dép. de la Corse, arr. 
de Calvi, canton de Muro. 

CATALAN. — Les Catalans, dans le Haut-Languedoc, dio- 
cèse de Montauban. Qui a rapport à la Catalogne, ou 
qui est de Catalogne, province d'Espagne. 

CATALOGNE. — Province d'Espagne, bornée au nord par 
les Pyrénées. Vient de Gothalonia, pays des Goths, parce 
que ceux-ci s'établirent dans cette partie de l'Espagne. 
La Catalogne est une sorte de couverture de laine 
blanche. 

CATEL. — De Castel, commune du dép. de la Somme, arr. 
de Montdidier. Le catel est une chose qui tient le milieu 
entre les meubles et les immeubles, comme des moulins, 
des navires, des fruits à l'arbre qui sont immeubles. 

CATELAN. — De Catallans. V. Catalan. Catelain, châtelain. 

CATELET. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Saint- 
Quentin.. 

CATELLIER. — De Catelier, dans la Normandie, canton de 
Longueville, arr. de Dieppe. Catellier, dim. de catel. V. 
ce nom. 

CATIGNAN. — Catignon, commune du dép. du Nord, arr. 
de Cambrai, canton de Cateau. Dérive du gallois cat, 
qui veut dire troupe, armée, bois. 

CATIGNY. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Com- 
piègné. 

CATIN. — De Castin, commune du dép. du Gers, arr. d'Auch. 
Catin, dim. de Catherine, signifie plat, du latin catinus. 

CATIS. — Commune de Normandie, diocèse de Coutances. 
Catis, câlin. 

OATON. — Commune du Bas-Languedoc, diocèse d'Uzès. 
Caton, masse de farine qui s'agglomère par l'humidité, 
gâteau sucré. 

CATTEVILLE. — Commune du dép. de la Manche, arr. de 
Valognes. 



[ 101 ] 

CAUCHET. — De Chauchet, commune du dép. de la Creuse, 

arr. d'Aubusson. Cauchet, variante de caucer, chausser, 

ganter. 
CAUCHOIS. — De Cauchaix, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1480 pour de Gautron. Cauchois veut dire né au pays 

de Caux, en Normandie. On appelle pigeons cauchois les 

pigeons de Caux, parce qu'ils étaient plus gros que ceux 

des autres lieux. Cauchois, bâti avec de la chaux, et 

cochois, filet. 
CAUCHON. — De Gausson, commune des Côtes-du-Nord, arr. 

de Loudéac. Cauchon, chausson. Vient de cauche, bas. 
CAUCHY. — Commune du Pas-de-Calais, arr. de Béthune. 

Cauchie, levée, chaussée, chemin pavé. 
OAUTE. — De Côte, commune de la Haute-Savoie, arr. de 

Lure. Caute, attention, précaution. 
CAUVET. — De Cauverville, commune du dép. de l'Eure, 

arr. de Pont-Audemer. Cauvet, chat-huant. 
CAUVIN. — De Cauville, commune du dép. du Calvados, 

arr. de Falaise, canton de Thury-Harcourt. De cavain, 

chemin creux, trou, grotte, vallée. 
CAVELIEB. — De Cavalière, dans le dép. du Var, commune 

de Bornes. Dérive de cavel, cheveu, ou du grec kaos, 

vide. 
CAYER. — V. Cailler. Cayer, paquet de quatre chandelles. 
CAYET. — De Cailleville, commune de la Seine-Inférieure. 

Dérive de cay, quai. 
CAYLAN. — De Calan, com. du Morbihan, arr. de Lorient. 
OAYOU. — De Cailloux, commune du dép. du Rhône, arr. 

de Lyon. 
CAYOUETTE. — De Caillouet-Orgeville, commune du dép. 

de l'Eure, arr. d'Evreux. Caillouet, sorte de poire. 
CAZAL. — Commune du dép. du Lot, arr. de Cahors. Cazal, 

bourg, village. 
CAZALAIST, CAZALET. — De Cazoulès, commune de la 

Dordogne, arr. de Sarlat. 



[ 102 ] 

CAZAVAN. — V. Casavant. 

CAZE, GAZES. — Commune du dép. de Tarn-et-Garonne, arr. 
de Moissac. Case, cabane, maison, et caz, haut du bord 
d'une robe. 

OAZEAU. — Commune de la Haute-Garonne, et lieu dans le 
dép. de la Gironde, canton de la Tête-de-Buch. Cazeau, 
dim. de caze, cabane. 

CAZENEUVE, — Commune du dép. du Gers, arr. de Con- 
dom. 

CAZIN. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 pour 
Etienne. 

CAZOL. — De la Cazolle, dans le Rouergue, parlement de 
Toulouse, dép. de l'Hérault. Cassole, petite caisse. 

CEACY. — De Ceaucé, commune du dép. de l'Orne, arr. de 
Domfront. Dérive de ceau, ciel. 

CECILE. — Com. du dép. de la Manche, arr. d'Avranches. 

CEDERAT. — De Ceyrat, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
de Clermont-Ferrand. Cédrat, citronnier. 

CELERIER. — Seigneurie de Gascogne, érigée en 1697 pour 
De Marches. Cellerier, économe ou préposé à ce qui re- 
gardait les provisions de bouche, dans les monastères. 

CELIS. — De Cély, commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. 
de Melun. 

CELLE. — Commune du dép. de l'Orne, arr. de Domfront. 
V. Celles. 

CELLES. — Communes du Cantal, de l'Ariège, de la Cha- 
rente-Inférieure, de l'Hérault, de la Haute-Marne. Celle, 
maison, ermitage, case, siège, selle. Dans le droit féodal, 
celle signifiait maison, demeure, mélange de biens des 
personnes de condition servile. 

CELLIER. — Commune du dép. de la Loire-Inférieure, can- 
ton de Ligné. Le cellier est le lieu où l'on sert les provi- 
sions, le vin, le bois, etc. 

CELLOS. — De Celoux, commune du Cantal, arr. de St-Flour. 
Celoce, chaloupe. 



[ 103 ] 

CIENTOIRE. — De Sauterre, dans le Puy-de-Dôme, commune 

de Manzat. 
GERAT. — De Ceyras, dans le Bas-Languedoc, et Ceyrat 

en Auvergne. Gérât, liniment fait d'huile et de cire, 

mais consistant. 
GERE. — Gère, commune dans les Landes, arr. de Mont-de- 
Marsan, canton de Labrit. Gerre, espèce de chêne. 
GERISE. — De Cerise, lieu dans le dép. de Tarn-et-Garonne, 

canton d'Auvillars, arr. de Moissac. Gerise, fruit du 

cerisier. 
GERISIER. — Cerisiers, bourg de la Champagne, dép. de 

l'Yonne, arr. de Joigny, à 3 lieues de Sens. 
GERRE. — Ceré, dans le dép. d'Indre-et-Loire, arr. de Tours, 

canton de Bléré, ou Ceret, ville du Roussillon, dép. des 

Pyrénées-Orientales, à 4 lieues de Perpignan. 
GERTIN. — De Certines, en Bourgogne, diocèse de Lyon, 

parlement de Dijon. Gertin, certain, constant, instruit, 

assuré. 
GERVEAU. — De Servoz, commune de la Haute-Savoie, arr. 

de Bonneville. Gerveau, esprit, cervelle, jugement. 
GESAR. — De Cézas, commune du dép. du Gard, arr. Le 

Vigan. Gésar, chevelu, empereur. 
CETEAU. — De Cette, commune du dép. de l'Hérault, arr. 

de Montpellier. Vient de cete, cétacé. 
GHABALE GHABOLE. — De Chambolle, commune de la 

Côte-d'Or, arr. de Dijon. Dérive du grec kabos, mesure 

de blé. Ghabale, cheval. 
GHABENAG. — De Chamblac, commune du dép. de l'Eure, 

arr. de Bernay. 
GHABOILLEZ. — De Chambois, commune du dép. de l'Orne, 

arr. d'Argentan. Dérive du grec kabos, mesure de blé, 

cheval. 
CHABOT. — De Chabottes, commune du dép. des Hautes- 
Alpes, arr. de Gap. Ghabot se dit dans les îles de la 

Manche pour cabot, poisson. Se dit encorfe pour branche 



[ 104 ] 

de sarment, détachée du cep, pour la planter. Vient de 
l'arabe schabot, qui est un nom de poisson. 

CHADILLON. — De Chandon, commune du dép. de la Loire^ 
arr. de Roanne. 

CHÂDRON. — Commune de la Haute-Loire, arr. du Puy. 
Chadron, chaudron, petite chaudière. 

CHAGNON, CHAIGNON. — De Chagnon, commune du dép. 
de la Loire, arr. de Saint-Etienne. Chagnon, nuque, chi- 
gnon du cou, tête, chaînon, crochet, échelle de charrue. 

CHAHALE. — De Chail, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Melle. Chaable, catapulte, contusion, chablis. 

CHAIER, CHAILLE. — De Chaillé, commune de la Vendée, 
arr. de Fontenay-le-Comte ; ou de Chailley, dans l'Yonne, 
arr. de Joigny. Chaier, petite monnaie d'argent valant 
environ quatre sous de France, monnaie persane. 

CHAILLON. — Commune du dép. de la Meuse, canton de 
Vigneulles, et seigneurie de Bretagne, qui date de 1668, 
et érigée en faveur de Gaudrion. Chaillon signifie petit 
chien. Chaillons, hardes, guenilles. 

GHAIGNEAXJ. — De Chaignes, commune du dép. de l'Eure^ 
arr. d'Evreux. 

GHAILLOT. — Marquisat de la Franche-Comté, érigé en 
1746 pour De Chaillot. Chaillot veut dire caillou. 

GHAILLOU. — Seigneuries de Bretagne et de l'Orléanais, 
la première en 1500 et la seconde, en 1600. Chaillou 
signifie caillou. 

GHAILLY. — Seigneuries de Bourgogne et de Normandie, 
qui datent respectivement de 1659 et de 1770, et com. 
du Loiret et de la Brie. 

GHAINE. — Seigneurie bretonne, érigée en 1696 pour Henry. 
Chaîne, suite d'anneaux engagés les uns dans les autres, 
chêne. 

CHAINE. — Commune du dép du Jura, canton de Chaussin, 
arr. de Dôle. Chaînée, mesure de terre équivalant à la 1 
perche, ou centième partie de l'arpent, ou ligne de 
petits tas de fumier dans un champ avant l'épandage. 



[ 105 ] 

CHALÂDE. — De Cheylade, dans le dép. du Cantal, arr. et 
canton de Murât. 

CHALBERT. — De Salbert, commune du Teritoire de Bel- 
fort, canton de Belfort. 

CHALES. — Challes, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Nantua, et Challes, commune du dép. de la Sarthe, arr. 
du Mans. Se disait pour Charles : Challe 11 Chaux pour 
Charles le Chauve. Challer signifie écaler, ôter la coque 
des noix. Challe, gaufrier. 

CHALETTE. — De Chalette, commune du dép. de l'Aube, 
arr. d'Arcis-sur-Aube. 

CHALIFOUR. — De Chalifert, commune du dép. de Seine- 
et-Marne, arr. de Meaux. 

CHALIS, CHALY. — De Challuy, commune du dép. de la 
Nièvre, arr. de Nevers. Châlit, bois de lit. Dérive du bas- 
latin cadelitus, lit de parade. 

CHALONS. — Commune du dép. de l'Isère, arr. de Vienne, 
et ville de la Marne. Châlons, filet mis dans les rivières 
entre deux bateaux, c'est aussi un bateau, un chaland. 

CHALOULT. — De Chalou-Molineux, commune du dép. de 
Seine-et-Oise, arr. d'Etampes. Chaloult ou chat-loup, 
nom du lynx. 

CHALUT. — Chalus, ville et châtellenie dans le Limousin, 
dép. de la Haute-Vienne, arr. de St-Yreix. 

CHAM. — De Chammes, commune du dép. de la Mayenne, 
arr. de Laval. Cham, nom d'un des fils de Noé, est aussi 
un titre donné aux souverains de Tartarie, et aux sei- 
gneurs de la cour de Perse. 

CHAMAILLARD. — De Chamouillac, commune de la Cha- 
rente-Inférieure, arr. de Jonzac. Vient de chamaille, 
combat. 

CHAMARD. — De Chaumard, commune du dép. de la Nièvre, 
arr. de Château-Chinon. Chamarre, habit de berger fait 
de peau de chèvre ou de mouton, vêtement, robe. 

CHAMB. — De Chambre, commune de la Savoie, dép. du 
Mont-Blanc. Chamb, chanvre. 



[ 106 ] 

CHAMBALON. — De Chambéon, commune du dép. de la 
Loire, arr. de Montbrison. Chambalon, bâton pour por- 
ter les seaux d'eau. 

CHAMBEAU. — De Chambost, commune du dép. du Rhône, 
arr. de Lyon. Chambeau, chambel, ressort courbé en arc, 
partie d'un engin propre à prendre les oiseaux. 

CHAMBELLAN. — De Chamballan, seigneurie de Bretagne, 
érigée pour d'Argentré. Chambellan, officier attaché au 
service de la chambre des rois et des seigneurs. 

CHAMBELLI. — De Chambilly, commune du dép. de Saône- 
et-Loire, arr. de Charolles. 

CHAMBERLAND. — De Chamblains, commune de la Côte- 
d'Or, arr. de Beaune. Autrefois l'on disait plutôt cham- 
brelan que chambellan, et, à Paris, l'on appelait cham- 
brelans, les gens de métier qui ne sont point maîtres et 
qui travaillent. Dérive du grec kamera, chambre. 

CHAMBERY. — Seignurie du Limousin, érigée en 1479 pour 
De Rosière, et ville de France, en Savoie. 

CHAMBLY. — Ville de France, à 4 lieues de Senlis, en Pi- 
cardie. Chamblis, sorte d'étoffe. 

CHAMBORD. — Chambord, commune dans le dép. de l'Eure, 
arr. d'Evreux, et dans le dép. de Loir-et-Cher, arr. de 
Blois. Chambord signifie bord non labouré d'un champ. 

CHAMBOUX. — De Chambourg, commune du dép. d'Indre- 
et-Loire, arr. de Loches. 

CHAMELA. — De Camélas, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Perpignan. Dérive de calma, bruyères. 

CHAMELOT. — De Chamole, commune du Jura, arr. de Po- 
li gny. 

CHAMIAND. — De Chaméane, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. d'Issoire. 

CHAMOIS. — Chamoy, seigneurie de Champagne, érigée en 
1770 pour Du Rousseau de Chamoy. Chamois veut dire 
froissement, souillure faite par le contact de l'armure 
blé bruiné, chameau. 



[ 107 ] 

OHAMOUX. — De Chamoux, commune du dép. de la Savoie, 
arr. de Chambéry, et commune du dép. de l'Yonne, can- 
ton de Vézelay. 

CHAMP. — Seigneurie en Forez, érigée pour De Luzy. 
Champ veut dire bataille. 

CHAMPAGNE. — Seigneuries en Champagne, en Franche- 
Comté, dans le Maine, en Normandie, aussi province de 
France, dans la partie occidentale du Berry. Vient de 
campana, plaine, fonds de terre, grande étendue de 
pays plat. 

CHAMP AGNY. — Seigneurie dans le Forez, érigée en 1699 
pour De Nompère, et communes dans les dép. de la Côte- 
d'Or et du Jura. 

CHAMPEAU. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1649 
pour De Reaulx. Champeau veut dire petit champ, 
champ de bataille, combat en plaine. 

CHAMPENOIS. — De Champenoy, dans le Pays Messin. 
Champenois se dit de celui qui est de la Champagne. 

CHAMPFLOUR. — De Champfleur commune du dép. de la 
Sarthe, canton de Saint - Paterne, arr. de Mamers. 
Champfleur signifie champ de fleurs. 

CHAMPIGNI. — Seigneurie du Poitou, érigée en 1318 pour 
Chabot, et communes des dép. de la Seine, de l'Yonne, 
de Seine-et-Marne, et de la Touraine. 

CHAMPION. — De Champéon, bourg de la Mayenne, à 4 
lieues de Saint-Far geau. Champion est un homme qui 
se bat en duel, c'est aussi un homme de guerre fort et 
courageux, étalon, (mesure). 

CHAMPLAIN. — Commune du Nivernais, diocèse de Nevers, 
parlement de Paris. 

CHAMPONT. — Commune en Saintonge, diocèse de Saintes. 
Champon, champ de bataille, champ. 

CHAMPOUX. — Commune du dép. du Doubs, canton de 
Marchaux, arr. de Besançon. 

CHAMPRON. — Commune du Perche, diocèse de Séez, et, 



[ 108 ] 

Champrond, seigneurie de Bourgogne, érigée en comté 
en 1644, en faveur de Vielii. 

CHANCELIER. — De Chancelay, seigneurie de Borgogne 
ou de Chancelée, seigneurie du Poitou. Chancelier était 
le premier officier de la Couronne en ce qui a trait à la 
justice, et le chef des conseils du roi 

CHANDELIER. — De Chandai, commune du dép. de l'Orne, 
arr. de Mortagne. Chandelier est l'ouvrier ou le mar- 
chand qui vend des chandelles de la fête de la Chande- 
leur, serf qui payait une redevance en cire ou en argent. 

CHANDELLIN — De Gandelain, com. du dép. de l'Orne, 
arr. d'Alençon. 

CHANDOYSEAU. — De Champ-d'oiseau, commune du dép. 
de la Côte-d'Or, arr. de Semur. Chandoyseau, chant d'oi- 
seau. 

CHANIER. — Ville de la Charente-Inférieure, arr. de Saintes. 
Dérive de chanir, blanchir. 

CHANJON. — De Chandon, commune du dép. de la Loire, 
arr. de Roanne. Chanjon, changeons. 

CHANSE. — De Chance, rivière du dép. de la Moselle, qui se 
jette dan sla Moselle, près de Thionville. Chanse, lot, 
fortune, chance. 

CHANTAL. — Du Cantal, dép. de France, dont Aurillac est 
le chef -lieu. Dérive de chante, espèce de monnaie, jante. 

CHANTELOUP. — Communes des dép. de l'Eure, de Seine- 
et-Oise, de la Manche, et d'Ille-et-Vilaine. Chantelou, 
nom d'un religieux accusé d'avoir conseillé l'assassinat 
de Puylaurent, à Bruxelles. C'est aussi le nom d'un 
magnifique château près d'Amboise, bâti par le prince 
des Ursins, et embelli par le duc de Choiseul. 

CHANTELOY. — De Châtenois, communes du Jura, de la 
Haute-Savoie et des Vosges. 

CHANTENET. — De Chantenay, commune du dép. de la 
Sarth^, arr. de La Flèche. 

CHANTEREAU. — Seigneurie du Nivernais, érigée en 1667 



[ 109 ] 

pour De Reugny. Chantereau, livre de messe, petit 
chantre. 

CHANTIGNY. — De Chantilly, bourg du dép. de l'Oise, can- 
ton de Creil. De chantille, brique mince, contre-mur. 

CHANUD. — Chanu, commune du dép. de l'Orne, arr. de 
Domfront. Chanu, blanc de vieillesse. 

OHAPAIS. — De Chapet, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Versailles, canton de Meulan. Dérive de 
chap, capitation ou droit imposé dans la ville de Mende 
au cadastre, ou du latin caput, tête. Chapais, chape, re- 
vêtu d'une chasuble, individu qui a une grosse et forte 
tête. 

CHAPEAU. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de Mou- 
lins. Chapeau, couronne, guirlande, dot, armure, chape- 
ron d'uç mur, enduit sur la tranche d'une muraille. 

CHAPDELAINE, CHAPELAINE. — De Chapelaine, corn, 
du dép. de la Marne, arr. de Vitry. Chapdelaine, châte- 
laine. 

CHAPELAIN. — De Champlan, commune de Seine-etOise, 
arr. de Corbeil. Chapelain, celui qui est pourvu d'une 
chapelle ou chapellenie, prêtre qui dessert une chapelle 
ou qui va dire la messe dans une maison particulière. 

CHAPELET. — De Champlay, commune du dép. de l'Yonne, 
arr. de Joigny. Chapelet, armure, couronne, marque sei- 
gneuriale, poésie, couverture de tête, petit chapeau et 
chapelée, la contenance d'un chapeau. 

CHAPELLE. — Nombreuses communes de ce nom, en Ven 
dée, dans le Morbihan, dans les dép. de la Sarthe, de la 
Seine-Inférieure, de la Haute-Saône, de la Loire-Infé- 
rieure, de Seine-et-Marne, de l'Oise, de la Haute-Savoie, 
etc. Chapelle, musique, ornements d'église, petite chape, 
reposoir, alambic, auvent, bouquet, guirlande. 

CHAPELOT. — De Champlost, commune du dép. de l'Yonne, 
arr. de Joigny. Chapelot, chapeau. 

CHAPERON. — De Champrond, commune du dép. d'Eure- 
et-Loir et de la Sarthe. Chaperon, marque de distinc- 



I [ 110 ] 

tion, de deuil, vase. Dérive de capparone, ablatif de 
capparo, fait de cappa, habillement de tête. Autrefois 
les officiers des parlements portaient des chaperons sur 
leurs têtes. 
CHAPITEAU. — De Champitte, commune du dép. de la 
Haute-Saône, arr. de Gray. Chapiteau, auvent. 

CHAPLEAU.— De Champlost, com. du dép. de l'Yonne, arr 
de Joigny. Chapleau vient de chaple, combat, abattis 
d'arbres, chapelure. 

CHAPON. — De Champion, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Verdun. Chapon, se dit pour portion d'un sar- 
ment de vigne, servant à sa multiplication par bouture. 

CHAPPEAU. — De Chappes, ville de Champagne, dép. de 
l'Aube, à 4 lieues de Troyes. Ancienne seigneurie qui 
date de 1400. 

CHAPT. — De Chaptes, commune du dép. du Gard, arr. 
d'Uzès. Chapt est un mot injurieux. 

CHAPUT. — Du Chapus, nom d'un fort à l'embouchure et à 
droite de la Seude, dans la Charente-Inférieure. Chaput 
est une espèce de billot pour travailler l'ardoise, et lui 
donner telle figure qu'on veut. Chaput veut dire encore 
charpentier. 

CHAPUY. — De Chapuis, seigneurie en Franche - Comté, 
devenue marquisat en 1740 en faveur de Chapuis de 
Rosières. Chapuis signifie charpentier et billot. 

CHARAUD. — Charault, seigneurie dans le Poitou, érigée 
en 1753 pour De Fumé. Charaut signifie sortilège, 
grange, cuve pour transporter la vendange. 

CHARBONNEAU. — De Charbogne, commune des Ardennes, 
arr. de Vouziers. Dim. de charbon, nom de bœuf à la 
robe charbonnée, nom du charbon blanc. 

CHARBONNIER. — Commune du Bas-Languedoc, diocèse 
de Puy. Seigneurie en Bourgogne, érigée en 1680 pour 
De Bragelongne. Charbonnier est celui qui fait ou vend 
du charbon. C'est encore une spèce de mézange plus 
noire que les autres, un embrasement de charbon. 



[ 111 ] 

CHARDON. — De Sardon, com. du dép. du Puy-de-Dôme, 
arr. de Riom. Chardon veut dire charançon, insecte qui 
se met dans le blé. 

CHARDONNEREAU. — De Chardogne, commune du dép. 
de la Meuse, arr. de Bar-le-Duc. Chardonnereau, petit 
chardonneret. 

CHAREST. — De Charrais, commune de la Vienne, arr. de 
Poitiers. Charaye, sortilège, enchantement, et charret, 
rouet. 

CHARETTE. — Commune du dép. d el'Isère, arr. de La- 
Tour-du-Pin. 

CHARIER. — De Chariez, commune de la Haute-Saône, arr. 
de Vesoul. Charier, charger, charrier. 

CHARLAND. — De Challans, commune de la Vendée, arr. 
des Sables-d 'Olonne. Charlan, chalan, personne qui a un 
attachement marqué pour une maison. 

CHARLEBOIS. — De Sarlabous, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnères-de-Bigorre. Mot composé de char, 
charriot, et de bois. 

CHARLERY. — De Charlix, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Nantua. Charlerie, fabricant de chaussures, charron- 
nage. 

CHARLES. — De Charlas, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Saint-Gaudens. Charles, nom d'homme, vient de 
karolus, fourbe ; nom d'une monnaie appelée aussi florin. 

CHARLOT. — Des Chariots, dans le dép. des Bouches-du- 
Rhône. Chariot, dim. de Charles. 

CHARLUT. — Châtellenie, dans le dép. du Cantal, à 7 lieues 
de Mauriac. 

CHARLY. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Château- 
Thierry. 

CHARMOIS. — Communes des dép. des Vosges et du Terri- 
toire de Belfort. Channois, lieu planté de charmes. 

CHARNA. — Charnas, commune du dép. de l'Ardèche, et 
Charnat, commune du Puy-de-Dôme. Charnat se disait 
pour ustensile, équipage. 



[ 112 ] 

CHARNÂY. — Commune du dép .de Saône-et-Loire, arr. de 

Mâcon, et communes du Lyonnais et du Doubs. Oharner, 

nourrir un oiseau de proie. 
CHARNERRE. — De Charnècles, com. du dép. de l'Isère, 

arr. de Sanit-Marcellin, canton de Rives. De charner, 

nourrir un oiseau de proie. 
CHARNEVE. — De Sallenoves, commune de la Haute-Sa- 
voie, arr. d'Annecy, canton d'Annecy-Nord. 
CHARNIER. — De Charnay, commune du dép. du Rhône, 

arr. de Villefranclie. Charnier signifie boucher, échalas, 

charnière, qui dévore les chairs. 
CHARNIZAY. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, en Tou- 

raine, à 4 lieues de Loches. 
CHARNY. — Communes des dép. de la Meuse, arr. de Ver- 
dun, de Seine-et-Marne, et de l'Yonne. Charnie, plaine 

non labourée, chiourme. 
CHARON. — Bourg du pays d'Aunis, sur la mer, à 3 lieues 

de La Rochelle. Charon, artisan qui fait des charrettes, 

des carosses ; sorte de char. 
CHAROT. — Charost, duché-pairie de Béthune, dans le Berry, 

sur l'Amon, à 5 lieues de BMourges. Charot, chariot. 
CHAROUX. — Ville du Poitou, près de la Charente, et ville 

du Bourbonnais, dép. de l'Allier, près de la Sioule. 

Charoux veut dire carossable. 
CHARPENET. — De Chaponnay, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Vienne. 
CHARPENTIER. — De Charpentry, commune du dép. de la 

Meuse, ar. de Verdun. Charpentier, ouvrier qui taille 

et assemble la charpente. 
CHARREY. — De Charrey, commune du dép. de la Côte- 

d'Or, arr. de Beaune. Charrey, cendre au fond du cu- 

vier, après la lessive; charrey, mâchoire. 
CHARRIER. — De Charrey, commune de la Côte-d'Or, arr. 

de Châtillon, Charrier, aller, procéder. Dérive du latin 

cariare, de l'anglais carry, de l'allemand karren, et du 

suédois kora. 



[ 113 ] 

CHARRIOT. — De Charix, commune du dép. de l'Ain, arr. 

de Nantua. 
CHARRON. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 

La Rochelle. Charon, qui fait des charrettes. Du latin 

caronne, ablatif de carro, fait de carrus. 
CHARRUAU. — De Sarrus, commune du dép. du Cantal, 

arr. de Saint-Flour. Vient de chanier, traîner ou mener 

la charrue. 
CHARTEGNIER. — De Chartrenais, commune de l'Anjou, 

diocèse d'Angers. Chartenier, celui qui a soin des 

chartes. 
CHARTIER. — De Sartilly, commune du dép. de la Manche, 

arr. d'Avranches. Chartier, infirme, impotent, geôlier, 

cocher. 
CHARTON. — De Chartronges, commune du dép. de Seine- 
et-Marne, arr. de Coulommiers. Charton, charretier oa 

cocher qui conduit une charrette. 
CHARTRAIN. — De Chartres, ville du dép. d'Eure-et-Loir, 

et commune d 'lUe-et-Vilaine, arr. de Rennes. Ohartrain, 

qui est de Chartres, monnaie. Dérive du grec kartès, 

gros papier. 
CHARTRE. — De Chaltrait, commune du dép. de la Marne, 

arr. d'Epernay. Chartré, emprisonné. Chartrer, gratifier 

d'une charte, garder en prison. Vient du latin carcere, 

ablatif de carcer, prison. 
CHAR VET. — Vallon ainsi nommé dans le val d'Isère, à 

peu de distance de Moutiers. 
CHASLES. — Communes des dép. de la Sarthe et de l'Ain. 

Chail, caiUou. 
CHASSE. — Communes des dép. de l'Isère et des Basses- 
Alpes. Chasse, chas d'une aiguille, cadre, boîte, coquille 

de limaçon. 
CHASSE. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de Mamers. 

Chassé, nom d'un pas de danse, vient de casa, maison. 
CHASSEUR. — Chassors, commune de la Saintonge, diocèse 



[ 114 ] . 

de Saintes, parlement de Bordeaux. Chasseure, ficelle 
mince qui termine le fouet. 

CHÂSSIN. — Seigneuries du Berry et du Nivernais, la pre- 
mière en 1618 en faveur de Gigault, et la seconde en 
1300 pour De la Ri-vière. Chassin se disait pour assassin, 
châssis. 

CHASTENAIS. — De Chastenay, commune dans le dép. de 
l'Yonne, canton de Courson, arr. d'Auxerre. Chastenet 
se disait pour châtaignerie. 

CHATAIGNE. — De Chastang. commune du dép .de la Cor- 
rèze, arr. de Tulle. Châtaigne, fruit du châtaignier. 

CHATEAU. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1248 en 
faveur de De Châteaubriant. Châteaubriant, filet de 
bœuf grillé. 

CHATEAUFORT. — Seigneurie en Bretagne, érigée pour 
Boutier en 1668, et commune du dép. de Seine-et-Oise, 
canton de Palaiseau, arr. de Versailles. Châteaufort, 
citadelle des temps féodaux. 

CHATEAUGUAY. — Bourg d'Auvergne, dép. du Puy-de- 
Dôme, à une lieue de Riom. 

CHATEAUNEUF. — Nombreuses seigneuries, baronnies, mar- 
quisats et comtés de ce nom. En Bretagne, ce fut un 
marquisat, érigé en 1702 en faveur de Berringen. 

CHATEAUVERT. — Château-Verd, localité près de Mar- 
seille-lès-Aubigny, en Charente. Une autre du même 
nom près de Varzy, dans le dép. de la Nièvre, et encore 
com. du dép .du Var canton de Cotignae, arr. de Bri- 
gnoles. 

CHATAUVIEUX.— Seigneurie en Bretagne, érigée en 1696 
pour De Girard, et communes des Hautes-Alpes, arr. du 
Var. 

CHATEAUVILLE. — Commune du dép. des Hautes- Alpes, 
arr. de Briançon, canton d'Aiguilles. 

CHATEL. — Seigneurie de Bretagne, érigée pour Du Chas- 
tel, et communes des dép .des Vosges et de la Cham- 



[ 115 ] 

pagne. Châtel se disait pour petit château, maison, place 
forte, bien, patrimoine, fermage, rapport en argent d'une 
terre. 

CHATELAIN. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1500 pour 
du Breil, et commune de la Mayenne, arr. de Château- 
Gontier. Châtelain est le gouverneur d'un château, et 
qui en avait la garde. C'est encore un juge qui rend la 
justice dans l'étendue de la terre d'un seigneur. Châte- 
lain se dit aussi pour brave. 

CHATELET. — Seigneuries de ce nom eu Bourgogne et en 
Auvergne. Châtelet, dim. de château, était un petit châ- 
teau ou forterese, où logeaient les seigneurs châtelains. 
C'est encore une partie de navire, un jeu, un dévidoir. 

CHATELLEREAU. — Chatellerault, ville du Poitou, dép. de 
la Vienne, à 7 lieues de Poitiers, seigneurie des d'Ar- 
magnac. De châtellerie, châtellenie, terre d'un châte- 
lain. 

CHATELLIER. — Seigneviries de Bretagne et de Champagne, 
la première érigée en 1572 pour Duguesclin, et la se- 
conde pour De Savigny en 1558. Chastelez, chastellet, 
châtelet. 

CHATENAY. — Seigneurie de l'Ile-de-France, érigée en 1697 
pour De Ravière, baronnie dans la Bresse, et commune 
dans la Brie, diocèse de Sens. Chastenet, châtaignerie. 
Chartres, parlement de Paris. 

CHATIGNY. — De Chassigny, commune du dép. de la Haute- 
Marne, arr. de Langres. 

CHATILLON. — Nombreuses communes de ce nom, dans les 
dép. de la Drôme, d'Eure-et-Loir, de Loir-et-Cher, de la 
Vienne, de Seine-et-Marne. Châtillon se disait pour lam- 
prillon ou larve de la lamproie, et chastillon, pour châ- 
telet. 

CHATON. — De Chatonnay, commune du dép. de l'Isère, arr. 
de Vienne. Chaton, petit chat. 

CHATOUTEAU. — De Chatou, commune du dép. de Seine-et- 



[ 116 ] 

Oise, arr. de Versailles, canton de Saint-Germain-en- 
Laye. 

CHAUBERT. — De Chambeire, commune de la Côte-d'Or, 
arr. de Dijon. Un chaubert est un rhume. 

CHAUDEAU. — De la Chaudeau, dép. de la Haute-Saône, 
dans la commune d 'Ailleville. Chaudeau, bouillon que 
l'on donne aux nouveaux mariés après les noces. 

CHAUDRON. — Communes des dép. de Maine-et-Loire et du 
Doubs. Chaudron, mauvais piano. 

CHAUDRONNET. — De Chardonnay, commune du dép. de 
Saône-et-Loire, arr. de Mâcon. Chaudronnée, le contenu 
d'un chaudron. 

CHAUFAU. — De Chaffaut, commune des Basses- Alpes, arr. 
de Digne. Chaufifaut, échafaud, mantelet, chat. 

CHAUFOUR. — Communes des dép. de la Corrèze, de la 
Sarthe, de Seine-et-Oise et de l'Aube. Chaufour, grand 
four pour fair cuire la chaux, péage, droit de péage. 

CHAULET. — V. Cholet. Dérive de chaule, bille. 

CHAUMEAU. — De Chaume, commune de la Brie, dép. de 
Seine-et-Marne, arr. de Melun. Chaumeau, de chaume, 
tuyau de blé en tout ou en partie. 

CHAUMET CHAUMETTE. — Lieu du dép. de la Haute- 
Loire, arr. de Puy. Chaumette, faucille pour couper le 
chaume, et le crochet de fer qui sert à l'arracher. 

CHAUMINE.— De Chaumesnil, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Bar-sur-Aube. Chaumine, petite chaumière, mai- 
son couverte de chaume. 

€HAUMONT. — Communes des dép. du Cher, du Jura, de 
Maine-et-Loire, de l'Orne, de la Haute-Savoie. Dérive du 
latin calvus et de mons, mont chauve, dénudé. 

CHAUNIER.— De Chauny, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Laon. Chaunier vient de chaune, instrument d'épin- 
glier pour couper les tronçons. 

CHAURET. — De Chauray, commune du dép .des Deux- 
Sèvres, arr. de Niort. 



[ 117 ] 

CHAURRAU. — De Charre, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Orthez. Vient de chaurre, chaleur. 

CHAUSSE. — De Chaussée, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. de Dieppe. Chaussée, pavé de chemin, droit pour 
l'entretien des routes. 

CHAUSSON. — De Chaussin, commune du dép .du Rhône, 
arr. de Lyon. 

CHAUVEAU. — De Sauve, commune du dép. du Gard, arr. 
de Vigan. Chauveau, petite mesure pour les liqueurs, en- 
viron une demi-chopine. En Champagne, le chauveau est 
le tiers d'une pinte. 

CHAUVET. — Lieu du dép. des Basses- Alpes, arr. de Digne. 
Chauvet, état d'une tête chauve. 

CHAUVIER. — De Chauvigny, com. du dép. de la Vienne, 
arr. de Montmorillon. 

CHAUVIN. — De Chavin, commune du dép. de l'Indre, arr. 
de Châteauroux. Dérive de chauver ou de chauvir, de- 
venir chauve ou blanc, avoir l'air sournois. 

CHAVANE. — Commune de la Haute-Saône, arr. de Lure. 
Chavane ou chavaigne, corvée particulière à la Cham- 
pagne. 

CHAVANEL. — D 'Avesnelles, commune du dép .du Nord, 
arr. d'Avesnes. Chavanel, diminutif de chavane. 

CHAVET. — De Chavatte, commune du dép. de la Somme, 
arr. de Montdidier. Chavez, tête, chevet, pièce d'un mou- 
lin, et chavée, caverne, chemin creux. 

CHAVIGNON. — Commune de la Picardie, dans l'Aisne, 
diocèse de Soissons, parlement de Paris. Chauvignon, 
espèce de raisin blanc. 

CHA VIGNY. — Château en Sèvres, canton de Chinon, dép. 
d'Indre-et-Loire, dans l'ancien Loudunois, et communes 
dans l'Aisne, et dans Meurthe-et-Moselle. 

CHA VILLON. — De Chevillon, dép. de la Haute-Marne et 
de l'Yonne, canton de Sèvres. 

CHAVOYE. — Chavoy, seigneurie de Normandie, érigée pour 
Payen, en 1544. 



[ 118 ] 

CHAYER, CHAYERE. — De Chailley, commune du dép. de 
r Yonne, arr. de Joigny. Chayère, chaise, siège, trône. 

CHAZALON. — De Chassagnon, dans le dép. de la Haute- 
Loire. De chesal, habitation des gens serviteurs, manoir 
entouré de terres cultivables. 

CHAZALON. — De Chazalet, dans le dép. de l'Indre, à 2 
lieues d'Argenton. 

CHAZEL. — Commune dans le pays Messin, et Chazelles, 
communes des dép. du Cantal, de la Meurthe, de la Cha- 
rente, du Jura, de la Loire. Seigneurie du Lyonnais, 
érigée en 1176 pour De Fondras. De chesal, manoir 
entouré de terres propres à la culture. 

CHAZOTTE. — De Chazot, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Baune, canton de Clerval. 

CHEFDEVILLE. — De Cheffreville, commune de Norman- 
die, canton de Livarot, arr. de Lisieux. Chefdeville, 
capitale, ville principale. 

CHEL. — De Chelle, commune du dép. du Pas-de-Calais, can- 
ton de Bertincourt, arr. d'Arras. Chelles, toile de coton 
à carreaux de différentes couleurs qui viennent de 
Surate, dans les Indes-Orientales. 

CHEMIT. — De Chemy, commune du dép. du Nord, canton 
de Seclin, arr. de Lille. 

CHENAIS. — De Chenays, seigneurie de Bretagne, érigée 
pour Couturier en 1696. Chênaie, lieu rempli ou planté 
de chênes. 

CHENARD. — De Chénas, commune du dép. du Rhône, arr. 
de Villefranche. Chenard, jeune chien, petites pierres 
qu'on trouve dans le sol, d'une couleur gris de cendre 
ou jaunâtre. 

CHENAUD, CHENEAU. — Commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Ribérac. Chenau, gouttière, canal de bois 
qui reçoit les eaux d'un toit et les jette en bas, jeune 
chêne. 

CHENAY. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Melle. 



[ 119 ] 

CHENE. — Commune du Jura, arr. de Dole. Chêne, arbre. 

CRENELER. — De Chenelaye, marquisat de Bretagne, à 3 
lieues de Dol. Chênelée, provins, rejeton d'un cep de 
vigne, provigné. 

CHENET, CHENETTE. — Cheney, commune du dép. de 
l'Yonne, arr. de Tonnerre. Chenet, mesure de liquide, 
ustensile qui sert à soutenir le bois dans les cheminées. 
Chenette, pièce de toile. 

CHENEVERT. — De Chenevières, com .du dép. de Meurthe- 
et-Moselle, arr. de Lunéville. Chènevert, yeuse. 

CHENIER. — Chéniers, commune du dép. de la Creuse, arr. 
de Guéret. Chenier, grabat, mauvais lit. 

CHENNEVILLE. — De Senneville, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. d'Yvetot. Chenneville, chanvre, tuyau 
de chanvre. 

CHENON. — Commune de la Charente, arr. de Euffec. Che- 
non, terme de vitrier. 

CHENU. — Commune d-u dép. de la Sarthe, arr. de La Flèche, 
Chenu, ou chef nu, tête dénudée. 

CHERBI. — De Charbuy, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d'Auxerre. 

CHERON. — De Séron, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Tarbes. Chéron, nom d'homme. 

CHERRIER. — Commune du dép. de la Loire, arr. de Roanne. 
Encherrier, toile pour recevoir les cendres, ou pour les 
recouvrir au fond de la panne. Même étymologie que 
Carrier. Autrefois, en Normandie, l'on disait indifférem- 
ment carier, cherrier, querrier, mais carier est la plus 
ancienne forme. Cherrier, charron. 

CHESNE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
De Boullays. Autres du même nom en Normandie, dans 
l'Ile-de-France et dans la Sologne. Chesne, chêne. 

CHESNEL. — De Chenevelles, commune du dép. de la Vienne, 
arr. de Châtellenault. Chesnel, chênaie. 

CHESNOT. — Des Chesneaux, dans le dép. de l'Aisne arr. 
de Château-Thierry. Chesnot, petit chêne. 



[ 120 ] 

CHETIL. — De Chessy, commune du dép. du Rhône arr. de 
Villefranehe. Chesty, truand. 

CHEVAL. — Commune du dép. de Vaucluse, arr. d'Avignon. 
Cheval, animal très utile à l'homme. 

CHEVALET. — De Chavanay, commune du dép. de la Loire, 
arr, de St-Etienne. Chevalet, petit cheval, poulain, sorte 
d'affût, danse, monnaie. 

CHEVALIER. — De la Chevalerie, dans la Charente-Infé- 
rieure, commune de Château-d'Oloron. Chevalier, gen- 
tilhomme, soutien, défenseur, monnaie, levée de terre. 

CHEVANELLE. — V. Chavanelle. 

CHEVERT. — De Cheverey, commune de la Bourgogne, 
diocèse d'Autun. Chever, creuser, empiéter sur une 
chaussée, finir, cesser. 

CHEVIGNY. — Commune du dép. de la Côte-d'Or, et sei- 
gneurie en Auxois, érigée en 1400 pour Du Plessis. 

CHEVILLON. — Commune du dép. de la Haute-Marne. Che- 
villon, petit bâton tourné que les tourneurs mettent au 
dos des chaises de paille, petite cheville. 

CHEVREAU. — Commune du Jura, arr. de Lons-le-Saunier. 
Chevreau, petit d'une chèvre appelé aussi cabrit. 

CHEVREMONT. — Commune dans le Territoire de Belfort, 
dép. du Haut-Rhin. 

CHEVREFILS. — De Chevresis, corn, du dép. de l'Aisne, 
arr. de Saint-Quentin. 

CHEVRETTE. — De Chevrettes, commune du dép. de la 
Charente - Inférieure, arr. de St-Jean-d'Angély. Che- 
vrette, petite chèvre, petit chenet de fer à quatre pieds, 
écrevisse de mer, femelle du chevreuil, musette, corne- 
muse, musette sans soufflet, engin de siège. 

CHEVREUIL. — De Cherveux, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, arr. de Niort. 

CHEVREUSE. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de 
Rambouillet. Chevreuse, espèce de pêche de bon goût et 
d'excellent rapport. 



[ 121 ] 

CHEVREVILLE. — Communes des dép. de la Manche et de 
l'Oise. 

CHEVRIER. — Commune de la Haute-Savoie, arr. de Saint- 
Julien. Chevrier, qui mène paître les chèvres, jouer de 
la musette. 

CHEVROTIER. — De la Chevrolière, commune du dép. de la 
Loire-Inférieure, arr. de Nantes, canton de St-Philibert- 
de-Grandlieu. 

CHIÂSSON. — De Caixon, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. Vient de chiasse, écume de métaux. 

CHICOT. — De Chicourt, commune du dép. de la Meurthe, 
arr. de Château-Salins. Chicot, morceau de bois mort,, 
pointe de dent. Ménage le fait dériver de l'arabe shik- 
kab, morceau de bois fendu, un éclat, copeau. 

CHICOYNE. — De Chichilianne, commune du dép. de l'Isère, 
arr. de Grenoble. 

CHILLÂS. — De Sillas, commune du dép. de la Gironde, arr. 
de Bazas. Chilla, toile de coton à carreaux, qui vient du 
Bengale. 

CHIMAIS. — De Chimay, ville située sur la Blanche dans le 
dép. de Jemmapes, à 4 lieues de Rocroi. Vient de chime, 
punaise. 

CHINIC. — De Binic, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 
St-Brieuc. V. Chiniquy. 

CHINIQUY. — De Chenecy, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Besançon. Vient du français cheniqueux, buveur d 'al- 
cool. Dérive du hollandais slikken, avaler. 

CHINQUE. — De Chinqueux, dép. de l'Oise. Dérive du 
verbe chinquer, trinquer, boire par excès en choquant 
les verres. 

CHIQUET. — De Chichée, seigneurie de Champagne, érigée 
en 1582 pour Boucher. Chiquet, excédent de la mesure, 
surtout du lait, hoquet. Chiquet était la petite partie 
d'un tout, et est encore employé dans l'expresesion chi- 
quet à chiquet. 



[ 122 ] 

CHOISIE. — Choisies, com. du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 
Choisie, choix, option. 

CHOISSER. — De Choisey, commune du Jura, arr. de Dole. 

CHOLET. — Seigneurie en Anjou, devenue marquisat en 
1677 en faveur de Colbert. Cholet est le nom d'un bœuf 
vendéen; et en vieux français, c'est un petit chou, boule 
pour le jeu de mail. 

CHOMELIER. — De Chomelix, dans le dép. de la Haute- 
Loire, arr. du Puy, canton de Craponne. De chaumel, 
champ moissonné. 

CHOMEEAUX. — De Chomérac, dans le dép. de l'Ardèche, 
arr. de Privas. Chômer, c'est fêter, en cessant de tra- 
vailler. 

CHOMETTE. — Commune de la Haute-Loire, arr. de Brioude. 
Chomet, petit oiseau très gras et délicat qui se perche 
sur la pointe du chaume: d'où son nom. 

CHON. — De Chens, commune du dép. de la Haute-Savoie, 
arr. de Thonon. Chon, grande cuillère de bois. 

CHOPPIN. — De Chouppes, commune du dép. de la Vienne, 
arr. de Loudun. Choppin se dit de celui qui porte habi- 
tuellement une chope, c'est-à-dire une chape, ou d'un 
buveur de chopes. C 'est encore un coup violent pour ren- 
verser, faire chopper. 

CHOQUET. — De Chocques, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Béthune. Choquet est un pot en étain. L'anglais 
coket signifiait vase servant de mesure, et le bas-latin 
coketa donnait le même sens. Moisy, au mot choquet, 
dit " Petit vase en terre cuite, servant à boire. Choquet 
et choque (vase plus grand) doivent leur origine à 
l'habitude qu'ont les Normands, en réunion, de ne 
jamais vider leurs verres sans les choquer l'un contre 
l'autre, autrement dit, sans trinquer. " Choquet se dit 
encore pour hoquet. 

CHOREL. — D 'Aurel, communes des dép. de la Drôme et de 
Vaucluse. Chorel, choriste. 



[ 123 ] 

CHIQUOT. — V. Chicot. Chiquot, hoquet. 

CHIRON. — Commune de la Marche, diocèse de Limoges. 

Un chiron est un tas de pierres. 
CHOINIERE. — De Cognières, commune du dép. de la Haute- 
Saône, arr. de Vesoul. 
CHORET. — De Choreot, seigneurie de Bourgogne, qui date 

de 1700, érigée en faveur de De Migien. 
CHORON. — De Coron, commune du dép. de Maine-et-Loir, 

ar. de Saumur. Choron, instrument de musique. 
CHOUAN. — De Chouain, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. Chouan, petite semence de couleur vert- jaune, 

d'un goût un peu aigre et salé, employé pour faire le 

carmin. Chouant, chat-huant. 
CHOUART. — Commune de la Bourgogne, diocèse d'Autun. 

Chouart, chat-huant, pipeur. 
CHOUBERT. — De Coubert, seigneurie de la Brie, érigée en 

1720 en faveur de Bernard. 
CHOUDIN. — De Coudun, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Compiègne. 
CHOUET. — De Choué, commune du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Vendôme. Chouette, civette, parure de tête. 
CHOUILOU. — De Gouloux, commune du dép. de la Nièvre, 

arr. de Château-Chinon. 
CHOUINARD. — De Chonas, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Vienne. Vient du vieux français choine, blanc, 

en parlant du pain. 
CHOUX. — Commune du Jura, arr. de Saint-Claude. Choue, 

choucas, petite corneille. 
CHOVELOT. — De Chavelot, commune du dép. des Vosges, 

arr. d'Epinal. 
CHOYER. -^ De Chuyer, commune du dép. de la Loire, arr. 

de St-Etienne. Choyer, traiter avec égard, esquiver, mé- 
nager. 
CHOYSY. — Village à une lieue de Compiègne, bourg dans 

le dép. de Seine-et-Marne, et village dans le dép. de la 

Seine, à trois lieues de Paris. V. Choisie. 



[ 124 ] 

CHRETIEN. — De Crestienville, seigneurie de Normandie, 
érigée en 1694 pour Le Neuf. Chrétien, c'est-à-dire 
homme, individu, humain, celui qui croit dans le Christ. 

CHRISTIN. — De Carentan, commune du dép. de la Manche, 
arr, de St-Lô. Christin, chrétien. Dérive du grec kristos, 
oint, le Christ. 

CHRISTOPHE. — De Cristot, commune du Calvados, arr. de 
Caen. Christofle, porte-Christ, dérive de Christus, Christ, 
et fero, je porte. 

CHURLEAU. — De Chirols, commune du dép. de l'Ardèche, 
arr. de Largentière. Churleau, panais sauvage. 

CIBAR. — De Saint-Cibard, commune du dép. de la Gironde, 
canton de Lussac, arr. de Libourne. 

CICAXJT. — De Circourt, commune du dép. des Vosges, arr. 
de Neufchâteau. 

CIMON. — V. Simon. 

CINQ-MARS. — Seigneurie en Anjou, érigée en 1613 pour 
De Broé, et commune du dép. d'Indre-et-Loire, canton 
de Langeais, arr. de Chinon. 

CIRCE. — De Ciré, commune de la Charente-Inférieure, arr. 
de Rochefort. Circé, nom d'une magicienne célèbre. 
Circée, plante à racine blanche, noueuse et rampante. 

CIRE. — De Cires, commune du dép. de l'Oise arr. de Senlis, 
et commune dans le dép. de la Haute-Garonne, arr. de 
Saint-Gaudens. 

CIRIER. — De Cirié, seigneurie en Bretagne, érigée en 1650 
en faveur de De Bouvans. Cirier, marchand épicier qui 
fait de la cire, des cierges et des bougies un commerce 
spécial. Cirier, variante de cireux, liqueur. 

CITOLEUX. — De Lestelle, commune du dép. des Basses- 
Pyrénées, arr. de Pau. Citoleux, joueur de citole. Borel 
croit que ce mot vient de cithara, cithare. 

CIVADIER. — De Liverdy, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Melun, canton de Tournan. Civadier, 
sorte de mesuse. 



[ 125 ] 

CLAIR. — Bourg de la Basse-Normandie, dép. de la Manche. 

Clair, claire, sonnette, blanc d'œuf. 
CLAIRIN. — De Lerrain, commune du dép. des Vosges, arr. 

de Mirecourt. Clairin, clairon, sonnette, clochette. 
CLAIRMONT. — De Clermont, communes des dép. de l'Oise, 

de l'Aude, de l'Ariège, de l'Aisne, de la Haute-Savoie et 

de la Sarthe. 
CLAN. — Hameau dans le dép. de la Vienne, commune de 

Jaulnay. Clan, instrument de bois, dans la fabrique du 

parchemin. 
CLAPIER. — Com. du dép. de l'Aveyron, arr de St-Affrique. 

Clapier, terrier ou trou fait dans une garenne, où se 

cachent les lapins. 
CLAPIN. — De Lapan, commune du dép. du Cher, arr. de 

Bourges. 
CLARK, CLARQUE. — De Clarques, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de St-Omer. Clark vient de l'anglais clerk, 

clerc, commis. 
CLAUDE. — Bourg de Normandie, diocèse de Lisieux. 

Claude dérive de claudus, boiteux. 
CLAUSERET. — De Luzeret, commune du dép. de l'Indre, 

arr. de LeBlanc. Dérive de clause, clôture. 
CLAUTREAU. — De Clastres, commune du dép. de l'Aisne, 

arr. de St-Quentin. Vient de claustrier, cloîtré. 
CLAVEAU. — Des Clavaux, dans le dép. de l'Isère, commune 

de Livet-et-Gavet. Claveau, maladie contagieuse des 

moutons, comparable à la petite vérole chez les hommes. 

Dérive de clavis, clef. 
CLAVELLE. — Commune dans la Manche, diocèse de Li- 
sieux. Clavelle, clou, cuvette, hameçon. 
CLAVERIE. — Commune de l'Armagnac, diocèse d'Auch, 

parlement de Toulouse. Vient de claver, faire une levée. 

Claverie, bureau de recettes. 
CLAVET, CLAVETTE. — De Clavette, bourg de l'Aunis, 

dép. de la Charente-Inférieure, arr. de La Rochelle. D-é- 



[ 126 ] 

rive de clavus, clou, ou de clavis, clef. Dans l'ancien 
français, on désignait sous le nom de clavette, une fiche 
de fer qui servait à fermer les contrevents. 

CLEAU. — Commune dans le dép. du Cantal. Clô, fléau à 
battre le grain. 

CLEMENCEAU. — De Clémencey, commune dans le dép. de 
la Côte-d'Or, canton de Gevrey, arr. de Dijon. 

CLEMENT. — Bourg de l'Anjou, diocèse d'Angers, parle- 
ment de Paris. Clément, nom d'homme. 

CLENIET. — De Lemeix, commune du dép. de la Côte-d'Or, 
arr. de Dijon, canton de Grancey-le-Château. 

CLERC. — De Clère, seigneurie de Normandie, érigée en 
1675 pour De Montenay. Clerc, vieux mot, qui signifiait 
savant, lettré, ecclésiastique, commis, garçon de bou- 
tique, valet, pédant. En gallois, clerc signifie musicien, 
en grec kléros, veut dire héritage, sort, partage. 

CLERIAU. — De Cléry, commune dans le dép. du Loiret, 
arr. d'Orléans. 

CLERMONT. — Seigneuries en Dauphiné, en Anjou, en Nor- 
mandie. Cette dernière date de 1560, et fut érigée en 
faveur de Dyel. La maison de Bourbon s'est d'abord 
appelée de Clermont. 

CLEROUX. — De Clergoux, commune dans le dép. de la 
Corrèze, arr. de Tulle. 

CLESSE. — De Clesses, en Champagne, diocèse de Troyes, 
parlement de Paris. 

CLIN. — De Clain, rivière du Poitou qui se jette dans la 
Vienne, au-desous de Châtellerault. Clin, mouvement de 
tête, inclinaison, pente. 

CLICHE. — De Clisse, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de Saintes. 

CUNCHAMPS. — Bourg et seigneurie de Normandie, dans 
le dép. du Calvados, à 2 lieues de Caen. Dérive du vieux 
françaias cliquer, assujétir ou faire du bruit. 

CLIGNANCOURT.— De Coincourt, commune de Meurthe-et- 



[ 127 ] 

Moselle. De cligner, fermer l'œil à demi, ou du grec 
klinéin, pencher. 

CLOATRE, CLOUATRE. — De Cloître, commune du dép. 
du Finistère, arr. de Châteaulin, et arr. de Morlaix. 

CLOCHER. — Du Clochier, en Provence, diocèse de Digne. 
Clocher signifie boiter. Vient de cloppus, boiteux. Signi- 
fie encore faiseur de cloches. A l'abbaye de Remiremont 
on donnait le nom de clocher à celui qui gouvernait la 
sonnerie. 

CLOPIN. — De Loupan, commune du dép. de l'Hérault, arr. 
de Montpellier. Dérive de clop, boiteux. Clopiner veut 
dire marcher avec difficulté, comme un boiteux. Clopin, 
boiteux. 1 

CLOTEAU. — De la Glotte, commune du dép. de la Charente- 
Inférieure, canton de Montguyon, arr. de Jonzac. Dé- 
rive de clote, chambre voûtée, ou de clôt, fosse à enter- 
rer les morts. 

CLOUD. — De Saint-Cloud, communes de Normandie et de 
Beauce. Cloud, nom d'homme et de lieu, variante de 
clou, gouvernail, clou. 

CjjOUET. — Du Cloué, commune du dép. de l'Indre, en 
Berri, canton de Lusignan. Clouet, petit clou. 

CLOUTIER. — De Cléty, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
St-Omer. Cloutier, qui fait ou vend des clous, assorti- 
ment de toutes sortes de clous. Vient de dont, enceinte, 
bassin de construction. 

CLOYZEL. — De Loisail, commune du dép. de l'Orne, arr. 
de Mortagne. De cloye, claie. 

OLOZEL. — D'Auzelles, commune du Pny-de-Dôme, arr. 
d'Ambert. Clozel, variante de clouseau, petit enclos. 

CLUZEAU. — De Clouzeau, localité dans la Vendée. Il y a 
aussi Cluzeau ou Miremont dans le dép. des Vosges. 

CLUZIAU. — De Luzy, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Château-Chinon. 

COALLIER. — De CoUias, arr. d'Uzès. Dérive de coaille, 
grosse laine. 



[ 128 ] 

COCHART. — De Locheur, commune du Calvados, arr. de 
Caen, Cochart, dérive de concha, coquille. 

COCHER. — De Couchey, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Dijon. Cocher, faire une entaille, encocher, mettre la 
flèche dans l'entaillure d'un arc, séparer les fibres tex- 
tiles des fragments ligneux qui y sont restés adhérents 
après le broyage. 

COCHEREAU.— De la Cochère, commune du dép. de l'Orne, 
arr. d'Argentan. Vient de cocherel, marchand de coqs. 

COCHER Y. — De Couchy, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de St-Pol-sur-Ternoise. 

COCHET. — D Couchey, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Dijon. Cochet, petit coq, coq qui sert de girouette, pré- 
sent en viande, en vin, marque, loup. 

COCHEU — De Couches, commune de Seine-et-Marne, arr. 
de Meaux. Vient de coche, voiture. 

COCHON. — V. Cauchon. Cochon, fruit de l'églantier, qui 
n'est bon que pour les cochons, clausportes, corruption 
de clausporgnes, pourcelets ou jeunes cochons. 

COCQUIN. — De Conquin, commune du Calvados, arr. de 
Pont-l'Evesque. Dérive de cocque, souche. 

CODBEC. — De Caudebec, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. d'Yvetot. Dérive de code, coude, mesure. 

CŒUR. — Cœures, dans le Bas-Languedoc, diocèse de Mende. 
Cœur, fertilité, force de production. 

GOFFINIER. — De Cohiniac, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de St-Brieuc. Vient de coffin, panier, coffre, cercueil, 
hune, étui, carquois. Coffiner, en terme de menuiserie, 
veut dire se voûter, se courber. Dérive de kofinos, cor- 
beille. Une coffine est une écuelle de terre évasée et con- 
vexe, en forme de pipe, avec laquelle on puise l'eau dans 
un seau, et dont le manche creusé comme un tuyau, ne 
laisse couler l'eau qu'en petite quantité. 

COGNAC. — Ville de la Charente. Cognac, dans plusieurs 
provinces, veut dire jonction de plusieurs ruisseaux avec 
une rivière. 



[ 129 ] 

COGNÂRD. — De la Cognardière, seigneurie de Bretagne, 
unie à celle de Lajanière, érigée en vicomte en 1644. 

COGNET, COIGNET. — Du Coignet, en Forez, seigneurie 
érigée en faveur de Salemond. Coignet, petit coin, en- 
coignure, petite cognée, petit couteau à cerner les noix. 

COGNON, COIGNON. — De Coigneux, dans le dép. de la 
Somme, arr. de Doullens. Coignon, surnom. 

COIN. — Commune dans le pays Messin, diocèse de Metz, et 
seigneurie de Bretagne, érigée en 1600 pour Berard. 
Coin, droit de frapper la monnaie. Vient du grec gônia, 
angle. 

COINTA. — De Coingt, commune du dép. de l'Aisne, en 
Picardie, canton d'Aubenton. Dérive de coint, beau, 
joli, galant, alerte, entreprenant. 

COINTRAY. — De Contré, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. d'Aubray. De cointerie, grâce, gentillesse, 
agrément. 

COIPEL. — De Coupelle, dans le Pas-de-Calais, arr. de Mon- 
treuil. Coipel, coupeau. 

COIRE. — Ville de Suisse, capitale du canton des Grisons. 

COIRIER. — De Coirac, dans la Gironde, arr. de La Réole. 
Coireau, vieux bœuf sortant de l'engrais. 

COITARD. — De Coétalan, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour De Brezal. Dérive de coit, tranquille et 
du latin quietus. 

COITEUX. — De Coëtmieux, commune du dép. des Côtes- 
du-Nord, canton de Lamballe. V. Coitard. 

COLARD. — De Coulaures, commune du dép. de la Dor- 
dogne en Périgord. Colard, se dit pour colas, abrégé de 
Nicolas. Vient de colaire, sorte de filet. 

COLARDEAU.— V. Colard. 

COLAS. — De Collât, commune du dép. de la Haute-Loire, 
arr. de Brioude. Dérive de col, cou, en gallois. En 
écossais col signifie tête, sommet, en grec koUa signifie 
colle. En France on donne le nom de colas aux cor- 
beaux que l'on nourrit à la maison. 

COLBERT. — De Colembert, dans le dép. du Pas-de-Calais, 



[ 130 ] 

arr. de Boulogne, et seigneurie du Boulonnais, devenue 
marquisat en 1691. Colbert signifie compagnon d'affran- 
chissement, en terme de droit. 

COLE, COLLE. — Commune dans le Maine, diocèse du Mans, 
parlement de Paris. Cole est un vieux mot qui signifie 
bile, et vient de choléra. C'est encore une sorte de pois- 
son, une coule de religieux. 

COLIN. — Petite rivière du Berry, qui passe par les Ais- 
Dam-Gilon. Colin, espèce de corneille, pain pour les 
chiens. Colin, nom propre d'homme, donné à ceux qui 
s'appellent Nicolas. 

COLLANGE. — Ville du dép. du Puy-de-Dôme, et seigneurie 
dans l'Auvergne, érigée en 1570 pour De Chariol. 

COLLEGIEN. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, can- 
ton de Lagny, arr. de Meaux. Collégien, nom donné aux 
écoliers qui vont au collège et aux chanoines d'une col- 
légiale. 

COLLERET. — De Colleret, ville dans le dép. du Nord, arr. 
d'Avesne, canton de Maubeuge. Collerette, faux camail 
de mailles. 

COLLET. — Du Collet-Aubréal, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1696 pour Le Marec. Collet, partie de l'habille- 
ment qui entoure le cou, chaton d'une bague, et dans 
l'idiome de Cornouailles, il signifie perte. 

GOLLIN. — De la Collinière, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1658 en faveur de Charrette. 

COLLOU. — Ville et Royaume, dans la Matya, en Afrique. 

COLO. — De Colodec, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 pour Josse. Colo est le nom d'une petite ville de 
Pologne. Vient du grec kôlon, membru. 

COLOMBE. — Commune dans le dép. de l'Isère, arr. de la 
Tour-du-Pin, et seigneurie de l'Auvergne, érigée en 1473 
en faveur de Morel de la Colombe. Colombe, nom de 
femme, est la femelle du pigeon, et se dit aussi pour 
colonne. 

COLOMBEAU. — De Colombey, dans le dép. de la Moselle. 
Colombeau, petit pigeon. On disait autrefois une étoffe 



[ 131 ] 

à colombeaux, pour dire une étoffe sur laquelle il y 
avait des figures de colombes. 

COLOMBIER. — Seigneuries du Berry, de Champagne, du 
Dauphiné, de Normandie et du Vivarais. Colombier, 
construction en forme de tour pour y loger des pigeons ; 
c'est encore une sorte de papier. 

COLOMBELLE. — Seigneurie de Normandie, érigée eu 1550 
pour De iMorel. Colombelle, petite colombe. 

COLOMBIERE. — Seigneuries de Bourgogne, de Champagne 
et de Bretagne. Celle-ci fut érigée en 1669 eu faveur de 
Riclier. 

COLONGE. — Seigneuries dans la Bresse, dans le Forez et 
dans la Guienne. Colonge signifie un fond possédé par 
un colon. 

COLONIER. — De la Colonne, commune dans le dép. du 
Jura, canton de Poligny. Dérive du gallois colon, co- 
lonne, support. 

COLTRET. — De Colletot, dans le dép. de l'Eure. De coite, 
impôt. 

COMBELLE. — Commune du Rouergue, diocèse de Rodez. 
Combelle signifie vallon, petite vallée, et vient de combe, 
qui signifie vallée enfermée entre deux montagnes. 

COMBRAY. — Commune du dép. du Calvados, canton de 
Thury-Harcourt, arr. de Falaise. Combré veut dire bom- 
bé. Vient du grec kumbos, enfoncement. 

COMEAU. — De Commeaux, seigneurie en Normandie, éri- 
gée en 1740 pour De Langheac. Comeau, bouillie faite à 
la crème, aux œufs, aux herbes, et que l'on étend sur les 
gâteaux avant de les mettre au four. 

COMES. — De Commes, seigneurie en Normandie, érigée en 
1463 pour De Surrin. Commes signifie commentaires. 

COMET, COMÈTE. — De Gommeville, en Champagne, dio- 
cèse de Langres. Comète, corps céleste bien connu. Dé- 
rive de komètés, chevelure. 

COMETTANT. — V. Comet. Comettant est celui qui donne à 



[ 132 ] 

un autre commission de faire quelque chose, en terme 
de commerce. 

COMPAIN. — De Compains, ville du dép. du Puy-de-Dôme, 
arr. d'Isoire. Compain veut dire, pour compagnon. Dé- 
rive du latin cum et panis, comme si on disait qui mange 
le même pain. 

COMPAIRON. — De Compeyre, bourg du Rouergue, sur le 
Tarn, dép. de l'Aveyron, à une lieue de Milhau. Com- 
perre, dans le vieux français, voulait dire acquérir. 
Compairer veut dire payer, acheter, comparaître, re- 
garder, découvrir. 

COMPARET. — De Compas, commune de la Creuse, arr. 
d 'Aubusson. 

COMPEAU. — De la Compote, dans la Savoie, arr. de Cham- 
béry. V. Compiau. 

COMPIAU. — De Compiègne, ville située sur l'Oise. Vient 
du grec panos, pain. 

COMPTANT. — Des Comptes, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 en faveur de Barberé. Comptant se disait pour 
argent monnayé. 

COMPTOIR, COMPTOIS. — De Contoire, dans la Somme, 
ar. de Montdidier. Comptoir, cabinet, boîte, petit coffre, 
jeton pour compter. 

COMTE. — De Comtes, en Artois, diocèse d'Arras. Comte, 
homme noble, qui possède une terre érigée en comté 
pour lui ou pour ses ancêtres; prévôt d'une confrérie. 

CONDAMINE. — Seigneurie en Franche-Comté, érigée en 
1539 pour Harenc. Condamine est une grande pièce de 
terre qui a quelques droits seigneuriaux. 

CONDÉ. — Seigneuries de ce nom dans le Barrois, dans le 
Berry, en Bourgogne, en Bretagne, dans l'Ile-de-France, 
en Lorraine, et dans la Normandie. La plus ancienne 
est celle de Normandie qui date de 1112 et fut érigée en 
faveur de Condé. Ménage dit que l'origine de Condé 
vient de ce qu'autrefois la Vienne entrait dans la Loire 
à Cande, ou Candé, ou Condé, mots qui signifiaient con- 
fluent. 



[ 133 ] 

CONDON. — Ville de Gascogne, dans le dép. du Gers, sur la 
Baise, à 10 lieues de Bordeaux. 

CONDRAT. — De Condres, dans le Bas-Languedoc, diocèse 
du Puy. Condrat, var. de condron, pain ou pâte d'orge. 

CONFOULENS. — De Confolens, baronnie dans le Langue- 
doc, érigée en 1600 pour De Cayres. Ce mot vient de 
confiant, confluent, lieu où plusieurs rivières s'assem- 
blent. D'où les noms de confiants, conblants que l'on 
trouve en France. C'est la forme latine, tandis que 
Condat, Condé, est la forme gauloise. 

CONILLARD. — De Conilhac, dans le Bas-Languedoc, diocèse 
de Narbonne. Oonillard vient de coniller, se cacher, 
faire le poltron. En terme de marine, conil, endroit de la 
galerie où se posent les rames, lorsque le vaisseau ne 
vogue pas. 

CONILLE. — De Conlie, commune du dép. de la Sartlie, arr. 
du Mans. Conille, femelle du lapin, embarras, mani- 
gance. 

CONNAISSANT. — De Connazat, dans le Périgord, diocèse 
de Périgueux. Connaissant, connaissance, ami. 

CONNILLER. — De Conliège, commune du Jura, arr. de 
Lons-le-Saulnier. Coniller, chercher des ruses, des dé- 
tours pour s'esquiver. 

CONQUET. — Petite ville maritime de la Basse-Bretagne, 
au pays de Cornouailles, à 5 lieues de Brest. Conquet 
signifie conquête, butin, gain, profit, découverte. 

CONSIGNY. — Commune du dép. de la Haute-Marne, can- 
ton d'Andelot, arr. de Chaumont. Du verbe consigner, 
revêtir d'un sceau, signer, délimiter. 

CONSTANT. — De Saint-Constant, commune dans le dép. 
du Cantal, arr. d'Aurillac. Constant, ce qui est certain, 
indubitable, durable, qui ne change point, ferme, assuré, 
fort. 

CONSTANTIN. — Du Cotentin, pays de Normandie. Con- 
stantin, nom d'homme, souvenir du premier empereur 
chrétien qui donna son nom à la ville de Constantinople. 



[ 134 ] 

CONSTANTINEAU. — De la Contentinaye, seigneurie de 
Bretagne, érigée en 1668 pour De Benazet. 

CONTANT. — De Contay, dans le dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. Contant, contemps, mépris, indignation. Dé- 
rive du grec konton, abrégé. En vieux français il signi- 
fie querelle, braverie. 

CONTERIE. — De la Contrie, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1700 pour Cliarette. Conterie, espèce de rassade, 
grosse verroterie qui se fabrique à Venise. Les sau- 
vages en font une broderie. 

CONTRECŒUR. — De Contrecourt, seigneurie unie à celle 
de Gournai, érigée en marquisat en 1693. Contrecœur, 
fond de cheminée entre les jambages et le foyer. C'est 
aussi une plaque de fer ornée de sculpture qu'on met 
au milieu de la cheminée pour conserver le mur et ren- 
voyer la chaleur ; enfin un petit manteau qui ne couvrait 
que les épaules. 

CONTREMINE.— De Contamines, dans la Haute-Savoie, arr. 
de Bonneville. Contremine, en terme de guerre, c'est 
une route souterraine tout le long de la muraille, large 
de trois pieds et haut de six, avec plusieurs trous pour 
empêcher l'effort des mines. 

COPPAY. — De Copay, seigneurie en Picardie, unie au 
comté de Nesles en 1545. Coppée, mesure pour les 
grains. 

COPPIN. — De Coppenaxfort, dans le dép. du Nord, com. 
de Craywick. Copin, morceau, coupe. 

COQUART. — De Coq-en-la-Mancellière, seigneurie nor- 
mande, érigée en 1740 pour Colin le Maignen. Coquart 
ou quoquart, glorieux sans sujet, jaseur, babillard. 

COQUELET. — Seigneurie de Picardie, érigée en 1678 pour 
Le Roi. Coqueret, plante, 

COQUET. — De Cosquet, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1600 en faveur de Cecillon. Un coquet est le nom d'un 
petit bateau qu'on amenait de Normandie à Paris. 

COQUILLART. — De Coquille, commune du dép. de la 
Dordogne, arr. de Nontron. Coquillart est un terme de 



[ 135 ] 

carrier et signifie lit de pierre dans une carrière qui 
est remplie de coquillages. Vient du grec kogché, co- 
quille, et signifie encore benêt, sot. 

COQUILLIER. — De Corquilleroy, commune du Loiret, arr. 
de Montargis. Coquiller est une collection de coquilles 
ou le lieu où on les rassemble, et un coquillier est un fa- 
fabricant de coquilles. 

COQUINCOURT. — De Couquèques, commune de la Gironde, 
arr. de Lesparre. V. Cocquin. 

COQUINEAU. — De Coquinet, dans le dép. des Côtes-du- 
Nord, commune de Langueux. Coquineau, dim. de co- 
quin. Dans le vieux français, un coquin était un men- 
diant, et la coquinerie était synonyme de mendicité. 

CORADEAU. — De Corréardes, lieu dans le dép. de la 
Drôme, commune de Lus. Coradoux est l'espace enfermé 
entre les deux ponts d'un vaisseau. 

CORBEAU. — De Corbel, seigneurie dans le Dauphiné, éri- 
gée en 1220 pour Corbeau. Corbaux, sorte de poisson. 
Vient du grec korax, corbeau. Corbeau, fossoyeur, bout 
de rondin en partie carbonisé. 

CORBEIL. — Comté dans le Hurepoix, érigé pour de Cor- 
beil, et qui a appartenu au roi de France. Corbeille, 
panier d'osier. 

CORBÈRE. — Commune du dép. des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Perpignan. 

CORBET. — Seigneurie dans la Touraine, érigée en 1331 
pour De Préaux. Corbet veut dire serpe, courbette, et 
corbeau. 

CORBIERE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
Brullon. Corbière est une montagne aux flancs cou- 
verts par des taillis de chênes verts et de châtaigniers 
sauvages; lieu fermé de claies. 

CORBIN. — Seigneurie en Guyenne, érigée en 1733 en fa- 
veur de Jaineric. Corbin, vieux mot qui signifiait cor- 
beau. On disait corbiner pour dérober, escamoter. Dé- 
rive du latin corvinus. Cotgrave le traduit par crow, 
corbeau. 



[ 136 ] 

CORBINEAU. — De Courboin, dép. de l'Aisne, c. de Condé, 
en Brie. Corbineau, jeune corbeau. 

CORBY. — De Corbie, commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. Corbis, mesure de noix. 

CORDA. — De Corday, commune de la Normandie. Corda, 
espèce de grosse serge croisée et drapée, toute de laine. 

CORDEAU. — De Cordey, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1463 pour De Cordey. Cordeau, petite corde. 

CORDIER. — De Cordieux, commune du dép. des Vosges, à 
3 lieues de Saint-Dié. Cordier est celui qui fait ou vend 
de la corde, un bateau dont se servent les pêcheurs qui 
pèchent avec des cordes munies de hameçons. 

CORDIN. — De Cordon, dans la Haute-Savoie, arr. de Bonne- 
ville. 

CORDONNIER. — De Cordonnais, seigneurie en Bretagne, 
érigée en 1696 pour de la Motte. Cordonnier, ouvrier 
qui fait des chaussures. 

CORIGNAN. — De Corignac, commune du dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, canton de Montendre, arr. de Jonzac. 
De coriner, haïr. 

CORMIER. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1480 pour 
De Chambray. Cormier, arbre qui porte des cormes, et 
dont le bois sert à fabriquer des fuseaux pour les rouets, 
et des outils de menuisier. 

CORNEAU. — De Corne, commune du dép. de Maine-et- 
Loire, arr. de Baugé. Cornau, quartier, canton, village, 
paroisse. Dérive du grec keraos, corne. 

CORNEILLE. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1463 
en faveur de Saint-Liver. Corneille, oiseau à couleur 
noire, comme le corbeau, mais de moindre grosseur. 
C'est aussi le nom d'une plante. Vient du grec kérôné, 
corneille. 

CORNEILLIER. — De Corneuil, seigneurie et châtellenie de 
Damville, érigée en baronnie en 1552. V. Cornillier. 

CORNELIUS, — De Cournanel, dans le dép. de l'Aude, arr. 
de Limoux. 

CORNET, CORNETTE. — Seigneurie en Auvergne, érigée 



[ 137 ] 

en faveur de Du Prat, en 1638. Cornet, coin, aile d'ar- 
mée, insecte, éteignoir, cornet à mettre de l'encre. Cor- 
nette, habillement de tête, capuchon, chaperon, tempe, 
coin, angle, lieu retiré. 

CORNIERE. — Des Corniers, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1696 pour Rahier. Cornière, en terme de blason, 
signifie un anse de pot. Veut encore dire coin, angle. 

CORNILLIER. — De la Cornillière, seigneurie bretonne, éri- 
gée en 1696 pour Le Lay. Cornillier, gosier, cornouillier. 

CORNU. — Seigneurie dans le Rouergue, érigée en 1280 
pour De Montcalm. Cornu, fou, extravagant, honteux^ 
dupe, paré, fourchu, ovale, qui a plusieurs angles, mon- 
naie. 

CORON. — Bourg d'Anjou, dép. de Maine-et-Loir, à 6 lieues 
de Montreuil-Bellay. Coron signifie coin, extrémité, ré- 
sultat. 

CORPORAL. — De Corps, bourg du Dauphiné, dép. de l'Isère, 
à 9 lieues de Grenoble. Corporal, linge sacré que le 
prêtre étend dans le calice pour recevoir les fragments 
de l'hostie, s'il s'en trouvait. Le peuple appelle corporal 
un bas officier de guerre nommé caporal. 

CORPERON, CORPRON. — De Courpière, dans le Puy-de- 
Dôme, arr. de Thiers. 

CORRIVEAU. — De Gorrevod, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Bourg. Corriveau vient de corrival, celui qui 
tire de l'eau d'une même source qu'un autre, qui la 
conduit par un même canal pour la faire venir sur 
ses terres, et pour cela a souvent contestation avec 
lui. Depuis on appelle corriveaux ceux qui ont les 
mêmes prétentions, qui aspirent en même temps à la 
même chose, aiment la même personne. 

CORREGE. — Ville d'Italie, dans le Modenais, à 3 lieues de 
Reggio et à 4 lieues de Modène. De corrégeux, cor- 
royeur. 

CORRY. — De Courry, dans le Gard, arr. d'Alais. 

CORSIN. — De Corseuil, comté de Bretagne, érigé en 1634 
pour De Cramezeul. Corssin se disait pour banquier. 



[ 138 ] 

CORVAISIER. — De Corvez, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1700 pour Le Pape. Corvesier, savetier. 

CORVAL. — De Corvale, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1696 pour Du Masle. Corval se disait pour troupes et à 
Venise pour cavalerie légère. 

COSANGE. — De Cosenze, ville de l'ancien royaume de 
Naples, et capitale de la Calabre. 

COSMES. — Villes des dép. de l'Aveyron et de la Sarthe. 
Cosmes, nom des magistrats établis en Crète pour y 
maintenir le bon ordre. Vient du grec kosmos, ordre. 
Cosme signifie aussi chevelure, écritoire, poignée d'épée. 

COSSET. — De Cossé, bourg d'Anjou, dép. de la Mayenne, 
à 4 lieues de Laval. Oossé, en cosses. 

COSTE. — Seigneuries de Bretagne, de Champagne, du 
Poitou et du Quercy. Coste se dit pour penchant d'une 
montagne. Cotte, nid, panier de pigeons, coût, dépense, 
mesure de capacité, corbeille, panier. 

COSTERET. — De Costera, canton du dép. de la Corse, arr. 
de Bastia. Costeret, mesure de vin, d'huile, liqueur, 
panier, charge. 

COSTILLE. — Des Cotils, seigneurie en Normandie, érigée 
pour De la Lande, en 1772. Costille dérive du latin 
castillum, de costa, côte, versant d'une côte, coteau. 

COSTIN. — Des Cots, seigneurie en Normandie, érigée en 
1630 en faveur de Menard. Cotin, chaumière, cabane. 

COTE. — De Côte, communes des dép. du Rhône et de celui 
de l'Isère. Côté, flanc d'un navire, endroit quelconque, 
parti. Dérive du grec ostéon, os. 

COTEREL, COTTEREL. — De Couterelle, dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, commune de Pons. Coterai, arme an- 
cienne dont il est fait mention dans les poètes; bandit, 
cotte d'armes, laine filée. 

COTIN. — De la Cottinais, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour Brasdasne. Cotin, cabane, chaumière, ca- 
hutte. 

COTINEAU. — De Gastines, dép. de la Sarthe et de la 
Mayenne. Cotineau, dim. de Cotin. 



[ 139 ] 

COTRAY. — De Cauterets, bourg du dép. des Hautes-Pyré- 
nées, arr. d'Argelès. 

COTTE. — De Cotte- Juillaquet, seigneurie de l'Angoumois. 
Cotte, partie du vêtement des femmes qui s'attache à 
leur ceinture, et qui descend jusqu'au bas. Cote, degré 
de parenté. 

COTTENAY. — De la Cottinais, seigneurie de Bretagne. 
Dérive de cotte, cotillon, jupe. 

COTTON. — De Goutte, commune du Calvados, arr. de 
Lisieux. 

COTTU. — De Cottun, en Normandie, diocèse de Bayeux. 
Cotu, raboteux, qui a des côtes, qui n'est point rond, 
noueux, en parlant du bois. 

COTTY. — De Cottière, dans la Charente-Inférieure, cornu 
de Montguyon. Côtil, penchant d'une colline, coteau. 

COUAGNE. — De Cougny, lieu du dép. de la Nièvre, dans la 
commune de Saint - Jean - aux - Amognes. Oouagne ou 
couanne, couenne, peau de cochon. 

COUCEAU. — De Coucy, commune du dép. des Ardennes, 
canton de Béthel. 

COUDAY. — De Coudey, seigneurie en Normandie, érigée 
en 1463 pour De Brébœuf. Couday, coudée, coup de 
coudes, poignée. Couder, lier, attacher. 

COUDRA Y. — Seigneuries de Bretagne, de Champagne, de 
Normandie, de l'Ile-de-France et de l'Orléanais. Cou- 
dray, variante de coudrete, coudraye, lieu planté de 
coudres. 

COUDRET. — De la Coudre, seigneurie en Anjou, érigée en 
1600 pour De la Béraudière. 

COUENON. — Rivière de Bretagne qui se jette dans la mer, 
près du Mont-Saint-Michel. On appelle coué un animal 
à qui on n'a pas coupé la queue. 

COUERIER. — De Coyrière, dans le Jura, arr. de Saint- 
Claude. Dérive de cuerier, choriste. 

COUET, COUETTE. — De Couhé, seigneurie et ville du 
Poitou, dép. de la Vienne. La seigneurie devint mar- 
quisat en 1652. Couet se dit de quatre grosses cordes 



[ 140 ] 

amarrées au bas des voiles, vers Tavant du vaisseau, 
bonnet de femme, armure. Couette, lit de plume. 

COUILLARD. — De Couilly, dans le dép. de Seine-et-Marne, 
arr. de Meaux, canton de Créey. Couillard se dit de la 
corde qui tient la grande voile à la grande attaque du 
grand mât. Couillard, pierriers ou machines de guerre 
pour jeter des pierres. 

COUILLAUD. — De Goulles, dans le dép. de la Côte-d'Or, 
arr, de Châtillon. Couillaut, valet de chanoine à Angers, 
en général, bon compagnon. 

COUIN. — Commune dans le dép. du Pas-de-Calais, canton 
de Pas, arr. d'Arras. V. Coin. 

COULLARD. — De Coulaures, dans le dép. de la Dordogne, 
arrondissement de Saint-Gaudens. Dérive de coulle, 
vêtement. 

COULIN. — De Coulans, bourg du Maine, dép. de la Sarthe, 
arr. de Mans. Coulin se dit pour rigole. 

COULOMBE. — Seigneurie de l'Ile-de-France, érigée en 1552 
pour De Recouart. Coulombe, colonne, jambage. 

COULON. — Commune dans le dép. des Deux-Sèvres, arr. 
de Niort. Coulon, vieux mot qui signifiait pigeon. Cou- 
Ion est encore un cultivateur qui sous-loue quelques 
parcelles de terre d'un fermier, un colon. C'est encore 
un pigeon. 

COULANGES. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1510 
pour De Mathan. Plusieurs villes de ce nom dans la 
Charente-Inférieure, dans le dép. des Deux-Sèvres et 
dans l'Aisne. 

COUP AL. — De Coupelle, dans le Pas-de-Calais, arr, de 
Montreuil. Coupai se disait pour coupable. 

COUP ART. — De la Couperie, hameau dans l'Anjou, parle- 
ment de Bordeaux. Dérive de coupe, action de couper. 

COUPEAU. — De Coupetz, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Châlons. Coupeau, sommet d'une montagne, éclat 
de bois ou de pierre, et couppeau, rayon de miel. 

COUPIAU. — De Coupiac, seigneurie en Rouergue, érigée 
pour De Rhodez. De couple, faîte. 



[ 141 ] 

COUPy. — De Coupy, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Gex. Ooupiz, toile de coton à carreaux importé du Ben- 
gale, taille. 

COURAGE. — De Couraze, commune dans le Béarn, diocèse 
de Lescar. Courage, se disait pour chœur, société. 

COURAULT. — De Courant, dans la Saintonge, diocèse de 
Saintes. Courau, petit bateau pour charger les grands 
bateaux sur la Garonne. 

COURBERON. — De Corberon, commune du dép. de la 
Côte-d'Or, canton de Seurre, arr. de Beaune. 

COURBETTE. — Commune du dép. du Jura, arr. de Lons- 
le-Saunier. Courbet, partie d'un bât de mulet élevée en 
forme d'arcade sur les aubes, outil tranchant et re- 
courbé comme la serpe. 

COURCELLES. — Communes des dép. de la Charente-Infé- 
rieure, du Doubs et de l'Aube. Fief en Coudray, au 
Perche, canton d'Authon, arr, de Nogent, département 
d'Eure-et-Loir. Courcelle, petite cour. 

COURCY. — Seigneuries du Gâtinais, de l'Orléanais et de la 
Normandie, village du Loiret, ci-devant marquisat, à 3 
lieues de Pithiviers. Courcie, passage, galère. 

COURCIVAL. — Commune du dép. de la Sarthe, canton de 
Bonnetable, arr. de Mamers. 

COUREAU. — De la Coures, seigneurie en Languedoc, érigée 
en 1570 pour De Planchaud. Coureau, vieux mot qui 
signifiait barres, coulisses, verroux. 

COURIER. — De Courrières, dans le Pas-de-Calais, arr. de 
Béthune. Courier, postillon qui fait le métier de courir 
la poste, de porter les dépêches. 

COURNOYER. — De la Cornouaille, commune dans le dép. de 
Maine-et-Loire, arr. d'Angers. Cournouiller, arbre qui 
porte des cornouilles, fruit rouge et acide. 

COUROI. — Des Couroyers, seigneurie de Bretagne, érigée 
en faveur de Botherel en 1600. Couroi, composition de 
suif, de soufre, de résine et de verre pilé dont on frotte 
les vaisseaux avant d'entreprendre un voyage au long 
cours. C'est encore une fressure de mouton. 



[ 1^2 ] 

GOURSEL. — Commune du Beaujolais, diocèse de Lyon. 
Coursel se disait pour tombereau, brouette, chariot. 

COURSOL. — Des Courtesolles, dans la Vendée. 

COURSON. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1463 pour 
De Neuf ville. Courson, branche d'arbres de l'année 
précédente, coupée en-dessous du troisième œil. 

COURTEAU. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1700 pour 
De Perenno. Courteau, instrument de musique, espèce 
de basson racourci, qui servait de basse aux musettes, 
cheval de taille courte, animal dont on a coupé la queue 
et les oreilles, pièce d'artillerie, sobriquet donné aux 
gens de métier à Bourges. 

COURTAULT, COURTAULX. — Commune dans le Haut- 
Languedoc, diocèse de Mirepoix. Courtault, sorte de 
mortier monté sur des roues. Vient du grec kortos, en- 
ceinte. 

COURTEMANCHE. — Seigneurie et village dans- le dépar- 
tement de la Somme, en Picardie, arr. de Montdidier. 
Le seigneurie fut érigée en châtellenie en 1481. 

COURTET — De Courtetain, dans la Franche-Comté, diocèse 
de Besançon. Courtet, nom donné aux bœufs d'une sta- 
. ture ramassée. 

COURTIER. — De Courtillers, commune du dép. de la Sarthe, 
canton de Sablé, arr. de La Flèche. Courtier, courtisan, 

juge. 

COURTIN. — De Courtines, seigneurie dans le Languedoc, 
érigée en 1458 pour De Camins. Courtin, terme de forti- 
fication. 

COURTIS. — Commune de Normandie, diocèse d'Avranehes, 
parlement de Rouen. 

COURTOIS. — Commune du dép. de l'Yonne, canton de 
Sens. Courtois, courtisan, doux, familier, favorable, 
commode. 

COURTON. — Bourg dans le pays d'Aunis, diocèse de La 
Rochelle. Courton, la plus mauvaise filasse après 
l'étoupe. Dérive du grec kortos, enceinte. 



[ 143 ] 

COUR VILLE. — Seigneuries dans la Beauce et en Norman- 
die, à 5 lieues de Chartres. 

COUSEAU. — De Couse, commune du dép. de la Dordogne, 
canton de Lalinde. De cousel, tenure en coterie. 

COUSIN. — Du Cousin, ri\àère de la Côte-d'Or, arr. de Se- 
mur et de Gouzens, commune de la Haute-Garonne, arr. 
de Muret. Cousin, enfant issu de deux frères, insecte, 
chanteau. 

COUSINEAU. — De Gouzougnat, dans le dép. de la Creuse, 
arr. de Boussac. 

COUSINET. — Cousinette, pomme qui se rapproche de la 
calville. 

COUSSEAU. — De Cousse, seigneurie en Périgord, érigée 
en 1646 en faveur de Diez. Cosseau, tuyau de la plume, 
plume non taillée. 

COUSSIN. — De Coussan, commune du dép.^ des Hautes- 
Pyrénées, arr. de Tarbes. Dérive de culcita, matelas. 

COUSSON. — Petite rivière de France qui se jette dans la 
Loire au-dessous de Blois. Cousson signifie gousset de 
chemise. Rabelais appelle cousson un morceau de linge 
carré qu'on met sous l'aisselle aux enfants. 

COUSSY. — De Coussey, seigneurie en Lorraine, dép. des 
Vosges. 

COUTANCE. — Seigneurie de Bretagne, érigée par Le Bre- 
ton en 1668. Coutance, coiit, frais, dépense. 

COUTANT. — Commune dans le Bourbonnais, diocèse de 
Clermont, parlement de Paris. Coûtant, coûteux, pé- 
nible. 

COUTANCEAU. — De Coutançon, commune du dép. de 

Seine-et-Marne, canton de Danemarie, arr. de Provins. 

V. Coutances. 

COUTAUT. — De Couteau, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1668 en faveur de Doudart. Couteau, rayon de miel. 

COUTELEAU. — De Coutelos, en Provence, diocèse de Fré- 

jus. Coutelo, long couteau. De coutel, tranchant. 
COUTELET. — De la Goutelle, dans le Puy-de-Dôme, arr. 



[ 144 ] 

de Riom. Coutelet, petit couteau et coutelé, qui est en 
forme de couteau. 

COUTERET. — De Coutras, ville du dép. de la Gironde, arr. 
de Libourne. Coutret, cotteret, marche-pied. 

COUTERIE. — De Courtry, commune de Seine-et-Marne, 
arr. de Meaux. Couterie, office de sacristain, appelé aussi 
custodie. 

COUTINAULT. — De Coutignac, baronnie dans la Pro- 
vence, diocèse de Fréjus. Coutinaut, beau. 

COUTLEE. — De la Constelle, seigneurie du Languedoc, 
érigée en 1720 pour Le Cointé. Coutlée, coutelet. 

COUTON. — De Coust, dans le Cher, canton de Charenton. 
Gouston, morceau de bois qu'on attache aux antennes 
d'un navire pour empêcher que l'éclat ne se fasse plus 
grand. 

COUTURE. — Communes du Poitou et du Bas-Armagnac, et 
seigneurie en Normandie, érigée en faveur de Turgot 
en 1550. Dérive de cultura, culture, d'oii est venu le 
nom de couture. Dans le bas latin on trouve cotura, 
costura, coutura, mots que Du Cange définit par ager 
cultus, en français, couture. 

COUTURIER. — De Couturelle, marquisat en Artois, érigé 
pour Boudart, en 1759. De même que jadis l'on disait 
coulturer pour cultiver, ainsi le mot couturier devait 
s'employer pour cultivateur. C'est aussi le nom donné 
au tailleur de campagne. 

COUVERT. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1258 
pour De Couvert. Couvert, couverture, toiture, abri, 
lieu couvert de bois. 

COUVRET, COUVRETTE. — De Couvrelles, commune du 
dép. de l'Aisne, canton de Braisne. V. Couvert. 

CRAPONE. — Ville du Languedoc, dans le Velay, et ville 
de l'Auvergne. Crapone est une lime bâtarde, faite à 
Crapone, en Languedoc. 

CREAU. — De Créot, bourg de Saône-et-Loire, arr. d'Autun. 
Créaulx, objets servant à former la toiture. 

CRÉDIT. — De Crédin, dans le dép. du Morbihan, arr. de 



[ 145 ] 

Ploërmel. Crédit, créance, droit seigneurial, aveu, con- 
fession. 
CRÉMAZIE. — De Gramazie, commune du dép. de l'Aude, 

en Languedoc, canton d'Alaigne, arr. de Linioux. Cra- 
moisi, c'est-à-dire écarlate. 
CREMER. — De Cremery, commune du dép. de la Somme, 

canton de Roye. Cremer, variante de cremer, craindre, 

brûler, embraser, cresmer, donner le saint-chrême, les 

saintes huiles. 
CRENET. — De Crenay, seigneurie de Normandie, érigée en 

1666 pour De Poilvilain. Crenet, créneau. Cresnette, 

sorte de serpe. 
CRÉPEAU. — De Crepey, dans le dép. de la Meurthe, arr. 

de Toul. Seigneurie du même nom et au même lieu. 
CREPI. — Crepy, commune du dép. de l'Oise, arr. de Senlis, 

entre Meaux et Compiègne. Crépi, muraille enduite de 

mortier ou de plâtre. 
CREPIN. — De Saint-Crépin, communes du dép. de la Dor- 

dogne et de la Charente-Inférieure. Crépin, nom propre 

d'homme, patron des cordonniers. Se dit pour gaufre, 

beignet. 
CRÉQUY. — Village en Artois, dép. du Pas-de-Calais, à 3 

lieues de Montreuil. Crequier, prunier sauvage. 
CRESPON. — De Creppon, seigneurie et commune du dép. 

du Calvados, arr. de Bayeux, canton du Ryes. Crespon, 

étoffe de soie tortillée. Crépon, croupion, échine, crépi. 
CRESSÉ. — Commune du dép. de la Charente-Inférieure, 

canton de Matha. Cresser veut dire croître. 
CRESSENT. — De Cressensac, bourg dans le dép. du Lot, 

arr. de Gourdon. Cressent signifie croissant et cressant, 

une sorte de vase. 
CRÈTE. — Commune de l'Auvergne, diocèse de Clermont et 

seigneurie dans le Berry, érigée en 1441. Crête signifie 

friche, broussailles, ferme, craie, et creste, sorte d'arbre 

servant à la construction. 
CRETEL. — De Creteil, seigneurie de l'Ile-de-France, érigée 

en 1501 pour Du Pré. Cretel, créneau, meurtrière. 

10 



[ 146 ] 

CRÈVECŒUR. — Seigneuries de Normandie, de Bourgogne 
et de Picardie. Crévecœur se dit pour dépit, douleur 
mêlée de dépit. 

CREVET. — De Creveil, seigneurie de Normandie, érigée en 
1770 pour De la Hazardière. Crevet, sorte de lacet serré 
par un bout en forme de croix, avec lequel les femmes 
se lacent en échelle, crevasse, fente. 

GREZEAU. — De Crézanci, commune dans le dép. du Cher, 
arr. de Sancerre. Crézeau, étoffe de laine croisée, cou- 
verte de poil des deux côtés. 

CRIQUET. — Commune de Normandie, parlement de Rouen. 
Criquet, petit cheval de peu de valeur, bâton servant de 
but au jeu de boule, grillon. 

CROÂC. — De Croagues, dans la Provence, diocèse d'Apt. 
Croac, croassement, cri du corbeau et de la grenouille. 

CROC. — De Crocq, ville sur les confins de l'Auvergne, dio- 
cèse de Clermont. Croc, safran, peson, romaine, croix, 
potence, espèce d'arme, fripon. 

CROCH. — De Crochte, commune du dép. du Nord, arr. de 
Dunkerque. Croch, filou. 

CROISET. — De la Croisette, seigneurie de Normandie, 
érigée en 1657 pour Le Blanc. Croisât, petite monnaie 
qui valait une maille de Florence, et croisette, petite 
croix. 

CROISILLE. — Seigneuries en Normandie, et dans le Li- 
mousin. Croisille, petite pièce de bois taillée en portion 
de cercle, sur le rouet des fileurs, et porte les moulettes. 
Veut dire aussi petite croix, mise sur un chemin. 

CROISY. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1402 pour 
De Garanchières. Croisie, croisade, partie de la ganse 
d'une épée, partie d'un moulin à vent, croix faite sur 
des écritures, pour en contester certains articles. 

GROQS. — De Crocq, ville du dép. de la Creuse, en Au- 
vergne, chef-lieu de canton, arr. d'Aubusson. V. Croc. 

CROQUANT. — De Crosco, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1696. Croquant, vilain, gueux. 

CROSNIER. — De Crosne, baronnie dans le dép. de Seine- 



[ 147 ] 

et-Oise, arr. de Corbeil. Crosnier, dérive de crone, ma- 
chine pour charger et décharger les navires. 

CROTEAU. — De la Crotte, seigneurie en Anjou, érigée en 
1738 pour De Champagne. Croteau, dim. de crot, fosse, 
anse, port, ou de crote, crypte. 

€ROZE. — Baronnie et communes du dép. de la Creuze, et 
de la Drôme, en Dauphiné. 

GUÉ. — Cuers, ville du dép. du Var, à 4 lieues de Toulon 
De cuau, petite cuve. 

CUEMOND. — De Culmont, dans le dép. de la Haute-Marne, 
arr. de Langres. 

CUGNET. — De Cugney, commune du dép. de la Haute- 
Saône, canton de Marnay, arr. de Gray. Cugnet signifie 
coin de terre, sorte de pain ou gâteau de ménage. 

CUILLERIER. — De Guilliers, dans le Morbihan, arr. de 
Ploërmel. Cuillerier se dit pour fabricant de cuillers. 
Vient du grec kochliarion, cuiller. 

CUILLIER. — De Cuillier, dans la Bourgogne, diocèse de 
Mâcon. Cuiller, oiseau, coquille. 

GUISSET. — De Cuisses, seigneurie en Normandie, érigée 
en 1537. Cuissette, moitié des fils d'une portée, dans les 
manufactures de lainage ; dim. de cuisse. 

GUISY. — Seigneurie en Champagne, érigée pour Rouillé 
en 1760, ou de Cuisy, dans la Brie, canton de Dammartin. 
Vient de cuisse, mesure pour les grains. 

GUISSY. — Abbaye de Prémontrés, au pied de la montagne 
de Cuissy, à 4 lieues de Laon. Commune du dép. de 
l'Aisne, en Picardie, canton de Craonne, arr. de Mont- 
médy. 

GURAUX. — De Curée, seigneuries de Normandie et de 
Bretagne. Cureaulx, enfants de chœur. 

GURE. — Commune du dép. de la Charente-Inférieure, can- 
ton de Surgères, arr. de Rochefort. Curet, curoir de 
charrue. 

CUREUX. — De Curel, commune du dép. de la Haute- 
Marne, canton de Chevillon. Cureur, celui qui cure les 
puits, les canaux, et curoir de charrue. 

CURODEAU. — V. Coradeau. Vient de curre, char, chariot. 



[ 148 ] 

CURTAIN. — Curtin, commune du dép. de l'Isère, canton 
de Monestel, arr. de la Tour-du-Pin. Curtin, coutil. 

CUSSON. — Commune dans le Forez, diocèse de Lyon, par- 
lement de Paris. 

CUSTEAU. — De Custines, commune du dép. de la Meurthe, 
canton de Nancy. Custel, château, et custot, boîte, étui. 

CUVELIER. — De Cuvillers, commune du dép. du Nord, 
canton de Cambrai, arr. de Cambrai. Cuvelier, tonnelier. 

CUVIER. — Commune du dép. du Jura, canton de Nozeroy, 
arr. de Poligny. Cuvier, vaisseau de plomb ou de cuivre 
pour tirer les sels de terre. 

CUVILLIER. — Commune dans le Cambraisis, diocèse de 
Cambrai. Vient du grec kupé, sorte de navire. 

CYPIHOT. — Cypriot, habitant de l'île de Chypre, dans la 
Méditerranée, à l'entrée du golfe d 'Alexandrette. 

CYR. — De Cire-lés-Mello, dans le dép. de l'Oise, arr. de 
Senlis. Cire, stéarine, chassie, beurre. 






D 



DABADIE. — Ce nom semble venir du mot abadir qui dérive 
d'aben, pierre, et de dir, rond ou sphérique. 

DABIN. — D 'Abinville, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Commercy. Il existait autrefois en Arabie un château 
nommé Abin, à l'est de la ville d'Aden, à douze milles 
de la mer. 

D'ABANCOURT. — Abancourt, seigneurie et village dans 
le dép. du Nord, près de Cambrai et de Douai. 

DABONVILLE. — De Dadonville, commune du dép. du Loi- 



[ 149 ] 

ret, canton de Pithiviers. Dérive du verbe abonir, deve- 
nir meilleur. Un dabon est un lange d'enfant. 

DACE. — De Dax, ville de la Gascogne, entre Bordeaux et 
Bayonne. Dace, pour Danemark. Dace, nom d'homme, 
signifie impôt. 

DACHÂRD. — D 'Achères, commune du dép. du Loiret, arr. 
de Pithiviers. Dachard dérive de dacher, qui signifie lan- 
cer, tendre. 

DACHAUD. — D 'Adieux, ville du dép. de la Somme, arr. 
de Doullens. Dachaud, dérive de dache, paille. 

DACIER. — D'Acy, commune dans le dép. de l'Aisne, arr. 
de Soissons. Dacier, collecteur d'impôts ou daces. 

DACONES. — D'Acon, commune du dép. de l'Eure, canton 
de Nouancourt. Acon, petit bateau plat, sans quille ni 
mât, ni voile, ni gouvernail, pour pêcher sur la vase. 

DADE. — De Dadon, en Gascogne, parlement de Bordeaux. 

DAGENAIS. — D'Agen, ville du dép. de Lot-et-Garonne, et 
commune de l'Aveyron, ou de l'Agenais, comté en 
Guyenne, qui forme actuellement la majeure partie du 
dép. de Lot-et-Garonne. Dérive du verbe agener, gêner, 
incommoder. 

DAGERT. — D'Ageux, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Clermont. Agerre signifie amas de pierres, rempart, 
digue. 

DAGNEAU. — Agneaux, seigneurie en Normandie, dép. 
de la Manche, arr. de Saint-Lô, possédée en 1500 par De 
Sainte-Marie. Agneau, fourrure d'agneau. 

DAGON. — De la Daguerie, seigneurie de la Bretagne, éri- 
gée en 1560 pour De Farcy. Dérive d'agora, place, 
marché, assemblée publique. 

DAGUERRE. — D'Aillères, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de Foix. Daguer signifie frapper avec une dague, et 
aguerrer, taquiner. 

DAGUET. — D'Ayet, lieu du dép. de l'Ariège, canton de 
Castillon, arr. de Saint-Girons. Daguet, jeune cerf qui 



[ 150 ] 

est à son premier bois. En vieux français, daguet signi- 
fiait à l'improviste, sourdement. 

DAGUEIL. — D'Ayeux, commune du dép. de la Loire, arr. 
de Montbrison. Dérive du v. f. dague, raillerie. 

DAGUILHE. — D'Aguilhe, commune du dép. de la Haute- 
Loire, arr. du Puy. Aguille, toile de coton qui se fa- 
brique à Alep. 

DAIGLE. — D 'Aigle, baronnie et ville de la Haute-Norman- 
die ; la baronnie date de 1066. Aigle, le roi des oiseaux. 

DAIGNAULT. — Aigneaux, dans la Normandie, diocèse de 
Coutances, parlement de Rouen. Daignault, dim. d 'aigne, 
bête à laine, mouton. 

DAIGNE. — D'Aignes, commune du dép. de l'Hérault, canton 
d'Alonzac. Daigne signifie lieu de l'hypothèque. 

DAIGREBELLE. — D'Aiguebelle, seigneurie en Champagne, 
érigée en 1600 pour De Magny. Dérive d 'aigne, eau, et 
de belle, belle eau. 

DAIGREMONT. — Aigremont, seigneurie et village de la 
Haute-IMarne, à 2 lieues de Bourbonne-les-Bains. La sei- 
gneurie fut érigée en faveur de Clioiseul, en 1425. Aigre- 
mont, communes dans le Gard, l'Yonne et Seine-et-Oise. 
Aigremont, dérive d'aigremoine, d'aigremore. 

DAILLEBOUST. — Dérive de aille, ail, et de boust, grosse 
bouteille, outre, vase à liquides, 

DAILLET. — D 'Ayette, commune du Pas-de-Calais, arr. 
d'Arras. Daillet, dim. de dail, faux. Aillette, petite 
liliacée. 

DAILLOT. — De Daillecourt, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Cliaumont. Aillot, petit ail. 

DAINE. — D'Aines, dans la Bresse, seigneurie unie à celle de 
Trefi'ort, érigée en marquisat en 1586. Daine est la 
femelle du daim. 

DAIRE. — D'Aire, village situé sur l'Adour, en Gascogne. Il 
y a aussi Aire, commune dans le dép. du Pas-de-Calais et 
les Ardennes. Aire, signifie autel, emplacement non 
cultivé, position. 



[ 151 ] 

DÂIRON. — Airon, commune du dép. du Pas-de-Calais. 
Airon, rivière qui se jette dans la Loire, près de Nevers, 
après avoir reçu l'Arron, la Quenne, l'Allaine. 

DALAIRE, DALLAIRE. — Allaire, commune du dép. du 
Morbihan, arr. de Vannes. Dalaire, doloire. 

DALAUX. — D 'Alos, ville des Basses-Alpes, à 4 lieues de Bar- 
celonnette. Du verbe aloser, louer, honorer. 

DALBEC. — D'Albeck, ville de la Souabe, à 2 lieues d'Ulm. 

DALBERT. — D'Albert, bourg et seigneurie de Picardie, à 5 
lieues de Péronne. La seigneurie fut érigée en 1620 en 
faveur d'Albert de Luynes. Albert, monnaie blanche, 
en terme d'argot. V. Albert. 

DALBEUF. — De Daubeuf, commune du dép. de l'Eure, 
canton des Andelys. 

DALCIAT. — D'Alciette, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Mauléon. 

DALCOURT. — Alcour, bourg de l'Estramadure, en Espa- 
gne, près de la montagne de Larez. Alcour semble venir 
de alcore, petite pierre parsemée de taches qui semblent 
de l'argent. 

DALEN. — Alenc, seigneurie en Provence, érigée en marqui- 
sat en faveur de Renaud, en 1695. D'alein, haleine, alan, 
gros chien de chasse. 

DALENÇON. — Alençon, ville de Normandie, sur la Sarthe, 
ancien duché et bailliage. D'alence, passage, action 
d 'aller. 

DALERET. — D'Alerey, duché de Bourgogne, diocèse de 
Châlons-sur-Saône. Aleret semble venir d'alers, qui veut 
dire voyage. 

DALETTE. — Alette, dans le Bourbonnais, diocèse de Bou- 
logne. Alete, anchois, alette, petite aile, côtés d'un tru- 
meau qui est entre deux arcades. 

DALLAS. — Allas, bourg de la Charente, à 2 lieues de Bar- 
bézieux, et Allas, dans la Dordogne. 

DALLES. — Ailes, dans le Périgord, diocèse de Sarlat. Dales, 
à côté, le long de, dalle, chêneau, rigole. 



[ 152 ] 

DALMÂS. — D 'Almaz, ville de la Basse-Hongrie, sur le 

Danube. Dalmace, nom d'homme. 
DALMONT. — Almont, seigneurie dans la Beauee, érigée en 

1450 en faveur du chevalier d 'Almont. 
DALOGNY. — Alogny, seigneurie en Poitou, érigée pour De 

Fumé en 1733. Alogny vient d'alogne, cordage qui sert 

aux pontons. Une alogne a trente cinq toises de long et 

un pouce de diamètre. 
DALONNE. — Allonne, bourgs situés près de Beauvais, 

de Saumur et du Mans. V. Dalogny. 
DALQUIER. — D'Alquine, dans le Boulonnais, diocèse de 

Boulogne, arr. de Saint-Omer. Alquier, appelé aussi can- 

tar, est une mesure de grains très petite, employée dans 

le Portugal. 
DALUSEAU. — D'Aluze, commune du dép. de Saône-et- 

Loire, canton de Chagny, arr. de Châlons. Vient d'aluze, 

flatterie. 
DALY. — Ally, commune du dép, du Cantal, arr. de Mauriac. 

V. Aly. 
DAMBOISE. — D'Amboise, ville de Touraine, sur la Loire, 

dans l'arr. de Tours. 
DAMBOURGES. — D 'Ambourville, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. de Rouen. Dérive d'ambourgs, espèce de 

bière, boisson f ermentée du dép. du Nord. 
DAMBOURNAY. — Ambournay, petite ville située dans le 

Bugey, à trois lieues de Bourg-en-Bresse. 
DAME. — Dame, ville de Flandre, à II/2 lieue de Bruges, ou 

d'Ames, dans le Pas-de-Calais, arr. de Béthune. Dame 

se dit pour fille de qualité, femme mariée, belle-mère, 

femme, arrêt de terre dans un fossé, témoin de terre 

dans un déblai, instrument de paveur. 
DAMESTEUIL. — D 'Amstel, département du royaume de 

Hollande dont Amsterdam était le chef-lieu. Vient 

d'ameste, paroisse, district. 
DAMIEN. — D'Amiens, ville capitale de la Picardie. Damien, 

nom d'homme. 



L 153 J 

DAMIN. — De Damigni, dans le dép. de l'Orme, arr. d'Alen- 

eon. Damin dérive de l'irlandais dam, bœuf; en vieux 

français signifiait dommage. 
DAMOURS. — Amour, ville du Jura, arr. de Lons-le-Saul  

nier, à 6 lieues de Tournus. 
DAMNE. — D 'Amné, commune du dép. de la Sartlie, arr. du 

Mans, canton de Loué. Damné, vaincu, condamné. 
DAMON. — D 'Amont, bailliage de la Franche-Comté, dé^). 

du Doubs. Amont, en haut, par en haut. 
DAMPHOUS. — De Danvou, dans le Calvados, arr. de Vire. 

Vient de damp, bâtardeau, digue. 
DANAIS. — D 'Anais, commune du dép. de la Charente, arr. 

d'Angoulème. Dérive de dan, seigneur, maître. V. Anais. 
DANCAUSE. — D'Ancause, lieu du comté de Comminges, 

dans les Pyrénées, dép. de la Haute-Garonne. D'encau- 

ser, causer avec plaisir. 
DANDANE. — D'Andaine, forêt de Normandie, sur les 

confins du Maine. Andane, andaine, aimant. 
DANDURAND. — D'Andirand, dans le dép. de Lot-et-Ga- 

ronne, arr. de Nérac. V. Andirand. 
DANE. — Danne, commune du dép. de la Meurthe, canton 

de Phalsbourg, arr. de Sarrebourg, et Dannes, dans le 

Pas-de-Calais. Dane, âne, cane. 
DANEAU. — Seigneurie en Anjou, érigée en 1569 pour Du 

Guesclin. Aneau, anel, chaîne, union conjugale, lunettes. 
DANERIE. — De Damerie communes du dép. de la Marne 

et de la Somme. Anerie, ignorance, faute grossière. 
DANEST. — Anets, seigneurie de Bretagne, unie en 1683 au 

marquisat de Château-Frémont. Anet, plante. 
DANEVERT, DANNEVERT. — De l'Ane-Vert, commune 

du dép. de l'Indre, près d'Obterre. Vert, pour vair, veut 

dire barré, barricade. 
DANGEAC. — Angeac, commune du dép. de la Charente, 

près d'Angoulème. 
DANGERS. — D 'Angers, commune dans la Beauce, arr. de 

Chartres. Danger signifie dégoût, répulsion. 



[ 154 ] 

DÂNGLADE. — Anglade, bourg de la Gironde, arr. de Blaye. 
Dérive d'angle, mesure de grain. 

DANGOSSE. — Angosse, village du Limousin. Angosse signi- 
fie angoisse, étreinte, souffrance. 

DANGUEL. — De Dangeul, com. du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. 

DANGUSSE. — De Dangu, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1700 pour Hubert de Bouville. Du verbe anguir, 
chasser la mère d'un oiseau de son nid. 

DANIEL. — De Dannes, commune du Pas-de-Calais, canton 
de Samer. Daniel, nom d'homme qui veut dire Dieu est 
mon juge; œillet sauvage à deux fleurs rouges. 

DANIER. — D'Anhiers, commune du dép. du Nord, canton 
et arr. de Douai. Anier est celui qui conduit les ânes. 

DANIS. — Anis, montagne du Velay, dans les Cévennes, et 
Any, commune du dép. de l'Aisne, arr. de Vervins. Anis, 
fleur d'anis, grain, engeance. 

DANJOU. — De Dampjoux, commune dans le dép. du Doubs, 
arr. de Montbéliard, et Anjou, petit village sur une 
montagne de l'Isère, à 3 lieues de Vienne. Anjou, pro- 
vince dont le nom vient de Andes, puis Ango et enfin 
Anjou. 

DANNEAU. — D'Annot, ville de Provence, sur le Var. 
Anote, plante. 

DANNEMARCIEN. — De Dannemarie, communes de Seine- 
et-Oise et du Doubs. Danemarce, bois du Danemark. 

DANRÉ. — De Damerey, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, arr. de Chalons. Denrée, v. f. denier, prix, aven- 
ture, traitement, affaire. 

DANSEREAU. — D'Ansereix, en Gascogne, diocèse de 
Tarbes. Dansereau, dim. de danseur. 

DANSEVILLE. — D 'Anserville, commune du dép. de l'Oise, 
canton de Méru, arr. de Beauvais. Anse, cuve à deux 
anses. 

DANTAGNAC. — Antagnac, commune du dép. de Lot-et- 
Garonne, canton de Bouglon, arr. de Marmande. 



L -L^^ J 

DANTÂL. — D 'Ante, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Sainte-Menehould. Dental, pièce de bois où s'enclave 
le soc de la carrue. 

DANTIN. — Antin, bourg de Bigorre, dans les Hautes-Py- 
rénées, sur la rivière de Bouez, près d'Estarac. 

DANVERS. — Anvers, bourg du dép. de la Sarthe, à 2 lieues 
de Sablé. 

DAN Y. — Any, bourg du dép. de l'Aisne, appelé Any-Martin- 
Rieux, et Any, en Normandie, diocèse de Bayeux. V. 
Any. 

DANZY. — Anzy-le-Duc, commune dans le département de 
Saône-et-Loire, à 1 lieue de Sémur. 

DAOUST. — D'Aoust, village dans le dép. de la Drôme, 
arr. de Die, canton de Crest. Août, nom d'homme, vient 
d'augustus; le huitième mois de l'année, août, en a été 
tiré, de même que Daoust, Daout. 

DAPRON. — De la Dapaire, dans la Marche, diocèse de 
Limoges. Apron, poisson d'eau douce, semblable au 
goujon. 

DARABI. — D'Arbis, commune du dép. de la Gironde, can- 
ton de Targon. Vient d'arab, mêler, obscurcir, négocier, 
ou de Haërab, occident, ou d'arabah, solitude. 

DARAC. — Arac, vallée sur la route de Tarascon. Dérive 
du latin arare, labourer. Arac, liqueur spiritueuse tirée 
du riz. 

DARAGON. — Aragon, commune du dép. de l'Aude, canton 
d'Alzonne. Aragon se dit d'un cheval provenant de 
l 'Aragon. 

DARBASON. — D 'Arbas, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, canton d'Aspet, arr. de Saint-Gaudens. 

DARBOU. — D'Arbousse, seigneurie en Languedoc, érigée 
en 1671 pour De Pelet. Arboust est un endroit planté 
d'arbres. 

DARBOURG. — Arbourg, ville en Suisse, située au con- 
fluent de l'Aar. 

DARBY. — Arbis, commune du dép. de la Gironde, canton 
de Targon, arr. de la Réole. 



[ 156 ] 

DARCHE. — Arches, ville des Ardennes, au sud de Charle- 
ville, et Arche, rivière de la Savoie. Arche, arc, arcade, 
coffre, huche, trésor, mesure, tombeau, étable, sorte de 
bateau. 

DARCOUR. — D'Arcoues, commune du dép. du Gers, canton 
et arr. de Mirande. 

DARCY. — Arcy, bourg de la Champagne, à 3 lieues de 
Troyes-sur-l'Aube. Arcy, ville du dép. de l'Yonne, à 4 
lieues d'Auxerre. 

DARDE. — Ardes, ville dans le dép. du Puy-de-Dôme, à 6 
lieues de Brioude. Arde, morceau de bois droit et mobile 
qui se place du côté d'une charrue pour retenir le char- 
gement. 

DARDENNE. — Ardenne, communes du Poitou, de la Gas- 
cogne et de l'Armagnac, et Dardaine, seigneurie en 
Bretagne, unie à la seigneurie de la Chesnelaye, érigée 
en marquisat en 1641. Ardenne, vient d'arden, grande 
forêt, dont le type principal est celle qui comprend tout 
le duché de Luxembourg et plusieurs contrées limi- 
trophes de la Belgique et de la France. 

DARDOIS. — D'Ardoix, commune du dép. de l'Ardèche, 
arr. de Tournon, canton de Satillieu. Dérive de ardoir, 
brûler, consumer, chauffer. 

DARDOISE. — De l'Ardoise, lieu du dép. du Gard, com- 
mune de Loudun, en Normandie. Ardoise, pierre tendre 
qui s'exfolie. 

DARET. — D'Arette, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. Arraie, arrêt, décision judiciaire; arest, goût, 
prédilection, traité, arrestation. 

DARGAN. — Argan, ville de la Nouvelle-Castille, dans le 
diocèse de Tolède, en Espagne. 

DARGENT. — Argent, bourg dans le dép. du Cher, arr. de 
Sancerre, seigneurie de l'Orléanais, érigée pour Du 
Pré, en 1760. 

DARGENCOURT. — Argencourt, commune de la Bourgogne, 
parlement de Dijon. 



[ 157 ] 

DARGENTEUIL. — Argenteuil, baronnie de Champagne, 
érigée pour Le Bascle en 1500. 

DÂRGIS. — De Dargies, commune du dép. de l'Oise, canton 
de Grandvillier. 

DARGY. — De Dargy, bourg du dép. de l'Indre, près de 
Châteauroux. 

DARIS. — D'Ariès, commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Bagnères. Aris, touffe d'herbe où le poisson se 
tient caché, et aries, bélier, signe du zodiaque. 

DARMAND. — De Darmannes, commune du dép. de la 
Haute-Marne, arr. de Chaumont. Armand, bouillie pour 
un cheval malade. Nom d'homme. 

DARME. — Armes, commune du dép. de la Nièvre, canton ot 
arr. de Clamecy. Arme, armoiries, armoire, retraite, dé- 
fense de sanglier. 

DARNAUD. — Arnaud, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, canton de Saint-Martory, arr. de Saint-Gau- 
dens. Arnaud, nom d'homme, qui semble fait de Renaud. 

DARNEAU. — De Darney, commune du dép. des Vosges, 
arr. de Mirecourt. 

DAROIS. — Commune du dép. de la Côte-d'Or, canton de 
Dijon. Arrois, château d'Ecosse. Aroi, équipement, équi- 
page de guerre. 

DARRAS. — Arras, ville capitale de l'Artois sur la Scarpe, 
et Arras, commune du dép. de l'Ardèche, canton et arr. 
de Tournon. Arras, cri d'arme des Flamands. 

DARROCQ. — De Darroy, dans l'Orléanais, arr. d'Orléans. 
. .Arroche, plante potagère appelée aussi Bonne-Dame. 

DARRY. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1700 pour 
Le Bœuf de Millet. 

DARTIGNY. — Artigny, lieu dans la commune de Souvigny, 
dans le dép. d'Indre-et-Loire, 

DARUNS. — D'Arue, commune du dép. des Landes, canton 
de Roquefort. Arum, plante à grandes feuilles percées. 

DARVEAU. — De Darvoy, commune du dép. du Loiret, arr. 
d'Orléans, ou d'Arve, rivière du Mont-Blanc, qui se 



[ 158 ] 

jette dans le Rhône, près de Genève. Arveau, dim. 
d'arve, qui signifie champ. 

DA£ VILLE. — Arville, communes du dép. de Loir-et-Cher et 
de Seine-et-Marne. 

DASQUE. — Asque, seigneurie en Gascogne, érigée en 1550 
pour De Castelbajac. 

DASSIER. — Assier, seigneurie du Quercy, et commune dans 
le dép. du Lot, arr. de Figeac, canton de Livernon. 

DASSYLVA. — De Sylva, ville du Portugal. Vient du latin 
silva, qui signifie forêt. 

DASSIGNY. — Assigny, villes de la Charente et de la Seine- 
Inférieure. Vient d'assigné, personne désignée. 

DASTIER. — Astier, bourg de la Dordogne, à 4 lieues de 
Périgueux. 

DASTIGNY. — Astigny, bourg de Champagne, dans le dép. 
des Ardennes, arr. de Vouziers. 

DASTOU. — D'Ustou, (on prononce Doussetou) commune du 
dép. de l'Ariège, canton d'Oust. 

DAU. — Daux, commune du dép. de la Haute-Garonne, 
canton de Grenade. Dau pour du. 

DAUBAN. — Auban, commune dans le dép. des Alpes-Mari- 
times, arr. de Grasse. Auban, droit qui se paye au sei- 
gneur, pour avoir permission d'ouvrir boutique. 

DAUBERT. — Aubers, commune dans le dép. du Nord, arr. 
de Lille, et Aubert, lieu du dép. de l'Ariège, canton de 
Saint-Girons, et Aubert, dans le dép. de l'Orne. V. 
Aubert. 

DAUBIGNY. — Aubigny, seigneuries en Berry, en Norman- 
die et en Picardie, châtellenie en l'Ile-de-France. 

DAUBRAY. — Des Aubrais, bourg dans le dép. du Loiret, 
commune d'Orléans. Auberée, lieu planté de peupliers 
blancs. 

DAUBRESBY. — D 'Aubres, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Nyons. 

DAUBUSSON.— Aubusson, ville et châtellenie de la Marche, 
dép. de la Creuse. V. Aubiat. 



[ 159 ] 

DAUDÂIS. — D'Audès, lieu du dép. de l'Allier, canton de 

Hérisson. 
DAUDE. — Aude, dans le Bourbonnais, près de Bourges. 
DAUDELIN. — D 'Audelanges, commune du dép. du Jura, 

arr. de Dole. 
DAUDENEAU. — D 'Audenges, commune de la Gironde, arr, 

de Bordeaux. 
DAUDET. — T) 'Audeville, com. du Loiret, arr. de Pithiviers. 
DAUDIN. — D'Audigny, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Vervins. 
DAXJ6ER. — Auge, bourg du Poitou, dép. des Deux-Sèvres, 

à 3 lieues de Provins. V. Auger. 
DAULAIS. — Aulaye, bourg dans le dép. de la Dordogne, à 

6 lieues d'Angoulème. Aulaye, nom de femme. 
DAULNE. — Aulne, commune dans la Beauce, diocèse de 

Chartres. Aulne, rivière dans le dép. du Finistère. Aulne 

est un arbre, une mesure. 
DAULT. — Ault, bourg du dép. des Deux-Sèvres, à 6 lieues 

d'Abbeville, et commune du dép. de la Somme. 
DAUMONT. — Aumont, seigneurie de Picardie, et bourg 

dans le dép. de Lozère, à 7 lieues de Mende. V. Aumont. 
DAUMERY. — De Daumeray, commune du dép. de Maine- 
et-Loire, canton de Durtal, arr. de Baugé. Aumé, filet, 

maille. 
DAUNAY. — Aunay, bourg du Poitou, à 4 lieues de Saint- 

Jean-d 'Angely. Annale, lieu planté d'aunes. 
DAUNET. —V. Daunay. 
DAUPHIN. — Commune du dép. des Basses- Alpes, canton de 

Forcalquer. Dauphin, titre des princes du Viennois, et 

titre donné aux enfants de France, héritier présomptif 

de la Couronne. 
DAUREILLANT. — D 'Aureilhant, village du dép. des Lan- 
des et des Hautes-Pyrénées. 
DAURIC. — D'Aurich, dans la Lorraine. V. Aurillac. 
DAURISSE. — D'Aurice, dans le dép. des Landes, arr. de 

Saint-Sever. 



[ 160 ] 

DÂUSSACQ. — D 'Aussac, commune du dép. du Tarn, et 
lieu du dép. de Lot-et-Garonne^ canton de la Française, 
arr. de Montauban. 
DAUSSY. — De Dausse, commune du dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, arr. de Villeneuve. 
D AUTEL. — D'Ostel, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Soissons. 
DAUTEUIL. — Comté en l'Ile-de-France, érigée en 1650 
pour de Combauld d'Auteuil, et Auteuil, seigneuries 
dans la Beauce, la Picardie, la Normandie et le Valois. 
DAUTH. — Authe, ville dans le dép. des Ardennes, et com- 
mune dans la Champagne, diocèse de Reims. 
DAUTIN. — D 'Autingnes, commune du Pas-de-Calais, can- 
ton d'Ardres. Autin, arbre autour duquel on fait grim- 
per la vigne. 

DAUTOUR. — D 'Autoire, commune du dép. du Lot, arr. de 
Figeac. Autour, écorce qui entre dans la composition du 
carmin, grand oiseau employé dans la fauconnerie. 

DAUTREPE. — Autreppes, ville dans le dép. de l'Aisne, 
canton de Vervins. 

DAUTREY. — Autrey, communes du dép. de la Meurthe, 
des Vosges et de la Haute-Saône. 

DAUTRIVE. — Auterive, villes des dép. de la Haute-Ga- 
ronne, du Gers, et des Basses-Pyrénées. 

DAUVERGNE. — Auvergne, province de France, qui possé- 
dait le titre de comté, ou d'Auvergny, seigneurie en 
Normandie, érigée en 1585 pour d'Espinay. 

DAUVIER. — D'Auviller, commune du dép. de l'Oise, canton 
de Mouy, arr. de Clermont. 

DAUZE. — Auzers, commune dans le dép. du Cantal, arr. de 
Mauriac. 

DAVAUX. — Avaux, bourg de la Champagne, dép. de la 
Marne, sur l'Aisne, à 5 lieues de Eeims. 

DAVAUGOUR. — Avaugour, ville de la Bretagne, dans le 
voisinage de Saint-Brieuc. 

DAVELUY. — Aveluy, ville du dép. de la Somme, dans les 
environs de Tournai. Vient de hâve, pâle, maigre. 



[ 161 ] 

DAVENNE. — Avène, commune du dép. de l'Hérault, arr. 
de Lodève, ou de l'Avesnes, seigneurie de Picardie. 
Aveine, prononciation normande d'avoine. 

DAVIAU. — Avioth, commune du pays Messin, diocèse de 
Metz. Aviau signifie ornière de chemins et daviat, 
davier. 

DAVID. — Avid, commune du dép. de la Gironde. David, 
nom d'homme, est aussi donné par les menuisiers à une 
barre qui a un crochet en bas et un autre qui monte et 
descend le long de la barre. C'est ce qu'on appelle ser- 
gent.  

DAVIGNON. — Avignon, ville de la Provence, sur le Rhône 
et sur une branche de la Sorgue, et d'Avignon, commune 
du Jura, canton de Saint-Claude. 

DAVION. — Avion, commune du dép. du Pas-de-Calais, arr. 
d'Arras, canton de Vimy. 

DAVOST. — Avot, commune du dép. de la Côte-d'Or, canton 
de Grancey-le-Château, arr. de Dijon. 

DAZE. — Azé, bourg d'Anjou, dans la Mayenne, près de 
Château-Gontier, et commune du dép. de Saône-et-Loire, 
canton de Lugny. Dasée, morceau, tas. 

DAZES. — Aze, bourg de l'Anjou et de la Beauce. Aze, âne. 

DAZMARD. — D'Azamor, petite ville dans le Maroc. 

DE BACHOIE. — Bachos, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, canton de Saint-Béat, arr. de Saint-Gaudens. 
Bachois signifie bachot. Dérive du grec baké, pont de 
bateau. 

DE BAILLEUL. — Seigneurie en Normandie, érigée en 
1463 pour de Bailleul, et Bailleul, seigneurie en Picardie. 
Dérive de bail, du bas-latin balium. 

DE BALANSIN. — De Balansun, commune des Basses-Py- 
rénées. Balanson, bois de sapin débité en petit et usité en 
Languedoc. 

DE BAR. — Seigneurie de la Provence, et bourg du Limou- 
sin. Bar, ancien mot gaulois, signifie port. C'est encore 
un poisson. 

11 



[ 162 ] 

DE BARRAUTE. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, 
canton de Sauveterre, arr. d'Orthez. 

DE BARRAS. — Seigneurie en Provence, diocèse de Gap, 
érigée en 1422. Barras, borax. 

DE BARROLON. — De Barro, commune de la Charente, arr. 
de Ruffec. Dérive de barrol, baril. 

DE BARRY. — Seigneurie du Rouergue, érigée en 1600 pour 
de Vigouroux. Barri, signifie faubourg, muraille de ville. 

DE BART. — Bart, bourg de la Bourgogne, dans le diocèse 
de Langres. V. Bart. 

DEBARTZCH. — D'Esbareich, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnères-de-Bigorre. Vient de barthe» 
buisson, bouquet de bois. 

DE BASSIGNAC. — Commune du Limousin, diocèse de Tulle, 
parlement de Bordeaux. Vient de bassiner, ennuyer, ou 
de baciner, sonner les cloches. 

DE BATILLY. — Bourgs du Loiret, de la Moselle, et de Nor- 
mandie, à 2 lieues de Briare. Batilly vient de bastille, 
petit château. 

DE BAUDRICOURT. — Ancien marquisat de la Lorraine, à 
2 lieues de Mirecourt, un second à 2 lieues de Joinville, 
et un troisième en Artois, à 3 lieues de Saint-Pol. De 
baudri, mouillé. 

DE BEAU. — Baud, seigneurie et commune dans le Morbi- 
han, arr. de Napoléonville. Débau, interruption de tra- 
vail. 

DE BEAUCOURT. — Seigneurie en Bretagne, et Beaucourt, 
communes dans le dép. de la Somme, et de la Haute- 
Alsace. 

DE BEAUHARNOIS. — Harnois, armure, bagage, tumulte. 

DE BEAUJEU. — V. Beau jeu. 

DE BEAULAC. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1550 
pour De Boays. Lac signifie caverne, fosse. 

DE BEAULIEU. — V. Beaulieu. 

DE BEAUMONT. — V. Beaumont. 

DE BEAUNE. — V. Beaune. 



[ 163 ] 

DE BEAUREGARD. — V. Beauregard. 

DE BEAUREPOS. — Lieu du dép. de la Dordogne, canton 

de Carlux, arr. de Sarlat. Repos signifie lit. 
DE BEAURIVAGE. — Nom composé de beau et de rivage, 

cours d'eau. 
DE BECANCOUR. — De Bequencourt, commune du dép. de 

la Somme, canton de Bray, arr. de Péronne. 
DE BELLECOTE. — Composé de belle et de côte, coste, 

coût, dépense. 
DE BELLEFOND. — Seigneurie en Bourgogne, érigée en 

1728 pour De Ganay. 
DE BELLE-FONTAINE. — Seigneuries de ce nom en Bre- 
tagne, en Lorraine, dans l'Ile-de-France, en Normandie 

et en Picardie. 
DE BELLEVAL. — Seigneurie en Champagne, devenue 

comté en 1676. 
DE BELLISLE. — V. Bellisle. 
DE BELLEGARDE. — V. Bellegarde. 
DE BELLOT. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. 

de Coulommiers. 
DE BELUGARD. — De Bélugara, ville d'Afrique, au Mo- 

nomotapa, sur la rivière de Sainte-Luce. 
DE BERCHEREAU. — De Berchères, commune du dép. 

d'Eure-et-Loir. Berchereau, dim. de berche, artillerie 

d'un vaisseau. 
DE BERCOUR. — De Berck, commune de la Picardie, à 2 

lieues de Montreuil. De berq, piquer. 
DE BERCY. — Ancienne commune dans le dép. de la Seine, 

aujourd'hui enclavée dans Paris. Bercil, bercail, ber- 
gerie. 
DE BERGE. — Seigneurie érigée en 1650 pour Renaud 

d'Avesne. Berge, bord d'une rivière, ou petit bateau 

fait comme une barque, espèce d'oiseau. 
DE BERNE. — Ville du dép. de Morbihan, arr. de Napoléon- 
ville. Bern signifie ours, et berne, banquette, accotement 

d'une route, cape. 



[ 164 ] 

DE BERNETZ. — Seigneurie en Bigorre, érigée en 1483 

pour De Castelbajae. Berne, saut en l'air. Bernée, 

charge de foin, de pois, contenue dans un drap. 
DE BERRY. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1668 en 

faveur de Tréméreuc. V. Berry. 
DE BERTHE. — Berthes, commune du dép. de la Gironde, 

arr. de Bazas. V. Berthe. 
DE BETHUNE. — Seigneuries en Artois et en Normandie, 

dont la première remonte jusqu'à l'an 1000. Béthune, 

boue, fange. 
DE BIEN. — Bian, seigneurie de Bourgogne, érigée en mar- 
quisat en 1702. Bian, corvée pour faire la récolte des 

fruits. 
DE BIGARE. — De Bigarroque, dans le Périgord, diocèse 

de Périgueux. Bigarré, incertain. 
DE BILLY. — V. Billy. 
DE BIRE. — y. Bire. Bire, engin d'osier pour prendre le 

poisson. 
DE BLAINVILLE. — Seigneurie en Normandie, diocèse et 

parlement de Rouen. Blain pour belin, bélier, et blin, 

vieux, ver dans un fruit. 
DE BLANGY. — Bourg de Normandie, dans le Calvados, et 

autre bourg du même nom dans la Seine-Inférieure, sur 

la Bresle. Blangi, de blangir, flatter. 
DE BLAZON. — Baronnie dans le dép. de Maine-et-Loire, 

arr. d'Angers. Blason, écu, omoplate, éloge, blâme, dis- 
cours. 
DE BLE. — De Blet, commune du dép. du Cher, canton de 

Néronde, arr. de Saint-Amand, ou de Bleys, lieu du dép, 

du Tarn, canton de Cordes, arr. de Gaillac. Blé, seigle. 
DE BLOIS. — Ville située sur la Loire, capitale de l'ancien 

pays Blaisois, et commune du dép. du Jura, canton de 

Voiteur. Blois, qui manque de sincérité. 
DE BOILLEMONT. — Bolmont, lieu dans le dép. des Ar- 

dennes, commune de Remilly-les-Pothées. De boille, 

ventre, bedaine. 



[ 165 ] 

DE BOISSIERE. — Seigneuries de la Franche-Comté, du 
Languedoc et de la Bretagne ; cette dernière fut érigée 
en 1640 pour De Sévigné. V. Boissier. 

DE BOISSON. — De Boësse, communes dans les dép. des 
Deux-Sèvres et du Loiret.. Boisson se disait pour buis, 
bois d'une faible étendue, piquette. 

DE BONDY. — Commune dans le dép. de la Seine, arr. de 
Saint-Denis, canton de Pantin. Bondie veut dire éclat, 
bruit, retentissement. 

DE BONNE. — Bourg et seigneurie dans le Limousin, à 1 
lieue d'Annecy. Bonne, nom de femme, est une corrup- 
tion de Beuve, et se dit pour maîtresse, bonne amie, 
servante. 

DE BORD. — Ville du Limousin, sur la Dordogne, dép. de 
Corrège, à 10 lieues de Tulle. Bord, planche, table. 

DE BORDEAUX. — Bordeaux, ville et chef -lieu du dép. de 
la Gironde, sur la Gironde. Il y a, en outre Bordeau, 
- bourg du Dauphiné, dép. de la Drôme, à 4 lieues de Die. 
V. Bordeau. 

DE BOUCHEL. — Bouchel se disait pour baril à vin, lucarne, 
bouchon, engin de pêche. 

DE BOUCHERVILLE. — Boucherville, seigneurie située 
dans la Province de Québec, vers Montréal, et érigée 
en 1672 en faveur de Pierre Boucher. V. Boucher. 

DE BOULOGNE. — Seigneuries en Picardie et village de 
la Haute-Garonne, sur la Gesse, à 5 lieues de Saint- 
Gaudens. 

DE BOURDIN. — De la Bourdinière, lieu du dép. de l'Eure 
et-Loir, arr. de Chartres, à 4 lieues de Bonneval. Bour- 
din est une pêche ronde et très colorée. 

DE BOURGUET. — Seigneurie en Provence, érigée en 1667 
pour De Ravel. Bourguet, dim. de bourg, ville ouverte. 

DE BOUT. — Bou, seigneurie de Normandie, érigée en 1600 
pour de Longueuil, et Boust, commune du dép. de la 
Moselle, canton de Cattenom. Bout, outre, grosse bou- 
teille, vase pour recevoir les liquides. 



[ 166 ] 

DE BOUTEROUE. — Bouteroue, bornes qui empêchent que 
les essieux des voitures n'endommagent les garde-fous 
des ponts. 
DE BOVIGNY. — De Bouvigny, seigneurie de Picardie, éri- 
gée en 1550 pour Bouteiller de Senlis. Bovin, bœuf. 
DE BRAGELONNE. — Seigneurie de la Bourgogne, érigée 

en 1670 pour De Clugny. 
DE BRAIS. — .Commune de l'Anjou, diocèse d'Angers, par- 
lement de Paris Brais signifie grain à faire la bière, 
haut de chausse, morceau de cuir avec lequel on enve- 
loppe le pied du grand mât. 
DE BREN. — Seigneurie en Languedoc, érigée en 1353 en 
faveur de Bourbon-Vendôme. Bren signifie son, boue, 
fange, limon. 
DE BREU. — Breulh, commune du dép. de la Dordogne, can- 
ton de Vergt, arr. de Périgueux. Breu, bouillon, décoc- 
tion, bru. 
DE BRICOURT. — Seigneurie en Bretagne, érigée pour 
Heurtault, en 1696. Bric, engin pour prendre les oiseaux. 
DE BRISAY. — Seigneurie dans le Poitou, érigée en 1050 
pour De Brisay. Brisée, terme de chasse, défaut de 
comparaître en justice. 
DE BRUCY. — De Brussey, dans la Franche-Comté, diocèse 
de Besançon. Dérive de bruchus, sauterelle sans ailes. 
En vieux français ce mot se disait pour marécageux. 
DE BUADE. — Buade, bride à longues branches droites et 

non coudées. 
DE BUIS. — Commune du Dauphiné, dép. de la Drôme, à 5 

lieues de Vaison. Buix, lieu, chaîne, cruche, lessive. 
DE BURY. — Seigneuries dans le Blaisois, en Champagne et 
en Bretagne. C'est encore un bourg de la Saintonge, à 
4 lieues de Saintes. Burit, saponaire, plante. 
DE BUSSAT. — Commune dans le Périgord, diocèse de Pé- 
rigueux, parlement de Bordeaux. De busse, bateau très 
large, mesure pour les liquides. 
DE BUYS. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1678 pour 



[ 167 ] 

De Lauzanne, et com. du dép. de la Moselle, canton de 

Vigy. Buy, biez. 
DE CABANAC. — Lieu du dép. du Lot, canton de Puy- 

l'Evêque, et plusieurs autres communes dans la Haute- 
Garonne, les Hautes-Pyrénées. V. Cabanac. 
DE CADARAN. — V. Cadrant. 
DE CAIRE. — Commune du dép. des Basses- Alpes, arr. de 

Sisteron. Caire, vieux mot qui signifiait visage. 
DE CALLIÈRES. — Commune du dép. de la Vendée, arr. de 

Fontenay-le-Comte, canton de Sainte-Hermine. Callières, 

vient de caillier, lait caillé. 
DE CAMPE. — Commune du dép. du Tarn, canton de 

Cordes, arr. de Gaillac. Campe, sorte de droguet croisé, 

qui se fabrique en Poitou. 
DE CANCHY. — Bourg de Picardie, dép. de la Somme, à 2 

lieues d'Abbeville ; un autre à 4 lieues de Bayeux. 

Canche, beau à voir, dépression de terrain, espace étroit, 

petit golfe. 
DE CARAFFE. — Carafïe, maison illustre du royaume de 

Naples. 
DE CARIE. — Carie, ville de la Laconie, dans le Péloponèse, 

et Carry, seigneurie en Provence, érigée en 1763 pour 

De Gerente. Carrie, châssis qui forme l'encadrement 

d'une porte. 
DE CARQUEVILLE. — De Querqueville, commune de la 

Manche, arr. de Cherbourg. Carquavel, grelot. 
DE CARREAU. — De Carros, commune du dép. du Var, 

canton de Vence. Carreau, quart, carré, bâtiment carré, 

mesure de terre, poisson. 
DE CARRIER. — V. Carrier. 
DE CARRIERE. — Seigneurie en Languedoc, érigée pour 

Pilet, en 1441. Carrière, chemin, droit de voirie, danse, 

champ de courses, bac. 
DE CARUEL. — De Charnel, seigneurie dans le Beaujolais, 

érigée pour David. Caroil, carrefour, cour de ferme. 
DE CASSE. — Seigneurie en Guyenne, érigée en 1500 pour 

Duperrier. V. Casse. 



[ 168 ] 

DE CASTEL. — V. Castel. 

DE CASTES. — Castets, communes dans les dép. de la Gi- 
ronde et des Landes, et Casteix, dans le dép. de l'Ariège 
et du Gers. De castus, chaste. 

DE CASTRES. — Seigneurie dans l'Albigeois, érigée pour 
De Montfort, et qui a fini par appartenir au roi de 
France,- et communes dans les dép. de Picardie, de 
Guienne et du Languedoc. De castrum, château. 

DE CASTALOGNE. — V. Catalogne. 

DE CAZE. — V. Gazes. 

DE CELLES. — V. Celles. 

DE CELLIER. — Le Cellier, commune du dép. de la Loire- 
Inférieure, arr. d'Ancenis, canton de Ligné. Cellier, cave 
oii se font les manipulations exigées par la fabrication 
du vin. 

DE CHAINE. — V. Chaîne. 

DE CHAINE. — V. Chaîné. 

DE CHALUS. — V. Chalut. 

DE CHAMBE. — V. Chamb. 

DE CHAMBLY. — V. Chambly. 

DE CHAMBON. — Seigneuries dans l'Angoumois et le Li- 
mousin, et communes du Loiret, de la Haute-Loire, de 
la Loire, et du Puy-de-Dôme. V. Chamb. 

DE CHAMBRE. — Commune du dép. de la Manche, arr. 
d'Avranches. Chambre, tenture ornée de broderies, 
chanvre. 

DE CHAMELAY. — Chamelet, commune dans le dép. du 
Rhône, arr. de Villefranche. Chamelée, osier qui croît 
sur les montagnes. 

DE CHAMP. — Seigneuries^ en Anjou, dans le Forez et le 
Languedoc. V. Champ. 

DE CHAMP-FLEURY. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 
1600 pour De Farcy, et commune de la Champagne. 

DE CHANT. — Chaon, commune du dép. de Loir-et-Cher, 
dans l'Orléanais, canton de la Motte-Beuvron, arr. de 
Romorantin. Chant, suite de sons modulés émis par la 
voix. 



[ 169 ] 

DE CHANTAL. — V. Chantai. 

DE CHANTIGNY. — Bourg dans l'Ile-de-France, diocèse 

de Senlis. De chantille, brique mince. 
DE CHAMPLAIN. — y. Cliamplain. 
DE CHANDALON. — De Chandolas, commune du dép. de 

l'Ardèche, canton de Joyeuse. Chandelon, fabricant de 

chandelles. 
DE CHAPT. — Chappes, seigneurie en Champagne, érigée 

en 1400 pour De Mello. Chapt ou chapete, dim. de chape, 

tête de clou, revêtement, péricarde. 
DE CHARLAY. — V. De Charly. Charlet, sorte- de vase, 

mesure pour les grains, et charleix, châlit. 
DE CHARLY. — Bourg de la Brie-Champenoise, sur la 

Marne, dép. de l'Aisne. Bourg du même nom dans le 

Lyonnais, dép. du Rhône. Charlit, châlit, bois de lit. 
DE CHARNAY. — Seigneurie en Bourgogne, et communes 

des dép. du Rhône, du Doubs, et de Saône-et-Loire. 

Chamay, vient de caro, camis, chair, pulpe des fruits, 
DE CHASTEILLE. — De Chasteuil, commune du dép. des 

Basses-Alpes, arr. de Castellane. Chatelé, terme de bla- 
son, ce sont les pièces d'un écu chargées de figures de 

châteaux. 
DE CHAULNES. — Marquisat en Dauphiné, érigée en 1684 

en faveur de De Chaulnes, et bourg de Picardie, à 3 

lieues de Péronne. 
DE CHAUME. — Seigneurie dans le Forez, érigée en 1772 

pour Saint-Julien. Chaume se disait pour montagne et 

chaleur. 
DE CHAUX. — Bourg de l'Angoumois, dép. de la Charente. 

Déchaux, qui ne porte ni chaussures ni bas, mais seule- 
ment des sandales. 
DE CHAVOIS.^V. Chavoye. 
DE CHENE. — Communes des dép. de l'Aube, de Vaucluse 

set de la Loire-Inférieure. V. Chêne. 
DE CHENNEVILLE. — V. Chenneville. 
DE CHERRY. — Seigneuries en Picardie, érigées pour De 



[ 170 ] 

Boham et pour Baudoin. Cherry était une sorte de 
redevance. 

DE CHEVALET. — V. Chevalet. 

DE CHEVERY. — Chevry, seigneurie en l'Ile-de-France, 
érigée en 1728 pour De Blancheton. Chevril, cabri, et 
chèvrerie, lieu où s'assemblent les chèvres. 

DE CHEVREMONT. — V. Chevremont. 

DE CHOIS Y. — Seigneurie en l'Ile-de-France, érigée en 1400 
en faveur de Béraud. V. Choisie. 

DE CHOURSES. — Seigneurie qui relève de la terre de 
Montreuil-Bellay, dép. de Maine-et-Loire, arr. de Sau- 
mur. Chourses dérive du latin choro, enclos, parc à bes- 
tiaux. 

D'ECKER. — D'Eckeren, village des Pays-Bas, dans les 
Deux-Nèthes. Decair, déchoir, être débouté. 

DE CLEAU. — Claud, bourg de la Charente, à 7 lieues de 
Confolens, et Claux, lieu du dép. des Basses-Alpes, can- 
ton et arr. de Murât. Clôt, pas, traces, vestiges, et cleau, 
fléau, instrument pour battre le blé. 

DE CLERIN. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1660 poiir 
Du Bourg-Blanc. Clairin, clochette mise au cou du gros 
bétail. 

DE CLERMONT. — V. Clermont. 

DE CLERC. — V. Clerc. 

DE CLUS. — Clux, commune du dép. de Saône-et-Loire, can- 
ton de Verdon-sur-le-Doubs, arr. de Chalon. Clut, mor- 
ceau. 

DE CŒUR. — V. Cœur. 

DE COGUENNE. — De Coguenne, dans la Haute-Savoie et 
l'Isère. Coquesne, frêne sauvage, érable. 

DE COMBRE. — Combret, ville du Rouergue, sur l'Alrance, 
entre Belmont et Saint-Sernin. V. Combray. 

DE COMPORTÉ. — Seigneurie dans le Poitou, érigée en 
1590 pour Polignac. Comporte, sabord, embrasure de 
canon dans un vaisseau, cuve de bois pour transporter 
la vendange. 



[ 171 ] 

DE CONDÉ. — Y. Condé. 

DE CONGE. — Commune dans le dép. de l'Orne, arr. de 
Alençon. Congé, permission. 

DE CONTRECŒUR. — V. Contrecœur. 

DE CORBIÈRE. — V. Corbière. 

DE COSSE. — Bourg d'Anjou, dép. de la Mayenne, à 4 lieues 
de Laval. Cossé, pierre schisteuse, rocher, moule à cour- 
ber les tuiles. 

DE COSTE. — V. Coste. 

DE COTTAUX. — Des Cotteaux, lieu de Seine-et-Oise. Cot- 
taut, homme trapu et lourd. 

DE COTRET. — De Cauterets, bourg des Hautes-Pyrénées, 
arr. d'Argelès. Cotret, faisceau de morceaux de bois 
liés par les deux bouts avec des liarts. 

DE COUAGNE. — V. Couagne. 

DE COURCY. — V. Courcy. 

DE COURNOYER. — V. Cournoyer. 

DE COURS. — Seigneurie dans le Béarn, érigée en 1660 
pour De Laur; et communes des dép. de la Gironde, de 
Lot-et-Garonne, de la Nièvre, du Rhône. Courre, câble. 

DE COURSIE. — V. Courcy. Coursie, passage entre les bancs 
des forçats sur une galère. 

DE COURTEVILLE. — Commune du Boulonnais, diocèse de 
Boulogne, parlement de Paris. 

DE COUR VAL. — De Curvalle, commune du dép. du Tarn, 
arr. d'Albi. Dérive de courvable, qu'on peut courber. 

DE COURVILLE. — V. Courville. 

DE COUSSE. — Seigneurie dans le Périgord, érigée en 1543 
pour De Lestrade, et lieu du dép. d'Ille-et-Vilaine, can- 
ton et arr. de Fougères. Cousse, dérive de cousser, être 
sans énergie. 

DE CRÈVECŒUR. — V. Crèvecœur. 

DE CROISIL. — V. Croisille. 

DE CROIZETTE. — Croisette, commune dans le Pas-de-Ca- 
lais et seigneurie en Gascogne, érigée pour De Mont- 
vallat, en 1777. Croisette, dim. de croix, petite croix. 



[ 172 ] 

DE CUISY. — V. Ciiisy. 

DE DENONVILLE. — Commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Chartres, canton d 'Anneau. Non, titre, pièce, 
gage. 

DE DEVIN. — De Devion, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Béthune. Devin se disait pour erreur, maléfice, théo- 
logien et divin. 

DE DIEL. — De Diellette, port de Normandie, à 5 lieues de 
Cherbourg. Diel, nom d'homme, Didacus, et Diego en 
Espagnol. 

DE DIEUX. — Dieue, commune dans le dép. de la Meuse, 
arr. de Verdun. Du verbe dédier, célébrer. 

DE DOMPIERRE. — V. Dompierre. 

DE DOUHE. — Douhet, commune dans le dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, canton et arr. de Saintes. Douete, 
frange et douet, mare, abreuvoir. 

DE DUEL. — De Douelle, commune du Lot, arr. de Cahors. 
Duelle signifie poids, et il fallait trois duelles pour faire 
une once. Duel, licou, et duelles, les deux premières 
dents de devant. 

DE FARGE. — Seigneuries en Berry et dans le Beaujolais. 
Farge, forge. 

DE FAYE. — Seigneurie en Beauce, érigée en 1486 pour De 
Gauville. Faye, brebis, foie. 

DE FAYETTE. — Fayet, seigneurie érigée en 1480 pour De 
Gaillard. Bayet, communes dans les dép. de l'Aisne, de 
l'Aveyron et du Puy-de-Dôme. Fayette, dim. de faye, 
brebis. 

DE FELTEAU. — Feule, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Montbéliard. Felté, fidélité, attachement. 

DE FELTZ. — De Peltzins, commune du dép. du Lot, arr. 
de Figeac. 

DE FENOUILLET. — V. Fenouillet. 

DE FER. — Fère, châtellenie en Picardie, unie à la seigneurie 
de Maries, et érigée en comté en 1413, et Ferres, com- 
mune du dép. du Var, arr. de Grasse. Fère, bête sauvage. 

DE FERRIER. — V. Ferrier. 



[ 173 ] 

DE PERRIERE. — Ferrière, seigneuries en Lorraine et dans 
le Poitou. Ferrière signifie vase, bouteille, endroit où 
l'on forge le fer, main de fer, étui de maréchal. 

DEFEREND. — De Ferran, commune du dép. de l'Ardèche, 
canton d'Alaigne, arr. de Limoux. Ferrant, gris de fer, 
grisonnant, cheval de guerre, cheval blanc. 

DE FIGUYERIE. — De Figuières, ville de la Catalogne, à 
•i lieues de Roses, et Figuiers, lieu du dép. de Lot-et- 
Garonne, canton de Bouglon. Figuerie, endroit oiî l'on 
met des figuiers. 

DE FILE. — De Fille, commune dans le dép. de la Sarthe, 
arr. du Mans, et Fillays, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1660 en faveur de Chomart. Défilé, passage étroit où 
l'on ne passe qu'à la file. Filé, ce qui a été filé. 

DE FLECHEUR. — De Fléchères, baronnie dans le Dombes, 
érigée pour De Dio en 1514. Flécheur, fléchisseur. 

DE FLEM. — De Velesmes, communes des dép. du Doubs et 
de la Haute-Saône. Fleume, phlegme, et flemme, paresse, 
mollesse. 

DE FLEURY. — V. Fleury. 

DE FOGAS. — Fougax, dans le dép. de l'Ariège, arr. de 
Foix. Fogat, lanterne à feu pour pêcher. 

DE FONBENNE. — De Fontienne, commune du dép. des 
Basses-Alpes, en Provence, canton de Saint-Etienne. 

DE FOND. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1545 en 
faveur de Ferry. Fond, fond d'une rivière, d'une vallée, 
de la mer, d'un tonneau. 

DE FONTENAY. — Nombreuses seigneuries de ce nom, 
dont l'une en Bretagne et une en Normandie. Fontenai 
signifie lieu où il y a une fontaine, une source. 

DE FOREST. — Seigneuries en Bretagne, dans le Perche, 
dans le Limousin, et en Picardie. Forest, sorte d'arbre. 

DE FORILLON. — Nom donné à la pointe septentrionale de 
la Baie des Morues, dans la Gaspésie. Forillon, cap, 
pointe. 

DE FOSSE. — Seigneuries de Bretagne, de Normandie et 
d'Anjou. V. de la Fosse. 



[ 174 ] 

DE FOSSENEUVE. — De Fosse-Nouvelle, lieu dans le dép. 
du Cher, commune d'Areomps. 

DE FOUCAULT. — Foucaud, seigneurie en l'Ile-de-France, 
érigée en 1552 pour De Kicouard. Fouc, troupeau, bande, 
troupe, et fouque, canard sauvage, poule d'eau. 

DE FOURMONT. — De Fromont, commune de Seine-et- 
Marne, arr. de Fontainebleau. Fourmont, sorte d'outil. 

DE FOURNEAU. — Seigneurie en Normandie, érigée en 
1740 en faveur de Le Gendre. Fourneau, cheminée, four. 

DE FOY. — Seigneurie en Poitou, érigée en 1597 pour De 
Fumé. Defoys, défense. Foi, vertu théologale. 

DE FRANQUET. — Commune de la Brie, diocèse de Sois- 
sons, parlement de Paris. Franquet, soldat d'une compa 
gnie franche. 

DE FRENELLE. — Fresnels, ci-devant baronnie de Lor- 
raine, dans les Vosges, près de Mirecourt. Fresnel, reje- 
ton de frêne. Frenelle, instrument de maréchal, flanelle, 
reine des prés. 

DE FRETAT. — Fretays, seigneurie de Bretagne, de 1696. 
De fretum, fret, louage d'un navire. 

DE FREVILLE. — Seigneuries en Normandie et en Bre- 
tagne, et commune dans le dép. des Vosges, canton de 
Neufchâteau. De frevele, querelle tumulte. 

DE FRONTENAC. — Commune du dép. de la Gironde, can- 
ton de Targon, et commune du dép. du Lot, canton de 
Cajare, arr. de Figeac. De fronter, avoir sa façade. 

DE GABOISSIÈRE. — Vient de gaboi, moquerie. 

DE GAGNEUX. — V. Desgagnés. Gagneur, qui gagne, qui a 
gagné, de gaigne, gain, butin. 

DE GAGNIER. — V. Desgagnés. 

DE GANNE. — Commune du dép de l'Oise, canton de Saint- 
Just-en-Chaussée, arr. de Clermont. Déganner signifie 
gazouiller, se moquer. Ganne, roseau employé pour faire 
les tuyaux des trames de tisserands. 

DE GANEAU. — De Digoin, dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Charolles. Ganeau, débauche. Ganneau, champ qu'on 
peut labourer. 



[ 175 ] 

DE GARD. — Lieu dans le dép. du Nord, commune de Ca- 
tillon. Seigneurie dans le Languedoc, devenue baronnie, 
et en 1683 marquisat pour De Montcalm. Gard, en vieux 
français, signifie verger, jardin. 

DE GAUCHE. — De Gauchy, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Saint-Quentin. Degauche, déviation, écart. 

DE GENLIS. — Seigneurie en Bourgogne, érigée en 1600 
pour Gastelier, et marquisat de Picardie. De gentelis, 
noble. 

DE GERLAIS. — Gerle, mesure pour le vin, grillage. 

DE GLAINE. — Commune du dép. du Puy-de-Dôme, canton 
de Billom, arr. de Clermont. Glaine, glane ou gerbe de 
blé. 

DE GLANDON. — Commune dans le Limousin, diocèse de 
Limoges, parlement de Bordeaux. De glande, chêne. 

DE GONNEVILLE. — Bourg de Normandie, dép. de la 
Manche, arr. de Cherbourg et du Havre. Gone, longue 
cotte qui descendait au mollet, et gonelle, casaque. 

DE GORDY. — De Gordes, bourg du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Apt. Gord, gouft're. Desgordi, amaigri. 

DE GOULETREZ. — De Goult, commune du dép. de l'Orne, 
canton de Carrouges, arr. d'Alençon. Goulet, ruisseau, 
cou, gueule, seuil. 

DE GRACE. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. 
de Guingamp et arr. de Loudéac. Grâce, faveur, titre. 

DE GRAIS. — Seigneurie de Normandie, érigée pour De 
Biais. Gret, tissu ajouré. 

DE GRANDMAISON. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668 pour De Benazet. Grandmaison, grand manoir. 

DE GRANDMONT. — Ville de la Marche-Limousine, dép. 
de la Creuse, à 6 lieues de Limoges. Grandmont, grand 
monde. 

DE GRANDPRÉ. — Seigneuries en Bretagne et dans l'Or- 
léanais. Grandpré, grande prairie. 

DE GRAND VAL. — Seigneuries dans l'Auvergne et en Nor- 
mandie. Grandval, grande valeur. 
DE GRANGE. — Seigneuries d'Auvergne, du Blaisois, du 



[ 176 ] 

Bourbonnais, de la Champagne, du Dauphiné, de la 
Guyenne, de la Lorraine et de la Bretagne. Grange, lieu 
où l'on sert et bat le blé, ferme, métairie. 

DE GRASSE. — Villes de la Provence et du Languedoc. 
Grasse, féminin de gras, boueux. 

DE GRE. — De Degré, commune du dép. de la Sarthe, arr. 
du Mans. Degré, accord, faveur, volonté, reconnais- 
sance, rang, moyen, et gré, degré, marche d'escalier. 

DE GRELLE. — Seigneurie du Lyonnais, érigée pour De 
Fondras, en 1647. Grelle, gril, grillage, tamis; et grêle, 
crible. 

DE GROIZELIERS. — Groseillers, commune du dép. des 
Deux-Sèvres, canton de Mazières, arr. de Parthenay. 
Groizelier, groseillier. 

DE GROSBOIS. — Château, fort et marquisat dans le dép. 
de Seine-et-Oise, à 4 lieues de Paris. Grosbois, bois de 
haute futaie. 

DE GRUCHY. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1649 
en faveur de Gigault. Du verbe grucher, jucher. 

DE GUE. — Seigneurie en Poitou, érigée en 1543 en faveur 
de Foucher. Gué, abreuvoir, fosse pleine d'eau, terrain 
bas. 

DE GUERRE. — Seigneurie de la Bretagne, érigée en faveur 
de Pantin en 1669. Guerre, de guerrer, combattre. 

DE GUINNE. — Ville de Picardie, à deux lieues de la mer. 
Guine, sorte de cerise, appelée aussi guigne. 

DE GUIRE. — Rivière du royaume de Fez, en Barbarie. De 
guiret, guéret, terre ameublie. 

DE GUISE. — Petite ville fortifiée en Picardie, sur l'Oise. 
Guise, sorte, manière, façon de vivre. 

DE GUITRE. — Commune du dép. de la Gironde, arr. de 
Libourne, près de la droite de l'Isle. Guitre, nom de 
faction, donné aux troupes de séditieux, parce qu'elles 
tinrent une assemblée au bourg de Guitres, en 1548. 

DE HAIX, DEHAYE. — De Dehault, commune du dép. de 
la Sarthe, arr. de Mamers. Haix, cri employé pour appe- 
ler quelqu'un de loin. Déhait, tristesse. Hait, en aile- 



[ 177 ] 

mand, signifie joie, plaisir; mais dé est privatif. Dehet, 
gaillard qui se porte bien, et haye, instrument pour en- 
foncer les pieux dans les lieux marécageux. 

DE HOGUE. — Commune du dép. de l'Eure, canton de 
Lyons, arr. des Andelys et Hogue, cap en Normandie, 
près de Cherbourg, vis-à-vis l'île d'Aldernai. Hogue, 
vieux mot qui signifie colline, lieu élevé. Vient de 
l'allemand hog. D'après Ménage, il viendrait de hauca, 
pour fauca, et signifierait gorge, entrée de port. 

DE HOMAY. — Hommet, baronnie de Normandie, érigée 
pour d'Harcourt. Hommée signifie mesure de terre plan- 
tée en vignes, et aussi ce qu'on peut labourer de vigne 
en un jour, 

DE HOU. — Houx, commune du dép. d'Eure-et-Loir, canton 
de Maintenon, arr. de Chartres. Hou, terme burlesque, 
qui joint au mot de vieille, signifie femme bournae, in- 
supportable. 

DE JARNAY. — De Jarnac, bourg de l'Angoumois, sur la 
Charente, entre Châteauneuf et Cognac. Jarnay, de 
jerne, grain. 

DE JEAN. — Jans, commune du dép. de la Loire-Inférieure, 
canton de Derval, arr. de Châteaubriant. Jane, ajonc. 

DE JERSEY. — Jersey, île anglo-normande située dans la 
Manche. Jersey, tissu élastique à mailles serrées. 

DE JOANNES. — De Joannas, commune du dép. de l'Ar- 
dèche, canton et arr. de Largentière. Joannes, Jean. 

DE JOIE. — Jouet, commune du dép. du Cher et de la 
Vienne. Joie se dit pour jouissance, joyau, bijou. 

DE JOINCEAU. — De Dejointes, dans le dép. du Cher, com. 
de Chassy. Dérive de joingne, jeune homme. 

DE JONC AIRE. — De Jonchère, commune de la Haute - 
Vienne et de la Vendée. Joncaire, petite plante rameuse 
dont les tiges ressemblent au jonc, et portent des fleurs 
blanches en quantité. 

DE KADEVILLE. — V. Cadeville. 

DE KERVERZO. — Kerverzio, seigneurie de Bretagne érigée 
pour Berthou en 1600. 



[ 178 ] 

DE LA BARDELIERE. — Vient de Bardelle, sorte de selle, 
plate et sans arçons. 

DE LA BARRE. — La Barre, communes du Jura, de la 
Haute-Saône, de l'Eure et de Seine-et-Oise. Barre, plant 
de vigne. 

DE LA BARTHE. — Labarthe, communes des dép. du Gers, 
de Tarn-et-Garonne. V. Barthe. 

DE LA BATH. — De Bat, commune de la Basse-Alsace, bail- 
liage d'Haguenau. Bath, nom de mesure des liquides 
chez les Hébreux et en Egypte. Bat, bateau. 

DE LA BORDE. — Bourg dans l'ancien comté de Foix, dép. 
de l'Ariège, et ancienne baronnie dans le dép. de Saône- 
et-Loire sur la Saône, à 3 lieues de Chalons. Borde 
signifie ferme, maison de campagne, arête de poisson, 
boue, barbe de céréale, chaumière, fable, mensonge, 
massue, drap rayé. 

DE LA BOSSIÈRE. -— V. Labossière. 

DE LA BOUCHETIÈRE. — Seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1535 en faveur de Menardeau. V. Bouchet. 

DE LA BOURDET. — Marquisat dans le dép. des Deux- 
Sèvres, canton de Mangé, arr. de Niort. Bourdete, petite 
maison des champs. 

DE LA BOURLIÈRE. — La Bourrelière, seigneurie de Bour- 
gogne, érigée en 1700 pour De Migieu. De bourg, bâtard, 
ville ouverte. 

DE LA BREGEONNIÈRE. — La Brehonnière, seigneurie de 
Bretagne, érigée pour Maudet en 1696. Dérive du bas- 
latin bruginis, filet pour les saumons. 

DE LA BRETONNIÈRE. — Seigneuries du Poitou, de l'He- 
de-France et de Normandie, et lieu du dép. de Seine-et- 
Marne, commune de Rouilly. 

DE LA BROQUERIE. — De Labroquère, commune du dép. 
de la Haute-Garonne, canton de Saint-Bertrand, arr. de 
Saint-Gaudens. Broquerie, variante de broque, rejeton 
qui pousse sur le tronc d'un chêne, après l'hiver. 

DE LA BROSSE. — Labrosse, commune du dép. du Loiret, 
arr. de Pithiviers, et la Brosse, seigneuries dans le Berry, 



[ 179 ] 

le Bourbonnais, la Bretagne, la Normandie et la Sain- 
tonge. 

DE LA BRUYÈRE. — V. La Bruyère. 

DE LA BU,SSIÈRE. — Communes des dép. de la Vienne et 
du Loiret. V. Bussière. 

DE LA CELLE. — Laeelle, commune de la Corrèze, arr. de 
Tulle. Celle, vieux mot qui signifie une i^etite maison, 
une cellule. 

DE LA CHAISE. — Ville de Bretagne, dép. des Côtes-du- 
Nord, à 2 lieues de Loudéac, et communes de la Cham- 
pagne et de la Saintonge. Chaise, chaire à prêcher, jeu 
de marelle, tronc, siège. 

DE LA CHASSAÎGNE. — Ville de Bourgogne, dép. de la 
Côte-d'Or, à 8 lieues de Beaune. 

DE LA CHATAIGNERAYE. — Seigneuries en Bretagne et 
dans le Poitou. Châtaigneraye est un lieu ou une terre 
plantée de châtaigniers. 

DE LA CHAUSSEE. — Seigneuries en Normandie, en Cham- 
pagne et dans le Berry, commune dans le dép. de la 
Marne, arr. de Vitry-le-Francais. Chaussée, droit pour 
l'entretien des routes. 

DE LA CHAUX. — Seigneuries dans la Haute-Marche, et en 
Normandie, ville de la Suisse, canton de Neufchâtel. 

DE LA CHENAYE. — La Chenays seigneurie bretonne, qui 
date de 1696, érigée en faveur de Couturier. Chênaie, 
lieu planté de chênes. 

DE LA CHEVROTIÈRE. — Commune de la Bretagne, dio- 
cèse de Nantes, parlement de Rennes. De chevrot, che- 
vreau. 

DE LA CITIÈRE. — De cité, ville. 

DE LA CODRÈS. — De codre, cerceau de tonneaux. 

DE LA COLOMBIÈRE. — Seigneuries en Bourgogne et en 
Champagne. Du verbe colomber, former des colonnes. 

DE LA COMBE. — Seigneuries du Bourbonnais, de la Bre- 
tagne, du Forez et du Languedoc. V. Lacombe. 

DE LA CORNE. — Commune dans le dép. de Maine-et-Loir, 
arr. de Beaugé. Corne, bosse au front. 



[ 180 ] 

DE LA COUR. — Seigneuries du Boulonnais, de la Bretagne, 
de l'Ile-de-France et de Normandie. Cour, lieu où les 
juges exercent leur juridiction, assemblée de juges. 

DE LA CROIX. — Seigneurie en Bretagne, et La-Croix-Saint- 
Laurent, bourg et baronnie de Normandie, à 2 lieues 
d'Evreux. Croix, peines, traverses, épreuves. 

DE LA CROUSETTE. — Commune et seigneurie du dép. du 
Tarn, arr. de Castres. Crouset, colombier. 

DE LA DURANTAYE. — La Durantais, seigneurie en Bre- 
tagne, érigée en 1668 pour Aubeau. De durant, durée, 
durable, endurant. 

DE LA FARELLE. — De Lafarre, commune du dép. de Vau- 
cluse, arr. d'Orange. De fare, engin de pêche. 

DE LA FAYE. — Seigneurie du Bourbonnais et baronnie 
dans le Forez. Faye, brebis. 

DE LA FAYOLLE. — Seigneurie en Périgord, érigée en 
faveur de Bruchard, en 1629. Fayole est une espèce de 
légume, petite fève ou haricot. 

DE LA FERRANDIÈRE. — La Férandière, seigneurie dans 
le Berry, érigée en 1640 pour De Bernault: De ferrant, 
gris de fer. 

DE LA FEUILLÉE. — Seigneuries en Bretagne, en Bour- 
gogne et en Anjou. Feuillée, branches d'arbres, garnies 
de feuilles. Feuillée, espèce de coquillage aussi appelée 
huître feuillée. 

DE LA FOND. — Seigneurie unie à celle de Villemont, éri- 
gée en marquisat en 1750. Fons, fontaine, et font, fer 
fondu. 

DE LA FONTAINE. — V. Lafontaine. 

DE LA FORCADE. — Commune dans le Béarn, diocèse de 
Lescar. De fore, bifurcation d'un arbre, d'un chemin. 

DE LA FOREST. — Baronnie de Bretagne, érigée en 1600, 
seigneurie du Perche, et seigneurie du Limousin et de 
Picardie. V. Forest. 

DE LA FRENNÉE. — La Fresnais, commune du dép. d'IUe- 
et-Vilaine, canton de Cancale, et la Fresnaye, commune 



[ 181 ] 

dans le dép. de la Sarthe, arr. de Mamers. Frenaye, lieu 
où l'on plante des frênes. 

DE LA FOSSE. — V. Lafosse. 

DE LA GARDE. — Seigneuries dans le Bigorre, le Dauphiné, 
le Forez, le Languedoc, et la Provence. V. Lagarde. 

DELÂGE. — De Lage, seigneurie dans le Bourbonnais, érigée 
en 1709 pour de la Pivardière. Age, partie de la charrue. 

DE LA GIMAUDIERE. — De la Grimaudière, commune du 
dép. de la Vienne, arr. de Loudun, canton de Moncon- 
tour. Grimaud, grognon. 

DE LA GIRAUDAYE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668 pour De Castel. Dérive de gire, qui signifie tour. 

DE LA GORGENDIÈRE. — V. Lagorgendière. 

DE LA GRANGE. — Nombreuses seigneuries de ce nom : en 
Auvergne, dans le Blaisois, dans le Bourbonnais, en 
Champagne, dans le Dauphiné, en Guyenne, en Lor- 
raine, dans le Lyonnais et en Normandie. Cette dernière 
fut érigée en 1570 pour De Beureville. Grange signifie 
métairie, dépendance d'un monastère servant d'hospice. 

DELAGRAVE. — De Lagrave, commune du dép. du Tarne, 
dans le Languedoc, canton et arr. de Gaillac, ou de la 
Grave, commune du dép. des Hautes-Alpes, dans le 
Dauphiné, arr. de Briançon. Grave, gravier, forêt, cram- 
pon, grappin, grève. 

DE LAGRE. — D'Agrès, en Quercy, diocèse de Cahors. 
Agre, agrément. 

DE LA GROIS. — Seigneurie en Touraine, érigée en 1730 eu 
faveur de Milon. Grouée, terrain pierreux, cueillette, 
multitude. 

DE LA HAYE. — Seigneuries en Bretagne et en Norman- 
die. Haie signifie rempart, clôture. 

DE LA HOUSSAYE. — Seigneuries en Anjou, dans le Vexin 
et en Normandie. Houssaye est le lieu où il croît beau- 
coup de houx. 

DE LAIRE. — Commune du dép. du Doubs, canton et arr. 
de Montbéliard. Laire signifie délaisser, abandonner. 



[ 182 ] 

DE LAIS. — Laix, commune du dép. de l'Ain, en Bresse, et 
commune du pays Messin, arr. de Briey. Délaie, aban- 
don, délaissement, cession. Lais, terre prise à bail, legs. 

DE LA JONQUIÈRE. — Lieu du dép. des Pyrénées-Orien- 
tales, à 6 lieues de Boulon et à 3 lieues de Figuières. V. 
De Jonquière. 

DE LA JOUE. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1668 en 
faveur de Boju. Joue, parties latérales du visage. 

DE LA LANDE. — Seigneuries en Bretagne, érigée en mar- 
quisat en 1622, dans le Forez, en Poitou, et dans le 
Quercy. Lande signifie étendue de terre inculte, cou- 
verte de broussailles. 

DE LALEU. — Seigneuries en Poitou et en Touraine. Leu se 
disait autrefois pour loup. 

DE LA LOUVE. — Commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 
canton de Mauléon, arr. de Bagnères. Louve, signifiait 
musette. Dérive de lyra. 

DE LA MADELEINE.— Communes des dép. du Pas-de-Calais 
et de Seine-et-Marne. Madeleine, nom de femme, surnom 
de Marie, sœur de Lazare. Ce nom lui fut donné, paraît- 
il, parce qu'elle possédait une maison à Magdal, petite 
ville de Galilée. Madeleine, poires qui mûrissent vers la 
fête de sainte Madeleine. 

DE LA MALÉTIE. — La Maléissie, marquisat de Normandie, 
érigé en 1440 en faveur de Tardieu. Du verbe maléir, 
maudire. 

DE LA MALLERAIE. — De Mollarez, dans le Bas-Langue- 
doc, diocèse d'Alby. Molerai, celui qui est né d'une 
femme légitime. 

DE LA MALOTIÈRE. — De Lamalou, dans le dép. de l'Hé- 
rault, arr. de Béziers. Dérive de malot, guêpe, bourdon. 

DE LA MARQUE. — Seigneurie dans le Boulonnais et com- 
mune dans le département de la Gironde, arr. de Bor- 
deaux. Marc, marais, place. 

DE LA MARRE. — Commune du dép. du Jura, en Franche- 
Comté, canton de Voiteur, arr. de Lons-le-Saulnier. 



[ 183 ] 

Marre, est une sorte de houx qui sert à labourer les 
vignes. 

DE LA MASSIÈRE. — De Laniasquère, commune de la 
Haute-Garonne, arr. de Muret. Massière, celle qui dans 
un atelier d'artistes reçoit les cotisations et règle les 
dépenses. 

DE LA MÉTERIE. — La Métrie, seigneurie en Bretagne, 
érigée en 1668 pour Bedée. Métrie pour métairie, do- 
maine agricole. Métrie, art de faire des vers. 

DE LA MINOTIÈRE. — Minotière, celle qui fait valoir une 
minoterie. 

DE LA MIRANDE. — Bourg de Gascogne, entre Auch et 
Tarbes. Du latin mirandus, chose qui doit être admirée. 

DE LA MORANDIÈRE. — La Morandière, seigneurie de la 
Touraine, unie en 1738 à la baronnie de Lancosme, éri- 
gée en marquisat. Dérive du mot latin morari, retarder. 

DE LA MORILLE. — De Lamorville, commune du dép. de 
la Meuse, en Lorraine. Morille, champignon poreux et 
spongieux. Mot employé pour désigner la laine que les 
mégissiers ont enlevé avec de la chaux de dessus les 
peaux de moutons morts de maladie, maladie du cheval. 

DE LA MORINET. — La Morinais, seigneurie de Bretagne, 
érigée en faveur de Douart, en 1668. Dérive de morine, 
marée, mer, laine coupée sur le dos d'un animal mort de 
maladie, épidémie, mort. 

DE LA MORINIÈRE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 
faveur de Busnel en 1668. V. De la Morinet. 

DE LA MOTTE. — Seigneuries nombreuses de ce nom, dont 
huit en Normandie et une en Bretagne. Motte signifie 
terre ou bien de campagne. C'est encore une élévation 
auprès des vieux châteaux, ou tout simplement une 
colline, une butte. 

DE LA NAUDIÈRE.— V. de la Nouguère. Naudière, semble 
venir de navière, champ planté de navets. 

DE LA NAUE. — De Lanas, dans le dép. de l'Ardèche, arr. 
de Privas. Nau signifie nage, et Noë. 



[ 184 ] 

DE LÂND. — De Delain, commune du dép. de la Haute- 
Saôme, arr. de Gray. Land ou lande, vient de landt, pays, 
terre libre. 

DE LANDE. — Landes, communes du dép. du Calvados, et de 
la Charente - Inférieure. Delande, seigneurie en Nor- 
mandie, érigée en 1770 pour De Bonnechose. V. De la 
Lande. 

DELANGER. — Langé, commune du dép. de l'Indre, en 
Berri, canton de Valançay, et Langets, ville de la Tou- 
raine, dép. d'Indre-et-Loire, à 4 lieues de Tours. De 
lange, étoffe de laine. 

DELANGIE. — De Langei, seigneurie en Anjou, érigée en 
1500 pour Du Bellay. Langi ou longils, nom d'homme, 
qui signifie lent, paresseux. 

DE LANGY. — Commune du Nivernais, diocèce de Nevers. 
V. Delangie. 

DE LA NORAYE. — Noray, en Normandie, diocèse de 
Bayeux, parlement de Rouen. V. Noraye. 

DE LA NOUGUÈRE. — Noguères, commune du dép. des 
Basses-Pyrénées, canton de Lagor, arr. d'Orthez. Noyère, 
lieu planté de noyers. 

DE LANOUILLIER. — Lanouée, commune du Morbihan, 
canton de Josselin. De noiel, nielle. 

DE LANTAGNAC — D'Antagnac, dans le Condomois, dio- 
cèse de Condom, parlement de Bordeaux. V. Antagnàc. 

DE LA PERADE. — V. Lapérade. 

DE LA PERCHE. — Laperche, commune du dép. de Lot-et- 
Garonne, canton de Lauzun, et seigneurie en Auvergne, 
érigée en 1614 pour D 'Ouradour. Perche, mesure de lon- 
gueur, gaule. 

DE LA PLANCHE. — Seigneuries en Poitou et en Bretagne 
Planche signifie passerelle, piège, mesure de terre. 

DE LA PLANTE. — V. Laplante. Plante, haie vive, planta- 
tion, plant de vigne. 

DE LA PORTE. — Seigneuries de Flandre et de Normandie. 
Porte, ouverture pratiquée pour entrer dans un lieu ou 
pour en sortir. Porte, transport, sorte d'oublié. 



[ 185 ] 

DE LA POTERIE, POTHERIE. — La Poterie, seigneurie 
de Normandie, érigée pour Hamon, en 1463. Potherie, 
seigneurie en Anjou, érigée en comté en 1748 en faveur 
de le Roi de la Potherie. Poterie, marchandises de pots et 
de vaisselle de terre ou de grès. 

DE LA PRAIRIE. — V. Laprairie. 

DE LA PRINCERIE. — Princerie, dignité de princier ou de 
prémieier, première dignité chez les chanoines d'une 
cathédrale. 

DE LA RAGOTTERIE. — La Ragottière, seigneurie en Bre- 
tagne, érigée en 1668 pour d'Achon. Vient de ragot, 
jeune sanglier, crampon de fer attaché aux limonières 
des voitures, petit homme trapu. 

DELARD. — De Lare, seigneurie de Normandie, érigée en 

1667 pour Boullemer. Lard, pièce de porc salé, calcaire 
impropre à la confection de la chaux. 

DE LARAUX. — Larau, commune du dép. des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Mauléon, canton de Tardets. Reau, trou. 

DE LA RENAUDIERE. — Seigneuries en Touraine et dans 
le Limousin. Vient de renauder, renâcler, marauder, 
reculer devant la besogne. 

DE L'ARGENTERIE. — De Largentière, ville du Bas-Lan- 
guedoc, diocèse de Viviers et commune du Dauphiné, 
diocèse de Gap. 

DE LA RIBOTTE. — La Ribaute, seigneurie dans le Lan- 
guedoc, érigée en 1575 pour Des Flottes. Ribotte vient 
de ribot, pierre dure, poisson. 

DE LA RIVIÈRE. — Nombreuses seigneuries de ce nom, dans 
le Perche, dans la Beauce, en Guyenne, dans le Forez. 
Rivière, amas d'eaux qui coulent dans un lit plus ou 
moins large. 

DELARME. — Larme, seigneurie en Bretagne, érigée en 

1668 en faveur de Barbot. Larme ou larmier, corniche 
au haut du toit pour empêcher l'eau de s'écouler le long 
des murs, petite quantité. 

DELARME. — De Larmaye, commune d'Eure-et-Loire, arr. 
de Dreux. Armée, réunion, combat, monceau. 



[ 186 ] 

DE LA RO. — De la Roe, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1670, et Ro, dans le Roussillon, diocèse de Perpignan. 
Ro, rauque, enroué. 

DE LA ROCHEBLAVE.— Mot composé de roche, château- 
fort bâti sur une roche, et de blave, blé, motte de terre. 

DE LA ROCHEVERNAY. — Composé de roche, châteaufort 
et de vernay, qui veut dire orné, vitré. 

DE LA ROCHELLE. — Seigneurie en Champagne et comté 
et ville du dép. de la Charente-Inférieure, communes des 
dép. de la Manche et de la Haute-Saône. V. La Rochelle. 
Rochelle, engin de pêche, châteaufort, éclat de roche. 

DE LA ROCHETTE.— La Rochette, seigneuries en Bretagne, 
dans le Dauphiné, en Lorraine, dans le Maçonnais et en 
Provence. Rochet, roc, falaise, capote, espèce de blouse, 
sarrau. 

DE LA RONDE. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, can- 
ton de Cerizay, arr. de Bressuire. Ronde, ados de foin 
séché et piqué ensuite pour le mettre en meule. 

DE LA ROQUE. — Seigneuries en Gascogne, en Normandie, 
en Picardie, dans le Limousin. V. Laroque. 

DE LA ROUVILLIÈRE. — De la Rouvière, dans le Bas-Lan- 
guedoc, dép. du Gard, arr. d'Uzès. De rovel, rouge, rou- 
geaud. 

DE LA RUE. — La Rue, seigneurie en Normandie, érigée en 
1470 pour Colin le Maignen. V. Larue. 

DE LA SABLONNIÈRE. — Seigneuries en Bretagne et dans 
l'Orléanais. Celle de Bretagne fut érigée en 1696 pour 
de Pontbriand. Sablonnière, rivage sablonneux. 

DE LA SAGUE. — De la Saugue, ville du Bas-Languedoc, 
diocèse de Mende, parlement de Toulouse. Sague ou 
saie, manteau court porté par les Romains. 

DE LA SALLE. — Seigneuries nombreuses de ce nom, dont 
deux en Normandie, et une en Bretagne. Y. Lasalle. 

DE LA SAUDRAIS. — De la Sandre, rivière du Berry qui 
se jette dans le Cher. Saudrais est un endroit arrosé par 
deux rivières appelées Sandre ; rivière du Berry. 

DE LA SAUSSAYE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 



[ 187 ] 

1666 en faveur de Bouchard. Saussaie, est un lieu planté 
de saules. 

DE LASSE. — Châtellenie en Anjou, commune de la Basse- 
Navarre et seigneurie de Bretagne, érigée pour Hubert 
en 1696. Lasse, relâche, lassitude. 

DE LASTRE. — De Lastour, dans le Limousin, diocèse de 
Limoge. Lastre, carreau de verre employé dans le vi- 
trage. 

DE LA TESSERIE. — Seigneurie de Bretagne, érigée pour ^e 
Tessier en 1696. Tesserie, tisserie, tissage. 

DE LA THIBAUDIÈRE. — Des Thibaudières, seigneurie de 
l'Angoumois, érigée en 1668 pour De la Laurencie. Thi- 
baudière vient de thibaude, tissu grossier de poil de 
vache. 

DE LA TOUCHE. — Seigneuries de Bretagne et du Poitou. 
Touche signifie coup. 

DE LA TOUR. — Plusieurs seigneuries de ce nom, dont deux 
en Normandie, une dans le Languedoc, etc. Tour, bâti- 
ment haut et de forme ronde. 

DE LAUBANIE. — Seigneurie dans le Bourbonnais, érigée 
en 1731 pour De Magontier. Aubanie pour obanie, armée, 
assemblée. 

DELAUNAIS. — De Launay, seigneuries nombreuses de ce 
nom en Bretagne surtout, commune du dép. de l'Eure, 
canton de Beaumont. Aunaie, lieu planté d'aunes. 

DE LAUNE. — Châtellenie normande, diocèse de Coutances, 
parlement de Rouen. Aune, longueur de filet, aune des 
prés. 

DE LAURE. — Laure, commune du dép. de l'Aude, arr. de 
Carcassonne. Laure, laurier. 

DE LAURENS. — Laurens, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Béziers, canton de Murviel. De laure, laurier. 

DE LAURICE. — Lauris, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Apt, canton de Cadenet. Loris, petit wagon qui sert à 
transporter les outils des cantonniers de chemins de fer. 

DE LAURIER. — De Laurière, commune du dép. de la 
Haute- Vienne, arr. de Limoges. V. Laurier. 



[ 188 ] 

DE LÂUTE. — D'Authe, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Vougiers. Dérive de lautus, baigné, arrosé, net- 
toyé. 

DE LAUX. — Commune du dép. de la Drôme, arr. de Nyon. 

DE LÂUZON. — V. Lauzon. De lauze, pierre plate. 

DE LAVAL. — Baronnies en Bretagne et en Provence, sei- 
gneuries en Picardie et dans le Forez. Laval, à terre, en 
bas. 

DE LAVALIERE. — La Vallière, seigneuries en Anjou et 
dans l'Albigeois. Vallière, de vallier, petite vallée, creux. 

DE LA VALLEE. — Seigneuries de la Bourgogne, de Nor- 
mandie et de la Bretagne. V. Vallée. 

DE LA VAUX. — Lavau, commune du dép. de la Loire-Infé- 
rieure, arr. de Savenay. Lavaulx, seigneurie en Lorraine, 
érigée en 1700. De vauce, vallon. 

DE LA VILLE. — Communes des dép. de Picardie, de l'Aube, 
de la Haute-Marne, etc. V. Ville. 

DE LA VIMAUDIÈRE. — Vimaudière, lieu planté de jonc, 
d'osier. 

DE LAVOYE. — Lavoye, seigneurie en Bourgogne, érigée 
en 1520 pour De Guyon. Lavoye, le chemin que l'on suit, 
le caractère de la conduite. 

DELBŒUF. — D'Elbeuf, ville de la Seine-Inférieure, arr. 
de Rouen, et commune des dép. de la Seine et de la 
Seine-Inférieure. V. Lebœuf. 

DELCOURT. — D'Elcourt, commune de la Picardie, diocèse 
d'Amiens. Court, qui a peu d'étendue, ce qui reste dû. 

DE LEBAT. — Leba, lac des Etats prussiens formé par le 
fleuve Leba, qui communique avec la mer Baltique. Bat, 
petit bateau. 

DELAYE. — Commune du Dauphiné, diocèse de Gap. Délais, 
action de délaisser. 

DELBARD. — D'Albaret, dans la Lozère, arr. de Marjevols. 
V. Bard. 

DELBAT. — D'Albas, commune du dép. du Lot, arr. de 
Cahors. Bat, petit bateau, battement, cahotement. 



[ 189 ] 

DELBAY. — D'Elbes, en Quercy, diocèse de Cahors. Bay, 

aboi. 
DELBEC. — D'Elbaeh, commune de la Haute-Alsace, diocèse 

de Bâle. Beke, ruisseau, égoût. 
DE LE CHALLION. — De l'Echallon, commune du dép. de 

l'Ain, arr. de Nantua, canton d'Oyonnax. Eschallon, 

sorte d'étoffe. 
DE L'ÉGLISE. — Eglise, commune du dép. de la Corrèze, 

canton de Treignac, et' Eglise, bourg d'Auvergne, dép. 

de Puy-de-Dôme, à 6 lieues de Clermont. 
DELEIGNE. — Leignes, commune du dép. de la Vienne, arr. 

de Montmorillon, canton de Chauvigny. Leigne, bois à 

brûler. 
DE LEMON. — Delémont, ancienne ville de Suisse, dans 

l'évêché de Bâle, dép. du Haut-Rhône. Lemon pour 

limon, boue, fange. 
DE LENAC. — De Lenax, commune du dép. de l'Allier, arr. 

de La Palisse, canton de Donjon. De lenir, adoucir. 
DE LENDRECIE. — De Landrecie, ville du Hainaut, sur la 

Sambre, à 6 lieues de Mons. De landreux, paresseux. 
DELENTIN. — De Lantan, commune du dép. du Cher, can- 
ton de Dun-le-Roi. De lent, sans force, languissant. 
DE LEORÉE. — D 'Eourres, commune du dép. des Hautes- 
Alpes, canton de Ribiers. De layrau, mesure pour le vin. 
DE LÉRY. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 

De Morays, et communes des dép. de la Côte-d'Or et de 

Normandie. Léry dérive du grec lura, lyre. 
DELÉRIEUX. — De l'Erieux, rivière du Vivarais, qui se 

jette dans le Rhône, à Beauchâtel. 
DELÉRIQUE. — D'Eréac, commune des Côtes-du Nord, arr. 

de Dinan. 
LEROLLE. — L'Héraule, commune du dép. de l'Oise, arr. de 

Beauvais. De laire, douleur, peine. 
DE L'ESPINAOE. — L'Espinasse, commune du dép. de la 

Haute-Garonne, canton de Fronton, arr. de Toulouse. 

Espinace, lieu couvert d'épines. 



[ 190 ] 

DE L'ESTAGE. — D'Estagel, commune du dép. des Pyré- 
nées-Orientales, canton de La Tour. Estage, habitation, 
demeure, séjour, stature, lutte. Lestage, chargement, 
endroit où l'on charge les marchandises. 

DELESTANG. — L'Estang, lieu du dép. de la Haute-Vienne, 
arr. de Limoges. Létang, seigneuries en Champagne et 
dans la Saintouge. L'Estang, seigneurie en Bretagne, 
érigée en 1700 pour Charbonneau. De lester, prendre un 
chargement. '^' 

DELESTRE. — Seigneurie de la Bretagne, érigée en 1668 en 
faveur de Chevalier. Estre, genre de vie, usage, exis- 
tence, extraction. 

DE L'ETEILLARD. — D'Estelle, commune du dép. de la 
Haute-Garonne, canton de Saint-]\Iartory. Esteil, poteau. 

DE L'ÉTENDARD. — D'Ettendorfif, dans la Basse-Alsace, 
bailliage d 'Haguenau. Etendard, corde pour faire sécher 
le linge. 

DE L'ETOILE. — Létoile, commune du dép. de la Somme, 
canton de Piquigny, arr. d'Amiens, et Etoile, seigneuries 
de Bourgogne et de Bretagne, la première érigée en 1700 
pour De Puy, et la seconde en 1669 en faveur de Pinart. 
Etoile, comète, étoile à grande queue. 

DE LEVAUX. — Levault, commune du dép. de l'Yonne, 
canton de Châteauneuf, arr. d'Avallon. De levée, tombe, 
revenu. 

DE LEVIS. — Seigneurie dans le Hurepois, dép. de l'Ile-de- 
France, et commune du dép. de l'Yonne, canton de 
Toucy. Levis, double billon ou ados. 

DELFOSSE. — De la Fosse, seigneuries en Bretagne et en 
Normandie. Fosse, creux fait dans la terre. 

DELGUEL. — De Légué, seigneurie unie en 1589 à huit terres 
formant le comté de Tresmes. Guel, bai, basané. 

DE LIASSE. — Lias, seigneurie dans le Languedoc, fondée 
pour De Lustrac, en 1679. Lias, paquet, bâton au bout 
duquel on attache une torche. 

DE LIENNES. — Lienne, rivière de Picardie, qui baigne 



[ 191 ] 

Boulogne et va se décharger dans la mer. Liène, glane. 
DELIERE. — Lières, commune du dép. du Pas-de-Calais. 

Lière ou lire, de légère, lire. 
DE LIGERÂS. — Des Ligers, commune de Bitry, dans le 
dép. de la Nièvre. Ligeras de lige, vassal intimement lié 
au seigneur. 
DE LIGNERON. — De Lignerolles, communes des dép. de 
r Aller, de l'Eure et de l'Indre. Vient de ligneur, pêcheur 
à la ligne. 
DE LIGNERY. — Ligneri, seigneurie en Picardie, et Ligne- 
ris, seigneurie de Normandie, érigée en 1470 pour d'Es- 
pinay. Ligneri de ligne, lignée, ficelle, sorte de petit 
navire, ou de ligneraie, champ semé de lin. 
DELIMEUR. — Limeux, seigneurie de Normandie, érigée en 
1440 pour De Chambray. Limeure, limure, action de 
limer. 
DELINE. — Ligne, seigneurie dans la Brie, unie en 1686 à 
la seigneurie de Ckampcenets, érigée en marquisat en 
faveur de Quentin de Vienne. Line, ligne. 
DELINELLE. — De Linel, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1696 pour Le Maistre. Linel ou lignel, fil enduit de poix. 
DELINO, DELINAUX. — De Linaux, seigneurie du Poitou, 
érigée en 1500 pour Cathus. Linot, en parlant d'un 
homme de peu de sens, on dit que c'est une tête de linot. 
Le linot ou la linote, est un oiseau qui a une toute petite 
tête. 
DE L'INTEL. — De Linthelles, commune du dép. de la 
Marne, canton de Sézanne, arr. d'Espernay. Lintel, de 
linteau, pièce de bois mis au-dessus d'une porte, pour 
soutenir la maçonnerie. 
DE LINTOT. — Lintot, seigneurie de Normandie, érigée en 

1455 pour De Lintot. V. De L'Intel. 
DELIQUE. — Licques, commune du dép. du Pas-de-Calais, 

ar. de Boulogne, canton de Guines. 
DE L'ISLE. — L'Isle, commune du dép. de la Dordogne, 
arr. de Périgueux, et commune du dép. du Tarn, arr. de 
Gaillac. 



[ 192 ] 

DE LISSY. — Lissy, seigneurie érigée en 1518 pour Lescot, 
dans la Brie, dép. de Seine-et-Marne. De lissie, travail de 

tapisserie. 
DELLARD. — De Délie, ville dans la Haute-Alsace, diocèse 

de Bâle. Lard, pièce de porc salé. 
DELLAS. — De Las, baronnie en Béarn, érigée en 1600 pour 

Josal de Las. De Laz, seigneurie en Bretagne, érigée en 

1668 pour Bariller. Las, endroit dans une grange à côté 

de l'aire, où l'on entasse les gerbes. 
DELLEBLOND. — De Blond, commune du dép. de la Haute- 
Vienne, canton et arr, de Bellac. 
DELLECROSSE. — De Crosses, commune du dép du Cher, 

canton de Baugy, arr. de Bourges. Crosse, abbaye, 

dignité. 
DELLEUR. — De Leure, seigneurie en Bretagne, érigée on 

1696. Eur, bordure, côte, eure, fortune, sort. 
DELLIERES. — De Lierres, seigneurie en Artois et ville du 

Brabant, à deux lieues de Malines, V. Delière. 
DELLOYE. — De la Loye, commune du dép. du Jura, canton 

de Montbarrey, arr. de Dôle. Loie, galerie en bois qui 

sert à relier deux parties d'une muraille, ou à relier 

deux bâtiments. 
DELMAGE. — De le Mage, commune du dép. de l'Orne, arr. 

de Mortagne. Mage, magicien, imprimerie. 
DELMAS. — Du Mas, canton du dép. du Yar, canton de 

Saint-Auban, arr. de Grasse. Mas, ferme dans le midi de 

la France. 
DELMEGE^ — De Delme, dans le pays Messin, diocèse, de 

Metz. Mége, médecin. 
DELGEIL. — De Lœuilly, en Picardie, diocèse de Soissons. 

(Eille, brebis. 
DELOGES. — Loges, seigneuries en Bourgogne, en Norman- 
die et dans le Poitou. Loge, abri de feuillage, cabane, 

boutique, tribune. 
DE LOMBRON. — Lombron, commune du dép. de la Sarthe, 

arr. du Mans, canton de Montfort. 



[ 193 ] 

DELONG. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1463 pour 

De Villiers. Long, côté, longueur. 
DELONGE. — Longey, seigneurie en Normandie, érigée en 

1480 pour De Longey. Longé, terme de blason, se dit de 

l'oiseau de proie; les longes sont de petites lanières 

qu'on attache à leurs pieds. 
DE LONGUEIL. — Seigneurie de Normandie et bourg, à une 

lieue de Dieppe. De longue!, un peu long. 
DELOR. — Lor, commune du dép. de l'Aisne, en Picardie, 

canton de Neufcliâtel, arr. de Laon. Lor, laurier. 
DELORES. — Loré, commune du dép. de l'Orne, canton de 

Juvigny. 
DE LORIMIER. — Lorimier, se disait autrefois pour lormier, 

celui qui fait des ouvrages de lormerie, menus ouvrages 

en fer. 
DE LORME. — Lorme, seigneuries en Bretagne, en Picardie 

et en Touraine. Orme, arbre. 
DE LORTEHET. — Lorthet, commune des Hautes-Pyrénées, 

dans l'Armagnac, canton de Labarthe, arr. de Bagnères. 

De lourt, niais, badaud. 
DELOUCHES. — Commune dans le dép. du Pas-de-Calais, 

arr. de Saint-Omer. Louche, brèche, cuiller à pot, droit 

perçu sur les grains de la halle, langue bien pendue. 
DE LOUVIGNY. — Bourg du Maine, dép. dç la Mayenne, à 

2 lieues de Laval, commune des Basses-Pyrénées et du 

pays Messin. De lovin, de loup. 
DE LOUVAIS. — Seigneurie en Champagne, devenue mar- 
quisat en 1624. Louvais, vient de louve, outil en fer pour 

soulever une pierre. 
DE LOUVRE. — Louvre, bourg de l'Ile-de-France, entre 

Paris et Senlis, canton de Luzarches, arr. de Pontoise. 
DELPEAU. — Lepaud, commune du dép. de la Creuze, can- 
ton de Chambon, arr. de Boussac. 
DELPESCHE. — De Pêche, dans le Haut-Languedoc, diocèse 

de Toulouse. Pesche, pêcherie. 
DELPIT, — Pite, monnaie, qui valait le quart d 'un denier. 

13 



[ 194 ] 

DELPORTE. — V. De la Porte. Porte, transport, sorte 

d'oublié. 
DELPRAT. — De Prat, commune du dép. des Côtes-du-Nord^ 

arr. de Lanion. Prat signifie pré. 
DELPUE. — Puers, bourg du Brabant, dans les Deux-Nèthes. 

Puete veut dire cheville, fausset de tonneau. 
DELRUE. — V. De la Rue. 
DELSORE. — De Sore, commune du dép. des Landes, arr. 

de Mont-de-Marsan. Sore, vient de sorôs, tas. 
DE LUC Y. — Commune dans le dép. de l'Yonne, arr. d 'Aval- 
Ion, et seigneurie en Normandie, érigée en 1486 en fa- 
veur de Le Roux. Vient de lux, lumière, 
DE LUGNY. — Bourg de Bourgogne, dép. de Saône-et-Loire, 

à 3 lieues de Mâcon; village dans le Pas-de-Calais, et 

baronnie dans le Charollais. 
DE LUGO. — De Lugaut, commune du dép. des Landes, arr. 

de Mont-de-Marsan, et Lugos, commune du dép. de la 

Gironde, canton de Belin, arr. de Bordeaux. Lugo, 

dérive du grec lugos, osier, pressoir. 
DE LUSÂS. — Lussas, commune du dép. de la Dordogne, 

canton et arr. de Nontron. De lux, lumière. 
DE LUSERET. — De Luzeret, commune du dép. de l'Indre, 

canton de Saint-Gaultier, arr. de Blanc. De luisir, 

briller, luire. 
DE LUTH. — De Delut, dans le dép. de la Meuse, arr. de 

Montmédy. Lut, sorte de bois, terre à potier. 
DE LUSIGNAN. — Seigneurie de Guyenne, érigée en 1618 

en faveur de de Lusignan, à 5 lieues de Poitiers, aussi 

ville du dép. de la Vienne. Vient de lus, lumière. 
DELVILLE.— D'Elleville, dans la Beauce, près de Chartres. 

Ville, ferme, village. 
DELZARD. — D'Elzes, dans le Bas-Languedoc, diocèse 

d'Uzès. Vient de zardre, éparvin. 
DELZENNE. — D'Elzing, commune du pays Messin, près de 

Metz. 

DE MAGNAC. — Ville et seigneurie de la Basse-Marche, dép. 



[ 195 ] 

de la Haute-Vienne à 1 lieue de Dorât et à 3 lieues de 
Bellac. Magnac de magnus, grand. 

DE MAISONCELLE. — Seigneuries dans la Brie, dans le 
]\Iaiue et en Normandie. Celle de Normandie fut érigée 
en 1775 pour De Hamel. Maisoncelle, vieux mot, qui 
signifiait une petite maison. 

DE MAISONNEUVE. — Seigneuries en Poitou et dans le 
Berry, et communes dans la Bourgogne, le Jura, la 
Mayenne, et la Haute-Saône. Maisonneuve, manoir neuf. 

DE MALLERAY. — Malleraye, cliâtellenie de Normandie, 
sur le bord de la Seine, au pays de Caux. De maler, 
tourmenter. 

DE MANCHON. — De Démange, dans le dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Manchon, manche de la charrue, gar- 
niture de la manche. 

DE MANTETH. — De Mantet, dans le Roussillon, diocèse de 
Perpignan. De mant, message, commandement. 

DE MANTH. — Mant, commune du dép. des Landes, canton 
d'Hagetmau, arr. de Saint-Sever. De mant, message. 

DEMARAIS, DEMARAY. — Marais, commune en Artois, 
diocèse d'Arras. Maray, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Troyes. De marre, houe. 

DE MARBRE. — Marbre, cylindre sur lequel s'enveloppe le 
cordage qui fait mouvoir la barre du gouvernail. 

DE MARBRELLE. — Marbrel, marbre de la roue qui fait 
mouvoir une cloche, la cloche elle-même. 

DE MARCHAIS. — Commune de la Brie, diocèse de Sois- 
sons, et seigneurie en Picardie, érigée en 1566 pour De 
Proisy. Marchais ou mare, eaux accumulées dans les 
terrains bas et y sèchent sous les rayons du soleil. 

DE MARENNE. — Seigneurie du Berry, érigée en 1618 en 
faveur de Gigault, ville du dép. de la Charente-Infé- 
rieure, et commune du dép. de l'Isère, arr. de Vienne. 
Marene, cerise aigre. 

DE MAREUIL. — Seigneurie en Bretagne, et bourgs du 
Poitou, sur la Laye, et dans le Périgord, à 4 lieues de 
Nontron. 



[ 196 ] 

DE MARÎLLAC. — Ville de la Charente, canton de La 
Rocliefoucault, arr. d 'Angoulème. De marille, registre. 

DE MARLE. — Seigneuries de Bretagne et de Picardie. 
Vient de maria, marne. 

DE MARSAC. — Seigneurie dans le Rouergue, érigée en 
1690 pour De Maulmont, et bourg du Périgord, remar- 
quable par une fontaine qui a son flux et reflux. De 
raarse, flétrie, fanée. 

DE MARTIGNY. — Comté du Barrois, érigé en 1725 en 
faveur de du Hau, et seigneurie en Champagne, érigée 
en 1600 en faveur de Choiseul. De martinerie, usine. 

DE MASSOINGS. — Massoins, ville des Alpes-Maritimes, 
arr. de Puget-Théniers, canton de Villars-du-Var. Mas- 
soings, mausoin, mauvais soin, mauvaise administration. 

DEMASY. — Mazy, seigneurie de Picardie, érigée en 1680 
pour De Frémont. De mas, maison de campagne. 

DE MAUBUISSON. — Seigneuries de Bretagne et de Picar- 
die. Maubuisson, mauvais buisson. 

DE MAUPRE. — Maupret, dans la Franche-Comté, diocèse 
de Besançon. Mauprest, qui n'est pas préparé. 

DE MAY. — Seigneurie en Normandie, et bourg d'Anjou, 
dép. de Maine-et-Loire, à 8 lieues de Montreuil. Mai, 
branches vertes, colonnade de menuiserie. 

DE MAZE. — Bourg du dép. de Main-et-Loire, canton de 
Beaufort. Maset, tenure sur laquelle s'élevait une orai- 
son. 

DEMELLE. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Niort. Melle, boucle, anneau. 

DEMELLIS. — De Meilly, commune de la Côte-d'Or, arr. 
de Beaune. Meslis, étoffe de laine rouge, mêlée, combat. 

DEMENU.— Menu, bourg de l'Ile-de-France, dép. de l'Oise, 
à 5 lieues de Beauvais. Menu, aveu et dénombrement fait 
au seigneur des héritages en terres et rentes foncières, 
sujets à un rachat. 

DE MERI. — Communes des dép. de l'Oise et de Seine-et- 
Marne, et Merie, seigneurie érigée en 1600 pour la 
Mouche. Méri, œsophage. 



[ 197 ] 

DEMERLE. — Seigneuries en Anjou, en Auvergne et dans 

le Comtat-Venaissin. Merle, sorte d'étoffe, une nèfle. 
DEMERS. — De Mers, communes du dép. de l'Indre et de la 

Somme. Mers, marchandise. 
DE MERU. — Ville de Picardie, arr. de Beauvais, dans le 

dép. de l'Oise. 
DE MERVILLE. — Bourg situé sur les confins de l'Artois, 

sur la Lis, et seigneurie de Normandie, érigée en 1463 

pour De Vaux. Merville, merveille. 
DEMESLE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1556 pour 

Du Chastel, et bourg du Perche, à 4 lieues d'Alençon. 

Mesle, mélange, méteil. 
DEMET. — De Mestes, commune du dép. de la Corrèze, arr. 

d'Ussel. Met, pétrin, huche, vase. 
DEMETELIN. — Metelin, île de l'Archipel, au nord de l'île 

de Scio. De mesteil, blé mêlé de seigle. 
DEMÈTRE. — Mestre, commune du dép. de la Corrèze, can- 
ton et arr. d'Ussel. Mètre, mesure de quatre boisseaux, 

un franc. 
DEMETRIE. — V. De la Métrie. 
DEMEULES. — Meulles, commune du dép. de Calvados, arr. 

de Lisieux, canton d'Orbec. Meule, petits paquets de lin 

liés pour le rouissage. 
DEMEURANT. — De Demeur, en Armagnac, diocèse d'Auch. 

Vient de meure, pointe de l'épée. 
DEMEY. — Commune du dép. de la Moselle, dans le pays 

Messin, arr. de Metz. Mée, huche. 
DE MEZY. — Mézy-sur-Seine, seigneurie dans le Vexin. 

Mézy-Moulins, commune du dép. de l'Aisne, arr. de Châ- 
teau-Thierry. Mésil, méteil. 
DE MILLETS. — De Millet, seigneurie en Languedoc, érigée 

en 1580. Millée, millet bouilli au lait, et millet, maladie 

de la bouche chez les enfants. 
DE MINES. — Seigneurie en Bourgogne, érigée en 1659 en 

faveur de Rochefort. Mine, minéral, souche, minium. 
DE MIRAY. — Miré, commune du dép. du Maine-et-Loire, 



[ 198 ] 

arr. de Segré. Miré, terme de chasse, se dit d'un sanglier 
vieilli, dont les défenses sont recourbées en dedans. 

DE MITRE. — Bourg des Bouches-du-Rhône, arr. d'Aix, et 
Mistre, dans la Gironde, commune de Lacanau. 

DE MITRE. — De Mitry, dans le dép. de Seine-et-Marne, arr. 
de Meaux. De mitrer, mettre une mître. 

DE MOLE. — Mole, commune du dép. du Var, arr. de Dra- 
guignan, et seigneurie en Provence, érigée en 1540 en 
faveur de Boniface. Mole, modèle, moule, monture, botte 
d'osier, forte muraille ou terrasse qu'on oppose à l'im- 
pétuosité de la mer pour la sécurité des ports. 

DEMOLIERS. — De Moliez, dans le Bas-Languedoc, diocèse 
de Mende, parlement de Toulouse, et Mollets, dans le 
dép. des Landes, arr. de Dax. Molier, tailleur de meules 
à moulin, tenancier d'un moulin. 

DEMON, DEMOND. — V. Desmond. 

DEMONCEAU. — Seigneuries de Flandre et de Picardie. 
Moncel, petit mont. 

DE MONCEAUX. — Seigneuries de Bourgogne, de l'Ile-de- 
France et de Normandie. 

DE MONCEL. — Seigneurie de la Champagne, érigée en 
faveur de Montagnac, et communes des dép. de la 
Meurthe et des Vosges. V. Monceau. 

DE MONGARON. — De Montgeron, commune du dép. de 
Seine-et-Oise, arr. de Corbeil. 

DE MONIC. — De Moniac, dans l'Agenois, parlement de 
Bordeaux. Demonique, démoniaque. 

DE MONMARQUÉ. — Montmarquet, commune du dép. de 
la Somme, canton d'Hornoy, arr. d'Amiens. Marquet, 
sorte de chien. 

DE MONREDON. — Montredon, commune du dép. du Lot 
et seigneurie du Rouergue, de 1683. Redon, rondin, gros 
bâton de fagot. 

DE MONREPOS. — Seigneurie en Guyenne, érigée en 1758, 
en faveur de Jausselin de Brassay. Repos, lit. 

DE MONSÉGUR. — Ville du dép. de la Gironde, arr. de la 
Réole, et communes du dép. des Landes, de Lot-et-Ga- 
ronne, des Basses-Pyrénées. 



[ 199 ] 

DE MONTAY. — Commuiie du dép. du Nord, canton de 
Catteau, et Montay, seigneurie en Touraine, érigée en 
1500 en faveur de Chesneau. Montée, quantité d'eau 
montée d'un puits salin pour faire le sel, monture, pro- 
motion. 

DE MONCHARVAUX.— Montcharvot, com. du dép. de la 
Haute-Marne, canton de Bourbonne, arr. de Langres. 

DE MONTEL. — Commune du dép. du Puy-de-Dôme, arr. 
de Riom. Montel, pour monticule. 

DE MONTELEON. — De Monthelon, communes des dép. de 
la Marne et de Saône-et-Loire. 

DE MONTESSON. — Seigneurie en Champagne, érigée en 
1650 en faveur de Legros. Tesson, partie latérale d'un 
pressoir. 

DE MONTEUIL. — Commune dans le Dauphiné, diocèse de 
Vienne. De monteux, montueux. 

DE MONTGAILLARD. — Bourg de l'Ariège à 1 lieue de 
Foix; autre du même nom dans le dép. des Landes, à 
2 lieues de Saint-Sever, De mont, monde, et de gaillard, 
gai, joyeux. 

DE MONTIGNY. — Nombreuses seigneuries de ce nom en 
Bretagne, en Bourgogne, en Normandie, en Poitou, en 
Picardie, en Lorraine. De montigneus, sorte de poisson. 

DE MONTMAGNY. — Montmagny, seigneurie de la Bour- 
gogne, érigée en 1597 pour Huault. Montmagny vient 
de mons, mont, et de magnus, grand, élevé. 

DE MONTMÉDY. — Ville du Luxembourg français, et du- 
ché de Carignan, sur le Cher, dép. de la Meuse. De mont, 
et de médy, médecin. 

DE MONTPELLIER. — Ville du Bas-Languedoc, près de 
la rivière de Lez, à 2 lieues de la mer, et commune de 
la Charente-Inférieure, canton de Gémozac. De pellier, 
fabricant de pelles. 

DE MONTROCHEAU. — De Montroche, seigneurie de la 
Basse-Marche, érigée en 1550 pour De Carbonnières. 
Rochaut, labre, genre de poisson appelé aussi vieille de 
mer. 



[ 200 ] 

DE MONTROSE. — De Montrozier, commune du dép. de 
l'Aveyron, canton de Bozouls, arr. de Rodez. 

DE MONVIEL. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne, 
canton de Cancon, arr. de Villeneuve. Monviel, mon 
vieux. 

DE MORAS. — Seigneurie et bourg du Dauphiné, dans le 
dép. de la Drôme, à 3 lieues de Saint-Vallier. V. Mo- 
rasse. 

DE MORE. — Village de Bourgogne, à 1 lieue de Bar-sur- 
Seine. More, fourrure de petit gris, marais, tourbière, 
pointe de l'épée. 

DE MOSNY. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1661 
pour De l'Angle. Monil, collier. 

DE MOUCHY. — Seigneurie de Picardie, érigée en 1700 en 
faveur de Papin. De moucher, espionner. 

DE MOULIN. — Moulin, seigneuries en Bourgogne, dans le 
Limousin, et en Lorraine, commune du dép. de l'Aisne, 
et ville de l'Allier. Vient du grec mule, meule, moulin. 

DE MOYRES. — De Moyré, seigneurie en Anjou, érigée pour 
d'Hardouin en 1707. Moyre, de moer, marais, terre à 
tourbe. 

DE MUSSEAUX. — Commune du dép. de la Meuse, en Lor- 
raine, canton de Revigny, arr. de Bar-le-Duc. De moussé, 
émoussé, velu, moussu. 

DE MUY. — Seigneurie en Provence qui remonte à 1279. 
Muy ou muid, grande mesure de liquides de 280 pintes. 

DE NANTHOIS. — Nantois, commune du dép. de la Meuse, 
canton de Ligny, arr. de Bar-le-Duc. Nantois, qui est de 
Nante ou du Nantois. 

DE NARCY. — Communes du dép. de la Nièvre et de la 
Haute-Marne. 

DENEAU. — De Neau, gros village dans les Pays-Bas d'autre- 
fois, situé à 2 lieues de Limbourg, et Neau, dans le dép. 
de la Mayenne, arr. de Laval. V. Neau. 

DENECHAUD. — De Nechers, bourg dans l'Auvergne, dio- 
cèse de Clermont. De dénicher, découvrir la demeure de 
quelqu'un, ou de nichier, séjourner. 



[ 201 ] 

DENELLE. — Nelle, seigneurie en Normandie, érigée pour 
De Chevenelles. 

DE NEUVILLE. — Seigneuries en Bretagne, en Picardie, 
dans le pays Chartrain, dans le Lyonnais, et dans le 
Beauvaisis. De neuffile, ruban de fil. 

DE NEUVILLET. — Neuvillette, communes des dép. de la 
Somme et de la Sarthe. Neuviller, ville du dép. du Bas- 
Rhin et bourg de la Meurthe, à 5 lieues de Nancy. 

DE NE VERS. — Comté du Nivernais, érigé en l'an 1000 
pour De Nevers. 

DENIAU. — Niau, seigneurie du Nivernais, érigée pour De 
Saulieu, en 1644. Nieau, nichée. 

DENIBEL. — Nibelle, commune dans le dép. du Loiret, arr. 
de Pithiviers, canton de Beaune. De nieble, sorte d'oi- 
seau de proie. 

DENICOUR. — De Denicorps, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 1300 pour De Cotentin. De nicore, abomination. 

DENIEZ. — De Deniers, seigneurie en Artois, de 1700. Niée, 
nichée, couvée, quantité. 

DENIGER. — De Denicé, commune du dép. du Rhône, arr. 
de Villefranche. Niger, vieux mot qui se disait pour 
nigauder. Vient de nugari, badiner. Nigée, nichée. 

DE NIORT. — Niort, ville située à 14 lieues de Poitiers, 
dans le dép. des Deux-Sèvres, et Niort, communes des 
dép. de l'Aude et de la Mayenne. Niort s'emploie dans 
l'expression prendre le chemin de niort, pour dire nier. 

DENIS. — De Denney, commune de Belfort, canton de Fon- 
taine. Denis, nom propre. 

DE NIVELLE. — Nivelle, ville du dép. du Nord, canton de 
 Saint-Amand, arr. de Valenciennes. Nivelé, neige. 

DE NIVERVILLE. — Seigneurie canadienne, comprise dans 
la ville des Trois-Rivières, aussi appelée Champflour. 

DE NOGENT. — Seigneurie de l'Ile-de-France, érigée en- 
1383 pour De Beaumont. De noge, jeune bête bovine. 

DE NOM. — Village situé près de Villefranche. Nom, nom 
d'homme. 

DENONCOURT. — De Noncourt, seigneurie en Lorraine, 



[ 202 ] 

érigée pour De Combles en 1696. De noncure, négligence. 

DENONVILLE. — Denonville, communes du dép. de Seine- 
et-Marne et des Vosges. 

DE NORAY. — Norrey, commune du dép. du Calvados, et 
Norray dans le Barrois. 

DE NORMANVILLE. — Communes des dép. de l'Eure et de 
la Seine-Inférieure. 

DE NOTE. — Noth, commune du dép. de la Creuse, arr. de 
Guéret. Note, chant, édit, tache, notoriété. 

DE NOUE. — Seigneuries en Normandie, en Touraine et 
dans le Berry. Noue, terre humide et grasse, tuile faite 
en demi canal pour permettre à l'eau de s'écouler. 

DE NOYAN. — Noyant, seigneurie en Normandie, érigée 
pour Payen en 1544, et Noyan-sur-Sarthe, seigneurie 
dans le Maine. Noyant, a donné origine au mot néant, et 
signifie un quidam, un homme quelconque. 

DE NOYELLE. — Seigneurie en Picardie, dans le dép. du 
Pas-de-Calais, érigée pour Picquet en 1700. Devint mar- 
quisat. Noiel, bouton, nielle. 

DE NOYON. — Noyon-sur-Andelle, seigneurie et ville de 
Picardie, située à 7 lieues de Laon et de Soissons. Noyon, 
lieu creux où, quand la boule arrive, on perd son coup, 
en terme de jeu de boule. 

D 'ENTREMONT. — Commune de la Haute-Savoie, arr. de 
Bonneville. Entremont, ce qui est entre les montagnes. 

DEOM, DEON. — De 0ms, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Céret. Dérive de Deum, accusatif de Deus, Dira. 

DEOUST. — Oust, rivière de Bretagne, qui se jette dans la 
Vilaine, et ville du dép. de l'Ariège, arr. de Saint- 
Girons. 

DEPAIN. — Communes dans le Berry et dans le Bourbon- 
nais. Pain, en vieux français, se disait pour boisseau. 

DEPAIRON. — Pérou, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Gex. Pairons, les deux pennes des ailes, le père et la 
mère. 

DE PARFOURRU. — Parfouru-l'Eclin, seigneurie de Nor- 
mandie, érigée en 1391 pour De Parfouru. De parfouir, 
creuser profondément. 



[ 203 ] 

DE PAROY. — Seigneurie de la Brie-Champenoise devenue 
marquisat en 1685. Paroy, vieux mot qui signifiait mu- 
raille. Vient de paries. 

DEPATIE, DEPATIS. — Seigneurie dans le Vendômois, éri- 
gée en 1774 pour De Serignac, et le Pâtis-Saint-Nieolas, 
près Angers. Patis, pâture, maigre, inculte. 

DEPAUL. — Paul, ville du Languedoc, sur l'Egli, et Paule, 
commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de Guingamp. 
Paul, nom d'homme. 

DE PEIRAS. — Peirat, commune du dép. de la Creuse et 
de la Haute-Vienne. 

DE PELTEAU. — Pelletot, commune du dép. de la Seine- 
Inférieure, canton de Longueville, arr. de Dieppe. Pel- 
teau veut dire petit bouclier, léger et très maniable. 
Vient de pelta, pelte. 

DEPENCIER. — De Pencey, en Champagne, diocèse de Toul 
ou de Pancé, dans le dép. d 'Ille-et- Vilaine, arr. de Redon. 
Depencier, dépensier. 

DE PENETIÈRE. — De Pennesière, commune du dép. de 
la Haute-Saône, canton de Rioz, arr. de Vesoul. Penne- 
tière, vieux mot, pour dire panetière, bourse à bergers, 
faite comme une fronde. 

DE PERTEAU.— De Pert, en Normandie, diocèse de Bayeux. 
Perteau, dim. de pert, perte. 

DE PLACE. — Bourg du Maine, à 3 lieues de Mayenne, et 
seigneurie de Normandie et dans le Lyonnais. Place, 
calvitie. 

DE PLAINE. — Plaine, bourg en Anjou, dans le dép. de 
Maine-et-Loire, et commune du dép. des Vosges, canton 
de Saales, arr. de Saint-Dié. Plaine, étendue de pays plat 

DE PLAQUE. — De Plœuc, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de Saint-Brieuc. Plaque, ancienne monnaie de cuivre à 
valeur variable. 

DE POITIERS. — Ville et capitale du Poitou, dép. de la 
Vienne. Poitiers, potier. 

DE POIX. — Seigneuries de Champagne et d'Artois. Poi, 
petit, faible. 



[ 204 ] 

DE POMMERAY. — Commune du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. de Cholet. Pommeraie, lieu planté de pommiers. 

DE PONT. — Seigneuries en Bretagne et en Dauphiné. Pont, 
pommeau de l'épée. 

DE PORTEAUX. — De Portant, seigneurie en Anjou, érigée 
en 1665, en faveur de Gibot. Portaux, portes. 

DE PORTNEUF. — Seigneurie dans la Province de Québec, 
érigée en faveur de M. de Portneuf. De port, défilé, et 
neuf, nouveau. 

DE POULIGNY. — Seigneurie du Nivernais, érigée en 1667 
pour De Reugny. De poulier, hisser au moyen d'une 
poulie. 

DE PRADAL. — Commune du dép. de l'Hérault, canton de 
Bédarieux, arr. de Béziers. Pradal, dim. de prade, prai- 
rie. 

DE PRÉCILLON. — Commune du dép. des Basses-Pyré- 
nées, canton et arr. d'Oloron. De précier, priser, appré- 
cier. 

DE PROUVILLE. — Commune du dép. de la Somme, canton 

de Bernaville, arr. de Doullens. De provaille, preuve, 

provision. 
DEPUI. — Puix, seigneurie du Perche, et commune du dép. 

du Haut-Rhin, arr. de Belfort, et Puid, com. du dép. des 

Vosges, canton de Senones. Pui, montagne, colline, 

coteau. 
DE PUISEAUX. — Ville dans l'Orléanais, parlement de 

Paris. De puiset, petit puits. 
DE PUTOT. — Seigneurie en Normandie, érigée pour d'Her- 

bouville en 1545. Putot, de putel, bourbier, mare. 
DE PUYBARD. — De Pont-de-Barret, commune du dép. de 

la Drôme, arr. de Montélimart. Nom composé de puy, 

montagne, colline et de bard, bois façonné à la varlope 
DE QUERA. — Queyras, village dans les Hautes-Alpes, arr. 

de Briançon. De quereor, celui qui va à la recherche. 
DE QUILIEN. — De Quily, commune du Morbihan, canton 

de Josselin, arr. de Ploërmel. De quillet, gentil. 
DE QUIN. — Quins, commune du dép. de l'Aveyron, arr. do 

Rodez. Quin, singe. 



[ 205 ] 

DE QUINDRE. — De Quinte, ville et dépendance d'Angers. 
Il y avait cinq Quintes. 

DE QUAY. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de 
Lannion et de Saint-Brieuc. Quay, moyen, ressource. 

DE RAINVILLE. — Rainville, ville du dép. des Vosges, 
canton de Châtenois, arr. de Neufchâtel. Rain, branche, 
ramée, lisière d'un bois. 

DE RAMEZAY. — V. Ramesay. 

DE RASPE. — De Rapey, commune du dép. des Vosges, arr. 
de ]\Iirecourt. Raspe, futaie, grosse branche. 

DE RASTEL. — De Ratenelle, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, arr. de Mâcon. Rastel, herse d'une porte de ville, 
sorte de poire, candélabre. 

DE RAVENELLE. — Ravenel, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1696 pour Gouin. Ravenelle, fleur jaune du prin- 
temps, connue sous le nom de giroflée. 

DERBANNE. — De Derbamont, dans le dép. des Vosges, arr. 
de Mirecourt. D'erbet, herbe. 

DERBEVILLE. — D 'Erbéviller, commune du dép. de la 
IMeurthe, arr. de Nancy. 

DERDEVENS. — D'Erdevens, commune du dép. du Morbi- 
han, canton de Belz, arr. de Lorient. Erdevens pour 
erdevance, redevance, rencontre. 

DERE. — Rey, commune du dép .de l'Aveyron, canton de 
Montbazens, et Ré, île du golfe de Gascogne, dans la 
Charente-Inférieure. Desré, faute, désordre, dommage. 

DEREAU. — D'Erau, rivière du Languedoc, qui se jette 
dans la Méditerrannée, et Reau, commune du dép. de 
Seine-et-Marne, canton de Brie, arr. de Melun. Reau 
signifie trou. 

DE RÉMIGNY. — Villes des dép. de l'Aisne et de Seine-et- 
Loire. 

DEREMOND. — Seigneurie dans le Berry diocèse de Bourges, 

Remont, surenchère. Remond, de remonde, ramille. 
DE REMONCHÀMP. — Ramonchamp, commune du dép. des 
Vosges, à 4 lieues de Remiremont. Remonchamp, champ 
de ramilles. 



[ 206 ] 

DE RÉMY. — Bourg de l'Oise à 2 lieues de Clermont en 
Beauvoisis, et bourg d'Auvergne, dép. du Puy-de-Dôme, 
à 1 lieue de Thiers. Remiz, passereau. 

DE RENNES. — Rennes, ville de la Haute-Bretagne, sur 
la Vilaine, commune du dép. du Doubs, canton de Quin- 
gey, arr. de Besançon, et Rennes dans le Languedoc. 
Renne, mammifère des contrées du Nord. 

DE RENOM. — Renung, bourg du dép. des Landes, arr. de 
Saint-Sever. Renom, surnom, fête, et renon, sorte de 
manteau. 

DE REPENTIGNY. — Commune du dép. du Calvados, can- 
ton de Cambremer, arr. de Pont-l'Evêque. Dérive du 
latin repentinus, prompt, subit. 

DE RER. — Rets, seigneurie normande, de 1550. V. Deré. 
Ré, bûcher, four, ou de rez, mesure rase, botte, faisceau, 
pelure, niveau. 

DEREUX. — Reux, seigneurie en Normandie, érigée pour 
De Meurdrac, en 1458. Reux veut dire rhubarbe. 

DE RICHEBOURG. — Seigneuries en Artois, en Touraine et 
en Normandie. Richebourg, bourg riche. 

DE RICHEVILLE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 pour de Jeslin. Richeville, ville riche. 

DERICOURT. — Ricourt, commune du dép du Gers, canton 
de Marciac, arr de Mirande. De ricouart, fortification 
en terre. 

DERIEN. — Rian, commune du dép. du Var, arr. de Bri- 
gnoles. Rien, chose, être, personne. Derrien, dernier. 

DERIEUX. — Rieux, ville du Haut-Languedoc, sur la Rise, 
et ville de l'Aude, à 4 lieues de Carcassonne, et com- 
munes de Picardie, de Bretagne et de Normandie. 

DE RIGAULT. — Rigaud, commune du dép. des Alpes-Ma- 
ritimes, arr. de Puget-Théniers. Rigaut, gueux, misé- 
rable. 

DE RIGNY. — Bourg du dép. de l'Aube, sur la Vanne, à 8 
lieues de Troyes, et plusieurs autres. 

DE RINON. — V. De Renom. Dérive de rine, tour, manière 
d'agir. 



[ 207 ] 

DERNY. — D 'Erny, commune du dép. du Pas-de-Calais, can- 
ton de Fauquemberque, arr. de Saint-Omer. D'ernuer, 
se cabrer ou de derne, morceau. 

DEROCHE. — Seigneuries en Bourgogne, en Champagne et 
dans le Dauphiné. V. Laroche. 

DE ROCHEBLAVE. — Nom composé de roche, châteaufort, 
et de blave, pâle. 

DE ROCHEMOND. — Commune sur les confins de l'Au- 
vergne, diocèse de Limoges. Vient de roche, châteaufort 
et de mont, tas, monceau. 

DEROGE. — De Roger, seigneurie en Rouergue, érigée en 
1746 pour De Bourrau. Rogé vient de roge, rempart. 

DE ROIGNY. — Rogny, seigneurie en Picardie, «t commune 
du dép. de l'Yonne, arr. de Joigny. De roie, filet de 
pêche. 

DE ROISSY. — Village de la Brie-Parisienne, dép. de Seine- 
et-Marne, à 2 lieues de Lagny. 

DEROME, DE ROME. — D'Erome, canton du dép. de la 
Drôme, arr. de Valence, ou de Rome, commune du dép. 
des Deux-Sèvres, canton de Chenay. Eromme, calamité. 

DE ROMPRE. — Romprey, en Bourgogne, diocèse de Langres, 
parlement de Dijon. De romperie, rupture, et derompre, 
briser, torturer. 

DE ROQUEMAURE. — Bourg du Bas-Languedoc, à 5 lieues 
d'Uzès, et ville dans le dép du Tarn. Ce mot est composé 
de roque, châteaufort, et de maure, qui est de l'ancienne 
Mauritanie. 

DEROSE. — Roze, en Normandie, parlement de Rouen. 

DEROSETTE. — Rozette, en Franche-Comté, parlement de 
Besançon. Rosete, petite rose, sorte de vin. 

DEROSIER. — Commune du dép. de la Corrèze, arr. de Tulle, 
canton d'Egletons et de Juillae. Rosier, jardin rempli de 
roses, dette non payée. 

DE ROSTAING. — Comté dans le Blaisois, érigé en 1634 
en faveur de Rostaing. De rost, chaleur brûlante. 

DE ROSY. — Rosis, commune du dép. de l'Hérault, arr. de 
Béziers. De rosir, devenir rose. 



[ 208 ] 

DEROUEN. — Rouen, ville de la Seine-Inférieure. Rouain, 
ornière. 

DEROUET. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1668 pour 
de la Belaudière, et communes des dép. de l'Aveyron et 
de l'Hérault. Rouet, roue d'engrenage. 

DEROUIN. — De Rouine, lieu du dép. des Basses-Alpes, 
commune de Draix. En Normandie on appelle dérouine 
une sorte de hotte semblable à une chaise, sur laquelle 
les rétameurs installent leurs outils lorsqu'ils vont chi- 
ner, et rouinne, outil de sabotier. 

DEROUSSEAU. — V. Desrousseaux. 

DEROUSSEL. — V. Desroussel. 

DEROUSSON. — Commune du dép. du Gard, arr. d'Alais. 
De roussoier, roussir. 

DE ROY. — Roye, ville de la Picardie, dép. de la Somme, à 
4 lieues de Montdidier, et commune du dép. de la Haute- 
Saône, arr. de Lure. V. Roy. 

DE ROYBON. — Bourg du Dauphiné, dép. de l'Isère, à 9 
lieues de Grenoble. Roybon, bon roi. 

DEROYON. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, canton de 
Fruges, arr. de Montreuil. Royon signifie royal. 

DERUE. — Rue, ville du dép. de la Somme, sur la Maje, à 
3 lieues d'Abbeville. Erue, roquette, ancienne fusée de 
guerre. 

DERUME. — De Rumaisnil, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Amiens. De rume, fosse. 

DERVAUX. — De Derval, bourg du dép. de la Loire-Infé- 
rieure, arr. de Châteaubriant. De dervée, lieu planté de 
chênes. 

D 'ERVILLIERS. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, can- 
ton de Croisilles, arr. d'Arras. 

DÉRY. — D'Ery, bourg dans la Champagne, diocèse de 
Langres, parlement de Paris. Déri, déluré, avancé. 

DERYZY. — D'Erize, commune du dép. de la Meuse, arr. de 
Bar-le-Duc. 

DESABRAIS. — Des Abrets, bourg du dép. de l'Isère, arr. 
de la Tour-du-Pin. Sabrée, pluie torrentielle. 



[ 209 ] 

DE SAILLY. — Ville de Champagne, dans la Haute-Mame, 
et seigneuries de Bourgogne, de Normandie et de Picar- 
die. Saillie, sortie, course. 

DE SACQUEREY. — De Sacqueney, seigneurie en Bour- 
gogne, érigée en 1710. Sacquerée, endroit où l'on remi- 
sait les sacs. 

DE SAINT-AGNAN. — Commune du Berry, à 3 lieues de 
Romorantin. 

DE SAINT-NICOLAS. — Seigneurie de Normandie, érigée 
en 1463 pour de Juvigny. 

DE SAINT-OURS. — Saint-Ours, communes dans le dép. du 
Puy-de-Dôme et de la Savoie. 

DE SAINT-PAIR. — Seigneurie de Normandie et ville de 
la Picardie, sur la rivière de Poix, érigée en duché- 
pairie sous le nom de Gréqui en 1652. Pair, chaudron. 

DE SAINT-PIERRE. — Bourgs en Saintonge, dans le dép. 
de la Manche et dans le Périgord. Pierre, prison. 

DE SARENE. — Saren, bourg du Loiret, à 2 lieues d'Orléans, 
Araine, ciment. 

DE SAIVE. — Saivre, bourg du Poitou, dép. des Deux- 
Sèvres, à 1 lieue de Saint-Maixent. Salve, sorte de mon- 
naie. 

DE SALES. — Seigneurie en Gascogne, érigée en 1780, 

DE SAINT-VINCENT. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 
1650 en faveur de Charbonneau, et seigneurie du Lan- 
guedoc, érigée en 1753 pour De Blanquet de Rouville, 
seigneuries du Poitou et de la Provence. 

DE SALINE. — Sallinnes, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1700 pour de la Chapelle. Saline, endroit où l'on fa- 
brique le sel. 

DE SALLE. — Salle, en Picardie, seigneurie érigée en 1700 
pour De Matifas. Salle, sauge. 

DESALEURS. — De Saleux, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Amiens. Saleur, saloir. 

DESALLIERS. — Salliez, ville du Béarn, dans les Basses- 
Pyrénées, à 3 lieues d'Orthez. Sallier, salière, salaire. 

DESAMBOR. — Sambor, ville des Etats-Autrichiens, dans 

14 



[ 210 ] 

la Gallicie, ou de Sambourg, commune du dép. de 
l'Yonne, arr. de Tonnerre. De samble, ou chanvre. 

DESANG. — Sans, seigneurie en Provence, érigée pour de 
Meyraur en 1748. 

DE SANTERRE. — Ville de Picardie, dép. de la Somme. 

DE SANTES. — Commune du dép. du Nord, arr. de Lille. 
De sanitas, santé. 

DESARDEAU. — De Sardos, communes des dép. de Lot-et- 
Garonne et de Tarn-et-Garonne. Dérive de sarde, sar- 
doine. 

DESAULNIERS. — De Saulnières, corn, des dép. d'Eure-et- 
Loir et d'Ille-et- Vilaine. Saulnier, lieu où l'on vend le 
sel. 

DE SAUREL. — V. Sorel. 

DESAUTELS. — De Sautel, commune du dép. de l'Ariège, 
canton de Lavelanet, arr. de Foix. Sautele, petit saut. 

DESAVIER. — De Savières, commune du dép. de l'Aube, 
canton de Méry. Avier, faire vivre, protéger la vie. 

DESBARATS. — D'Esbarres, commune de la Côte-du-Nord, 
arr. de Beaune. Barat, signifie mensonge, fourberie, et 
esbare, barre, lice. 

DESBARDES. — V. Barde. Barde, bat, selle, instrument de 
charpentier. 

DESBARTCH. — D'Esbareich, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnères-de-Bigorre. D'esbat, coup. 

DES BERGÈRES. — Bergères, commune du dép. de l'Aube, 
canton et arr. de Bar-sur-Aube. Bergère, fille qui garde 
les moutons. 

DESBIENS. — Bians, commune des Basses-Pyrénées, à 2 
lieues de Bayonne, et commune du dép. du Doubs, can- 
ton de Levier, arr. de Portalier. Bian, corvée. 

DESBLES. — Bleys, lieu du dép. du Tarn, canton de Cordes, 
arr. de Gaillac. Blée, champ de blé, moisson, et esblester, 
herser. 

DESBŒUFS. — Bœuf, lieu du dép. de la Loire, commune de 
Saint-Pierre-de-Beuf, arr. de Saint-Etienne, et Beu, sei- 
geurie érigée en comté en 1657 pour Hurault de l'Hôpi- 
tal. Vient d'esbofir, pouffer. 



[ 211 ] 

DESBOIS. — Les Bois, seigneurie en Artois, érigée en 1466 
pour d'Applaincourt. Vient d'esboer, effrayer, tourmen- 
ter. 

DESBORDES. — Les Bordes, seigneuries en Auxois, dans le 
Nivernais, en Normandie et en Poitou. Desborde signifie 
foule. 

DESBRIEUX. — Brieux, ville de la Haute-Bretagne, Côtes- 
du-Nord, et commune de l'Orne, canton de Trun. Brieux, 
congé ou passeport, permission de naviguer. 

DESBUTTES. — Butte, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1696 pour Des Landes. Butte, grand tonneau. 

DESCAILLHAUT. — Commune du dép. de l'Aude, canton 
d'Alaigne, arr. de Limoux. Vient d'escaille, ardoise. 

DESGÂMPES. — Commune du dép. du Tarn, canton de 
Cordes, arr. de Gaillac. Campe, droguet croisé. 

DESCARDONETS. — Seigneurie érigée en 1700 pour Mont- 
morency. Cardonette, fleur d'artichaut. 

DESCARIS. — V. Décary. Esquarri signitie carré, et escarrie, 
quadrature, bataillon carré. 

DESCARREAUX. — Des Carreaux, seigneurie de Norman- 
die, érigée en 1697, ou d'Escarro, eom. des Pyrénées- 
Orientales, arr. de Prades. Vient d'escarrer, polir, 
équarrir, rendre carré. 

DESCAUT, DESCO. — D'Escot, commune des Basses-Pyré- 
nées, arr. d'Oloron-Sainte-Marie. Vient de caut, ruse. 

DESCAYRAC. — D'Esquehéries, com. du dép. de l'Aisne, 
arr. de Verouins. D'esquerre, rechercher. 

DESCELLES. — Celles, seigneurie dans le Périgord, érigée 
en 1580 pour De Beaupoil, et communes dans les dép. de 
l'Aube, de l'Ariège, du Cantal, de la Charente-Infé- 
rieure, du Puy-de-Dôme, de l'Hérault. 

DESCENT. — Commune du dép. de la Seine-Inférieure, can- 
ton de Longueville. Descent, succession, en terme de 
droit. 

DESCHAILLONS. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1668 
pour De Gaudrion, et commune du dép. de la Meuse, 
canton de VigneuUes. Eschaillon, échelle. 



[ 212 ] 

DESCHAL. — Commune du dép .de l'Ain, canton d'Izerhore, 
et commune du dép. de la Sarthe, arr. du Mans. Ghal, 
chevalier. On en a formé sénéchal. 

DESCHALLES. — V. Challes. 

D 'ESCHAMBAULT. — De Cliambau, seigneurie érigée en 
1690 en faveur de Vidaud. Deschamber veut dire lever, 
placer. Esquembaux, sorte de chaussure. 

DESCHAMPS. — Bourg d'Auvergne, dép. du Cantal, et 
Champs, châtellenie en Lorraine, sur la Valogne. Es- 
champ, fuite, subterfuge, faux-fuyant. 

DESCHATELS. Seigneurie en Bretagne, érigée pour 

du Chastel, et communes du Doubs, de l'Yonne, du Jura 
et de l'Allier. 

DESCHAULTS. — Deschaux, dans le dép. du Jura, arr. de 
Dole. Chau, signifie tombé. Vient de chair, choir. 

DESCHÂTELETS.— Seigneurie de Bretagne fondée en 1696 
en faveur de Hay. Châtelet, dim. de château. 

DESCHENAUX. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Château-Thierry. Chenal, courant d'eau bordé de terres 
où un ruisseau peut entrer. 

DESCHÈNE, DESCHÈNES. — D'Eschêne, terrain de Bel- 
fort, canton de Belfort. Vient d'eschené, canal, rigole. 

DESCHEVERY. — Cheverré, commune dans l'Angoumois, 
parlement de Paris. 

DESCLAIRS. — Claires, seigneurie en Languedoc, érigée en 
1700 pour de Barravy. Esclaire, soupirail, lucarne, éclair, 

DESCLUS. — De Clux, bourg dans le dép. de Seine-et-Oise, 
canton de Verdun-sur-le-Doubs, arr. de Chalon. Clut, 
morceau. 

DESCŒURS. — D 'Escœuilles, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Saint-Omer. 

DESCOLOMBIERS. — Seigneurie en Languedoc, érigée en 
faveur de Daleyrac. Colombiers, pièces de bois enden- 
tées qui servent à soutenir un navire quand on veut le 
mettre à l'eau. 

DESCOMPS, — Ville de la Provence, dép. du Var, et sei- 
gneurie du Languedoc, érigée en 1635 pour de Sauvan. 



[ 213 ] 

DESCONGES. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de 

Mamers, canton de Marolles. 
DESCORMIERS. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 1480 

pour De Chambray. 
DESCORMO. — Cormost, en Champagne, diocèse de Troyes, 

et Cormoz, commune du dép. de l'Ain, arr. de Bourg, et 

Cormot, commime du dép. de l'Aube, canton de Bouilly. 
DESCOTEAUX. — Commune du dép. de Seine-et-Oise. Co- 
teau, cotel, cotte de maille. 
DESCOTES. — Les Côtes, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de Vienne. Côte, ancienne contrée du canton de Vaud, 

en Suisse. Cote, degré de parenté, et escote, écot. 
DESCOUDRAYS. — Seigneuries en Bretagne, en Norman- 
die, en Champagne et dans l'Ile-de-France. Coudray, 

lieu planté de coudriers. 
DESCOURBIERES. — Seigneuries en Languedoc et dans le 

Rouergue. 
.DESCROSES. — Seigneuries du Périgord et du Vivarais. 

Vient du verbe escrouser, creuser. 
DESDEVENS. — De la Devansaye, seigneurie en Anjou. 

Desdevens, dedans, intérieurement. 
DESELLES. — Seigneurie dans le Berry, et commune du 

dép. de la Haute-Saône, arr. de Lure. Sele, escabeau. 
DESENNECY. — Sennecey, bourg de Bourgogne, dép. de 

Saône-et-Loire, à quatre lieues de Châlons-sur-Saône. 
DE SENNEVILLE. — Seigneurie en Normandie, érigée en 

1463 pour Hervieu. Sene, assemblée. 
DE SERRES. — Seigneurie en Guyenne, érigée pour Pon- 

deux en 1483. Serre, scie, espadon, montagne, serrure, 

prison, garde. 
DE SERRIAU. — De Serris, commune de Seine-et-Marne, 

arr. de Meaux. Deserré, en vieux français, course, fuite. 
DE SERY. — Commune du dép. des Ardennes, arr. de Rethel. 

Séry, soirée, assemblée du soir. 
DE SEVE. — Village situé à peu de distance de Paris. Sève, 

jus, sauce. 
DESFONDS. — Fons, seigneurie du Languedoc, érigée en 
1717 pour de la Nogarède. Fons, fontaine. 



[ 214 ] 

DESFONTAINES.— Commune dans la Charente-Inférieure, 
commune de Chaillevette. Fontaine, eau, plaie, qua- 
trième dimanche du Carême. 

DESFORETS. — Seigneurie en Normandie, et seigneurie, 
dép. du Nord, arr. d'Avesnes. Forest, sorte d'arbre. 

DESFORGES. — Seigneuries d'Anjou et de Bretagne. Forge, 
idée, invention, ferrage. 

DESFOSSÉS. — Lieu dans la commune de Savigny-sur- 
Bayer, dép. de Loir-et-Cher, et seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1500 pour De Bouexic. D'esfosser, creuser. 

DESFOXJRNAUX. — Les Fourneaux, dans la commune de 
Charonne-sur-Loire, dép. de Maine-et-Loire, et autre 
dans la commune de Vénizy, dép. de l'Yonne. Fournot, 
petit four. 

DESGAGNES. — De Dégagnac, commune du dép. du Lot, 
en Quercy, canton de Salviac, arr. de Gourdon. D'es- 
gaignier, gagner, conquérir. 

DESGEORGES. — Commune dans le Rouergue, diocèse de 
Rhodez. 

D'EGLY. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1690 pour 
Du Monceau de Nollent. 

DESGRANGES. — Les Granges, seigneuries du Poitou, de 
Normandie et de Bretagne, cette dernière de 1668, éri- 
gée en faveur de Barrin. Grange signifie métairie. 

DESGRAVIERS. — Les Graviers, dans la commune de la 
Guerche, dép. du Cher. D'esgraver, enlever le gravier. 

DESGROIZELLES. — De Grézolles, commune du dép. de la 
Loire, arr. de Roanne. 

DESGUERROIS. — Les Guerrots, seigneurie en Normandie, 
érigée en 1557 pour De Bourbel. D'esguerre, contenance 
d'une aiguière. 

DES GUITTES. — De Cuistres, bourg du dép. de la Gironde, 
sur riU, à une lieue de Coutras. Guistre, sorte de mesure. 

DESHAIES. — Les Hayes, commune des dép. de Loir-et- 
Cher, et du Rhône. Eshait, joie, ardeur. 

DESHARNAIS. — De Harnes, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Béthune. Harnois, arme, armure, outil, bagage, 
poids, tumulte. 



[ 215 ] 

DESHERY. — De Dehéries, commune du dép. du Nord, arr. 

de Cambrai. Herry, homme très long. 
DESHETRES. — Des Déserts, commune du dép. de la Savoie, 

arr. de Chambéry. De esestre, être éloigné. 

DESIEVE. — De Sievoz, commune du dép. de l'Isère, arr. de 
Grenoble. 

DESILETS. — D'Islettes, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Verdun, et d'Ihlet, commune du dép. des Hautes- 
Pyrénées, canton d'Arreau. lUaie, lieu planté d'osiers, et 
ilée, raie, trace. 

DESILLES. — Les Isles, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668 en faveur de Brandin, et Ils, commune de Norman- 
die, sur Laison. 

DESILVA. — V. Dassylva. 

DESIMBLIN. — De Saint-Blin, commune du dép. de la 
Haute-Marne, arr. de Chaumont. Simble, fleur de farine. 
, DESINTRE. — Cintré, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1648 pour Huchet. De cintrel, cintre. 

DESIRE. — De Cires, commune de l'Oise, arr. de Senlis. 
Sire, seigneur. 

DE SIVRAG. — Civrac, seigneurie en Guyenne, érigée pour 
Angevin. 

DESJADOU. — De Jauldes, commune de la Charente, arr. 
d'Angoulème. 

DESJARDINS. — Les Jardins, seigneurie en Bretagne, éri- 
gée en 1500 pour le Borgne, et seigneurie en Normandie, 
érigée en 1533 pour du Livet. 

DESHAIT. — De Déhault, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Deshait, découragement, malaise. 

DESJARLAIS. — Des Jarjayes, commune du dép. des Hautes- 
Alpes, arr. de Gap. Jarlais, dérive de jarle, mesure pour 
le vin, grande cuve pour les vendanges. 

DESJEAN. — De Dejointes, dans le dép. du Cher, commune 
de Chassy. Jane, ajonc. 

DESJORDY. — Commune du dép. de l'Aveyron, canton et 
arr. de Villeneuve. Desgordy, amaigri. 

DESLABILLET. — La Billais, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour De France. Labile, fragile. 



[ 216 ] 

DESLANDES. — Commune de la Loire-Inférieure. Landes, 
pays rempli de bruyères et de sablons. 

DESLÂRD. — Laures, seigneurie du Languedoc, devenue 
marquisat en 1747. Lare, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 1667 pour De Boullemer. Eslande, levier, gros 
bâton. 

DESLAURIERS. — V. De Laurier. Laurier, arbre dont la 
tige est unie et sans nœuds. 

DESLIERES. — Lierres, seigneurie en Artois, érigée en 1490 
pour D'Ostrel, et Lierre, en Touraine. Eslier, égayer, 
réjouir. 

DESLIETTES. — Liettres, commune dans le dép. du Pas-de- 
Calais, arr. de Béthune. Liette, cordon, ruban. 

DESLIGNERIS. — Ligneris, seigneurie en Normandie, éri- 
gée en 1470 pour D'Espinay. Vient de ligneraie, champ 
semé de lin. 

DESLOGES. — Les Loges, seigneuries en Normandie et dans 
le Poitou. Loge, abri de feuillage, cabane, boutique, tri- 
bune. 

DESLONGCHAMPS. — Longchamps, seigneuries en Anjou, 
dans le Barrois et dans le Vermandois. 

DESLORIERS. — V. De Laurier. 

DESMAISONS. — Maisons, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1700 en faveur de Bernard. Maison, manoir. 

DESMANCHES. — D'Esmans, commune de Seine-et-Marne, 
arr. de Fontainebleau. Esmanche, emmanchement. 

DESMARCHAIS. — Les Marchais, seigneurie dans le Valois, 
érigée en 1750 pour Des Fossez. Marchais, mare. Vient 
de l'allemand marast, lieu bourbeux, 

DESMARCHAND. — Marchant, seigneurie dans la Bresse, 
qui date de 1263. 

DESMAREST, DESMARETS.— Desmarest, seigneurie dans 
la Brie, érigée en 1558 pour Dauvet, et Les Marets, sei- 
gneuries de Bretagne et de Normandie, la première 
datant de 1696, et l'autre de 1500. Maret, marette, ma- 
rée, petite mare. 

DESMAROLLES. — Marolles, seigneuries du Gatinais, de 
Normandie et de Touraine. 



[ 217 ] 

DESMARQUEST. — Marquay, seigneurie en Picardie, érigée 
en 1467 pour De Lanchy. Marquet, sorte de chien, mon- 
naie vénitienne. 

DESMÂRRE. — Mards, commune du dép. de l'Eure, arr. de 
Bernay, et commune du dép. de l'Aube, arr. de Troyes. 
Vient d'esmarir, chagriner, 

DESMARTEAUX. — De l'Isle-Marteau, en Saintonge, à une 
lieue de Saintes ou de Martot, en Normandie, diocèse 
d'Evreux. Marteau, la centaurée, primevère. 

DESMAZÉS. — De Mazaye, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme, arr. de Clermont, et Mazé, bourg sur la Loire, 
dans l'Anjou. 

DESMELOISES. — Les Meloizes, seigneurie du Nivernais, 
érigée en 1650 pour Renaud d'Avesne. 

DESMEULES. — Meulles, commune dans le dép. du Calva- 
dos, arr. de Lisieux. V. Demeule. 

DESMITTES. — De Mistre, en Gironde, commune de La 
Canau. Mitte, mot dont on se servait pour mesurer le 
sel et le blé, nom d'une monnaie qui avait cours au 14e 
siècle. 

DESMOND. — Desmont, commune du dép. du Loiret, can- 
ton de Puiseaux. D 'esmonderie, bois émondé. 

DESMONT Aïs. — Montet, commune du dép. de l'Allier, arr. 
de Moulins. Montet, dim. de mont, monde, tas, monceau, 
billot. Desmontée, descente. 

DESMONTS. — Les Monts, seigneurie dans le Vésin, érigée 
en 1500. 

DESMOULIERS. — D 'Esmoulières, commune de la Haute- 
Saône, arr. de Lure. Vient d'esmouleur, meule à re- 
passer. 

DESMOULINS. — Esmoulins, commune de la Haute-Saône, 
arr. de Gray. 

DESMUSSEAUX. — Seigneurie de Champagne, érigée en 
1304 pour de Boucher. 

DESNAUX, DESNEAU. — De Desnes, commune du Jura, arr. 
de Lons-le-Saunier. Naux, gros vaisseau, et esne, barque, 
vase à mettre le vin. 



[ 218 ] 

DESNOUX. — D 'Esnouveaux, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Chaumont. Nou, nœud. 

DESNOYERS. — Les Noyers, seigneuries de Champagne et 
de Normandie, et communes des Basses- Alpes, du Loiret, 
de l'Eure et de la Haute-Marne. Noyer, arbre. 

DESOIGNEZ. — Des Trois-Oigney, dans la Franche-Comté, 
près de Besançon. Soignée, redevance, service que devait 
un vassal, cierge, chandelle, torche. 

DESORCY. — De Sorcy, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Commercy. Orcy, orchil, sorte d'oiseau. 

DESORMEAUX. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, 
dans la Brie, canton de Rozoy, arr. de Coulommiers. 

DESOULE. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Lodève. 

DESOURDY. — Sourdis, marquisat dans l'Orléanais, érigé 
en 1657 pour d'Escoubleau. 

DESPA6N0L. — D'Espagnac, bourg du Languedoc, dép. de 
la Lozère. 

DESPARD, DESPARES. — D 'Esparre, ville du pays de Mé- 
doc, en Guienne, diocèse de Bordeaux. 

DESPAROIS. — Parois, seigneurie dans le Barrois, érigée en 
1573 pour de Rarécourt. 

DESPATIS. — Les Patis, seigneuri î érigée pour Chabot, en 
1580. Patis, lieu oii l'on menait paître les bestiaux, mau- 
vais pâturage, espatir, repaître. 

DESPEIGNES. — D'Espeigne, en Touraine, diocèse de Blois, 
parlement de Paris. Vient d'espeigné, qui n'est pas 
peigné. 

DESPEIRÉ. — D 'Espère, dans le dép. du Lot, arr de Cahors. 

DESPEIROUX. — D'Espeyroux, commune du dép. du Lot, 
arr. de Figeac. 

DESPERIERS. — Seigneurie en Normandie, dép. de la 
Manche, à 4 lieues de Carentan. V. Desperrier. 

DESPERONNEL. — D'Esprels, dans la Franche-Comté, dio- 
cèse de Besançon. Péronel, nom donné à une femme de 
basse extraction. 

DESPERRIER. — Seigneurie en Anjou, érigée en 1528 pour 
de Perriers. Perrier, carrier, graveur sur pierres, mar- 
chand de pierreries, carrière de pierres. 



[ 219 ] 

DESPINALLY. — D'Epinal, dans les Vosges. Vient d'espi- 
nal, sorte d'épice. 

DESPINS. — D'Espins, commune du Calvados, canton de 
Thury-Harcourt. 

DESPITAUD. — D'Espiute, commune du dép. des Basses- 
Pyrénées. 

DESPLATS. — D'Esplas, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Pamiers. Plat, lit d'une rivière, bateau plat, marée 
basse. 

DESPOAS. — D'Espoey, dans le Béarn, près de Lescar. 

DESPOINTES. — Commune du dép. du Tarn, arr. de La- 
vaur. Espointe, pointe, épingle, clou, morsure, élance- 
ment. 

DESPONTS. — D'Espont, dans la Beauce, diocèse de 
Chartres. Pont, pommeau d'épée. 

DESPBÉS. — Les Prés, commune du dép. de la Drôme, arr. 
de Die. Despréer, défricher un pré, le retourner pour 
la semence. 

DESPUIS. — D'Epuisé, dans le Maine, diocèse du Mans. 
Pui, montagne. Heu élevé. 

DESPUTEAUX. — Puteaux, seigneurie de l'Ile-de-France, 
érigée en 1480 en faveur de Bourdin. Desputer, disputer. 

DESQUERAT. — D'Esquehéries, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Vervins. Vient d'esquerre, habile. 

DESQUILIN. — D 'Esquilles, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, canton de Villefranche. Vient d'esquille, mor- 
ceau, fragment, petit ais. 

DESRABIS. — Rabis, ravisseur, en parlant du loup. Esrabi, 
d'Arabie, cheval d'Arabie. 

DESRAGONS. — Esragons, d'Aragon. 

DESRIVES. — Rives, bourg du Dauphiné, dép. de l'Isère, à 
5 lieues de Grenoble, commune du dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, canton de Villeréal. Desriver, écarter de la rive. 

DES RIVIÈRES. — Les Rivières, seigneurie en Bretagne, 
érigée en 1480 pour Le Borgne, et commune de la Marne, 
arr. de Vitry. Rivière, chasse au gibier d'eau, rivage, 
condition, état. 



[ 220 ] 

DESROCHERS. — Les Rochers, seigneurie érigée pour De 
Sévigné en 1700. Desrochers, tomber d'une montagne ou 
d'une roche haute, ou encore jeter à bas une maison, 
l'abattre, ou creuser, déraciner. 

DESROCHES. — Les Roches, seigneurie en Touraine, et 
bourgs du dép. de l'Isère, arr. de Vienne, et du dép. de 
Loir-et-Cher, canton de Montoix. 

DESROSIERS. — Les Rosiers, commune du dép. de Maine- 
et-Loire, arr. et canton de Saumur. Desrosers, dégarnir 
un rosier de ses roses. 

DESROUSSELS. — Bois dépendant de la maîtrise des eaux 
et forêts de Troyes, en Champagne. Roussel, sorte de 
bâton. 

DESROYAUX. — Desroyauter, priver de la royauté. 

DESRU. — V. De la Rue. Vient de se desruer, se tromper de 
rue. 

DESRUISSEAUX. — Les Rousseaux, seigneurie de Nor- 
mandie, érigée en 1450. Ruisseau, dim. de ruis, pièce de 
terre. 

DESRY. — V. Déry. Rye, rivage de la mer. 

DE SAILLY. — Seigneuries en Bourgogne, en Normandie, 
et en Picardie. Saillie, sortie, course rapide. 

DESSABLONS. — Commune dans le dép. de l'Isère, en Dau- 
phiné, canton de Roussillon, arr. de Vienne, et Sablons, 
dans la Gironde, commune de Coutras. 

DE SAINT-LOUIS. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 
1600 pour Du Fresne, et communes des dép. de la Dor- 
dogne et du Haut-Rhin. 

DE SAINTE-CROIX. — Baronnie en Bourgogne, et seigneu- 
ries en Bretagne, en Champagne et en Normandie. Nom- 
breuses communes de ce nom. 

DESSAILLONS. — Saillons, bourg du Dauphiné, sur la 
Drôme. Saillon, petit insecte qui ronge le lin. 

DESSAINT. — Dessens, dans le Dauphiné, diocèse de Lyon. 
Dessaint veut dire profane. 

DESSALINES. — Les Salinnes, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1700. 



[ 221 ] 

BESSANE. — De Sannes, commune dans le dép. de Vau- 
cliise, canton de Pertuis, arr. d'Apt. 

DESSAUX. — De Saux, baronnie de la Franche-Comté, et 
seigneurie en Normandie, érigée en 1623 pour de Sainte- 
Marie. 

DESSENVILLE. — D'Essavilly, commune du dép. du Jura, 
arr. de Poligny. 

DESSERMONS. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1771 
pour d'Ardigné. 

DESSI. — De Dessia, dans la Franche-Comté, diocèse de 
Besancon. Dessir signifiait démolir. 

DESSOMBRE. — Sombre, dans le Boulonnais, parlement de 
Paris. Sombre, jachère, saison du premier labour. 

DESUEVE. — Suèvres, commune du dép. de Loir-et-Cher, 
arr. de Blois. Sueivre, couturé. 

DESTAILLIS. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1666 
pour De Beauvais. Taillis, bois coupé de temps à autre. 

DESTAIN. — D'Estaing, commune de l'Aveyron et des 
Hautes-Pyrénées. 

D'ESTIENNE. — D'Equennes, en Picardie, arr. d'Amiens. 
Etienne, nom propre d'homme. 

DESTIN. — D'Estain, ville du dép. de l'Aveyron, arr. d'Es- 
palion. Destin, intention, destination. 

DESTIVAL. — Commune de la Corrèze, arr. de Brive. Esti- 
val, nom d'une ancienne chaussure. 

DESTOUCHES. — D'Estouches, commune du dép. de Seine- 
et-Oise, arr. d'Estampes, ou des Touches, seigneurie de 
l'Ile-de-France, érigée pour Du Noyer en 1690, et sei- 
gneurie dans le Maine, érigée pour Du Plessis, en 1572. 
Touche, sorte d'éperon, ustensile qui servait à toucher 
les viandes pour y déceler la présence du poison. 

DESTOURS. — De Destord, commune du dép. des Vosges, 
arr. d'Epinal. Estour, combat, bataille, tournoi, tour, 
contour. 

DESTRAMPES. — Trempes, seigneurie de Picardie, unie à 
celle de Gribauval, et érigée en marquisat en 1681. De 
destremper, accommoder, arranger, calmer. 



[ 222 ] 

DESTRÉE. — D 'Estrées, commune du dép. du Nord, arr. de 
Douai, et Très, seigneurie unie en 1589 aux terres for- 
mant le comté de Tresmes. Estrée, chemin, estré, instruit. 

DES TRÈME. — D'Estrennes, dans le dép. des Vosges, arr. 
de Mirecourt. Du verbe estremer, repousser au loin. 

DESTROCHES. — D 'Estrochey, en Bourgogne, diocèse de 
Langres. Troche, faisceau, masse, troupe, quantité. 

DESTROISMAISONS. — Les Trois-Maisons, lieu du dép. du 
Bas-Rhin, arr. d'Alkirch, et seigneurie de l'Ile-de- 
France qui date de 1564. 

DESTROSSES.— De Destrousse, dép. des Bouches-du-Rhône, 
arr. de Marseille. Trosse ou trisse, palan à canon qui sert 
à approcher ou à reculer la pièce de son sabord. On l'ap- 
pelait aussi drosse. 

DE SUEVE. — Suèves, commune du dép. de Loir-et-Cher, 
arr. de Blois. 

DES VILLERS. — De Deyvillers, commune du dép des 
Vosges, arr. d'Epinal. 

DESY. — D'Izy, commune du dép. du Loiret, dans l'Or- 
léanais, arr. de Pithiviers, canton d 'Outarville. 

DE TALÂRD. — Tallard, commune du dép. des Hautes- 
Alpes, arr. de Gap. Talart, endroit élevé qui va en talus. 

D'ETCHEPAR. — D'Etchebar, commune des Basses-Pyré- 
nées, canton de Tardets, arr. de Mauléon. 

DETERVILLE. — D'Eterville, commune du dép. du Calva- 
dos, arr. de Caen. 

DETIER. — De Deté, en Bourgogne, près d'Autron. 

DE TILLY. — Châtellenie normande, érigée en 1463 et qui, 
en 1766 devint marquisat en faveur de Tilly-d'Orceau. 
Tilly, tilleul. 

DE TONNANCOURT. — Signeurie de Normandie, érigée 
en 1463 pour De Lyée. 

DE TOUCHE. — Seigneuries en Bretagne et en Normandie. 

DE TOUR. — Seigneuries de Normandie, du Forez et du 
Biaisais. 

DE TOURNAY. — Seigneurie en Normandie, et bourg de 
l'Astarae dans les Basses-Pyrénées, à 4 lieues de Tarbes. 



[ 223 ] 

DE TRACY. — Commune du dép. de la Nièvre, canton de 
Pouilly, arr. de Cosne. 

DE TRÉMAUDAN. — Seigneurie en Bretagne, érigée en 
1668 en faveur de Poullain. 

DETREMONT. — Communes des dép. de Normandie, de 
Lorraine, et de l'Anjou. 

DETREPAGNY. — D'Etrepagny, dans le dép. de l'Eure, 
arr. des Andelys. Trépagnon, mêlée. 

DETRESAC. — D'Etretat, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. du Havre. 

D'ETREVAL. — Seigneurie en Lorraine, devenue comté sous 
le nom de Gournay. 

DE TROYES. — Troyes, ville de la Seine, ancienne capitale 
de la Champagne. 

DETRUE. — True, dans la Marche, diocèse de Limoges. Tru, 
subside, vient de tributum, tribut. 

DETRUVAL. — D 'Etreval, commune de Meurthe-et-Moselle, 
arr. de Nancy. 

DE VALLÉE. — Vallée, commune du dép. de la Haute- 
Saône, et communes de la Meuse et de la Charente-Infé- 
rieure. 

DE VALLETTE. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne, 
canton de Castillonnès, arr. de Villeneuve. 

DE VALMER. — Seigneurie en Bretagne, érigée en faveur 
de Binet en 1560. 

DE VALRENNE. — De Valernes, commune des Basses- 
Alpes, arr. de Sisteron. 

DE VALOIS. — Seigneurie en Lorraine, érigée en 1691 pour 
Henau. 

DE VANNAR. — De Vanaire, commune dans le dép. de la 
Côte-d'Or, arr. de Châtillon. Vaner, pleurer. 

DE VANCHY. — Commune du dép. de l'Ain, canton de 
Collonge, arr. de Gex. 

DE VANY. — Commune du dép de la Moselle, canton de 
]\Ietz, arr. de Metz. Vaunil, vanne. 

DE VAREIL. — Vareille, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1700 pour De l'Aage. 



[ 224 ] 

DE VARENNES. — Châtellenie dans l'Orléanais, et seigneu- 
ries en Normandie, en Picardie, en Bretagne, en Bour- 
gogne, en Touraine et dans la Beauce. V. Varennes. 
DE VASSON. — De Vassonville, dans la Normandie, diocèse 
de Rouen. 

DE VAU. — Seigneurie en Bretagne, érigée pour de la 
Noue en 1669. On l'appelle Vau-Breton. Vau, signifie 
lieu bas. 

DE VAUDREUIL.— Village du dép. de l'Eure et marquisat. 
Seigneurie en Languedoc, érigée en 1189, pour Adhémar. 

DE VAUDREY. — Seigneurie en Bourgogne unie à celle de 
Monciel, érigée en marquisat en 1740. 

DE VAUTOUR. — De Vautorte, bourg dans le Maine, dio- 
cèse du Mans. 

DE VE. — Seigneurie érigée en 1570 pour Luillier, et com- 
mune du dép. de la Loire-Inférieure, arr. de Château- 
briant. Vé signifie malheur, menace. 

DE VEILLEINE. — Veillane, bourg de la Savoie, à 3 lieues 
de Turin, ou de la Vilaine, seigneurie normande. 

DE VERAO. — Commune du dép. de la Gironde, arr. de 
Libourne. 

DE VÉRASSAC. — De Véraza, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Limoux. 

DE VERCHÈRES. — Commune dans le Bas-Languedoc, près 
du Puy. Verchères, verger. 

DEVEREAUX, — Veraux, commune du dép. du Cher, arr. 
de Saint-Amand. 

DEVERGIER. — Le Vergier, seigneurie dans le Vivarais, 
érigée en r668 pour De Ruolz. Vergier, celui qui fabrique 
des verges, des anneaux. 

DEVERGNE. — De Verne, commune du dép. du Doubs. 

DE VERLY. — Communes dans le dép. de l'Aisne, arr. de 
Vervins. Il y avait le Grand et le Petit Verly. 

DE VERNEUIL. Seigneuries de ce nom en Bretagne (1668), 
en Bourgogne (1450), en Normandie (1393), en Picardie 
(1690), en Anjou (1760). 

DE VERRE. — Seigneurie dans la Franche-Comté, érigée 
en 1360 pour De Pillot. 



[ 225 ] 

DE VERSE. — Commune du dép. de Lot, en Quercy, can- 
ton de Saint-Géry, arr. de Caliors. Verse, formule de géo- 
métrie, s'unit au mot sinus et le sinus verse d'un angle 
est l'excès du sinus total sur le cosinus. 

DE VÉZIN. — Commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, canton 
de Rennes. Vézin, dim. de veze, cornemuse. 

DE VIENNE. — Seigneurie en Normandie, érigée pour de 
Taillebois en 1463, et ville sur le Rhône, à 5 lieues de 
Lyon. 

DEVIEU. — Bourg du dép. de l'Ain, canton de Champagne, 
arr. de Belley, et village de Normandie, à 2 lieues de 
Caen. 

DE VIGNEZ. — Vignette ou Vigneu, seigneuries de Bretagne, 
érigée en 1696 et en 1600. Vignée signifie cave au vin. 

DE VIGNON. — Village du Piémont, chef-lieu de l'arr. de 
Pignerol. 

DE VILLANDE. — De Villandry, marciuisat en Touraine, 
diocèse de Tours. 

DE VILLARS. — Baronnie en Bourgogne, et seigneuries 
dans la Lorraine et le Poitou. C'est encore le nom d'un 
village dans le Dauphiné, sur le chemin de Grenoble à 
Briançon. 

DE VILLERS. — Seigneuries en Normandie, en Bretagne, 
en Picardie, en Lorraine, et dans le Barrois, et bourg de 
Champagne, près de Troyes. 

DE VILLE. — Deville, en Normandie et dans la Cham- 
pagne, et Deville, commune du dép. des Ardennes, can- 
ton de Monthermé. Ville signifie ferme, maison de cam- 
pagne. 

DE VILLEBOIS. — Seigneurie dans le Comtat-Venaissin, 
érigée en 1522 pour D'Orléans, et bourg de Bretagne, à 
5 lieues de Nantes, appelé aussi Vallet. 

DE VILLEMUR. — Ville située sur le Tarn, à 4 lieues au- 
dessus de Montauban, et commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Bagnerès. 

DE VILLERAY. — Seigneurie de Normandie, érigée pour 
de Livet, en 1539. 

15 



[ 226 ] 

DE VILLIEUX. — Villieii, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Trévoux. 

DE VILLY. — Seigneurie de Normandie, et communes dans 
les dép. du Calvados, de l'Yonne et des Ardennes. 

DEVIN. — D'Evin, dans le Pas-de-Calais, arr. de Béthune. 
Vins, seigneurie de Provence, devenue marquisat en 1641 
en faveur de Gardes. Devin, théologien. 

DEVINE. — Vines, commune du dép. de l'Aveyron, canton 
de Sainte-Geneviève. 

DEVISSE. — Devise, commune du dép. de la Somme, arr. 
de Péronne. 

DE VITRE. — Seigneurie en Bretagne, érigée pour d'Acigné 
en 1668. Vitre, vitreux. 

DE VIVIER. — Commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, arr. de 
Saint-Malo. Vivier, sac ou filet mis dans l'eau et où le 
pêcheur met ses poissons pour les conserver vivants. 

DE VOISY. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 en 
faveur de Clément. 

DE VOST. — Seigneurie de Bretagne, érigée pour De Mou- 
cheron, eu 1650. Dévot, dévoué. 

DE XAINTES. — Xaintes ou Saintes, ville de la Saintonge. 

D'EXPOSE. — De Poses, commune du dép. de l'Eure, arr. de 
Bouviers. 

D'EXTRAS. — D'Etrat, commune du dép. de la Loire, arr. 
de Saint-Etienne. 

D'EYMES. — Deyme, dans le Haut-Languedoc, diocèse de 
Toulouse. Deme, damier. 

DEZALLIERS. — Ailiers, dans le Dauphiné, diocèse de Gre- 
noble. 

DEZERY. — Communes des dép. du Gard et de la Corrèze. 
En Languedoc, ce mot est employé pour Didier. Dézery, 
viendrait comme Didier du latin desideratus, qui veut 
dire désiré. 

DEZIEL. — D'Izel, communes du dép. du Pas-de-Calais, en 
Artois, canton de Vimy, et canton d'Aubigny. 

DEZY. — D'Ezy, bourg de Normandie, dans le dép. de l'Eure, 
à 6 lieues d'Evreux. 



[ 227 ] 

D'HARMES. — Commune dans le dép. du Pas-de-Calais. 

D'HASTEREL. — Haterel, nuque, tête, poitrine. 

D'HAUSSY. — Commune dans le dép. du Nord, arr. de Cam- 
brai, canton de Solesmes. 

D'HAUTEBOURG. — Commune dans la Normandie, diocèse 
de Coutances, parlement de Rouen. 

D'HAUTEL. — Autel, dans la Franche-Comté, diocèse et 
parlement de Besançon. Hautel, dim. de haut, tertre, 
éminence. 

D'HAZE. — Hazès, seigneurie de Bretagne, érigée en 1764 
en faveur de Menardeau. Azet, vinaigre. 

D'HERBANNE. — D'Erbanne, dans le Gâtinais, diocèse de 
Sens, parlement de Paris. Herban, droit des seigneurs 
sur leurs hommes en remplacement de leur présence à 
l'armée. 

D'HERRE. — Herre, commune du dép. des Landes, canton 

de Cabarret. Hère, pièce de terre, figure. 
D'HERVAUX. — Seigneurie eu Touraine, érigée en 1456 

pour De Préaux. 
D'HOCQUINCOURT. — Village du dép. de la Somme, à 2 

lieues d'Abbeville. Vient de hocq, troupe, escadron. 
D'HUE. — Le Huet, seigneurie dans la Beauce, érigée en 

1530 pour De Fonville. Huez, commune du dép. de 

l'Isère, et Huest, commune du dép. de l'Eure. Huée, cri, 

renommée. 
D'HUGUES. — Lieu du dép. de Tarn-et-Garonne, canton de 

Montpezat, arr. de Montauban. 
D'HYERRE. — Dierre, bourg de la Touraine, et Hyerre, 

seigneurie de l'Ile-de-France, unie à celle de Grosbois et 

érigée en marquisat en 1734. Hier, veut dire aplanir 

avec la hie. 
D'IBERVILLE. — Seigneurie ou fief, de douze lieues sur dix, 

dans la Baie des Chaleurs. 
DIEL. — De Dielette, village du dép. de la Manche, arr. de 

Cherbourg. Diel, nom d'homme, de deicola. 
DIERS. — D'Hiers, commune du dép. de la Charente-Infé- 
rieure, canton de Marennes. Dier, se dédier, se consacrer. 



[ 228 ] ' 

DIAU. — Dio, seigneuries de Bretagne et du Languedoc. 

Vient de hie, coup, attaque. 
DICAIRE. — D'Esquirre, commune du dép. du Pas-de-Calais, 

arr. de Saint-Pol. Disquaire, ouvrier qui fait des digues. 
DICERE. — De Dicé, seigneurie de Bretagne, érigée en 1364 

pour De Rieux. Dicere, en latin, dire. 
DICHARD. — D'Ichy, commune du dép. de Seine-et-Marne, 

arr. de Fontainebleau. 
DIDIER. — De Dédier, commune du dép. de la Loire, et 

bourg en Auvergne. Dédier, nom d'homme, correspon- 
dant à Dizier, formé de desiderius, d'où Dezider, Die- 

dier, Dizier et Didier. 
DIEULEFIT. — Ville du Dauphiné, dép de la Drôme, à 5 

lieues de Montelimart, diocèse de Die. Dieulefit, ou Dieu 

le créa. 
DIEZ. — Diey, dans le Gâtinais, diocèse de Sens, parlement 

de Paris. Dié, Dieu. 
DIFFERE. — De Differ, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1700 pour Malescot. Différé, changé, déguisé, rebelle. 
DIGANNE. — De Digouin, commune* du dép. de Saône-et- 

Loire, arr. de Charolles. Digane, charogne, viande de 

mauvaise qualité. 
DIGNAN. — Ville de Provence, dans le dép. du Gard. 
DIGNARD. — De Dignar, bourg du Jura, arr. de Lons-le- 

Saunier. 
DIGON. — D'Igon, commune dans le Béarn, diocèse de Les- 

car. Digon, terme de marine, bâton qui porte une ban- 

derolle fixée au bout d'une verge. C'est encore une 

espèce de dard pour prendre les poissons plats de basse 

mer. 
DIGUIER. — D'Illiers, commune d 'Eure-et-Loire, arr. de 

Chartres. Vient de digart, éperon. 
DIJON. — Ville de l'ancien duché de Bourgogne, dans le 

dép. de la Côte-d'Or. Dijon vient de dire, qui en gaulois 

signifie fontaine. 
DILAY. — D'Ilhet, commune des Hautes-Pyrénées, canton 

d'Arreau. lUaie, lieu planté d'osiers. 



[ 229 ] 

DILON. — De Dillo, commime du dép. de l'Yonne, canton de 

Cerisiers. Dillon, selle pour femme. 
DIMEL. — De Dimesnel, dans l'Agenois, parlement de Bor- 
deaux. 
DINANT. — Dinan, vicomte en Bretagne, érigée en 1607 
pour Boiseon. On croit que le mot diantre vient du nom 
de Dinan. Dinan, dinandier, qui fabrique des ustensiles 
de cuisine en cuivre jaune. 
DINELLE. — D 'Ineuil, commune du dép. du Cher, canton de 
Lignières. 

DINHARGUE. — De Dinard, ville dans le dép de l'Ille-et- 
Vilaine, arr. de Saint-Malo. 

DION. — Dions, commune du dép. du Gard, canton de Saint- 
Chaptes. Dion, nom du mois où arrive l'équinoxe d'au- 
tomne. 

DIONET. — Dionay, dans le dép. de l'Isère, canton et arr. de 
Saint-]\Iarcellin. 

DIONNE. — Bourg en Bourgogne, dans le diocèse d 'Autun, 
bailliage d'Aruay - le - Duc, dans le dép. de la Côte- 
d'Or. Ce petit village était situé sur le sommet d'une 
montagne, et dépendait de la baronnie de Rousset et de 
la paroisse de Chailly, arr. de Beaune. Dione est le nom 
d'une déesse du paganisme. Elle était fille de l'Océan et 
de Thétis. On dit qu'elle fut la mère de Vénus, et que 
c'est la raison qui a fait nommer cette dernière, Dionée. 

DIONY. — De Dionizy, commune du dép. du Gard, dans le 
Languedoc, arr. de Nîmes. Dionise, sorte de pierre pré- 
cieuse. 

DIOTTE. — De Dio, commune du dép. de l'Hérault, arr. de 
Lodève. Diotte, folie, idiotisme. 

DIOU. — Communes des dép. de l'Allier et de l'Indre. Diou 
vient de diolo, deuil. 

DIRES. — D'Irai, dans le dép. de l'Orne, arr. de Mortagne. 
Iresse, disposition à la colère. 

DISCOT. — D'Isques, dans le dép. du Pas-de-Calais, arr. de 
Bretagne. Discot signifie distant. 

DISLY. — D'Illies, dans le dép. du Nord, arr. de Lille. 



[ 230 ] 

DISQUET. — D'Isque, seigneurie devenue yicomté en 1675 

en faveur d'Isque dans le Boulonnais, parlement de 

Paris. 
DITOT. — D'Itteville, commune de Seine-et-Oise, arr. d'Es- 
tampes. 
DITZEL. — Commune du Pas-de-Calais, canton d'Aubigny. 
DIU. — De Diuse, baronnie dans le Béarn, érigée pour de 

Bats. 
DIVELEC. — De Divillac, dans l'Agenois, diocèse d'Agen. 

De dive, divin. 
DIVERNY. — D'Iverny, commune du dép. de Seine-et-Marne. 
DIVONNE. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Gex, 

Divone, fantôme sacré. 
DIZIER. — D'Iziers, dans la Bourgogne, diocèse de Langres, 

parlement de Dijon. 
DIZY. — Dizy, communes dans la Champagne et la Picardie. 
DO. — D'O, seigneurie et bourg de Normandie, dans le dép. 

de l'Orne, à 3 lieues d'Argentan. 
DOBE. — D'Obies, commune du dép. du Nord, arr. d'Avesne. 

Obé, obéissant. 
DOBIGNY. — D'Aubigny, communes des dép. de Normandie, 

de Picardie, du Bourbonnais, et ville du dép. du Cher. 
DOCYS. — De Doucy, commune du dép. de la Marne, arr. 

de Vitry. Ocie, meurtre. 
DODELIN. — De Dodelainville, dans la Picardie, diocèse 

d'Amiens. Dodelin, celui qui tourne la tête doucement 

et attentivement d'un côté à l'autre. 
DODIENNE. — D'Audierne, commune du Finistère, arr. de 

Quimper. Dérive de dodie, haine. 
DODIEE. — De Dode, commune du dép. du Gers, arr. de 

I\liraude. Dodier signifie anus. 
DODIN. — D 'Oudincourt, commune de la Haute-Marne, arr. 

de Chaumont. Dodin, signifie trompeur. 
DOIN. — De Doing, seigneurie et commune de Picardie, dép. 

de la Somme, arr. de Péronne. Oin, nom d'une espèce de 

poire. 
DOINET. — D'Oinville, communes du dép. d'Eure-et-Loir, 

et de Seine-et-Oise. Doinet, dim. de doine, mou, lâche. 



[ 231 ] 

DOIRON. — D'Oiron, village du Poitou avec ehâtellenie, à 
2 lieues de Thouars. Dérive de hoire, outre, vaisseau de 
cuir. 

DOLBEC. — De Dole-la-Béduque, dans le Jura, cominnue de 
Dole. Dérive de oie, marmite, et de bec. 

DOLEMBREUX. — D'Olemps, dans le Rouergue, diocèse de 
Rodez. 

DOLER. — D'Olet, bourg du Roussillon, dans les Pyrénées- 
Orientales, à 2 lieues de Villefranche. 01er veut dire 
sentir bon. 

DOLLÂRD. — Golfe à l'embouchure de l'Ems, dans la mer 
d'Allemagne. Le golfe de Dollart comptait autrefois 33 
villages, qui furent submergés en 1277. DoUard de 
doleor, qui rabote. 

DOLLE.— Dol, ville du dép. de l'Ille-et-Vilaine, arr. de Saint- 
Malo, et Dole, dans le Jura, en Franche-Comté. 

D'OLONNÈ. — D'Olonne, seigneurie dans le Poitou, érigée 
en 1150 pour d'Olonne, et Olonne, marquisat dans le 
Comtat-Venaissin, dép. de Vaucluse, près de Vaison. 
Aulonne, pièce d'étoffe fabriquée à Aulonne, en Beauce. 

DOLTEN. — D 'Olten, ville de Suisse, canton de Soleure, sur 
l'Aar, à 2 lieues d'Arbourg. 

DOLUD. — De Dolus, bourg de l'île d'Oléron, dép. de la 
Charente-Inférieure, et commune du dép. d'Indre-et- 
Loire, canton de Loches. 

DOMÂS. — Domats, commune du dép. de l'Yonne, canton de 
Cheroy, et Domas, dans le Gâtinais, diocèse de Vienne. 
Dommas signifie hebdomadier, semainier. 

DOMBLET. — D'Omblèze, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Die. Omblet, dim. de omble, nombril. 

DOMMÂNGE. — De Domangéville, seigneurie en Lorraine, 
érigée en 1774 pour De Pange. Dommangé est un mot 
forgé de domicellus, damoiseau, écuyer, bachelier, non 
encore chevalier. • 

DOMPHOUSE. — De Fos-Amphoux, marquisat de Provence, 
érigé en 1729. 

DOMPIERRE. — Seigneuries dans le Barrois et la Bour- 



[ 232 ] 

gogne, et villages de Normandie, des Vosges, de Picardie. 

DONAT. — Communes du dép. de la Drôme et du Puy-de- 
Dôme. Dona, homme sans esprit, donat, la grammaire. 

DONAIS, DONA Y. — D'Onay, communes du dép. de la Drôme 
et de la Haute-Saône. Donée, signifie donataire, et donet, 
petit présent. 

DONCOURT. — Commune du dép. de la Haute-Marne, can- 
ton de Bourmont, arr. de Chaumont. 

DONGEAC. — De Donzacq, communes du dép. de Tarn-et- 
Garonne et de la Gironde. 

DONNER Y. — Seigneurie dans l'Orléanais, érigée en 1495 
pour De Foyal. 

DONNET. — D'Onnet, dans le Rouergue, diocèse de Rodez. 
Donnet signifie soldat invalide logé dans les abbayes, 
mauvais traité de grammaire et titre d'une pièce insérée 
dans un jardin de plaisance. 

DONTAILLE. — De Dontilly, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Provins. 

DONVILLE, — Communes du dép. du Calvados et de la 
Manche. Donville, poire. 

DONYS. — De Donzy, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Cosne. 

DOPIN. — D'Oppy, commune du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 

DORAIRE. — D'Oraas, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthèz. Oraire signifie vêtement sacré appelé aussi 
étole. Se prend aussi pour rochet ou pour un linge qui 
sert à essuyer la bouche. 

DORAIS. — D 'Oraison, seigneurie de Provence devenue mar- 
quisat en 1588 pour D'Oraison. 

DORAT. — Ville de la Marche, sur la Sève, à 10 lieues de 
Limoges et à trois lieues de Bellac. 

DORAY. — Dorée, bourg du dép. de la Mayenne, arr. de 
Mayenne. 

DORBIN. — D 'Orbigny, village de la Touraine, et seigneurie 
en Normandie érigée en 1750 pour Le Fournier. 

DORCEVAL. — Orcival, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme, canton de Rochefort. 



[ 233 ] 

DORCI. — Orcisse, seigneurie du Maine, érigée en 1700 pour 
Du Bailleul. Orci dérive de orce, côté du navire, bâbord, 
van. 

DORE. — Commune du dép. de la Mayenne, canton de Lan- 
divy. Doré, qui imite l'or, enduit, devant de lit. Oré, 
vert, bord, frange. 

DOREIL. — D'Orègue, dans la Basse-Navarre, diocèse de 
Bayonne, parlement de Pau. 

DORION. — D'Orion, commune du dép. des Basses-Pyré- 
nées, canton de Sauveterre, arr. d'Ortliez. Orion, constel- 
lation. 

DORIOT. — D'Oriol, communes des dép. de la Charente et 
de la Drôme. Oriot, porche, allée, corridor, loriot. 

DORIS, DORISSE. — D'Oris, commune du dép. de l'Isère, 
canton d'Entraigues. Dorise, femme ridicule. 

DORLET. — D'Orleix, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 
Thiers. Orlet, bord, bordure. 

DORNE. — Dornes, bourg- du dép. de la Nièvre, arr. de 
Nevers. Dérive de orne, rangée de ceps, vigne. 

DORNON. — D'Ornon, commune du dép. de l'Isère, canton 
du bourg d'Oisans, arr. de Grenoble. 

DORON. — D'Oron, commune du canton de Vaud, au nord 
de Vevey. Doron, causeur ennuyeux. 

DORSENNE. — D'Orsennes, seigneurie érigée pour de Cham- 
borant en 1400, dans le dép. de l'Indre, canton d'Aigu- 
rande. 

DORSONNENS. — D 'Orsonnette, commune du dép. du Puy- 
de-Dôme, canton de Saint-Germain-Lembron. 

DORVAL. — Orval, commune dans le dép. du Cher, et Orval, 
seigneurie en Bretagne, dép. de la Manche, arr. de Cou- 
tances. La seigneurie fut érigée en 1666 en faveur de 
Potier. Orval signifie tempête, ouragan. Les orvales sont 
des accidents qui détruisent les récoltes, pluies, grêles, 
ouragans, gelées. 

DORVAUX. — D'Orvaux, seigneurie en Normandie, érigée 
pour Le Comte en 1463. V. Dorval. 

DORVILLIERS, — D'Orvilliers, seigneurie en Champagne, 
érigée en 1500 pour de Vialart. 



[ 234 ] 

DOSQUE. — De Dosches, dans Ta Champagne, diocèse de 
Troyes. Osque, osche, jardin fermé de haies. 

DOSQUET. — V. Dosque. 

DOSTA. — D'Osta, commune du dép. des Basses-Pyrénées, 
arr. de Mauléon. De ost, armée. 

DOSSAINVILLE. — Dossainville, commune du dép. du Loi- 
ret, arr. de Pithiviers, canton de Malesherbes. 

DOSTERT. — D'Ostergnies, dans la Flandre, diocèse de 
Cambray. Oster, faire la guerre. 

DOSTIE. — D'Ostieux, en Normandie, diocèse de Séez, par- 
lement de Rouen. Dérive du latin ostium, porte, entrée 
d'un port. 

DOUAIRE. — D 'Guerre, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Dreux. Douaire, biens que le mari assigne à sa 
femme en se mariant, pour en jouir pendant sa viduité, 
et en laisser la propriété à ses enfants. Douère, enfant 
qui se développe mal, avorton, pâtiras. 

DOUAULT. — De Douai, ville du dép. du Nord. Douault, 
petit monticule. 

DOUBLET. — De Doubs, commune de la Franche-Comté, 
arr. de Pontarlier. Doublet, blouse courte ou camisole de 
coton ou de drap blanc, mis en double, vêtement fourré,' 
gilet, chemise, tenture, fausse pierrerie fabriquée pour 
imiter l'éméraude. 

DOUCET. — Le Doucet, seigneurie de Normandie, érigée en 
1770 pour le Forestier. Doucet, doucereux, délicat, hypo- 
crite. Doucette, petite campanule dont les racines se 
mangent en salade. Doucet, sorte de mets. 

DOUCIN. — De Douzens, commune du dép. de l'Aude. Dou- 
cin, nom donné à l'eau douce additionnée d'eau de la 
mer. C'est aussi le nom d'une sorte de pommier. 

DOUCINET. — De Décines, commune du dép. de l'Isère, arr. 
de Vienne. 

DOUDIER. — De Doucier, commune du Jura, canton de 
Clairvaux. Vient de dode, soufflet. 

DOUÉ. — Douet, dans la Perche, diocèse de Séez, et Douet, 
seigneurie de Bretagne, érigée en 1594 pour Le Maistre. 



[ 235 ] 

Douet, petit courant d'eau, abreuvoir, mare, vient du 

latin ductus. 
DOUENARD. — D'Onard, commune des Landes, arr. de Dax. 
DOUGE. — D'Ouge, seigneurie en Franche-Comté, dont fut 

formée en 1740 la baronnie de Vitrey. De dougé, fil très 

fin pour la confection des coiffes. 
DOUILLARD. — De Douilly, en Picardie, diocèse de Noyon. 

Douillart, mesure dont on se sert à Bordeaux pour mesu- 
rer le charbon d'Angleterre et d'Ecosse. 
DOUILLET. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de Ma- 

mers. Douillet, mollet, personne qui aime ses aises, gilet 

de tricot. 
DOUSSIN. — Doussain, dans l'Agenois, parlement de Bor- 
deaux. V. Doucin. 
DOUSTON. — D'Oust, commune dans le dép. de l'Ariège, à 

5 lieues de Saint-Lizier. 
DOUTRE. — D'Outre, dans le Forez, diocèse de Lyon. Outre, 

être outre, être mort. 
DOUVIER. — De la Douve, rivière de la Manche, arr. de 

Cherbourg, qui se jette dans la mer près de Carentan. 

Douvier, ouvrier qui fabrique des tonneaux, des cuves. 
DOUVILLE. — Seigneurie en Normandie, érigée en 1465 

pour de Mathan, et Douville, commune dans le dép. de 

la Dordogne, arr. de Bergerac, et commune dans l'Eure, 

canton d'Ecouis, arr. des Andelys. 
DOVIEN. — D'Ouvans, dans le dép. du Doubs. Dérive de 

ovum, œuf. 
DOYEL. — De Douelle, commune du dép. du Lot, arr. de 

Cahors. 
DOYER. — D'Oyé, commune du dép. de Saône-et-Loire, can- 
ton de Semur-en-Brionnais, arr. de Charolle. 
DOYON. — D'Ognon, commune du dép. de l'Oise, arr. de 

Senlis. Oyon, jeune oie. 
DOYSON. — D'Oyson, dans le Berry, diocèse de Bourges. 
DOZOIS. — D'Ozoir, communes du dép. de Seine-et-Marne, 

et d'Eure-et-Loir. 
DRAGON. — De Draguignan, ville du dép. du Var. Dragon, 

personne acariâtre, d'humeur fâcheuse. 



[ 236 ] 

DRAPEAU. — De Drap, commune des Alpes-Maritimes, arr. 

de Nice. Drapeau, petit drap, maillot d'enfant. 
DREUILLET. — De Dreuil, communes du dép. de la Somme, 

de la Haute-Garonne et de l'Ariège. 
DREUX. — Ville située sur la Biaise, près de son embouchure 

dans l'Eure. 
DREVELLE. — De Dreveil, dans la Picardie, diocèse 

d'Amiens. Drevelle, dim. de dreve, avenue, allée 

d'arbres. 
DRIEUX. — De Dry, commune du Loiret, arr. d'Orléans. 
DROGUE. — De Droué, commune du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Vendôme. Droguet, étoffe de laine, mince et 

étroite. 
DROIT. — De Droyes, commune de la Haute-Marne, arr. de 

Wassy. Droit, droite, côté droit, possession. 
DROLET. — D'Orleat, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Tarbes. Vient de droler, battre, frapper. Drôlet, ave- 
nant, gentil. 
DRON. — Drom, dans le dép. de l'Ain, arr. de Bourg. 
DROT, DROTE. — Rivière du Périgord qui va se jeter dans 

la Garonne au-dessus de la Réole. 
DROUARD. — De la Drouardière, seigneurie de Normandie, 

érigée pour Du Bois. Drouillard, chêne inférieur. 
DROUE. — Commune du dép. d'Eure-et-Loir, canton de 

Maintenon. Droue, espèce d'avoine. 
DROUIN. — De Drouvin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Béthune. Drouin, havresac dans lequel les chaudronniers 

appelés drouineurs mettent leurs outils. 
DROUSSON. — De Rousson, commune du dép. du Gard, arr. 

d 'Alais. 
DROUX. — Commune du dép. de la Haute-Vienne, canton de 

Magnae-Laval, arr. de Bellac. 
DRUCOURT. — Seigneurie en Normandie, diocèse de Lisieux, 

parlement de Rouen. 
DRUE. — De Droue, commune d'Eure-et-Loir, arr. de 

Chartres. Drue, amie intime, amante et dru, fort, popu- 
leux, plantureux. 



[ 237 ] 

DRUGEON. — De Drugeac, commune dans le dép. du Cantal, 

arr. de Mauriac. Drugeon, dim. de dmge, provision, jeu, 

bagatelle, truffe, moquerie. 
DRUGEOT. — De Drouges, commune d'Ille-et-Vilaine, arr. 

de Vitré. De drugir, devenir fort. 
DRUILHET. — De Druillie, commune du dép. de l'Aveyron, 

arr. de Villefranche. 
DRUINEAU. — De Ruines, commune du dép. du Cantal. 
DUAULî. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de 

Guingamp. 
DU BARRY. — Barri, seigneurie en Dauphiné, érigée en 

1713 en faveur de Blain. Barri, faubourg, muraille de 

ville. 
DUBE. — Du Bez, commune dans le dép. du Gard, arr. de Le 

Vigan, ou d'Ul/aye, commune dans le dép. des Basses- 
Alpes, et rivière qui se jette dans la Durance. Dubé, qui 

a une dube, ou huppe, touffe de plume sur la tête. 
DXJBEAU. — V. Dubost. Dubeau, dim. de dube, couvercle en 

bois, coupole surélevée. 
DUBIAU. — Biot, lieu du dép. du Tarn, canton de Brassac, 

et commune du dép. du Var, canton d'Antibes. Dubiau, 

dim. de dubie, doute, incertitude. 
DUBILLOT. — Billot, lieu du dép. du Calvados, commune 

de Notre-Dame-de-Fresnay, arr. de Lisieux. Billot, tribu 

levée sur la vente du vin en détail. 
DUBIN. — De Bain, commune dans le dép, d'IUe-et-Vilaine, 

arr. de Redon. Bin, deux à deux. 
DUBLANC. — Blanc, ville du Berry, sur la Creuse, et com. 

du dép. de l'Aveyron, canton de Camarès, et com. du 

dép. du Tarn, canton de Puylaurens. 
DUBOSSE. — Le Bosq, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1688 pour De Trogoff. Bosse, cordage très court. 
DUBOST. — Le Bost, seigneurie en Guienne, érigée en 1700 

pour De Clialup. Bot, bateau flamand, aiguillon, coup. 
DUBOUCHET. — Le Bouchet, seigneuries en l'Ile-de-France, 

en Languedoc et en Saintonge. V. Bouchet. 
DUBOULAY. — Le Boulay, seigneuries du Gâtinais et de la 



[ 238 ] 

Normandie. Boulaie, lieu planté de bouleaux, fouet à 

lanières. 
DUBOURG. — Le Bourg, seigneuries de Bretagne et de 

Flandre. 
DUBOURGET. — Le Bourget, seigneurie en l'Ile-de-France, 

érigée pour Potier en 1679, et commune du dép. du Jura, 

arr. de Lons-le-Saunier. V. Bourget. 
DU BOURGUE. — V. Dubourg. Bourgue ou burg, mur qui 

entoure un puits. 
DUBOURS. — Bours, seigneurie de Picardie, érigée pour Du 

Bois en 1755. Bours ou bour, cane. 
DUBRAHÉ, DUBRAY. — Le Bray, seigneurie de Bretagne, 

érigée en 1600 pour Du Beysit. Brai, boue, fange. 
DU BRESSIEUX. — Bressieu, seigneurie en Dauphiné, deve- 
nue marquisat en 1612. Bressieu, bille de bois. 
DUBREUIL. — Dubreuil, dans le Bourbonnais, diocèse de 

Nevers. Le Breuil, seigneuries en Normandie, en Sain- 

tonge, dans le Limousin, le Berry et l'Angoumois. Breuil 

signifie bois, parc. Breuil vient du gaulois brogilum, de 

bro, champ. Gilum n'est qu'une, ternr^naison. 
DUBROCA. — Brocas, village dans le dép. des Landes, arr. 

de Mont-de-Marsan. De broc, fourche de fer. 
• DUBROQUE. — Le Broc, seigneurie en Provence, dép. du 

Puy-de-Dôme, érigée en 1674 pour Des Laurents. Broque, 

tête d'un rejeton de chou frisé. 
DUBUC. — Bue, commune du dép. de Seine-et-Oise, canton 

de Versailles, et commune du dép. du Haut-Rhin, canton 

de Belfort. Bucq, cadenas, serrure. 
DUBUS. — Le Bus, seigneurie de Flandre, érigée en 1580 

pour De Roix. Du bus, du buste. Bus, conduit, fût. 
DUBUISSON. — Le Buisson, seigneuries de Normandie et 

du Vivarais. Buisson, buisson, taillis d'arbres. 
DUBURON, — Le Buron, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1700 pour De Sévigné. Buron, hutte de berger, 
DUC. — De Ducé, seigneurie de Normandie, érigée en 1765 

pour Poilvilain. Duc, prince souverain qui n'a pas qua- 
lité de roi. 



[ 239 ] 

DU CAP. — Cap-breton, dans les Landes, Cap de la Hève, 
dans le dép. de la Seine-Inférieure, Cap de la Hague, 
dans la Manche, Cap Freliel, dans le dép. des Côtes-du- 
Nord. Il y en a beaucoup d'autres. Cap, tête, pointe de 
terre qui s'avance dans la mer. 

DU CARDONET. — Cardonet, lieu du dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, canton d'Agen. 

DU CARET. — Carhaix, ville de Bretagne, dans le Finistère. 
Caret, sorte d'étoffe. 

DUCARREAU. — Carros, commune du dép. du Var, canton 
de Vence, arr. de Grasse. 

DUCAS. — Cas, seigneurie en Guienne, érigée pour De Gon- 
taut. Ducas, monnaie ainsi appelée de l'effigie d'un duc 
ou doge de Venise. 

DUCASSE. — Le Casse, seigneurie en Guienne, érigée en 
1500 en faveur de Duperrier. Ducasse, variante de dédi- 
cace, signifie fête, faire la ducasse, c'est se réjouir. 

DUCASTEL. — V. Castel. 

DUCEPPE. — De Cepet, commune de la Haute-Garonne, arr. 
de Toulouse. Cep, chaîne, fers, prison. 

DUCCEROY. — De Cerroy, commune du dép. de l'Oise, arr. 
de Clermont. 

DUCETTE. — De Ducey, commune de la Manche, arr. 
d'Avranches. Cête, cétacé. 

DUCHAINEE. — Chaînée, commune du dép. du Jura, arr. 
de Dole. 

DUCHAMBON. — Le Chambon, seigneuries de l'Angoumois 
et du Limousin. 

DUCHARME. — Le Charme, commune du dép. du Loiret, 
arr. de Montargis. Charme, arbre de haute tige qui 
pousse des branches dès sa racine et qui sert à faire des 
palissades. 

DUCHARNAY. — Charnay, communes des dép. du Doubs, 
du Rhône et de Saône-et-Loire. 

DUCHATEAU. — Le Château, seigneuries de Champagne et 
du Poitou. 

DUCHATEL. — Le Châtel, seigneurie en Bretagne, érigée 
érigée pour Du Chastel. 



[ 240 ] 

DUCHAU. — Cliau, commune du dép. de la Drôme, canton 
de Séderon, arr. de Nyons. 

DUCHEMIN. — Le Chemin, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Sainte-Ménehould. 

DUCHÉNE. — Le Chêne, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1710 pour De Prie. V. Chêne. 

DUCHESNAY. — Le Chesnay, seigneuries de Bretagne et 
de Normandie. V. Chesnay. 

DUOHESNE. — Le Chesne, seigneuries de Bretagne, du 
Poitou, de la Normandie, de l'Ile-de-France et de la 
Sologne. Duchainne, duchesse. 

DUCHESNEAU. — Le Chesnot, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1700 pour Le Forestier. Chêneau, jeune chêne. 

DUCHESNOIS. — Le Chesnoi, seigneurie dans le Bourbon- 
nais, érigée en 1760 pour De Moncorps. Chesnois, chê- 
naie. 

DUCHESNY. — Chesny, dans le pays Messin, diocèse et 
parlement de Metz. 

DUCHOUQUET. — Chouquet, chevalet pour l'arquebuse. 

DUCLAS. — Le Clat, dans le Haut-Languedoc, parlement de 
Toulouse. Clas ou glas, retentissement, flotte. 

DUCLEMENT. — Commune du dép. de Saône-et-Loire. 

DUCLOS. — Le Clos, seigneuries en Bretagne et dans l'An- 
jou. Clôt, pas, traces, vestiges. Clos, lopin de terre cul- 
tivé et fermé de murailles, de haies, de fossés. 

DUCLOU. — Les Clous, seigneurie en Normandie, érigée pour 
De Fougère, en 1560. 

DUCOLOMBIER. — Le Colombier, seigneurie en Normandie, 
érigée en 1650 pour De Gaullpn. Colombier, bâtiment où 
l'on élève les pigeons. 

DUCONDU. — De Conduché, lieu du dép. du Lot, dans la 
comune de Bouziès-Haut. 

DUCONGÉ. — Congé, commune du dép. de la Sarthe, arr. 
de Mamers. 

DUCORPS. — Corps, commune du dép. de l'Isère, arr. de 
Grenoble. Corp, corbeau, poison. 

DUCORS. — Cors, seigneurie érigée pour D'Aumont en 1537. 
Cors, course, galop, personnage. 



[ 241 ] 

DUCOUDRAY. — Le Coudray, seigneuries de Bretagne, de 
Normandie et de l'Orléanais. Coudray, lieu planté de 
coudriers. 

DUCRE. — Cré, seigneurie unie à la ehâtellenie de Fougères, 
érigée en baronnie en 1621 pour De Pas, et commune du 
dép. de la Sarthe, arr. de La Flèche. Crée est la mesure 
pour Tannage de la toile tissée, en Bretagne. 

DUCROS. — Le Gros, seigneuries dans le Daupliiné, en 
Guyenne et dans le Languedoc. Crot, creux, anse d'une 
rivière. 

DUCURON. — Curon, serpe attachée à la charrue quand la 
terre est humide et s'attache à l'oreille de la charrue. 

DUDEMAIN. — Le Demaine, seigneurie en Bretagne, érigée 
en 1668 en faveur de Billon. Demain, délai, retard, du 
lendemain. 

DUDEVOIR. — Devoir, dette, tribut, hommage, charge pour 
usage du bois. 

DUFAILLI. — Failly, commune du dép. de la Moselle, can- 
ton de Vigy, arr. de Metz. Faillie, redevance. 

DUFAUT. — Dufau, lieu des Basses-Pyrénées, dans la com- 
mune d'Igon. Faut, endroit où une rivière se jette dans 
une autre. 

DUFAY. — Le Fay, seigneuries de Bourgogne, de Norman- 
die. Du fay, de l'écurie, de l'étable. 

DUFESTE. — Festes, seigneurie dans le Languedoc, érigée 
en 1663 pour De Cahusac. Feste, plaisanterie, hêtre, 
amarre, faîte. 

DUFIGUIER. — Commune du dép, de Lot-et-Garonne, arr. 
de Marmande. 

DUFILS. — De Fil, dans la Normandie, diocèse d'Evreux. 

DUFION. — Petite rivière du dép. de la Marne, arrose Bas- 
suet, Saint-Quentin, Saint-Lumier, Saint-Amand, et se 
jette dans la Marne. 

DUFIX. — Fix, commune du dép. de la Haute-Loire, en Au- 
vergne, diocèse de Saint-Flour. 

DUFLOS. — Flaux, commune du dép. du Gard, canton 
d'Uzès. Flos, fleur, 

16 



[ 242 ] 

DUFLOUT. — Flout, flamme. 

DUrONT. — Le Fond, seigneurie en Bretagne érigée en 

1545 en faveur de Ferré. Font, fer fondu, non forgé. 
DUFOREST. — Le Forêt, dans les Hautes-Alpes, arr. de 

Gap. 
DUFORGE. — Forge, seigneuries en Champagne et dans le 

Limousin. 
DUFORILLON. — Forillon, cap. 
DUFORT, — Le Fort, lieu du dép. du Nord, commune de 

Tritli-Saint-Léger, et Dufort, dans le dép. du Gers, arr. 

de Mirande. Fort, capital par opposition aux intérêts. 
DUFOUR. — Le Four, seigneurie dans la Franche-Comté^ 

érigée en 1684 en faveur de Despotots. 
DUFRANC. — Le Franc-Aleu, petit pays qui faisait partie 

de la basse Auvergne, enclavé dans le pays de Com- 

brailles. Franc, noble, libre, libérateur. 
DUFRAYER. — Fraghier, commune du dép. de la Haute- 
Saône, arr. de Lure. Dérive du latin fricare, frotter. 
DUFRESNAY. — Fresnay, seigneuries de Normandie et du 

Nivernais. Fresnée, lieu planté de frênes. 
DUFRESNE. — Le Fresne, seigneuries en Bretagne, et en 

Champagne. Fresne, bois de lance de frêne. 
DUFRESNEL. — Fresnel, seigneurie de la Champagne. Fres- 

nel, dim. de fresne, branche, rejeton, tronc de frêne. 
DUFROS. — Le Frost, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1600 en faveur de Bérard. Frost, terre inculte, large 

chemin publie, place communale plus large que le che- 
min. 
DUFURNE. — Furnes, seigneurie en Artois, érigée en 1500 

pour De Ranchicourt. 
DUGAL. — Gais, seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 

pour De la Chapelle. Gai, caillou, galet, mesure pour la 

laine. 
DUGAN. — Gan, commune dans le dép. des Basses-Pyrénées, 

arr. de Pau. Gant, droit du seigneur dans la mutation 

des fiefs. 
DUGARD. — Le Gard, seigneurie en Languedoc, érigée pour 



[ 243 ] 

De Combes, et le Gard, lieu dans le dép. du Nord, com- 
mune de Châtillon. 

DUGAS. — Gas, commune dans le dép. d'Eure-et-Loir, can- 
ton de Maintenon, arr. de Chartres. Gas, gars, et gast, 
pays ravagé, inculte. 

DUGRE. — Grée, seigneurie en Bretagne, érigée en 1615 
pour Boudard. Gré, degré, marche d'escalier, faveur, 
puissance, accord. 

DUGRENIER. — Commune du dép. de la Haute-Loire, can- 
ton de Blesle, arr. de Brioude. Grenier, contrée fertile 
qui exporte ses productions. 

DUGUAY. — Le Gué, seigneuries en Poitou et en Bretagne. 
Guay, malheur, importune, et gué, abreuvoir, fossé rem- 
pli d'eau, terrain bas. 

DUGURRE. — Gurs, commune du dép. des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Orthez. 

DUHAMEL. — Le Ilamel, seigneuries en Artois, en Cham- 
pagne, dans la Flandre, en Normandie et en Picardie. 
Duhamel, du hameau. 

DUHART. — Hart, châtellenie du Bas-Rhin, dans l'ancien 
Palatinat. Hart, branche, osier, corde. 

DUHAUT. — Le Haut, seigneuries en Picardie, et en Bre- 
tagne. Haut, éminence, tertre, étage supérieur. 

DUHAUTMENIL. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, 
canton d'Auxy-le-Château, arr. de Saint-Pol. 

DUHAY. — Le Hay, commune du dép. de la Seine, canton de 
Villejuif, arr. de Sceaux. Hay, haine. 

DUHE. — Héez, seigneurie en Artois, érigée pour Brulart en 
1466. Hé, haine, tourment. 

DUHEMME. — Hem, bourg et marquisat de Flandre, dép. 
du Nord, à 2 lieues de Lille. Hemme, bataille. 

DU HERISSON. — Ville du dép. de l'Allier, arr. de Mont- 
luçon. 

DUHOUSSET. — Housset, commune dans le dép. de l'Aisne. 
Houssaye, lieu planté de Houx. 

DU JARDIN. — Commune du dép. de l'Isère, canton et arr. 
de Vienne. 



[ 244 ] 

DUJOUR. — Jours, seigneurie en Bourgogne, érigée en 1750 
pour Le Grand de Sainte-Colombe. Jour, temps, heure, 
délai, mesure de terre qu'une charrue peut labourer en 
un jour. 

DULAC. — Dulac, seigneurie du Berry, érigée en 1560 pour 
Le Borgne. Le Lac ou Villers, commune du dép. du 
Doubs, arr. de Pontarlier. Lac, caverne, fosse. 

DULAURENT. — Commune du dép. de l'Hérault, canton de 
Murviel, arr. de Béziers. Laurent, dim. de laure, laurier. 

DULEAU. — Le Lau, seigneurie en Armagnac, érigée en 
1482 pour De Châteauneuf. 

DULEMAN. — Léman, département formé du territoire de 
Genève et de plusieurs cantons distraits des dép. de 
l'Ain et du Mont-Blanc. 

DULEON. — Léon, seigneurie de Gascogne, et Léon, seigneu- 
rie de Bretagne. 

DULIGNON. — Lignon, seigneurie de Normandie, érigée en 
1463 en faveur de Sainte-Marie. V. Dulin. 

DXJLIN. — De Dullin, dans le dép. de la Savoie, arr. de Cham- 
béry. Lin, lignage, parenté, légère frégate. 

DULOIN. — Loing, rivière de la Nièvre qui se jette dans la 
Seine, entre Melun et Montereau. 

DULONG. — Long, seigneurie en Normandie, érigée en 1463 
pour De Villiers. Long, côté, espace, distance, tout le 
long. 

DULUDE. — Le Lude, seigneuries en Anjou, en Normandie 
et dans la Sologne. Lude, toile fabriquée à Lude. 

DULUTH. — De Delut, commune du dép. de la Meuse, arr. de 
]\Iontmédy. Lut, sorte de bois, terre à potier, boue. 

DUMAINE. — Le Maine, seigneurie de Bretagne érigée en 
1450 en faveur de Mellet. Maine, demeure, manoir, vil- 
lage, espèce. 

DUMAIS. — Le Mais, seigneurie en Picardie, érigée en 1689 
pour de Lescuyer. Mais, signifie mauvais. Dumet, duvet. 

DUMANCIN. — De la Mancine, com. du dép. de la Haute- 
Marne, canton de Vignory, arr. de Saint-Gaudens. 

DUMANCY. — Mancy, seigneurie de Normandie, érigée pour 
De Hallot en 1586. 



[ 245 ] 

DUMÂNS. — Le Mans, seigneurie en Provence, et ville du 
Maine. Manse, habitation rurale à laquelle se rattachait 
une certaine étendue de terre. 

DUMARÂIS. — Le Marais, seigneurie en Angoumois, érigée 
en faveur de Chabot, en 1550. 

DUMARCHÉ. — Le Marchais, lieu du dép. de Loir-et-Cher. 

DUMAREUIL. — Mareuil, seigneuries de Bretagne et de 
Champagne, la première érigée en 1700 en faveur de 
Guy, et la seconde, en 1450 pour De Béthune. 

DUMAS. — Le Mas, seigneurie en Languedoc, érigée pour 
D'Auriol, en 1487. 

DUMAY. — Le May, seigneurie en l'Ile-de-France, érigée 
pour Fredi en 1750. Mée, huche. 

DUMENU. — Les Menus, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 pour Du Rufuge. Menu, à mailles menues. 

DUMERDY. — De Mardyek, commune du dép. du Nord, arr. 
de Dunkerque. 

DUMESNIL. — Le Mesnil, seigneuries en Bretagne, en Nor- 
mandie, en Champagne, et Dumesnil, seigneurie en Pi- 
cardie, érigée en 1612 pour De Caulincourt. Mesnil, mai- 
son accompagnée d'un champ, habitation. 

DUMESNY. — V. Dumesnil. 

DUMILON. — Milon, seigneurie de l'Anjou, érigée en 1330 
pour De Milon. 

DUMESTRE. — Mestre-Luguet, seigneurie en Languedoc, 
érigée en 1733 pour D'Espic. 

DUMONT. — Des Dumonts, lieu dans le dép. de l'Yonne, 
commune de Monéteau. Le Mont, seigneuries en Arma- 
gnac et en Bourgogne. Mont, monde, monceau, tas, lot, 
billot, valeur. Les paysans français appelaient la fin du 
monde, finimont. 

DUMONTAIS. — Montay, seigneurie de la Touraine, érigée 
en 1500 en faveur de Chesneau. 

DUMONTEL. — Montel, commune du dép. du Puy-de-Dôme, 
arr. de Riom. Montel, monticule. 

DUMONTET. — Le Montet-aux-Mornes, bourg du Bour- 
bonnais, dép. de l'Allier, à 7 lieues de Moulins. Montet, 
dim. de mont. 



[ 246 ] 

DUMONTIER. — Montier, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Bar-le-Duc. Dumontier, c 'est-à-dire du monastère 
ou de l'église. 

DUMOUCHEL. — Le Mouchel, seigneurie de Normandie, 
érigée en 1460 pour Le Roux. Mouchel, monceau. 

DUMOULIN. — Le Moulin, seigneuries en Bretagne; il y en 
a quatre, nommées le Moulin-de-la-Golse, le Moulin-Hen- 
riet, le Moulin-Tison et le Moulin- Vieux. 

DUMOULINEUF. — Moulineuf, seigneurie dans la Brie, éri- 
gée en 1599 pour Raviers. 

DUMOUR. — Mours, commune du dép. de Seine-et-Oise, can- 
ton de l'Ile- Adam. Mour, terrain à tourbe. 

DUMUY. — Muy, seigneurie de Provence, dép. du Var, sur 
le Pis, à 3 lieues de Fréjus. Muiz, mousse, et muit, 
mugissement. 

DUNET. — Dunet, commune du dép. de l'Indre, arr. de 
Le Blanc. Nest signifie aire. Nethes, département le plus 
septentrional de la France, où coulent les deux rivières 
appelées Nèthes. - 

DUNIERE. — Dunière, communes dans les dép. de l'Ardèche 
et de la Haute-Loire. Dérive du verbe unier, unir. 

DUOT. — Ost, seigneurie de Gascogne, érigée en 1739 pour 
De Monda. Ost, armée, combat. 

DUPARC. — Le Parc, seigneuries en Bourgogne, en Nor- 
mandie et dans le Bugey. Parc, camp fortifié, troupeau, 
lice. 

DUPARD. — Parres, dans le Bugey, diocèse de Lyon. Pard, 
panthère. 

DUPART. — Commune du dép. de l'Aube, canton de Clia- 
vanges, arr. d 'Arcis-sur-Aube. Part, pouvoir, région, 
part. 

DUPAS. — Le Pas, commune du dép. de Mayenne, arr. de 
Mayenne. Pas, passage du fil dans la trame, lieu où l'on 
se tient, poste. 

DUPASSAGE. — Le Passage, seigneuries en Auvergne et 
dans le Daupliiné. Passage, voyage d'outre-mer, croisade, 
droit de passage, contrat, infidélité. 



[ 247 ] 

DUPAUL. — Paule, commune dans le dép. des Côtes-du- 

Nord, arr. de Guingamp. Paul, nom d'homme. 
DUPAULAU. — Paulhau, commune dans le dép. de l'Hé- 
rault, arr. de Lodève. 
DUPEL. — Pel, commune du dép. de l'Aube, arr. de Bar-sur- 

Aube. Pel, parchemin, récit, bref écrit sur parchemin. 
DUPERE. — Le Péré, seigneurie de Normandie, érigée pour 

Duquesne en 1718. Perré, pavé, de pierre. 
DUPERET. — Peret, seigneurie en Languedoc, érigée en 

1760 pour De Pailloux. V. Dupéré. 
DUPERON. — Peron, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Gex. Perron, grosse pierre, écueil, grand escalier, statue 

de pierre, grève. 
DUPILLE. — Commune du Périgord, diocèse de Bordeaux. 

Pille, vase servant à contenir ou à mesurer les liquides, 

pillage. 
DUPIN. — Le Pin, seigneurie en Bretagne, érigé en 1600 

pour Du Breuil, et Dupin, seigneurie du Berry, érigée 

pour Le Borgne. Pin, arbre. 
DUPLAIN. — Le Plain, dans la Champagne, diocèse de Reims. 

Plain, plat, uni, clair, net, d'une seule couleur. 
DUPLAIS. — Plaix, dans la Marche, diocèse de Limoges. 

Plais, plie. 
DUPLANIOL. — Planioles, commune dans le dép. du Lot, 

canton de Figeac. De plani, doux, agréable. 
DUPLANT. — Le Plan, seigneuries en Languedoc et en 

Provence. Plant, tige nouvellement plantée. 
DUPLANTIER. — Les Plantiers, seigneurie en Languedoc, 

érigée pour Tourtoulon en 1668. Plantier, lieu planté 

d'arbres, clos de vigne, marcotte. 
DUPLANTY. — Le Planty, seigneurie en Bretagne, érigée 

pour De Boislève en 1668. Planteis, plantation, plançon. 
DUPLESSIS. — Le Plessis, seigneuries en Berry, en Bretagne, 

dans le Nivernais, en Normandie et dans l'Orléanais. 

V. Plessis. 
DUPONCET. — Poncet, village dans le dép. de la Côte-d'Or. 

Poncet, pour ponceau, petit pont d'une seule arche. 



[ 248 ] 

DUPONCHET. — Ponchet, dans l'Artois, diocèse d'Arras. 
DUPONCY. — Poney, commune du dép, de l'Ain, arr. de 

Nantua. De poncer, polir avec la pierre ponce. 
DUPONT. — Le Pont, seigneuries en Bretagne, dans le Cha- 

rolais, dans le Nivernais et en Touraine. Pont, pommeau 

de l'épée. 
DUPONTEAU. — Pontaut, seigneurie en Guyenne, érigée en 

1360. Ponteau, petit pont, pont volant. 
DUPORT. — Le Port, seigneuries dans le Vivarais, et en Bre- 
tagne. Port, défilé, portage, faveur, crédit, secours. 
DUPORTEAU. — Le Portant, seigneurie en Anjou, érigée 

pour Gibot, en 1665. Porteau, dim. de porte, transport, 

sorte d'oublié. 
DUPRAT. — Le Prat, seigneurie en Bretagne, érigée en 

1539 pour D 'Oudart. Prat, pré. 
DUPRE. — Le Pré, seigneurie en Normandie, érigée en 1770 

pour De Haussay. Pré, petite prairie. 
DUPREUIL. — Preuil, village de la Saintonge, dans le dép. 

de la Charente, à 3 lieues de Cognac. De preu, sage, 

expert. 
DUPUIS. — Le Puis, seigneurie dans le Perche, érigée en 

1519 pour De Hallot. Pui, montagne, colline, coteau, 

hauteur. 
DUPUY. — Le Puy, seigneurie du Nivernais, érigée en 1700 

en faveur d'Olivier, et ville du Languedoc sur le mont 

d 'Anis. 
DUPUYAU. — Puys, commune du dép. des Landes, canton 

de Villeneuve. Puiot, bâton pour s'appuyer, béquille. 
DUQUESNE. — Le Quesne, marquisat en l'Ile-de-France, 

érigée en 1682 en faveur de Duquesne. Quesne, chêne. 
DUQUERCY. — Le Quercy, ancien pays de France, en 

Guyenne. 
DUQUET. — Commune du dép. de l'Isère, canton de Corps, 

arr. de Grenoble. Quest, gain, profit. 
DURANCEAU. — De la Durance, rivières de la Provence et 

du Dauphiné, ou de la Durencerie, seigneurie de l'Anjou 

érigée en 1538. Rance, pièce de bois. 



[ 249 ] 

DURAND. — Durand, seigneurie en Gascogne, érigée en 
1562 pour De Montlezun. 

DURANG. — De Rang, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Baume-les-Dames. Rang, banc des rameurs et effet des 
rames. V. Durand. 

DURANT. — Ran, tige, étable, bélier. 

DURANTIN. — De Eantigny, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Rantigny. 

DURASOIR. — De Duras, seigneurie en Agénois, érigée en 
marquisat en 1609. 

DURBOIS. — Durbois, seigneurie en Normandie, érigée en 
1450 en faveur de Cholet. 

DUREAU. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, canton 
de Brie. Reau, trou. 

DUREL. — Dureil, commune du dép. de la Sarthe, canton 
de Malicorne. Reille, bardeau, cheville, sillon, manche 
de la charrue. 

DURENOT. — Reno, dans le Perche, diocèse de Séez. 

DUREPOS. — Commune du dép. de l'Orne, canton de Mor- 
trée, arr. d'Argentan. Repos, lit. 

DURET. — Durette, dans le Beaujolais, près de Lyon. Ret, 
accusation. Duret, foie de bœuf cuit. 

DURFORT. — Durfort, seigneurie en Languedoc, érigée pour 
David en 1600. 

DURIEUX. — Rieux, seigneuries en Normandie et en Picar- 
die. Rieu, ruisseau. 

DURIVAGE. — Rivage, droit seigneurial perçu sur les mar- 
chandises embarquées ou débarquées sur la rive. 

DURIVAULT. — Le Rivau, seigneurie de l'Anjou, érigée eu 
1450 pour De Beauvau. De rival, rive, rivage, sorte de 
filet. 

DUROCHE. — Roche, seigneuries en Champagne, en Bour- 
gogne et dans le Dauphiné. Roche, châteaufort bâti sur 
une roche, cave, souterrain, crèche, carrière de pierres, 
motte, pierre précieuse. 

DUROGHER. — Le Rocher, baronnie de Bretagne, devenue 
marquisat en 1575, en faveur de Du Breuil, et seigneurie 



[ 250 ] 

en Normandie. Rocher, couvrir de borax la partie qu'on 

veut souder. 
DURODEAU. — De la Rode, dans le dép. des Bouches-du- 

Rhône. Rodeau, dim. de rode, mesure de terre. 
DURON. — Rond, seigneurie du Boulonnais, érigée en 1650 

pour Du Tertre, et Ronq, dans la Flandre. 
DUROQUET. — Roquette, ville du dép. du Tarn, et seigneu- 
rie en Normandie. Roquet, nom d'une espèce de ramier. 
DUROS. — Le Ros, seigneurie en Bretagne, érigée en 1700 

pour Le Lart. Ros, roseau, cheval. 
DUROSEAU, DUROZEAU. — Le Roseau, dans la commune 

du Perray, dép. de Seine-et-Oise. Roseau, plante du 

genre phragmite, massette. 
DUROUSSEL. — V. Desroussels. Roussel, sorte de bâton. 
DUROUVRAY. — Le Rouvre, seigneurie en Bretagne, érigée 

en 1668 pour De la Chevière. Rouvrai, lieu planté de 

chênes ou rouvres. 
DUROUZEAU. — Rouzau, commune du dép. de l'Ariège, 

canton de Ramiers. 
DURTUBISE. — D'Urtubie, seigneurie dans la Terre du 

Labour, érgée en 1450 pour d'Urtubie. V. Urtubise. 
DURUAU. — Le Ruau, seigneurie de l'Anjou, érigée en 

1560 en faveur de Nau. Ruau, dim. de ru, ruisseau. 
DURUEZ. — Les Ruées, seigneurie en Picardie, érigée en 

1293 pour Le Bouteiller de Senlis. Ruet, trou. 
DURY. — Communes du dép. du Pas-de-Calais et de la 

Somme. Dury, toile de coton écrue. 
DUSABLE. — Sablé, commune du dép. de la Sarthe, arr. de 

la Flèche. Sablé, noirâtre, fourré, garni de zibeline. 
DUSABLOND. — Sablon, seigneurie en Normandie, érigée 

en 1666 en faveur de Fortin. Sablon, sable très fin. 
DUSAILLANT. — Le Saillant, seigneurie du Limousin, éri- 
gée en 1756 pour De Lasterie. Saillant, daguet. 
DUSAILLI. — Sailli, seigneurie en Artois, érigée en comté 

en 1719. Saillie, sortie, course rapide. 
DUSAUTOY. — De Sauto, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Prade. De saut, assaut. 



- [ 251 ] 

DUSAY. — Say, en Normandie, diocèse de Séez, près d'Alen- 

çon. Saie, étoffe de laine. 
DUSEP. — V. Duceppe. Sepe, branche, souche, race. 
DUSEREAU. — Duserre, seigneurie dans le Languedoc, 1738. 

Serre, scie, espadon, montagne, serrure, série, rang. 

Serau, couvre-feu, angélus du soir. 
DUSOUCHET. — Le Souchet, seigneuries de Bourgogne et de 

Bretagne. Souchet, soc de charrue, sacque, socquet, 

buffet, sorte d'oiseau. 
DUSSAULT. — D'Ussau, commune des Basses-Pyrénées, 

canton de Garlin. Sault, drap ainsi appelé parce qu'il 

était marqué du sceau royal. 
DUSSESTE. — D'Uzeste, commune de la Gironde, arr. de 

Bazas. Sete, loutre. 
DUSSON. — Usson, seigneuries en Auvergne et dans le Forez, 

érigée en 1380 pour De Salse. 
DUSTAU — D'Uston, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 

Saint-Girons. 
DUTAILLY. — Tailly, seigneurie en Champagne, érigée en 

1500. V. Destaillis. 
DUTALME. — Talmé, seigneurie et bourg de Bourgogne, 

sur la Vingeanne, dép. de la Côte-d'Or. 
DUTARD. — Duthor, baronnie dans le Comtat-Venaissin. 

Tard, lent, tardif. 
DUTARTRE. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. 

de Soûlons. Tartre, sorte de monnaie. 
DU TASTA. — Seigneurie en Guyenne, érigée en 1772 pour 

De Brassay. De taste, sonde. 
DUTAUD. — Taux, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Louhans. Vient de tauder, abuter, couvrir. 
DUTEMPLE. — Le Temple, seigneurie de la Touraine, érigée 

en 1685 pour De Préville. Temple, monument élevé en 

l'honneur d'une divinité. 
DUTENDRE. — Tende, comté en Provence, érigé en 1450. 

Tendre, pays allégorique imaginé par certains roman- 
ciers du XVIIe siècle. 
DUTERTRE. — Le Tertre, seigneuries en Bretagne et dans 



[ 252 ] 

le Béarn. Tertre, élévation peu considérable de terrain. 
DUTET. — Tet, rivière du Roussillon, qui vient des Pyrénées 

et se décharge dans la Méditerranée. Teste, tesson, 

livre des Evangiles. 
DUTHU. — De Thuy, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Tarbes. 
DUTIL. — Til, seigneurie en Normandie, érigée en 1426 pour 

De Pardieu. Til, tilleul, pont de bateau. 
DU TILLY. — Tilly, châtellenie de Normandie, érigée en 

1463, devenue marquisat en 1766. 
DUTOT. — Le Tôt, seigneurie en Normandie, érigée en 1500 

pour Des Moutiers. Tôt, tout à fait, complètement. 
DUTOUR. — Tour, seigneurie en Normandie et village de 

l'Auvergne, dép. du Puy-de-Dôme. Tour, bâtiment élevé 

de forme ronde ou carrée. 
DUTISNÉ. — De Tinée, dans la commune d'Utelle, dép. des 

Alpes-Maritimes. Tinée, contenu d'une cuvette, bassin. 
DU TREMBLAY. — Le Tremblay, seigneuries de l'Ile-de- 
France, de la Brie, du Nivernais et de l'Orléanais. 

Tremblay, lieu couvert de trembles. 
DUTREMBLE. — La Tremble, seigneurie du Berry, érigée 

en 1637 pour De Lestang. Tremble, tremblement, arbre. 
DUTREUIL. — Le Treuil, seigneurie dans la Bourgogne, 

érigée en 1550. Treuil, cylindre pour soulever des poids. 
DUTRISÂC. — Trizac, commune du dép. du Cantal, arr. de 

Mauriac. 
DUTUYAU. — De Tuy, en Gascogne, diocèse de Tarbes. 

Tuyau, couronne, la partie au-dessus du sabot du cheval. 
DUVAILLY. — Vailly, seigneurie en Normandie, érigée en 

1493 pour De Montfiquet. De vaille, valeur. 
DUVAL. — Le Val, seigneuries en Bretagne et en Norman- 
die. Val, bas d'une chose, valeur. 
DUVAULT. — Vaux, seigneuries de la Bresse, de l'Ile-de- 
France, de la Champagne, de Normandie, de Provence 

et du Vexin. Volt, visage, les traits du visage. 
DUVERGER. — Seigneuries en Anjou, dans le Blaisois, en 

Bretagne, en Guyenne, et dans le Vendômois. Verger, 

lieu planté d'arbres fruitiers. 



[ 253 ] 

DUVERNAY. — Le Vernay, seigneuries en Bretagne et en 
Bourgogne. Verne, garni de vitres, vitré. 

DUVERNI. — Vernie, seigneurie dans le Maine, à 3 lieues 
de Fresnay, dép. de la Sarthe. Vernis, chaussée, digue, 
écluse. 

DUVERT. — Le Vert, commune dans le dép. des Deux- 
Sèvres. Le vert, la fleur. 

DU VILLARS. — Communes du dép. de la Charente-Infé- 
rieure, d'Eure-et-Loir, de l'Ain, de la Loire, de Vau- 
cluse. De vile, village, maison de campagne, ferme. 

DUVIVIER. — Le Vivier, seigneuries en Anjou et en Nor- 
mandie. Vivier, cage pour nourrir les oiseaux, volière. 

DYANNET. — De Dyenay, commune de la Côte-d'Or. Dienne, 
bagatelle, futilité. 

DYER. — Dyé, commune du dé. dep. de l'Yonne, arr. de Ton- 
nerre. Dier, dédier, et dyée, prière finale des offices les 
jours de jeûne. 

DYON. — D'Yon, en Bourgogne, près de Lyon. 

DYONNET. — De Dionay, commune du dép. de l'Isère. 

DYOTTE. — De Dyo, commune du dép. de Saône-et-Loire, 
arr. de Charolles. Dicte, folie, idiotie. 






ECREMENT. — D'Ecoman, commune du dép. de Loir-et- 
Cher, arr. de Blois. Ecrémer, enlever ce qu'il y a de 
meilleur. 

ECUYER. — D'Ecuillé, commune du dép. de Maine-et-Loire, 
canton de Briollay. Ecuyer, faux bourgeon qui croît au 
pied d'un cep de vigne, jeune cerf. 



[ 254 ] 

EDELINE. — D'Edling, commune du dép. de la Moselle, 
canton de Bouzon ville. Dérive d'edel, noble, illustre. 

EDINE, — De Digne, ville des Basses-Alpes, 

EDME, EME. — Eme, bourg du Dauphiné, dans les Alpes. 
Eme, signifie estimation, petit enfant. 

EGÉE. — D'Eget, lieu du dép. des Hautes-Pyrénées, canton 
de Vielle. D'égent, dénué. 

ELIE. — Voir Héli. Elle, nom d'un prophète enlevé au ciel 
vers 900 avant Jésus-Christ. 

ELBEUF. — Marquisat en Normandie, devenu duché-pairie 
en 1581. Vient du teutonique bu ou beuf, qui signifie 
village. On disait carlebeuf, pour village du comté. 

ELOT. — D'Eletot, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
d'Yvetot. D'esloser, louer, vanter. 

EMANUEL. — D'Emanville, commune de Normandie, dio- 
cèse d'Evreux. Emmanuel, mot hébreu, veut dire Dieu 
avec nous. 

EMÂRD. — Emars, seigneurie de la Franche-Comté, érigée 
en 1562 pour Boquet. Du verbe esmarir, se chagriner. 

EMOND, EDMOND. — D'Hesmond, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de Montreuil-sur-Mer. D 'émonder, couper les 
branches inutiles. 

ENAU, ENAXJD. — De Lénault, commune du Calvados, arr. 
de Vire. D'esne, barque, cuve à mettre le vin. 

ENCEAU. — D'Eus, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Bagnères-de-Bigorre. D'enchaus, action de poursuivre. 

ENCONGNIER. — D'Encone, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Montélimart. Encongnier, frapper de la monnaie. 

ENFOURS. — D 'Enfournas, commune des Hautes-Alpes, 
arr. de Gap. D'enfourner, mettre au four. 

ENGAY. — D'Angais, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau. 

ENGUEHARD. — D'Hangard, commune du dép. de la 
Somme, arr. de Montdidier. D'engarder, préserver, pré- 
venir. 

EON. — D'Ehuns, commune de la Haute-Saône, arr. de Lure. 

ENOUILLE. — De Sénouillac, commune du dép. du Tarn, 
arr. de Gaillac. 



[ 255 ] 

ENSELIN. — De Selens, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Laon. D'ensel, épée, cautère qui a la pointe comme 

celle d'une épée. 
ESCÂBIET. — D'Escobègues, commune du dép. du Nord, 

arr. de Lille. Dérive du latin scabellum, escabeau. 
ESCÂRBOT. — D'Escaro, commune du dép. des Pyrénées- 
Orientales, canton d'Olette. Escarbot, coléoptère qui vit 

sur les matières infectes. 
ESCARD. — De Lescar, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Pau. Escarre, équerre, ouverture violente. 
ESCHAPPE. — De l'Escap, dans la Charente-Inférieure, arr. 

de S. Jean d'Angély. Eschape, plume placée au-dessus 

des yeux. 
ESNARD. — D'Esnais, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1696. Dérive d'esne, outre, petit oiseau. 
ESNOUF. — D'Esnouveaux, commune de la Haute-Marne, 

arr. de Chaumont. D'esnuer, mettre à nu, dépouiller, pu- 
rifier. 
ESPRIT. — Commune du dép. des Landes, arr. de Dax. 

Esprit, raison, caractère, lutin. 
ESTEBE. — De Lestelle, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Saint-Gaudens. Steuble, sorte de poisson, 
ESTECHAUD. — D'Estrechoux, lieu du dép. de l'Hérault, 

commune de Camplong. Estecheis, combat. 
ESTENE. — De Steene, commune du dép. du Nord, arr. de 

Dunkerque. D'estenelle, tenaille, pincette. 
ESTEVE. — Commune dans le dép. des Pyrénées-Orientales. 

Estève, manche de charrue. 
ETCHEVERY. — D'Etcharry, commune des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Mauléon. 
ETHIER. — D'Eth, commune du dép. du Nord, canton de 

Quesnoy. Etier, canal qui sert à recevoir l'eau de la mer 

dans les marais salants. Estiez, nom d'homme, formé 

d'Athana^e. 
ETIENNE. — D'Equennes, commune du dép. de la Somme, 

arr. d'Amiens. Estienne, monnaie à l'effigie de saint 

Etienne. 



[ 256 ] 

ETIN. — Etain, commune du dép. de la Meuse, Etaing, com. 
dans le dép. du Pas-de-Calais. D'estinter, barioler. 

EUDES. — D'Eu, commune du dép. du Calvados, arr. de 
Lisieux. Eudes, liens qui attachent ensemble la tête et 
les pieds des bestiaux pour les empêcher de brouter. 
Eudes est aussi un nom propre d'homme. 

EUGÈNE. — D 'Ugine, commune du dép. de la Savoie. Eugène, 
nom d'homme se disait pour la tulipe rouge, brune et 
blanche. 

EURY. — De Leury, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Soissons. D'eure, fortune, sort. 

EVANTURELLE. — De l'Aventure, lieu du dép. du Nord, 
dans la commune d'Illies. Evanturelle, nom formé 
d'aventurele ou droit éventuel. 

EVELIN. — D'Ennevelin, commune du dép. du Nord, arr. 
de Lille. 

EVIN. — Commune dans le Pas-de-Calais, arr. de Béthune. 
Evain, bateau. 

EVITTE. — Evette, commune dans le territoire de Belfort. 
Evitte, d'évittre, largeur d'un canal pour le libre pas- 
sage des vaisseaux, espace de mer où le vaisseau peut 
tourner librement à la longueur de ses amarres. 

EVRARD. — D'Evreux, ville du dép. de l'Eure. Evrard, ou 
euvrard, ouvrier. 

EWARD. — De Lewarde, commune du dép .du Nord, arr. 
de Douai. 

EXTRA. — De Létra, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Villefranche. Extra, en terme de palais, est un jour 
extraordinaire auquel on tient l'audience. Extra, d'ex- 
traordinaire. 

EZECHIEL. — D'Esquiule, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Oloron. Ezéchiel, nom d'homme, le troisième des 
grands prophètes. 

EZIERO. — De Lisaros, com. du Calvados, arr. de Lisieux. 



[ 257 ] 






FÂBRE. — De Vavre, commune du clép. du Tarn, arr. de 
Castres. Fabre, artisan, maréchal, serrurier, coutelier, 
taillandier, charpentier. 

FACHE. — Commune du dép. du Nord, arr. de Lille, Fasche, 
contrariété. 

FAFARD. — D'Afa, commune de la Corse, arr. d'Ajaccio. 
Fafard vient de fafée, celle qui fait la femme d'impor- 
tance. 

FABAS, FABASSE.— Fabas, communes des dép. de l'Ariège, 
de la Haute-Garonne et de Tarn-et-Garonne. Fabas, vient 
de fabe, fève. 

FABER. — Fabert, seigneurie de Bourgogne, érigée en mar- 
quisat en 1650. Faber veut dire ouvrier, poisson de mer, 
ainsi appelé parce qu'on trouve en lui les instruments 
du forgeron. 

FAGES. — Commune du Quercy, diocèse de Caliors, parle- 
ment de Toulouse. Fage, nom d'homme, signifie hêtre. 
Dérive du grec fagos, manger. 

FAGNANT, FA YEN. — D'Ayen, commune du dép. de la 
Corrèze, arr. de Brive. Fagnin, épine, épinette, et fayant, 
hêtre. 

FAGNAUT. — Fagnaut, ville du Languedoc, diocèse de Mire- 
poix, à 3 lieues de Castelnaudary. Dérive de faignas, lieu 
marécageux. 

FAGOT. — Des Fagots, en Auvergne, diocèse de Clermont, 
Fagot, paquet de hardes, faisceau. 

FAGUERET. — De Falgueyrat, commune du département 
de la Dordogne, arr. de Bergerac. 

17 



[ 258 ] 

FAGUY. — Failli, commune du dép. de la Moselle, arr. ds 

Metz. Failli, lâche, fou, traître, chétif. Faillie, sorte de 

redevance. 
FAIDIT. — De Fédry, commune du dép. de la Haute-Saône^ 

arr. de Gray. Faidis, haï, rebuté. 
FAILLE. — De la Faille, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1700 pour Du Pé. Faille, voile de tête, torche, flambeau,. 

faute, défaut, tromperie, ivrognerie. 
FALAISE. — Ville du Calvados, et communes des dép. des 

Ardennes et de Seine-et-Oise. Falaise, bord de la mer 

fort haut et escarpé. Dérive de l'allemand falos, roche. 

En Touraine, falaise se dit du sable menu, et en Nor- 
mandie, monceau de neige. 
FALARD. — De Feuilla, commune du dép. de l'Aude, arr. 

de Narbonne. Dérive de fale, jabot. 
FALARDEAU. — De la Feuillardais, dans la Loire-Inférieure, 

commune d'Arthon-en-Retz. Filardeau, jeune brochet. 
FALCON, — Seigneurie du Briennois, érigée en 1645 pour 

Du Puy. Falcon, faucon. 
FALIS. — Falix, abbaye dans la Hainaut, diocèse de Liège. 

Falis, tour élevée. 
FALLBY. — De Falvy, commune du dép. de la Somme, arr. 

de Péronne. 
FALZ. — Fais, commune du dép. de Lot-et-Garonne, arr. 

d'Agen. De falcel, faucille. 
FAMELART. — De Famars, commune du dép. du Nord, arr. 

de Valenciennes. Famelart, affamé. 
FANCHON. — De Famechon, seigneurie de Picardie, arr. 

d'Arras. Fanchon, dim. de Françoise. 
FANEF, FANEUF. — De Pléneuf, commune du dép. des 

Côtes-du-Nord, arr. de Saint-Brieuc. Fanef dérive de 

fane, herbe, feuille. 
FARAUDIER. — D'Arrodets, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. d'Argelès. Dérive de far, baie, golfe, farine 

grossière. 
FARDEAU. — D'Ardes, commune du Puy-de-Dôme, arr. 

d'Issoire. Fardeau, paquet, enjeu. 



[ 259 ] 

FARE. — La Fare, baronnie du Languedoc, érigée en 1640 
pour De la Fare. Fare, fête des pêcheurs en mai, espèce 
de poire, fruit d'hiver, phare. 

FARENDIER. — D 'Arrendières, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Bar-sur-Aube. 

FARGE. — Farges, communes des dép. de l'Ain et de Saône- 
et-Loire. Farge, forge. 

FARGY. — D'Argy, commune du dép. de l'Indre, arr. de 
Cliâteauroux. 

FARIBAULT.  — D'Auribeau, communes des Alpes-Mari- 
times, de Vaucluse et des Basses-Alpes. Il y a dans l'an- 
cienne ^Macédoine une rivière du nom de Faribo, qui se 
jette dans le golfe de Salonique. 

FARiL. — De Faurilles, commune du dép. de la Dordogne, 
arr. de Bergerac. Farrie, sorte de mesure. 

FARINEAU. — De Fareins, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Trévoux. Vient de fariner, se blanchir avec de la 
farine. 

FARNETH. — D'Arnèke, commune du dép. du Nord, canton 
de Cassel. Vient de farne, chêne. 

FARON. — D'Aron, commune du dép. de la ^Mayenne. Faron, 
baie, golfe, mèche, lumignon, cercueil. 

FARREAU. — D'Arreau, commune du dép. des Hautes-Py- 
rénées, arr. de Bagnères-de-Bigorre. Farreau, dim. de 
farre, longue paille de blé. 

FASCHE. — Fâches, commune du dép. du Nord, arr. de Lille. 
Fasche, terre en friche, contrariété. 

FAUBERT. — D'Auberville, commune du Calvados, arr. de 
Pont-l'Evêque. 

FAUCHER, — De la Faueherie, seigneuries de Guienne et 
de Normandie. Faucher, émérillon, oiseau de proie, ra- 
mier. 

FAUCHON. — De Faucon, commune des Basses-Alpes, arr. 
de Barcelonnette. Fauchon, couperet pour émonder les 
haies, les arbres, petit fauchet, espèce d'épée courbe en 
forme de faucille, large cimeterre tranchant d'un côté à 
l'usage des piétons, faucille. 



[ 260 ] 

FAUCONNET. — Commune dans le Bourbonnais, diocèse de 

Clermont. Fauconnet, dim. de faucon, jeune faucon. 
FAUCONNIER. — De Faucogney, commune de la Haute- 
Saône, arr. de Lure. Fauconnier, apprivoiseur d'oiseaux 

de proie. 
FAUDEUX. — D'Audeux, commune du dép. du Doubs, arr. 

de Besançon. Vient de faude, giron. 
FAUGÈRE. — Communes des dép. de TArdèche et de l'Hé- 
rault. Faugère, fougère. 
FAULT. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1535 pour Du 

Dresnay. Faulx, taille. 
FAUQUE. — Faulq, commune du dép. du Calvados, arr. de 

Pont-l'Evêque. Fauque, faucon, sorte de faux. 
FAUQUEREAU. — De Fouqueure, commune de la Charente, 

arr. de Ruffec. Vient de fauquet, petite faux. 
FAURE. — D'Aure, commune des Ardennes, arr. de Vouziers. 

Faure, forgeron, présent de fée. 
FAURON. — D 'Aurons, commune des Bouches-du-Rhône, 

arr. d'Aix. Faron, baie, golfe. 
FAUTEUX, — D'Autheux, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Doullens. Vient de faut, endroit où une rivière 

se jette dans une autre, défaut de l'homme, en terme de 

coutume. Fauteur, celui qui favorise une opinion, et ne 

se prend qu'en mauvaise part. 
FAUVAULT. — De Feuveau, seigneurie de Provence, érigée 

en 1678. Fauveau, nom donné au bœuf de couleur fauve. 
FAUVE. — D'Auve, commvme du dép. de la Marne, arr de 

Sainte-Menehould. Dérive de fulvus, de couleur rous- 

sâtre. Fauve, mensonge, âne. 
FAUVEL. — De Fauville, communes de la Seine-Inférieure et 

de l'Eure. Fauvel, dim. de fauve. V .Favel. 
FAUX. — Communes des Ardennes et de la Gascogne. Faux, 

oiseau. 
FAVEL. — Favèle, seigneurie des Ardennes, érigée en 1700 

pour Du Claux. Favèle, mensonge. Dérive de fabula, 

fable. 
FAVERON, FAUVERON. — D 'Averon-Bergelle, dans le 

dép. du Gers, arr. de Llirande. Dérive de faba, fève. 



i 



[ 261 ] 

FAVERY. — Du Favers, seigneurie du Perche, érigée en 
1658 pour d'Aligre. Faveri, résidence près d'un champ 
planté de fèves. 

FAVEUR. — De Favars, commune du dép. de Corrèze, can- 
ton de Tulle. Faveur, saveur. 

FAVRAU, FAVREAU.— De Savères, commune du dép de la 
Haute-Garonne, arr. de àMuret. Faverot, espèce de lé- 
gume. 

FAVRE. — V. Fabre. Favre, ouvrier qui forge. 

FAYARD. — De Sayat, commune du dép. du Puy-de-Dôme, 
arr. de Clermont-Ferrand. Fayart, hêtre, dans le Lyon- 
nais. 

FAYE. — Communes des dép. de la Charente, de Loir-et- 
Cher, et de Maine-et-Loire. Faye, brebis, lieu forestier. 

FAYEN. — D'Ayen, commune du dép. de la Corrèze, arr. 
de Brive. Fayant, hêtre. 

FAYET. — Communes des dép. de l'Aisne, de l'Aveyron et 
du Puy-de-Dôme. Fayette, petite faye ou brebis. 

FAYOLLE, — Ancien marquisat de l'Auvergne, dans le dép. 
de la Creuse, à 2 lieues d'Evaux. Fayolle, haricot sec 
distribué à bord des navires. 

FAYOT. — De Fayot de Laire, près de Longny. Vient de 
faye, brebis. 

FÈCHE. — Commune du dép. du Haut-Rhin, arr. de Belfort. 
Fecce, tuyau de blé. 

FECTEAU. — D'Ecquetot, commune du dép. de l'Eure, arr. 
de Louviers. 

FEILLEE. — De la FeiUée, seigneurie bretonne, érigée en 
1696 pour De Mauvy. FeiUée, feuillage. 

FELIX. — De Féliex, commune dans le Languedoc, diocèse 
de Mirepoix. Félix, nom d'homme, signifie heureux. 

FELLAND. — De Feillens, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Bourg. Dérive de fel, hauteur, élévation, ou de felle, 
instrument employé dans les verreries. 

FELTZ. — Felce, commune de la Corse, arr. de Corte. Fels, 
roche. 

FELY. — De la Feuillie, commune de la Seine-Inférieure, 
canton d'Argueil. Fély vient de félix, heureux. 



[ 262 ] 

FENASSE. — De Senasse, commune des dép. des Bouches- 
du-Rhône, arr. d'Arles. Fenasse, sainfoin. 

FENI. — Fenils, dans le Dauphiné, diocèse de Grenoble. 
Fenis, fourche à prendre le foin. 

FENOUILLET. — Communes des dép. de l'Aube et des Py- 
rénées-Orientales. Fenouillet, variété de pomme ange- 
vine dont le goût rappelle celui de l'anis musqué ou 
fenouil. 

FERAY. — Ferée, dans le dép. des Ardennes, arr. de Rocroi. 
Feret, affaire. Dérive de fère, bête sauvage. 

FERDINAND. — De Tardighem, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Boulogne. 

FERDISSON. — De Vergisson, commune du dép .de Saône- 
et-Loire, arr. de Mâcon. 

FERLAND. — De Sarlande, com. de la Dordogne, arr. de 
Nontron. Vient de ferler, carguer les voiles d'un navire. 
Ferlin, poids à l'usage des monnayeurs. Il y avait jadis 
à Hambourg une petite monnaie appelée ferlande, sou 
marqué. 

FERNANDO. — De Ternand, commune du dép. du Rhône, 
arr. de Villefranche. 

FERNET. — De Ferney, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Gex. Vient de farne, chêne. 

FEROUEL. — De- Fernoël, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. de Riom. Ferroil, verrou. 

FERON. — Commune du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. Fer- 
ron, de fer. 

FERRAND. — Commune du dép. de l'Aude, canton d'Alaigne. 
Ferrant, Ferdinand, cheval de guerre, cheval blanc, gris 
de fer. 

FERRIÈRE — Communes des dép. du Doubs et de la Cha- 
rente-Inférieure. Ferrière, sac de cuir, qui renferme les 
outils et matériaux pour ferrer les chevaux, grosse bon- 
teille d'argent dans laquelle on portait du vin chez le 
roi, mine de fer. 

FERRIOL. — Commune du dép. de l'Aude, arr. de Limoux. 
Ferrieul, seau. 



[ 263 ] 

FERRON. — Commune dans la Flandre, diocèse de Cambrai. 

Ferron, marchand qui vend le fer neuf en barres, agrafe. 
FERRÉ. — Commune du dép. de l'Ille-et-Vilaine, arr. de 

Fougères. Ferré, qui a le goût du fer, enfermé, qui se 

garde. 
FERRET. — Commune du dép. du Haut-Rliin, arr. de ]Mul- 

tiouse. Ferret, fer qu'on met au bout des lacets pour les 

passer dans les œillets, furet. 
FERREUX. — Commune du dép. de l'Aube, arr. de Nogent- 

sur-Seine. Ferreux, plein de fer,, qui tient du fer ou qui 

participe de ses qualités, comme certaines eaux miné- 
rales. 
FERRIER. — De Ferrières, communes des dép. de la Manche, 

de l'Oise, etc. Ferrier, marteau de maréchal. 
FERROT. — De Serres, commune du dép. des Hautes-Alpes, 

arr. de Gap. Ferrot, petite pièce d'argent. 
FERTON. — De Verton, commune du dép. du Pas-de-Calais, 

arr. de Montreuil. Ferton, poupée de chanvre ou de lin. 
FESCH. — De Fesches, commune du dép. du Doubs, arr. 

de Montbéliard. Fesche, bande de terre, faisceau, fas- 
cine, lien. 
FÉTEIS. — De Festieux, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Laon. Faitis, pain de qualité inférieure. 
FEUILLARD. — De Feuilla, commune du dép. de l'Aude, 

arr. de Narbonne. Feuillard, en terme de blason, sont les 

lambrequins, à raison de leur ressemblance avec les 

feuilles d'acanthe. 
FEUILLÉE. — De la Feuillée, commune du Finistère, arr. 

de Châteaulin. Feuillée, branche d'arbre garnie de 

feuilles, coquillage de mer. 
FEUILLETEAU. — Feuilletot, seigneurie de Normandie, 

érigée en 1545 pour d'Herbouville. Vient de feuillette, 

mesure de vin, ou de feuillet, scie mince à scier du bois. 
FEUILLON. — De Fallon, com. du dép. de la Haute-Saône, 

arr. de Lure. Feuillon, ou fellon, boulet du cheval. 
FÉVRIER. — De Sévrier, commune de la Haute-Savoie, arr. 

d'Annecy. Février, second mois de l'année, vient de 



[ 264 ] 

febvre, ouvrier en métal, ou de favrier, travailler le fer. 

FEZEEET. — De Saizerais, commune du dép. de Meurthe-et- 
-Moselle, arr. de Nontron. Dérive de fez, agneau. 

FICHAUD. — D'Isches, commune du dép. des Vosges, arr. 
de Neufchâteau. Fichau, putois. 

FICHERES. — De Vichères, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Nogent-le-Rotrou. Fichère, petit fer en fa- 
çon de cheville, dont la tête est percée d'un trou. 

FICHET. — De Ticheville, commune du dép. de l'Orne. 
Fichet, petit morceau de papier employé pour cacheter 
les lettres. On mettait le fichet dans le trou fait à la 
lettre avec un canif, lorsqu'elle était pliée, puis on la 
cachetait. Fichet, poche. 

FIGURES. — De Ségur, communes de l'Aveyron et du Can- 
tal. Figure, personnage. 

FILASTREAU, FILIATRAULT. — De Flastroff, commune 
du dép. de la Moselle, arr. de Thionville. Filastreau, dim. 
de fiUastre, beau-fils, gendre, belle-fille, bru. 

FILIAU. — De Fily, commune de Bretagne, diocèse de Saint- 
Malo. Fil, courant de l'eau. 

FILIDOR. — De Villedor, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 pour Mesnage. 

PILLETEAU, FILTEAU.— De Filtot, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. d'Yvetot. Vient de fillette, sorte de ba- 
teau, mesure de liquides. 

FILLEUL. — De Fillols, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Brades. Filleul, fils. 

FILLION. — De Villon, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
de Tonnerre. Flion, petite moule qu'on trouve sur le 
bord de la mer. Dérive du grec philios, allié, associé. 

FINEL. — De Vineuil, communes des dép. de l'Indre et de 
l'Oise. Vient de fine, fin, mort. 

FINNE. — De Find, seigneurie de la Franche-Comté. 

FIOLAT. — De Violot, commune du dép. de la Haute-Marne, 
arr. de Langres. Vient de fiole, corde. 

FIORE. — De Siorac, commune de la Dordogne. Fiore, rivière 
de Toscane, qui se décharge dans la mer de Toscane. 
Fiord, golfe étroit et profond de Norvège. 



[ 265 ] 

FIQUET. — De Fenquères, communes des dép. de l'Oise et 
de la Somme. Fiquet, petite fiche, sorte de jurement 
provençal. Vient de fiqueter, godiller. 

FISBÂCH. — Fisehbach ou Visp, bourg du Bas-Valais. 

FISET. — De Suzette, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Orange. Filset, petit garçon. 

FISQUE. — De Fix-Saint-Geneys, commune du dép. de la 
Haute-Loire, arr. du Puy. De fisique, médecine. 

FISSIAU. — De Fussy, commune du dép. du Clier, arr. de 
Bourges. Fissiau, barre d'un treillage, chat sauvage, 
piège pour le prendre. Corruption de fuseau. 

FLAGEOLE. — De Fajolle, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Limoux. Flajol, flûte et flageol, flageolet, espèce 
de haricot. 

FLAMAND. — De Flamanville, communes de la Seine-Infé- 
rieure et de la Manche. Flamand, fugitif, exilé, flandrin, 
homme grand et dégingandé, homme de Flandre. 

FLAMBARD. — De Flabas, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Montmédy. Flambard, individu qui fait de l'em- 
barras, le coq du village, et flambart, torche, flambeau, 
feu-follet, bateau, iris. 

FLAME. — D 'Ames, commune du Pas-de-Calais, arr. de Bé- 
thune. Flamme, feu délié dont les particules s'élancent 
dans toutes les directions. 

FLANDRE. — Seigneurie du Languedoc, érigée en 1627 
pour De la Nogarède. Flandre, iris des marais. 

FLAUX. — Commune du dép. du Gard, arr. d'Uzès. Flo, 
fané, flétri. 

PLAVIÉ. — De Flavy, commune de l'Oise, arr. de Compiègne. 
Vient de flave, engin de pêche, jaune pâle. 

FLA VIGNY. — Commune de la Côte-d'Or, arr. de Semur. 

FLÉCHET. — De Leschères, commune du Jura, arr. de Saint- 
Clanac. Vient de flécher, percer d'une flèche. 

FLEURANT. — Fleurent, seigneurie de Champagne, érigée 
pour De Braux. Fleurant, odeur. 

FLEUREAU. — De Fiers, commune du dép. de l'Orne, arr. 
de Domfront. Vient de fleurer, effleurer. 



[ 266 ] 

FLEURET. — De Fleuré, commune du dép. de l'Orne, arr. 
d'Argentan. Fleuret, épée dont la lame est sans pointe 
et sans tranchant, boulonnée, pour l'escrime, toile de 
lin, fil fait de la bourre de soie ou de laine, coulevir 
bleue, pas de danse, plante du genre champignon. 

FLEURI — Fleurie, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Villefranche. Fleuri, bête bovine dont la robe est parse- 
mée de taches blanches. 

FLEURICOURT. — De Thury-Harcourt, commune du dép, du 
Calvados, arr. de Falaise. Fleuricourt, tulipe à panaches 
pourpres sur blanc de lait. 

FLEURIMONT. — Florémont, commune du dép. des Vosges, 
arr. de INIirecourt. 

FLEURY. — Communes des dép. de l'Aisne, de l'Aude, de 
la Manche, de l'Oise, du Nord, de la Somme, et du Pas- 
de-Calais. V. Fleuri. 

FLEUTELOT. — De Fontelaye, com. de la Seine-Inférieure, 
arr. de Dieppe. De fleutelet, poisson. 

FLIBOT. — De Libos, lieu du dép. de Lot-et-Garonne, arr. 
de Monsemprin. Flibot, petit bâtiment de mer de 80 ou 
100 tonneaux, espèce de flûte ou vaisseau rond, qui n'a 
qu'une carrure. 

FLICHE, FILSH. — De Fleix, communes des dép. de la 
Dordogne et de la Vienne. 

FLING. — Flin, commune du dép. de ]Meurthe-et-Moselle, 
arr. de Lunéville. Flin, pierre pour fourbir les épées, 
appelée marcassite. 

FLISSO. — De Flize, commune du dép. des Ardennes, arr. 
de Mézières. 

FLORELLE. — De Fleurielle, seigneurie normande, érigée 
en 1350 pour Droullin. Florelle, petite fleur. 

FLORENCE. — Commune du Hainaut, et bourg de Gascogne, 
situé sur la rivère Giers, entre Lectoure et Auch. Flo- 
rence, nom donné à Lyon au tafïetas, au crin de Flo- 
rence, au florin. 

FLORENSON. — D 'Aurenson, communes du dép. du Gers et 
des Hautes-Pyrénées. 



[ 267 ] 

FLORENT. — Commime du dép. de la Marne, arr. de Sainte 
jMenehoiild. 

FLORENTIN. — Communes des dép. de l'Aveyron et du 
Tarn. Florentin, blanc, gris. 

FLORILDE. — De Fourilles, commune du dép. de l'Allier, 
arr. de Gannat. 

FLOT, FLOTTE. — La Flotte, commune du dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, arr. de La Rochelle. Flote, troupe, trou- 
peau, écheveau de laine, engin de pêche, séchoir, cuve à. 
bière. 

FLUET. — De Fuilet, commune de Maine-et-Loire, arr. de 
Cholet. Fluet, fleuve, inondation, flux de ventre. 

FOCQUE. — De Filocque, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. de Dieppe. Foc, voiles triangulaires qui s'orientent 
sur le beaupré et sur le mât du vaisseau. 

FOELAN, — De Fouesnant, commune du Finistère, arr. de 
Quimper. De foille, feuille, tonneau. 

FOIRAN. — De Forens, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Nantua. Foirain, forain. 

FOISY. — De Foëcy, commune du dép. du Cher, arr. de 
Bourges. Foisy, fusil, petit outil d'acier avec lequel on 
bat le silex pour allumer l'amadou. 

FOGUENET. — De Folgoët, commune du Finistère, arr. de 
Brest. De foingneter, farfouiller. 

FOL. — Folles, commune du dép. de la Haute-Vienne, arr. 
de Bellac. Fol. fou, soufflet. Folle, filet à tortue. 

FOLLARDEAU. — De Folcarde, commune de la Haute- 
Garonne, arr. de Villefranche. 

FOLLEVILLE. — Communes des dép. de la Somme et de 
l'Eure. 

FOLMER. — De Sommerey, commune du dép. de la Nièvre. 
Vient de fomerer, fumer une terre. 

FOLQUISR. — De Folaquier, seigneurie du Rouergue, érigée 
en 1662 pour De Vallat. Vient de fouquel, troupe, trou- 
peau. 

FONDEVEAU. — De Froidevaux, commune du dép. du 
Doubs, arr. de ^Nlontbéliard. Fonde, base, fondement. 



[ 268 ] 

FONDUROSE. — De Montdurausse, commune du dép. du 
Tarn, arr. de Gaillac. Vient de fondue, fonte. 

FOND VILLE. — De Jonville, com. du dép. de la Meuse. 

FONTAINE. — Communes des dép. de l'Isère, de l'Aisne, du 
Doubs, de la Marne. Fontaine, source, eau, pièce de vais- 
selle, plaie, fontanelle, le quatrième dimanche du Ca- 
rême. 

FONTANNE. — Communes des dép. du Lot et de la Lozère. 

FONTBRUN. — De Sombrin, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Saint-Pol. Vient de font, fer fondu. 

FONTEMONT.— De Froidmont, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Laon. 

FONTENAY. — Communes des dép. de la Manche, de la 
Seine-Inférieure, des Vosges. Fontenay, lieu où il y a des 
fontaines, des sources. 

FONTENEAU. — De Fontenet, commune de la Charente- 
Inférieure, arr. de Saint-Jean d'Angely. 

FONTENELLE.— Communes des dép. de l'Aisne, de la Côte- 
d'Or et d'Ille-et-Vilaine. Fontenelle, petite fontaine, 
cautère. 

PONTEREAU. — De Fontevrault, commune de Maine-et- 
Loire, arr. de Saumur. 

FONTIEUREUX. — De Pontrieux, commune des Côtes-du 
Nord, arr. de Guingamp. De fonture, fonte, éboulement, 
trou. 

FONTIGNY. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. d'Auxerre. 
Vient de fontis, métal fondu. 

FORAIS. — De Fouras, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de Rochefort. Dérive du latin for, tribunal, métier, 
ou de fero, porter, je porte. 

FORAIN. — De Forens, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Nantua. Forain, étranger. Vient de foras. 

FORBES. — De Tourbes, commune du dép. de l'Hérault, arr. 
de Béziers. Forbes, fourbe. 

FORÇAN, FORSAN. — D'Orsan, commune du dép. du Gard, 
arr. d'Uzès. Porsens, folie. 

FORÇAT, FORSA. — Du Fossat, com. du dép. de l'Ariège, 



[ 269 ] 

arr. de Pamiers. Dérive de l'Italien forzato, force. For- 
çat, sorte de jeu, galérien. Forchat, bâton fourelui. 

FORCIER. — De Forcey, commune du dép. de la Haute- 
Marne, arr. de Cliaumont. Forcier, cofïret, cassette, for- 
chier, grande fourche. 

FORE. — Fors, commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Niort. Fore, sorte de jeu, le toton, droit de fourrage pour 
les chevaux. 

FORE AU. — De Sore, commune des Landea, arr. de I\Iont- 
de-]\larsan. Foreaii, fourreau. 

FOREL. — De Sorel, commune de la Somme, canton d'Hal- 
lencourt. Forel, forêt, cure-dent, fourreau. 

FORSST. — Commune du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 
Forêt, sorte d'arbre, grande étendue de terre couverte 
de bois. 

FORESTIER. — De la Forestière, commune du dép. de la 
Marne, arr. de Bayeux. Forestier, officier dans les forêts, 
celui qui a la garde des bois, forêt, étranger, homme 
qui habite les forêts. > 

FORET. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1452 pour 
Toustain. Forêt, outil pour percer les tonneaux. 

FORGET. — De Forgetville, seigneurie de Lorraine, érigée 
en 1760 pour De Heysser. Forget, nom d'homme, équiva- 
lant à Ferréol, Saint-Forget, St-Fargen. Forgeter signi- 
fie chasser, rejeter, et forgeret, coffre, cassette. 

FORGUES. — Commune de la Haute-Garonne, arr. de Muret. 

FORIN. — Commune du Nivernais, dans le diocèse de Ne- 
vers. 

FORNEL. — Fournels, commune du dép. de la Lozère, arr. 
de Marjevols. Fornel, petit four. 

FORON. — Bourg près d'Aix-la-Chapelle et de Maestricht. 
De for, métier. 

FORSAN. — V. Forçan. Forsens, folie, emportement sans 
raison. 

FORT. — Forts, seigneurie de Normandie, érigée en 1600 
pour De Betheville. Fort, fortifié, pénible. 

FORTAGE. — De Fontanges, ville du dép. du Cantal, canton 



[ 270 ] 

de Salers. Fortage, vieille corde goudronnée dont on se 
sert sur les bateaux. 

FORTEL. — Commune du Pas-de-Calais, arr. de Saint-Pol. 

FORTIER. — De la Fortière, seigneurie de Beauce, érigée 
en 1500 pour De Gauville. De fortière, forteresse. 

FORTIN. — De Fortan, commune du dép. de Loir-et-Cher, 
arr. de Vendôme. Fortin, mesure de grains, petit fort, 
surnom de Samson. 

FORTUNAT. — Commune du dép. de l'Ardèche, arr. de 
Privas. 

FORTUNE. — De Fortunet, commune de la Bourgogne, éri- 
gée en 1618 pour Perrault. Fortune, malheur, accident. 

FORU. — D'Orus, commune du dép. de l'Ariège, arr. de Foix. 
Dérive de foruser, commettre un abus. 

FOSSENEUVE. — De Fonneuve, lieu du dép. de Tarn-et- 
Garonne, commune de Montauban. 

FOUBERT. — De Foubert-Follie, seigneurie normande, érigée 
pour De la Fosse. Foubert, gros bâton au bout duquel il 
y a des cordes usées, pour nettoyer les navires, fou, in- 
sensé. 

FOUCAMBERGE. — De Fauquembergues, commune dans 
le département du Pas-de-Calais, arr. de Saint-Omer. 
Dérive de foucq, troupe, assemblée. 

FOUCAULT. — Foucaud, seigneurie de l'Ile-de-France, éri- 
gée en 1552 pour De Ricouart. Foucau, dim. de fouc, 
troupeau. 

FOUCHER. — Marcpiisat du Poitou, érigé en 1655 en faveur 
de Foucher des Herbiers. 

FOUCHET. — Fouchais, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 en faveur de Lambert. Fouchet, maladie des mou- 
tons qui le fait boiter, le piétin. 

FOUCQUET. — De Fouqueville, commune du dép. de l'Eure, 
arr. de Louviers. De foulque, oiseau de rivière, la poule 
d'eau. 

FOUCREAU. — De Fouqueure, commune de la Charente, 
arr. de Ruffec. 

FOUEN. — De Souain, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Sainte-Menehould. Fouant, taupe. 



[ 271 ] 

FOUET. — De Soiiès, commune des Hautes-Pyrénées. Fouet, 
petit feu. 

FOUGÈRE. — Communes de la Charente-Inférieure et des 
Landes. 

FOULHIAC. — De Tourliae, commune de Lot-et-Garonne, 
arr. de Villeneuve. Vient de foulier, pressoir. 

FOULON. — Commune dans la Brie, diocèse de Troyes. Fou- 
lon, cauchemar, ouvrier qui prépare les draps en les 
faisant fouler, mauvaise intention. 

FOUQUEREAU. — V. Foucreau. De fouque, canard sauvage, 
poule d'eau. 

FOUQUET. — V. Foucquet. Fouquet, écureuil. 

FOURCHE. — De Fourcées, commune du dép. du Gers, arr. 
de Condom. Fourché, terminé en fourche, quantité de 
paille qu'on peut enlever avec une fourche. 

FOUREAU. — De Four, commune du dép. de l'Isère, arr. 
de Vienne. Fourreau, habillement étroit des soldats. 

FOUREUR. — Fourreur, fourrageur. 

FOURGON. — D'Orgon, commune des Bouches-du-Rliône, 
arr. d'Arles. Fourgon, charrette pour transporter le 
bagage, fer pour attiser le charbon. 

FOURMY. — Fourmies, commune dans le dép. du Nord, arr. 
d'Avesnes. Vient de fourmir, trembler. 

FOURMOY. — D'Ormoy, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Dreux. Formoir, burin. 

FOURNAISE. — De la Fournaise, seigneurie normande, éri- 
gée en 1634 pour Méliand. Fournaise, four où on allume 
un grand feu. 

FOURNEAU. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1740 
pour Le Gendre, et com. du Calvados, de la Manche, 
de la Savoie et de la Loire. Fourneau, tas de petites 
bûches débitées dans les forêts, disposées avec art et en 
forme de cône surbaissé pour la préparation du charbon, 
haut fourneau pour fabric^uer la fonte, petit four. 

FOURNE. — Fournet, commune du Calvados, arr. de Pont- 
l'Evêque. Fourner, mettre au four. 

FOURNEL. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1600. Four- 
nel, arcade. 



[ 272 ] 

FOURNERY. — De Formerie, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Beauvais. Vient de former, enfourner, cuire au 
four. 

FOURNIER. — De Turny, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
de Joigny. Foumier, qui a droit du four banal, qui en a 
le soin, boulanger, four. 

FOURQUAIN. — De Fourquant, commune du dép. de Maine- 
et-Loire, arr. de Saumur. Fourquain, fourche. 

FOURRE. — De Vourey, commune du dép. de l'Isère, canton 
de Rives. Fourrée, poire, et fouret, fourneau. 

FOURRIER. — De Tourriers, com. de la Charente, arr. d'An- 
goulème. Fourrier, officier qui marquait les logements 
de ceux qui suivent la cour quand le roi voyage, fourra- 
geur, pillard, munitionnaire, pourvoyeur, tailleur. 

FOUTREAU. — D'Outreau, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Boulogne. Foutreau, jeu de bourrique, à Montrelais et 
à Saint-Pierre-Quiberon. 

FOY. — Seigneurie du Poitou, érigée en 1597 pour De Fumé. 
Foyes, traces, vestiges, pistes de bêtes fauves. 

FRADEL. — De Friardel, commune du Calvados, arr. de 
Lisieux. Fredelle, bruit, vacarme. 

FRADET. — De Froideville, commune du Jura, arr. de Dôle. 
Fradet, fer d'une petite flèche, et la flèche qu'on mettait 
dans l'arbalète. 

FRAIGNEAU. — De Fragnot, commune de la Côte-d'Or, 
arr. de Dijon. De fraigne, frêne. 

FRAISE. — Village de Lorraine, arr. de Saint-Dié. Fraise, 
coquillage de mer ressemblant à une fraise, outil des ou- 
vriers en fer ou en laiton. 

FRANC. — Francs, commune de la Gironde, arr. de Libourne, 
Franc, brave, sain, noble, libre. 

FRANCHE. — Commune de Normandie, arr. des Sables- 
d'Olonne. Franche, foire normande qui commence à 
Caën le lendemain de la Quasimodo et qui dure quinze 
jours. 

FRANCHÈRE. — De Francières, commune du dép. de la 
Somme, arr. d'Abbe ville. De franchier, franc, libre. 



[ 273 ] . 

FRANCHETEAU. — De Ranchette, commune du Jura, arr. 
de Saint-Claude. De francheté, franchise. 

FRANCHEVILLE. Communes des dép. de l'Eure, de la Côte- 
d'Or, du Jura, de la Marne, de l'Orne. 

FRANCIS. — Francy, dans la Franche-Comté, diocèse de 
Besancon. Francis, François. 

FRANCISQUE. — De Francescas, commune du dép. de Lot- 
et-Garonne, arr. de Nérac. Francisque, arme faite en 
façon de hache, employée par les anciens Français. 

FRANCŒUR. — De Francourt, commune du dép. de la 
Haute-Saône, arr. de Gray. De francor, qui vient des 
Francs. 

FRANÇOIS. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Niort. François, franc, noble. 

FRANCK, FRANQ. — Frencq, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Montreuil. 

FRANQUELIN. — De Francleins, commune de la Haute- 
Savoie, arr. de Sainte-Julie. 

FRANGER. — Commune du dép. de l'Indre, arr. de Châ- 
teauroux. Franger, garnir de frange, ouvrier qui fait de 
la frange. 

FRANIER. — De Franey, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Besançon. 

FRANT. — Frans, commune du dép. de l'Ain, arr. de Tré- 
voux. 

FRANVILLE. — De Franqueville, communes des dép. de lu 
Somme et de l'Ain. 

FRANVILLON. — De Francillon, commune du dép. de 
l'Aisne, arr. de Châteauroux. 

FRAPPIER. — De Rapey, commune du dép. des Vosges, arr. 
de Mirecourt. Frapier, fuite, course tumultueuse, bruit, 
agitation. 

FRAPPE. — De Trappes, commune de Seine-et-Oise, arr. de 
Versailles. Frappe, empreinte du balancier sur les es- 
pèces, en terme de monnaie, et frape, ruse, finesse, 
adresse. 

FRASER. — Frazé, commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr. 

18 



[ 274 ] 

de Nogent. Fraser ou fraiser, palissader un retranche- 
ment, éeosser, peler. 

FRAY, FRAYE. — De la Fraye, en Picardie, diocèse 
d'Amiens. Fray, œufs de poisson mêlés à ce qui les rend 
féconds, bataille, combat. 

FRÉCHETTE.— De Fréchet, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Saint-Gaudens. 

FRECHOUX. — Communes des dép. de Lot-et-Garonne et 
des Hautes-Pyrénées. 

FREDERIC. — Commune du dép. de la Haute-Saône, arr. 
de Lure. Frédéric, nom d'homme, monnaie d'or de 
Prusse. 

FREDET. — De Trédrez, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de Lannion. Fredet, bruit, vacarme. 

FRÉGEAU, FRÉGEOT. — De Fruges, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de Montreuil. Frégeau, de frégel, huche. 

FRELAN. — Freland, commune du dép. du Haut-Rhin, arr. 
de Colmar. Frelan, myrte sauvage. 

FRELAT. — De Treignat, commune de l'Allier, arr. de Mont- 
luçon. Frelas, rhinante glabre, ou crête de coq. 

FRELON. — Commune du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 
Frelon, insecte du genre des guêpes, fraise. 

FRÉMONT. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1557 
pour De Frémont. Fremont, poire. 

FREMOT. — De Tréméoc, commune du dép. du Finistère, 
arr. de Quimper. Dérive de fremor, bruit, vacarme. 

FRÉMISSOT. — Des Tresses, commune du dép. de la Gironde, 
arr. de Bordeaux. 

FRENEL. — Commune du dép. des Vosges, arr. de Mire- 
court. Frenelle, instrument de maréchal. 

FRÉNET, FRÉNETTE. — De Freneville, commune du dép. 

de la Somme, arr. d'Amiens. Frainet, ehâteaufort en 

Provence. Dérive de fraxinetum, bois de frêne. 
FRENEUSE. — Communes de la Seine-Inférieure et de 

Seine-et-Oise. Vient de frener, réprimer, mettre un frein. 
FRENIER. — De Freney, communes de la Savoie et de l'Isère. 

Frenier, fabricant de freins. 



[ 275 ] 

FRERE. — Frerre, seigneurie érigée en 1749, pour Poschet. 
Frère, enfants issus d'un même père et d'une même 
mère, ou d'un même père et de deux mères différentes, 
ou d'une même mère et de deux pères différents. 

FRÉREAULT, FREROT. — De Fraroz, commune du Jura, 
canton de Nozeroy. Frérot, petit frère. 

FRESCHET. — De Fréchède, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Vient de fresche, terre en friche. 

FRESNAY. — Communes de la Loire-Inférieure et de l'Aube. 
Fresnaye, lieu planté de frênes. 

FRESNE. — Fresnes, communes des dép. de la Côte-d'Or, 
de Loir-et-Cher, du Nord, de l'Yonne. 

FRESNEL. — Commune du dép. des Vosges, arr. de Mire- 
court. Fresnel, branche, rejeton, tronc de frêne. 

FRESNIÈRE. — Commune du dép. de l'Oise, canton de Las- 
signy. Fresnière, lieu planté de frênes. 

FRE9SEL. — De Frausseilles, commune du dép. du Tarn, 
arr. de Gaillac. Fressel, frein. 

FRESSE. — Fressé, sur la Moselle, dans le dép. des Vosges. 

FRESVILLE. — Seigneuries en Normandie, dont la plus 
ancienne date de 1462. De frevaille, querelle, rixe. 

FRETE. — De la Frété, seigneurie en Bretagne, érigée en 
1696 pour De l'Isle. Fretté, emmaillotté, serré dans la 
frette, large et long ruban qui sert à tenir les langes 
bandées autour du corps de l'enfant. Fretté veut dire 
aussi équipé, gréé, rompu à toutes sortes de ruses, garni 
de frettes ou bandes de fer. 

FRETON. — De Fretun, commune du Pas-de-Calais. Freton, 
petite monnaie d'argent. 

FREVE. — De Trêves, commune du dép. du Gard, arr. du 
Vigan. Vient de freu, querelle. 

FRICHE. — De la Riche, commune du dép d'Indre-et-Loire, 
arr. de Tours. Friche, terre non cultivée, mais qui pour- 
rait l'être. 

FRICHET. — De Richet, commune du dép. des Landes, arr. 
de Mont-de-Marsan. Vient de fricher, défricher. 



[ 276 ] 

FRICHON. — De Frizon, commune du dép. des Vosges, arr. 

d'Epinal. Frichon, frisson. 
FRICOT. — De Tricot, commune du dép. de l'Oise, arr. de 

Clermont. Fricot, mets, ragoût, festin, bonne chère ; dans 

le patois de l'Isère, frico se dit d'un homme enjoué, 

gaillard. 
FRIEZ. — De Riez, commune des Basses-Alpes, arr. de 

Digue. Friez, friche. 
FRIGON. — De Trégon, commune des Côtes-du-Nord, arr. 

de Dinan. Frigon, frange. 
FRILOUX. — De Tréloup, lieu du dép. de l'Aisne. Friloux, 

frileux. 
FRIBAULT. — De Ribes, commune du dép. de l'Ardèehe, 

arr. de Largentière. 
FRISÂDE. — De Trisac, commune du Cantal, arr. de Mau- 
riac. Vient de frisée, flambée, ou de frise, grosse étoffe 

de laine à poils frisés. 
FRITERRE. — De Reterre, com.mune de la Creuse, arr. 

d'Aubusson. De fritel, friture. 
FRODES. — De la Rode, dans le dép. des Bouches-du- 

Rhône. 
FROGES. — Commune du dép. de l'Isère, arr. de Grenoble. 

Vient de frogier, produire des fruits. 
FROGET. — De Tronget, commune de l'Allier, arr. de Mou- 
lins. 
FROIDMANTEAU. — De Fromenteau, commune du dép. de 

Seine-et-Oise, arr. de Corbeil. 
FROLIN. — De Fromelennes, commune du dép. des Ardennes, 

arr. de Rocroi. De frôlée, volée de coups. 
FROM. — De Rom, commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. 

de Melle. Frome, tas de fumier. 
FROMAGE. — De Romange, commune du Jura, arr. de Dole. 
FROMAGEAU. — De la Fromagerie, dans la Franche-Comté. 

Fromageau, petit fromage. 
PROMENT. — De Fromente, baronnie du Bugey. Froment, 

le meilleur et le plus gros de tous les grains, vivres. 
FROMENTEAU. — Château d'Agnès Sorel, près de Villiers, 



[ 277 ] 

et un autre près de Neuvy-Saint-Sépulcre, dans le dép. 
de l'Indre, et seigneurie de Bretagne. Fromenteau, gra- 
minée à épi lâche qui croît sur les bords de la Loire. 

FRONSAC. — Bourg de la Gironde, arr. de Libourne, et 
duché-pairie sur la Dordogne, érigé en 1634 pour Riche- 
lieu. De fronce, ride. 

FRONTIGNAN. — Ville du Languedoc, dép. de l'Hérault. 
De frontier, fortifié de tous côtés. 

FR0NTI6NY. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1650 en 
faveur de Guérin. 

FROSA. — De Roussas, commune de la Drôme, arr. de Mon- 
télimar. De frost, terre inculte et abandonnée. 

FRUITIER. — Du Frety, commune des Ardennes, arr. de 
Rocroi. Fruitier, jardinier, marchand de Jfruits, officier 
qui dans les maisons royales avait soin du fruit, traité 
sur les fruits, usufruitier. 

FRY. — Commune du dép. de la Seine-Inférieure, arr. de 
Neufchâtel. De fréir, être effrayé. 

FUGÈRE. — De Figère, commune du dép. de l'Ardèche, arr. 
de Largentière. 

FUMAS. — De Limas, commune du Rhône, arr. de Ville- 
franche. Fumât, raie, poisson. 

FUMEAU. — De Fismes, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Reims. Fumeau, femelle, haleine, souffle, respi- 
ration. 

FURE. — Fures, lieu du dép. de l'Isère, dans la commune de 
Tullins. Fur, son, résidu de mouture, valeur. 

FURLAT. — De Forelaz, commune de la Haute-Savoie, arr. 
de Thonon. 

FURLONG. — De Surmont, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Baume-les-Dames. Furlong, mot anglais pour dési- 
gner une certaine mesure de terre. 

FUROIS. — D 'Oroix, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Tarbes. Vient de furier, se livrer à la fureur. 

FUSEAU. — De Sus, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthez. De fuse, futaine. 

FUTEAU. — Commune du dép. de la Meuse, arr. de Verdun. 
Dim. de fut, vaisseau rond où l'on met le vin. 



[ 278 ] 

FUTRIER, — De Sutrieii, commune du dép. de l'Ain, arr. 

de Belley. 
FYDY. — De Tudy, île du Finistère, arr. de Quimper. De 

fides, fidei, foi. 









GÂBARET. — Commune du dép. des Landes, arr. de Mont- 
de-Marsan. Gabaret vient de gabare, bateau plat em- 
ployé sur les côtes et rivières de la Guienne. 

GABATIER. — De Gabat, commune du dép. des Basses-Py- 
rénées, canton de Saint-Palais. Vient de gab, moquerie, 
plaisanterie. 

GABORIAU. — De Cabariot, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de Rochefort. Gaboriau vient de gabort, 
bordage près de la quille. 

GABOURY. — De Cabris, commune des Alpes-Maritimes, 
arr. de Grasse. Gaberie, plaisanterie, facétie. 

GABRIEL. — Commvme du Calvados, arr. de Caen. Gabriel, 
nom d'homme. 

GABRION. — De Cambron, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Abbeville. 

GACHE. — D'Achey, commune du dép. de la Haute-Saône, 
arr. de Gray. De gâche, eau, ou de gace, marais. 

GACHINIAC. — D'Yffiniac, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de Saint-Brieuc. Vient de gâchie, jacherie. 

GADBOIS. — D'Arbois, commune du dép. du Jura, arr. de 
Poligny. Vient de gade, vase de bois, chèvre. 

GADEBIN. — D'Arbin, commune de la Savoie, arr. d^ 
Chambéry. 



[ 279 ] 

GADIOU. — D 'Ardilleux, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Melle. 

GADORY, GADOURY. — D'Adour-Embouchure, lieu des 
Basses-Pyrénées, dans la commune d'Anglet. 

GADOUAS. — De Saudoy, commune du dép. de' la Marne, 
arr. d'Epernay. Gadoues, eau sale et bourbeuse. 

GAFFEE. — De Saffais, commune de ]\Ieurthe-et-Moselle, 
arr. de Nancy. Gaffée, morsure de chien, et gaffer, ac- 
crocher avec la gaffe. 

GAGE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1650, en faveur 
de Berthelot. Gage, caution. 

GAGNÉ. — De Gagny, commune du dép. de Seine-et-Oise, 
arr. de Pontoise. 

GAGNERIE. — De Gangnerie, dans le dép. de Maine-et-Loire, 
village de la Pommeraye. Gagnerie, gain, profit, fruits 
de la terre, terre labourable, labourage, pâturages, mé- 
tairie. 

GAGNIER. — V. Gagné. Gaignier, laboureur. 

GAGNON. — De Gueugnon, com. du dép. de Saône-et -Loire, 
arr. de Charolles. Gagnon, chien, mâtin. 

GAIET. — Gayet, commune de la Dordogne, arr. d'Epernay. 
Galet, dim. de gai, gaieté, jais, et gaite, sentinelle, 

GAIGNARD. — De Gahard, commune d''Ille-et-Vilaine, arr. 
de Rennes. Gaignard, voleur, pillard. 

GAIGNIER. — D'Aigné, commune du dép. de la Sarthe, arr. 
de Mans. Vient de gaigne, gain, butin. e 

GAIGNON. — De Saignon, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Apt. Gaignon, chien de basse-cour, les petits des ani- 
maux, cheval. 

GAILLARD. — Commune de la Haute-Savoie, arr. de Saint- 
Julien, et village proche des Andélys, en Normandie. 
On a fait dériver ce mot de gai, luxurieux. Le \-ieux 
mot français gale se disait pour réjouissance, fête, diver- 
tissement. Un gaillard est une espèce de fou, dit Ménage. 
C'est aussi le nom donné aux bœufs de robe blanche. 

GAILLARDBOIS. — Commune du dép. de l'Eure, arr. des 
Andélys. 



[ 280 ] 

GAILLON. — Communes des dép. de l'Eure, et de Seine-et- 
Oise. Gaillon, gâteau fait d'une pâte claire, dans la- 
quelle on met des fruits confits par morceaux et qu'on 
fait cuir au four sur une feuille de chou. 

GAIN. — De Sains, commune d 'Ille-et-Vilaine, arr. de Saint- 
Malo. Gain, profit, fruits d'un champ, automne, pillage, 
butin capturé, ramage des oiseaux, herbe qui repousse 
après la fauchaison, 

GAJAU. — De Gajac, commune de la Gironde, arr. de 
Bazas. 

GALAND. — Galan, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Tarbes. Galant, honnête, loyal, hardi. 

GALARD. — De Sahorre, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Prades. 

GALARNEAU, GALERNEAU. — De Salernes, commune du 
dép. du Var, arr. de Draguignan. Vient de galernée, 
pluie froide. 

GALESSE, GALAISE. — De Galèz, commune des Hautes- 
Pyrénées, arr. de Tarbes. Galesce, la lieue de Bretagne. 

GALESSAQUIN. — De Guerlesquin, commune du Finistère, 
arr. de Morlaix. 

GALET. — Seigneurie de Picardie érigée en 1600 pour De 
Lattaignant. Galet, bord de la mer, joyeux compagnon, 
jarret du cheval. De l'hébreux galed, dur. 

GALBERT. — De Salbert, commune dans le Territoire de 
Belfort. Vient de l'italien garbe, pourpoint. 

GALBRUN. — De Galembrun, lieu du dép. de la Haute- 
Garonne. Galebrun, étoffe commune de couleur foncée. 

GALIBERT. — D'Albières, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Carcassonne. 

GALIBOIS. — D'Auboué, commune du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Briey. Galibot, ouvrier qui travaille 
dans les mines. 

GALLIEN. — De Callian, commune du dép. du Gers, arr. 
d'Auch. Gallien, qui vient de Gaule. 

GALIPAULT. — De Gap, ville des Hautes-Alpes. Galipot, 
résine liquide ou térébenthine grossière qui sort du pin 



[ 281 ] 

par incision et non cuite. En normand, pot signifie moue, 
gali en est le préfixe péjoratif. 

GÂLLAIS. — Gallet, commune du dép. de l'Oise, canton de 
Crévecœur. Gallais vient du bas-breton gall, peste, galle, 
ou de l'irlandais gall, rocher, pierre. 

6ÂLLIÂU. — D 'Alliât, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Foix. Galliot, plante aquatique appelée aussi benoîte, 
nom donné aux chantres et aux vicaires surnuméraires à 
l'église de Saint-Pierre de Lille. 

GALLOUDEC, GALLOUDET. — De Gallodet, seigneurie du 
Gâtinais, érigée en 1600. Galloudet, en bas breton, signi- 
fie le fort. Dans le vieux français, galou voulait dire 
endroit où l'on parle le français. 

GALOCHEAU. — De Saleich, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de St-Gaudens. Galocheau, dim. de galoche, écolier, 
promeneur. 

GALOP. — D'AUos, commune du dép. des Basses-Alpes, arr. 
de Barcelonnette. Galop, monnaie. 

GALUCCIA. — De Luehat, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de Saintes. Galluchat, peau de chien marin 
employée en gainerie. Vient de galluche, terrain pier- 
reux et inculte. 

GAMACHE. — Communes des dép. de l'Eure et de la Somme. 
Gamache, sorte de bas qui ressemblent à des bottes en 
toile, dont on se sert pour se protéger contre la boue. 
Corruption de l'allemand kamaschen, que l'on retrouve 
dans le patois breton. 

GAMAR. — Gamard, commune du dép. des Landes, arr. de 
Dax. Vient de gamas, fêtes. 

GAMBEAU. — De la Cambe, commune du Calvados, arr. de 
Bayeux. Gambeau, dim. de gambe, jambe, gambet, eroc- 
en-jambe. 

GAMELIN. — De Camelin, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Laon. Dérive de gamel, gamelle, ou de gameles, 
sorte de navire, fleur d'avoine. 

GAMOY. — Gamois, village de Bourgogne, et cépage du 
même lieu. Vient du vieux français game, qui signifie 
esprit, capacité, ou de gamais, joug. 



[ 282 ] 

GANDON. — D'Andon, commune du dép. des Alpes-Mari- 
times, arr. de Grasse. Vient de gandir, fuir, se sauver. 

GANET. — De Canet, communes des dép. des Pyrénées- 
Orientales, et de l'Aude. Ganet, petit gamin. 

GANIER. — De Canny, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Compiègne. 

GANNAT. — Commune du dép. de l'Allier. 

GANNERY. Y. Gagnery. Gaignerie, labourage, métier, 

GANT. — Gan, commune des Basses-Pyrénées, arr. de Pau. 
Gant, droit du seigneur dans les mutations de fiefs. 

GANTEREL. — De Chanterelle, commune du dép. du Can- 
tal, ar. de Murât. Ganterel, gantelet. 

GANY. — Baronnie dans le Vexin normand, diocèse de 
Rouen. 

GARAND. — De Saran, commune du dép. du Loiret, arr. 
d'Orléans. Garant, garantie, défense, répondant, caution, 
sûreté, témoin. Dérive de war, barrage, ou de waren, 
soigner, prendre garde. 

GARANDIÈRE. — De la Garantière, seigneurie de Norman- 
die, érigée en 1679 pour de Boismillon. Vient de ga- 
rande, refuge, lieu de sûreté. 

GARAU, GAREAU, GAROT. — De Garos, commune des 
Basses-Pyrénées, arr. d'Orthez. Garaud, qui ne marche 
pas d'aplomb, qui a les jambes arquées. Gareau, de cou- 
leur bariolée. Garot, petit pain de blé. 

GARCEAU. — De Sarceau, commune du dép. de la Côte- 
d'Or, arr. de Dijon. Vient de garcée, mesure pour les 
grains. 

GARDET. — Gardais, ancienne commune minière à Thiron, 
dans le pays chartrain, dép. d'Eure-et-Loir. De garde, 
guet, tuteur, carde, métairie. 

GARDINELLE. — De Salinelles, commune du dép. du Gard, 
arr. de Nîmes. Gardinel, dim. de gardin, jardin. 

GARD Y. — Gardie, commune du dép. de l'Aube, arr. de 
Limoux. De garde, métairie. 

GARÉ. — De Garrey, commune du dép. de la Haute-Marne, 
arr. de Langres. Garez, moisson, jarrets, et garet, terre 
moissonnée. 



[ 283 ] 

GAREMAN. — De Caraman, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Villefranche. Vient de gare, embûche. 

GARENNE. — Seigneurie du Berry, érigée en 1581 pour 
Durbois. Garenne, bois ou bruyère où il y a beaucoup de 
lapins, lieu réservé pour la chasse, étang, rivière où la 
pêche est défendue, partie d'une rivière, asile, enclos. 

GARIE. — Seigneurie de Bourgogne, érigée en 1696 pour 
De Puyferré. Gari, monnaie des Indes-Orientales. 

GARIEPY. — De Carrépuis, commune du dép. de la Somme, 
arr. de Montdidier. Dérive de l'islandais gary, jardin. 

GARIGUE. — Garrigue, communes des dép. de l'Hérault et 
de Tarn-et-Garonne. Garrigue, plaine, lande, friches 
couvertes de broussailles, tortue terrestre. 

GARIGOU, GARIGOUR. — De Garéoult, commune du dép. 
du Var, arr. de Brignoles. 

GARINET. — De Carnet, commune du dép. de la Manche, 
arr. d'Avranches. Garin, accompagné de prendre, se dit 
pour décamper. 

GARION, GARRION. — De Gorron, commune du dép. de 
la Mayenne. Garignon, sorte d'osselet. Dérive de garrie, 
guéret. 

GARNAUD, GARNAULT. — Du Garn, commune du dép. du 
Gard, arr. d'Uzès. 

GARNEAU. — Garneau, commune de la Saintonge, diocèse 
de Saintes, parlement de Bordeaux. Vient de game, 
synonyme de carne, mauvaise viande. 

GARNIER. — D'Arnières, commune du dép. de l'Eure, arr. 
d'Evreux. De garnil, petite seine. 

GARON. — Garons, commune du dép. du Gard, arr. de Nîmes. 
Garon, poisson de mer long comme le doigt, appelé 
picarel en Languedoc, parcequ'il pique la langue, lors- 
qu'il est desséché et salé. Garon, saumure. 

GARREAU, — D'Arreau, commune des Hautes-Pyrénées, 
ar. de Bagnères. Garreau, taureau pie. 

GARZEAUX. — De Sarzeau, commune du IMorbihan, arr. de 
Vannes. Vient du bas-breton garz, haie. 

GASCHER. — D'Aschères, commune du Loiret, arr. de Pithi- 
vier. V. Gâché. De gasche, aviron. 



[ 284 ] 

GASCHET. — D'Achiet, commune du Pas-de-Calais, arr. 

d'Arras. Gâchette, morceau de fer coudé, d'où dépend le 

mouvement de la platine, dans un fusil. 
GASCON. — De Gacogne, commune du dép. de la Nièvre, arr. 

de Clamecy. Gascon, de la Gascogne, poisson appelé 

aussi saurel. 
GASGNIER. — De Gasgny, commune du dép. de l'Eure, arr. 

des Andélys. 
GASPARD. — Commune du dép. de l'Aveyron, arr. d'Espa- 

lion. 
GASSE. — Gas, commune du dép. d'Eure-et -Loire, arr. de 

Chartres. Dérive de l'irlandais gasse, vallée, serrure, 

chaîne. 
GASSEAU. — D'Assat, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Pau. Vient de gace, marais. 
GASTEAU. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1463 pour 

Malherbes. Gasteau, gâteau, vient de gaste, terre stérile, 

inculte. 
GASTELIER. — D'Astillé, commune de la Mayenne, arr. de 

Laval. Gâtelier, sorte de poire, le poirier qui la produit, 

pâtissier, marchand de gâteaux. 
GASTIGNON. — D'Assions, commune du dép. de l'Ardèche, 

arr. de Largentière. Dérive de gast, pays ravagé, inculte, 

solitude. 
GASTINEAU. — De Gastines, communes de la Mayenne et 

de la Sarthe. De gâtine, terre vaine, vague et inculte, 

minéral qui se trouve dans les mines de fer. 
GASTONGUAY. — V. Castonguay. Gaston, poutre, gros mor- 
ceau de bois. 
GÂTÉ. — Gastey, commune du dép. du Jura, arr. de Dole. 

Gâtée, le contenu d'une jatte ou gâte, et gasté, gâteau. 
GATIEN. — Commune du Calvados, canton d'Honfleur. 

Gatien, nom d'homme. 
GATIN. — De Gastins, commune du dép. de Seine-et-]\Iarne, 

arr. de Provins. Gastin, terre en friche. 
GAUCHER. — De Gauchy, en Picardie, diocèse de Noyon. 

Gaucher, fouler les draps. 
GAUDAIS. — V. Gaudet. Dérive de gaud, forêt. 



[ 285 ] 

GAUDARD. — De Gaudehart, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Beauvais. De gauder, se réjouir. 

GAUDARVILLE. — De Goderville, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. du Havre. 

GAUDÉ, GAUDET. — De Goudet, commune de la Haute- 
Loire, arr. du Puy. Gaudé, sorte d'antienne. Gaudet, 
vaisseau de terre, aiguière, têtard de grenouille. Dérive 
de gauder, se réjouir. Gandete, qui aime le plaisir. 

GAUDICHEAU. — De Gardouch, commune de la Haute- 
Garonne, arr. de Villefranclie. Vient de gaudie, joie, 
plaisanterie. 

GAUDIN. — Gaudent, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Bagnères. Gaudin, brigand qui vit dans les bois, chant 
qui commence par un gaudeamus, une oie. 

GAUDON. — De Goudon, commune du dép. des Hautes- 
Pyrénées, arr. de Tarbes. 

GAUDREAU, GAUDROT. — De Caudrot, commune du dép. 
de la Gironde, arr. de La Réole. Vient de gaudrer, salir, 
couvrir de boue. 

GAUDRI, GAUDRY. — De Caudry, commune du dép. du 
Nord, arr. de Cambrai. V. Gaudreau. 

GAUDRIOLE. — D'Auriolles, commune du dép. de la Gi- 
ronde, arr. de La Réole. Gaudriole, propos libre, plai- 
santerie. 

GAUDRON. — De Cauderon, commune du dép. de la Gi- 
ronde, arr. de Bordeaux. Godron, goudron. 

GAUFRETEAU.— D 'Aufïreville, commune du dép. de Seine- 
et-Oise, arr. de Nantes. Gaufreteau dim. de gaufre, rayon 
de miel. 

GAUGLY. — De Gognies, commune du dép. du Nord, arr. 
d'Avesnes. De goguUu, fat, présomptueux. 

GAUJOUX. — D'Aujols, commune du dép. du Lot, arr. de 
Cahors. 

GAULIS. — De Coly, commune de la Dordogne, arr. de Sar- 
lat. Gaulis, en terme de vénerie, se dit d'une même 
branche d'arbre que les veneurs plient ou détournent 
dans le fort du bois, jeune bois. 



[ 286 ] 

GAUMONT. — Gomont, commune des Ardennes, arr. de 

Réthel. 
GAURON. — De Coron, commune de Maine-et-Loire, arr. de 

Saumur. De gaure, qui dérive de l'hébreu gour, voyager, 

demeurer dans une terre étrangère. 
GAULET. — Commune des Pyrénées-Orientales, arr. de 

Prades. Gaulette, petite gaule, gaulée, mesure de terre. 

Dérive de gualt, bois, forêt. 
GAULIN. — D'Olemps, commune du dép. de l'Aveyron, arr. 

de Rodez. Dérive de gaule, grande perche, houssine. 
GAUSAIN, GAUSSAIN. — Commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Bagnères. Gaussant, désagréable. 
GAUSE. — De Causses, commune du dép. de l'Hérault, arr. 

de Béziers. Gausse, gousse. 
GAUVREAU. — De Gavres, commune du dép. du Morbihan, 

arr. de Lorient. Gauvreau, vient de gavre, droit de fief 

d'une certaine quantité, droit de seigneur, gosier, gorge. 
GAVAHAN. — D'Avajan, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Bagnères. 
GAVERAN. — D'Avéran, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Tarbes. 
GAVIGNON. — D'Avignon, ville du dép. de Vaucluse. Gavil- 

lon, joie, ivresse. 
GAY. — Gaye, commune du dép. de la Marne, arr. d'Eper- 

nay. Gay, geai, hareng qui n'a ni laite ni œuf. Dérive du 

basque gay, adroit, habile, ou du gallois gay, forêt. 
GAYET. — Lieu de la Dordogne, dans la commune de Ribé- 

rac. Gayet, dim. de gay, geai, 
GAYT. — V. Guète. 

GAZAILLE. — De Gazave, commune du dép. des Hautes- 
Pyrénées, arr. de Bagnères. Gazaille, contrat, qui est un 

louage de bétail de labourage. 
GAZAL. — De Cazals, commune du dép. du Lot, arr. de 

Cahors. 
GAZE. — Lieu du dép. de l'Isère, à 2 lieues de la Tour-du- 

Pin. Gaze, espèce d'étoffe, tissu léger de fil ou de soie. 

Dérive du vieux français gaze, trésor, ou de l'hébreu 

gaze, qui signifie fort, fortifié. 



[ 287 ] 

GAZELETE. — D 'Azolette, commune du dép. du Rhône, arr. 

de Villefranche. V. Gazelle. 
GAZELLE. — Gazèle, lieu du dép. de Lot-et-Garonne, dans 

la commune de Saint-Antoine. Gazelle, bête fauve, fort 

légère à la course, truie. Dérive de l'arabe algazel, 

chèvre. 
GAZELIER. — De Cazalis, communes des dép. de la Gironde 

et des Landes. Gazelier vient de l'anglais gaselier, 

lustre à gaz. 
GAZON. — De Cazan, lieu du dép. des Bouches-du-Rhône, 

dans la commune de Vernègues. Gazon, herbe fine, motte 

de terre carrée. Dérive du persan gazen, richesse. 
GEAUMONT. — De Céaulmont, commune du dép. de l'Indre, 

arr. de La Châtre. Vient de geau, gelée. 
GEAUX. — De Ceaux, commune du dép, de la Manche, arr. 

d 'Avranches. 
GEAY. — Communes dans les dép. des Deux-Sèvres et de la 

Charente-Inférieure. Geai, personne ridicule, et jaye, 

prison, cage. 
GEIZE. — De Gez, commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 

canton et arr. d'Argelez. Gesse, gouttière. 
GELBERT. — De Guéhebert, commune du dép. de la Manche, 

arr. de Coutances. De gelé, gelée ou gelle, mesure de vin. 
GELE, GELEY. — De la Gelie, lieu dans le dép. de la Dor- 

dogne, commune de Ladouze. Gelé, glacé, froid. 
GELIN. — De Gellin, commune du dép. du Doubs, arr. de 

Pontarlier. De géline, poule, poulailler. 
GELINAS. — De Gellinas, dans l'Armagnac, diocèse d'Ault. 

Gelinat, poulet. 
GELINAUD. — De Séligney, commune du Jura, arr. de Dole. 
GELY. — Commune du dép. de l'Hérault, canton de Matelles. 

Gélis, bois fendus par la gelée. Les fentes sont appelées 

gélioures et gélissures. 
GEMERIAS. — De Sémeries, commune du dép. du Nord, arr, 

d'Avesnes. 
GEMS. — Gemme, commune de la Charente-Inférieure, arr. 

de Saintes. Geme, poix, résine, et gemme, terre glaise, 

bourgeons placés sur le rameau principal de la vigne. 



[ 288 ] 

€rENÂPLE. — Genape, bourg des Pays-Bas espagnols, en 

Brabant. 
GENDRAS. — De Cendras, commune du dép. du Gard, arr. 

d'Alais. Dérive du latin gêner, gendre, rejeton. 
GENDREAU. — Du Cendre, commune du Puy-de-Dôme, arr. 

de Clermont-Ferraud. V. Gendras. 
GENDRON. — De Tendron, commune du dép. du Cher, arr. 

de Saint-Amand-Mont-Rond. 
GENE. — Commune du dép. de Maine-et-Loire, arr. de Segré. 

Gênée, genêt, botte de genêt. 
GENEREUX. — De Generest, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Bagnèresde-Bigorre. Généreux, qui a l'âme 

grande et noble, magnanime, forte. 
GENETEAU. — D'Ennezat, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme, arr. de Riom. De genetai, champ de genêt. 
GENETTE. — Des Genettes, commune du dép. de l'Orne, arr. 

de Mortagne. Genette, chat d'Espagne, espèce de fouine, 

et en terme de manège, mors dont la gourmette est d'une 

pièce et faite d'un grand anneau, mis et arrêté au haut 

de la liberté de la langue, cavalier monté sur un genêt. 
GENES. — Commune des dép. du Puy-de-Dôme et de la 

Gironde. Gênée, genêt. 
GENEST, GENET. — Communes des dép. de la Manche et 

de la Vienne. Genest, arbrisseau à fleurs légumineuses, 

cheval d'Espagne, de petite taille. 
GÉNOIN. — D'Henuin, dans le Pas-de-Calais, commune 

d'Audruick. Génoin, de genne, mare de raisin. 
GÉNOIS. — D'Annois, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Saint-Quentin. Génois, de génoir, engendrer. Génois, qui 

est de Gênes. 
GENONZEAU. — De Senonges, commune du dép. des Vosges, 

arr. de Mirecourt. 
GENOU. — Commune du dép. de l'Indre, canton de Buzan- 

çais. Genou, tête chauve. 
GENSSE. — Gens, commune dans le Béarn, ancien diocèse 

de Lascar. Gens, homme, personne, les bonnes gens. 
GENTIL. — De Gentilles, com. de Picardie, arr. d'Amiens. 

Gentil, chien appelé allant, espèce de faucon. 



[ 289 ] 

GENTILLY. — Commune du dép. de la Seine, arr. de Sceaux. 
Gentilly, tulipe rouge et blanche. Gentilie, noblesse. 

GENU, GENUSSE. — De Senuc, commune des Ardennes, 
ar. de Vouziers. Genusse, passage étroit, trou dans un 
mur, jour de cave. 

GEODOIN, — De Jodoigne, ville du Brabant, sur la Gette. 
De géode, pierre métallique, astringente et dessiceative. 

GEOFFRION. — D'Offrethun, com. du Pas-de-Calais, arr. de 
Boulogne. 

GEOFFROY.— D'Offroicourt, com. du dép. des Vosges, arr. 
de Mirecourt. Geoffroy, nom d'homme, tiré de Godefroy. 

GENTES. — Genté, commune du dép. de la Charente, arr de 
Cognac. De genté, jante, en charronnerie. 

GEORGES. — Commune de Bourgogne, près de Rodez. 
Georges, nom d'homme. 

GEORGET. — De Sorgeat, commune de l'Ariège, arr. de 
Foix. Georget, nom d'homme, dim. de Georges, est une 
sorte de casaque, une teinture bleue. 

GERARD. — Lieu du dép. de l'IUe-et-Vilaine, dans la com- 
mune de Montreuil. V. Girard. 

GERBERT. — De Cerbères, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Céret. De gerber, engerber, voler des 
gerbes. 

GERIN. — Commune dans le Bas- Armagnac, diocèse d'Auch, 
parlement de Toulouse. 

GERMAIN. — Commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, arr. de 
Fougère. Germain, vient de ger et de man. Ger, signifie 
trait, guerre, et man, homme fort. Germin, germe. 

GERMANO. — De Sermano, commune du dép. de la Corse, 
arr. de Corte. 

GERNY. — Commune du dép. de l'Aisne, canton de La Ca- 
pelle. 

GERO. — Gerrots, commune du dép. du Calvados, canton de 
Cambremer. 

GEROUT. — De Serouville, commune du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Briey. 

19 



[ 290 ] 

GERVAIS. — De Gerbaix, commune de la Savoie, arr. de 
Chambéry. 

GERVÂISE. — De Geraise, com. du Jura, arr. de Poligny. 

GESSERON. — De Jasseron, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Bourg. Gesseron, vient de gesse, gouttière. 

GETS. — Les Gets, commune de la Haute-Savoie, arr. de 
Bonne ville. Gets, entraves pour les pieds d'un oiseau. 

GEVRON. — De Javron, commune du dép. de la Mayenne. 

G^l. — Gez, bourg des HautesPyrénées, arr. d'Argelez. 

GIÂRD. — De Gigors, commune du dép. des Basses-Alpes, 
arr. de Sisteron. Giarre ou jarre, cruche où l'on conserve 
de l'eau douce sur la mer. 

GIASSON. — De Liausson, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Lodève. Giasson, vient du verbe chiasser, pousser 
des rameaux inutiles en parlant des arbres. 

GIBAUD, GIBAULT. — Gibeau, lieu de la Charente-Infé- 
rieure, dans la commune de Fouilloux, et Gibaut, sei- 
gneurie de Picardie. Gibaut, sorte de serpe, instrument 
pour arracher les herbes. 

GIBERNE. — De Gibourne, commune de la Charente-Infé- 
rieure, canton de j\Iatha. Giberne, sac qui servait aux 
gens de guerre pour mettre des grenades. 

GIBOIN. — De Gien, ville du Loiret. Giboin vient de giboi, 
chasse. 

GIBOIRE. — De Ciboure, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Bayonne. De giboyer, aller à la chasse. 

GIBOULEAU. — De Cibles, commune du dép. de Saône-et 
Loire, ar. de Charolles. Vient de giboulée, ondée de pluie 
subite. 

GIBOULON. — De Boulon, commune du Calvados, arr. de 
Falaise. 

GIDE. — De Chiddes, communes des dép. de la Nièvre et de 
Saône-et-Loire. Gide, guide. 

GIFFARD. — De Rochegiffart, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1650 pour la Chapelle. Gifart, joufflu. 

GIGAUDIER. — De Gaudiès, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de Pamier. 

GIGAULT. — Du Gault, commune du dép. de Loir-et-Cher, 



[ 2!)1 ] 

arr. de Vendôme. Gigault, gigot, xjièce de nionuaie, le 

liard, sorte de clou, cuisse, hanche, jambe. 
GIGNAC. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Lodève, 

et commune du dép. du Lot, arr. de Gourdon. 
GIGNARD. — De Gignat, commune du Puy-de-Dôme ,arr. 

d 'Issoire. 
GIGON. — D'Igou, commune des Basses-Pyrénées, arr. de 

Pau. Gigon, grosse jambe. 
GIGUERE. — De Gières, commune du dép. de Tlsère, arr. de 

Grenoble. De giguer, folâtrer. 
GIGUET. — De Signer, commune du dép. de l'Ariège, arr. 

Foix. 
GIGUER. — De Vihiers, commune du dép. de la Seine-Infé- 
rieure, arr. de Neufchâtel. 
GILAUDE. — De Sicaudais, lieu de la Loire-Inférieure, 

commune d'Arthon. 
GILBERT, GILIBERT. — De Vilbert, commune de Seine-et 

Marne, arr. de Coulommiers. Gilbert signifie témoin 

illustre, coupe-bourgeon, insecte coléoptère. Dérive de 

l'allemand geisil, témoin, et de bert, illustre. Gillebers, 

agrément, adhésion. 
GILL. — Gilles, commune du dé]). d'Eure-et-Loir, canton 

d'Anet. Gille, supercherie. 
GILLES. — V. Gill. Gilles, espèce de grand épervier, pail- 
lasse, pierrot, clown, jeu de cartes. 
GILET. — Commune des Alpes-jMaritimes, arr. de Puget- 

Théniers. Gilet, camisole sans manches que l'on met 

par-dessus ou par-dessous la chemise. 
GILLIET. — De Jullié, commune du dép. du Rhône, arr. de 

Villefranche. 
GILLOT. — De Julos, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

d 'Argelès. 
GIMBAL. — De Lamballe, commune des Côtes-du-Nord, arr. 

de Saint-Brieuc. 
GINARD. — De Sinard, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de Grenoble. Vient de gineor, ingénieur. 
GINCHEREAU. — De Lanchères, commune du dép. de la 

Somme, arr. d'Abbeville. 



[ 292 ] 

GINGO.— De Lingostière, dans les Alpes-Maritimes. Dérive 

du bas breton gin, blanc, beau, ou du gallois gin, auteur, 

ou de l'irlandais gin, coin, vieux. 
GINGRÂS. — De Langoat, com. des Côtes du Nord, arr. de 

Launion. Gingras, nom que les Phéniciens donnaient 

dans leur langue à Adonis. V. Gingo. 
GINGREAU, GINGROS. — De Vingrau, commune du dép. 

des Pyrénées-Orientales, arr. de Perpignan. 
GINIER. — De Liniers, commune du dép. de la Vienne, arr. 

de Poitiers. 
GINON. — De Vinon, commune du dép. du Cher, arr. de 

Sancerre. 
GIPOULON. — De Viplaix, commune du dép. de l'Allier, 

arr. de Montluçon. De gip, gypse, plâtre. 
GIRARD. — De Vira, commune des Pyrénées-Orientales, arr. 

de Perpignan. Les Girards, seigneurie du Berry, érigée 

en 1734 pour De Lestang. Girard, corruption de Gérard. 

Vient du latin gerardus, fait de l'allemand geren, q li 

signifie désirer. Gérard voudrait dire désir, desiderius, 

ou Didier. Gérard, nom vulgaire de la mâche, 
GIRARDEAU, GIRARDOT. -— De Jard, commune de la Ven- 
dée, arr. des Sables-d'Olonne. Dérive du grec guros, 

tour. 
GIRARDIE. — De Lardy, commune du dép. de Seine-et- 

Oise, arr. d'Etampes. 
GIRARDIER. — De Lardiers, commune des Basses-Alpes, 

arr. de Forcalquier. 
GIRARDIN. — De Jardin, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de Vienne. 
GIRAU, GIROT. — Giro, terre dans le Berry, et Ger, com. 

de la Manche, arr. de Mortain. 
GIRAUDE. — De la Giraudais, seigneurie de Bretagne, 

érigée en 1668 pour De Castel. 
GIRAUDEAU, GIRAUDOT. — De Géraudot, commune du 

dép. de l'Aude, arr. de Troyes. 
GIROGUE. — De Sirod, commune du dép. du Jura, arr. de 

Poligny. 



[ 293 ] 

GIROIR. — D'Yrouerre, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

de Tonnerre. 
GIROTHE. — De Citers, commune de la Haute-Saône, arr. 

de Lure. 
GIROU, GIROUX. — Lieu du Puy-de-Dôme, dans la com. 

d'Olliergues, et Giroux, commune du dép. de l'Indre, 

arr. d'Issoudun. 
GIROUARD. — Commune de la Vendée, arr. des Sables- 

d 'Olonne. 
GIVOC. — De Gillioc, commune de l'Ardèche, arr. de Tour- 
non. Vient de give, sorte d'entrave. 
GLÂDEL. — De Gardelle, communes des dép. du Lot et de 

la Haute-Garonne, arr. de Castelsarrazin. 
GLADU, GLANDU. — D'Andelu, commune du dép. de Seine- 

et-Oise, arr. de Mantes. Vient de glander, produire des 

glands. 
GLAMARD. — De Clamart, commune du dép. de la Seine, 

arr. de Sceaux. Vient de glomerer, rassembler. 
GLANDON. — Commune de la HaiTte-Vienne, arr. de Saint- 

Yrieix. 
GLAUMONT. — De Clémont, commune du dép. du Cher, arr. 

de Sancerre. Vient de gloume, enveloppe de la fleur des 

pommiers. 
GLENE. — Glenay, commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. 

de Bressuire. Glenée, ou galenée, porche d'une église, 

auvent placé en avant de la porte principale d'entrée. 
GLINIEL. — D'Inguiniel, commune du Morbihan, arr. de 

Lorient. 
GLINO. — De Glun, commune du dép. de l'Ardèche, arr. de 

Tournon. 
GLORIA. — De Gluiras, commune du dép. de l'Ardèche, arr. 

de Privas. Gloria, addition d'eau-de-vie à la tasse de 

café. 
GLORY. — D'Orist, commune du dép. des Landes, arr. de 

Dax. Glory, gloire. Vient de l'anglais. 
GLORGET. — D'Orgeix, commune de l'Ariège, arr. de Foix. 

Gloriette, pavillon de verdure dans un jardin, chambre 

sur un navire, petite boucherie, prison, cage. 



[ 294 ] 

GLOUMELON. — De Sommelonne, commune du dép. de la 

Meuse, arr. de Bar-le-Duc. 
GOAZIN. — De-Goeulzin, commune du dép. du Nord, arr. 

de Douai. En bas breton, goas signifie vassal. 
GOBEIL. — D'Orbeil, commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Is- 

soire. Gobeil, vient du grec kupellon, petite coupe. Gobel, 

gobelet, verre. 
GOBELIN. — Maison et rivière dans l'ancien faubourg Saint- 
Marceau, à Paris. Vient du grec kabal, homme fourbe, 

trompeur, imposteur. Un gobelin est un démon familier 

qu'on dit panser et étriller les chevaux durant la nuit, 

comme font les lutins du Canada. 
GOBERT. — Commune du dép. de l'Aisne, canton de Sanis. 

Gobert, facétie, plaisanterie. 
GOBIN. — Châtellenie près de la Fère, dans le dép. de l'Aisne, 

dans la forêt de Coucy. Gobin, petit bossu, homme laid, 

difforme. 
GOBINEAU. — De Savines, bourg du dép. des Hautes-Alpes, 

arr. d'Embrun. Gobineau, dim. de gobine, taverne. 
GOBINET. — D'Aubiet, commune du dép. du Gers, arr. 

d'Auch. 
GODAMBERT. — De Cortambert, commune du dép. de 

Saône-et-Loire, arr. de Mâcon. 
GODARD. — De Coudehart, commune du dép. de l'Oise, arr. 

d'Argentan. Godard signifie très bon, du teuton, hart, 

beaucoup, et gut, bon, en allemand gochard. Godard, 

jars, mâle de l'oie. 
GODBIN. — D'Aubin, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Pau. Godbin, vient de gode, vieille brebis, oiseau de 

mer, mesure étrangère de longueur, bon, efféminé. 
GODBOUT. — D'Aubous, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. de Pau. 
GODEAU. — D 'Audaux, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

d'Orthez. 
GODEBY. — D'Auby, commune du dép. du Nord, arr. de 

Douai. 
GODEFROY. — Commune du dép. de la Manche, arr. 

d 'Avranehes. Vient de god, bon, et de fried, protecteur. 



[ 295 ] 

défenseur. Comme god signifie Dieu, godefroy voudrait 
dire la paix de Dieu, ou le bon protecteur. 

GODEMART. — De Pont-Audemer, commune du dép. de 
l'Eure. 

GODEQUIN. — D 'Auquainville, commune du Calvados, arr. 
de Lisieux. 

GODERRE. — De Goderville, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. du Havre. Goder, faire de faux plis. 

GODET. — De (loudet, commune de la Haute-Loire, arr. du 
Puy. Godet, gobelet, petit verre à boire, vase de bois à 
long manche formant tuyau, qui sert à puiser l'eau dans 
le seau, augets des roues de moulin à chute d'eau, têtard 
de grenouille, jupon, gosier, taon, aiguière. 

GODILLON. — De Cadillon, com. du dép. des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Pau. De godille, aviron placé sur l'arrière 
d'une embarcation. 

GODEUF. — De Chadeleuf, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme, arr. d'Issoire. 

GODIN. — D'Hodenc, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Beauvais. Godin, oie, veau déjà fort, brigand qui vit 
dans les bois, sorte de perche, joli, mignon, beau. 

GODMER, GOGUEMER. — De Goguemez, seigneurie de 
Flandre, érigée en 1566 pour De la Croix. Vient de 
gogue, plaisanterie. 

GODON. — De Goudon, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Tarbes. Godon, nom d'homme pris pour petit Claude, 
signifie goulu, ivrogne, goujat. 

GODREAU, GODROT. — De Caudrot, commune de la Gi- 
ronde, arr. de La Réole. De goderie, moquerie. 

GOESTARD. — D'Outarville, commune du Loiret, arr. de 
Pithiviers. De gouet, petite serpe pour tailler les arbres. 

GOETZE. — De Gouex, commune du dép. de la Vienne, arr. 
de Montmorillon. De goet, raisin, ou de goeche, perdrix 
grise. 

GOGBY. — De Golbey, commune du dép. des Vosges, arr. 
d'Epinal. Gogue, boudin, festin. 

GOGUET. — D'Ognéville, commune du dép. de Meurthe-et- 



[ 296 ] 

Moselle, arr. de Nancy. Goguet, sorte de bateau, boudin 

fait avec du sang de bœuf. 
GOHIER. — Commune du dép. de Maine-et-Loire, canton des 

Ponts-de-Cé. Gohier, gouier, amant d'une servante ou 

gouge. 
GOILIOT. — V. Goliot. Vient de goi, serpe des vignerons et 

des tonneliers. 
GOIN. — Commune du dép. de la Moselle, canton de Verny. 

Goin, nation. Vient de l'hébreu goim, qui veut dire Na- 
zaréen. De l'hébreu goim on a fait goin, gens. 
GOISNEAU. — D'Ouanne, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

d'Auxerre. De goise, blé barbu. 
GOLIOT. — De Collias, commune du dép. du Gard, arr. 

d'Uzès. Goliat, dim. de gole, gueule, cépage. 
GOLTIER. — De Goult, commune du dép. de Vaucluse, arr. 

d'Apt. Vient de gol, cépage de médiocre qualité. 
GOMAIN. — De Somain, commune du dép. du Nord, arr. de 

Douai. Gomain se disait pour ballot, et fosse dans la roue 

d'un moulin. Gomène, cable, gros cordage. 
GOMEZ. — De Gometz, commune du dép. de Seine-et-Oise, 

arr. de Rambouillet. Gomez, nom d'homme, vient de 

gomer, sorte de vase. 
GONDARD. — De Condac, commune du dép. de la Charente, 

arr. de Ruffec. Vient de gonder, munir une porte de 

gonds. 
GONDGE. — D'Ondes, commune de la Haute-Garonne, arr. 

de Toulouse. 
GONDON. — Gondom, commune de la Gascogne, dans le 

diocèse de Tarbes. Gondon, nom d'homme. 
GONEAU. — De Connaux, commune du dép. du Gard, arr. 

d'Uzès. Goneau ou gonel, robe, casaque. 
GONNENTEAU, GONGENTEAU. — De Gonnetot, commune 

de la Seine-Inférieure, arr. de Dieppe. Vient de gonhe, 

mâchoire. 
GONNET. — De Gonnez, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Tarbes. Gonet, sorte de pain, pièce de vêtement. 
GONNEVILLE. — Communes des dép. de la Manche et de la 



[ 297 ] 

Seine-Inférieure. Gonne, futaille, baril à goudron, et 

gone, cotte longue. 
GONTAULX. — Gontaud, commune du dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, arr. de Marmande. 
GONTHIER, GONTIER. — De Château-Gonthier, ville du 

dép. de la Mayenne. 
GORDIEN. — De Gourdan, commune de la Haute-Garonne, 

arr. de Saint-Gaudens. Vient de gorder, maltraiter. 
GORDON. — Gourdon, commune du dép. du Lot, dans le 

Quercy. De gorde, bande de fer fixée sur le côté externe 

de la charrue pour en empêcher l'usure. 
GOREAU. — De Gore, seigneurie de Lorraine, érigée en 1739 

pour De Parisot. Goreau, cochon. 
GORGE. — Gorges, communes des dép. de la Loirelnférieure, 

de la Somme et de la Manche. Gorge, insulte, raillerie. 
GORIAU, GOURIOT. — D'Oris, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Grenoble. Gorriau, collier de cheval, et gouriau, 

dim. de gouri, j^etit cochon. 
GORIN. — De Gourin, commune du Morbihan ,arr. de Pon- 

tivy. Gorin, vient du grec choiros, porc. Dans le vieux 

français, gore se disait pour truie. 
GORION. — De Gourgeon, commune de la Haute-Saône, arr. 

de Vesoul. 
GORMELON. — De Gourmalon, lieu de la Loire-Inférieure, 

dans la commune de Pornic. Gormelon, vient de germe, 

sorte de vase. Gourmeler, grommeler. 
GORON. — Bourg du Maine, dans le dép. de la Mayenne. 

Goron, jeune porc, petit gâteau fait de farine, d'oeufs 

et de fromage frais, pièces de bois dans un pressoir. 
GORRIBOU. — De Sourribes, commune du dép. des Basses- 
Alpes, arr. de Sisteron. Vient de gort, lieu serré d'une 

rivière. Corribot, parcelle de terrain. 
GOSSAIN. — De Cosseins, seigneurie de Gascogne, érigée en 

1623 pour De Cassagnet. De gosse, gamin, galopin, mou- 
tard. 
GOSSE. — Gos, commune de la Gascogne, arr. de Dax. Gosse, 

anneau de fer coudé, garni de petits cordages, pour em- 



[ 298 ] 

pêcher que les gros cordages qui passent au travers, ne 

se coupent. 
GOSSE. —  De Goussey, seigneurie de Lorraine, érigée en 

1600 pour Des Sales. Gossé, cossu. 
GOSSELIN. — De Goncelin, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Grenoble, ou des Gosselins, lieu dans le dép. du 

Calvados, canton de Thury-Harcourt, arr. de Falaise. 

Gosselin veut dire ami, camarade. 
GOSSET. — De Goussey, seigneurie de Lorraine. Gossette, 

petite gousse. 
GOSSIN. — D'Ossen, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

d'Argelès. Gosson, petit bruit. 
GOTEREAU, GOTROT. — De Coutras, ville de la Gironde, 

arr. de Liboume. Gouterot, gouttière. 
GOTERON. — De Couteron, commune du dép. de l'Aube, 

arr. de Bar-sur-Seine. Gouteron, aiguière, vase, petite 

gouttière. 
GOTINEAU. — De Gotein, commune du dép. des Basses-Py- 
rénées, arr. de Mauléon. Dérive du gallois got, orgueil. 
GOTTEVILLE. — De Sotteville, com. de la Seine-Inférieure, 

arr. de Rouen. De goutel, goutte. 
COUARD. — De Coiiarde, commune de la Charente-Inférieure, 

arr. de La Rochelle. Vient de goue, mesure de longueur, 

ou de gou, chien. 
GOUAULT. — Gouaux, commune des Hautes-Pyrénées, can- 
ton d'Arreau. Gouaus, cépage inférieur. 
GOUAZIN. — De Gouazven, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1668 pour de Carion. De gouas, cépage blanc, dont 

le raisin est peu estimé. 
GOUBAULT. — De Courbes, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Laon. De goube, sorte de jeu. 
GOUBÉ. — De Soubés, commune du dép. de l'Hérault, arr. de 

Lodève. 
GOUCHS. — De Louches, commune du dép. de l'Ardèche, 

arr. de Largentière. Gouchs, gousse. 
GOUET. — Goué, en Normandie, près de Porbail. Gouet, ser- 
pette, couteau à lame forte et recourbée. 



[ 299 ] 

GOUGE. — D'Oiige, commune du dép. de la Haute-Saône, 
arr. de Vesoul. Gouge, femme, fille, servante, outil de 
menuisier, arme en forme de serpe. 

GOUGE, GOUJET.— De Songé, commune du dép. de l'Indre, 
arr. de Châteauroux. 

GOUIN. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1700 pour 
Guillebert. Gouin signifie rusé, fin. Dérive du bas-breton 
gouin, vin, fourneau, gaine. 

GOUJON. — Commune du dép. du Gers, canton de l 'Ile- 
Jourdain. Goujon, cheville de fer, morceau de bois rond, 
poisson de rivière qui ressemble à l'éperlan, serviteur, 
messager. 

GOUJOT. — De Gougeau, commune de la Charente, arr. de 
Barbezieux. 

GOULÂBD. — Forêt dans le duché d'Angoulème, ou de la 
Goulardière, seigneurie de l'Orléanais. Goulard, goulet 
ou passage pour l'eau à côté du barrage ou de l'écluse 
d'un moulin. 

GOULET. — Commune du dép. de l'Orne, arr. d'Argentan. 
Goulet, entonnoir à l'entrée d'un filet en manches, vide 
ou passage dans une haie, cou d'une bouteille, ruisseau. 

GOULETREZ. — De Coulêtre, seigneurie du Maine, érigée 
en faveur d'Andigné. 

GOUNEAU. — D 'Ouïmes, commune de la Vendée, arr. de 
Fontenay-le-Comte. Gouneau, gonnelle, jupon. 

GOUPEAU. — De Souppes, commune de Seine-etûlarne, arr. 
de Fontainebleau. 

GOUPIL, GOUPY. — De Coupy, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Gex. Goupil, renard. Dans l'ancien provençal, 
wolpilt signifiait lâche et poltron comme un renard, mais 
rusé, ingénieux. Dérive de viilpillus, dim. de vulpes. 

GOUR, GOURRE. — De Gour, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1690 pour De Chaillon. Gour, creux que la chute 
d'eau fait derrière la chaussée d'un étang et à l'extré- 
mité de cette chaussée, pièce d'eau profonde et bour- 
beuse, golfe dans une rivière. En vieux français, gour se 



[ 300 ] 

dit pour goulène, et goure, dépression dans le lit d'une 

rivière. 
GOURBEIL. — Gourbeil, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1668 pour Le Charpentier. Gourbeille, corbeille. 
GOURCE. — De Sources, commune du dép. du Gard. Gource, 

buisson épais, broussailles. 
GOURD. — Sourd, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Vervins. Gourd, enflé par l'humidité, engourdi par le 

froid. 
GOURDE. — D'Ourde, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Bagnères. Gouhourde a fait gourde, par contraction. 

C'est une anse au bord d'une rivière, une gourde, une 

courge. 
GOURDE AU. — De Gourde, seigneurie des Pyrénées, érigée 

en 1483 pour De Châteauneuf. Gourdeau, dim. de gourde. 
GOURDEL. — De Cordelle, commune du dép. de la Loire, 

arr. de Roanne. Gourdel, vivier, et gourdeille, vieux cou- 
teau usé. 
GOURDIN. — De Gourdan, commune de la Haute-Garonne, 

arr. de Saint-Gaudens. Gourdin, gros bâton court. 
GOURDON. — Commune du dép. du Lot, non loin de Sceaux. 

Gourdon, gourd, engourdi, fourbe, lent. 
GOUREAU, GOUROT. — De Goures, seigneurie de l'Artois. 

Goureau, sorte de figue, appelée grosse violette longue. 
GOURGON. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, canton de 

Saint-Amand. Gorgon, bouillonnement, commérage. 
GOURGUE. — Commune des Hautes-Pyrénées, arr. de Ba- 
gnères. Gourgue, canal de moulin. 
GOURIAU. — De Courris, commune du dép. du Tarn, arr. 

d'Albi. Vient de gouri, petit cochon. 
GOURLET. — De Courlay, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, arr. de Bressuire. De gourle, bourse ou de gourlé, 

creux. 
GOURMELIN, GOURMELON.— De Courmalon, lieu du dép. 

de la Loire-Inférieure, commune de Pornic. Vient de 

gourmelle, gourmette ou chaînette fixée de chaque côté 

du mors d'une bride. 



[ 301 ] 

GOURNAIS. — De Gournay, ville de Normandie, dép. de la 
Seine-Inférieure, et communes dans les dép. de l'Oise et 
de la Marne. Gourner, gouverner. 

GOURRE. — De Gour, seigneurie de Bretagne. Gour, gou- 
lène, creux dans les rochers ou au pied des arbres. 

GOURSET. — De Courset, commune du dép. du Pas-de- 
Calais, arr. de Boulogne. 

GOURVILLE. — Bourg du dép. des Deux-Sèvres, à 4 lieues 
de Niort, et commune de la Charente, arr. d'Angoulème. 

GOUSÂRD. — De Sourzac, commune de la Dordogne, arr. de 
Ribérac. 

GOUSSE. — Commune du dép. des Landes, arr. de Dax. 
Gousse, chien mâtin. 

GOUSSET. — De Soussey, commune du dép. de la Côte-d'Or, 
arr. de Semur. Gousset, creux de l'aisselle, armure a-i 
creux de l'aisselle, petit chien. 

GOUTCHER. — De Souciiez, commune du Pas-de-Calais, arr. 
d 'Arras. 

GOUVERNET. — Village du Dauphiné, dép. de la Drôme, à 
3 lieues de Buis. De governe, auberge. 

GOUVION. — De Couvignon, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Bar-sur- Aube. Gouvillon, espèce d'armes. 

GOUY, — Communes de la Seine-Inférieure et de l'Aisne. 
Gouy, serpette de vigneron, sorte de grain. 

GOUYON. — De Gouillons, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Chartres. 

GOUZE. — Commune du Béarn, dans les Basses-Pyrénées, 
arr. d'Orthez. 

GOVREAU. — V. Gauvreau. De gove, antre, caverne. 

GOYAU, GOYOT. — De la Goy, seigneurie de Provence, 
devenue marquisat en 1702. De Goy, Dieu. 

GOYER. — Bourg de l'Anjou, diocèse d'Angers. Goyer, celui 
qui s'attache à une personne de bas étage, et goier, sorte 
de serpe. 

GOYET. — Lieu de la Dordogne, dans la commune de Ribé- 
rac. Goguet, sorte de bateau. 

GOYETTE. — De Loyettes, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Belley. 



[ 302 ] 

GRÂCE. — Grâce, seigneurie des Côtes-du-Nord, arr. de 
Giiingamp. Grâce, graisse, engrais. 

GRACIOT. — De Grasse, ville des Alpes-Maritimes. De 
gracier, remercier. 

GRAGEON. — De Lageon, commune du dép. des Deiix- 
Sèvres. Grageon, vient de grage, râpe de cuivre em- 
ployée par les insulaires pour réduire le manioc en fa- 
rine, repousse de chêne dans un bois taillé, jeune taillis 
des premières années. 

GRAIN. — De Crain, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d'Auxerre. Grain, froment, tout ce qu'on emploie dans 
la cuisine. 

GRAJAU. — De Graulges, commune de la Dordogne, arr. de 
Nontron. Grajau, coquelicot, pavot rouge qui vient dans 
les blés. 

GRALIER. — De Grosley, commune du dép. de l'Eure, arr. 
de Bernay. Graleis, cri, chant. 

GRALO. — De CroUes, commune de l'Isère, arr. de Grenoble. 
De grâler, rôtir à demi sous la cendre. 

GRAMMONT. — Village de la Basse-Navarre, ci-devant 
duché-pairie des Basses-Pyrénées, siir la Bidouze. Vient 
de gramon, graine qui tient le milieu entre le pois et 
l'ivraie, ou de grame, souci. 

GRANCHAMP. — Commune de la Haute-Marne, et seigneurie 
de Normandie, érigée en 1716 pour De Malherbe. Gran, 
ville. 

GRAND. — Bourg dans la Champagne, et commune du dép. 
des Vosges, arr. de Neuffchâteau. Grand, de haute taille. 

GRANDBOIS. — Seigneurie de Bretagne, érigée pour Daci- 
gné. 

GRANDIN. — De Randens, commune de la Savoie, arr. de 
Saint- Jean-de-Maurienne. 

GRANDJEAN. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. 
de Saint- Jean d'Angély. 

GRANDJON. — De Grandjouan, commune de la Loire-Infé- 
rieure, arr. de Saint-Dié. 



[ 303 ] 

GRANDMAISON. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 
pour De Benazet. 

GRÂNDMENIL. — Commune du Calvados, arr. de Lisieux. 

GRANDMONT. — Lieu du Morbihan, dans la commune de 
Saint-Gildas. 

GRANDPRE. — Commune du dép. des Ardennes, arr. de 
Vouziers. 

GRAND-VILLEMAIN. — De Grandville, commune du dép. 
de TAube, arr. d'Arcis-sur-Aube. 

GRANET. — Granès, commune du dép. de l'Aude, arr. de 
Limoux. Granet, petit grain. 

GRANGE. — Granges, communes des dép. des Vosges, de 
Saône-et-Loire, de Lot-et-Garonne. Grange, métairie, dé- 
pendance d'un monastère servant d'hospice ou de mai- 
son de plaisance. 

GRANGER. — De Tranger, commune du dép. de l'Indre, 
arr. de Châteauroux. Granger, métayer, fermier qui 
cultive une propriété à condition d'en partager les pro- 
fits avec le propriétaire, gardien d'une grange, batteur, 
dignité de chapitre. 

GRANVILLE. — Ville du dép. de la Manche, arr. d'Avran- 
ches. 

GRAPT. — D'Apt, seigneurie du Comtat Venaissin, arr. de 
Niort, érigée l'an 1000. Grap. outil d'artisan. 

GRASSET. — Bois, dans la forêt de Cérilly, dép. de l'Allier, 
arr. de Montlueon. 

GRATON, GRATTON. — De Creton, commune du dép. de 
l'Eure, arr. d'Evreux. 

GRAVE. — Graves, commune de la Charente, arr. de Cognac. 
Grave, forêt, gravier, sable mêlé de cailloux, grève. 

GRAVEL. — Gravelle, commune de la Mayenne, arr. de Laval. 
Gravele, sablon, sable, gravier, venin, sorte de poisson, 
maladie qui consiste dans la formation de petites pierres 
ou graviers qui se déposent dans la vessie. 

GRA VELINES. — Commune du dép. du Nord, arr. de Dun- 
kerque. De gravelin, grève. 

GR AVERE AU. — De Gravières, commune du dép. de l'Ar- 



[ 304 ] 

dèche, arr. de Largentière. De graverie, corvée, fardeau, 

ou de graver, grimper. 
GRAVIER. — Du Gravier, dans le dép. du Cher, commune 

de la Guerche. Gravier, gros sable que l'on trouve au 

bord de la mer et des rivières. 
GRÉ. — De la Grée, seigneurie de Bretagne, érigée en 1743 

pour Du Bot. Gré, degré, marche d'escalier, bonne vo- 
lonté de faire une chose. 
GREÂU. — De Créot, commune du dép. de Saône-et-Loire, 

arr. d'Autun. 
GREF. — De Grève, lieu de la Charente-Inférieure, dans la 

commune de La Tremblade. Gref, grief, grave, rude. 
GREFFARD. — De Trefford, commune du dép. de l'Ain, et 

de l'Isère. Greffard, chat. 
GREFFIN. — De Treffrin, commune des Côtes-du-Nord, arr. 

de Guingamp. 
GRÉGIS. — Grégy, commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. 

de Melun. De grege, peigne de fer pour séparer la graine 

de lin de sa tige. 
GRÉGOIRE. — Communes des dép. de Lot-et-Garonne et du 

Tarn. Grégoire, nom d'homme, dérive 'de l'italien gre- 

chesco, à la grecque. 
GRÉGUIN. — De Reillanne, commune des Basses- Alpes, arr. 

de Forcalquier. Greguer, mettre en poche. 
GRELIER. — De Grilly, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Gex. Grelier, pièce de campagne, qu'on charge de fer- 
railles, de balles. 
GRÉMARD. — V. Grimard. 
GREMELON. — De Remoulins, commune du dép. du Gard, 

arr. d'Uzès. Gremelon, petit grumeau, miette. 
GRENET. — De Grenay, communes des dép. de l'Isère et du 

Pas-de-Calais. Grenet, petit grain, grenat. 
GRENIER. — Commune du dép. de la Haute-Loire, canton 

de Blesle, arr. de Brioude. Grenier, provision, banne, 

pièce de grosse toile, action de mettre les porcs à la 

glandée, lieu oii l'on serre les blés. 
GRENOBLE. — Ville du dép. de l'Isère, sur l'Isère. 



[ 305 ] 

GRENON. — De Reniing, commune du dép. des Landes, arr. 

de Saint-Sever. Grenon, moustache, poil, sorte de ragoût. 
GRENOT. — De Creunes, commune du dép. de la Mayenne. 

Grenot, sorte de poisson. 
GRESAC. — Grézac, commune de la Charente-Inférieure, 

arr. de Saintes. De grézeau, terrain pierreux. 
GRESIL. — Grésille, seigneurie de Maine-et-Loire, érigée en 

1350 pour Les Champs. Grésil, petite grêle fort menue 

et dure, blanche comme la neige. 
GRESLON. — De Reillon, commune du dép. de Meurthe-et- 
-Moselle, arr. de Lunéville. Grêlon, gros grain de grêle. 
GRESSEÂU. — De Gresse, bourg du Dauphiné, dép. de 

l'Isère. De gresser, casser, annuler. 

GREVELIN. — De Réveillon, commune de l'Orne, arr. de 
Mortagne. Vient de grève, bottine de fer, haut du front. 

GREYSOLON. — De Grésillons, lieu du dép. de la Seine, 
dans la commune de Genneville. De grézoUe, jatte, 
baquet. 

GRIAU, GRIO. — De Grillaud, lieu de la Loire-Inférieure, 
dans la commune de Chant enay. Griau, petit vase pour 
mesurer le lait, recoupe de blé. 

GRIBEL. — De Criel, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
de Dieppe. Gribel, crible. 

GRIFFARD. — De Gripport, commune du dép. de Meurthe- 
et-Moselle, arr. de Nancy. Griffard, qui griffe, armé de 
griffes. Dérive du grec grups, vautour. 

GRIFFON. — Griffont, en Auvergne, diocèse de Saint-Plour. 
GrifiFon, lime plate, monnaie de Liège, homme vaillant, 
maladie du faucon. 

GRIGNAULT, GRIGNEAU. — De Grignols, commune de la 
Gironde, arr. de Bazas. Grignaud, maussade, de mau- 
vaise humeur, couvert d'aspérités, et grignos, grognon, 
rechigné, mécontent. 

GRIGNON. — Communes des dép. de la Côte-d'Or, de la 
Savoie et de Seine-et-Oise. Grignon, morceau de pain 
pris du côté le mieux cuit, revêche, rechigné. 

20 



[ 306 ] 

GRIMÂRD. — De Roumare, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. de Rouen. Grimard, qui a l'habitude de grimer, 

égratigner, griffer. 
GRIMÂUD. — Commune du dép. du Var, arr. de Dragui- 

gnan. Du bas-breton grimm, ou de l'italien grimo, ridé. 
GRIMBAULT. — De Grimbosq, commune du Calvados, arr. 

de Falaise. 
GRISÂRD. — De Grizac, commune du dép. du Cantal, arr. 

de Mauriac. Grisard, blaireau, grisâtre. 
GRISÉ. — De Trizay, commune de la Charente-Inférieure, 

arr. de Saintes. Griset, étoffe grise, jeune chardonneret. 
GRIVEAU. — De la Grive, lieu de l'Isère, commune de Saint- 

Alban. Grivel, mêlé de noir et de blanc. 
GRIVERAN. — De Trévérien, commune d'Ille-et-Vilaine, 

arr. de Saint-Malo. 
GRIZEAU. — De Grisse, commune du Jura, arr. de Lons-le- 

Saunier. 
GROGNET. — De Grigneville, commune du Loiret, arr. de 

Pithiviers. Grognet, sorte d'arme, fourchette, et groi- 

gnette, étoffe de drap, fourrure. 
GROGNIER, GROINIER, GROYNE.— De Grigny, commune 

du Pas-de-Calais, arr. de Saint-Pol-sur-Ternoise. Dérive 

de grogne, chagrin, mécontentement, ou de groin, cap, 

promontoire, extrémité. 
GROISÂ. — De Groissiat, commune de l'Ain, arr. de Nantua. 
GROLEAU. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 

La Rochelle. GroUeau, corneille. 
GROLLIER. — Groslier, seigneurie érigée en 1418 et possédée 

en 1600 par De la Barre, dans le dép. de l'Eure. GroUier, 

noix plus grosse que la noix ordinaire. 
GROMELIN. — De Roumens, com. de la Haute-Garonne, arr. 

de Villefranche. Vient de grommélis, dispute, plainte. 
GROMELON. — De Gourmalon, dans la Loire-Inférieure, 

commune de Pornic. 
GRON. — Commune du dép. du Cher, arr. de Bourges. Gron, 

lieu aquatique et marécageux. 



[ 307 ] 

GRONDIN. — De Gondrin, commune du dép. du Gers, arr. 

de Condom. Grondin, poisson, animal qui gronde. 
GRONDINES. — De Prondines, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. de Clermont-Ferrand. Grondine, voile, moustiquaire. 
GRONIER. — De Gruny, commune de la Somme, arr. de 

Montdidier. Vient de groner, chanter. 
GROS. — Communes des dép. cjje la Moselle et de la Corrèze. 
Gros, monnaie, gras, grosseur, tout ce qu'un chanoine 
prélevait de son bénéfice en fruits principaux. 
GROSBOIS. — Seigneurie de Bretagne et seigneurie de la 
Province de Québec, dans la paroisse de Yamachiche. 
Grosbois, grosses lances et fortes piques. 
GROSLEAU, GROSLOT. — V. Groleau. Dérive de grole, 
vase en forme de flacon, centre d'une cible, savate, vieux 
soulier, corbeau. 
GROSLIER. — V. Grollier. Groslée, repas. 
GROSMULON. — De Soumoulon, dép. des Basses-Pyrénées, 

arr. de Pau. 
GROSSET. — Commune et bourg de l'Ile-de-France, diocèse 

de Paris. Grosset, un peu gros. 
GROSSIN. — De Gruissan, commune du dép. de l'Aude, arr. 

de Narbonne. 
GROSTOT. — De Grust, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

d 'Argelès. 
GROSVALET. — De Rouvillers, commune du dép. de l'Oise, 

arr. de Clermont. 
GROTEAU. — De Routot, commune du dép. de l'Eure, arr. 
de Pont-Audemer. De grouter, mettre du crépi à un mur. 
GROTON. — De Croston, seigneurie de Normandie, érigée en 

1775 pour Le Grand. 
GROU, GROULX. — Commune du dép. de la Charente, arr. 
de Ruffec. Grout, groux, chien, croiite pierreuse qui se 
trouve à la superficie des terres, eau épaisse et gluante. 
Groue, forte gelée, et grou, gros. 
GROUARD. — De Trouillas, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Perpignan. De grouer, geler, couver. 
GROUCE. — De Grusse, commune du Jura, arr. de Lons-le- 
Saunier. Grouse, coq de brviyère. 



[ 308 ] 

GROUILLON. — De Rouillon, lieu de Seine-et-Oise, commune 

d'Ivry. Dérive de gruze, grain, moulée. 
GROUVET. — Du Rouvray, commune du dép. de l'Eure, arr. 

d 'Evreux. 
GROYNÉ. — De Gris-Nez, dans le Pas-de-Calais. 
GROYSARD. — De Roissard, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Grenoble. De groisse, gravier, caillou, mâchefer. 
GRUARD. — De Cruas, commune du dép. de TArdèche, arr. 

de Privas. De gni, bouillie d'orge et d'avoine, menu 

fretin, fruits sauvages dans les forêts. 
GRUAU. — De Grues, commune de la Vendée, arr. de Fon- 

tenay. Gruau, petit d'un oiseau appelé grue, terrain ro- 
cailleux, peu labourable. 
GRUCHY. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1649 en 

faveur de Gigault. De gruèche, qui se nourrit de gruau, 

de son. 
GRUET. — De Cruet, commune du dép. de la Savoie, arr. de 

Chambéry. De gruer, fabriquer du gruau, faire pied de 

grue. 
GRUYAU. — De Ruy, commune du dép. de l'Isère, arr. de 

La-Tour-du-Pin. Gruyau, pluie. 
GRUZELIN. — De Griselles, commune du dép. du Loiret, arr. 

de INIontargis. Dérive de grus, gruau, son de farine. 
GUAY. — De Guer, commune du dép. du Morbihan, arr. de 

Ploërmel. Guay, malheur, infortune. 
GUDEPART. — V. Dieu-de-Part. 

GUEDON. — De Guégon, commune du Morbihan, arr. de 

Ploërmel. Dérive de guède, bâton avec filet pour prendre 

des oiseaux. 
GUEDRY. — De Cuébris, commune des Alpes-Maritimes, arr. 

de Puget-Théniers. 
GUEGNEU. — De Gugney, commune du dép. des Vosges, 

canton de Dompaire. De guigne, instrument servant à 

épiler, ou de guigner, regarder à travers un trou de 

serrure. 
GUENARD. — De Sénard, commune du dép. de la Meuse, 

arr. de Bar-le-Duc. Guenard, denier blanc à l'écu. 



[ 309 ] 

GUENAUD. — De Guesnes, commune du dép. de la Vienn'^, 
arr. de Loudun. Guenaud, dérive de canis, chien. Autre- 
fois on appelait guenaux de Saint-Innocent, les gueux 
qui s'épouillaient dans le cimetière des Innocents, à 
Paris. D'oii l'on pourrait croire que canaille et guenau 
seraient un peu synonymes. 

GUENET, GUÉNETTE. — Guesnet, dans la Saintonge. Gué- 
nette, vieille fille, femme de mauvaises mœurs. 

GUENICHON.— De Guichen, commune d'Ille-et-Vilaine, arr. 
de Redon. Guénichon, petite guenon. 

GUÉNIN. — Commune du Morbihan, arr. de Pontivy. 

GUERARD. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. de 
Coulommiers. 

GUÉRAULT. — Guérau, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1696 pour De la Porte. 

GUERBOIS. — D'Orbois, commune du Calvados, arr. de 
Bayeux. 

GUERCHEVILLE. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, 
arr. de Fontainebleau. 

GUERCIER. — De Guerchy, commune du dép. de l'Yonne, 
arr. de Joigny. De guerger, gruger, émietter. 

GUERE, GUÉRET. — Ville du dép. de la Creuse. Guéret, 
champ qui n'a été labouré qu'une seule fois, labour, 
culture, ameublissement de la terre. Dérive du gascon 
vareit, terre labourée et prête à recevoir la semence. 

GUÉRIAULT. — De Garris, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Mauléou. Guériault, gueux. 

GUERÎC. — Du Garric, commune du dép. du Tarn, arr. 
d'Albi. Guérie, nom d'homme. 

GUERIGUE. — De Garigues, communes des dép. de l'Hérault 
et du Tarn. V. Garrigue. 

GUÉRIN. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne, canton de 
Bouglon. Guérin, nom donné au bélier. 

GUERINEAU, GUÉRINOT. — De Léren, com. des Basses- 
Pyrénées, arr. d'Orthez. 

GUÉRINETTE. — V. Garinet. 



[ 310 ] 

GUERNAULT. — De Guerno, commune du dép. de Seine-et- 

Oise, arr. de Nantes. 
GUERNON. — De Gueron, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. Guernon, moustache. 
GUERNOUILLAU. — De la Grenouillère, seigneurie érigée 

en 1690 pour Couvart. De guernouille, grenouille. 

GUÉRONNEAU. — De Guéron, commune du dép. du Cal- 
vados, arr. de Bayeux. 
GUEROULT. — De la Guéroulde, commune du dép. de 

l'Eure, arr. d'Evreux. Guéroue, corvée. 
GUERRARD. — V. Guérard. Guerreor, en vieux français, 

signitie guerrier, homme de guerre. 
GUERRE. — De la Guerre, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1669 pour Pantin. 
GUERRIER. — De Guérigny, commune du dép. de la Nièvre, 

arr. de Nevers. Guerrier, ennemi, qui est propre à la 

guerre. 
GUERSAULT. — De Guersat, seigneurie du Limousin, érigée 

en 1441 pour de Montmort. Vient de guersoi, défi à boire. 
GUERTIN. — De Querting, commune du dép. de la Moselle, 

canton de Bouzonville. De guertie, sorte de mesure. 
GUÉRY. — De Guiry, commune du dép. de Seine-et-Oise, 

arr. de Pontoise. 
GUESTIER. — De Lestiac, commune du dép. de la Gironde, 

arr. de Bordeaux. Guestier, qui a des manières affectées, 

ou qui fait l'homme important. 
GUETE. — De Gueytes, commune du dép. de l'Aude, arr. de 

Limoux. Guette, armoire, tiroir, et guet, divorce. 
GUÉTIER. — De Guitté, commune des Côtes-du-Nord, arr. 

de Dinan. Guétier, guetter. 
GUETTE. — De la Guette, seigneurie de la Brie, érigée en 

1600 pour La Guette. Guaite, guet, sentinelle, guérite, 

échanguette. Guette, de l'allemand geld, argent. 
GUÈVREMONT. — De Lièvremont, commune du dép. du 

Doubs, arr. de Pontarlier. 



[ 311 ] 

GUEYRAULT. — Des Guerraux, commune du dép. de Seine- 

et-Loire, arr. de Charolles. 
GUIBAUD. — De Libos, dép. de Lot-et-Garonne, commune 

de Monsempron. 
GUIBERGE. — De Liergues, commune du dép. du Rhône, 

arr. de Villefranche. 
GUIBERT. — De Libercourt, lieu du Pas-de-Calais, commune 

de Carvin. Guibert, toile de lin blanche, fabriquée à 

Louviers, près de Rouen. 
GUIBORD. — De Lisbourg, commune du dép. du Pas-de 

Calais, arr. de Saint-Pol. Guibord, ou vibord, grosse 

planche posée de champ qui borde et embrasse le pont 

supérieur d'un navire et lui sert de parapet. 
GUICHARD. — De Louchats, commune du dép. de la Gi- 
ronde, arr. de Bazas. Guichard, mot sarrazin, qui signifie 

vagabond. 
GUICHAUD. — De Leschaux, commune de la Saône, arr. 

d'Annecy. Guichaud, dim. de guiche, finesse. 
GUICHET. — Lieu du dép. de Seine-et-Oise, dans la com- 
mune d'Orsay. Guichet, ouverture, portes de prison. 
GUICHON. — De Luçon, commune de la Vendée, arr. de 

Fontenay. Guichon, vase à boire en terre cuite, en bois 

ou en fer-blanc. 
GUIET. — De Luhier, commune du dép. du Doubs, arr. de 

Montbéliard. Guiet, guet, droit. 
GUIGNARD. — De Lignac, commune de l'Indre, arr. de 

Le Blanc. Guignard, sujet à la guigne, déveine, celui 

qui guigne, qui porte un masque, espèce de petit pluvier, 

gras et délicat. 
GUIGNE. — De Ligné, commune de la Loire, arr. d'Ancenis. 

Guigné, déguisé, contrefait. 
GUIGNOLET. — De Gillonnay, commune de l'Isère, arr. de 

Vienne. Guignolet, liqueur faite avec des guignes ou 

cerises douces à longue queue. 
GUIGNON, — De Lignon, commune du dép. de la Marne, 

arr. de Vitry-le-François. Guignon, malheur, accident 

dont la cause est inconnue. 



[ 312 ] 

6UIGUES. — De Ligueux, commune de la Gironde, arr. de 

Libourne. 
GUILBEAU, GUILLEBEAU. — Seigneurie du Poitou, érigée 

en 1456 pour De Chamborand. 
GUILBERT, GUILLEBERT.— De Vilbert, commune du dép. 

de Seine-et-Marne, arr. de Coulommiers. De guille, men- 
songe, supercherie, fourberie. 
GUILBOS. — De Guillebot, seigneurie de Bretagne, érigée 

eu 1600 pour De Moucheron. 
GUILLAUD. — V. Guillot. 
GUILLAUDET. — De Juilliaguet, commune de la Charente, 

arr. d'Angoulème. 
GUILLAUME. — Commune du dép. des Alpes-Maritimes, 

arr. de Puget-Théniers. Guillaume, espèce de rabot pour 

faire des moulures, à l'usage des menuisiers. 
GUILLEBORD. — De Villebourg, commune d'Indre-et-Loire, 

arr. de Tours. 
GUILLEMÉ, GUILLEMET, GUILMET. — De Lillemer, com. 

d'Ille-et-Vilaine, arr. de Saint-Malo. Guillemet, nom de 

l'inventeur des petites virgules renversées qu'on met à 

la marge des livres pour marquer les citations. Guille- 

mette, nom de femme. 
GUILLEMOT. — De Velesme, commune de la Haute-Savoie, 

arr. de Gray. Guillemot, oiseau de la région du nord, 

espèce de pluvier. 
GUILLET. — De Lillers, commune du dép. du Pas-de-Calais. 

Guilet, trébuchet, attrape. 
GUILLIN. — De Lullin, commune du dép. de la Haute-Savoie, 

arr. de Thonon. Guillin, fourbe, trompeur. 
GUILLON. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. d'Avallon. 

Guion, malheur, accident fâcheux. 
GUILLOT. — De Guillos, commune du dép. de la Charente, 

arr. de Bordeaux, ou des Guillots, lieu du dép. de la 

Charente-Inférieure, dans la commune de Cherminac. 

Guillot, ver du fromage corrompu, monnaie de peu de 

valeur, au XlVe siècle. 
GUILLOTTE. — De Villotte, commune du dép. des Vosges, 

arr. de Neufchâteau. 



[ 313 ] 

GUIMAUD. — De Limas, commune du Rhône, arr. de Ville- 
franche. Guimau, pré fauché deux fois par année. 

GUIMOND. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1598 pour 
de Montfiquet. 

GUINARD. — De Linard, commune de la Creuse, arr, de 
Guéret. Guineor, veneur. 

GUINAU. — De Linas, commune du dép. de Seine-et-Oise, 
arr. de Corbeil. Guinau, sot, gueux. 

GUINDON. — De Landogne, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme. Guidon, espèce de cerise. 

GUINES. — Ville du Pas-de-Calais, arr. de Boulogne. Guine, 
variété de cerise. 

GUINETEL. — De Linthelles, commune de la ]\Iarne. De 
guinte, voile, capuchon. 

GUINIGOIN. — De Guingamp, ville du dép. des Côtes-du- 
Nord. Guingamp, toile fine de coton, et guinguin, rosse. 

GUINOT. — Commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, canton de 
Châteauneuf. V. Guinau. 

GUION, GUYON.— De Guillon, commune du dép. de l'Yonne, 
arr. d'Avallon. Guyon, conducteur, guide. 

GUIOT, GUIOTTE. — De la Guiotte, ville du Rouergue, dio- 
cèse de Rodez. 

GUIRAUD. — Commune du dép. de l'Hérault, canton de 
Gignac. 

GUITARD. — De Lustar, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. . de Tarbes. Guitare, instrument de musique à six 
cordes. 

GUITAUD. — Commune du dép. de la Haute-Garonne, arr. 
de Saint-Gaudens. 

GUITE. — Cuistres, commune du dép. de la Gironde, arr. de 
Libourne. Guiste, sorte de mesure. 

GUITET. — Guittet, commune du comté de Comminges, 
parlement de Toulouse. 

GUITIER. — - De Litty, commune du Calvados, arr. de 
Bayeux. Gutier, laver à la gutte, à l'ambre, ou gomme- 
gutte. 

GUITON. — De la Guitonnière, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour Charette. Guiton, page, valet. 



[ 314 ] 

GUMÉRIE. — De Guméry, commune du dép. de l'Aube, arr. 

de Nogent-sur-Seine. 
GUMIERE. — Commune du dép. de la Loire, arr. de Mont- 

brison, dans le Forez. 
GUSILIER. — De Gussigniers, dans le Hainaut, diocèse de 

Cambrai. 
GUSTE. — De Lutz, commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr, 

de Châteaudun. Guste, gutte, ambre, gomme-gutte. 
GUY, — De Cuy, communes des dép. de l'Oise et de l'Yonne. 

Guy, plante parasite. 
GUYARD. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1668 pour 

Du Bosc. Guiart, habit, vêtement. 
GUYENNE. — De Vienne, commune du dép. du Calvados, 

arr. de Bayeux. Guyenne, ancienne province de France. 
GUYONNET. — De Viennay, commune du dép. des Deux- 
Sèvres. Vient de guion, guide. 
GUYOT — De Guyot de Méry, seigneurie de Normandie, 

érigée en marquisat en 1625. 
GUYPART. — De Guypayl, commune de la Bretagne, arr. 

de Rennes. Dérive du haut allemand webar, tisser, faire 

des franges lisses. 
GYGNAN. — De Lignan, commune de la Gironde, arr. de 

Bordeaux. 
GYON. — De Lyon, commune du dép. de l'Eure, arr. des 

Andélys. 



[ 315 ] 






H 






HÂBELIN. — D'Abeilhan, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Béziers. Dérive de hable, havre. 

HÂBERT. — Habère, commune de la Haute-Savoie, arr. de 
Thonon. En breton, aber signifie havre. 

HÂBLIN. — Ablain, commune du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 

HACHARD. — D'Achères, communes des dép. de Seine-et- 
Marne, du Cher et de Seine-et-Oise. Hachard, ciseau 
pour couper le fer. 

HACHE. — D'Achey, commune de la Haute-Saône, arr. de 
Gray. Haché, coup de hache, coupé en petits morceaux. 

HACHIN. — D'Heuchin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Saint-Pol. 

HADE. — D'Agde, commune du dép. de l'Hérault, arr. de 
Béziers. 

HADNIN. — D'Agnin, commune du dép. de l'Isère, arr. de 
Vienne. 

HAGUENIER. — D'Agonnay, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de St-Jean-d'Angély. Haghenée, haquenée. 

HAGUENOT. — Haguenau, ville du dép. du Bas-Rhin, arr. 
de Strasbourg. Haguenot, diminutif de hague, enclos, 
haie. 

HAGUIN. — Commune du dép. de la Moselle, canton de 
Cattenom. Haguin, petit balai de houx qui sert à net- 
toyer les pots; vieux cheval, haridelle. Dérive de l'anglo- 
saxon hacg, lieu fermé et fortifié de pieux ou de haies. 

HAIDIN. — Hesdin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Montreuil. Aidant, pièce de monnaie de peu de valeur. 



[ 316 J 

HAIET. — D'Ayette, com. du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 
Aillet, ail. 

HAIMARD, HAMARD. — D'Hamars, commune du dép. du 
Calvados, canton d'Evrecy. Vient de haim, hameçon. 

HAIMOND. — Hesmond, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Montreuil-sur-Mer. D'aime, mesure de vin. 

HAINAULT, HAYNAULT. — D'Haisnes, commune du Pas- 
de-Calais, arr. de Bétlmne, ou de Hainaut, seigneurie de 
Lorraine. Hain, en hébreu, signifie fontaine. Hayne, pa- 
nier à mettre de la volaille. 

HAINS. — Haims, commune du dép. de la Vienne, arr. de 
Montmorillon. V. Hainault. 

HAIRET. — De la Haire, seigneurie de Normandie, érigée en 
1550 pour Dagobert. Vient de haire, le fond des marais 
salants où le sel se forme, coquille, peine, affliction. 

HAITE. — D'Hayville, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Commercy. Hait, joie, plaisir, courage, ardeur. 

HALARD, HALLARD. — D 'Allas, commune de la Charente- 
Inférieure, arr. de Jonzac. Dérive de l'allemand hal, 
sain, et d'aerd, nature, tempérament. 

HALAY. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1269 pour Du 
Hallay. Haler, tirer sur une corde, hâler, sécher. 

HALEAU, HALOT. — Hallot, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 1620. Haleau, dim. de haie, vent sec de l'est qui 
hâle le teint, place couverte où se tient un marché. Hal- 
lot, bûche, hallier, houssaye. 

HALLE, HALLEE. — Commune de la Champagne, diocèse 
de Reims. Halé, brûlé, desséché. Dérive du grec èlios, 
soleil. 

HALLOUIN. — Halluin, commune du dép. du Nord, arr. de 
Lille. Dérive de hallot, bûche, hallier, saussaie. 

HALY. — D'Ally, communes des dép. du Cantal et de la 
Haute-Loire. Alie, alizé, fruit de l'alisier. 

HAMEL. — Commune du dép .du Nord, arr. de Douai, can- 
ton d'Arleux. Hamel, hameau, petit village. Dérive du 
saxon ham, tiré de l'hébreu ham, qui signifie habitation, 
peuplade. 



-[ 317 ] 

HAMELIN. — Coin, du dép. de la Manche, arr. d'Avranches. 

Hamelin, petit hameau. 
HAMEURY. — D'Amure, commune du dép. des Deux-Sèvres, 

arr. de Niort. Ameurir, mûrir, faire mûrir. 
HAMON, HAMOND. — D'Amont, commune du dép. de la 

Haute-Saône, arr. de Lure. Dérive de ham, sable. 
HAMONET. — De Samognat, commune du dép. de l'Ain, 

arr. de Nantua. 
HAN. — Han, commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 

jMelle. Han, souffrance. Mot turc qui signifie grand lieu 

couvert, comme une grange, où se retirent les caravanes, 

un caravansérail. 
HANDIRAND. — V. Andirand. 
HANDLOT. — Andelot, commune de la Haute-Marne, arr. 

de Chaumont. Vent du verbe handeler, nettoyer, balayer. 
HANET. — Anet, commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr. de 

Dreux. Hanette, fille coquette. 
HANETIN. — D'Hanescamps, commune du Pas-de-Calais, 

arr. d 'Arras. 
HAN6ARD. — Comune du dép. de la Somme, arr. de Mont- 

didier. Hangar, remise. Dérive d'angarium, endroit où 

l'on garde Igs chevaux de louage. 
HANIER. — Anhiers, commune du dép. du Nord, arr. de 

Douai. Hanier, laboureur. 
HANOY. — D'Annois, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Saint-Quentin. 
HANSE. — Hans, commune du dép. de la Marne, arr. de 

Saint e-Menehould,. Hanse, corporation, droits d'entrée, 

société et compagnie de marchands, sorte de mesure. 
HANSGRAVE. — D'Engraviès, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Pamiers. Hansgrave, chef d'une compagnie, en 

Allemagne. 
HANTRAYE. — D 'Antraigues, commune du dép. de l'Ar- 

dèche, arr. de Privas. Antraigues, lieu situé entre deux 

cours d'eau, inter aquas. 
HAPE. — D'Appy, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 

Foix. Happée, action par laquelle on prend par force 



[ 318 ] 

un héritage. Vient de happe, cercle de fer qui garnit 
l'essieu, crochet, serpe, crampon. 

HAPERT. — V. Apert. 

HARBOUR. — V. Arbour. Harbour, mot anglais, qui signifie 
havre. 

HARD. — D'Harville, commune du dép. de la INIeuse, arr. 
de Verdun. Hard, morceau de fer tortillé, plié en cercle 
et attaché à un ais de trois à quatre pieds. Le hard sert 
à adoucir les peaux par le frottement. 

HARDEL. — Ardelles, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Dreux. Hardelle, troupe, multitude, coquin, 
fripon, vaurien, ridelle, fille de ferme. 

HARDOUIN. — D'Ardin, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Niort. Hardouin, provocation, négociateur de 
mariages, liarde. 

HARDOY. — Ardoix, commune de l'Ardèche, arr. de Tour- 
non. Hardoye, en terme de chasse, ce sont les petits 
brins de bois où le cerf touche de sa tête lorsqu'il veut 
ôter la peau velue qui les recouvre, on les trouve écor- 
chés. 

HARDY. — Lieu dans les Landes, commune de Soustons. 
Hardy, monnaie, le liard, pièce que fit battre Philippe le 
Hardy. Hardi, le vent, audacieux, téméraire. 

HAREL. — V. Arel. Harelle, secours, troupes auxiliaires, et 
harele, association illicite, sédition, émeute, tumulte. 

HAREZ. — Arèz, commune du dép. de la Gironde, arr. de 
Bordeaux. Haret, bord, extrémité. 

HARIER. — Haroué, commune du dép. de Meurthe-et-Mo- 
selle, arr. de Nancy. Harier, harceler, agacer, tourmen- 
ter. 

HARLAY. — Harlai, ville de la Franche-Comté, sur le bord 
de la Seille. Vient de harle, fossé. 

HARLIN. — Harlan, seigneurie de Bretagne. Harlan, pas 
franc en affaires. 

HARMOND. — D 'Harmonville, commune du dép. des Vosges, 
arr. de Neuf château. Harmon, partie d'une voiture. 

HARNOIS. — D'Harnoye, commune des Côtes-du-Nord, arr. 



[ 319 ] 

de Saint-Brieiic. Harnois, armure, armes à feu, bagage, 
filets de chasseur ou de pêcheurs, équipage d'un cheval, 
engin, tumulte, entreprise, provisions. Dérive du grec 
argakis, peau d'ageau, parce qu'on couvrait les bou- 
cliers de peaux de moutons ou de bœufs. 

HARON. — Commune des Basses-Pyrénées, arr. de Pau. 
Haron, héron. 

HARPE. — De Sarp, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Bagnères. Harpe vient du grec herpô, herpre, dartre. 

HARPIN. — V. Arpin. Harpin, croc dont se servent les bate- 
liers pour accrocher leurs bateaux à d'autres ou aux 
piles des ponts, appelé harpi dans le Lyonnais. 

HART. — D'Harville, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Verdun. Hart, lien d'osier, corde dont on étranglait 
les criminels, forêt chez les Germains, sorte de mesure. 

HARTEAU. — D'Harsault, commune du dép. des Vosges, 
arr. d'Epinal. Harteau, dim. de hart. 

HARTENNES. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Sois- 
sons. 

HARVEY. — V. Hervé. 

HATANVILLE. — Hattenville, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. d'Yvetot. 

HAUMOND, HAUMONT. — Commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. D'heaume, barre du gouvernail. 

HAUTDEBOUT. — D'Hautbos, commune du dép. de l'Orne, 
arr. de Beauvais. Haut, tertre, éminence, vent d'est. 

HAUDECŒUR. — D 'Hautecour, commune du dép. de la Sa- 
voie, arr. de Moutiers. Haut de cœur, hautain. 

HAUSSER. — Haussez, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
de Neufchâtel. Hausser, augmenter, vendre plus élevé. 

HAUSSMAN. — D 'Haussimont, commune du dép. de la 
Marne, arr. d'Epernay. Haussement, action de hausser. 

HAUSTIN. — Hostens, commune du dép. de la Gironde, arr. 
de Bazas. Hautains, treilles élevées le long des murs. 

HAUTBOIS.— Seigneurie de Bretagne, érigée en 1600. Haut- 
bois, instrument à vent et à anche. 

HAUTEVILLE. — Communes des dép. de l'Ain, de la Côte- 
d'Or, des Ardennes, du Pas-de-Calais. 



[ 320 ] 

HAUTMESNY. — De Haut-Maisnil, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de Saint-Pol. Mesnil, maison. 

HAUTRACHE. — D'Autrèche, commune du dép. d'Indre- 
et-Loire, arr. de Tours. V. Autrage. 

HAULTZ. — Haux, communes des dép. de la Gironde et des 
Basses-Pyrénées. Hautz, lieu élevé, halage. 

HAVARD. — Havars, seigneurie de Normandie, érigée en 
1700 pour Alorge. Havard, de havage, droit qui consis- 
tait à prendre dans les marchés autant de grain que la 
main pouvait en contenir. 

HAVIGNAC. — Yvignac, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de Dinan. Havis, surpris de chaleur, altéré, en parlant 
du blé. 

HAY. — Commune du dép. de la Seine, arr. de Sceaux, canton 
de Villejuif. Hay, partie inférieure d'une porte coupée 
en deux, cri de haro, animal du Brésil, grand comme un 
chien, ressemblant à une guenon. 

HAYET. — V. Haiet. Hayet, dim. de haye, instrument pour 
enfoncer les pieux dans un marécage. 

HAYOT. — De Hailles, commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. Hayot, petit ail. 

HAZE. — De Saze, ville du dép. du Gard. Hase, femelle du 
lièvre et du lapin de garenne. 

HAZEUR. — D'Yseure, commune du dép. de l'Allier, arr. de 
Moulins. 

HAZUR. — D'Azur, commune du dép. des Landes, arr. de 
Dax. Azur, couleur bleue. 

HEATE. — D'Héauville, commune du dép. de la Manche, arr. 
de Cherbourg. 

HÉBECOURT. — Communes des dép. de l'Eure et de la 
Somme. Ebe, reflux de la mer. 

HÉBECQ. — V. Herbecq. 

HÉBERT. — D 'Héberville, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. d'Yvetot ou des Héberts, seigneurie de Normandie, 
érigée en 1529 pour De Normanville. Hébert, hôte, celui 
qui reçoit l'hospitalité. 

HECKER, HEQUET. — D'Esquay, commune du Calvados, 



[ 321 ] 

arr. de Bajeux. Hecquet, porte à claire-voie, toit au- 
dessus d'une porte, et hecqueur, celui qui coupe le bois, 
qui le taille. 

HEDOU. — D 'Hédouville, commune de Seine-et-Oise, arr, de 
Pontoise. 

HEDOUIN. — D'Houdain, commune du Pas-de-Calais, arr 
de Béthune. 

HEGEMAN. — D'Hagetman, commune du dép. des Lande.^, 
arr. de Saint-Sever. Heigemain, nom d'homme, et hen- 
geman, bourreau qui pend. 

HEGUE. — D'Heuillé, commune du dép. de la Haute-Marne, 
arr. de Langres. Eguer, égaliser. 

HEINEMAN. — D'Hennemont, commune du dép. de la 
Meuse, arr. de Verdun. 

HELEINE. — D'Helesmes, commune du dép. du Nord, arr. 
de Valenciennes. Hélène, tulipe. 

HELÉ. — D 'Helleville, commune du dép. de la Manche, arr. 
de Cherbourg. Héler, crier aux gens d'un navire pour 
savoir d'où ils viennent, boire ensemble. 

HELI, HÉLY. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1669 pour 
Mocazre. 

HÉLIOT. — D'Elétot, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
d'Yvetot. Héliot, dérive du grec èlios, soleil. 

HELLENCOURT. — D 'Hallencourt, commune du dép. de la 
Somme, arr. d'Abbeville. 

HELLOISE. — D'Eloise, commune de la Haute-Savoie, arr. 
de Saint- Julien. Vient d'helloire, étrennes. 

HELLOT. — Hello, seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour Goalez. Vient de helle, barrière. 

HELOINS. — D 'Henuin, lieu du Pas-de-Calais, dans la com- 
mune d'Audruicq. 

HEMBORY. — D'Embourie, commune du dép. de la Cha- 
rente, arr. de Rufïec. 

HÉMERIO. — D'Hemery, en Bourgogne, diocèse de Langres. 

HEMOND, — Hesmond, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Montreuil. Dérive de hem, ourlet, bord. 

21 



[ 322 ] 

HÉNARD. — V. Esnard. Vient d'énarir, sécher. 

HÉNAU. — Hénau, commune du dép. des Côtes-du-Nord^ 
arr. de Dinan. Vient d'esne, vase à mettre du vin, cuve^ 
barque. 

HENNE. — Commune de la Basse-Alsace, diocèse de Spire. 
Henné, vieille jument. 

HENOUF. — D 'Hénouville, commune du dép. de la Seine- 
Inférieure, arr. de Rouen. De l'anglais enough, assez. 

HENOULT. — Hénou, commune du dép. du Nord, arr. de 
Saint-Brieuc. D'énouler, ôter le noyau. 

HENRICHON. — D'Henrichemont, commune du dép. du 
Cher, arr. de Sancerre. 

HENRY. — D 'Henriville, commune du dép. de la Moselle, 
arr. de Sarraguemines. 

HÉON. — V. Eon. 

HENS. — V. Hanse. Hentz, nom propre d'homme pour Henri. 

HEPPELL. — D'Heippel, bourg dans le duché de Bar, diocèse 
de Toul. Houpel, guichet ouvert. 

HERÂRD. — D'Herrère, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. D'ère, airain. 

HERAULT. — D'Herres, commune du dép. des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Hérault, dim. de hère, pièce de 
terre. 

HERBECQ. — D'Herbeke, commune du dép. du Nord, canton 
de Bourbourg. Herberc, logement. 

HERET. — D'Héreville, seigneurie du Vexin. Dérive de her, 
héraut, héritier. 

HERI. — Héry, communes des dép. de l'Yonne et de la Nièvre. 
Du latin heri, hier. 

HÉRICHÉ. — D'Ercé, commune du dép. d'Hle-et-Vilaine, 
arr. de Rennes. Hériché, hérissé. 

HÉRITIER. — D'Héricy, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Melun. Héritier, qui recueille une succes- 
sion. 

HERLAIN. — Herlin-le-Sec, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Saint-Pol. 

HERMANT. — Hermant, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 



[ 323 ] 

Clermont-Ferrand. D'herme, lieu inculte, heaume. Er- 

min, arménien. 
HERMEL. — D 'Hermeville, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. du Havre. 
HERMIER. — Des Hermières, abbaye à 6 lieues de Pons, sur 

les limites du diocèse de Senlis. Hermier, terre inculte. 
HERNAUD. — D'Ernes, commune du Calvados, arr. de Fa- 
laise. Hemault, droit de péage propre aux habitants de 

Parthenay. 
HERNEL. — D'Ornel, commune du dép. de la Meuse, arr. de 

Verdun. De herné, fatigué, harassé. 
HÉRODANT. — D'Arrodets, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Bagnères. De hérauder, proclamer par la voix du 

héraut, dépouiller. 
HERON. — Commune de la Seine-Inférieure, arr. de Rouen. 

Héron, oiseau aquatique. 
HEROS. — V. Hérault. Héro, charrue à deux versoirs. 
HÉROUX. — D'Airoux, commune du dép. de l'Aude, arr. et 

canton de Castelnadaury. Dérive du grec héros, homme 

illustre. 
HERPE. — Commune du dép. de la Saintonge, arr. d'An- 

goulème. Herpe, harpe. 
HERPIN. — D'Herpin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Boulogne-sur-Mer. Herpin, voleur. 
HERRAUDE. — De l'Héraule, commune du dép. de l'Oise, 

arr. de Beauvais. Héraude, haillon, souquenille.^ 
HERROR. — D 'Herrère, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

d'Oloron. Du latin errer, erreur. Error, désir ardent, 

fureur, chagrin. 
HERTAUD. — D'Hert, commune de la Basse-Alsace, à 3 

lieues de Strasbourg. Vient de herte, terre. 
HERTEL. — D'Herzeele, commune du dép. du Nord, arr. de 

Dunkarque. Vient de hert, lien en osier. 
HERTÎN. — D'Artins, commune du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Vendôme. De heurt, coup de cloche. 
HERUEL. — Hérouel, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Saint-Quentin. Vient de héru, mal peigné. 



[ 324 ] 

HERVEY. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de 

lioudéac. D'arve, champ. 
HERVIEUX. — D'Arvieux, commune des Hautes-Alpes, arr. 

de Briançon. 
HÉRY. — Communes des dép. de la Nièvre et de l'Yonne. 

Herry, homme très long. Dérive du latin heri, hier. 
HESSE. — Commune du dép. de la Meurthe, arr. de Sarre- 
bourg. Esse, fonds de terre humide qui ne produit que 

de l'herbe. 
HESTEL. — D'Esteil, commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Is- 

soire. D'estau, étal, ou d'estele, appentis. 
HETU. — D'Hestrud, com. du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 

Estu, poutre. 
HEU. — Heux, commune du dép. du Gers, arr. de Condom, 

Heu, vaisseau de 300 tonneaux, plat de varangue. 
HEUDE. — De Mesnil-Eudes, commune du Calvados, arr. de 

Lisieux. Heude, maison, cabine. 
HEURTAIN. — D 'Heurtevent, commune du Calvados, arr. 

de Lisieux. Heurtain, vient de heurt, aventure, coup de 

cloche. 
HEURTEAU. — De Heurteauville, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. de Rouen. 
HEURTEBISE. — V. Hurtebise. Hurtebise, maison située 

sur une hauteur. 
HEVAIN. — D 'Evans, commune du Jura, arr. de Dole. Evain, 

bateau. 
HEVE. — Hever, baronnie du Brabant, dans le voisinage de 

Louvain. Du verbe héver, trouver. Evée, abondance de 

pluie. 
HEVREAU. — D 'Evres, commune du dép. de la Meuse, arr. 

d 'Argentan. 
HIANVEU. • — D'Yanville, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. de Rouen. Jane, ajonc. 
HIANZEAU. — De Janze, commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, 

arr. de Reims. 
HIAX. — De Jax, com. de la Haute-Loire, arr. de Brioude. 
HICHE. — D'Echay, commune du dép. du Doubs, arr. de 

Besancon. 



[ 325 ] 

HICIOT. — D'Ichy, commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. 

de Fontainebleau. 
HIESSE. — Commune de la Charente, canton de Confolens. 

De hier, battre avec une hie. 
HILLE. — Hils, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 

Tarbes. Hille, rideau placé à côté de l'autel, couverture 

du saint ciboire. 
HINGUE. — D'IIinges, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Béthune. Hingre, maigre, décharné. 
HINS. — D'Hinx, commune du dép. des Landes, arr. de Dax. 

Hinxe, commandement qui se fait sur mer pour dire, 

tire en haut, ou hisse. 
HIROGUE. — De Sirod, commune du Jura, arr. de Poligny. 
HIRSHBACH. — Commune du dép. du Haut-Rhin, arr. 

d'Altkirch. 
HIS. — Hix, commune des Pyrénées-Orientales, canton de 

Saillagouse. His, cosaque à l'usage des femmes. 
HISOIR. — D'Issoire, commune du Puy-de-Dôme. Issoir, 

sortie. 
HISTRS. — Istres, commune du dép. des Bouches-du-Rhône, 

arr. d'Aix. 
HIVES. — D 'Yves, commune de la Charente-Inférieure, arr. 

de Rochefort. Ive, jument, cavale. 
HIVIN. — D'Eviu, commune du Pas-de-Calais, arr. de Bé- 
thune. 
HOBERTIN. — D'Aubertin, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. d'Oloron. Hobertin, dim. de hobert, hobereau, oiseau. 
HOC. — D'Holque, commune du dép. du Nord, arr. de Dun- 

kerque. Hoc, crochet, houlette. 
HOCCIBI. — V. Auxibi. 
HOCHU. — De Och, commune du dép. du Doubs, arr. de 

Montbéliard. Hocliu, comble. 
HOCQUART. — De Licourt, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Péronne. Vient de hocq, troupe, escadron. 
HODIAU. — D'Odos, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 

Tarbes. Dérive d'haudi, lassé, fatigué. 
HODIESNE. — V. Audiesne. 



[ 326 ] 

HOELET. — D'Oëlleville, commune du dép. des Vosges, arr, 

de Mirecourt. Dérive de hoe, tertre, monticule. 
HOGUE. — Commune du dép. de l'Eure, arr. des Andélys. 

Hogue, colline, lieu élevé, entrée d'un port. 
HOHE. — D'Oëy, commune du dép. de la Meuse, arr. de 

Commercy. Houer, frapper et gratter la terre, en parlant 

du cheval. 
HOÎNIER. — D'Oigney, commune du dép. de la Haute- 
Saône, arr. de Vesoul. Dérive de hoing, grognement du 

pourceau. 
HOLES. — D'Ols, commune du dép. de l'Aveyron, arr. de 

Villefranche. Hole, lieu de débauche. 
HOLIE. — D'Olley, commune du dép. de Meurthe-et-Moselle, 

arr. de Briey. Holier, débauché, fripon. 
HONÎES. — D'Honière, seigneurie du Comtat-Venaissin. 

Honi, honte, affront. 
HONORÉ. — De Honor, commune du dép. de Tarn-et-Ga- 

ronne, arr. de Montauban. D 'honor, honneur. 
HORMELIN. — D'Ormenans, commune de la Haute-Saône, 

arr. de Vesoul. Ormelaie, lieu planté d'ormeaux. 
HOLL. — Hole, ville de Suisse, près de Bâle. HoUe, émiuence, 

hauteur. 
HOLMES. — Olmes, commune du dép. du Rhône, arr. de 

Villefranche. Holm, mot suédois, signifie île. 
HOMAN. — De Somain, commune du Nord, arr. de Douai. 
HOMME. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de Saint- 

Calais. 
HONE. —  De Sône, commune du dép. de l'Isère, arr. de 

Saint-Marcellin. Hon, honte. 
HONEL. — D'Auneuil, commune du dép .de l'Oise, arr. de 

Beau vais. Aunel, petit aune. 
HOMBOUR. — Hombourg, châtellenie dans le canton de 

Bâle, Haute-Alsace. 
HOMET, — Hommet, commune du dép. de la Manche, arr. 

de Saint-Lô. Hommet, petit homme. 
HOMIER. — De Sommières, commune du dép. du Gard, arr. 

de Nîmes. 



[ 327 ] 

HORNE. — Ornes, commune du dép. de la Meuse, arr. de 

Verdun. Home, rébellion. 
HOROSTEILLE. — D'Aureille, com. du dép. des Bouches- 

du-Rliône, arr. d'Arles. Orostelle, ourson. 
HORRY. — Horis, commune de la Picardie, diocèse de Laon. 

Horis, sorte de monnaie. 
HORSON. — D'Ourson, commune du Loiret, arr. de Gien. 

Horson, partie de l'armure. 
HOSQUENTS. — D'Ourscamps, lieu du dép. de l'Oise, dans 

la commune de Chiry-Ourscamps. D'osche, jardin fermé 

de haies. 
HOSTAN. — Hostens, commune du dép. de la Gironde, arr. 

de Bazas. Vient de host, armée, camp, ennemi. 
HOT. — D'Othe, commune du dép. de Meurthe-et-Moselle, 

arr. de Briey. Ost, camp, armée. 
HOTESSE. — D'Orthez, ville des Basses-Pyrénées. Hôtesse, 

personne qui donne l'hospitalité. 
HOTIN. — Hostun, commune du dép. de la Drôme, arr. de 

Valence. Autin, arbre le long du tronc duquel on fait 

pousser la vigne. 
HOTTE. — V. Hot. Hotte, manteau de cheminée, panier 

d'osier qu'on attache sur les épaules avec des bretelles 

pour transporter diverses choses. 
HOTTÉE. — D'Ousté, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

d'Argelès. Hottée, le contenu d'une hotte. 
HOTTOT. — Commune du Calvados, arr. de Bayeux. 
HOUATTE. — Houat, petite île sur la côte de Bretagne, vis- 
à-vis de Saint-Gildas de Ruis. Ouette, marsouin. 
HOUAY. — De Louey, commune du dép. des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Houé, poussière, poudre, houée, le 

maximum d'une crue, et houer, labourer avec la houe. 
HOUDAN. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de 

Nantes. 
HOUDARD. — D'Oudalle, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. du Havre. 
HOUDE. — De Loudes, commune de la Haute-Loire, arr. du 

Puy. Oudre, marsouin. 



[ 328 ] 

HOUDIN. — Commune de l'Artois, diocèse d'Arras. Hous- 
din, ajonc. 

HOUE. — Houx, commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr. de 
Chartres. Houx, outil de vigneron qui sert à remuer la 
terre, pour détremper le mortier. 

HOUÉ. — De Huez, commune du dép. de l'Isère, arr. de Gre- 
noble. 

HOUEL. — De Woël, commune du dép. de la Meuse, arr. de 
Verdun. De l'anglais well, bien. 

HOUETTE. — Commune de la Champagne, diocèse de Reims. 
Houette, petite herse. 

HOUL, HOULE. — Houlle, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Saint-Omer. Houle, lieu de débauche, et houle, mar- 
mite. 

HOULET, HOULEY. — Houlette, commune du dép. de la 
Charente, arr. de Cognac. Houlet, brèche, ouverture, et 

houlette, ustensile de jardinier. 
HOULIER. — D'Ouilly, commune du Calvados, arr. de Li- 

sieux. Houlier, débauché, vaurien, picoreur dans les ar- 
mées. 
HOULZET. — De Housset, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Vervins. 
HOURÉ. — De Sure, commune du dép. de l'Orne, arr. de 

]Mortagne. Houret, mauvais chien de chasse. 
HOUSSARD. — D'Ussat, commune de l'Ariège, arr. de Foix. 

Housard, hussard, milice à cheval en Hongrie. Le mot 

est hongrois. 
HOUSSERY. — D'Ustarits, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. de Bayonne. Vient de housser, brosser, tracasser. 
HOUSSAYE. — D'Ussy, commune du dép. du Calvados, arr. 

de Falaise. Houssie, lieu où il y a beaucoup de haies. 
HOUTELAN. — D'Ouistreham, commune du Calvados, arr. 

de Caen. Ostelen, celui qui sépare les champions dans un 

tournoi. Hostelain, hôtellier. 
HOUTELAS. — D'Ortholas, lieu du dép. du Gers. Houtelas, 

de l'anglais outlaw, proscrit, personne mise hors de la 

loi. 



[ 329 ] 

HOUTELAY. — De Loutchel, commune d'Ille-et- Vilaine, arr. 
de Redon. Hostelée, tous les gens qui habitent une même 
maison. 

HOUY. — De Louye, com. du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
Ouïe, sens qui nous permet de saisir les sons. 

HOUYMET. — De Luméville, commune du dép. de la INIeuse, 
arr. de Commercy. Humet, action de boire. 

HU. — Hue, en Normandie, seigneurie érigée en 1500 pour 
Le Pelletier. Hu, cri de chasse, cri de guerre, bruit, huée, 
et hue, œuf, oie, bateau. 

HUART. — De Luart, commune du dép. de la Sarthe, arr. de 
Mamers. Huard, aigle, le gerfaut, et oiseau aquatique du 
Canada, farfadet que l'on suppose constamment appli- 
qué à se moquer des hommes, à les huer, 

HUAU, HUAUX. — D'Huos, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Saint-Gaudens. Huau, oiseau de proie, 
le milan, charrue à deux versoirs, et huaux, rayons d'une 
roue, jambage. 

HUBECQ. — De Lubeck, ville d'Allemagne, dans la Basse- 
Saxe. 

HUBERDEAU. — De Lucbardez-et-Bargnes, commune du 
dép. des Landes, arr. de Mont-de-]\Iarsan. 

HUBERT. — Commune du dép. de Tarn-et-Garonne, canton 
de Lauzertes, et seigneurie de Normandie. Hubert vient 
de l'Allemand howe, couleur, et de berth, brillant. Hu- 
bert signifie qui a un teint brillant. 

HUBERTEAU. — Hubertaud, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 1774. 

HUBLEE. — De Lublé, commune du dép. d'Indre-et-Loire, 
arr. de Tours. Oublée, offrande, oblation, mesure de 
grains, sorte de redevance. 

HUCHE, HUCHET. — Huchey, en Bourgogne, dans le diocèse 
d'Autun. Hucher, faire des huches, appeler, nommer. 
Huchet, cor d'un chasseur qui sert à appeler les chiens. 

HUCHEREAU. — De Vichères, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Nogent. 

HUDDE. — De Ludes, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Reims. Hudde, charnière. 



[ 330 ] 

HUDON. — D'Oudon, commune du dép. de la Loire-Infé- 
rieure, arr. d'Ancenis, canton de Blanquefort. V. Hudde. 

HUE. — Huez, commune du dép. de l'Isère, arr, de Grenoble. 
Huer, faire des levées à la chasse. 

HUET. — Huest, commune du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
Huet, oison, chouette noire, hibou grand comme un coq, 
niais, sot. 

HUGRON. — D'Urgons, commune du dép. des Landes, arr. 
de Saint-Sever. 

HUGUENIN. — D'Ounans, commune du Jura, arr. de Poli- 

gny- 

HUGUES. — Commune du dép- de Tarn-et-Garonne, canton 
de Montpezat. Hugues, luette. 

HUGUET. — De Luigné, commune de Maine-et-Loire, arr. 
d'Angers. Huguet, esprit qui, suivant le peuple, courait 
les rues de Tours pendant la nuit. Ouillette, petit enton- 
noir. 

HUGUIN. — De Lugrin, commune de la Haute-Saône, arr. 
de Thonon. 

HUIET. — Huillé, commune du dép. de Maine-et-Loire, arr, 
de Beaugé. Huiet, dim. de hui, pièce de bois rond qu'on 
met au bas de la voile pour la tenir étendue et appuyée 
contre le mât. 

HUIPPE. — De Suippes, commune de la Marne, arr. de 
Châlons. 

HUITE. — D'Huitre, bourg de la Champagne, diocèse de 
Laugres. Huite, huit. 

HUJOT. — D'Uchaux, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Orange. Huge, huche. 

HULAIN, HULIN. — Hulin, bourg de Picardie, dans le Bou- 
lonnais. 

HUMBLOT, — D'Umpeau, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Chartres. Humblot, homme humble. 

HUMERIO. — De l'Huméry, seigneurie en Artois, érigée en 
1749 pour De Launay. Humérie, action de boire. 

HUNAULT. — De Luneau, commune du dép. de l'Allier, arr. 
de La Palisse. Dérive de l'islandais hun, tête de mât. 



[ 331 ] 

HUOT. — De Luot, commune du dép. de la Manche, arr. 
d'Avranches. V. Huau. 

HUPPE. — D'Upaix, commune du dép. des Hautes-Alpes, arr. 
de Gap. Huppé, qui a une petite touffe de plumes sur 
la tête, homme d'esprit. 

HUQUERRE. — D 'Ocquerre, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. d'Yvetot. Vient de huque, habillement de 
femme, cape. 

HURBEAU. — D'Urau, commune du dép. de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Saint-Gaudens. D ' urbs, urbis, ville. 

HURE. — D'Iré-le-Sec, commune de la Meuse, arr. de Mont- 
médy. Hurer, faire dresser les cheveux sur la tête. 

HURETTE. — De Luré, commune du dép. de la Loire, arr. 
de Roane. De hure, tête, moquerie, hérissé, houspillé. 

HURON. — D'Iron, commune du dép. de l'Aisne, arr. de Ver- 
vins. Huron, furet, dérive de furo, furonis, dont on a 
fait huron, en changeant l'f en h. Huron, terme d'injure, 
de mépris, étourdi qui ne respecte ni usages ni conve- 
nances, nom donné aux Jacques révoltés, et à une tribu 
sauvage du Canada. 

HURPEAU. — D'Auriples, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Die. Hurepel, chapeau. 

HURST. — Hurst, châtellenie dans le Haut-Languedoc, pays 
de Cominges. Hourt, palissade, retranchement. 

HURTEAU. — D'Urt, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Bayonne. Vient de hurt, éminence, choc, revers de 
fortune, coup de cloche. 

HURTEBISE, HURTUBISE. — D'Urbise, commune du dép. 
de la Loire, arr. de Roanne. Hurtebise, gueux qui se 
laisse périr de misère et de froid, faute d'habits, homme 
heurté contre le vent de bise. 

HUS. — D'Us, commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de 
Pontoise. Hus, porte, chasse au loup. 

HUSARD. — D'Usa, commune du dép. des Landes, arr. de 
Dax. De useor, coutumier. 

HUSSAN. — De Lussan, commune du dép. du Gard, arr. 
d'Uzès. 



[ 332 ] 

HUSSARD. — De Lnstar, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Tarbes. Hussard vient du hongrois huzzar, qui 

signifie le vingtième. 
HUSSEY. — De Luxey, commune du dép. des Landes, arr. 

de Mont-de-Marsan. Housser, assaisonner. 
HUSSON, — Commune du dép. de la Manche, arr. de Mor- 

tain. Housson, houx. 
HUYET. — De Hyet, commune de la Haute-Saône, arr. de 

Vesoul. De huyer, crier, appeler avec force. 
HYACINTHE. — De Jasseines, commune du dép. de l'Aube, 

arr. d'Arcis-sur-Aube. Hyacinthe, pierre précieuse. 
H YARD. — De Lyas, commune du dép. de l'Ardèche, arr. de 

Privas. De hie, coup, attaque. 
HYÈVREMONT. — De Lièvremont, commune du dép. du 

Doubs, arr. de Pontarlier. Hyèvre, lièvre. 
HYLERET. — De Lignareix, commune du dép. de la Cor- 

rèze, arr. d'Ussel. D'hilaire, gai, joyeux. 
HYLS. — Des Illes, commune du dép. des Pyrénées-Orien- 
tales, canton et arr. de Céret. Hill, montagne et hyle, 

matière. 
HYVERT. — De Divers, commune du dép. du Tarn, arr. de 
^ Gaillac. 
HYVON. — De Livron, commune du dép. de la Drôme, arr. 

de Valence. 



1 



[ 333 ] 



I 



lÂCKS. — De Jax, commune de la Haute-Loire, arr. de 

Brioude. Jacks, Jacques. 
ICIATE. — D'Uchacq, commune du dép. des Landes, arr. de 

Mont-de-Marsan. D'hicier, exister. 
IGEON. — D'Uchon, com. de Saône-et-Loire, arr. d'Autun. 
IMBAULT. — D'Umpeau, commune d'Eure-et-Loir, arr. de 

Chartres. 
IMBERT. — Commune du dép. de la Nièvre, et lieu du dép. 

de Vaucluse, dans la commune de Gordes. 
IMBLAUT. — D'Omblèze, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Die. D'emblée, terre semée en blé. 
INARD. — Inor, dans le dép. de la Meuse, arr. de Montmédy. 

De hiner, fendre. 
INCYDRE. — D'Aincille, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Mauléon. Inside, piège. 
INGRE. — Commune du dép. du Loiret, arr. d'Orléans. 

Hinguet, se diriger. 
INHER. — D 'Inerville, commune de la Seine-Inférieure, arr. 

de Dieppe. Hiner, fendre. 
IRBOUR. — De Riboux, commune du dép. du Var, arr. de 

Toulon. 
IRLANDE. — D'Island, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

d'Avallon. Irlande, une des Iles Britanniques. 
IRNON. — D'Iron, commune du dép. de l'Aisne, arr. de Ver 

vins. 
ISABEL. — Fort de Flandres, à une demi-lieue de l'Ecluse, 

et à une lieue de la mer. 
ISAMBERT. — D'Isamberteville, seigneurie de Normandie. 

Isambert, poire, aussi appelée beurrée rouge. 



[ 334 ] 

ISARD. — Des Issards, commune du dép. de l'Ariège, arr. 

de Pamiers. 
ISSOIRE. — Ville du Puy-de-Dôme, en Auvergne. Issoir, 

sortie. 
ISTIVALET. — D'Estivals, commune du dép. de la Corrèze, 

arr. de Brive. Estivallet, bottine. 
ISTRES. — Commune des Bouches-du-Rhône, arr. d'Aix. 
IVORY. — Commune du Jura, arr. de Poligny. Ivory, ivoire, 

et iverie, haras. 






JABOT. — D'Abos, corn, des Basses-Pyrénées, arr. d'Oloron. 

Jabot, sac situé près du cou des oiseaux, où va se loger la 

nourriture avant de passer à l'estomac. 
JAC. — D'Acq, commune du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. Jac, 

sorte de bâtiment appelé yacht ou îacht. 
JACAU, JACOT, JACQUOT. — De Jacque, commune des 

Hautes-Pyrénées, arr. de Tarbes. Jacot, dim. de Jacques, 

signifie geai, ainsi nommé parce qu'il est chamarré de 

blanc, de bleu, etc. 
JACELIN. — De Josselin, commune du Morbihan, arr. de 

Ploërmel. 
JACOB. — Commune de la Savoie, arr. de Chambery. Jacob^ 

mot hébreu qui vient d'akab, celui qui tient le talon, qui 

supplante. 
JACOLLE. — D'Accolay, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

d'Auxerre. D'acoler, embrassement. 
JACOMB. — D'Acom, corn, du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 

Jacond, agréable, joyeux. Dérive du latin jucundus. 



[ 335 ] 

JÂCOTEL. — D'Ostel, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Soissons. D'acoter, appuyer. 
JACOTI. — D'Otliis, commune de Seine-et-Marne, arr. de 

Meaux. 
JACQUELIN. — D 'Alquines, commune du Pas-de-Calais, 

arr. de Saint-Omer. 
JACQUENOT. — De Sacquenay, commune du dép. de la Côte- 

d'Or, arr. de Dijon. 
JACQUEREAU. — De Jonquerettes, commune du dép. de 

Vaucluse, arr. d'Avignon. 
JACQUES. — V. Jac. Jacque, casaque ou habit court, serré, 

d'où est venu le mot jaquette. 
JACQUESSE. — De Jonquesse, en Picardie, circonscription 

de Laon. 
JACQUET. — De Jacqueville, communes des dép. du Calva- 
dos et de la Manche. 
JACQUEZ. — V. Jaquiers. 
JACQUIERS. — D'Aquigny, commune du dép. de l'Eure, 

arr. de Louviers. Jaquier, homme revêtu d'une jaque, 

arbre à pain. Jacquier, partisan de la jacquerie. 
JACQUIN. — D'Acquin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Saint-Omer. 
JADOT. — De Joudes, commune du dép. de Saône-et-Loire, 

arr. de Louhans. Jadot, grande jatte, grande écuelle. 
JAGOT. — D 'Agos-Vidalos, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. d'Argelès. Janguot, gîte. 
JAHAN. — D'Ahun, commune de la Creuse, arr. de Guéret. 

Jaen, ville d'Espagne, dans l'Andalousie. D'ahan, effort, 

récolte, terre de labour. 
JAILLARD. — D 'Aillas, commune de la Gironde, arr. de 

Bazas. Dérive de jaculum, trait. 
JAIME. — D'Aimé, commune de la Savoie, arr. de Moutiers. 
JALADON. — D'Alando, commune de la Corse, arr. de Corte. 
JALAIN. — Lieu dans le dép. du Nord, arr. de Valenciennes. 

Vient de jale, baquet, grande jatte. 
JALATEAU. — D'Alata, commune de la Corse, arr. d'Ajac- 

cio. Vient de jalot, mesure pour les liquides. 



[ 336 ] 

JÂLBERT. — De l'Albère, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Céret. 
JALLADAIN. — V. Jaladon. 
JALLEREAU. — De Salers, commune du dép. du Cantal, 

arr. de Mauriac. 
JALLET. — Jallais, commune du dép. de Maine-et-Loire, arr. 

de Baupréau. Jallais, arbalète, arc, balle lancée avec un 

arc, et jalet, mesure de terre. Dérive du gallois jall, 

force. 
JALLETEAU. — D'Alette, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Montreuil-sur-Mer. 
JALLIARD. — D 'Alliât, commune de l'Ariège, arr. de Foix. 
JALOT. — Des Jalots, lieu du dép. de la Dordogne, dans la 

commune de Trélissac. 
JAM, JAMME. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, 

canton de Morlaas. Jame, nom d'homme pour Jacques, 

signifie jambe, poix, résine, pierre précieuse. 
JAMBARD. — De Sambourg, commune du dép. de l'Yonne, 

arr. de Tonnerre. Jambart, qui a des fortes jambes. 
JAME, JAMET. — De Jamets, commune du Barrois, dép. de 

la Meuse, à 2 lieues de Montmédy. 
JAMEIN, JAMEN, JAMIN. — De Gémens, lieu du dép. de 

l'Isère, dans la commune d'Establin. 
JANARD. — De Sana, commune de la Haute-Garonne, arr. 

de Muret. Vient de jan, guerrier, oiseau, sorte de vase. 
JANDONET. — De Jean-de-Nay, commune du dép. de la 

Haute-Loire, arr. du Puy. 
JANDRAS. — De Sandrans, commune du dép. de l'Ain, arr. 

de Trévoux. 
JANELLE. — D'Asnelles, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. 
JANETTE. — D'Anet, commune du dép. de l'Eure, arr. 

d'Evreux. 
JANETTE AU. — De Jeantes, commune du dép. de l'Aisne, 

arr. de Vervins. 
JANIN. — De Sanghen, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Boulogne. 



[ 337 ] 

JANIS, JANY. — Janits, dans la Basse-Navarre, diocèse de 
Bayonne. 

JANNEAU, JANOT. — De Jaulnes, commune de Seine-et- 
Marne, arr. de Provins. 

JANOIS. — D 'Anoye, commune des Basses-Pyrénées, arr. de 
Pau, et Annois, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Saint-Quentin. 

JANVIER. — De Janvilliers, commune du dép. de la Marne, 
arr. d'Epernay. Janvier, premier mois de l'année. 

JANVRIN. — De Jean-Vrain, commune du dép .du Cher, arr. 
de Saint-Amand. 

JAQUET. — De Jaqueville, commune du Gâtinais, près de 
Sens. Jaquet, petite monnaie, habillement, écureuil, do- 
mestique. 

JAQUIER. — V. Jacquier. 

JARAN. — De Saran, commune du dép. du Loiret, arr. d'Or- 
léans. Jaran, dérive de jar, banc de sable dans la Loire. 
Jar, mois des Hébreux. 

JARDIN. — De Sardent, commune du dép. de la Creuse, arr. 
de Bourganeuf. Jardin, lieu où l'on cultive des fleurs, des 
légumes, des arbres. 

JARDINIER. — D 'Ardenay, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. du Mans. Jardinier, qui cultive les jardins. 

JARDON. — De Sardon, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 
Riom. Jardon, tumeur dure qui pousse aux jambes de 
derrière d'un cheval, et situées en dehors du jarret. 

JARED, JARET. — Commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 
canton de Lourdes. Jarret, partie postérieure et charnue 
où la jambe s'unit à la cuisse. 

JARINEAU. — D'Arignac, commune de l'Ariège, arr. de 
Foix. 

JARLAIS. — D'Arlay, commune du Jura, arr. de Lons-le- 
Saunier. 

JARLAND. — V. Charland. De gerle, cruche pour les liquides, 
cuve, mesure pour le vin. 

JARLUY. — D'Alluy, commune du dép. de la Nièvre, arr. de 
Château-Chinon. 

22 



[ 338 ] 

JARNAC. — Commune de la Charente, entre Angoulème et 
Saintes. Jarnac, coup de jarnac, manœuvre fausse et dé- 
loyale. 

JARNY. — Commune du dép. de la Moselle, arr. de Brey. 
Jarni, mot corrompu qui entre dans plusieurs jurements : 
jarnicoton, jarnidieu. 

JAROSON. — D'Arzon, commune du Morbihan, arr. de 
Vannes. De jarroce, vesce cultivée. 

JARRAIS, JARRET. — Jarret, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. d'Argelès. Jarret, vient de l'hébreu iarech, qui 
signifie cuisse. 

JARRY. — Jarrie, bourg du Dauphiné, dép. de l'Isère, à 2 
lieues de Grenoble. Jarris, houx. 

JASMIN. — D'Asman, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Clamecy. Jasmin, violette blanche, poire du mois 
d'août. 

JASSELIN. — V. Jacelin. 

JAULIN. — D'Aullène, commune de la Corse, arr. de Sartène. 

JAUNARD. — D'Arnat, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Limoux. Jaunard, qui tire sur le jaune. 

JAVANELLE. — D 'Avesnelles, commune du dép. du Nord, 
arr. d'Avesnes. 

JAVAR. — D'Avord, commune du dép. du Cher, arr. de 
Bourges. Javart, chancre, scorbut, tumeur au bas de la 
jambe du cheval, espèce de clou, lézard vert. 

JA VILLON. — D'Avion, commune du Pas-de-Calais, arr. 
d'Arras. 

JAVONELLE. — V. Javanelle. 

JAVRAY. — D'Avrée, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Château-Chinon. 

JAYET. — Seigneurie dans le Bourbonnais, unie à celle de 
Villemont, érigée en marquisat en 1720. Jayet, jais. 

JEAL. — D'Ales, commune de la Dordogne, arr. de Bergerac. 
Jal, coq, barbeau, poisson. 

JEAN. — Jans, commune de la Loire-Inférieure, arr. de Châ- 
teaubriant. Jean, signifie grâce ou don de Dieu. Saint 
Jean le Précurseur, fut ainsi nommé, parce qu'il fut 



[ 339 ] 

accordé par une faveur spéciale de Dieu. Dérive de Jeho- 

vah, nom propre de Dieu. 
JEÂNNELLE. — D'Annelles, commune des Ardennes, arr. 

de Réthel. 
JEANBARD. — V. Jambard. 
JEANBAUD. — D'Annebault, commune du dép. du Calvados, 

arr. de Pont-l'Evêque. Jambot, jambon. 
JEANHAM. — D 'Anan, commune de la Haute-Garonne, arr, 

de Saint-Gaudens. Jenin, sot, niais. 
JEAMMONEAU. — De Samonac, commune du dép. de la 

Gironde, arr. de Blaye. Jeammoneau jambonneau. 
JEANNET. — Commune des Basses-Alpes et du Var. Jean- 
nette, homme qui se laisse mener par sa femme. 
JEANNOT, JEANNOTTE, JEHANNOT. — D'Annot, com. 

des Basses-Alpes, arr. de Castellane. Jeannot, soutien du 

baillaud dans une cheminée. Jehannot, sot. 
JE ANTON. — D'Anthon, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de Vienne. De jante, oie sauvage. 
JEANTOT. — De Jeantes, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Vervins. 
JEANVEAU. — De Javols, commune de la Lozère, arr. de 

Marjevols. 
JEGADEAU. — De Sicaudais, lieu du dép. de la Loire-Infé- 
rieure, dans la commune d'Arthon. 
JEGU. — D 'Aguts, com. du dép. du Tarn, arr. de Lavaux. 
JENAY. — Genay, com. du dép. de l'Ain, arr. de Trévoux. 
JENNE. — Genne, commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, arr. de 

Vitré. Genne, mare de raisin. 
JENOT. — Genos, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 

Saint-Gaudens. 
JENOZEAU. — De Genoz, commune dans la Franche-Comté, 

parlement de Besançon. 
JENTES. — De Genté, commune de la Charente, arr. de 

Cognac. 
JENVIN. — D'Anvin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Saint-Pol. 
JERBERT. — De Cerbère, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Pau. 



[ 340 ] 

JERNI. — D 'Erny, commune du Pas-de-Calais, arr. de Saint- 

Omer. 
JEROME. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Nantua. 
JERSEY. — Jarsé, bourg dans le dép. de Maine-et-Loire, à 

deux lieues de Beaupré. 
JETAS. — Gestas, commune des Basses-Pyrénées, arr. de 

Mauléon. 
JETS. — Gez, commune des Hautes-Pyrénées, arr. d'Argelès. 

Jette, chantier de cave où on met un tonneau. 
JETTE. — De Geste, commune du dép. de Maine-et-Loire, 

canton et arr. de Baupréau. Getée, jet, saillie, fondation, 

abatis. 
JEUDELET. — De Seuillet, commune de l'Allier, arr. de La 

Palisse. Jeudelet, pour jodelet, sobriquet, dim. de jeudy. 
JEUDY. — De Seuilly, commune d'Indre-et-Loire, arr. de 

Chinon. Jeudi, le cinquième jour de la semaine. De jovis 

dies, jour de Jupiter. 
JEUNE. — De Sen, commune du dép. des Landes, arr. de 

Mont-de-Marsan. Jeune, peu avancé en âge. 
JEUNESSE. — De Senesse, commime du dép. de l'Ariège, 

arr. de Pamiers. Jeunesse, jeune fille, jeune bétail. 
JINCHEREAU. — De Jonchères, commune de la Drôme, arr. 

de Die. 
JINGAS. — De Gingla, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Bagnères. 
JININES. — De Vimines, commune de la Savoie, arr. de 

Chambéry. 
JOACHIM. — Commune de la Loire-Inférieure, arr. de Save- 

nai. Joachim, nom d'homme. 
JOANNE. — De Joannas, commune du dép. de l'Ardèche, 

arr. de Largentière. 
JOANNET. — De Jouannet-Chavagnes, dans le dép. de Maine- 
et-Loire, commune de Chavagnes. Jeannette, fontaine 

célèbre, près de Martigné-Briand, en Anjou. Joannée, 

feux de la Saint- Jean, en Anjou, feu de joie en général. 
JOANNETTE. — De Jouannette, dans le dép. de Maine-et- 
Loire, commune de Martigné-Briand. Jouanette, pomme 

de terre. 



[ 341 ] 

JOARY. — De Gohory, commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr. 

de Châteaudun. 
JOBARD, JOUBART.— D'Aubas, commune de la Dordogne, 

arr. de Sarlat. De jobe, niais, sot. 
JOBERT. — V. Joubert. 
JOBET. — D'Aubeville, commune de la Charente, arr. d'An- 

goulème. 
JOBIDON. — D'Abidos, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

d'Orthez. 
JOBIN. — D 'Abainville, commune du dép. de la Meuse, arr. 

de'Commercy. 
JOCTEAU. — De Jocli, commune des Pyrénées-Orientales, 

canton de Vinea. De joc, juchoir, coq. 
JODOIN. — De Jodoigne, ville du Brabant, sur la Gette 

(Dyle), à 5 lieues de Bruxelles. De jode, potiron. 
JOFFRET. — De Jofïreville. 
JOFFRÎON. — V. Geoffrion. 
JOFFRIN. — De Lieffrans, commune de la Haute-Saône, arr. 

de Vesoul. 
JOFLARD. — D'Honfleur, ville du Calvados, arr. de Pont- 

l'Evêque. 
JOIGNIER. — De Joigny, ville de Champagne, dans le Séno- 

nais. Joingnet, le mois de juin. 
JOINAULT. — D'Ognes, communes des dép. de l'Oise et de 

la Marne. Du vieux français joigne, jeune homme. 
JOING. — D'Oingt, commune du dép. du Rhône, arr. de 

Villefranche. Joint, joug. 
JOINVILLE. — Baronnie de Champagne, sur la Marne, entre 

Chaumont et Saint-Dizier, érigée en 1240. 
JOLI, JOLLY. — Commune dans le duché de Lorraine, diocèse 

de Toul, prévôté de Mirecourt. Joli, gai, content, badin, 

galant, paré, riche, amoureux, brave, loyal. 
JOLIBERT. — De Libercourt, dans le Pas-de-Calais, commune 

de Carvin. 
JOLIBOIS. — De Jeu-les-Bois, commune du dép. de l'Indre, 

arr. de Châteauneuf. 
JOLICŒUR. — De Jaucourt, commune du dép. de l'Aube, 

arr. de Bar-sur-Aube. 



[ 342 ] 

JOLIET. — De Jouillat, commune du dép. de la Creuse, arr. 
de Guéret. Joliet, gai, joyeux, bavard. 

JULIETTE. — D'Olette, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Prades. Juliette, œillet de quatre couleurs, pour- 
pre, rouge, rose et blanc. 

JOLIN. — D'Oulins, commune d'Eure-et-Loir, arr. de Dreux. 

JOLIVE. — De Lolif, commune du dép. de la Manche, arr. 
d 'Avranches. 

JOLIVET. — Commune de Meurthe-et-Moselle, arr. de Luné- 
ville. Jolivette, anémone couleur de chair mêlée de rouge. 
Jolivet, joli, mignon. 

JOLLÂIN. — De Jollains, commune d'Eure-et-Loir, arr. de 
Châteaudun. 

JOLLAIS, JOLLET. — D'Ollé, commune d'Eure-et-Loir, arr. 
de Chartres. 

JONAS. — De Junas, commune du dép. du Gard, arr. de 
Nîmes. Jaunasse, qui tire sur le jaune. 

JONCAIRE. — De Jonquière, ville d'Espagne, en Catalogne, 
dans le Lampourdan, au pied des Pyrénées. Joncaire, 
petite plante rameuse dont les tiges ressemblent au jonc. 

JONCAS. — De Joucas, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Apt. Joncasse, fontaine minérale dans le dép. de l'Hé- 
rault, à une lieue de Montpellier. 

JONQUIERES. — Com. des dép. de l'Aude, de l'Hérault, 
de l'Oise, du Tarn et de Vaucluse. V. Joncaire. Jon- 
chière, lieu couvert de jonc. 

JONCE. — Jons, commune du dép. de l'Isère, arr. de Vienne. 

JONDGE. — De Longes, commune du dép. du Rhône, arr 
de Lyon. 

JONEAU. — D'Onoz, commune du Jura, arr. de Lons-le- 
Saunier. 

JONES. — De Josnes, commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. 
de Blois. 

JOPPY. — D'Oppy, commune du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 
De jop, flèche, timon de voiture. 

JOQUIN. — D'Acquin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Saint-Omer. Du verbe joquier, faire pied de grue, qui ne 



[ 343 ] 

travaille pas, se dit d'un moulin faute d'eau ou de vent. 
JORAM. — Joran, vent du nord-ouest en Suisse. 
JOREL. — D'Orelle, commune de la Savoie, arr. de Saint- 

Jean-de-Maurienne. 
JORIAN. — De Lorient, ville du Morbihan. 
JORON. — Seigneurie de Picardie, érigée pour Piquet en 1700. 
JOSEPH. — De Jauzé, commune du dép de la Sarthe, arr. de 

Mamers. Joseph, papier mince et transparent. 
JOSSARD. — D'Ossas, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Mauléon. 
JOSSE. — Bourg de Picardie, et com. du dép. des Landes, 

arr. d'Oloron. Josse, nom d'homme. 
JOTLARD. — Du vieux français jot, joue, mâchoire, et jote, 

légume en général. 
JOUAN. — Commune de la Touraine, près de Tours, sur le 

bord du Cher. 
JOUANNE. — D'Ouanne, com. de l'Yonne, arr. d'Auxerre. 
JOUART. — Jouarre, commune du dép. de Seine-et-Marne. 
JOUBERT. — De Loubert, commune du dép. de la Charente, 

arr. de Confolens. 
JOUBIN. — De Loubens, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Villefranche. 
JOUET. — Commune du dép. du Cher, arr. de Saint-Amand. 

Jouet, bagatelle qui sert à amuser les enfants. 
JOUGON. — De Jugon, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

Dinan. 
JOUIEL, JOYELLE. — De Joiselle, commune du dép. de la 

Marne, arr. d'Epernay. Jouelle, croisillon placé entre 

les pieux pour y planter la vigne. 
JOUIN. — Commune du dép. de la Seine-Inférieure, arr. du 

Havre. Joint, joug. 
JOUINEAU. — D'Ognes, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Senlis. 
JOULLIET. — V. Joliet. Vient de joui, partie de la cheminée. 
JOURDAIN. — Jourdan, seigneurie de l'Auvergne, érigée en 

1743 pour De Soyres. Jourdain signifie ruisseau de Dieu. 
JOURDANAIS. — De la Jourdauière, seigneurie de Norman- 



[ 344 ] 

die, érigée en 1690 pour Du Quesnoy. De jourdaine, 
espèce de poire. 

JOURDEAU. — D'Ourde, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Bagnères. 

JOURDIF. — D'Ourdis, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
d'Argelès. 

JOURNAU. — De Sourn, commun edu Morbihan, arr. de 
Pontivy. De journal, lever du jour, journée d'ouvrier, 
huitaine. 

JOURNEL. — D'Ornel, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Verdun. Journelle, mesure de terre qu'une charrue 
peut labourer en un jour. 

JOURNET. — Commune du dép. de la Vienne, arr. de Mont- 
morillon. Joumet, bréviaire, diurnal, journal ecclésias- 
tique. 

JOUSSARD. — De Lussat, commune du dép. de la Creuse, 
arr. de Boussac. 

JOUSSELAIN. — De Lussan, commune du Gard, arr. d'Uzès. 
Jousselin, drap fabriqué à Jousselin. 

JOUSSET. — Joussé, commune du dép. de la Vienne, arr. de 
Civray. 

JOUTEAU, — D'Oust, commune de l'Ariège, arr. de Saint- 
Girons. Dérive de jouter, assembler, lutter. 

JOUTRAS. — D'Outriaz, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Nantua. 

JOUTREAU. — D'Outreau, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Boulogne. 

JOUVIN. — De Jouvent, commune du dép. de la Haute- 
Vienne, canton de Nieul. Dérive de jouve, jeune. 

JOUY. — Com. des dép. de l'Aisne, de l'Yonne, et d'Eure- 
et-Loir. 

JOY. — Joye, en Bretagne, sur le Blavet, diocèse de Vannes. 

JOYAL. — De Joyenval, dans la Beauce, près de Saint-Ger- 
main-en-Laye. 

JOYAU. — D'Oye, commune du Pas-de-Calais, arr. de Saint- 
Omer. 

JOYEU. — D'Oyeu, commune de l'Isère, arr. de la Tour-du- 
Roi. Joyeux, gâteau sucré, fou, bouffon. 



[ 345 ] 

JUBER. — De Jubert, seigneurie de Beauee, érigée en 1580 

pour De Poilloue. Jubé, pupitre, pourpoint, jupon. 
JUBIN. — De Jublains, commune du dép. de la Mayenne. 
JUBINVILLE. — Commune du dép. des Vosges, arr. de 

Neufchâteau. 
JUDE. — De Joudes, commune de Saône-et-Loire, arr. de 

Louhans. 
JUDITH. — De la Judicière, seigneurie de Normandie, érigée 

en 1636 pour De Hallot. Judith, nom de femme. 
JUDON. — De Judoigne, ville du Brabant espagnol, sur la 

rivière de Gias, à 2 lieues de Tillemont. 
JUGNAC. — Bourg de la Charente, à 6 lieues d'Angoulème. 

De jugn, qui est à jeun. 
JUGON. — Ville de Bretagne, dép. des Côtes-du-Nord, arr. 

de Dinan. 
JUILIENAU. — De la Juliennais, seigneurie de Bretagn»?, 

érigée en 1668 pour D'Aiguillon. De juille, lanière de 

cuir pour attacher le joug sur la tête du bœuf. 
JUILLET. — Juillette, commune du dép. de l'Aveyron, arr. 

de Rodez. Juillet, septième mois de l'année. 
JUIN. — De Jégun, commune du dép. du Gers, arr. d'Auch. 

Juin, sixième mois de l'année, purin. 
JUINEAU. — De Juines, seigneurie de Touraine, érigée en 

1700 pour De Beaumont. Juinot, juillet. 
JULHE. — Juilh, seigneurie du Languedoc, érigée en 1521 

pour De Rivais. Jule, sorte de monnaie papale. 
JULIEN. — De Jullian, dans la Gascogne, diocèse de Tarbes. 
JUMONVILLE. — De Jumeauville, commune du dép. de 

Seine-et-Oise, arr. de Nantes. 
JUNEAU. — De Junas, dans le Languedoc, diocèse de Nîmes. 
JUNIAC. — De Junhac, commune du dép. du Cantal, arr. 

d'Aurillac. 
JURGENS. — D'Urdens, commune du dép. du Gers, arr. de 

Lectoure. De jurge, querelle. 
JUSGRAIN. — De Sougraigne, commune du dép. de l'Aude, 

arr. de Limoux. Jus, droit, raison. 
JUTREAU. — De Sutrieu, commune du dép. de l'Ain, arr. 

de Bellay. De justerie, lieu où l'on vérifie les mesures. 



[ 346 ] 



K 



KADEVILLE. — V. Cadeville. 

KAIÂNIS. — De Cagny, commune du Calvados, arr. de Caën. 

Dérive de kai, grille de fer. 
KARGRET. — De Cargrée, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1668 pour Collet. 
KAVANAGH. — De Cavanac, commune du dép. de l'Aude, 

arr. de Carcassone. 
KEBIN. — De Quéven, commune du dép. du Morbihan, arr. 

de Lorient. Kébin, lettre d'affranchissement en Perse. 
KEBLE. — De Quibriac, commune du dép. d 'Ille-et-Vilaine, 

arr. de Rennes. Kebleh, partie du monde vers laquelle se 

tournent les Turcs pour prier Dieu. 
KEHO. — De Queaux, bourg du dép. de la Vienne, arr. de 

Montmorillon. 
KEINE. — De Quenne, commune du dép. de l'Yonne, canton 

d'Auxerre. Keine, goutte, maladie. 
KELIE. — De Cailly, commune de la Seine-Inférieure, arr. 

de Rouen. Dérive de kelle, meule de chanvre. De kélir, 

cueillir. 
KENERE. — De Quennery, seigneurie de Champagne, érigée 

en 1784 pour Morel de Crémery. De quérier, reculer, 

avoir peur. 
KERCY. — De Quierzy, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Laon. Quercy, ancienne province de France, cor- 
respondant au dép. du Lot. Dérive de ker, ville. 
KERDORES. — De Kerdorel, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1696 pour Goalez. 
KERE. — De Querré, commune du dép. de Maine-et-Loire, 

arr. de Segré. Quérée, charogne. 



[ 347 ] 

KERY. — De Qiiiéry, commune du Pas-de-Calais, arr. d'Arras. 

Quérie, réputation. De kérier, pleurer. 
KERLE. — De Kerleaù, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1600 pour Deseartes. Querle, sorte de vase. 
KERGRECOLET. — De Kergrec, seigneurie de Bretagne, 

érigée en 1550 pour Du Holgouet. 
KEROÂC. — Du Courouec, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1668 pour Du Cognet. 
KERODEAU. — Voir Coradeau. 
KERRÎGOU. — De Quérigut, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Foix. Kérigou, ville, maison. 
KERSÂN. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 pour de 

Trevon. 
KESSY. — Quessy, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Laon. De quesse, cuisse. 
KINCHIEN. — De Camphin, commune du dép. du Nord, 

arr. de Lille. De quincher, pencher, être de travers. 
KINE. — De Quinée, seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 

pour Gauthier. Quine, guenon. 
KINSÂC. — Quinsae, communes des dép. de la Gironde et de 

la Dordogne. 
KIRÂRD. — De Quyrac, commune de la Gironde, arr. de 

Lesparre. De kirat, sorte de poids. 
KIRI. — De Quiéry, commune du Pas-de-Calais, canton de 

Vimy. 
KLISE. — De la Clisse, commune du dép. de la Charente-In- 
férieure, canton de Saujon. 
KOCH. — De KocliAveiller, commune de l'Alsace, près de 

Strasbourg. 
KŒNIG. — De Kœnigsmacher, commune du dép. de la Mo- 
selle, arr. de Thionville. 
KOMAIN. — De Comines, commune du dép. du Nord, arr. de 

Lille. 
KRATZ. — De Cras, seigneurie du Dauphiné, érigée en 1700 

pour De Pourroy. Cras, graisse. 



[ 348 ] 






Hi..^ ^ . . ^ *^ 



VîC 



nv 



XjABÂDIE. — De La Batliie, commune de la Savoie, arr. 
d'Albertville. 

LABÂLETTE. — De Lavalette, communes des dép. de l'Aude, 
de l'Hérault et de la Haute-Garonne. Balete, paquet, 
ballot. 

LÂBARBE. — De Labarbens, commune des Bouches-du- 
Rhône, ar. d'Aix. Barbe, pointe des épis, cheval des pays 
barbaresques. 

LABARD, LABARRE. — La Barre, seigneuries de l'Anjou, 
de la Normandie et de la Bretagne. Bar, ou bard, ancien 
mot gaulois, qui signifiait un port. Barre, cour ou siège 
de justice, délais, exception, barrière, obstacle, empê- 
chement, plant de vignes. 

LABARDEAU. — De Labarde, commune du dép. de la Gi- 
ronde, canton de Castelnau, arr. de Bordeaux. Bardeau, 
train de bois, sorte de mesure. 

LABARRIERE. — Seigneurie de Guienne, érigée en 1760 
pour de Basterot. Barrière, bornes, défenses naturelles 
d'un pays. 

LABASSÉE. — Ville du dép. du Nord, arr. de Lille. Basset, 
tablette d'un lavoir. 

LABASTIERE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour Vilaine. Bastière, épithète donnée à celle qu'on 
veut taxer de bêtise. 

LABATH, LABATTE. — De Labaste, seigneurie de Cham- 
pagne, érigée en 1760 en faveur de Rouillé. Bath, mesure 
de liquide chez les Hébreux. Bat, petit bateau. Batte, 
filières pour placer le bois des fenêtres. 



[ 349 ] 

LABATRIE. — De Batterie, lieux des Basses-Alpes, dans les 

communes de Jausiers et de Saint-Paul-sur-Ubaye. La- 

bastrie, albâtre. 
LABATTU. — De Labattut, communes des Hautes-et-Basses- 

Pyrénées. Battue, action de battre les bois pour en faire 

sortir le gibier. 
LABATY. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 

Rallier. Abbati, maison de l'abbé. Labastie, tour, châ- 
teau, forteresse. 
LABAUBIER. — De Baubigny, communes des dép de la 

Manche et de la Côte-d'Or. Baubier, dim. de baube, 

bègue. 
LABAUVE. — La Bove, seigneuries de Picardie et de Saint- 

Onge. Bove, grotte, caverne. 
LABAUME. — Seigneurie de Provence, érigée en 1354 pour 

de Bermond. Baume, grotte. 
LABAUSSIERE. — De Labessière, communes des dép. du 

Cantal et du Tarn. Beaussière, femme habitant la 

Beausse. 
LABBÉ. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de Pon- 

toise. Labbé, abbé, vicaire. Abbé signifie père. 
LABELLE. — De Labels, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Mauléon. La belle, la lune. 
LABERGE. — De Labège, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Toulouse. Berge, oiseau, berge de foin, 

barge. 
LABERGEMONT. — De Labergement, commune de la Côte- 

d'Or, arr. de Dijon. Bergeman, braquemart. 
LABETOLE. — De Labesole, commune du dép. de l'Aude, 

arr. de Limoux. Bestiole, petite bête. 
LABIERE. — De Biert, commune du dép. de l'Ariège, arr. 

de St-Girons. Labierre, forêt de Fontainebleau. 
LABISSIONNIERE. — De Bissières, commune du Calvados, 

arr. de Lisieux. Buissionnière, lieu écarté, éloigné. 
LABIT, LABITH. — L'Habit, commune du dép. de l'Eure, 

ar. d'Evreux. Labit, décadence, fragilité, querelle, La- 

bith, peine, tourment, désastre. 



[ 350 ] 

LABOCTEÂU. — La Boqiieliaut, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1668 pour Saint-Aubin. Bocteau, de bocquet, 
espèce de barque, fer de lance. 

LÂBOISE. — De Boësse, communes des dép. des Deux-Sèvres 
et du Loiret. Boise, arête de poisson. 

LABOISSIERE. — Communes des dép. du Calvados, de la 
Loire-Inférieure, du Finistère, de l'Hérault, du Jura. 
Boessière, lieu planté de buis. 

LABOISSIONNIERE. — De la Boissonneyre, dans l'Auver- 
gne, diocèse de St-Flour. Boisson, buis, bois d'une faible 
étendue. 

LABONNE. — De Bonnes, communes des dép. de la Cha- 
rente, de l'Aisne et de la Vienne. Bonne, borne, fin, 
poste, repaire, terme, servante. 

LABONNEVIE. — De Labonneville, commune du dép. de 
l'Eure, arr. d'Evreux. 

LABORIE, LABORY. — Seigneurie du Périgord, érigée en 
1662. Vient de labor, travail. 

LABOSSE. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Beauvais. 
Bosse, futaie au milieu d'un taillis. 

LABOSSIERE. — Commune du dép. du Calvados, canton de 
Lisieux. 

LABOUCANE. — De Bouconne, lieu du dép. de la Haute- 
Garonne, commune de Léguevin. Boucane, fumée. 

LABOURLIERE. — La Bourrelière, seigneurie de Bour- 
gogne, érigée en 1700 pour De Migieu. Labour, pays 
désert et exposé aux voleurs, dans le langage basque. 
Un bourrelier est un fabricant de harnais. 

LABOURSE. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, canton 
de Cambrin. Bourse, cuir. 

LABOURSIERE. — Commune du dép. de la Haute-Saône, 
arr. de Vesoul. Boursière, celle qui fait des bourses, tré- 
sorière, femme qui amasse de l'argent. 

LABOURSOLIERE. — De Bourseul, commune des Côtes-du- 
Nord, arr. de Dinan. De boursoler, se couvrir de boutons, 
de phlyctènes. 



[ 351 ] 

LABOUTEILLE. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Vervins. Bouteille, sorte de redevance. 

LÂBOUTEILLERIE. — Seigneurie de Tourraine, érigée en 
1550 pour De Marolles. Bouteillerie, écliansonnerie. 

LABRÂNCHE. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. de 
Joigny. Branche, ami, camarade, coterie, parti. 

LABRECHE. — De Brèches, commune du dép. d'Indre- 
et-Loire, arr. de Tour, et Labrèche, seigneurie de Bour- 
gogne. Brèche, lacune, trouée, rayon de miel. 

LABRECQUE, LABREQUE.— De Briec, commune du Finis- 
tère, arr. de Quinper. Brèque, ou brèche, vient de breca, 
rupture. 

LABRETACHE. — La Bretèche, seigneurie de l'Ile-de- 
France, érigée en 1676 pour de Pommereu. Breteiche, 
forteresse, rang de crenaux. 

LABRIE. — De Labrihe,. commune du dép. du Gers, et La- 
brie, commune dans la Lorraine, près de Metz. Brie, 
brayoire, instrument qui sépare la filasse de la chène- 
votte. Abri, lieu couvert. 

LABRIANCE. — De Briantes, commune du dép. de l'Indre, 
arr. de La Châtre. 

LABRIERE. — Seigneuries de Normandie et de Bretagne, 
et lieu du dép. de Seine-et-Oise, dans la commune d'Itte- 
ville. V. Brière. 

LABRISE. — De Brix, commune du dép. de la Manche, arr. 
de Valognes. Brise, lac, caverne, fosse. 

LABROQUERIE. — De Labroquère, commune de la Haute- 
Garonne, ar. de St-Gaudens. Vient de broque, cimette de 
choux. 

LABROSSE. — Seigneuries de Bretagne, de Normandie, de 
la Saintonge et de l'Ile-de-France. Brosse, bois, forêt, 
broussaille, vergette. 

LABROUSSE. — Communes du dép. de la Charente-Infé- 
rieure et du Cantal. Broust, buisson, bourgeon, nourri- 
ture. 

LABRUERE. — La Bruère, seigneurie du Maine, unie à celle 
de la Barre, érigée en marquisat en 1633, et commune 



[ 352 ] 

du dép. de la Sarthe, canton de Lude, arr. de La Flèche. 

Bruère, bruyère. 
LABRY. — Commune du dép. de Meurthe-et-Moselle, arr. 

de Briey. 
LABRYTANIERE. — De Labretonie, commune du dép. de 

Lot-et-Garonne, arr. de Marmande. 
LABUTTE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 

Des Landes. Bute, petite élévation, but, croisière d'une 

mine. 
LAC. — Commune du dép. du Doubs, arr. de Pontarlier. En 

bas-breton lac signifie lieu, en grec, fossé, et en basque, 

lac. 
LAÇASSE. — Commune de la Haute-Garonne, arr. de Muret. 

V. Casse. 
LACAVEE. — Seigneurie du Blaisois, érigée en 1553 pour 

Phélypeaux. Cavée, chemin creux, le contenu d'une cave. 
LACE. — De Lassay, commune du dép. de la Mayenne. Lacet, 

lascet, lacet. Lacer, faire du filet. 
LACELAIN. — Du Celland, commune du dép. de la Manche, 

arr. d'Avranches. Celant, discret, secret. 
LACELLE. — Commune du dép. de l'Orne et de la Corrèze. 

V. Celle. 
LACERISEE. — De Cérisé, commune du dép .de l'Orne, can- 
ton d'Alençon. Censée, lieu planté de cerisiers. 
LACERTE. — De Certes, en Guienne, dans le pays de Médoc. 

Lacerte, muscle. 
LACHAINE. — De Chaîne, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1696 pour Henry. Chaîne, chêne. 
LACHAISE. — V. De la Chaise. 
LACHAMBRE. — Seigneuries de Bretagne et du Forez. 

Chambre, étable, meubles, tombeau, juridiction, la cham- 
bre du Roi. 
LACHANCE. — De Chance, en Bretagne, et rivière de la 

Moselle, qui prend sa source vers Metz et se jette dans 
la Moselle. Lachance, l'intervalle. 
LACHAPELLE. — Communes des dép. de Lot-et-Garonne, et 
de Meurthe-et-Moselle, et seigneuries en Bretagne, en 



[ 353 ] 

Normandie, en Langudoc. Chapelle, musique, ornements 
d'église, petite chape, alambic, partie du métier de tis- 
serand où se tient l'ouvrier. 

LACHÂRITE. — Seigneurie de la Brie, érigée en 1609 pour 
de Wissel. Charité, tendresse, pain bénit, établissement 
de charité, lettre royale, masque, vin du marché. 

LACHARPENTE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1669 
pour de Quenouards. Charpente de charpent, machina- 
tion, intrigue, charpente du corps. 

LACHASSAIGNE. — Commune du dép. du Rhône, arr. de 
Villefranche. Chassaigne, châtaigne. 

LACHASSE. — Seigneurie de Bretagne, érigé en 1771 pour 
d'Andigné. Chasse, amende, instrument de pêche, chas 
d'une aiguille, cadre, poursuite judiciaire, bannisse- 
ment. 

LACHAUFET. — De Chaufeeourt, commune du dép. des 
Vosges, arr. de Mirecourt. Chaufete, réchaud, sorte de 
cheminée, chaudron, cassolette. 

LACHAUME. — Baronnie de la Côte-d'Or, canton de Mon- 
tigny. Chaume, montagne, chaleur. 

LACHAUSSÉE. — V. De la Chaussée. 

LACHAUX. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. de Thiers. 
De laschée, relâchement. 

LACHENAL. — Seigneurie de l'Auvergne, érigée en 1632 
pour de la Rochebriant. Chenail, grenier. 

LACHENAYE. — V. De la Chenaye. 

LACHESNE. — De Chesnes, communes des dép. des Ardennes, 
et de l'Eure. Chesne, chêne. 

LACHEZE. — Seigneurie du Beaujolais, devenue comté en 
1718 en faveur de Montaigu. Chèze, chaise 

LACHEZI. — De Chézy, commune du dép .de l'Allier, can- 
ton de Chevagne. Lachesis, l'une des trois Parques, celle 
qui tenait la quenouille. 

LACHINE. — De Chuisnes, commune du dép, d'Eure-et-Loir, 
arr. de Chartres, devenue marquisat en 1665. Chine, 
racine apelée esquine, pays de l'Asie. 

LACIER. — De Lacy, seigneurie de Normandie, érigée en 

23 



[ 354 ] 

1463 pour De la Fosse. Lacier, attacher avec des lacs, 
garrotter. 

LACISERÂYE. — De Ceyzériat, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Bourg. 

LACOLLE. — Commune de la Provence, diocèse de Glan- 
dève, parlement d'Aix. Colle, mensonge. 

LACOMBE. — Commune du dép .de l'Aube, arr. de Carcas- 
sonne. Combe, vallée, grotte, terrain creux, cube, dé- 
pression dans un pré. 

IiACOMMANDE. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Oloron. Commande, dépôt, cable, amarre. 

LACORNE. — V. De la Corne. 

LACOSTE. — Communes des dép. de Vaucluse et de l'Hé- 
rault, et seigneuries de Bretagne, de Champagne, du 
Poitou, du Quercy. Coste, côte, nid, coût, mesure de ca- 
pacité. 

LACOTE. — Seigneurie de l'Angoumois, érigée en 1766 pour 
De Cadiot de Saint-Paul. Cote, pierre à aiguiser, degré 
de parenté. 

LACOUDRAY. — Seigneuries de Bretagne, de Champagne, 
et de Normandie. Coudraye, lieu planté de coudres. 

LACOUR, LACOURS. — Commune du dép. de Tarn-et-Ga- 
roune, arr. de Moissac. Courre, câble. 

LACOURSIERE. — Courcière, seigneurie de la Franche- 
Comté, devenue marquisat en 1713 en faveur de Mon- 
nier. Coursière, pont-levis couvert, depuis le gaillard du 
vaisseau jusqu'au château de proue, pour faciliter les 
commuications au cours d'un combat, courrier, sorte de 
canon, fournisseuse de denrées. 

LACOUTURE. — Commune du Pas-de-Calais, canton de Bé- 
thune. Couture, terre cultivée, culte, redevance, culture. 

LACROANT. — De Crozant, commune du dép. de la Creuse, 
arr. de Guéret. 

LACROIX. — Seigneurie de Bretagne érigée en 1669 pour 
Piron. Croix, signe de croix, procession, argent mon- 
nayé, borne, limite, juridiction, partie de la garde d'une 
épée, partie d'un moulin, peines. 



[ 355 ] 

LACROISET. — Seigneurie de Noramndie, érigée en 1657 
pour Le Blanc. Croisette, petite croix, espèce d'herbe, la 
Fête de Tlnvention de la Sainte-Croix. 

LACROSSE.. — Commune du dép. du Cher, canton de Baugy. 
Crosse, abbaye, puissance, gourdin. 

LADÉ. — D'Adé, commune des Hautes-Pyrénées, arr. d'Ar- 
gelès. Dé, deuil, doigt, pièce d'une vitre. 

LADEROUTE. — De Déroux, dans la Bourgogne, diocèse de 
Châlons. Déroute, désordre, ruine. 

LADIENE. — De Diennes, commune du dép. du Cantal, can- 
ton de Murât. Diène, ma dienne, sorte de jurement pour 
mon Dieu ou madame. Dienne, bagatelle, futilité. 

LADOUCEUR. — De Ladouze, commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Périgueux. Douceur, vivres, témoignage 
d'amitié, légère humidité. 

LADRIERE. — D'Adrières, bourg du Poitou, dép. de la 
Vienne. Drière, derrière. 

LAFARGE. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Gex. Farge, 
forge. 

LAF ARGUE. — Fargues, communes des dép. de la Gironde, 
des Landes et du Lot. Fargues, planches que l'on place 
sur le bord du vaisseau pour le hausser et le dérober aux 
regards de l'ennemi. 

LAFAY, LAFAYE. — La Faye, commune de la Charente, 
arr. de Ruffec. Fay, cerceaux ou cercles mis en paquet, 
et faye, lieu forestier, forêt, brebis. 

LAFAVRIE. — La Faveris, seigneurie du Perche, érigée en 
1658 pour D'Aligre.Fâverie, forge, atelier de forgeron. 

LAFAYETTE. — Fay et, communes des dép. de l'Aisne, de 
l'Aveyron et du Puy-de-Dôme. Fayette, petite brebis. 

LAFERME. — Lieu du dép. de l'Aisne, arr. de Château- 
Thierry. Ferme, domaine de campagne, barrière, coffre, 
opposition juridique, fermage, sorte de pourboire. 

LAFERRIERE. — Communes des Côtes-du-Nord, de l'Isère, 
de la Vendée. Ferrière, muni de fer, étui de maréchal, 
vase à vin, sac de cuir, bouteille. 

LAFERTÉ. — Communes des Ardennes et du Jura. Ferté, 
forteresse, citadelle. 



[ 356 ] 

LAFETIERE. — De Feuquières, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Beauvais. Festière, sommet. 

LÂFEUILLADE. — Commune de la Dordogne, arr. de Sar- 
lat. Feuillade, feuillée. 

LAFFITE. — Lafitte, commune du dép. de Tarn-et-Garonne, 
arr. de Castel-Sarrasin. Fite, fi, inter. 

LÂFILE. — La Fillays, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1660 pour Chomart. Filée, action de filer. 

LÂFLAMME. — D'Ame, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Béthune. Flamme, iris. 

LAFLECHE. — Seigneurie dans le Maine, unie à la vicomte 
de Beaumont, érigée en duché en 1543. Flèche, tronc 
d'arbre, bâton d'étendard, verge de trébuchet. 

LAFLEUR. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 
De Montlouis. Fleur, paradis, virginité, élite, fleur de 
farine, odeur. 

LAFLOTTE. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 
La Rochelle. Flotte, bois flotté, radeau, foule, armée 
navale, écheveau de laine, cuve à bière, séchoir. 

LAFOND. — Seigneurie unie à celle de Villemond, érigée en 
marquisat en 1720. Fond, fond d'une vallée, d'un ton- 
neau. 

LAFONTAINE. — Seigneurie de l'Orléanais, érigée en 1556 
pour Chevalier d'Almont. Fontaine, source, eau, pièce de 
vaisselle, le quatrième dimanche du carême. 

LA FONTAINE. — Seigneuries de Champagne, de Lorraine, 
du Lyonnais et de Normandie. 

LAFORCE. — Commune de la Dordogne arr. de Bergerac. 
Force, résistance, violence, puissance d'action, forte- 
resse. 

LAFOREST. — Commune du Finistère, arr. de Brest. Forest, 
forêt. 

LAFORGE. — Commune du dép .des Vosges, arr. de Remire- 
mont. Forge, fabrication, action d'inventer, mode, ac- 
tion de ferrer les chevaux. 

LAFORIERE. — De Laforie, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. d'Ambert. Forière, lisière d'un bois, d'un champ. 



[ 357 ] 

LÂFORME. — De Formeville, seigneurie normande. Forme 
dessin, modèle, enseigne de boulanger, représentation 
funèbre, cap, forme de chapelier, maladie du cheval, 
manière, siège, motte de beurre. 

LAFORTE. — De Laforteresse, commune du dép. de l'Isère, 
arr. de St-]Mareellin. 

LAFORTUNE. — De Fortunet, seigneurie de Bourgogne, 
érigée en 1618 pour Perrault. Fortune, malheur, tem- 
pête, infortune, mines, trésor trouvé par hasard. 

LAFOSSE. — Commune du dép. de la Gironde, arr. 'de Blaye. 
Fosse, prison, jabot, trou pour enterrer les morts, vi- 
vier. 

LAFOUGERE. — Lieu de la Charente-Inférieure, dans la 
commune de Landes, et seigneurie de Bretagne. 

LAFOY. — La Foi, seigneurie du Poitou. Foy, fidélité à la 
parole donnée. 

LAFRAMBOISE. — D'Amboise, commune du dép. d'Indre- 
et-Loire, arr. de Tours. 

LAFRANCE. — D'Ance, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. 

LAFRANCHISE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1471 
pour De Pertuis. Franchise, loyauté, crédit, liberté, pri- 
vilège, banlieue, terre en franchise, asile, bourgeoisie, 
droits dans les forêts, lettres de grâce. 

LAFRENAYE. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de 
^lamers, et seigneurie de Normandie, érigée en 1607 
pour De Caignon. Frênaie, lieu où l'on cultive les frênes. 

LAFRENIERE. — De Fresnières, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Compiègne. Frenière, endroit planté de frênes. 

LAFRICAIN. — D'Afrique, lieu du dép. de l'Aveyron, dans 
le canton d'Espalion. Africain, qui vient d'Afrique. 

LAFRISADE. — De Frise, commune du dép. de la Somme, 
arr. de Péronne. Frise, grosse étoffe de laine à poils 
frisés. 

LAFRONDE. — De Fronville, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Wassy .Fronde, liazar, entrepôt, fond, feuillage. 

LAGACE', LAGASSE.'— D'Agassac, commune de la Haute- 



[ 358 ] 

Garonne, arr. de St-Gaudens. Agassé, aiguillonné, piqué, 

irrité, querelle. 
LÂGÂILLÂRDISE. — De Lagaillarde, commune de la Seine- 
Inférieure, arr de Yvetot. Gaillardise, parole un peu 

libre. 
LAGANNE. — Commune du dép, du Cantal, arr. de Mauriac. 

Ganne, roseau employé par les tisserands pour faire les 

tuyaux des trames. 
LAGANIERE. — De Langanerie, lieu du Calvados, dans la 

commune de Grainville-la-Campagne. Lagnière, endroit 

où l'on fait des abatis de bois. 
LAGARDE. — Communes des Hautes-Pyrénées et du Gers, 

Garde, guet, tutelle roturière, attention, portée de vue, 

danger, crainte, dommage, fortification, champs ou fo- 
rêts, réserve, protecteur, régent. 
LAGARENNE. — Seigneurie du Berry, érigée en 1581 pour 

Durbois. Garenne, enclos, étang, lieu réservé pour la 

chasse, terrier, galerie de lapins. 
LAGAUDRIOLE. — De Lagardiole, commune du dép .du 

Tarn, arr. de Castres. Gaudriole, propos plaisant. 
LAGAUDIE. — De Gaudies, commune du dép. de l'Ariège, 

canton de Saverdun. Gaudie, folâtrerie, joie. 
LAGENOIS. — D'Agen, commune du dép. de l'Aveyron, arr. 

de Rodez. Agenois, habitant du pays compris dans le 

dép. de la Haute-Garonne. 
LAGERE, LAGERRE.— Communes des dép. de l'Ardèche et 

du Rhône. Agerre, rempart, digue, levée. 
LAGERON. — De Lageron, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, arr. de Parthenay. Geron, pan du bliaut. 
LAGNEAU. — De Lagnes, commune du dép. de Vaucluse, 

ar. d'Avignon. Lagneaii, la fourrure d'agneau, sorte de 

monnaie. 
LAGNEL. — D 'Agnielles, commune des Hautes- Alpes, arr. 

de Gap. Agnel, agneau. 
LAIGNEAU. — De Laignes, commune de la Côte d'Or, arr. 

de Châtillon et commune du dép. de l'Hérault, canton 

d'Alonzac. Laigneau, la bête à laine. 



[ 359 ] 

LÂGNIER. — De Lagny, communes de Seine-et-Marne et du 
dép. de l'Oise. Laignier, bûcher, coupe de bois. 

LAGOECE. — Communes de la Gironde et de l'Ardèche. De 
gource, lieu couvert de buisson. 

LÂGORGENDIERE. — De Lagorgue, commune du dép. du 
Nord, arr. d'Hazebrouck. Vient du latin gurges, gouffre. 

LAGOTERIE. — Seigneurie de l'Angoumois, érigée en 1780 
pour De Gratereau. Gauquerie, lieu où l'on vendait le 
poisson peu frais. 

LAGRANDEUR. — De Lagrand, com. du dép .des Hautes- 
Alpes, arr. de Gap. Grandeur, grandeur d'âme, dimen- 
sion de ce qui est grand. 

LAGRANGE. — Communes dans les dép. des Landes, des 
Hautes-Pyrénées, et dans le Territoire de Belfort. 
Grange, métairie. V. Grange. 

LAGRAVE. — V. Delagrave. 

LAGREMENT. — D'Aigremont, commune de l'Yonne, arr. 
d'Auxerre. Agrément, lavement. 

LAGRENADE. — De Grenade, commune du dép .des Landes, 
près de l'Adour. Grenade, fruit du grenadier. 

LAGROIX. — La Grois, seigneurie de Touraine, érigée en 
1730 pour Milon. Grouée, terrain précieux, cueillette, 
réunion nombreuse, gelée 

LAGRUE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1580 pour 
IMandet. Gru, gruau, menu fretin. 

LAGU. — D'Agusts, commune du dép. du Tarn, arr. de La- 
vaur. Aigu, aigu, tranchant, perçant, pénétrant. Lahut, 
nacelle. 

LAGUER. — Laillé, commune d 'Hle-et-Vilaine, arr. de Re- 
don. Laier, marquer les bois qui ne doivent pas être cou- 
pés dans un abatis. 

LAGUERCHE. — Communes d'Ille-et-Vilaine et du Cher. 
Guerche, crèche. 

LAGUERRE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1669 pour 
Pantin. Guerre, lutte à mains armées entre deux nations. 

LAGUEUX. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1400 en 
faveur de Cauchon. Gueux, bon compagnon, gai coquin, 
seille, écuelle de chauffe-pied. 



[ 360 ] 

LAHÂYE. — Communes de la Seine-Inférieure, des Vosges, 
et seigneuries de Bretagne et de Flandre. Haie, clôture, 
sorte de chasse et de danse, monnaie de la Haye. 

LAHONTAN. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, can- 
ton de Salies, arr. d'Ortliez. Vient de honter, déshonorer, 
couvrir de honte. 

LAIGUE. — Seigneurie du Dauphiné, érigée en 1600 pour De 
Laigue. Algue, eau, fleuve, rivière, étang, larme. 

LAIR, LAIRE. — Commune du dép. du Doubs, canton et arr. 
de Montbéliard. Lair, allure, marche, démarche, voyage, 
équipage, empressement. Laire, terre, champ, grange, 
nid, nichée, race, famille, couple. 

LAIREAU. — De Laires, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
St-Omer. Aireau, charme. 

LAIRET. — De Léré, commune du dép .du Cher, arr. de San- 
cerre. Lairet, emplacement non cultivé. 

LAISDON. — De Laisdain, commune du dép. du Nord, arr. 
de Cambrai. Lais, vase que dépose la Loire, sorte de bail, 
terre prise à bail. 

LAISNE. — Lesné, seigneurie de Bretagne, érigée pour De 
Quèze. Lainer, opérer le veloutage d'une étoffe. 

LAIZEAU. — Lézeau, seigneurie de Normandie, érigée en 
1655 pour Lefebvre. Laise, pour élaise, bande de bois 
pour boucher une fente dans une planche. 

LAJEUNESSE. — De Senesse, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de Pamiers. Jeunesse, étourderie. 

LAJOIE. — De Lajo, commune du dép. de la Lozère, arr. de 
Marjevols. Joie, joyau, bijou, divertissement populaire. 

LAJONQUILLE.— De Jonville, com. du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Jonquille, plante du genre narcisse. 

LAJUDIC. — De Juicq, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de Saint- Jean d'Angély. Judice, justice, jugement. 

LAJUS. — De Lajoux, commune du dép. du Jura, arr. de 
Saint-Claude. Jus, droit, partie liquide d'un végétal, en 
bas, à terre. 

LALAGNE. — Lalaigne, commune du dép. de la Charente- 
Inférieure, canton de Coureon. Lagne, endroit par où un 
vaisseau passe. 



[ 361 ] 

LALANCETTE. — Lancette, commune du dép. du Jura, 
canton de St-Julien. Lancette, petite lance. 

LALANDE. — Baronnie de Normandie, et seigneurie de 
Bretagne, du Forez, du Poitou et du Quercy. Lande, 
terre de bruyère, terre libre, brande. 

LALANNE. — Communes des dép. du Gers et des Hautes- 
Pyrénées. Lanne, laine. 

LALEU. — Lieu dans la Charente-Inférieure, commune de 
La Rochelle, et communes des dép. de la Somme, de 
l'Orne et de la Vendée. Leu, loup. 

LALIBERTE. — De Laloubère, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Liberté, libre arbitre, licence, excès 
de liberté, permission. 

LALIME. — De Lime, commune des Basses-Pyrénées, arr. de 
Pau. Lime, remords, pénitence, querelle. 

LALLEMANT. — De l'Allemagne, baronnie de Provence, 
érigée en 1699 pour d'Oraison. Alemant, pas, marche, 
cours, voyage. 

LALLIER. — De Lalley, commune de l'Isère, arr. de Gre- 
noble. Alier, alisier. 

LALLOUETTE. — D'Alluets, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Versailles. 

LALOIRE. — De Loire, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Lyon. Loire, cuve de pressoir. Aloière, bourse, gibecière. 

LALONDE. — Com. de la Seine-Inférieure, arr. de Rouen. 
Londe, forêt, Alonde, espèce de poisson et de coquillage. 

LALONGE. — De Lalonge, seigneurie de Champagne. Longé, 
émail des longes de l'oiseau de proie, en terme de blason. 

LALUDE. — Seigneuries de Normandie, de l'Anjou et de la 
Sologne. Lude, toile fabriquée à Lude. 

LALUE. — Lue, com. du dép. des Landes, canton de Sabres. 
Lue, louve. 

LALUMIERE. — Lumières, lieu du dép. de Vaucluse, arr. 
d'Apt. Lumière, lampe, ouverture d'une écluse, embou- 
chure d'un instrument, œillères. 

LA MADELAINE. — Lamagdelaine, commune du dép .du 
Lot, ar. de Cahors. Madelaine, sorte de monnaie. 



[ 362 ] 

LÂMÂIRE. — Commiine du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 

Partheuay. Maire, marque. 
LAMALETÎE. — La Maléissie, marquisat de Normandie. 

Malade, dépravation du goût. 
LÂMALICE. — D'Amanlis, commune d'Ille-et- Vilaine, arr, 

de Rennes. Malice, faute, vice, fraude, ruse, malignité. 

Malis, pommier. 
LAMALGUE. — D'Amage, commune de la Haute-Saône, 

arr. de de Lure. Mague, estomac, gésier d'un oiseau. 
LAMALOTIERE. — De Lamalaclière, commune de la Haute- 
Saône, arr. de Vesoul. Malot, pourceau, insecte. 
LAMANQUE. — De Manqueville, seigneurie de Normandie. 

Manque, absence, manchot. 
LAMANT. — De Mant, commune du dép. des Landes, arr. de 

St-Sever. Lamant, pilote. 
LAMARBRE. — De Marbaix, commune du dép .du Nord, 

arr. d'Avesnes. Marbre, martyr. 
LAMARBRELLE. — De l'Arbresle, commune du dép. du 

Rhône, arr. de Lyon. Marbrelle, axe de la roue qui fait 

mouvoir une cloche. 
LAMARCHE. — Commune du dép. des Vosges, arr. de Neuf- 
château. Marche, trace, brisée, pédale dans un métier de 

tisserand. 
LAMARC, LAMARQUE. — Commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Tarbes. Marc, place, marais, poids de huit onces, 

somme. Marque, poinçon d'orfèvre, droit. 
LAMARE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1655 pour 

d'Amf reville. Mare, mare, animal fabuleux. 
LAMARRE. — Commune du Jura, arr. de Lons-le-Saunier et 

seigneurie de Normandie. Marre, outil de vigneron, 

houe, bélier, pelle recourbée. 
LAMARINE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1770 pour 

De Rivière. Marine, côte, rivage de la mer, marraine, 

marée, la mer, batellerie. 
LAMARTINIERE. — Seigneuries de Bretagne, de la Sologne, 

et de la Touraine. De martinerie, usine. 
LAMARZELLE. — De La Marzellière, seigneurie de Nor- 



[ 363 ] 

mandie, érigée en marquisat en 1619 pour Giffart. Mar- 
zelle, margelle. 

LÂMÂX. — De Max commune du dép. de la Meurthe, can- 
ton de Nancy. Max, de maxilla, mâchoire. 

LAMAUDAIS. — De Mandez, commune des Côtes-du-Nord, 
canton de Plélan. Maudehait, imprécation, maudit. 

LAMBERGE. — De Looberge, commune du dép. du Nord, 
arr. de Dunkerque. 

LAMBERT. — Commune du dép. des Basses-Alpes, arr. de 
Digne. Lambert, nom composé de land, patrie, et de 
bert, illustre. 

LAMBERTON. — De Lambervile, communes des dép. de la 
Manche et de la Seine-Inférieure. Lamberton, dim. de 
Lambert. 

LAMBEYE, LYMBÉ. — Lembeye, commune des Basses-Py- 
rénées, arr. de Pau. De Ïambe, pierre. 

LAMBLY. — D 'Ambly, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Verdun. D'amblais, hart d'attelage. 

LAMEDIQUE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour de Cormier. Médique, médecin, sainfoin. 

LAMELANCOLIE. — De Melchonnec, seigneurie de Breta- 
gne, érigée en 1668 pour Merien. Mélancolie, bile noire, 
folie, triste, tristesse, rêverie. 

LAMER, LAMERE. — De Lamerville, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. de Dieppe. Mer, mer, vent de mer, 
marque. Mère, vendange pressurée, réservoir. 

LAMERIQUE. — De Laméries, commune du dép. du Nord, 
canton de Maubeuge. Amérique, l'une des parties du 
monde. 

LAMESLEE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 
De la IMonne. Meslée, mélange, foule, méteil, lainage de 
diverses couleurs. 

LAMI, LAMIE. — Lamis, dans l'Armagnac, diocèse d'Auch. 
Mi, cas, sujet, milieu, à moitié. Mie, miette, ami, parent, 
amant. 

LAMICHE. — De JMicheville, commune du dép. de Meurthe- 
et-Moselle. Miche, petit pain, petit gâteau, miette. 



[ 364 ] 

LAMINEE. — Seigneurie de l'Anjou, érigée pour Du Broc. 
Minée, mesure de capacité. Laminée, lame de métal pas- 
sée au laminoir. 

LAMIRÂNDE. — Seigneurie du Poitou érigée en 1500 pour 
Desmier. Lamirande, chose étonnante. 

LAMONDE. — Monde, seigneurie du Bombes, érigée en 
comté en faveur de Montbrian. Monde, univers, vie 
mondaine, abondance, pur, sans souillure. 

LAMONDE. — De Mondeville, commune du dép. de Seine- 

et-Oise, arr. d'Etampes. Lamondé, le purifié, le nettoyé. 

LAMONT. — Communes des dép. de Saône-et-Loire, des 
Hautes et des Basses-Pyrénées. Mont, monde, monceau, 

tas, billot, valeur. 

LAMONTAGNE. — Signeurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour De Hay. Montagne, morceau à partager entre co- 
héritiers et associés, la masse dans le partage d'un 
cheptel. 

LAMOTHE, LA MOTHE. — Lamothe, seigneurie en Artois, 
érigée eu 1466 pour d 'Applaincourt, et La Mothe, sei- 
gneuries du Bigorre, de la Bourgogne, de la Guyenne, du 
Languedoc, du Périgord. 

LAMOTTE, LA MOTTE. — Lamotte, seigneuries de Bre- 
tagne et du Languedoc. La Motte, seigneuries en Nor- 
mandie, en Bretagne, dans la Franche-Comté, dans le 
Bourbonnais, eu Touraine, etc. Motte, monticule, butte 
artificielle, atterrissement, alluvion, fossé profond en- 
tourant une habitation, éminence faite de main d'homme 
ou par la nature. 

LAMOUCHE. — Commune du dép. de la Manche, arr. 
d'Avranches. Mouche, barbiche, tas de poignées de lin, 
tas de fagots. 

LAMOUREUX. — De Moureux, commune du dép. des Basses- 
Pyrénées, canton de Lagor. Amoureux, qui aime, hu- 
main, bon, sensible. Moureux, pitoyable, lamentalile. 

LAMPERIER. — D'Empuré, commune de la Charente, arr. 
de Ruffec. Empérier, chef, souverain. 

LAMPON. — D'Amponvile, commune de Seine-et-Marne, 



[ 365 ] 

arr. de Fontainebleau. Lampon, sorte de crochet de mé- 
tal précieux dont on se servait jadis pour retrousser le 
chapeau. 

LAMURE. — Petite ville du dép. de l'Isère, arr. de Grenoble 
et commune du dép. du Rhône, arr. de Villefranche. 
Mure, mulet. 

LAMURY. — De Lamoura, commune du Jura, arr. de Saint- 
Claude. Mûrie, muraille, chair d'animal mort de ma- 
ladie. 

LAMUSETTE. — De Mussey, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Bar-le-Duc. Musette, musaraigne, air de musette. 

LAMUSIQUE. — De Mussig, commune du dép. du Bas-Rhin, 
arr. de Sélestat. Musique, mosaïque. 

LAMY. — V. Lami. My, mien, milieu. Lamie, chien de mer, 
monstre fabuleux qui dévorait les enfants, le même, dit- 
on, qui avala Jonas. 

LAN AU. — De Lanas, commune du dép. de l'Ardèche, arr. 
de Privas. Lan, église, temple, et naut, gouttière d'un 
toit. 

LANCE. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. de Ven- 
dôme. Lance, mesure de terre, attaque, procédé. 

LANCELEUR. — De Lanceule, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1668 pour De Cou.esnon. Lanceleur, vient du 
grec logchè, lance, pointe. 

LANCHEYE. — D'Anché, commune du dép. de la Vienne, 
arr. de Civray. Ancheye, d'ancheau, cuve de pressoir. 

LANCOGNET, LANCOGNIER. — D'Ancenis, ville de la 
Loire-Inférieure. Ancon, pli du coude. Encognier, placer 
dans un coin, placer sur la corde de l'arc. 

LANCTOT. — De Lanquetot, commune du dép de la Seine- 
Inférieure, arr. du Havre. De lanqueter, bavarder, mé- 
dire. 

LANDAIS. — Petite ville du Berry. Landais, habitant des 
Landes. 

LANDAU. — Landaul, dans leMorbihan, arr. de Lorient, et 
Landau, dans la Basse-Alsace, diocèse de Spire. Lan- 
deau, dim. de lande. 



[ 366 ] 

LANDIER. — De la Landière, seigneurie de Bretagne. Lan- 
dier, espèce de chenet de cuisine, coffre, ajonc qui pousse 
dans les Landes, gros menton. 

LANDIRAND. — D 'Andiran, commune du dép .de Lot-et- 
Garonne, arr. de Nérac. Andirand, vient de l'anglais 
andiron, patte de fer, chenet. 

LANDONAIS. — D 'Andornay, commune de la Haute-Saône, 
arr. de Lure. Landonais, de landon, petite lande, pâtu- 
rage, bois pour entraver les vaches, muselière. 

LANDONNEAU. — De Landerneau, commune du Finistère, 
arr. de Brest. Landonneau, rivière de Bretagne, qui se 
jette dans la baie de Brest. 

LANDREAU. — Commune de la Loire-Inférieure, arr. de 
Nantes. Vient de landreux, infirme, valétudinaire. 

LANDREVILLE. — Commune du dép. de l'Aube, arr. de 
Bar-sur-Aube. 

LANDRIERE. — De Landière, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1600 pour Blanchard. Landrière, fossé servant 
de retranchement. 

LANDRIEUX. — D 'Andrézieux, commune du dép. de la 
Loire, arr. de Montbrison. Landreux, paresseux, lan- 
guissant. 

LANDROCHE. — De Landroff, commune du dép. de la Mo- 
selle, canton de Grostenquin. 

LANDRON. — De Landeronde, commune du dép. de la Ven- 
dée, arr. des Sables-d'Olonne, et Landeron, dans la prin- 
cipauté de Neufchâtel, près du lac de Bienne. 

LANDRY. — Commune du dép. de la Savoie, seigneurie de 
Bretagne, et baronnie dans le Barrois, érigée en 1663 
pour Duhautoy. Landry, nom propre d'homme, est formé 
de landeric, mot teutonique qui vient de land, terre, 
patrie, et de rie, ou rich, qui veut dire puissant, vaillant, 
riche. Il y avait sous Clotaire le jeune un maire du 
palais nommé Landeric. 

LANDSEYGNER. — D'Enseigné, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, ar. de Melle. Enseigner, s'instruire, faire signe, 
marquer. 



[ 367 ] 

LÂNE. — Seigneurie du Bigorre, érigée en 1408 pour De 
Bériac. Lane, mouton . 

LANEAU. — Laneaux, en Bourgogne, près d'Autun. La- 
neau, la chaîne, l'union conjugale, les lunettes. 

LANEUVILLE. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1550 
pour de Broussel. Laneus, ouvrier qui travaille la laine. 

LANG. — De Lanques, commune de la Haute-Marne, arr. de 
Chaumont. Lang, long, étang. 

LANGARD. — Langart, en Bretagne, près de Saint-Brieuc. 
Langard, babillard. 

LANGE. — Seigneurie de Bugey, érigée en 1530 et devenue 
baronnie en 1570. Lange, pièce d'étoffe dont on se 
couvre, tout ce qui sert à envelopper un enfant au mail- 
lot, sorte d'oiseau de mer, langueur. 

LANGEL. — D'Angel, communes des dép. de la Corrèze, du 
Tarn et ïïe la Dordogne. Langel, petit drap. 

LANGELIER. — D'Angély, commune du dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, arr. de La Rochelle. Langelier, l'angé- 
lique. 

LANGERON. — Commune du dép. de la Nièvre, canton de 
St-Pierre-le-Moutier. Langeron, lange. 

LANGEVIN. — De Léguevin, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Toulouse. V. Angelvin. 

LANGIS. — Commune du dép. de l'Orne, canton et arr. de 
Mortagne. Langis, fils de eanet ou faisceaux de fils non 
tortillés. 

LANGLADE. — Commune du dép. du Gard, arr. de Nîmes. 

LANGLAIS. — Langlet, commune du dép. des Basses-Pyré- 
nées, canton de Bayonne. Langlais, l'Anglais, habitant 
de l'Angleterre. Anglet, petit angle, petit coin. 

LANGLICHE. — D'Aniche, commune du dép. du Nord, arr. 
De Douai. Angliche, ou english, anglais. 

LANGLOIS. — De Langouet, commune du dép. d'Dle-et- 
Vilaine, arr. de Rennes. Langlois, le créancier. 

LANGLUME. — D'Angoumé, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Dax. Englumer, fixer sur une enclume. 

LANGOUMOIS. — De l'Angoumois, pays de France dont la 
capitale était Angoulème. 



[ 368 ] 

LANGRAVE. — V. Hengrave. Landgrave, seigneur alle- 
mand. Engraver, graver. Dérive de landt, terre, pays et 
de grau, vieillard gris. 

LANGRENE. — D'Anguerny, commune du dép. du Calva- 
dos, ar. de Caen. Engrener, serrer dans un grenier ou 
une grange, mettre le blé dans le moulin. 

LANGUEDOC. — De Languédias, commune des Côtes-du- 
Nord, ar. de Dinan. Languedoc, province de France, 
composée de huit départements. Dérive de landt, terre, 
et de got, Goth, c'est-à-dire terre des Goths. Ce nom 
vient d 'oc, mot dont on se servait dans le midi pour dire 
oui. 

LANGY. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de La Palisse. 
V. Langis. 

LANIEL. — V. Lagnel. De lanier, lent, paresseux. 

LANOIS. — Lannoy, commune du dép. du Nord, arr. de Lille. 
Anoi, chose nuisible, blessure, douleur, injure, injustice, 
passion, vice, trouble. 

LANNOLIER. — De Lannouaille, commune du dép. de la 
Dordogne, arr. de Nontron. 

LANOS. — De Lannes, commune de la Haute-Marne, arr. de 
Langres, ou de Lano, commune du dép. de la Corse, arr. 
de Corte. Lanos, prairie irriguée, gouttière entre un toit 
et un mur ou entre deux toits. 

LANOU, LANGUE, LANOUX. — Seigneuries du Berry, de 
Normandie et de La Touraine. Lanoue, le nœud. 

LANGUETTE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour De l'Isle. Lanouette, le sachet, le petit nœud, le 
linge noué. 

LANOUILLE. — Lanouée, commune du Morbihan, arr. de 
Ploërmel. Nouée, racine des plumes, chez les oiseaux. 

LANQUETEAU. — V. Lanctot. 

LANSAC. — Commune du dép .de la Gironde, arr. de Blaye, 
et ville située sur le bord du Rhône, entre Tarascon et 
Arles. Lansac, poire appelée dauphiné. 

LANT. — ^De Lans, communes des dép. de l'Isère et de Saône- 
et-Loire. Lent, languissant, sans force. 



[ 369 ] 

LANTÂGNE. — D'Antaing, commune du dép. du Nord, arr. 
de Lille. 

LANTHIER, LANTIER. — D 'Anthy, commune de la Haute- 
Saône, arr. de Thonon, et Lanty, commune du dép. de la 
Nièvre, arr. de Cliâteau-Cliinon. Lantier, de landier, 
grand chenet de fer. V. Landier. 

LANTEUR. — De Lanteuil, commune du dép. de la Corrèze, 
arr. de Brive. Enteur, celui qui ente, qui émonde les 
arbres. 

LAON. — Ville de Picardie, dép. de l'Aisne. Laon, signifie 
planche. 

LAPALME. — Commune du dép. de l'Aude, canton de Si- 
gean, arr. de Narbonne. Palme, main, jeu de paume. 

LAPARRE. — De Laport, ville de Gascogne. Parre, bâti- 
ment de charge, qui ne perd pas les côtes de vue. 

LAPENSÉE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1669 pour 
De Morant. Pensée, souci, espérance, désir, amour. 

LAPÉRADE. — De Laparade, commune du dép. de Lot-et- 
Garonne, arr. de Marmande. Perade, vient de perrat, 
lieu où il y a des pierres. 

LAPERCHE. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne, arr. 
de Marmande. Perche, perchoir, mesure agraire, bois 
d'un cerf, conseil de prudhommes. 

LAPERELLE. — Commune dans le Bas-Languedoc, diocèse 
de Mirepoix. Perrelle, terre sèche en petites écailles 
grises apportées à Paris de l'Auvergne; elle entre dans 
la composition du tournesol en pâte, appelée orseille. 
Perrel, jeu de palet, pierrier, chemin pavé. 

LAPÉRIERE. — Commune du dép. de la Côte-d'Or, arr. de 
Beaune. Périère, machine de guerre. 

LAPERLE. — De Perles, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Soissons. Perle, globule blanc qui se forme dans les. 
coquilles, pêne. 

LAPERON, LAPRON. — De Peron, commune du dép. de 
l'Ain, canton de Collonge. Peron, père et mère des oi- 
seaux. 

LAPEROTIERE. — De la Peyratte, commune du dép. des 

24 



[ 370 ] 

Deux-Sèvres, arr. de Parthenay. De perrat, lieu rempli 
de pierres. 

LAPEROUSE. — Commune du dép. de la Haute-Garonne, 
arr. de Toulouse. De l'anglais, peruse, lire, examiner, 

LAPERRIERE. — Seigneuries de Bretagne et de Bourgogne, 
commune de la Côte-d'Or, arr. de Beaume. Perrière, car- 
rière, filet lesté de cailloux, engin lançant des pierres. 

LAPERVENCHE.— Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668. 
Pervenche, fleur qui croît dans les terrains humides. 

LAPICARDIE. — De la Piehardaye, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1669 pour Bernard. Picardie, ancienne pro- 
vince de France. Vient de picq, sorte d'arme, ou de 
piq, querelle. 

LAPIERRE. — Seigneuries de Bretagne, de Champagne, du 
Forez et de Normandie. Pierre, nom d'homme, se disait 
autrefois pour père. Pierre, caillou, prison souterraine, 
masse, pierres magiques, pierres précieuses, grêle, borne, 
maladie. 

LAPINTARDE. — De Pintac, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. Pintade, poule des Indes, ainsi appelée 
à cause de la justesse des taches qui semblent être 
peintes sur son plumage. 

LAPINTERIE. — Seigneurie de Normandie érigée pour De 
Fauguernon. Pinterie, poterie d'étain, métier d'étameur. 

LAPINTERRE. — De Panthières, en Bourgogne, diocèse 
d'Autun. Pinter, chopiner, boire avec excès. 

LAPISTOLE. — De Lafitole, commune des Hautes-Pyrénées, 
ar. de Tarbes. Pistole, monnaie d'or battue en Espagne, 
pistolet, arquebuse à rouet, petit poignard, prison. 

LAPLAINE. — Commune de la Bretagne, diocèse de Nantes, 
et seigneurie de la Franche-Comté, érigée en 1745 pour 
de Franchet. Plaine, pays plat, outil d'acier à deux poi- 
gnées qui sert aux tonneliers et aux charrons. 

LAPLANCHE. — Seigneuries de Bretagne et du Poitou. 
Planche, paserelle sur un ruisseau, mesure de terre, ba- 
lance, piège, individu faux, pont fait de planches. 

LAPLANTE. — De Planques, commune du Pas-de-Calais, 



[ 371 ] 

arr. de Montreuil-sur-Mer. Plante, plante, endroit planté, 
pépinière, plante des pieds, plant de vignes, 

LÂPLUME. — Ville du dép. de Lot-et-Garonne, arr. d'Agen. 
Plume, plume d'oiseau, plume pour écrire, pointe, dard. 

I APOINTE. — Lieu du dép. du Tarn, arr. de Lavaur, à 5 
lieux de Gaillac. Pointe, attaque, petite chandelle de 
cire, bec de souliers, bout, extrémité, lances, charge de 
cavalerie. 

LAPOLIOE. — La Palisse, ville du dép. de l'Allier, dans le 
Bourbonnais. Palisse, palissade. 

LAPOMERAYE. — La Pomerède, commune du dép. de 
l'Aude, ar. de Cahors. Pommeraye, lieu planté de pom- 
miers. 

LAPORTE. — Seigneuries de Normandie et de Flandre. 
Porte, panneau dans le flanc d'une nef, aumônerie d'un 
couvent, anelet, droit pécuniaire, remplaçant le guet, 
transport, sorte d'oublié, barrage sur certains cours 
d'eau. 

LAPRADE. — Communes de la Charente et de l'Aude. Prade, 
prairie. 

LAPRÉE. — Seigneuries du Gâtinais et de Picardie. Prée, 
prairie. 

LAPRISE. — De Prises, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Vervins. Prise, estimation, imposition, droit d'arresta- 
tion, captivité, reprise, couture, piège, prise de corps. 

LAQUAIR, LAQUERRE. — De Quers, commune de la Haute- 
Saône, arr. de Lure. Quair, vieille conjonction pour car. 
Querre, quérir, chercher, carrière, coin d'un carré. 

LAQU ALITÉ. — De Locqueltas, commune du Morbihan, arr. 
de Vannes. Qualité, propriété, quantité, dignité, mérite. 

LAQUEL. — La Queille, seigneurie érigée en 1500. Quel, de 
quelle espèce, queule, souche de bois. 

LARABEL. — De Larbey, commune du dép. des Landes, arr. 
de Saint-Sever. Larabel, pour l'Arabe. 

LARAGNI. — De Largny, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Soissons. Aragni, araignée. 

LARAMÉE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 



[ 372 ] 

de Rousseau. Ramée, assemblage de branches, bois, 
branches plantées comme pour un mai, pêcherie. 

LARASTIE. — D'Arthies, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Mantes. Ratis, fougère, rastie, grillé. 

LARÂUT. — D 'Araux, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthez. V. Lareau. 

LARCHE. — Communes des Basses-Alpes et de la Corrèze, 
Arche, arc de triomphe, arcade, coffre, trésor, cellier, 
cuve, bâtiment de mer ou de rivière, huche, tombeau. 

LARCHER. — De Larçay, commune d 'Indre-et-Loire, arr. 
de Tours. Archer, qui tire de l'arc. 

LARCHET. — D'Archettes, commune du dép. des Vosges, 
ar. d'Epinal. Archet, coffret, trésor, coffre d'un moulin, 
arche de pont. 

LARCHEVEQUE. — De Larceveau, commune des Basses-Py- 
rénées, arr. de JMauléon. Archevêque, premier évêqvie 
d'une province ecclésiastique. 

LARDET. — Lardais, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1650. Lardé, morceau de viande piqué de lard, longé. 

LARDOISE. — D'Ardoix, commune du dép. de l'Ardèche, 
canton de Satilieu. Ardoise, pierre bleue et fossile. 

LARDON. — D'Ardon, commune des dép. du Jura et du 
Loiret. Lardon, petit morceau de lard, brocard, raillerie. 

LAREAU, LARREAU. — Larreau, commune du dép. des 
Basses-Pyrénées, ar, de Mauléon. Lareau, le trou, instru- 
ment de labourage, espèce de charrue sans roues. 

LAREGLE. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, canton 
d'Amboise. Règle, ordre, arrangement. 

LAREINE, LARIENE. — Communes des dép. de la Loire-In- 
férieure et de la Haute-Saône. Aren, araignée, cordage. 

LARELLE. — De Lareulle, dans le Bas-Armagnac, diocèse 
de Lectoure. Arèle, charrue. 

LARENTE. — De Laran, commune du dép. des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnères. Rente, rente foncière. 

LAREOLE. — Commune de la Haute-Garonne, arr. de Tou- 
louse. Aréole, auréole. Dérive d'areor, laboureur. 

LARGEAU. — De Largeasse, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, arr. de Parthenay. Largeau, large, libéral. 



[ .378 ] 

LARGENTERIE. — D'Argenty, dans le dép. de l'Allier, 
commune de Teillet. Argenterie, garde-meuble, recette, 
barque, vaisselle d'argent. 

LARICHARDIE. — De la Rigauderie, seigneurie de l'Anjou, 
érigée en 1424 pour De Boissard. 

LARICHARDIERE. — De la Rigaudière, seigneurie de Bre- 
tagne, érigée en 1668. 

LARIE. — Seigneuries de Normandie et de la Marche. Larris, 
terre en friche, lande, bruyère, 

LARIEUX. — Seigneuries de Bretagne et de Picardie. Rieus, 
ruisseau, source. 

LARIGUEUR. — De Riguier, bourg de la Touraine, près de 
Chinon. Rigueur, sévérité, force, cruauté, révolte, sédi- 
tion. De riguer, arroser, inonder. 

LARIOUX. — D 'Auroux, commune du dép. de la Lozèr^, 
arr. de Mende. De riloux, pluvieux. 

LARIVEE, LARRIVÉE. — De Larvet, seigneurie de Breta- 
gne, érigée en 1560. Larivée, l'atterrissage. 

LARIVIERE. — Commune dans le Territoire de Belfort, arr. 
de Belfort. 

LA RIVIERE. — Communes des dép. du Doubs, de la Gi- 
ronde, de la Haute-Marne, d'Indre-et-Loire. Rivière, ri- 
vage, côte, cours d'eau, chasse aux oiseaux de rivière. 

LARME. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
Barbet. Armes, armoiries, cotte d'armes, prouesses, com- 
bat, retrait, courroie. 

LARMELŒIL. — D'Armel, commune du dép. d'Ille-et^Vi- 
laine, arr. de Rennes. 

LAROCHE. — Lieu du dép. de l'Yonne dans la commune de 
Migennes. Roche, rocher, montagne, château, forteresse, 
cave. 

LA ROCHE. — Communes de la Haute-Savoie et de l'Isère. 

LAROCKELLE. — Ville de la Charente-Inférieure, et com- 
munes des dép. de la Manche et de la Haute-Saône. Ro- 
chelle, éclat de roche, engin de pêche. 

LAROLANDIERE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 
1700. Rollan, barreau rond d'échelle, de chaise. 



[ 374 ] 

LÀRONDE. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Bressuire. Ronde, visite de nuit, environs. 

LARONDIERE. — De Rongères, commune du dép. de l'Al- 
lier, arr. de La Palisse. 

LAROCQUE. — Communes des dép. de la Gironde et de 
l'Hérault. Roque, long gilet de fourrures, motte de terre, 
barbeau, imposition. 

LA ROQUE. — Lieu du dép. de l'Eure, dans la commune de 
La Roquette. 

LAROQUEBRUNE. — Communes des dép. du Gers, de la 
Gironde, et du Var. Roquebrune, mot composé de roque, 
motte de terre, et de brune, de couleur sombre, obscure. 

LAROSE. — D'Aroz, commune du dép. de la Haute-Saône, 
arr. de Vesoul. Rose, fleurs, et rause, glaïeul, iris. 

LAROSEE. — D'Arrozès, commune du dép. des Basses-Py- 
rénées. Rosée, brouillard. 

LAROUCHE. — De Larroucau, commune du dép .du Gers, 
dans le Condomois. Rouche, roseau, iris des marais, car- 
casse d'un navire, lorsqu'il n'a ni mâts ni agrès. 

LAROYALE. — De Royal, village de Bretagne, à 2 lieues de 
Rennes. Royal, ce qui appartient ovi convient aux rois, 
ce qui est réel. 

LARPENTY. — D 'Arpentigny. V. ce nom. 

LART. — Larre, seigneurie dans le Maine. Art, culture de 
l'esprit, babileté, adresse, finesse, subtilité, artifice, pro- 
duit de la culture des talents. 

LARTICLE. — D'Artix, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Ramiers. Article, tout objet de commerce. 

LARTIGUE. — Communes des dép. du Gers et de la Gironde. 
D'artil, engin de guerre. 

LARUE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1470 pour 
Colin le Maignen. Rue, sorte de plante, trouée, chemin 
bordé de maisons. 

LARUINE. — Commune du dép. du Cantal, arr. de Saint- 
Flour. Ruine, nullité, accident, infortune, chute de che- 
A'al, dégât, mur, maison croulante. 

LARY. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1770 pour Le 
Forestier. Rie, terre en friche, et rit, gué. 



[ 375 ] 

LA SABLONNIERE. — Seigneuries de Bretagne, de l'Or- 
léanais et du Dauphiné. Sablonnière, rivage sablonneux, 
lieu abondant en sablons. 

LASAGNE. — Lassagnes, seigneurie du Vivarais, érigée en 
1650 pour De Chalaneilles. Saigne, sève, racine, fond 
gras et humide, marais chargé de joncs. 

LASALINE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 pour 
De la Chapelle. Saline, charge de sel, salaisons, lieu où 
l'on fabrique le sel. 

LASALLE. — Lassale, commune du dép. du Gard, arr. de 
Le Vigan. Salle, cours, tribunal, palais, hôtel, chambre 
principale d'un palais, bâtiment, salle à manger, cour 
pour les tournois. 

LASANTE. — De Santeau, commune du Loiret, arr. de Pi- 
thiviers. Santé, intégrité, aplomb, toupet. 

LASAULAYE. — La Saulais, seigneurie de Bretagne, érigée 
eu 1600 pour De Gouyon. Saulais, lieu planté de saules. 

LASAUSSAYE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1666 
pour Bouchard. Saussaye, lieu planté de saules. 

LASAVANE. — De Savennes, communes des dép. de la 
Creuse et du Puy-de-Dôme. Savene, espèce de nappe. 

LASEIGNEURIE.— De Seigneur, dans le Rouergue. Sei- 
gneurie, droit souverain, puissance seigneuriale, puis- 
sance maritale, propriété, supériorité, acte d'autorité, 
tyrannie, honneur, collectif de seigneur. 

LASELLE. — Commune de Saône-et-Loire, arr. d 'Autun. 
Selle, siège, banc, cellule, ermitage, case d'un arbre 
généalogique. 

LASERRE. — Commune du dép. de l'Aveyron, arr. de St- 
Afifrique. Serre, scie, serrure, prison, réserve, emballage, 
partie du harnais. 

LASERTE. — De Sertes, dans le Dauphiné, diocèse de Gap. 
Serte, enchâssement des pierres, des diamants, temps de 
service d'un valet, bateau plat, propre à transporter les 
chevaux. 

LASEVE. — Commune du dép. de la Gironde. Sève, liquide 
nourricier des végétaux. 



[ 376 ] 

liASNE. — Lannes, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. Lasne, lanière. 

LASNIER. — D 'Anhiers, commune du dép. du Nord, arr. 
de Douai. Lanier, paresseux, lâche, faucon peu coura- 
geux. 

LÂSOLÂYE. — La Solais, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1600 pour de Martel. Vient de sole, poutre, cellier. 

LASONDE. — De Lasson, seigneurie érigée en 1650 pour 
Villegagnon. Sonde, ligne pesante pour reconnaître le 
fond et la profondeur de l'eau. 

LASOUDURE. — De Lassur, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de Foix. Soudure, cicatrice. 

LASOURCE. — De Sours, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Chartres. Source, endroit par où l'eau s'échappe. 

LASPRON. — V. Laperon. Aspron, petit poisson qui res- 
semble au goujon, à écailles très rudes. 

LASSER. — Lassay, commune du dép. de la Mayenne. De 
lasseure, fatigue. 

LASUE. — Lassus, seigneurie des Basses-Pyrénées, érigée en 
1500 pour de Beaufort. Sue, sureau. 

LAT. — Lattes, commune du dép. de l'Hérault, arr. de Mont- 
pellier. Lat, latte. 

LATACHE. — Commune du dép. de la Charente, arr. de 
Ruffec. Tache, qualité, ballot ; attache, corde pour atta- 
cher un animal. 

LATAILLE. — Commune de l'Anjou, diocèse d'Angers. 
Taille, sculpture, mesure, hauteur des animaux, impo- 
sition. 

LATARTRE. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Louhans. Tartre, gravelle des animaux, tarte, Tartarie, 
sel qui s'élève des vins fumeux et qui forme une croiite 
grisâtre, laquelle s'attache au dedans des tonneaux. 

LATAUPINE. — De Tupin, commune du dép. du Rhône, arr. 
de Lyon. Taupine, taupe. 

LATAUPINIERE.— De Tupinier, lieu dans le dép. du Rhône. 
Taupinière, caverne de voleurs, petite butte qu'une 
taupe a élevée en fouillant. 



[ 377 ]• 

LATENDRESSE. — De La Tendrais, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1600 pour de Nos. Tendresse, mollesse. 

LATERREUR. — De la Terre, commune du dép. du Tarn, arr. 
d'Albi. Terreur, terrassier. 

LATERRIERE. — Commune du dép. de la Manche, arr. de 
Mortain. Terrière, rempart de terre, lieu d'où l'on tire 
de la terre. 

LATERRINE. — De Thérines, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Beauvais. Terrine, pot de terre, décombre. 

LATHUILIERE. — Seigneurie du Bugey, érigée en 1661 pour 
Rubat. Tuilière, lieu où l'on fabrique de la tuile. 

LATOISE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1530 pour 
De Boisgelin. Toise, mesure, longueur d'une toise. 

LATONNE. — De Tonne, dans le Luxembourg, parlement de 
Metz. Tonne, tonnelle. 

LATOUCHE. — Commune du dép. de la Drôme, arr. de Mon- 
télimar. Latouche, le petit bois, le bosquet. Touche, titre 
des métaux précieux, mèche de fouet, expérience, ca- 
resse, rencontre de deux adversaires, tournure. 

LATOUR, LA TOUR. — Commune de la Haute-Garonne, arr. 
de Muret. Tour, machine pour façonner le bois, l'ivoire, 
bourrelet d 'osier sur lequel on sert les plats, voyage, em- 
buscade, cercle, ressource, action qui exige de l'adresse, 
moyen, manière. 

LATOURELLE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1493 
pour De Preteval. Tourelle, petite tour. 

LATOURMENTE. — De Tourmont ,commune du dép. du 
Jura, arr. de Poligny. Tourmente, torture. 

LATOURNELLE. — - Seigneuries de Bourgogne et de Pro- 
vence. Tournelle, tourelle, chambre criminelle, parties 
tournantes d'un moulin. 

LATREILLE. — Seigneurie du Languedoc, érigée en 1547 
pour De Grave. Treille, irrégularité de terrain, de 
champ, de prairie. 

LATREMOTJILLE. — Ville du Poitou, dép. de la Vienne, sur 
la Bernaise. Vient de tremor, crainte. 

LATULIPPE. — D'Attilly, lieu du dép. de l'Aisne, dans la 



[ 378 ] 

commune de Marteville. Tulipe, liliacée bulbeuse, à 
fleurs ornementales. 

LÂUBERGE. — De Laubert, commune de la Lozère, arr. de 
Mende. Auberge, alberge, sorte de droit, auge de^maçon, 

LÂUDEMAN. — D 'Haudiomont, commune du dép. de la 
Meuse, arr. de Verdun. Laudement, louange. 

LAUDENOZ. — D'Adenas, commune du dép .du Rhône, arr. 
de Villefranche. Vient de laude, louange, éloge, impôt 
sur les marchandises. 

LAUDIERE. — D'Audière, commune du Finistère, arr. de 
Quimper. Laudière, vient de laude, impôt sur les mar- 
chandises. 

LAULIERE. — D'Ollières, commune du dép. de l'Ardèche, 
arr. de Privas. Vient d'olier, qui produit de l'huile. 

LAUMONIER. — De l'Aumônerie, lieu du dép. des Deux- 
Sèvres, dans la commune de Beaulieu. Aumônier, léga- 
taire, héritier, administrateur des hôpitaux. 

LAUNAY. — Châtellenie en Anjou, et seigneuries de Beauce, 
de Bretagne et de Normandie. Aunaie, lieu planté 
d'aunes, et aunée, combat, réunion, monceau. 

LAUNEL. — D'Auneuil commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Beauvais. Aunel, petit aune, assemblée. 

LAtJNIER. — De Launey, commune du Calvados, arr. de 
Pont-1'Evêque. D'auner, mesure à l'aune. 

LAUNIERE. — D'Asnières, commune de la Charente, arr. 
d'Angoulème. Aunière, mesurage à l'aune. 

LAUNOIS. — Bourg du dép. des Ardennes, arr. de Mézières. 
Aunois, lieu planté d'aunes. 

LAUR. — Commune du dép. du Gers, arr. de Condom. Laure, 
vent. 

LAURAN. — Commune du Bas-Languedoc, près de Nar- 
bonne. Aurein, qui est d'or. 

LAURE. — Commune du dép .de l'Aude, arr. de Carcas- 
sonne. Laure, laurier, réunion de cellules de solitaires 
réunis pour vivre dans la retraite. Aure, vent, souffle, 
bruit, réputation. 

LAUREL. — D'Orelle, commune de la Savoie, arr. de St-Jean- 



[ 379 ] 

de-Maurienne. D'aure, mesure en Normandie. Laurelle, 
laurier-rose. 

LAURENCE. — ^D'Aurence, commune du dép. du Gers, arr. 
de Mirande. Laurence, nom de femme. 

LAURENDEAU. — De Laurède, com. du dép. des Landes, 
arr. de Dax. 

LAURENS. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Bé- 
ziers. 

LAURENT. — D'Aurent, commune du dép .des Basses-Alpes, 
arr. de Castellane. Laurent, nom d'homme. 

LAURIAULT. - — De Laurie, commune du dép. du Cantal, 
canton de Massiac. Loriot, oiseau ainsi appelé parce 
qu'il semble crier compère-loriot. 

LAURIER. — De Laurière, commune de la Haute-Vienne, 
arr. de Limoges, et seigneurie érigée en 1505 pour de 
Pompadour. Laurier, arbre toujours vert. 

LAURIN. — D'Aurin, commune du dép. de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Villefranche. Laurin, serpolet. 

LAUROT. — D'Auros, commune du dép. de la Gironde, can- 
ton de Bazas. 

LAUZE, LAUZET. — Du Lauzet, commune des Basses-Alpes, 
arr. de Barcelonnette. Lauzet, dim. de lauze, lods, droit, 
redevance, pierre plate, ardoise. 

LAUZIER. — De Lauzières, seigneurie du Languedoc, érigée 
en 1580 pour de Montfort. Lauzière, poutre sur laquelle 
se placent les lauzes. 

LAUZON. — D 'Auzon, commune du dép. de la Haute-Loire, 
arr. de Brioude. 

LAVAL. — Communes de la Corrèze, du Gard, de l'Isère, et 
ville de jMayenne, baronnie de Bretagne, devenue comté 
en 1129, et seigneurie en Picardie, érigée en 1585 pour 
Boufflers. Laval, en bas, à terre. 

LA VALETTE. — Seigneuries du Forez, de Normandie, du 
Rouergue et du Vivarais. Valet, vallon. 

LAVALEUR. — De Valeure, dans la Bourgogne, diocèse de 
Langres. Avaleure, avaloire, pièce du harnais d'un che- 
val. Avaleur, avalon. 



[ 380 ] 

LÀ VALLEE. — Commune du dép. de la Meuse, canton de 
Pierrefitte. Vallée, chute, descente, action de dévaler. 
Avalée, descente, droit de pèche. 

LAVALTERIE. — De Lavastrie, commune du dép. du Can- 
tal, arr. de St-Flour. Valterie, valetaille. 

LAVANOIS. — De Lavanne, seigneurie de Bourgogne, érigée 
en 1600 pour de Gastelier. 

LAVANT. — Commune du dép. du Jura, arr. de Dole. La- 
vant, qui lave, qui purifie. 

LAVAQUERIE. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Beau- 
vais. Vaquerie, vacherie, troupeau de vaches, cuir de 
vache. 

LAVARENNE. — Châtellenie du Forez érigée en 1674 pour 
Du Verney. Varenne ou varanne, grande vallée au nord 
de la Loire, terre quelc^ue peu argileuse. 

LAVAU. — Com. des dép. de l'Aube, de l'Yonne et de la 
Loire-Inférieure. Vau, ou val, lieu bas. 

LA VEAU. — De Veau, commune du dép. de la Charente- 
Inférieure, canton de Royan. Aveau, joie, satisfaction, 
désir, empressement. 

LAVEILLE. — Commune du dép. du Tarn, canton de La- 
vaur. Veille, veille. 

LAVEILLE. — De Veilley, commune de la Franche-Comté, 
diocèse de Besançon. Veillé, surveillé. 

LA VENIN. — De Lavenay, commune du dép. de la Sarthe, 
ar. de St-Calais. Venin, vermine. 

LAVENTURE. — Lieu du dép. du Nord, dans la commune 
d'Illies. L'aventure, le droit éventuel, la chose chan- 
ceuse. 

LAVERDIERE. — Commune du dép. du Var, arr. de Bri- 
gnoles. Verdière, étendue de bois soumise à la juridic- 
tion d'un garde-forestier. 

LA VERDURE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 
pour Pinel. Verdure, arbrisseau vert, légumes verts, 
herbe verte. 

LAVERENDRYE. — Seigneurie érigée dans la Province de 
Québec sur le Saint-Maurice, appelée aussi le Saut de la 
Gabelle. 



[ 381 ] 

LAVERGNE. — Communes dans les dép. du Lot, arr. de 
Gourd on, et de Lot-et-Garonne, arr. de Marmande. 
Vergne ou aune, ville fortifiée oii l'on est à Tabri comme 
dans une garenne. Paris est la grande vergne. 

LAVERNY. — La Vernie, baronnie de Normandie, érigée en 
1700 pour De la Ferrière. Vernis, végétal qui fournit le 
vernis. 

LA VERTU. — De Vertus, ville de la Champagne, dans le 
diocèse de Châlons. Vertu, puissance physique, force, 
miracle, remède puissant. 

LAVERTY. — De Lavert, petite ville de Champagne, près 
de Châlons. Vertiz, sommet du crâne, la tête, le crâne. 
De vertex. 

LAVERY. — Commune du dép. de la Meuse, canton de Va- 
rennes, arr. de Verdun. Laverie, endroit où on lave la 
vaisselle, petite lessive. Vient d'avérer, éclaircir, démê- 
ler, vérifier, éprouver. 

LA VICTOIRE. — Abbaye dans le diocèse de Senlis, près de 
cette ville. Victoire, triomphe. 

LA VIGNE. — Seigneuries de l'Artois, de Bretagne et du Li- 
mousin. Vigne, machine de guerre, tertre artificiel dans 
les jardins appelé vigneau en Normandie. 

LA VIGUEUR. — De Vihiers, commune du dép. de Maine-et- 
Loire, arr. de Saumur. D'avigorer, rendre vigoureux. 
Vigueur, force, énergie. 

LA VILLE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 
Peland. Ville, maison de campagne, ferme, village, vrilles 
de la vigne. 

LAVILLETTE. — Seigneuries de Bretagne et de Lorraine. 
Villette, petite ville, petite maison des champs. 

LAVIMAUDIERE. — De Vimoutiers, commune du dép. de 
l'Orne, arr. d'Argentan. Vimaudière, lieu planté 
d'osiers. 

LA VIOLETTE. — Bourg de la Champagne, dans le diocèse 
de Sens. Violette, plante, couleur, sentier, drap violet, 
instrument de musique. 

LAVOIE, LAVOYE. — Lavoye, commune du dép. de la 



[ 382 ] 

Meuse, canton de Triaucourt, arr. de Bar-le-Duc. Voie, 
route, et avoi, chemin, conduite. 
LAVOINE. — D'Avoine, commune du dép. d'Indre-et-Loire, 
canton et arr. de Chinon. Avoine, graminée. 

LAVOLONTE, — De la Voltais, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1668 pour Le Provost. Volonté, énergie, fantaisie. 
LAVOT. — D 'Avot, commune du dép .de la Côte-d 'Or, arr, 

de Dijon. Lavot, mesure pour les grains employée à 

Cambrai. 
LEAUME. — Du Heaulme, commune du dép. de Seine-et- 

Oise, arr. de Pontoise. Heaume, casque des hommes 

d 'armes. 
LEBAILLY. — De Bailly, commune du dép. de l'Oise, arr. de 

Compiègne. Bailli, bailli, chef de justice, régent, tuteur, 

gardien. 
LEBARON. — De Lebaron, seigneurie de Provence, érigée 

en 1492 pour De Gombert. Baron, homme distingué, 

mari. 
LEBASQUE. — Qui est du pays basque. Surnom donné à 

quelques-uns des habitants du pays basque réfugiés au 

Canada, entre autres à la famille Bidégaré. 
LEBAT. — Le Bas, commune du dép. de la Haute-Loire, arr. 

d'Tssingeaux. Bat, action de battre du pied ou des ailes, 

queue de poisson, petit bateau. 
LEBAUT, LEBAULT. — Baud, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1700 pour Gouis. Baut, gaillard, effronté, libertin. 

Bault, confiture, pâtisserie. 
LEBÉ. — Le Bés, communt du dép. du Tarn, arr. de Castres. 

Bée, moquerie, risée, sorte de fruit, espoir, désir. 
LE BÉCHECQ. — De Beychac, dans le dép de la Gironde, 

arr. de Bordaux. De lebech, vent du sud-ouest. 
LEBÉCHEUR. — De Bécheresse, commune de la Charente, 

arr. d'Angoulème. Bêcheur, travailleur, qui dit du mal 

d'un autre. 
LEBEFFE. — Commune du dép .du Cher, arr. de Sancerre. 

Befe, moquerie, erreur, mensonge. 
LEBEL. — Seigneurie de Normandie, érigée pour Dubois. 

Bel, place, beau, bonne volonté. 



[ 383 ] 

LEBELLAY. — Communes des dép. de la Marne et de Seine- 

et-Oise. Bêlez, belet, joyau. 
LEBELLEC, LEBELLET. — Belet, seigneuries de Provence 

et du Périgord. Bellet, joyau. 
LEBER. — De Berre, commune du dép. des Bouclies-du- 

Rhône, arr. d'Aix. Ber, baron, berceau, cerceau, treille, 

coffre, cercueil, brancart. Lebert, l'homme généreux, 

d'un grand cœur. 
LEDRÂNT. — De Drain, commune du dép. de Maine-et-Loire, 

ar. de Cliolet. Drahan, sorte de monnaie. 
LEDROIT. — De Drouet, commune du dép. de l'Orne, canton 

de Gacé. Droit, juridiction, possession, amende, vérité, 

côté droit, cerf de meute. 
LEDUC. — De Ledeuix, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

d'Oloron. Duc, titre de dignité. 
LEGASILLIER. — De la Gazèle, dans le dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, commune de Saint-Antoine. De l'anglais gasilier, 

lustre à gaz. 
LEGAUD. — Commune du dép .de la Haute-Garonne ,canton 

de Saint-Béat. Gaud, forêt. 
LEGAY. — Légué, seigneurie des Côtes-du-Nord, dans la 

commune de Plévin. Gay, geai, gai. 
LEGEAU. — De Lege, communes de la Gironde et de la 

Haute-Garonne. Legeau, dim. de lege, allège, bateau 

allège. Geau, gelée, coq. 
LEGENDRE. — De Gendreville, commune du dép. des Vosges, 

arr. de Neufchâteau. Gendre, garçon boulanger ou 

geindre, rejeton, degré de parenté. 
LEGER. — Légé, commune de la Loire-Inférieure, arr. de 

Nantua. Léger, vif, agile, délicat. 
LEE. — Commune des Basses-Pyrénées, arr. de Pau. Lée, 

chemin large dans une forêt. 
LEFAIVRE. — De Vaivre, communes des dép. du Doubs et 

de la Haute-Saône. Faivre, ouvrier en métal. 
LEFARGE. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Gex. Farge, 

forge. 
LEFEBVRE, LEFEVRE. — De Vèbre, commune du dép. de 



[ 384 ] 

l'Ariège, arr. de Foix. Vient de faber, fabre, favre, 
faivre, febvre, fèvre. 

LEFÊTÉ. — De Lefête, commune de la Côte-d'Or, canton 
d 'Arnay-le-Duc. Fêté, plaisanterie, amarre, faîte. 

LEFINET. — De Leffineourt, dans la Champagne, dép. des 
Ardennes, arr. de Vouziers. Finet, qui fait le fin et ne 
l'est pas. 

LEGARDEUR. — De Gardères, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Gardeur, celui qui garde les trou- 
peaux. Legardeur, le tuteur. 

LEGARE. — De Levarée, commune de la Mayenne, canton 
de Goron. Egaré, troublé, hagard. 

LEGASCON. — De Gascogne, commune du dép. de la Nièvre, 
arr. de Clamecy. Vient de gascogne, sorte de grosse 
cerise. 

LEGERARD. — Gérard, commune du dép .du Tarn, canton 
de Lisle. V. Gérard. De legeret, léger, facile. 

LEGIER. — De Gier, rivière qui prend sa source dans le dép. 
de la Loire, et se jette dans le Rhône à Gisors. Giet, le- 
vure de bière, lacet, filet, minute d'un acte. 

LEGO. — Commune du dép. du Gers, canton d'Aignan, arr. 
de Mirande. Gaut, bois, forêt, bocage. 

LE GOUES. — De Goes, seigneurie du Béarn, érigée en 1385. 
Goue, caverne. 

LEGRAIN. — De Grain ville, commune du dép. de l'Eure, arr. 
des Andelys. Legrain, l'affligé, le triste, le morne. Es- 
grain, fer à cheval ou à charrette. 

LEGRAND. — Le Grand, commune du Dauphiné, diocèse de 
Gap. Grand, grandeur, contenance. 

LEGRAPT. — De Gript, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
ar. de Niort. Grapt, de grappon, pêne de serrure. 

LEGRAS. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1669 pour 
Picaud. Gras, graisse, degré, marche d'escalier. 

LEGRAVERENT. — De la Graverie, commune du Calvados, 
ar. de Vire. Graverens, officier correspondant au prévôt, 
celui qui lève les impôts, percepteur. 

LEGRIS. — De Grisy, commune du Calvados, arr. de Falaise. 
Gris, griffe, fourrure, petit gris, grec. 



[ 385 ] 

LEGROS. — Commune du dép. de l'Eure, canton d'Amfre- 

ville. Gros, grossier, grave, important, abondant, épais. 
LEGROUX. — Commune du dép. de la Charente, arr. de 

Rufifec. Groux, pour gros. 
LEGU, LEILLU, LEYU. — De Légua, dans la Saintonge, 

diocèse de Saintes. Aigu, d'aiguet, ruisseau, canal. 
LEGUAY. — Légué, dans le dép. des Côtes-du-Nord, com- 
mune de Plérin. Leguay, le geai, le joyeux. Guait, guet, 

sentinelle, guérite. 
LEGUIDE. — Des Guides, lieu du dép. du Nord, commune 

de Feignies. Guide, celui qui accompagne quelqu'un pour 

lui montrer le chemin. 
LEGUILLE. — Commune du dép. de la Charente-Inférieure, 

arr. de Marennes. Guille, tromprie, supercherie, ruse. 
LEGUILLE. — D'Eguilley, commune de la Haute-Saône, arr. 

de Vesoul. Eguillé, aiguier, égoût, évier, aiguière. 
LEHAIT. — Commune du dép. de la Seine, arr. de Sceaux. 

Hait, joie, plaisir. 
LEKAYS. — Des Hays, commune du Jura, arr. de Dole. 

Hais, cri pour appeler quelqu'un qui est éloigné. 
LEHEU, LEHIEU. — De Heux, lieu du dép. du Gers, canton 

de Montréal, arr. de Condom. Heus, botte. 
LEHIRE. — D'Ireville, commune du dép. de l'Eure, arr. 

d'Evreux. Lehire, le grognement du chien. 
LEHOUILLIER. — D 'Ouilly, commune du dép. du Calvados, 

arr. de Falaise. Houillier, ou houilleur, mineur. 
LEHOULD. — Le Houle, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1666 pour Huchet. Houle, ondulation de la mer. 
LEHOULIER. — D 'Ully, commune du dép. de l'Oise, arr. de 

Senlis. Lehoulier, le débauché. 
LEHOUX. — Le Houx, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1700 pour De Forsang. Houx, arbrisseau qui croît quel- 
quefois à la hauteur d'un arbre, et qui est toujours vert. 
LEHU. — D 'Us, commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de 

Pontoise. Lehu, la porte. Hu, cri, huée. 
LEIEUX. — De Gueux, commune du dép. de la Marne, arr. 



25 



[ 386 ] 

de Reims. Hieu, mot employé pour Dieu, par euphé- 
misme. 

LEJ AMBLE. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, canton 
de Givry. Jamble, écrivisse de mer, la patelle. 

LEJANVRE. — De Janvry, communes des dép. de la Marne 
et Seine-et-Oise. Janvre, chanvre. 

LEJARDINIER. — V. Jardinier. 

LEJEAU. — De Lejos, lieu du dép, du Tarn, canton de Réal- 
mont, arr. d'Albi. Lejeau, dim. de lége, allège, bateau 
allège. 

LEJEUNE. — De Lejeune-Bon lieu du dép. du Nord, dans 
la commune de Beauvais. Jeune, igorant, novice. 

LELAT. — De Lats, dans le Berry ,près de Bourges, Lela, 
grande dame de Turquie. Las, lacet, laps, paysan, et 
last, charge d'un navire, mesure de grains, certain poids 
de marchandises. 

LELIEVRE. — D 'Yèvre, commune du dép. du Loiret, arr. de 
Pithiviers. Lièvre, lièvre marin. 

LE LIONNAIS. — De Lion, communes des dép. du Calvados, 
du Loiret et des Basses-Pyrénées. Lionnais, ancien gou- 
vernement de France qui comprenait le Lionnais, le 
Forez et le Baujolais. 

LELOUF. — De Loof, dans la Flandre Wallonne, près de 
Tournay. 

LEMAGE. — Commune du dép. de l'Orne, arr. de Mortagne, 
Mage, principal, roi de l'Orient. 

LEMAGNAN. — Commune du dép .du Gers, canton de No- 
garo. V. Magnan. 

LEMAI. — Lemé, commune du dép. de l'Aisne, arr. de Ver- 
vins. Mai, cinquième mois de l'année, jeunesse, prin- 
temps, arbre planté le premier mai, huche, le mois. 

LEMAINE. — Com. dans la Saintonge, diocèse de Saintes. 
Maine, manoir, village. 

LEMAIRE. — Seiatieurie de Champagne, érigée en 1760 
pour d 'Ambly: Maire, chef d'une confrérie, officier placé 
à la tête d'une commune, intendant chargé d'exploiter 
un domaine rural. 



[ 387 ] 

LEMAISTRE, LEMAITRE. — V. Maistre. Maistre, nord ou 
nord-ouest, partie d'une charrue appelée naye, capitaine, 
médecin, bourreau, roi, vainqueur, chevalier, gouver- 
neur d'un jeune homme, client, possesseur, maire. Le- 
maître, le docteur, la haie, le bourreau. 

LEMALLE. — Maie, dans le Porche, arr. de Mortagne. Malle, 
mâle, valise. 

LEMALTAY. — De Maltat, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, arr. de Charolles. Lemaltay, la méchanceté. 

LEMANCEAU. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668. 
Manceau, habitant du Maine. 

LEMARCHAIS. — Seigneurie de Picardie, érigée en 1566 
pour De Proisy. Marchais, marais, étang. 

LEMARCHAND. — De Marchant, seigneurie de la Bresse, 
érigée en 1263 pour Le ^larchant. Marchand, trafiquant. 

LE MARCHE. — Le Marchais, lieu dan sle dép. de Loir-et- 
Cher. Marché, échange, couverture, abondance, estime, 
réunion de marchands, 

LE MARIE. — De Moriers, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Châteaudun. Marié, uni par le mariage, 
associé. 

LE MARQUAND. — De Marquein, commune du dép. de 
l'Aude, canton de Salles. Marquant, sorte de caillou em- 
ployé à l'empierrement des routes. 

LE MARQUIS. — De Marquise, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Boulogne. Marquis, bruit de pas, commandant de 
marche, ])Ourrelier. 

LE MAY. — Bourg de l'Anjou, près de Poitiers. V. Lemai. 

LEMAYE. — Commune du dép. du Calvados. Maye, meule 
de gerbes. 

LEMÉDÈQUE. — Du Médic, seigneurie de Bretagne. Médec, 
médecin. 

LEMEE. — Lemée bourg de la Beauce, diocèse de Blois. 
Mée ou maie, amas de gerbes qui sont le paiement des 
moissonneurs pour leurs peines, gerbe, botte de blé, 
remède. 

LEMEIN. — De Mens, commune du dép. de l'Isère, arr. de 
Grenoble. Mein, matin. 



[ 388 ] 

LEMELIN. — Commune du dép. de la Haute-Saône, arr. de 
Vesoul. Lemelin, de lemele, lame d'épée. Melin, jau- 
nâtre. 

LEMENU. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 
Du Refuge. Menu, petit, de basse condition, petite mon- 
naie, mineur, et menuz, petit poisson d'eau douce. 

LEMER, LEMERRE. — De Lemerre, commune du dép. 
d'Indre-et-Loire, arr. de Chinon. Mer, pur. Merre, nom 
d'homme. 

LEMERCIER. — Seigneurie de Bourgogne, érigée en 1730 
pour Du Puy. Mercier, marchand mercier, remercier. 

LEMERISE. — De Meris, dans la Flandre, diocèse d'Ypres. 
Meriz, mérite. 

LEMERLE. — Merle, commune dans le dép. de la Loire, arr. 
de Montbrison. Merle, merlon, sorte d'étoffe. 

LEMERY. — Marquisat dans le Vexin, diocèse de Rouen. 
Meri, œsophage. 

LEMESLIER. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668. 
Meslier, cépage. 

LEMESURIER. — De Mazerier, commune de l'Allier, arr. 
de Gannat. Lemesurier, celui qui mesure. 

LEMETAILLIER. — Des Métayères du Verdier, dans le Li- 
mousin, diocèse de Limoges. Métaillier, ouvrier, com- 
merçant en métaux. 

LEMETZ. — Le Metz et la Censé de Ploireaux, en Cham- 
pagne, diocèse de Reims. Metz, service. 

LEMEUDEC. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1606 
pour De Kerguelen. 

LEMEUSNIER. — De Mesnières, commune du dép. de la 
Seine-Inférieure, arr. de Neufchâtel. Meunier, celui qui 
tient et fait valoir un moulin à moudre des grains. 

LEMIERE. — Commune du Quercy, arr. de Gourdon. Mière, 
médecin. 

LEMIEUX. — De Limeux, communes des dép. du Cher et de 
la Somme. Mieus, miel. 

LEMIRE. — De Mire, commune du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. de Segré. Mire, médecin chirurgien, myrrhe, pierre 
précieuse, bouton placé sur le canon d'une arme. 



[ 389 ] 

LEMOINE. — Le Moyne, seigneurie du Poitou, érigée en 
1550 pour Desmier. Moine, moineau, solitaire, tête de 
moine. 

LEMOIS. — j\Iois, commune de Bretagne, dans le diocèse de 
Nantes. Mois, maison entourée d'un verger, douzième 
partie de Tannée, paye, nigaud, niais. 

LEMON. — Mon, dans le Béarn, diocèse de Lescar, parle- 
ment de Pau. De l'anglais lemon, citron. 

LEMONDE. — V. Lamonde. Lemonde, le pur. 

LEMONTHE. — De Monte, en Corse, arr. de Montia. Monte, 
valeur, intérêt, mesure agraire, montée, montagne, prix. 

LEMOULNIER. — Forêt dépendant de la Maîtrise de Saint- 
Pons. Moulnier, meunier. 

LEMOYEN. — Commune du dép. de la Meurthe, canton de 
Gerbeviller. Moyen, milieu, modéré, médiocre. 

LENCLUS. — De Lenclos, lieu du dép. de l'Aube, commune 
de Virey. Lenclus, le reclus. 

LENCOGNET. — V. Lancoignet. Encoignier, se précipiter, 
se jeter. 

LENDIER. — V. Landier. Lendier, commis de l'octroi, coffre. 

LENE. — Rivière qui prend sa source dans la Charente, et 
qui se jette dans la Charente, près de Cognac. V. Lesné. 

LENEGRE. — De Lenegrand, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1700. Lenègre, le noir. 

LENEPVEU. — De Lennevaux, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1698 pour Le Charpentier. Nepveu, neveu, petit 
fils. 

LENEUF. — De Neuf-Berquin, commune du dép. du Nord, 
arr. d'Hazebrouck. 

LENEUVILLE. — De Laneuveville, commune de Meurthe-et- 
Moselle. 

LENFANT. — De Lanf ains, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de St-Brieuc. Enfant, jeune seigneur. 

LENOBRE. — De Lanobre, commune du dép. du Cantal, arr. 
de Mauriac. Noble, qui appartient à une classe privilé- 
giée de naissance, monnaie d'or anglaise. 

LENOIR. — De Nouart, commune du dép. des Ardennes, arr. 
de Vouziers. Lenoir, la nuit. 



[ 390 ] 

LENORMAND. — De Lanormandie, lieu du dép. de l'Eure, 
dans la commune de Vernon. Lenormand, habitant de 
Normandie. 

LENSEIGNÉ. — D'Enseigné, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, arr. de INIelle. D'enseigne, signe, cocarde, uni- 
forme, cri d'armes, instruction. 

LENTIER. — De Lenty, seigneurie de Normandie, érigée en 
1566 pour De Guéroult. Lentier, le total, la totalité, l'ac- 
complissement. 

LEOFRED. — D'Auffreville, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de jMantes. 

LEON. — Commune du dép. des Landes, arr. de Dax. Léon, 
lion. 

LEONARD. — De Léonac, baronnie de l'Armagnac, diocèse 
d'Aix. Léonard, mot d'origine allemande qiù signifie 
"cœur de lion ou naturel. 

LEPAGE. — Seigneurie de l'Ile-de-France, érigée en 1600 
pour De Banville. Page, enfant d'honneur qu'on met 
auprès des princes. Dérive de pais, enfant ou de pagus, 
l)ourg, village. 

LE PAILLEUR. — De Paillart, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Clermont. Pailleur, celui qui vend ou voiture de 
la paille. 

LEPAIN. — De Lépin, commune du dép. de la Savoie, arr. 
de Chambéry. Pain, boisseau. 

LEPALLIER. — De Pallières, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. de Thiers. Palier, pieu. 

LEPAPE. — De Parpeville, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de St-Quentin. Pape, enfant gras et joufflu. 

LE PARC. — Prieuré en Normandie, près d'Ilartcourt, et 
seigneuries de Bourgogne, de Bretagne et du Bugey. 
Parc, enceinte de toiles où l'on enferme les bêtes, clôture 
pour enfermer les moutons, terrain à jouer aux quilles, 
lice, champ clos, camp fortifié, sorte de racine, parhélie. 

LE PARISIEN. — De Paris, ville, capitale de la France, ou 
de Paris-Plage, dans le Pas-de-Calais, commune de Cucq. 
Parisien, habitant de Paris. 



[ 391 ] 

LE PARON. — Leparon, commune du dép. de la Dordogne, 
canton de St-Aulaye. Paron, parent des animaux, petit 
oiseau dit liypolais. 

LE PAULMIER. — De Paulmy, cliâtellenie de Touraine, dép. 
d'Indre-et-Loire. Paulmier, pèlerin. Paumier, maître qui 
a droit de tenir un jeu de paume, qui fait des balles et 
des raquettes. 

LEPEE. — Lepé, lieu du dép. de la Sarthe, canton de Sablé, 
arr. de La Flèche. Pé, pied, pis, pays. 

LEPELE, LEPELLE. — Du Pel, commune de là Provence, 
dans le diocèse de Senez. Pelé, garni de poils, qui n'a 
plus de peau, chauve, mis en croix. 

LEPELLETIER. — De la Pelletière, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1700 pour de ]\Iarbœuf. V. Pelletier. 

LEPETIT. — De Petiville, commune du Calvados, arr. de 
Caen. Petit, pauvre, misérable, mauvais, peu sûr, peu 
avancé. 

LEPEUDRY. — Commune de la Charente, arr. de Barbe- 
zieux. 

LEPIC ARD. — D'Epégard, commune du dép. de l'Eure, arr. 
de Louviers. Picard, habitant de la Picardie, brigand, 
routier, sorte de clou. 

LEPICIER. — D'Epicy, commune du dép. de Seine-et-Marne, 
arr. de Fontainebleau. Picier, pichier, mesure de terre, 
cruche, pot. 

LEPICQ. — D'Epécamps, commune du dép. de la Somme, 
arr. de Doullens. Pic, coup de pointe. 

LEPINE. — L'Epine, commune du dép. de la Marne, et 
l'Epine, dans les Hautes- Alpes, arr. de Gap. Epine, aubé- 
pine, ennui, difficulté. 

LEPINET. — Seigneurie du Rouergue, érigée en 1525 pour 
De Roquefeuil. Pinet, petit pin, pineau, espèce de fe- 
nouil. 

LEPINETTE. — Seigneurie du Rouergue, érigée en marqui- 
sat en 1693 .Pinette, lieu planté de pins, hydromel. 

LEPIRE. — D'Epiry, seigneurie de Bourgogne, érigée en 
1360 pour Rabutin. Pire, passage, chemin, quartier de 
mouton. 



[ 392 ] 

LEPLEIN. — Le Plain, dans la Champagne, diocèse de Reims. 
Le plein, le riche. 

LEPOITEVIN. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1550 
pour du Bose. Poitevin, habitant et monnaie du Poitou. 

LEPOMIER. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
de Gauzerand. Pomier, pommier. 

LEPOUPON. — De Pomponne, commune de Seine-et-Marne, 
arr. de Meaux. Poupon, petit enfant, luron, gaillard, pa- 
roissien. 

LEPRAY. — Le Prey, seigneurie de Normandie, érigée pour 
Bourdon, en 1669. Pray, pré. 

LEPRESTRE. — Lapreste, lieu des Pyrénées-Orientales, dans 
la commune de Prats-de-Mollo. Preste, serpent veni- 
meux. 

LEPREUX. — Commune du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 
Preux, brave, bien portant, hardi, vaillant, sage. 

LEPREVOST. — De Préval, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Prévost, officier de justice sous le ré- 
gime féodal. 

LEPRIEUR. — Commune du dép. de l'Aveyron, canton de 
St- Amans. Prieur, directeur, supérieur d'un couvent de 
religieux, celui qui prie, qui invite aux funérailles. 

LEPRINCE. — De Pringe, bourg du dép. de la Sarthe. Prince, 
souverain, le principal, prise d'une personne ou d'une 
chose (prinse). 

LEPROHON. — Lepron, lieu du dép. des Ardennes, canton 
de Rumigny. Eperon, ergot de coq, fortification, appui 
d 'une mviraille. 

LEPROU. — De Poulx, commune du dép. du Gard, arr. de 
Nîmes. Prou, profit, avantage. 

LEQUIER. — De Quaix, commune du dép. de l'Isère, arr, de 
Grenoble. Quier, quai. 

LEQUIN, LEQUINT. — Seigneurie de l'Artois, érigée pour 
De Moreuil. Quint, singe, patte de chien, cinquième par- 
tie d'un tout. 

LERÂT. — Lieu de la Loire-Inférieure. Lerat, la proposition. 

LERAY. — Léré, commune du dép. du Cher, arr. de Sancerre. 
Ray, rayon, rets. 



[ 393 ] 

LEREAU. — Seigneurie de la Saintonge, érigée en 1760 pour 

De Chertemps. Reau, monnaie, trou. 
LERET. — Le Kest, seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 

pour De Bandiez. Leret, l'accusation. 
LERETIF. — De Réty, commune du Pas-de-Calais, canton de 

Marquise. Restif, qui refuse d'obéir, opiniâtre, vaincu. 
LERICHE. — Commune du dép. de la Meurtlie, canton de 

Château-Salins. Riche, puissant, vaillant, beau, précieux, 

violent, copieux. 
LERIN. — Bourg avec titre de comté dans la Haute-Vienne, 

sur la rivière d'Ega. Lerin, le rhumb. 
LEROIDE. — D'Eroudeville, commune du dép. de la Manche, 

arr. de Valognes. Héroïde, épitre en vers dans laquelle 

parle un héros : les héroïdes d 'Ovide. 
LEROMPREY. — De Romprey, en Bourgogne, diocèse de 

Langres. V. Rompre. 
LEROUINE. — De Rouine, lieu des Basses-Alpes, commune 

de Draix. Léroisne, la rugine, instrument de chirurgie 

pour racler les os. 
LEROUGE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1420 pour 

De Coetquen. Leroug'e, l'habile, le rusé. 
LEROUX. — Communes du Dauphiné et de la Provence. 

Roux, de couleur fauve, résine, sauce faite avec du 

beurre roussi. 
LERS, — Seigneurie du Dauphiné, érigée en 1500 pour d'Al- 

baron. Hère, pièce de terre, figure. 
LEROY. — De Roye, seigneuries de Picardie et de Saintonge. 

Leroy, l'ordre, le rang, la limite, la règle, la mesure. 
LERY. — Commune de la Côte-d'Or, arr. de Dijon, et com- 
mune du dép .de l'Eure, arr. de Bouviers. Hairie, tour- 
ment, ennui. 
LESÂCQUE. — Le Sac, en Normandie, diocèse de Séez. 

Sacque, sac. 
LESÂGE. — De Sagelat, commune de la Dordogne, arr. de 

Sarlat. Sage, entendu, expérimenté, fin, bien informé, 

qui connaît le droit. 
LESÂULNIER. — De Saulnière, seigneurie de Bretagne, éri- 



[ 394 ] 

gée en 1700 pour Gardin. Saunier, ouvrier qui fait le 
sel ou en trafique. 

LESAUTIER. — De Saulty, commune du dép. du Pas-de- 
Calais, arr. de St-Pol. Sautier, psautier, les sept psaumes 
de la pénitence. 

LESBOIS. — Les Bois, seigneurie de l'Artois, érigée en 1466 
pour d'Applaincourt. Du verbe esboire, absorber. 

LESCABIET. — D'Escoubès, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Pau. Dérive de scabies, gale. 

LESCARBOT. — D'Escaro, village du dép. des Pyrénées- 
Orientales, canton d'Olette. Lescarbot, l'escargot. 

LESCAVE. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau. Escave, poisson. 

LESCAXJ, LESCO. — Seigneurie du Languedoc, érigée en 
1543 pour De Cahusac. Escot, écot, quote-part, provi- 
sion, butin, écossais. 

LESCURE. — Communes des dép. de l'Ariège et de l'Avey- 
ron. D'escurer, n'avoir aucun soin, être sans prévoyance. 

L'ESCUYER. — V. Lécuyer. Ecuyer, mettre à l'écurie. 

LESGUILLON. — Leguillon, seigneurie de Normandie, éri- 
i- 't pour Du P>ose. Esg'uillon, aiguillon. 

LESIEGE. — Communes des dép .du Jura et de l'Yonne. 
Siège, place, bassin, séance, assemblée, capitale d'un 
royaume, base d'un moulin, fût d'un arbalète, attaque 
d'une place, armée assiégeante, action d'assiéger, droit 
de stationnement, assises judiciaires. 

LESIEUR. — De Lesieurac, commune du dép. du Tarn, arr. 
d'Albi. Sieur, titre d'honneur dont l'usage est renfermé 
dans les plaidoyers, les actes publics, le seigneur, le 
maître. 

LESIEUX. — De Lesseux, commune du dép. des Vosges, arr. 
de St-Dié. Sieu, suif. 

LESNÉ. — Lesnée, seigneurie de Bretagne, érigée pour De 
Quéjan. Lesné, l'aîné, marc de raisin. 

LESORT. — Commune du dép. des Landes, canton de Mont- 
fort. Lesort, le capital, le suffrage, la prédiction. 

LESOT. — De Sost, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 



[ 395 ] 

Bagnères. Sot, souche de bois, homme sans jugement, 

grossier, impertinent, fou. 
LESOUET. — De Souès, communes des dép. de la Somme et 

des Hautes-Pyrénées. Soie, haie, clôture. 
LESOURD. — De Sours, commune du dép. d'Eure-et-Loire, 

canton de Chartres. Sourd, peu bruyant, chose qui se fait 

de nuit. 
LESPAGNOL. — D'Espagne, seigneuries du Berry et du 

Maine. Espagnol, qui habite l'Espagne. 
LESPARDIER. — De Lesparre, ville de la Gironde. D'es- 

pardre, séparer, disperser. 
LESPERANCE. - — D'Espérausses, commun du dép. du Tarn, 

arr. de Castres. Lespérance, l'attente. 
LESPERON. — Commune du dép. des Landes, canton d'Ar- 

juzeau. Espéron, épron, bâton approprié à l'usage de la 

charrette, monnaie d'Allemagne. 
LESPINAY. — Commune de Picardie, et seigneurie de Nor- 
mandie, érigée en 1431 pour Du Bois. Espinay, épinée, 

qui a une épine, échiné. 
LESPINE. — Seigneurie de Bretagne, érigée pour d'Andi- 

gni. Lespine, l'épinier. 
LESPLATS. — Seigneurie du Languedoc, érigée en 1486 pour 

D'Auriol. Lesplats, les lits des rivières, les lieux non 

fortifiés. 
LESPRIE. — Le Priais, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1696 pour Dibart. Espriet, aviron. 
LESRETS. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1550 pour 

D'Annebaut. Lesrets, les accusations. 
LESSARD. — Lieu du Jura, dans la commune de Villard- 

St-Sauveur. Escart, lieu défriché. Sard, champ. 
LESTAGE. — D'Estagel, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Perpignan. Estage, habitation, échafaud, situa- 
tion, stature. 
LESTANG, LETANG. — D'Estang, commune du dép. du 

Gers, arr. de Condom. Estanc, droit exclusif du seigneur 

à vendre du vin aux habitants de sa seigneurie pendant 

une certaine période de l'année. 



[ 396 ] 

LESTOURNEAU, LETOURNEAU. — L'Estourneaii, dans le 

Berry, diocèse de Bourges. Lestourneau, le treuil, le cy- 
lindre sur lequel s'enroule la corde d'un engin à élever 

des fardeaux. 
LESUEUR. — De Suèvres, commune du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Blois. Sueur, cordonnier, savetier, ouvrier qui 

travaille les cuirs au sortir de la main du tanneur et qui 

les met en suint. 
LESUIRE. — D'Essuiles, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Clermont. Lesuire, le beau-père, la belle-mère. 
LESUISSE. — Suisse, commune du dép. de la Moselle. Suisse, 

habitant de la Suisse, espèce d'écureuil. 
LESUYER. — De Sully, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. Lesuyer, le sureau. 
LETAILLEUR. — De Montailleur, commune du dép. de la 

Savoie, arr. d'Albertville. Tailleur, sculpteur, vigneron, 

émondeur, marchand au détail. 
LETARD. — Seigneurie de Normandie. D' estor, matériel 

d'une ferme, ornement. 
LETARTE. — V. Tarte. Tarte, pâtisserie, monnaie. 
LETARTRE. — Commune de Saône-et-Loire, arr. de Lou- 

hans. V. Tartre. 
LETELLIER. — De Tellière, commune du dép. de l'Orne, 

canton de Courtomer, arr. d'Alençon. Letellier, le talon, 

l'ensouple. 
LETENDRE. — De Tende, comté de la Provence, érigé en 

1450. Tendre, pitoyable, fin, délicat, susceptible, faible, 

changeant, irrité. 
LETESSIER. — De Tessy, commune de Normandie, sur la 

Vire. Le tessier, le tisserand, le tisseur. 
LETOILE. — Commune du dép. de la Somme, canton de Pic- 

cpiigny. De toil, sorte de poisson. 
LETONDAL. — De Retonval, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. de Neufchâtel-en-Bray. De tondable, qui 

peut être tondu. 
LETOURNEUR, LETOURNEUX. — Commune du Calvados, 

arr. de Vire. Tourneur, artisan qui travaille au tour, 

ouvrier qui lie le foin en bottes. 



[ 397 ] 

LETUILLIER. — De la Thuilière, seigneurie du Bugey, éri- 
gée en 1641 pour Rubat. Tuillier, ouvrier qui fait de la 

tuile. 
LEURANT. — De Leran, commune du dép .de l'Ariège, arr. 

de Pamiers. Vient d'eur, bord, extrémité, côté. 
LEUROPE. — De Roppe, commune du Teritoire de Belfort, 

canton de Belfort. Europe, l'une des parties du monde. 
LEVADIER. — De Vandy, commune du dép. des Ardennes, 

arr. de Vouziers. Vient de vade, garde. 
LEVAL. — Commune du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 

Levai, la valeur, l'extrémité inférieure. 
LEVALLIER. — De Valy, commune du dép .de la Meuse, arr. 

de Bar-le-Duc. Vallier, de valler, remparer. 
LEVALOIS. — De Levallois-Perret, commune du dép. de la 

Seine, arr. de St-Denis. Vallois, retranchement. 
LEVALON. — Vallon, communes des dép. de l'Allier, de 

l'Ardèclie. Vallon, petite vallée. 
LEVANT. — Levens, commune des Alpes-Maritimes, arr. de 

Nice. Levant, levis. 
LEVASSEUR. — De Lassur, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Foix. Vasseur, vassal. 
LEVASSON. — De Vassonville, seigneurie de Normandie, 

érigée en 1660 pour De Civille. Vasson, dalle de grès. 
LEVAULT. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. d'Avallon. 

Vans, val. 
LEVEAU. — De Veaux, seigneurie de la Saintonge, érigée en 

1580 pour De la Perrière. Veau, imbécile. 
LÉVEILLË. — Le Veilley, commune de la Franche-Comté, 

diocèse de Besançon. Veillée, veille, veillée. 
LEVENIER. — Commune du dép. de la Vienne, arr. de Lou- 

dun. De vener, chasser, courre. 
LÉVEQUE, LEVeSQUE. — Pont-1'Evêque, ville du dép. 

du Calvados. Lévêque, l'évêque ou le prêtre. 
LEVERD. — Le Verd Espargnat, dans la Marche, diocèse de 

Limoges. Verd, vair. 
LEVERRIER. — De la Verrière, seigneuries de Bretagne et 

de Normandie. Verrier, de verre, de vitre. 



[ 398 ] 

LEVERT. — Commune du dép. des Landes, canton de Labrit. 
Levert, la fleur. 

LEVIEUX. — De Vieu, dans le Valromey, parlement de 
Dijon. Vieux, méprisable. 

LEVILLIER. — De Villey, commune du dép. du Jura, arr. 
de Dol. Villier, fabricant de vrilles. 

LEVITRE. — De "Wittes, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Saint-Omer. Vitre, vin de la couleur des vitres de la 
Sainte-Chapelle, à Paris. 

LEVRARD. — D 'Evreux, ville du dép. de l'Eure, arr. de 
Cliâteauroux. 

LEVRAULT. — Seigneurie du Poitou, érigée en 1761. Le- 
vraut, jeune lièvre. 

LEVRON. — Commune du dép. de la Somme, canton de Rue. 
Levron, jeune lévrier, jeune étourdi, maladie du cheval. 

LEVRY. — Commune du dép. de la Moselle, arr. de Metz. 
Levry, d'évré, enivré. 

LEYDEN. — Leyding, commune du dép .de la Moselle, can- 
ton de Bouzonville. Eden, paradis terrestre. 

LEYNARD. — De Leynhac, commune du Cantal, arr. d 'Au- 
rilla. D'énarir, sécher. 

LEZEAUX, LEZOT. — Seigneurie de Normandie, érigée en 
1655 pour Lefèvre. Lez, proche. 

LHERAULT, LHEREAU. — De Leyr, commune de Meurthe- 
et-Moselle, arr. de Nancy. Hérault, département de 
France, celui qui porte la parole de la part du prince. 
Vient de l'allemand heralt, sergent d'armes. Lhereau, la 
pièce de terre, le tonneau. 

LHERMITE. — Seigneurie du Perche, érigée en 1632 pour 
de la Martelière. Ermite, religieux qui vit seul. 

LHERMITIERE. — Commune du dép. de la Somme, arr. de 
INIortagne. Hermitier, ermite. 

LHERONDE. — De Nérondes, commune du dép. du Cher, 
arr. de St-Amand-Mont-Rond. 

LHEUREUX. — D'Hérieux, commune du dép. de l'Isère, arr. 
de Vienne. Lheureux, fait au hasard. 

LHOMME. — Commune du dép. de la Sarthe, canton de La 



[ 399 ] 

Cliartre. Lhomme, le vassal, le feudataire, l'iiomme-lige. 
LHUILIER. — D'Illers, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Béthune. Lhuilier, le fabricant d'huile. 
LHUISSIER. — De Lissy, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Melun. Hussier, portier, fabricant de 

portes. 
LIANDRÂ. — De Lisandre, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1668 pour Le Chat. V. Luandre. 
LIÂRD. — Liart, commune du dép. des Ardennes, canton de 

Rumigny. Liard, monnaie de cuiA^re, couleur grise. Vient 

de liarder, boursiller. 
LIBERAN. — De Lieuran, commune du dép. de l'Hérault, 

arr. de Béziers. Dérive de libert, affranchi. 
LIBERGE. — D'Isbergues, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Béthune. De libe, bloc de pierre. 
LIBERSON. — De Lubersac, commune du dép. de la Corrèze, 

arr. de Brive. 
LIBOURNE. — Seigneurie de Gascogne, érigée en 1550 pour 

Dupérier. 
LIBONNE. — De Lillebonne, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. du Havre. 
LIEGE. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, canton de 

Montrésor. Liège, homme lige, affranchi de toute obli- 
gation, lierre. 
LIEUMET. — De Limetz, commune de Seine-et-Oise, arr. de 

Mantes. Lieu, place qu'occupe chaque bête dans une 

étable, joyeux. 
LIÉ VIN. — Seigneurie en Artois, érigée en 1600 pour De 

Lastres. Liévin, dim. de liève, levée, impôt. 
LIEBERT. — De Libercourt, lieu du Pas-de-Calais, commune 

de Carvin. Libert, affranchi. 
LIENARD. — De Dinars, commune de la Charente, arr. d'An- 

goulème. 
LIGNERA. — De Lignerac, seigneurie de la Marche-Limou- 
sine, érigée pour De Mun. Ligneraie, champ semé de lin. 

Vient de ligne, bûcher. 
LIGNIERE. — Communes dans le Maine et dans l'Anjou. 

De lignier, mesurer à la corde, décréter, enduire. 



[ 400 ] 

LIGNY. — Comté du Barrois, érigé pour De Champagne. 
Lignie, race, lignée. 

LIGONI. — D'Agonnay, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de St-Jean d'Angély. 

LILLOIS. — D'Illois, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
de Neufchâtel. Lillois, l'insulaire. 

LIMBE, LYMBE. — De Lembeye, commune des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Pau. Limber, terme de commerce, de four- 
rures: un limber de martres, c'est quarante peaux. 

LIMBEGE. — Lembége, commune du dép. du Gers, arr. de 
Miraude. De limbe, bordure. 

LIMETIERE. — D 'Ymoutiers, commune de la Haute-Vienne, 
arr. de Limoges. 

LIMOGES. — Ville située sur la Vienne, dans la Haute- 
Vienne. Limoges, terre, pré, poterie fabriquée à Limoges. 

LIMOUSIN. — De Limousis, commune du dép. de l'Aude, 
ar. de Carcassonne. Limousin, fruit de l'érontier ou 
églantier, ancienne province de France. 

LINCOUR. — D 'Incourt, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de St-Pol-sur-Temoise. De lin, lignée, parenté. 

LINCTOT, LINTOT. — Seigneurie de Normandie, érigée en 
1455 pour De Lintot. De linte, marécage. 

LINDE. — Ville du Périgord, sur la Dordogne, et commune 
de Flandre, diocèse d'Ypres. Inde, violet. 

LINNE. — Commune du Roër, sur le Rhin. Line, ligne. 

LINGUENNE. — De Linghem, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Béthune. De linguen, corde courte. 

LINIDIQUE. — De Licques, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de Boulogne. 

LINOT. — Linotz, bourg de l'Ille-de-France. Linot, mâle de 
la linote. 

LINTEAU. — Lintot, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
du Havre. Linteau, pièce de bois pour fermer le haut 
d'une croisée. 

LIONDRAS. — V. Liandra. 

LIONNARD. — De Linard, commune de la Creuse, arr. de 
Guéret. Lionnard, jeune lion. 



[ 401 ] 

LIPOT, LIPPEAUX. — De Lupsault, commune du dép. de 

la Charente, arr. de Ruffec. Lippot, moue, avancement 

de la lèvre inférieure. 
LIPPE. — De Luppé, commune du dép. du Gers, arr. de Con- 

dom. De lippe, langue. 
LIQUART. — De Licourt, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Péronne. De liquaire, gourmand, parasite, écor- 

nifleur. 
LIRET. — Lire, marquisat de l'Anjou, érigé en 1760 pour 

De la Bourdonnaie. Liret, dim. de lire, sillon. 
LIRLANDE. — D'Island, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

d'Avallon. De lire, sillon, et land, terre. Irlande, l'une 

des Iles Britanniques. 
LIS. — Lisse, commune du dép. de la Marne, arr. de Vitry-le- 

François. Lis, plante, fleur, lisière, lisière d'une étoffe. 
LISEAU. — De Lizac, commune de Tarn-et-Garonne, arr. de 

Moissac. 
LISE, LIZET. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 

pour De St-Amadour. Liset, chenille de la vigne, petit 

scarabée destructeur des arbres fruitiers. 
LISIEUX. — Ville du Calvados, en Normandie. De lisier, 

canton de bois délimité, plants de lis. 
LISLE. — Communes de la Dordogne et de Loir-et-Cher. 
LISLOIS. — V. Lillois. 
LITALIEN. — D'Iteuil, commune du dép. de la Vienne, arr. 

de Poitiers. Litalien, qui est d'Italie. 
LIVAUDIER. — De Liverdy, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Melun. 
LIVERNOCHE. — De Vernioz, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Vienne. 
LIVERNOIS. — De Levernois, commune du dép. du Doubs, 

canton et arr. de Montbéliard, et commune du dép. de 
*la Côte-d'Or, canton de Beaune, Vernoie, lieu planté de 

vernes, ou aunes. 
LIVRAY. — Livré, com. des dép. de la Mayenne et d'IUe- 

et-Vilaine. Livrée, vêtements délivrés aux membres de 

2a 



[ 402 ] 

la famille royale et de sa maison, livraison, valeur d'un 
livre. 

LIZOT, LIZOTTE. — De Lizos, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Dim. de lis, lisière, blessé. 

LOBINEAU. — D'Aubinose, commune des Basses-Alpes, can- 
ton de Volonne. De lobe, cajolerie, séduction, mensonge. 

LOCAT. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
D'Acigné. Locat, ébouriffé, en désordre. 

LOCHET. — Loche, communes des dép. d'Indre-et-Loire et 
de Saône-et-Loire. Lochet, bêche, outil employé par les 
mineurs. Vient de l'écossais loch, qui signifie lac, étang, 
port, golfe. 

LOCKWELL. — De Locquenvel, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de Guingamp. Loquele, discours, éloquence. 

LŒILLET. — De Lœuilley, commune du dép. de la Haute- 
Saône, arr. de Gray. Lœillet, le petit œil, l'ouverture. 

LOIGNON. — D'Ognon, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Senlis. De loigne, corde, galerie. 

LOIR. — Seigneurie en Artois, érigée en 1724 pour Du Ques- 
noy. Loire, cuve de pressoir, et loir, argent. 

LOISEL. — D 'Oissel, commune de la Seine-Inférieure, arr. 
de Rouen. Loisel, l'oiseau. 

LOISEAU. — D'Oisseau, commune du dép. de la Mayenne, 
ar. de Mayenne. Oiseau, civière pour porter le mortier. 

LOISELET. — Seigneurie de l'Artois, érigée en 1380 pour 
De Couronnel. Oiselet, oisillon. 

LOISEUX. — De Loisieux, commune de la Savoie, arr. de 
Chambéry. Oiseux, oisif. 

LOIS Y. — Com. des dép. de Saône-et-Loire, de la Marne 
Loisy, fiente de l'aigle. 

LOLEAU. — D'Aulos, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 
Foix. Oleau, dim. de oie, marmite, grand pot, crâne. 

LOMBARD. — Communes des dép. du Jura et du Dotibs. 
Lombard, usurier, troupes mercenaires qui est de Lom- 
bardie. 

LOMBRET. — Lombray, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Laon. Ombrette, dim, de ombre, prétexte. 



[ 403 ] 

LOMPREZ. — Lompret, commune du dép. du Nord, arr. de 
Lille. 

LONGCHAMP. — Communes de la Côte-d'Or, de la Haute- 
Marne, de la Seine et des Vosges. 

LONGPRE. — Communes des dép. de l'Aube et de Loir-et- 
Cher. 

LONGTAIN, LONGTIN, LONGUETIN. — De Longueville, 
bourg de Normandie, arr. de Dieppe-Duché. De longuet, 
un peu longtemps. 

LONGUAL, LONGUEVAL. — De Longueval, communes des 
dép. de la Somme et de l'Aisne. De longuel, droit perçu 
'sur le vin ou toute. autre marchandise. 

LONGUE. — Commune du dép. du Calvados, arr. de Bayeux. 
Longue, nappe longue, essuie-mains. 

LONGUEIL. — Commune du dép. de l'Oise, et baronnie du 
Yermandois, dép. de la Somme. Longuel, un peu long. 

LOOF. — De Loos, commune du Pas-de-Calais, arr. de Bé- 
thune. Loof, la 32e partie de la livre, à Amsterdam. 

LOOTMAN, LOTMAN.— De Loots, ville dans la circonscrip- 
tion de Liège, à 5 lieues de cette ville. 

LOPPE. — D'Aups, commune du dép. du Var, arr. de Dra- 
guignan. Loppe, minerai, écume de métal. 

LOPPEZ. — De Lupé, commune du dép. de la Loire, arr. de 
St-Etienne. Loppée, petit morceau. 

LOQUEL. — V. Lockwell. Loquelle, faconde, discours, pro- 
pos, éloquence. 

LOQUET. — De Luquet, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Tarbes. Loquet, fermeture d'une porte, patte, bra- 
guette, hoquet. 

LOQUIN. — Commune de la Lorraine, dép. de la Meurthe. 
De loque, massue. 

LOR. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Laon. Lor, 
laurier. 

LORAIN. — D'Orain, commune de la Côte-d'Or, arr. de Di- 
jon. Lorain, courroie de cuir façonnée, ornant le poitrail 
et la croupe du cheval, et servant à maintenir la selle, 
bride, rêne. 



[ 404 ] 

LORANGE. — D'Orange, ville du dép .de Vaucluse. Orange, 

alcyon, oiseau de mer, pièce d'artifice. 
LORÂNGER. — D'Orgères, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 

arr. de Cliâteaudun-Oranger. Oranger, espèce de citron- 
nier. 
LORANT. — D'Orainville, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Laon. Orans, avant, dernièrement, tout à l'heure. 
LORD. — V. Lor. Lord, titre d'honneur donné en Angleterre 

à ses seigneurs, aux pairs du royaume et aux membres 

de la Chambre Haute. 
LOREAU. — De Loro-Montzey, dans le dép. de Meurthe-et- 

^loselle, arr. de Lunéville. Loreau, lorel, courroie, rêne, 

bride, tresse, petit morceau. 
LORET. — Lauret, commune du dép. des Landes, arr. de St- 

Sever. Loret, bossu. 
LORIAU. — De Loury, commune du Loiret, arr. d'Orléans. 

Loriot, oiseau, orgelet, atour de tête féminine. 
LORÎMIER. — De Laramière, commune du dép. du Lot, arr. 

de Caliors. Lorimier, larmier ou loremier, celui qui fait 

des ouvrages de lormerie. 
LORIN. — D 'Orin, commune du dép. des Basses-Pyrénées, 

canton de Ste-Marie. Lorin, de laurier. Loreins, rênes. 
LORION. — Laurion, seigneurie du Languedoc, érigée en 

1623. Orion, horion. 
LORIOT, LORYOT. — V. Loriau. 

LORMIER. — De Lourmais, commune du dép. d 'Ille- et- Vi- 
laine, arr. de St-Malo. Lormier, artisan qui fait des 

selles. 
LORRAIN, LORRIN. — V. Lorin. Lorain, qui est de la Lor- 
raine, rênes, longe, guides. Orin, d'or, de l'âge d'or, 

blond comme l'or. 
LORTA. — D 'Orta, ville du duché de Milan. 
LORTAU. — De Loreto, commune de la Corse, arr. de Bastia. 

Ortau, orteil, légume. 
LORTIE. — De Lorcy, commune du Loiret, arr. de Pithiviers. 

Ortie, plante. 
LORY. — Lorris, commune du dép .du Loiret, arr. de Mon- 

targis. De lore, coup. 



[ 405 ] 

LOZET. — Lozay, commune de la Charente-Inférieure, arr. 
de St-Jean d'Angély. De los, engin de pêche. 

LOT. — Llo, commune des Pyrénées-Orientales, arr. de 
Prades. Lot, tribut, sort, consentement, blessure, mesure 
de liquides. 

LOTBINIERE. — Laubinière, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 1667 pour Bordin. 

LOTHAINVILE. — D'Autainville, com. du dép. de Loir- 
et-Cher, arr. de Blois. 

LOUBERT. — Commune du dép. de la Charente, canton de 
Saint-Claud. 

LOUBET. — De Loubers, commune dvi dép. du Tarn, arr. de 
Gaillac. 

LOUBIA. — De Llupia, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Perpignan. De loubas, vanner. 

LOUBIER. — De la Loubière, seigneurie du Languedoc, éri- 
gée en 1770 pour Du Buisson. De lovier, louvetier, lu- 
carne. 

LOUBILLE. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
:\Ielle. 

LOUESNES. — De Liernais, commune du dép. de la Côte- 
d'Or, arr. de Beaune. 

LOUET, LOUETTE. — De Louer, commune du dép. des 
Landes, arr. de Dax. Louet, l'oncle, la huitième heure. 

LOUINEAU. — De Louin, bourg du Poitou, dans le dép. de 
la Vendée, à 8 lieues de Poitiers. 

LOUIS. — Louit, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Tarbes. Louis, nom d'homme. 

LOUISMET. — De Luméville commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Louismet, petit Louis. 

LOUP. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour De 
Saint-Pern. Loup, machine de guerre appelée corbeau, 
ulcères rongeants, poisson de mer. 

LOUPE. — Commune du dép. d 'Eure-et-Loire, arr. de Nogent. 
Loupe, tumeur, lippe, nœud d'un bois, pierre précieuse 
non dégrossie, boule de fer sortant du feu d'affinerie, 
lopin. 



[ 406 ] 

LOUPRET. — De Liibret, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. Loupret, lourdaud. 

LOURDIN. — De Lourdines, lieu du dép. de la Vienne, com- 
mune de Migné. Lourdin, lourdaud. De lourde, porte. 

LOUVARD. — De Louvardière, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1600 pour Boux. Louvard, tannière, piège à loup. 

LOUVE. — De Louviers, ville du dép. de l'Eure. Louvet, 
loup de taille moyenne. Louver, faire un trou dans une 
pierre pour y faire entrer la louve, afin de l'élever. 

LOUVEL. — De la Louvelière, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en baronnie en 1636. Louvel, louveteau. 

LOUVETOT. — De Louvetot, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. d'Yvetot. Louveteau, petit loup. 

LOUVIERE. — Commune du dép. de l'Aude, arr. de Castel- 
nadaury. Lovière, tannière de loup, piège à loup, vête- 
ment fait avec la peau du loup. 

LOUVIGNY, — Communes des dép. des Basses-Pyrénées, du 
Calvados et de la Sarthe. 

LOUVOIS. — Commune du dép. de la Marne, arr. de Reims. 

LOYAL. — De Soual, commune du dép. du Tarn, arr. de 
Castres. Loyal, fidèle, chrétien. 

LOYER. — De Soyers, commune de la Haute-Marne, arr. de 
Langres. Loyer, marchand d'oies ou le rôtisseur. 

LOYSEAU. — V. Loiseau. 

LOZEAU. — De Loze, commune du dép. du Tarn-et-Garonne, 
arr. de Montauban. Lozeau, de loze, renommée, louange, 
flatterie. . 

LOZON. — Commune du dép. de la Manche, arr. de Saint-Lô. 

LUANDRE. — De Luant, commune du dép. de l'Indre, arr. 
de Châteauroux. Luandre, vient de lux, lumière. 

LUBIN. — De Lul)ine, commune dii dép. des Vosges, arr. de 
Saint-Dié. Lubin, loup, poisson de mer. 

LUC. — Communes des Hautes-Pyrénées, de la Lozère et de 
l'Aveyron. De lux, lumière. 

LUCAS. — De Luchat, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de Saintes. De luquier, regarder. 

LUCAULT. — De Lueeau, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de St-Calais. 



[ 407 ] 

LUCE. — Seigneurie de Bretagne érigée en 1668 pour Bou- 
dant. Luce, luxation, sorte d'osier. 

LUCHERON. — De Luçon, commune de la Vendée, arr. de 
Fontenay-le-Comte. De louche, bêche. 

LUCHESIE, LUKÉSIE. — De Luthézieu, commune du dép. 
de l'Ain, arr. de Belley. 

LUCHEUX. — Commune du dép. de la Somme, arr. de Doul- 
lens. Lucheux, qui louche. 

LUCIER. — De Lucy, communes des dép. de la Marne et de Id. 
Seiue-Inférieure. Du latin lucere, luire, briller. 

LUDERS. — De Ludiés, commune de l'Ariège, arr. de Pa- 
miers. De ludere, jouer. 

LUGRÈ. — De Luré, commune du dép. de la Loire, arr. de 
Roanne. 

LUMINEAU. — De Lumeau, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Châteaudun. De luminer, illuminer, briller. 

LUNEAU. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de la Palisse. 
Lunot, verdier, oiseau, et luneau, nom donné à un bœuf 
qui porte une lune au front. 

3;.UNÉGAUT. — De Lunégarde, lieu du dép. du Lot, arr. de 
G ourdou. 

LUNÉVILLE. — Ville de Meurthe-et-Moselle. 

LUPIEN. — Lupian, commune de la Gironde, arr. de La- 
parre. Lupin, loupe. 

LURET. — Luré, com. du dép. de la Loire, arr. de Roanne. 

LUSIGNAN. — Ville de la Vienne et baronnie érigée en 1618 
en faveur de De Lusignan. 

LUSSAC. — Communes de la Gironde et de la Charente-Infé- 
rieure. 

LUSSIER. — De Lussy, en Bourgogne, diocèse d'Auxerre. 
Dérive de lux, lumière 

LYAUMONT. — D 'Hyraumont, lieu dans les Ardennes, com- 
mune de Rocroi. 

LYONNAIS. — De Lyon, ville du dép. du Rhône. Lionet, 
liom-eau. 

LYRE. — Lire, commune du dép. de Maine-et-Loire, arr. de 
Cholet. Lirer, jouer de la lyre. 



[ 408 ] 

M 






MABILLE. — De Roche-Mabile, commune du dép. de l'Orne, 
arr. d'Aleneon. Bille, ordonnance, morceau de bois. 

MÂBILLEÂU. — De Mably, commune du dép. de la Loire, 
arr. de Roanne. Billot, tribut sur la vente du vin en 
détail. 

MABLEAU. — De Malbo, commune du dép. du Cantal, arr. 
de Saint-Flour. Ablo, cri d'arme des roturiers. 

MABRIANT. — De Malbrans, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Besançon. 

MACAN. — De Manicamp, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Laon. De maque, masse d'armes, houlette. 

MACART. — De j\Iaucor, commune du dép. des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Pau. 

MACAYE. — Commune du dép. des Basses-Pyrénées, arr. de 
Bayonne. Maquet, meule, tas de foin. 

MACÉ. — Commune du dép. de l'Orne, arr. d'Aleneon. Macé, 
massue. 

MACARTY. — De Marcadis, bourg du Condomois. Macarty, 
mercredi. 

MACHABÉ. — Commune du dép .de l'Ardèche, arr. de Tour- 
non. Machabé, guerrier. 

MAGHARD. — De Machers, commune du dép. de la Charente- 
Inférieure, arr. de Saintes. Vient de machau, grange. 

MACHE. — De Maiche, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Montbéliard. Mâche, meule de foin, bouchon. 

MACHET. — Mâché, commune de la Vendée, arr. des Sables- 
d'Olonne. Machet, petit oiseau. 



[ 409 ] 

MACKAY. — V. Macaye. 

MACLINE. — Macquelines, seigneurie du Valois, érigée en 

1528 pour De Gorges. Macline vient de macle, maille de 

filet à pêcher. 
MAÇON. — Ville du dép. de Seine-et-Loire. 
MACONCE. — De Maconge, commune de la Côte-d'Or, arr. 

de Beaune. 
MACULO. — De Maclou, seigneurie du Poitou, érigée en 

1763 pour de Chamborant. Maculeux, taché. 
MADAME. — Lieu du dép. de l'Aude, dans la commune de 

Carcassonne. Dame, belle-mère. 
MADARD. — De Mardor, commune de la Haute-Marne, arr. 

de Langres. De madeur, humidité. 
MADEILLE. — De Mardeuil, commune du dép. de la Marne, 

arr. d'Epernay. Deile, morceau, pièce. 
MADELAINE. — Communes du Pas-de-Calais, du Nord, etc. 

Madeleine, sorte de monnaie. 
MADERAN. — De ]\Iadiran, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Tarbes. Maderin, vase de bois. 
MADERE. — De Madière, commune du dép de l'Ariège, arr. 

de Pamiers. De madier, grosse table de tapissier. 
MADORE. — De Mardore, commune du dép. du Rhône, arr. 

de Ville-Franche. De madourre, grossier. 
MADOUE. — Commune du dép .des Vosges. Madou, amadou. 
MADOX. — Du Médoc, petit pays dans le dép. de la Gironde. 
MADRAC. — De Madirac, commune du dép. de la Gironde, 

arr. de Bordeaux. Madrac, vient de madré, verre à boire, 

bois veiné. 
MADRY. — De Madrie, petit pays dans le département de 

l'Eure. 
MAGAUT. — De Macau, commune du dép. de la Gironde, arr. 

de Bordeaux. Magaut, poche, besace, bourse, sorte de 

tonneau. 
MAGDONNÉ. — De Madegney, commune du dép. des Vosges, 

arr. de Mirecourt. 
MAGHER. — De Magescq, commune du dép. des Landes, arr. 

de Dax. 



[ 410 ] 

MÂGLOIRE. — De Malgoire, baronuie du Languedoc, érigée 

en 1504 pour De Crussol. 
MAGNAC. — Commune de la Haute-Vienne, arr. de Bellac. 
MAGNAIN. — De Magnien, commune de la Côte-d'Or, arr. 

de Beaune. 
MAGNAN. — Commune du dép. du Gers, arr. de Condom, 

Magnan, chaudronnier. Magnan, est le cri des chaudron- 
niers de passage, vers à soie. 
MAGNERON. — De Margueron, commune de la Gironde, arr. 

de Libourne. Magneron vient de magne, minerai qui res- 
semble à l'antimoine. 
MAGNI. — Magnils, commune de la Vendée, arr. de Fonte- 

nay-le-Comte. Magnie, mélange de gens. 
MAGNY. — Commune du Calvados, arr. de Bayeux. Dérive 

de magnus, grand. 
MAGO, MAGOT.— De Macôt, commune du dép .de la Savoie, 

ar. de INIoutiers. Magot, amas d'argent caché, oiseau 

d'Ecosse, singe sans queue. 
MAGUER. — De Maguère, seigneurie du Languedoc, érigée 

en 1693 pour de la Barthe. Maguer, vient de mague, 

estomac, gésier d'oiseau. 
MAGUET. — De Magueville, bourg de la Saintonge, arr. de 

Saintes. V. Maillet. 
MAHEU. — De Magneux, commune du dép. de la Marne, arr. 

de Reims. Maheu, nom d'homme, fait de Mathieu. 
MAHIER. — De Maigné, commune du dép. de la Sarthe, arr. 

de la Flèche. 
MAIANDY. — De Nandy, commune de Seine-et-Marne, arr. 

de Melun. 
MAIE. — May, commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. de 

Meaux. Maie, sorte de cancre, huche, pétrin, aire fixe 

sur laquelle on met le pressoir. En gallois, maie, signifie 

cruche, bassin. 
MAIGNAT. — Commune de l'Auvergne, arr. de Saint -Flour. 
MAIGRE, MAIGRET. — De Magrie, commune du dép. de 

l'Aude, arr. de Limoux. Maigret, un peu maigre. Dérive 

du grec makros, long, maigre. 



[ 411 ] 

MAIGRIGRI. — De Mégrigny, commune de la Champagne, 
arr. de Troyes. 

MAILHIOT. — De Maillioc, commune du dép. du Tarn, arr. 
d'Albi. Mailhiot, maillet. 

MAILLARD. — De Maillas, commune du dép. des Landes, 
arr. de Mont-de-Marsan. Maillard, débiteur ou collecteur 
de l'impôt appelé maille. 

MAILLE. — Commune de la Vendée, arr. de Fontenay-le- 
Comte. Maillé, tissu de mailles, tacheté. 

MAILLET. — Com. du dép. de l'Indre, arr. de La Châtre. 
Maillet, armes, marteau de bois, fantassin armé du mail- 
let, marteau de porte. Maillette, luzerne. 

MAILLOT, MAIOT. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. de 
Sens. Dérive de mallus, étoffe velue, et signifie maillet. 

MAILLOU, MAILLOUX. — De Nailloux, commune du dép. 
de la Haute-Garonne, arr. de Villefranche. Maillou, lien 
pour attacher la vigne 

MAILLY. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Charolles. Maillis, clôture en fer maillé. 

MAINFROY. — De Monfréville, commune du Calvados, arr. 
de Bayeux. Mainfroy, nom d'homme. 

MAINGUY. — De Nangy, commune de la Haute-Savoie, arr. 
de St-Julien. Nom composé de main, maison et de guy, 
plante parasite. 

MAINVILLE, MINVILLE. — Bourg dans le duché de Lor- 
raine, dans le marquisat d'Haroué, et lieu du dép. de 
Seine-et-Oise, dans la commune de Draveil. Min, lieu 
où se vend en gros le poisson de mer. 

MAISERETS. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1506 
pour de Clinchamps. Dérive de maizère, maisière, mai- 
son. Maiserer, construire, maçonner un mur. 

MAISON-DE-BOIS. — Commune du dép. du Doubs, arr. de 
Pontarlier. Maison, manoir fortifié. 

MAISONNEUVE. — Communes des dép. de la Vienne, de 
la Côte-d'Or, du Jura, etc. 

MAISON-ROUGE. — Lieu du dép. de la Meuse, dans la com- 
mune de Verdun, et commune du dép. de Seine-et-Marne, 
arr. de Provins. 



[ 412 ] 

MAISONVILLE. — De Mansonville, commune du dép. de 
Tarn-et-Garonne, canton de Lavit. Maisonville, ou mai- 
son de ville, lieu où s'assemblaient les officiers qui 
avaient charge de la police de la ville. 

MAISTRE, MAITRE.— Commune du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. d'Angers. Autrefois une compagnie de cavalerie se 
composait de cinquante maîtres, et chaque homme d'ar- 
mes ou cavalier avait un ou plusieurs valets. Le nom de 
Maître vient de là. Maistre, docteur, partie d'une char- 
rue, le nord-ouest. 

MAIZIERES. — Commune du Calvados, arr. de Falaise. 
Maizière, haie ou toute autre séparation. L'on disait une 
maizière de champ, de vigne. Ce mot vient de masure, 
dont était composé un village appelé maizière. 

MAJOR. — De Montmajor, lieu du dép .des Bouches-du- 
Ehône, commune d'Arles. Major, nom d'homme, vient 
du latin major, plus grand. 

MAJOT. — De Mage, commune du dép. de l'Orne, arr. de 
Mortagne. 

MALAFOSSE. — De Marfaux, com. du dép. de la Marne, 
arr. de Reims. 

MALAIRE. — De Maulers, comune du dép .de l'Oise, arr. de 
Clermont. Vient de malar, ladrerie, lèpre. 

MALAPART, MALEPART.— De Malpart, commune du dép. 
de la Somme, ar. de Montdidier. Malepart, mauvais par- 
tage et malapart, impertinent, insolent. 

MALART. — De Malarville, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1720 en faveur de Malart. Malard, canard mâle do- 
mestique. 

MALBEC. — Seigneurie du Comtat-Venaissin, érigée en 
1220 pour De Pestel. Malbec, mauvaise langue. 

MALBEUF. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1300 
pour De Tournebu. 

MALBOUFFLE. — De Marbeuf, commune du dép. de l'Eure, 
ar. de Louviers. 

MALCHELOS. — De Marcellaz, commune de la Haute-Sa- 
voie, arr. d'Annecy. 



[ 413 ] 

MÂLCOU. — De Malakoff, commune du dép. de la Seine, arr. 
de Sceaux. 

MÂLEM. — De la Malène, commune du dép. de la Lozère, 
arr. de Florac. Malen, gale, lentes, et malan, ladrerie, 
lèpre. 

MALENPANT. — De Valencin, commune du dép. de l'Isère, 
arr. de Vienne. Malenfant, mauvais enfant. 

MALERAY. — Mallerey, commune du dép. du Jura, arr. de 
Lons-le-Saunier. Maleurée, malheureux, infortuné. 

MALET. — Seigneurie de l'Auvergne, érigée pour Peguay- 
rolles. Malet, mallier ou brancardier, cheval malet. 

MALEY. — Bourg du Bas-Languedoc, arr. de Puy. Maleys, 
marne, engrais. 

MALGUERET. — De Malleret, com. du dép. de la Creuse, 
arr. de Boussac. Malgréer, maudire, blasphémer. 

MALHERBE. — De Manerbe, commune du Calvados, arr. de 
Pont-l'Evêque. Malherbe, plante d'une odeur forte qui 
croît dans le Languedoc et la Provence, et qui sert aux 
teinturiers. 

MALHIOT, MALLIOT. — Seigneurie de Lorraine, érigée 
pour Toustain. 

MALIDOR. — De Moudidars, commune du dép. de la Cha- 
rente, arr. d'Angoulème. 

MALISSON. — De Maumusson, commune de la Loire-Infé- 
rieure, arr. d'Ancenis. Vient de malis, pommier. 

MALLARD. —V. Malard. Mallard, marchandise employée 
dans le tarif de la douane à Lyon, petites meules à re- 
mouleurs. 

MALLET. — Commune du dép. du Cantal, arr. de St-Flour. 
Mallet, poche. 

MALLETERRE. — De Mouterre, commune du dép. de la 
Vienne, arr. de Montmorillon. 

MALLETTE. — De Maulette, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Nantes. Mallette, petite malle, petit sac de 
toile que les Capucins portaient au bras, lorsqu'ils al- 
laient prêcher à la campagne. 

MALLIER. — De Malloué, commune du Calvados, arr. de 



[ 414 ] 

Vire. Mallier, cheval attelé entre les brancards d'une 

chaise de poste. 
MÂLO. — Commune du dép. du Nord, arr. de Dunkerque. 

Malot, pourceau, guêpe, bourdon, insecte. 
MALOUIN. — De Malou, commune du dép. de l'Hérault, arr. 

de Béziers. Malouin, vient de malous, mauvais. 
MALOY. — D 'Alluets, commune de Seine-et-Oise, arr. de 

Versailles. Maloir, préférer, aimer mieux. 
MALSOI. — De Manciet, commune du dép. du Gers, arr. de 

Condom. 
MALTAIS. — De Maltat, commune de Saône-et-Loire, arr. de 

Charolles. Maleté, méchanceté. 
MALTESTE. — De Betête, commune du dép. de la Creuse, 

arr. de Boussac. 
MALVENNE. — De Malvans, bourg de la Provence, arr. de 

Vence. Malvene, vient du bas-breton malvenne, qui a de 

grands cils. 
MALZA. — De Mauzac, commune de la Haute-Garonne, arr. 

de Muret. 
MANABE. — De Malabat, commune du dép. du Gers, arr. de 

Mirande. Man, manne. 
MANGE. — Commune du dép. de Meurthe-et-Moselle, arr. 

de Brière. Manse, étendue de terrain nécessaire pour 

l'entretien d'une famille. 
MANGEAIT. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 

De Gaudriou. Manceau, qui est du Mans, vient de man- 

cele, manche. 
MANGHAUT. — De Manchaux, commune du dép. du Doubs, 

arr. de Besançon. Manchaut, qui n'a qu'une main dont 

il puisse se servir. 
MANDE VILLE. — Communes du Calvados et de l'Eure. 

Mande, ville, comme s'il y avait villeville. 
MANDIN. — Mandans, baronnie du Querey, érigée en 1740 

pour De Foucault. Vient de mande, huissier, grande cor- 
beille. 
MANEAU. — Mano, commune du dép. des Landes, arr. de 

Mont-de-Marsan. Maneau, dim. de mane, case d'un co- 
lombier. 



[ 415 ] 

MÂNEGLE. — De Manéglise, bourg de Normandie, arr. de 
Ro.uen. Manel, poignée, doigt de la main. 

MANETANAIS. — De Mantenay, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Bourg. De manete, peute manne, menotte, lien. 

MANEUF. — De Manœuvre, baronnie érigée en 1643 pour 
De Verthamont. Manèfle, outil à l'usage des bouviers. 

MANFRET, MANFRO Y. — De Puimanfroy, commune du 
Poitou, arr. de La Rochelle. Mainfroy, nom d'homme, 
vient de main, matin. 

MANGEON. — D'Anjouin, commune du dép. de l'Indre, arr. 
d'Issoudun. Manjon, qui bégaie, qui bredouille. 

MANIAC. — De Manhac, commune du dép. de l'Aveyron, 
arr. de Rodez. Maniacle, furieux, extravagant. 

MANIANT. — De Magnien, commune de la Côte-d'Or, arr. 
de Beaune. Maniant, maniable, souple, qui s'abandonne. 

MANNEVILLE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1118 
pour De Manneville. Vient de manne, pluie qui tombe 
lorsque le soleil luit. 

MANNIEL. — De Manduel, commune du dép, du Gard, arr. 
de Nîmes. Manielle, lien. 

M ANSE AU. — Du Mans, ville de la Sarthe. Manseau, habi- 
tant du Maine, monnaie du Mans. Vient de manse, pro- 
priété rurale, avec habitation. 

MANTENAY. — Ville de la Champagne, sur la Seine, au- 
jourd'hui appelée Saint-Lie. De mante, couverture de 
lit, habit de femme. 

MANUBY. — De Mazuby, commune du dép. de l'Aube, arr. 
de Limoux. Manu, vient de l'irlandais manu, forêt. 

MANUEL. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1466 pour 
Toustain. Manuel, ce qu'on peut tenir à la main, qui se 
fait avec la main, livre de prières. 

MAPEYRAUX. — De Monpeyroux, commune du dép. de la 
Dordogne, arr. de Bergerac. 

MAQUET. — De Macqueville, commune de la Charente-In- 
férieure, canton de Matha. Maquet, meule, tas de foin, 
massue. 

MAR. — Seigneurie de Champagne, érigée pour d'Ambly. 



[ 416 ] 

Mar, en bas-breton, eu gallois et en irlandais, signifie 
mer, et dans l'ancien français, grand seigneur. 

MARACÉ, MARASSÉ. — De Marçay, commune du dép. de la 
Vienne, arr. de Poitiers. Dérive de mara, mare, lac, ma- 
rais, et ligne, dans le langage basque. 

MARAINE. — De Marennes, ville de la Charente-Inférieure. 
De marain, dépit, colère. 

MARAIS. — Commune de l'Artois, arr. d'Arras. Marais, 
terres basses et humides. 

MARAMBOUVILLE. — Maranville, commune de la Haute- 
Marne, arr. de Chaumont. Marambout, marabout, cafe- 
tière à ventre très large. 

MARANDA. — D'Arandas, commune du dép. de l'Ain, arr, 
de Belley. Maranda, myrte qui croît dans l'île de Ceylan. 
Vient de marande, petit repas entre le dîner et le souper. 

MARANDAIS. — De Marandeuil, commune de la Côte-d'Or, 
arr. de Dijon. Marandais, grandes herbes sauvages. 

MARANDEAU. — De Marant, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Montreuil-sur-Mer. 

MARAT. — Commune du dép. du Puy-de-Dôme, arr. d'Am- 
bert. 

MARAY. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. de Romo- 
rantin. 

MARBEC. — De Marbaix, commune du dép. du Nord, arr. 
d'Avenues. 

MARBRELLE. — De l'Arbresle, commune du dép. du Rhône, 
arr. de Lyon. Marbrelle, axe ou marbre de la roue qui 
sert à faire mouvoir une cloche, pont-levis. 

MARC. — Commune de la Champagne, arr. de Reims. Marc, 
poids de huit onces, place, marais. 

MARCAS. — De Marquaix, commune du dép. de la Somme, 
ar. de Péronne. Dérive de marc, place, marais, lie. 

MARCAURELE, MARCOREL. — Marcorel, commune du Pas- 
de-Calais, arr. de Montreuil. Vient de marck, cheval, 
onde, marc, signe, caractère, borne marque. 

MARGE. — Commune du dép. de Maine-et-Loire, arr. de 
Baugé. Marceis, qui se flétrit. 



[ 417 ] 

MARCEAU. — Com. du dép. des Ardennes et de la Sarthe. 
Marceau, saule. 

MARCEL. — De Marissel, commune du dép. de l'Oise, arr. 
de Beauvais. Marchel, de marché. 

MARCEREAU — De Masserac, commune du dép. de la Loire- 
Inférieure, arr. de St-Nazaire. 

MARCHAIS. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Laon. 
Marchais, eau qui s'amasse dans les terres basses, où 
croissent les plantes d'étang, mare. 

MARCHAL. — Commune du dép. du Cantal, arr. deMauriac. 
Marchai, celui qui marque les logements aux domestiques 
du roi. 

MARCHAND. — Marchamp, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Belley. Marchand, celui qui fréquente les marchés 
pour y acheter et revendre, amateur, enthousiaste. 

MARCHENOT. — De Marcenod, commune du dép. de la 
Loire, ar. de St-Etienne. Vient de marche, pédale, dans 
un métier de tisserand. 

MARCHESSEAU. — De Marchezais, com. du dép. d'Eure- 
et-Loir, arr. de Dreux. Marchesseau, mare sèche. Vient 
de marchesse, orge de mars. 

MARCHET. — De Marchéville, com. du dép. de la Somme, 
arr. d'Abbeville. Marchet, marché, sceau. 

MARCHETEAU.— De Marchaux, com. du dép. du Doubs, 
arr. de Besançon. Marcheteau, corde qui attache les 
marches aux lames d'un métier de tisserand. 

MARCHETERRE. — De Marchastel, commune du dép. du 
Cantal, arr. du Murât. Marcheterre, pour Marche-à- 
terre. Corruption du mot mercadier, marchand. 

MARCHETTE.— D 'Archettes, commune du dép. des Vosges, 
ar. d'Epinal. Marchette, petit bâton qui tient en état 
une machine où l'oiseau vient se prendre. 

MARCHILDON. — De Marchelins, châtellenie dans le pays 
de Grisou, à 2 lieues de Coire. Dérive de marchel, fron- 
tière. 

MARCIL, MARCILLE. — Bourg dans le dép. de la Mayenne, 
à 2 lieues de Mayenne, De marsaille, grain semé en mars. 

27 



[ 418 ] 

MABGOT, MARCOTTE. — Seigneurie en Normandie, érigée 
en 1463 pour De la Motte. Marcot vient de l'italien mar- 
gotta, provin. 

MARCOU, MARCOUX. — Communes des dép. des Basses- 
Alpes, et de la Loire. Marcou, septième enfant mâle 
d'une même mère, sans fille interposée, vieux chat mâle, 
matou, le lion de Saint-Mare, à Venise. 

MARCOUILLÉ, MARCOULIER. — De Marcolès, commune 
du dép. du Cantal, arr. d'Aurillac. 

MARCOURT. — De Maricourt, com. du dép. de la Somme, 
arr. de Péronne. 

MARDOS. — D 'Ardes, commune du dép. de Puy-de-Dôme, 
arr. d'Issoire. 

MAREC, MARECK. — D'Arnèke, commune du dép. du 
Nord, arr. d 'Hazebrouck. Marec, chevalier. 

MARECHAL. — D'Archail, commune des Basses- Alpes, arr. 
de Digne. Maréchal, gouverneur de juments, chef de 
cavalerie, médecin des chevaux. Vient de mire, médecin, 
et de cheval. 

MAREE. — Maray, commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. 
de Romorantin. Marée, pluie de peu de durée, flux et 
reflux de la mer, flaque d'eau. 

MARENDE. — De Mirande, ville du dép. du Gers, arr. de 
Montreuil. Marande, goûter, collation, 

MARENTAY, MARENTET, MARENTETTE.— D 'Arrentès, 
commune du dép. des Vosges, arr. de St-Dié. 

MAREST. — Communes du Pa^-de-Calais et de TOise. Ma- 
rest, marécage. 

MARET. — Maretz, commune du dép. du Nord, arr. de Cam- 
brai. 

MARETTE. — D 'Arette, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Oloron. Marette, marée. 

MAR6ANE. — De Morganx, commune du dép. des Landes, 

arr. de Saint-Sever. Margane, sèche. 
MARGEON. — Seigneurie du Languedoc, érigée en 1700 
pour De la Pause. De marge, bord. 



[ 419 ] 

MARGUERIE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1188 
pour De Marguerie, et commune de la Gascogne, arr. de 
Tarbes. Marguerie, perle. 

MARGUERITE. — De Marguerittes, commune du dép. du 
Gard, arr. de Nîmes. Marguerite, fleur, perle. 

MARGUOTE. — Seigneurie de Normandie, devenue marqui- 
sat en 1764. Marguote dérive de marga, marne. 

MARIAC. — Commune du dép. de l'Ardèche, arr. de Tour- 
non. 

MARIAGE. — De Mariade, bourg de Provence, arr. de Digne. 
Mariage, noces, dot, gens mariés, biens des époux, place 
de sûreté accordée aux protestants. 

MARIAUCHEAU. — De Maresches, commune du dép .du 
Nord, arr. d'Avesnes. Mariaucheau, maréchal ferrant. 

MARICHAU. — De Maricher, en Gascogne, ancien diocèse 
de Comminges. Mareschaude, femme d'un maréchal. 

MARICOURT. — Commune de la Somme, arr. de Péronne. 

MARIE. — Commune des Alpes-Maritimes, arr. de Puget- 
Théniers. Il y avait aussi les Trois-Maries, en Provence. 
Ce lieu était en grande dévotion chez les Provençaux, qui 
croyaient que c'est là où les trois Marie, savoir Made- 
leine, Jacobé et Salomé ont débarqué portant avec elles 
la tête de saint Jacques le Mineur. Ce lieu est dans la 
Camargue, à l'embouchure d'un bras du Rhône. 

MARIEN. — Commune du dép. de la Creuse, arr. de Boussae. 
Mariant, qui se marie. 

MARIER. — De Marilly, bourg de la Touraine. Marier, la- 
boureur à la mare, associé, unis par le mariage. Marier, 
égarer. 

MARIET. — De Marillet, commune de la Vendée, arr. de 

Fontenay-le-Comte. Mariet, espèce de campanule. 
MARIEUX. — Commune du dép. de la Somme, arr. de Doul- 
lens. Marieux, bourreau, celui qui marie le condamné 
avec la potence. 
MARIGNIER. — Commune de la Haute-Savoie, arr. de Bon- 

neville. Marinier, marin, batelier. 
MARIGNY. — Communes des dép. de la Manche, du Loiret^ 



1 420 ] 

du Jura, de l'Allier, etc. Marigny, petit moucheron dont 
la piqûre est douloureuse. 

MARILLÂC. — Commune de la Charente, arr. d'Angoulème, 
Dérive de marille, registre. 

MARIN. — Commune du dép. de l'Aveyron, arr. de Ville- 
neuve. Marin, qui vient de la mer ou lui appartient. 

MARINEAU. — De Marines, commune du dép .de Seine-et- 
Oise, arr. de Pontoise. Marineau, matelot. 

MARINETTE. — De Marolette, com. du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Marinette, pierre d'aimant. 

MARINIER. — De Marnay, commune de la Haute-Saône, arr. 
de Gray. Marinier, qui est né de la mer (Vénus) officier 
qui commande à un équipage de matelots. 

MARION. — Commune du dép. de la Gironde, arr. de Bazas. 
Marion, dim. de Marie, gardien de la maison. 

MARITON. — De Méritein, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. d'Orthez. Meriton, récompense, et maritin, mari- 
time. 

MARLIAC. — Commune du dép. de la Haute-Garonne, arr. 
de Muret. 

MARLY. — Commune du dép. du Nord, arr. de Valenciennes. 
Marly, espèce de gaze. 

MARMAN, MARMEN. — De Marmande, ville du dép. de 
Lot-et-Garonne. De marma, masque. 

MARMET, MARMETTE. — De Marmesse, commune de la 
Haute-Marne, arr. de Chaumont. Mermet, petit. 

MARMIGNON. — De Marminiac, commune du dép. du Lot, 
arr. de Cahors. Marmion, marmot. 

MARMOTTE.— De Marbotte, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Marmotte, singe, gros rat de mon- 
tagne, commun en Savoie et dans le Dauphiné. Mar- 
motte, sorte de poisson, vase de terre servant de chauffe- 
rette. 

MARNE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour De 
Chardonnaye. Marne, terre molle et grasse, pierre tendre 
et grasse au toucher. 

MARDIS. — De Maroué, commune du dép .des Côtes-du- 



[ 421 ] 

Nord, arr. de Saint-Brieuc. Maroas, fourmi de mer. 

MAROL. — De Marolle, commune de Loir-et-Cher, arr. de 
Romorantin. Marolles, fromage fabriqué à Maroilles, 
bourg du dép. du Nord. 

MÂROLLEAU. — De Marolles, commune du Calvados, arr. 
de Lisieux. 

MARONE. — De Malaunay, commune du dép. de la Seine- 
Inférieure, arr. de Rouen. Maronet, matelot, corsaire. 

MAROT. — Marault, commune de la Haute-Marne, arr. de 
Chaumont. Mareau, lot de bois. 

MAROUIN. — De Maurrin, commune du dép. des Landes, 
arr. de Mont-de-Marsan. Rouain, ornière. 

MARQ. — Marques, commune de la Seine-Inférieure, canton 
d'Aumale. Marque, poinçon d'orfèvre, empreinte mise 
sur les marchandises soumises aux douanes, la contri- 
bution même. Marck, cheval, dans la langue gauloise. 

MARQUET. — De Marquay, communes de la Dordogne et du 
Pas-de-Calais. Marquet, monnaie de Venise, dont l'em- 
preinte était un saint Marc, enfant qui vient au monde 
avec un signe sur le corps, sorte de chien. 

MARQUETTE. — Commune du dép. du Nord, ar. de Lille. 
Marquette, marchette. 

MARQUIN. — Marquein, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Castelnadaury. Marquin, tisserand en batiste. 

MARQUIS. — Commune du Pas-de-Calais, arr. de Boulogne- 
sur-Mer. Marquis, nom donné aux bourreliers. 

MARRE. — Commune du dép .de la Meuse, arr. de Verdun. 
Marre, espèce de houe qui sert pour labourer les vignes, 
pourceau. Dérive du grec marrhon, houe. 

MARS. — Communes des dép. du Gard et de la Loire. Mars, 
anuonciation, mois, menus grains semés en mars, mardi. 

MARSAC. — Communes des dép. de la Creuse, des Hautes- 
Pyrénées et de la Dordogne. 

MARSAIS. — Commune du dép. de la Vendée, arr. de 
Fontenay. Marsès, blé de mars. 

MARSAL. — Commune du dép. du Tarn, arr. d'Albi. Mar- 
sal, vient de mars, borne, futaine, village. 



[ 422 ] 

MARSAN. — Commune du dép. du Gers, arr. d'Aueh. Mar- 
çan, maréchal. 

MARSAULT. — Marsaut, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1697. Marsaut, mâle, en parlant du saule. 

MARSÉ. — Marsai, bourg de l'Aunis, dép. de la Charente- 
Inférieure. Marsé, ce que l'on sème en mars. 

MARSEILLE. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Beau- 
vais. 

MARSET. — De Marcey, commune du dép. de la Manche, 
arr. d'Avranches. Marsé, ce que l'on sème en mars. 

MARSILLY. — Communes des dép. de la Charente-Inférieure 
et de la Moselle. Marseillie, nom donné à la piastre 
d'Espagne par les Turcs. 

MARSOLET. — De Marcolès, commune du Cantal, arr. d'Au- 
rillac. De Mars on a fait Marsolet. Le marsoleau est une 
linotte qui naît en mars: d'où son nom. 

MARTEAU. — Martot, commune du dép. de l'Eure, arr. de 
Louviers. Marteau, grêle, cheville qui tient les chevaux 
attachés au timon d'une charrette. 

MARTEL, MARTELLE.— Martel, commune du dép. du Lot, 
arr. de Gourdon et seigneurie normande. Martel, mar- 
teau d'armes, épée de connétable, tourment, martelage. 
Martelle, coup de marteau. 

MARTIAL. — Communes des dép. de la Charente et du 
Cantal. Martial, nom d'homme, signifie vaillant. 

MARTICOTTE. — De Martincourt, commune du dép. de 
Meurthe-et-]\Ioselle, arr. de Toul. 

MARTIGNY. — Communes des dép. du Calvados, de la Seine- 
Inférieure, de la Manche. 

MARTIN. — Des Martins, lieu du dép. de la Drôme, dans la 
commune de Chabeuil, et seigneurie en Artois. Martin, 
maladie, projet, martre. 

MARTINBAULT. — Martin-le-Beau, bourg du dép. d'Indre- 
et-Loire, sur le Cher. 

MARTINEAU. — De Martignat, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Nantua. De martiner, se livrer à une vie licen- 
cieuse. 



[ 423 ] 

MARTINET, MARTINETTE.— Commune de la Vendée, arr. 
des Sables-d'Olonne. Martinet, oiseau, petit chandelier 
à queue et sans patte, engin à verge, arbalète, forge. 

MARTINIERE (La). — Seigneuries de Touraine, de Nor- 
mandie et de Bretagne. 

MARTOLIO. — De Marlioz, commune de la Haute-Savoie, 
arr. de St- Julien. 

MARZE. — Seigneuries du Lyonnais et de Bourgogne. Mar- 
ceis, qui se flétrit. 

MARZIER. — De Marzy, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Nevers. Marcier, lever le droit de marciage. 

MASCELIN, MASSELIN. — De Massoins, commune du dép. 
des Alpes-Maritimes, arr. de Puget-Tliéniers. Masselin, 
dim. de mascel, mâle. 

MASSALS. — Commune du dép. du Tarn, arr. d'Albi. Vient 
de mas, ferme dans le midi de la France. 

MASSARD. — De Massât, ville du dép. de l'Ariège, arr. de 
Saint-Girons. Massart, trésorier municipal. 

MASSE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1669 pour 
Chrestien. Masse, lingot, massue, certaine quantité de 
terre labourable, piliers d'un pont, tactique militaire. 

MASSÉ. — Massay, commune du dép. du Cher, arr. de 
Bourges. Massé, massue. 

MASSEAULT. — De Massac, commune du dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, arr. de Saint- Jean d'Angély. Maçot, 
massue. 

MASSELOT, MASSELOTTE. — De Masseilles, commune de 
la Gironde, ar. de Bazas. Masselot, portion de fonte ex- 
cédant la quantité nécessaire à remplir le moule, gru- 
meau. 

MASSIA. — De Meussia, commune du Jura, arr. de Saint- 
Claude. De massi, massif, ferme, solide. 

MASSICOT, MASSICOTTE. — De Massugas, commune du 
dép. de la Gironde, arr. de la Réole. Massicot, péage 
levé sur les vins. Machicot, chantre qui, à Paris, faisait 
les fonctions de choriste. Massicot, céruse calcinée par 
un feu mo(ftré. 



[ 424 ] 

MASSIE, MASSIER. — Massy, commune du dép. de Saône- 

et-Loire, arr. de Mâcon, Massier, sergent à masses, garde 

des vignes et des bois. 
MASSIOT. — De Massiges, commune du dép. de la Marne, 

arr de Ste-Menehould. Massiau, loupe de fer battue au 

marteau. 
MASSON. — De Massognes, commune de la Vienne, arr. de 

Poitiers. Masson, maçon, paquet de soie, homme qui ne 

sait pas son métier, qui fait des maisons. 
MASSOT. — De Massât, commune de l'Ariège, arr. de St- 

Girons. 
MASSUE. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1570 pour 

Des Massues. Massue, masse d'armes, ayant le bout très 

gros, amas, destruction, marotte de fou, houlette. 
MASSY. — Communes des dép. de Saône-et-Loire, de Seine- 

et-Oise. Massi, massif. 
MASTA. — Mastas, baronnie du Périgord. Masta, gros enfant. 
MASURE. — Commune des Ardennes, arr. de Mézières. 

Masure, demeure, muraille, maison et terres, ruines 

d'une maison. 
MASURETTE, MAZURETTE. — De Mazeirat, commune du 

dép. de la Creuse, arr. de Guéret. Masurette, petite 

masure. 
MAT AU. — De Mathaux, commune du dép. de l'Aube, arr. 

de Bar-sur-AuT)e. 
MATHA. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de St- 

Jean d'Angély. Matas, bouffon. Dérive du vieux français 

mathe, matte, fosse, tombeau. 
MATHE. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 

Marennes. Mat, vaincu, abattu. 
MATHÉE. — Mathay, commune du Doubs, arr. de Montbé- 

liard. Mathée, lait caillé. 
MATHIEU. — Commune du dép. du Calvados, arr. de Caen, 

canton de Douvres. Mathieu, nom d'homme. 
IVLATHIS. — De Matigny, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Péronne. Mathis, mahométan. 
MATHON. — Commune du dép. des Ardennes, arr. de Sedan. 

Mathon, lait caillé, et maton, flocon. 



[ 425 ] 

MATHURIN. — Commune du dép .de Maine-et-Loire, arr 

d'Angers. Mathurin, religieux de la Rédemption des 

captifs, matelot. 
MATIGNON. — Commune des Côtes-du-Nord, arr. de Dinan. 
MATOU. — Matoux, commune du Beaujolais, arr. de Lyon. 

Matou, lait caillé. 
MATTE. — Bourg de la Saintonge, arr. de Bordeaux. Matte, 

lait caillé, matière métallique tirée de la première fonte 

du minerai. 
MATTE. — Mattaye, vicomte dans la Gascogne, arr. de 

Bayonne. Matté, peuplade, multitude. 
MATTEAU. — V. Matau. 

MATTEMASSE. — De Mattemale, commune des Pyrénées- 
Orientales, arr. de Brades. De mathe, fosse, tombeau, et 

de masse, massif. 
MATHE. — V. Matte. Mathe, fosse, tombeau. 
MAUBEUF. — De Marbeuf, commune du dép. de l'Eure, 

arr. de Louviers. 
MAUBEUGE. — Ville du dép. du Nord, arr. d'Avesnes, sur 

la Sambre. Maubeuge, nom d'une cloche qui réglait les 

heures de travail à Abbeville. 
MAUBLANT. — De Masblanc, commune du dép. des Bou- 

ches-du-Rhône, arr. d'Arles. 
MAUBLE. — De Mosles, commune du dép. du Calvados, arr. 

de Bayeux. 
MAUBLEAU, MAUBLOT. — Des Oubeaux, commune du dép. 

du Calvados, arr. de Bayeux. 
MAUCLAIR. — De Monclar, communes des dép. du Gers, et 

de Lot-et-Garone. Mauclerc, ignorant, lourdaud, mauvais 

clerc. 
MAUDEMOND. — De Mondemont, commune du dép. de la 

Marne, arr. d'Epernay. 
MAUDOUX. — De Mouledous, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes.. 
MAUFFAIS, MAUFAY, MAUFET. ~ D 'Auffay, commune 

du dép. de la Seine-Inférieure, arr. de Dieppe. Mauffais, 

mal frappé, de mauvais aloi, contrefait, mauvais esprit, 

diable. 



[ 426 ] 

MAUFILS. — De Mouffy, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d'Auxerre. Maufils, mauvais fils. 

MAUFIN. — De Moffans, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Lure. 

MAUGARD. — D 'Auga, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau. Vient de mauge, gros bâton, canal de toile gou- 
dronnée par où l'eau s'écoule du vaisseau dans la mer. 

MAUGER. — De Mesnil-Mauger, communes des dép. du Cal- 
vados, et de la Seine-Inférieure. 

MAUGITS. — De Montgie, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
d'Issoire. De mauge, gros bâton. 

MAUGRAIN. — Mauguerain, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1669 pour Moro. 

MAUGROS. — De Mauguio, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Montpellier. 

MAUGUE. — De Mogues, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Sedan. 

MAULERE. — Maulers, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Clermont. De moler, moudre. 

MAUNY. — Commune de la Seine-Inférieure, arr. de Rouen. 
Mauny, mauvais nid, malus nidus. 

MAUPAS. — Communes des dép. du Gers et de l'Aube. 
Maupas, passage difficile, mauvais pas. 

MAXJPETIT. — De Maupertuis, commune du dép. de la 
Manche, ar. de St-Lô. 

MAUPOUX. — De Montpouillan, commune du dép. de Lot- 
et-Garonne, arr. de Marmande. Poux, petits épis de bled. 

MAUR. — Maurs, commune du dép. du Cantal, arr. d'Auril- 
lac. Maure, moudre, homme noir. 

MAURA. — Lieu du dép. du Jura, dans la commune de Sept- 
moncel, arr. de Saint-Claude. 

MAURAIGON. — De Mauregon, seigneurie du Beauvoisis, 
érigée pour De Billy. Regon, seigle. 

MAXJRAIS. — De Maureville, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Muret. Moret, mûre, airelle, savon de lessive. 

MAURAMPON, — De Mauremont, commune de la Haute- 
Garonne, arr. de Villefranche. 



[ 427 ] 

MAURAR. — De Moras, commune de l'Isère, arr. de la Tour- 
du-Pin. De morari, retarder. 

MAURAY, MAURE. — De Morée, commune du dép. de 
Loir-et-Cher, arr. de Vendôme. Morée, marécage. 

MAUREAU. — De Maure, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Pau. Vient du grec maures, sombre, noirâtre. 

MAUREL. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne, arr. de 
Villeneuve. Maurelle, tournesol. 

MAUREFOS. — De Maurepas, communes de Seine-et-Oise 
et de la Somme. Maurepos, manque de repos, mauvais 
état. 

MAURIAY, MAURIER. — Moriez, commune des Basses- 
Alpes, arr. de Castellane. 

MAURICE. — Petite ville dans le Valois, près du Rhône. 

MAURICEAU. — De Mauressac, commune de la Haute- 
Garonne, arr. de Muret. 

MAURICET, MAURISSET. — V. Morisset. 

MAURIN. — Commune du dép. des Landes, arr. de Mont-de- 
Marsan. 

MAURINGEAU. — De Moringhem, commune du Pas-de- 
Calais, arr. de Saint-Omer. 

MAUROIS. — Commune du dép. du Nord, arr. de Cambrai. 
Maurois, noir, cheval noir. 

MAURY. — Commune des Pyrénées-Orientales, arr. de Per- 
pignan. Morie, mort, massacre, meurtre. 

MAUVIDE. — De Morville, commune de la Manche, arr. de 
Valognes. Mauvide dérive du grec malachè, mauve. 

MAYER. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1400 pour 
Labine. Mailleis, marne, engrais. 

MAYET. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de La 
Flèche. Châtellenie. Maillet, marteau de porte. 

MAYEU. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de 
Loudéac. 

MAYNARD. — De Maynal, commune du dép. du Jura, arr. 
de Lous-le-Saunier. De maine, demeure. 

MAYOT. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Laon. 
Mayot, maillot. 



[ 428 ] 
i. ' 
MAYRAND. — Mayran, commune du Puy-de-Dôme, arr. 

d'Issoire. De mairer, maîtriser. 
MAZEAU. — Commune de la Vendée, arr. de Fontenay-le- 

Comte. De mazel, boucherie. 
MAZERE. — Commune du dép. du Gers, arr. de Mirande. 

Mazère, sorte de coupe 
MAZEROL. — Mazerolles, com. de la Charente, du Doubs, 

des Landes et des Pyrénées. Mazerol, masure. 
MAZEROS. — De Mazirot, commune du dép. des Vosges, 

arr. de Mirecourt. 
MAZI. — Mazis, com. du dép. de la Somme, arr. d'Amiens. 

Vient de maze, labyrinthe. 
MAZUREAU. — De Mazures, com. du dép. des Ardennes, 

arr. de Mézières. 
MAZURETTE. — De Mazirat, commune du dép. de l'Allier, 

arr. de Montluçon. Masurette, petite masure. 
MAZURIER. — De Mazerier, commune du dép. de l'Allier, 

arr. de Gannat. Une cour masurée, est celle qui est 

pourvue de tous les bâtiments nécessaires à son exploi- 
tation. Masurier, tenancier d'une masure. 
MECHIN. — De Morchaiu, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Péronne. Méchin, serviteur, jeune homme. 
MECTEAU. — De Mects, seigneurie du Nivernais, érigée en 

1577 pour Ansau. De mecter, sorte de laine. 
MEDEC. — De Medic, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1696 pour Cormier. Médèque, médecin. 
MEE. — Commune du dép. de la Mayenne, arr. de Cliâteau- 

Gontier. Mée, moitié, milieu, huche. 
MEGNIER. — De Meigné, commune du dép. de Maine-et- 
Loire, arr. de Saumur. 
MEIGNIAT. — De Migny, commune du dép. de l'Indre, arr. 

d 'Issoudun. 
MEIGNOT. — Maignaut, commune du dép. du Gers, arr. de 

Condom. 
MEILLEUR. — De Meillers, commune du dép. de l'Allier, 

arr. de Moulins. 



[ 429 ] 

MEILLIER. — Commune du dép. des Ardennes, arr. de Mé- 
zières. 

MELAIN. — Melain, commune du dép. de l'Eure, canton 
d'Evreux. Melin, jaunâtre, merrain. 

MELAÏNE. — Commune du dép. du Calvados, arr. de Pont- 
l'Evêque. Meiane, cordage. 

MELANÇON. — D'Aleneon, ville du dép. de l'Orne. 

MELINE. — De Merlines, commune de la Corrèze, arr. 
d'Ussel. Melline, noisette. 

MELLIS, MELY. — De Moulis, commune du dép. de la Gi- 
ronde, arr. de Bordeaux. Meslis, grosse étoffe de laine 
rouge, vigne mêlée de rouge et de blanc. 

MELOCHES. — De Melogues, commune du dép. de l'Avey- 
ron, arr. de Saint-Aff'rique. De meslos, blâme. 

MELOIN. — De Moléans, commune du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. dé Châteaudun. De meslouer, blâmer. 

MELOIZES. — Seigneurie du Nivernais, érigée en 1650 pour 
Renaud d'Avesnes. Meloizes, les terres les plus fertiles. 

MELON. — De Moulon, communes de la Gironde et du Loi- 
ret. Melon, paquets de lettres dont un même courrier est 
chargé pour diverses villes. Dérive du grec melon, 
pomme. 

MELVIN. — De Melville, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. de Dieppe. 

MENAGE. — De Ménades, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d'Avallon. Ménage, ménagement, pouvoir, manoir, petits 
ustensiles de cuisine, épée de combat. 

MENAGER. — Des Mesnagers d'Ourscamps, en Picardie, arr. 
de Noyon. Ménager, habitant d'une maison, économe. 

MENANÇON. — V. Melançon. Vient de mène, montagne, 
élévation. 

MENANTEAU. — De Menant, baronnie de Bretagne, érigée 
en 1490 pour De Coetivy. 

MENARD. — Commune du dép. de Vendée, arr. de Bourbon- 
Vendée. Menars, source, fontaine. 

MENECLIER. — De Ménévillers, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Clermont. 



[ 430 ] 

MENELLIER. — De Menesliers, comnnine du dép. de la 
Somme, arr. d'Abbeville, De ménel, demeuranee. 

MENESSON. — De Menessis, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Laon. 

MENETRIER.— De Menitré, commune du dép. de Maine-et- 
* Loire, arr. d'Angers. Ménétrier, artisan qui exerce un 
métier, héraut d'armes, violon, joueur d'instrument, 
maître de danse. 

MENEUX. — Commune du dép. de la Marne, arr. de Reims. 
Meneux, meneur, guide, tuteur, courtier, procureur, di- 
recteur de théâtre, mineur. 

MENGUY. — Voir Minguy. 

MENIER. — De la Menière, commune du dép. de l'Orne, arr. 
de Mortagne. Menier, sergent, huissier, habile de la 
langue et des doigts. 

MENIN. — ^Ville fortifiée dans la châtellenie d'Ypres, sur 
la Lys, entre Courtrai et Armentière. Nom venu d'Es- 
pagne et donné à des gentilshommes de la cour, 

MENOS. — De Menoux, commune de la Haute-Saône, arr. 
de Vesoul. Menons, pierre. 

MENOUEL. — De Menouville, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, ar. de Pontoise. Manuel, cornet. 

MENSON. — De Menton, ville des Alpes-Maritimes, arr. de 
Nice. 

MER AN. — Merans, commune de l'Agenois, arr. d'Agen. 
Mérain, dépit. 

MERANDE. — De Mirande, ville du dép. du Gers. Mirande^ 
formule de serment. 

MERAU. — De Mer, commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. 
de Blois. Méraut, nom d'homme. 

MERCADET. — De Mercatel, commune du Pas-de-Calais, 
arr. d'Arras. 

MERCADIER. — De Marcadieu, lieu du dép. des Hautes- 
Pyrénées, commune d'Aureilhan. Mercadier, marchand. 

MERÇAN, MERSAN. — Mercin, com. du dép. de l'Aisne, 
arr. de Soissons. 

MERCÉE. — Commune du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 



i 



[ 431 ] 

MERCEREAU. — De Merlerault, com. du dép. de l'Orne, 

arr. d'Argentan. Mercerot, petit mercier. 
MERCERON. — De Montseron, com. du dép. de l'Arièga, 

arr. de Foix. 
MERCIER. — Seigneurie de Bourgogne, dép. de l'Yonne, 

arr. de Joigny. Mercier, marchand mercier, remercier, 

récompenser. 
MERCKEL. — De Merceuil, commune de la Côte-d'Or, arr. 

de Beaune. De marque, minute, note de notaires. 
MERCURE. — Commune du Daupliiné, arr. de Grenoble. 

Mercure, corruption de Mercœur, messager d'amour, 

métal, dieu de la fable, qui présidait au négoce, et fut 

ainsi nommé par les marchands, a mercibus. 
MERGEY. — Commune du dép. de l'Aube, arr. de Troyes. 

Merger, plonger. 
MERIAULT. — Mériot, commune du dép. de l'Aube, arr. de 

Nogent-sur-Seine. Mériau, méreau, coups. 
MERIC, MERICQ. — De Méracq, com. des Basses-Alpes, arr. 

d'Orthez. De mérir, mériter. 
MERIEL. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de Pon- 

toise. 
MERIENNE. — De Meyrannes, commune du dép. du Gard, 

arr. d'Alais. Mérienne, heure du midi, méridienne. 
MERIEU. — Baronnie du Dauphiné, érigée en 1700 pour De 

Pourroy. 
MERIGAU. — V. Mériot. 
MERINEAU. — De Merlines, commune de la Corrèze, arr. 

d'Ussel. Dim. de merin, juge, sergent, magistrat. 
MERITEN. — Méritein, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

d'Orthez. Mériten, digne, qui mérite. 
MERJAQUES. — De Mériac, commune du dép. de la Gironde, 

arr. de Bordeaux. Jaque, habillement court et serré. 
MERJUGUE. — De Margut, commune du dép .des Ardennes, 

arr. de Sedan. 
MERLAN. — Lieu du dép .des Bouches-du-Rhône, dans la 

commune de Marseille. Merlan, poisson de mer, à chair 

blanche, tendre et légère. 



[ 432 ] 

MERLET. — De Marlers, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Amiens. Merlet, embrasure de muraille, petit 
merle. 

MERLIA. — De Marliac, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Muret. De merlier, merle. 

MERLIN. — De Marliens, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Dijon. Merlin, petit cordage qui sert à lier les gros, as^ 
sommoir de boucher, sorcier, magicien. 

MERLOT. — Merlaut, commune du dép. de la Marne, arr. 
de Vitry-le-François. Merlot, jeu d'enfants. 

MEROS. — Méreau, commune du dép. du Cher, arr. de 
Bourges. Meros, poisson fait comme une carpe. 

MERRY. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. d'Auxerre. 
Merry, nom de saint, vient du latin mereri, payer, ré- 
compenser. 

MERS. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. de Blois. 
Mers, marchandises, marques, taches. 

MERSAN. — De Mercin, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Soissons. 

MERSIL. — V. Mercil. 

MERSOT. — De Mersuay, commune de la Haute-Saône, arr. 
de Vesoul. De mers, marchandise. 

MER VILLE. — Commune du Calvados, arr. de Caen. 

MER VILLON. — De Mervilla, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Toulouse. Villon, vrille, osier, verge. 

MERY. — Communes des dép. de l'Oise, de la Savoie. Méri, 
œsophage. 

MESERE. — Mézeray, commune du dép. de la Sarthe, arr. de 
La Flèche. Méserée, égarement, faute, tort. 

MESIN. — Mezin, commune du dép. de Lot-et-Garonne, arr. 
de Nérac. Mesin, blessure, maladie, mal, massacre, tare, 
défaut, inconduite. 

MESNAGE. — V. Ménage. Mesnage, manoir, meuble, rede- 
vance, famille, avoir, économie. 

MESNARD. — Commune de la Vendée, arr. de La-Roehe-sur- 
Yon. '4? 



[ 433 ] 

MESNIER — De la Mesnière, seigneurie de Brtetagne, érigée 
en 1668 pour Poullain. Mesnier, habitant, tenancier, ser- 
gent, officier. 
MESON. — Messon, booirg de la Champagne, arr. de Troyes. 

De messoing, manque de soin. 
MESPEC. — De Mesplède, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. d'Orthez. 
MESPLETS.— Mesplez, marquisat du Béarn, érigée en 1732. 
Dérive de minus, moins, et de platus, plat. Méplat, est 
une pièce de bois de sciage, plus épais d'un côté que de 
l'autre. 
MESSAGUIER. — De Massaguiel, com. du dép. du Tarn, 

arr. de Castres. Messagier, sergent, huissier, bedeau. 
MESSIER. — Commune dans le Dauphiné, près de Vienne, 
arr. de Grenoble. Messier, garde-vignes, missel, celui qui 
a la charge de garder les blés. Dérive de messe, con- 
frérie. 
MESSIN. — De Messein, commune du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Nancy. Messin, qui est du pays de Metz. 
Vient de messine, moisson. 
MESTIGER. — De Métigny, commune du dép. de la Somme, 

arr. d'Amiens. 
METÂINE. — De Meuvaines, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. Metaine, mesure. 
METALIER. — De Montélier, commune du dép .de la Drôme, 

arr. de Valence. Métalier, qui travaille les métaux. 
METANIER. — De Montenils, commune du dép. de Seine- 
et-Marne, arr. de Coulommiers. 
META Y. — De la Metaize, bois dans la Maîtrise de Moulins. 
Metay, qui cultive ou fait valoir des terres au profit du 
propriétaire. 
METAYER. — De Métayères du Verdier, dans le Limousin, 

ar. de Limoges. Métayer, fermier, ouvrier des champs. 
METHOT, METOT. — De Meithet, commune de la Haute- 
Savoie, arr. d'Annecy. Méthot, vient de met, pétrin, 
civière. 

88 



[ 434 ] 

METIVIER. — De Meuvy, commune du dép. de la Haute- 
Marne, arr. de Chaumont. Métivier, moissonneur. 

METRA. — Mestras, lieu du dép. de la Gironde, dans la 
commune du Gujan. Metra, déesse païenne, qui épousa 
le grand-père d'Ulysse. 

METRU. — De Mertrud, commune de la Haute-Marne, arr. 
de Wassy. 

MEUDON. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. de Ver- 
sailles. 

MEUNIER. — De Meunet, commune du dép. de l'Indre, arr. 
d'Issoudun. Meunier, qui tient ou fait valoir un moulin 
à moudre les grains, poisson. Vient du grec mule, meule, 
moulin. 

MEUNSON. — De Meulson, commune de la Côte-d'Or, arr. 
de Châtillon-sur-Seine. 

MEURS. — Bourg de l'Anjou, arr. d'Angers, et seigneurie de 
Bretagne. Meure, pointe de l'épée. 

MEYER. — De Meillers, commune du dép. de l'Allier, arr. 
de Moulins. Meyer, noble, chez les Allemands. 

MEYNIER. — Bourg du Rouergue, arr. de Rodez. Mesniée, 
ménage, garçon, apprenti. 

MEYRAND. — Commune du dép. de Puy-de-Dôme, et port 
de mer sur les côtes de la Provence. 

MEZERAY, MEZERETS. — Mezeray, dans le pays Messin, 
arr. de Verdun, et terre de Normandie, entre Argentan 
et Falaise. Maiserer, construire, maçonner un mur. 

MEZIER. — De Mézière, commune de Seine-et-Oise, arr. de 
Versailles. 

MEZIERES. — Ville des Ardennes, et communes des dép, de 
la Somme, de l'Eure, du Loiret. Maisière, muraille, dé- 
bris, décombres, maison. 

MIAU, MIOT. — Mios, commune de la Gironde, arr. de Bor- 
deaux. Miaud, pain émietté dans du vin froid, le der- 
nier éclos d'une couvée. 

MICARD. — De Mirecourt, ville du dép. des Vosges. 

MICHARNY. — De Michery, commune du dép. de l'Yonne, 
arr. de Sens. Chamie, charnière, chiourme. 



[ 435 ] 

MICHAUD. — De Micliaud, commune du dép. de Saône-et- 
Loire, ar. de Chalon. Michaut, tête, personne accablée de 
sommeil, en parlant des imprimeurs, petite moue qui 
annonce les pleurs chez l'enfant. Michaud, est fait de 
Michel, et vient du grec mikros, petit. 

MICHAUVÎLLE. — De Micheville, lieu du dép. de Meurthe- 
et-Moselle, commune de Villerupt. 

MICHEL. — De Vichel, commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Is- 
soire. 

MICHELET. — De Miquelets, nom donné aux Espagnols qui 
demeurent dans les Pyrénées, arr. d'Arras. Michelet, 
vient de micheler, entremêler. 

MICHELIN. — De Mouchin, commune du dép. du Nord, arr. 
de Lille. 

MICHELO. — De Montchal, commune du dép. de la Loire, 
arr. de Montbrison. Michelot, gâteau de farine pétrie 
avec du lait, pèlerin qui se rend au mont Saint-Michel. 

MICHELON. — De Montchalons, com. du dép. de l'Aisne, 
arr. de Laon. 

MICHON. — De Mechmont, commune du dép. du Lot, arr. 
de Cahors. Michon, michelle, sot. Terme populaire qui 
se dit dans cette expression: '' Il a bien du michon, 
c'est-à-dire, il a bien de l'argent pour se procurer des 
miches, du pain. 

MICLETTE. — Miquelets, nom des Espagnols qui demeu- 
rent dans les Pyrénées, sur les frontières de la Cata- 
logne et de r Aragon. 

MICOIN. — Miscoin, bourg dans le Dauphiné, arr. de Die. 

MICOLE. — Micole, nom d'une des îles Cyclades. 

MIDOUX. — Rivière de Gascogne qui se décharge dans la 
Douze à Mont-de-Marsan. 

MIEL. — De Muël, commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, arr. 
de Montfort. Miel, Abbaye près de Verdun. 

MIERRE. — De Milières, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Coutances. Mière, myrrhe. 

MIET. — De Miers, commune du dép. du Lot, arr. de Gour- 
don. Miette, petite amie. 



[ 436 ] 

MIGAUD. — De Miglos, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Foix. 

MIGENAC. — De Ménéac, commune du Morbihan, arr. de 
Ploërmel. 

MIGEON, MIJON. — De Nijon, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Chaumont. Mijon, mangeur de mie de pain. 

MIGNAU, MIGNAULT. — Mignaux, bourg de l'Ile-de- 
France. Mignaut, nigaud, chiffonnier, marchand de gue- 
nilles. 

MIGNER. — Migné, commune du dép. de l'Indre, arr. de Le 
Blanc. 

MIGNERAN, MILLERAND. — De Melleran, commune du 
dép .des Deux-Sèvres, arr. de Melle. De milleraie, champ 
semé de millet. 

MIGNERON, MÎLLERON.— De Mouilleron, commune de la 
Haute-Marne, arr. de Langres. 

MIGNÎER. — De Mignières, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Chartres. Mignier, manger. 

MIGNON. — Rivière qui prend sa source dans le dép. des 
Deux-Sèvres et va se jeter dans la Sèvre-Niortaise. 
Mignon, ouvrage d'art, personne chérie, favori d'un 
l^rince, nom de bœuf. 

MIGNOT. — Commune de la Bourgogne, dans le diocèse de 
Langres, et de la Guienne, diocèse de Bordeaux. Mignot, 
joli, mignon, ami, qui se fâche aisément. 

MIGRET. — Migré, commune de la Charente-Inférieure, arr. 
de St-Jean-d'Angély. Migrer, passer. 

MIGUET. — De Montguers, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Nyons. 

MIJOUE. — Mijoux, lieu du dép. de l'Ain, dans la commune 
de Gex. Mijour, le milieu du jour, le sud. 

MILAUX. — Millau, ville du dép .de l'Aveyron. 

MILET. — De Millay, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Château-Chinon. Milet, poire dont la chair est rem- 
plie de marc et de pierre. 

MÎLHEAU. — Milhaud, commune du dép. du Gard, arr, de 
Nîmes. 



[ 437 ] 

MILHOMME. — Millam, commune du dép. du Nord, arr, 

de Dunkerque. 
MILLAIRE. — De Milhars, commune du dép. du Tarn, arr. 

de Gaillac. Milliaire, millésime. 
MILLER. — De Millay, commune du dép. de la Nièvre, arr. 

de Qhâteau-Chinon. Miller, meunier. 
MILLET. — Commune de la Bourgogne, arr. d'Autun. Mil- 
let, mil, sorgho vulgaire. 
MILLEVACHE. — Commune du dép. de la Corrèze, arr. 

d'Ussel. Vache, grue pour élever des fardeaux. 
MILLIARD. — De Meillard, communes des dép. de la Somme 

et du Finistère. Milliard, dix fois cent millions. 
MILLIER. — De Milly, com. de Seine-et-Oise, arr. d'Etampes, 

et com. de la Manche, etc. Millier, mille. 
MILLIET. — De Mouliet, commune du dép. de la Gironde, 

arr. de Libourne. Milliet, serpent. 
MILLION. — De Milon, seigneurie du Languedoc. Million, 

milan, sorte de tuile, débris. 
MILLIOT. — De Meilly, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Beaune. 
MILLIS. — De Milly, commune du dép. de l'Yonne, arr 

d'Auxerre. Milli, un millième. 
MILLOT. — Des IMilles, lieu des Bouches-du-Rhône, com- 
mune d'Aix. Millot, pain égrené dans le lait. 
MILLOUER. — De iMontloué, commune du dép. de l'Aisne, 

arr. de Laon. lUoner, qui ne peut être loué. 
MILMENE. — De Montmain, communes de la Côte-d'Or et 

de la Seine-Inférieure. 
MILOT.— V. Millot. Milods, moitié de droit de lods et ventes. 
MILTEAU. — De Moult, commune du Calvados, arr. de Caen. 

De militer, faire la guerre. 
MILTIERE. — De la Mulatière, commune du dép. du Rhône, 

ar. de Lyon. 
MILTON. — De Milon, commune du dép. de Seine-et-Oise, 

arr. de Rambouillet. 
MIMEAU. — De Nîmes, ville du dép. du Gard. De mimer, 

contrefaire, imiter la voix, les manières. 



[ 438 ] 

MINAUD. — De Mine, bourg du Calvados. Minaud, minette, 

petit chat, visage. Dim. de mine, souche. 
MINER. — De Montner, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Perpignan. Miner, faire une mine, la conduire, 

sol qui s'éboule, consommer. 
MINET. — De Munet, lieu du dép. de Maine-et-Loir^ dans la 

commune de Distrée. Minette, petite mine, table pour 

jouer à la mine, luzerne, lupuline. 
MINFRET. — De Monfréville, commune du Calvados, arr. 

de Bayeux. Min, lieu où se vend en gros le poisson de 

mer. 
MINGON. — De Montgon, commune des Ardennes, arr. de 

Vouziers. 
MINGOT. — Commune des Basses-Pyrénées, arr. de Tarbes. 
MINGUY. — V. Mainguy. 
MINI. — Minihy, commune des Côtes-du-Nord, arr. de Lan- 

nion. Mini, marchandise dont on faisait commerce à 

Amsterdam. ' 
MINOS. — Commune de la Guienne, arr. de Bordeaux. Minos, 

nom du fils de Jupiter. 
MINOT. — Commune de la Côte-d 'Or, arr. de Châtillon. 

Minot, mesure de grains, la moitié d'une mine, minet, 

chat. 
MINSON. — De Meulson, commune de la Côte-d 'Or, arr. de 

Châtillon-sur-Seine. 
MINVILLE. — V. Main ville. 
MINX. — De Mainxe, commune de la Charente, arr. de 

Cognac. Mins, mis. 
MIOUSE. — Lieu du dép. du Puy-de-Dôme, dans la com- 
mune de Celles. 
MIQUELON. — D'Yquelon commune du dép. de la Manche, 

arr. d'Avranches. Iquel, lequel. 
MIRÂBEL. — Commune du dép. de Tarn-et-Garonne, arr. de 

Montauban. Mirabelle, petite prune jaunâtre, dans la 

nature de l'abricot. 
MIRABEN, MIRABIN. — Dérive du gallois myre, provi- 



[ 439 ] 

dence, du bas-breton, mir, médecin. En russe mir signifie 
monde, paix. 

MIBÂBERT. — De Mirobert, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Rambouillet. De mirable, admirable. 

MIRAMBAULT. — Mirambeau, commune de la Charente- 
Inférieure, arr. de Jonzac. 

MIRAN', MIRAND. — Commune du dép. du Gers, arr. de 
Condom, 

MIRÉ, MIRRAY. — Commune du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. de Segré, Miré, terme de chasse qui ne s'emploie 
qu'avec le nom du sanglier. Un sanglier miré, est celui 
dont les défenses sont recourbées en dedans. 

MIREAU. — De Mirebeau, communes des dép. de la Vienne 
et de la Côte-d'Or. Mireau vient de mire, poterie, dent 
de sanglier, doigt annulaire. 

MIREMONT — Communes des dép. du Puy-de-Dôme et de la 
Haute-Garonne. De mirement, action de regarder, de se 
mirer. 

MIRON. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1700 pour Le 
Roy. De mirer, soigner, regarder. 

MISCOU. — De Viscos, commune du dép. des Hautes-Pyré- 
nées, arr. d'Argelès. Miscou, île du golfe Saint-Laurent, 
au nord-est de la province du Nouveau-Brunswick. De 
miscuer, s'immiscer. 

MISSEQUE. — Missècle, commune du dép. du Tarn, arr. de 
Lavaur. Sèque, archives. 

MISTROL. — De Ménesterol, commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Ribérac. De mistrol, morceau. 

MITRESSÉ. — De Mutrecy, commune du Calvados, arr. de 
Falaise. 

MITRON. — De Moitron, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Châtillon-sur-Seine. Mitron, maître-garçon d'un boulan- 
ger, ainsi appelé parce qu'il porte des bonnets en forme 
de mitre. 

MIVILLE. — D'Iville, commune du dép. de l'Eure, arr. de 
Louviers. Nom composé de mi, droit de moitié et de ville, 
ferme, maison de campagne. 



[ 440 ] 

MOBLOT. — De Vosbles, commune du Jura, arr. de Lons-le- 

Saunier. 
MOCHEL. — De Vauehelles, commune du dép. de l'Oise, arr. 

de Compiègne. Mochel, de moch, cochon, porc. 
MOCOURT. — Maucourt, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Montdidier. 
MOOQUET. — De Mogeville, commune du dép. de la Meuse, 

arr. de Verdun. Mocquet, moquerie. 
MODOUE. — De Montoux, commune du Jura, arr. de Poligny, 

De modeux, habituel. 
MOET. — Mouet, seigneurie de l'Auvergne, érigée en 1650 

pour De Chaminades. Moée, mesure de terre contenant 

un muid de semaille. 
MŒURS. — Commune du dép. de la Marne, arr. d'Epernay. 

Mœurs, manière de faire. 
MOFFET. — De Montfey, commune du dép. de l'Aube, arr. 

de Troyes. Mouffette, exhalaisons qui s'élèvent dans les 

souterrains des mines. 
MOGEON. — De Mohon, commune du Morbihan, arr. de 

Ploërmel. Mogeon, génisse, jeune fille. 
MOGRAIN. — De Moirans, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de St-Marcellin. 
MOIGNÂRD. — Mognard, commune de la Savoie, arr. de 

Chambéry. Moignard dérive du bas-breton moign, qui 

signifie manchot. 
MOINE. — Moyne, seigneurie du Poitou, érigée en 1550 pour 

Desmier. Moine, moineau, solitaire, toupie, panier pour 

chaufi^er les lits, terme d'imprimerie. 
MOINEAU. — De Mouen, commune du Calvados, arr. de 

Caen. Moineau, passereau, bastion plat bâti au coin 

d'une courtine, petit moine. 
MOINET. — De Moineville, commune du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr .de Briey. Moinette, religieuse. 
MOIRE. — De Mours, commune du dép. de Seine-et-Oise, 

arr. de Pontoise. Moire vient de l'irlandais moire, four- 
mi. Mohair, étoffe ondée et chatoyante. 



[ 441 ] 

MOISÂN. — De Moislains, commune du dép. de la Somme, 
arr. de Péronne. Moisan vient de moise, terre humide 
auprès d'une rivière, gerbe, dîme, redevance en fruits 
de la terre. 

MOISON. — Moisson, commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. 
de Mantes. Moison, bail ou traité fait par un laboureur 
métayer par lequel il s'oblige à cultiver une terre pour 
en partager les profits avec son propriétaire, moineau, 
moisson, tronçon, mesure, forme. 

MOISSET. — Moissey, commune du Jura, arr. de Dole. Mois- 
set, moineau. 

MOITIER. — Commune du dép. de la Manche, arr. de Va- 
lognes. Moitier, sorte de mesure. 

MOITREL, MOUTREL. — De Monthurel, commune du dép. 
de l'Aisne, arr. de Château-Thierry. 

MOIZIN. — De Mouzens, communes des dép. de la Dordogne 
et du Tarn. De moise, terre humide. 

MOL, MOLL. — Mole, bourg qui se trouve sur la lisière de 
la Normandie. Mole, meule, botte, faisceau. 

MOLAIRE. — Molère, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
de Bagnères. Molaire, moulard, grosse dent. 

MOLÂRD. — Commune du dép. de la Drôme, arr. de Valence. 
Molard, rémouleur. 

MOLAY. — Communes du Calvados, de l'Yonne, du Jura et 
de la Haute-Saône. Mole, molleton. Moler, faire vent ar- 
rière, mesurer au moule, moudre, manger, rouer de 
coups. 

MOLER. — De Maulers, commune du dép. de l'Oise, arr d3 
Clermont. V. Molay. 

MOLERIE. — De Monthléry, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Corbeil. Vient du grec mule, meule, moulin. 
Molerie, fabrication de meules, action de mouler. 

MOLET. — De Moleville, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Castelnadaury. Molet, ciment tiré des auges des cou- 
telliers et taillandiers, la rotule du genou. 

MOLIERE. — Molières, communes des dép. de la Drôme, de 



[ 442 ] 

la Dordogne, de l'Aude, du Lot, de Seine-et-Oise, de 
Tarn-et-Garonne. Molière, carrière de pierre dure d'où 
l'on tire les meules de moulin, terre grasse et maréca- 
geuse, molaires, grosses dents, 

MOLINET. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de Moulins. 
Molinet, poulie, petit moulin à vent servant de jouet, 
bâton pour faire le moulinet. 

MOLLARD. — De Moulhard, com. du dép. d'Eure-et-Loir, 
arr. de Nogent-le-Rotrou. Mollard, rémouleur. 

MOLLÂY. — V. Molay. Moller, cracher dans la main, mouler, 
mesurer les bois à la moule. 

MOLLE. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de La Palisse. 
Molle, bottes d'osier dont se servent les tonneliers et les 
vanniers, moule, meule à moudre, môle, anse. 

MOLLETTE. — Des Mollettes, commune du dép. de la Sa- 
voie, arr. de Chambéry. Mollet, sorte de poulie. 

MOLLEUR. — De Montleur, commune du dép. de Loir-et-. 
Garonne. Molleur, meuble, terre meuble. 

MOLLOYE. — Moloy, commune du dép. de la Côte-d'Or, arr. 
de Dijon. Mollois, prairie humide. 

MOMBRE. — Mombray, bourg de Normandie, arr. de Cou- 
tances. Bret, sorte de piège. 

MOMESNIL. — De Montmesnil, seigneurie de Bretagne, éri- 
ge en 1696 pour D'Hervieux. Dérive de morne, masca- 
rade. 

MONARQUE. — De Mornac, commune de la Charente, arr. 
d'Angoulème. Monarque, souverain d'un état monar- 
chique. 

MONASTER. — Monastère, commune du dép. de l'Aveyron, 
arr. du Puy. 

MONBLEAU. — De Monbos, commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Bergerac. Bios, dénué, privé. 

MONBŒUF. — De Montembœuf , commune de la Charente, 
arr. de Confolens. 

MONBRON. — Commune du dép. de la Charente, arr. d'An- 
goulème. Berond, ovale. 



[ 443 ] 

MONBRUN. — Communes des dép. de la Haute-Garonne, du 
Lot, de l'Aude et de la Lozère. 

MONBUISSON. — De Montbrison, ville du dép. de la Loire. 

MONCEAU. — Communes des dép. de l'Aisne, du Nord. 
Monceau, amas, tas de plusieurs choses, paquet, trou- 
peau. 

MONCEAUX. — Communes des dép. du Calvados, de l'Oise, 
de la Corrèze et de l'Orne. 

MONCIAU. — De Mocy, commune du dép. de l'Orne, arr. 
de Domfront. Monciau, monceau. 

MONCOUR. — Montcourt, commune du dép. de la Haute- 
Saône, arr. de Vesoul. 

MONDAIN. — De Montaint, communes du Jura et de Tarn- 
et-Garonne. Mondain, qui aime le monde, laïque, merce- 
naire, servile. 

MONDARY. — De Montary, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Mauléon. 

MONDE. — Seigneurie du Dombes, érigée en comté en 1750. 
Monde, univers, vie mondaine, abondance, nu, dépouillé. 

MONDELET. — De Montlet, commune du dép. de la Haute- 
Loire, arr. du Puy. 

MONDIN. — V. Mondain. Mondin, habitant du monde, noble, 
généreux, clair, non altéré. 

MONDINAT. — De Montenay, commune de la Mayenne. 
Mondinat, homme propre, mignon. 

MONDION. — Commune du dép. de la Vienne, arr. de Châ- 
tellerault. 

MONDIOU. — De Monthou, commune du dép. de Loir-et- 
Cher, arr. de Blois. 

MONDON. — Commune du dép. du Doubs, arr. de Baume- 
les-Dames. 

MONDOR. — Mont-Dore, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 
Clermont-Ferrand. 

MONDOUX. — De Monthou, commune du dép. de Loir-et- 
Cher, arr. de Blois. 

MONDY. — De Mondigny, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Mézières. 



[ 444 ] 

MONEAU. — De Monnes, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Château-Thierry. Moneau, moineau. 
MONERY. — De Manaurie, commune du dép. de la Dordo- 

gne, arr .de Sarlat. Monerie, mouture, droit sur la mou- 
ture, moulin. 
MONEST, MONET. — Monès, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Muret. Monée, mouture. 
MONESTE, MONETTE. — De Monneville, commune du dép. 

de l'Oise, arr. de Beauvais. Moneste, avis, nouvelle, an- 
nonce publique. Monette, vieille femme. 
MONFORTON. — De Montfort, ville du dép. d'Ille-et-Vi- 

laine. 
MONGEAU.— Monjaux, bourg du Rouergue, dép. de l'Avey- 

ron, à 5 lieues de Milhaud. 
MONGENAIS. — De Monget, commune du dép. des Landes, 

arr. de St-Sever. 
MONGEON. — De Mongeron, commune de Seine-et-Oise, arr. 

de Corbeil. 
IVEONGES. — De Vonges, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Dijon. 
MONGIN. — De Moujin, bourg de la Provence, arr. de Grasse. 

Mcngin, imbécile, idiot. 
MONGRAIN. — De Montgraham, fief et châtellenie en Cou- 

dray-au-Perche, dép. d 'Evire-et-Loir, arr. de Nogent-le- 

Rotrou. 
MONIN. — Monein, bourg des Basses-Pyrénées, arr. d'Oloron. 

Monin, mine de métal. 
MONITER. — De Monetay, commune du dép. de l'Allier, arr. 

de Moulins. Moniter, conseiller. 
MONJOLI. — Montjolli, seigneurie du Lyonnais, unie à celle 

de Neuville, érigée en marquisat en 1666. 
MONJOU. — Montjoux, commune du dép. de la Drôme, arr. 

de Montélimar. 
MONMAINIER.  — De INIontmain, commune du dép. de la 

Côte-d'Or, arr. de Beaune. 
MONMELIAN. — Montmélian, commune de la Savoie, arr. 

de Chambéry. 



[ 445 ] 

MONMERQUÉ. — ]\[ommarquais, bourg de la Normandie, 
arr. de Rouen. Marquât, signature. 

MONMIDI. — Montmédy, ville du dép. de la Meuse, arr. de 
Luxembourg. 

MONMINY, MONTMINY. — Montmesnil, seigneurie de Bre- 
tagne. Mesnil, maison. 

MONNET. — Bourg du Berry, arr. de Bourges. Monée, mou- 
ture. 

MONNIER. — Marquisat de la Franche-Comté. Monnier, 
monnayeur, changeur, meunier. 

MONPERAT. — Petite ville du Quercy. Perrat, lieu où il y 
a beaucoup de pierres. 

MONPETIT. — De Maupertuis, commune du dép. de la 
Manche, arr. de St-Lô. Petit, mauvais. 

MONPLAISANT. — Commune de la Dordogne, arr. de Sarlat. 

MONPLAISIR, MONTPLAISIR. — Seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1600 pour De Bric. 

MONREJEAU. — Montré j eau, com. de la Haute-Garonne, 
arr. de St-Gaudens. Réjault, rebondissement. 

-MONS. — Communes de la Charente, du Gard, de la Haute- 
Garonne, de l'Hérault, de Seine-et-Marne, du Var. Mons, 
monde, monceau. 

MONREPOS. — Seigneurie de Guienne, érigée pour De Bras- 
say en 1758. Repos, lit. 

MONSEGUR. — Villes de Lot-et-Garonne, de la Gironde et 
des Landes. 

MONSEIGNAT.— De Montagnat, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Bourg. 

MONSIAU. — V. Monciau. 

MONTABAR. — Commune du dép. de l'Orne, arr. d'Argen- 
tan. Tabor, bruit, vacarme. 

MONTAGNE. — Communes des dép. de la Somme et de 
l'Isère. Montagne, morceau à partager entre héritiers et 
associés. 

MONTAIL. — De Monteil, commune du dép. du Cantal, arr. 
de Mauriac. 



[ 446 ] 

MONTAINE. — Seigneurie érigée en 1579 pour De Faletans. 

Montaine, qui se plaît sur les montagnes, ultramontain. 
MONNOIR. — De Monnières, communes du Jura et de la 

Loire-Inférieure. Monnoir, sorte de prune. 
MONPAR. — De Montmaur, commune des Hautes- Alpes, arr. 

de Gap. Pars, épars. 
MONPARDIT. — De Montardit, com. du dép. de l'Ariège, 

arr. de St-Girons. Pardil, panthère. 
MONPAS. — De Monpezat, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. de Pau. Pas, poste, passage d'un livre. 
MONTALON. — De Montaron, commune du dép. de la Nièvre^ 

arr. de Château-Chinon. 
MONTAMBAULT. — De Montabot, commune du dép. de la 

Manche, arr. de St-Lô. De tambois, vacarme. 
MONTANIER. — De Montagny, communes des dép. de la 

Savoie, du Rhône, de la Loire, et de la Haute-Savoie. 

Montanier, montagnard. 
MONTARBEAU. — De Montarneau, commune du dép. de 

l'Hérault, arr. de Montpellier. Arbreau, arbuste. 
MONTARGIS. — Ville du dép. du Loiret. Tardif, lent. 
MONTARY. — Montary, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Mauléon. De tarier, tarir. 
MONTAIT. — Montaud, communes des dép. de l'Isère, de 

l'Hérault, des Basses-Pyrénées, du Gers, des Landes. 
MONTAUBAN. — Ville du dép. de Tarn-et-Garonne, et 

comté de Bretagne. Montauban, petit meuble servant de 

chaise percée. 
MONTAUSON. — De Montoussin, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Muret. 
MONTAY. — Bourg et seigneurie du Languedoc, dép. de 

l'Ardèche. Montaye, montée, montagne, montoir, aug- 
mentation de prix, montée de la sève, action de monter 

la gamme. 
MONTBEILLARD— De Montbéliard, ville du dép. du Doubs. 

Begart, stupide. 
MONTBRUN. — Communes des dép. de la Lozère, du Lot, d« 

la Haute-Garonne. 



[ 447 ] 

MONTCALM. — Moncam, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1654 pour De Marin. 
MONT-D'OR. — Commune du Puy-dè-Dôme, arr. d'Issoire. 
MONTEGRON. — De Montéglin, commune des Hautes-Alpes, 

arr. de Gap. 
MONTEIL. — Monteille, commune du Calvados, arr. de Li- 

sieux. Monteil, montel, monticule. 
MONTENDRE. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. 

de Jonzac. 
MONTENU. — De Monteneuf , commune du Morbihan, arr. 

de Ploërmel. Tenue, possession. 
MONTESSON. — Communes de la Haute-Marne et de Seine- 

et-Oise. Tesson, partie latérale d 'un pressoir. 
MONTFERRAND. — Communes des dép. de l'Aude, de la 

Drôme, et du Doubs. Ferrant, gris de fer. 
MONTFORT. — Communes des dép. du Doubs, des Basses- 
Alpes, de l'Aude, de Maine-et-Loire. 
MONTGOLFIER. — De Montgothier, commune du dép. de la 

Manche, arr. de Mortain. 
MONTIGNY. — Communes des dép. du Calvados, du Cher, 

de la Manche, du Nord, de l'Oise, etc. 
MONTIZAMBERT. — Châteaufort ruiné, situé dans le can- 
ton de Bazoches-sur-Hoène, dép. de l'Orne, arr. de Mor- 

tagne. 
MONTMAGNY. — Commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. 

de Pontoise. Seigneurie érigée en 1597 pour Huault. 

Montmagny, grande montagne. 
MONTMARQUET. — Commune du dép. de la Somme, arr. 

d'Amiens. Marquet, sorte de chien. 
MONTMIREL. — Seigneurie et ville de la Brie, dép. de la 

Marne, à 3 lieues de Château-Thierry. Mirai, verre. 
MONTPEZAT. — Communes des dép. des Basses-Alpes, du 

Gard, du Gers. Nom composé de mont, montagne et de 

pezat, chaume de pois, champ de pois. 
MONTOIS. — Commune du dép. de la Moselle, arr. de Briej. 

Montoi, colline. 

i. 



[ 448 ] 

MONTOUR. — Commune du dép. de rille-et- Vilaine, arr. de 

Fougères. 
MONTPELLIER. — Ville de l'Hérault, et commune du dép. 

de la Charente-Inférieure. 
MONTRAIS, MONTRET. — Montret, commune du dép. de 

Seine-et-Loire, arr. de Louhans. 
MONTREAU. — Montereau, commune du dép. du Loiret. 
MONTREUIL. — Communes des dép. du Calvados, d'Eure- 
et-Loir, de la Vendée, de la Mayenne, de la Manche. 
MONTREZEAU. — De Montrevault, commune du dép. de 

Maine-et-Loire, arr. de Cholet. 
MONTROUJEAU. — De Montrouge, commune du dép. de la 

Seine, arr. de Sceaux. 
MONTY. — Monties, commune du dép. du Gers, arr. de Mi- 

rande. De montoi, colline. 
MONVIEL. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne. 
MONY. — Mauny, commune de la Seine-Inférieure, arr. de 

Rouen. 
MOORE. — Mours, commune de Seine-et-Oise, arr. de Pon- 

toise. Moure, la pointe saillante de la visière du casque. 
MOQUANT, MOQUIN. — V. Moquin. 
MOQUILLON. — De Marquion, commune du Pas-de-Calais, 

arr. d'Arras. De moque, motte de terre. 
MOQUIN. — De Mouchin, commune du dép. du Nord, arr. 

de Lille. Moquin, sorte de chaudron. 
MORACHE. — Commune du dép. de la Nièvre, arr. de Cla- 

mecy. Morache, instrument à corde, dans le jeu de la 

guitare. 
MORAIN. — Commune du dép. de la Marne, arr. de Châlons- 

sur-Marne. V Morand. 
MORAL. — De Montmiral, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Valence. Moral, qui ressemble à une mine, ou- 
vrage de morale. 
MORAMBERT. — ]\Iorembert, commune du dép. de l'Aube, 

arr. d'Arcis-sur-Aube. 
MORAND. — Commune du dép. de l'Indre-et-Loire, arr. de 

Tours. De morance, retard. 



[ 449 ] 

MORÂNGES. — Bourg de l'Anjou, sur la Sartlie, dép. de 
]\Iaine-et-Loire. 

MORANT. — Seigneurie de Normandie, devenue marquisat 
en 1672 en faveur de Morant. Morans, faucons, pèlerins. 

MORÂRD. — De Moura, commune du dép. du Jura, arr. de 
Saint-Claude. Dérive de mor, brun. 

MORAS, MORASSE. — De Moras, com. des dép. de l'Isère 
et de la Drôme. 

MOREAU. — De Montmoreau, commune de la Charente, arr. 
de Barbezieux. Moreau, noir, cabas de corde ou de jonc 
dans lequel on donne à manger aux mulets lorsqu'ils 
marchent, cheval qui a le poil noir foncé. Dérive de 
maurus, noir. Dans l'idiome de Cornouailles, moreau 
signifie bouquet d'arbres. 

J^OREL. — De Moreilles, commune de la Vendée, arr. de 
Fontenay. Morel, noir, cheval noir, moral. 

MORENCY. — Morancy, commune du dép. du Nord, arr. de 
Cambrai. De more, marais, tourbière. 

MOREST, MORET. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, 
arr. de Fontainebleau. Moret, chien, fruit de la ronce, 
savon de lessive, mûre, airelle. 

DiIORGEAU. — De Margaux, commune de la Gironde, arr. de 
Bordeaux. De marge, bord. 

MORGELÉ. — De Margilley,' commune de la Haute-Saône, 
arr. de Gray. 

USORGUÈS. — De Moriès, commune des Basses- Alpes, arr. 
de Castellane. De morgue, mine. 

MORIAT. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Issoire. De 
morie, mort, meurtre. 

MORICEAU. — De Mauressac, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Muret. 

MORIER. — Commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr. de Châ- 
teaudun. Dérive de morre, moudre. Morier, mûrier. 

MORILLE.^De Morville, commune du dép. des Vosges, arr. 
d 'Epinal. Morille, champignon spongieux et poreux, ma- 
ladie du cheval, commerce de laine, 

29 



[ 450 ] 

MORILLON. — Communes des dép. de la Haute-Savoie et de 
la Gironde. Morillon, raisin noir et doux, appelé pineau 
en Bourgogne, sorte d'étoffe noire, moraillon. 

MORILLONNET. — De Murianette, com. du dép. de l'Isère, 
arr. de Grenoble. 

MORIN. — De Montmorin, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
de Clermont-Ferand. Morin, mauvaise laine, fagot, bœuf 
à la robe brune ou noire. 

MORING. — De Moringhem, commune du dép. du Pas-de- 
Calais, arr. de St-Omer. 

MORINVILLE. — Morainville, communes des dép. de l'Eure 
et d'Eure-et-Loir. 

MORISSET, MORISSETTE. — De Morissès, commune de la 
Gironde, arr. de La Réole. De marir, s'affliger, se dé- 
soler. 

MORJERET. — De Moriers, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Châteaudun. V. Morrijeau. 

MORLIER. — De la Morlière, seigneurie du Dauphiné, érigée 
en 1630 pour Magalon. 

MORNAIS, MORNAY. — Mornay, communes des dép. de 
Saône-et-Loire, de la Côte-d'Or et de l'Ain. Momer, 
garnir d'une morne, abattre, vaincre. 

MORNEAU. — De Mornas, commune du dép. de Vaucluse, 
arr. d'Orange. Momos, bouchée, bouche. Morneau, indi- 
vidu triste. 

MORONEY. — De Mérona, commune du Jura, arr. de Lons-le- 
Saunier. De moron, rêver. 

MORRIGEAU. — De Moroges, commune du dép .de Saône- 
et-Loire, arr. de Chalon-sur-Saône. De morigerer, se con- 
duire. 

MORRISON — De Morsan, commune du dép. de l'Aisne, 
arr. de Soissons. 

MORVENT. — Morvant, petit pays dépendant du Nivernais 
et compris dans les dép. de l'Yonne et de la Nièvre. 

JIORVILLE. — Communes des dép. du Loiret, de la Manche, 
des Vosges, de la Seine-Inférieure. Morvine, narine. 



[ 451 ] 

MOSION. — De Mossons, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Châtillon-sur-Seine. Motion, mouvement, tremblement. 

MOSNIER. — V. Monier. Mosnier, meunier. 

MOSNY. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1661 pour 
De Langle. Monil, collier. 

MOSSÂRD. — De Moussac, commune du dép .du Gard, arr. 
d 'Uzès. 

MOTARD. — De Mortard, lieu du dép. de la Haute-Savoie. 
De motte, morceau de terre. 

MOTERE. — De Mouterre, commune du dép. de la Vienne, 
arr. de Montmorillon. De moteret, endroit voisin d'une 
rivière. 

MOTTAIN. — De Mortain, ville du dép. de la Manche. 

MOTZ. — Commune de la Savoie, arr. de Chambéry. 

MOUCHARD. — Commune du dép. du Jura, arr. de Poligny. 
Mouchard, espion. 

MOUCHERE. — De Mouguerre, commune des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Bayonne. De moucher, tuer, rogner, espion- 
ner. 

MOUCHET. — De Mouchés, commune du dép. du Gers, arr. 
de Mirande. Mouchet, oiseau, émouchet, monceau. 

MOUCHY. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Beauvais. 

MOUET. — Commune du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
Mouet, mesure dans les salines, petit gâteau, pain bénit. 

MOUFETTE, MOUFFLETTE. — De Mouflers, commune du 
dép. de la Somme, arr. d'Abbeville. Mouffette, exhalai- 
sons dans les terrains miniers. Moufflette, manche de 
bois dont se servent les vitriers pour tenir leur fer à 
souder. 

MOUGON. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Melle. Mugon, sorte de poisson, le mulet. 

MOUILLERON. — Commune de la Haute-Marne, arr. de 
Langres. De mouiller, bateau qui sert à transporter le 
sable. 

MOULEVIN. — De Ménil-Vin, commune du dép. de l'Orne, 
arr. d'Argentan. 



[ 452 ] 

MOULINEUF. — Moulin-Neuf, coin, des dép. de l'Ariège et 
de la Dordogne. 

MOULINIER. — De Mouliet, commune du dép. de la Gironde, 
arr. de Libourne. De mouille, corde. 

MOULLARD. — De Moulhard, commune du dép. d'Eure-et- 
Loir, arr. de Nogent-le-Rotrou. Mulard, entêté comme 
un mulet. 

MOULU. — De Ramoulu, commune du Loiret, arr. de Pithi- 
viers. Moulu, terme de vénerie, 

MOUNIER. — Forêt dans la Maîtrise de Saint-Pons. Meu- 
nier, meunier. 

MOURAND. — Mourens, commune du dép. de la Gironde, 
arr. de la Réole. Mourant, pâle, temps de la mort. 

MOURARD. — De Moura, commune du dép. du Jura, arr. de 
Saint-Claude. Vient de moure, moudre. 

MOUREJEAU. — De Mourèze, commune du dép. de l'Hé- 
rault, arr. de Lodève. 

MOURIE. — Mouriez, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Montreuil-sur-Mer. De mourie, lieu où se fait le sel. 

MOUSSEAU. — Mousseaux, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Mantes. Moussaud, émoussé, usé. Mousseau, 
monceau. 

MOUSSET, MOUSSE Y. — Communes des dép. de l'Aube et 
des Vosges. Mousset, mousse. 

MOUSSIN. — De Moussan, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Narbonne. 

MOUSTIER. — Commune du dép .du Nord, arr. d'Avesnes. 
Moustier, monastère, église, couvent. 

MOUTARDE. — De la Moutade, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. de Riom. 

MOUTEL. — Moutels, dans le Bas-Languedoc, arr. de Nar- 
bonne. Moustoile, belette, loche, poisson. 

MOUTON. — Commune de la Charente, arr. de Ruffec. Mou- 
ton, monnaie d'or, machine de guerre, ver qui s'engendre 
dans les cerises, lorsqu'elles sont trop mûres, grosse 
poutre mobile qui écrase les pommes, chaton de saule. 



[ 453 ] 

MOUTREL. — De Mouteille, commune du Calvados, arr. de 

Lisieux. 
MOUX. — Communes des dép. de l'Aude et de la Nièvre. 
MOUVIER. — De Mouzieys, commune du Tarn, arr. d'Albi. 

De move, mouvement. 
MOYÉ. — De Moigné, commune d'Ille-et-Vilaine, arr. de 

Rennes. Moillet, sorte d'étoffe. 
MOYEN. — Bourg situé au pied des Vosges, appelé aujour- 

d 'hui Moyenmoutier, arr. de St-Dié. Moyen, fortune. 
MOYNET. — De Moyenneville, communes des dép. de l'Oise, 

de la Somme et du Pas-de-Calais. Moinet, petit moine. 
MOYSE. — Moyse, en Saintonge, arr. de Saintes. Moyse, 

moise. 
MOZIERES. — Des Moussières, commune du Jura, arr. de 

Saint-Claude. 
MUISE. — De Muse, commune du dép. du Gard, arr. de 

Nîmes. Muiz, mousse, plante. 
MULAIRE. — De Moulayrès, commune du dép. du Tarn, 

arr. de Lavaur. De mul, mulet. 
MULIGAN. — De Molinghem, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Béthune. 
MULOIN. — De Meulin, commune du dép. de Saône-et-Loire, 

arr. de Mâcon. 
MULOIS. — De Maloy, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Dijon. 
MULOT. — De Moulot, lieu du dép. de la Nièvre, commune 

de Clamecy. Mulot, petit animal plus gros que le rat et 

plus petit que la souris. 
MUNIER, MUSNIER. — ]\Iusnier-du-Bosc, dans le Bas-Lan- 
guedoc, ar. du Puy. Musnier, meunier. 
MURAULT. — Mureaux, commune du dép. de Seine-et-Oise, 

arr. de Versailles. Mureau, muraille. 
MURETTE. — Commune du dép. de l'Isère, arr. de St-Mar- 

cellin. Vient de mure, parapet, ornement de peau d'her- 
mine. Dérive du grec moron, mûrier. 
MYOT, MYOTTE. — De Mios, commune du dép. de la Gi- 
ronde, arr. de Bordeaux. 



[ 454 ] 

MYRAND. — V. Mirand. 

MYRE. — De Murs, communes des dép. de Vaueluse et de 

l'Indre. Myre, médecin, chirurgien. 
MYVILLE — D 'Yville, commune de la Seine-Inférieure, arr. 

de Rouen. 






N 






M'ADÂL. — De Nadailliac, commune du dép. de la Dordogne, 

arr. de Sarlat. Nadal, Noël. 
NADEAU. — De Nades, commune du dép. de l'Allier, arr. 

de Gannat. 
NADEREAU. — De Médière, commune du dép. du Doubs, 

arr. de Baume-les-Dames. 
NADON. — De Nédon, commune du Pas-de-Calais, arr. de St- 

Pol-sur-Ternoise. 
NAGLE. — De Nieigles, commune de l'Ardèche. 
KAMUR. — Ville de Belgique, au confluent de la Sambre et 

de la Meuse. Dérive de new muer, nouveau mur. 
NANATES. — De Nanac, commune de la Charente, arr. de 

Barbezieux. 
NANSOT. — De Nances, commune de la Savoie, arr. de 

Chambéry. 
NANTAIS. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 

De la Goublaye. Nantais, qui est de Nantes. 
NANTEL. — De Nointel, commune du dép. de Seine-et- 



[ 455 ] 

Oise. Nant, en bas breton, signifie vallon, eu gallois, 

vallée, rivière, et en vieux-français, vallon, et dans 

l'idiome de Cornouailles, vallée. 
NANTERRE. — Commune du dép. de la Seine, arr. de St- 

Denis. De nanter, contraindre par la saisie d'un gage. 
NANTEUIL. — Communes des dép. de la Dordogne, de l'Oise, 

de la Charente. V. Nantel. Vient de nant, gage, caution. 
NARBONNE. — Ville du dép .de l'Aude, et marquisat. Vient 

de nare, moquerie. 
NARDEREAU.— V. Nadereau. 
NARNE. — De Namhac, commune du dép. du Cantal, arr. 

de St-Flour. 
NASPLAISE. — De Nesploy, commune du Loiret, arr. de 

Montargis. 
NATTE. — De Napt, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Nantua. Natte, tissu plat, fait de brins de paille battus 

et tortillés ensemble. 
NAU, NAULT. — Naux, dans les Ardennes, commune de 

Tliilay. Nau, bière, cercueil, noël, gros vaisseau, grande 

pièce de bois creux dont on se sert pour faire l'égoût des 

étangs. 
NAUD. — Nods, commune du dép. du Doubs, arr. de Baume- 

les-Dames. V. Nau. 
NAUDET. — De Loudet, commune de la Haute-Garonne, arr. 

de St-Gaudens. 
NAVARRE. — De Lavars, commune de l'Isère, arr. de Gre- 
noble. Navarre, écu marqué aux armes de France et de 

Navarre. 
NAVERS. — De Neuvier, commune du dép. du Doubs, arr. 

de Montbéliard. 
NAVETIER. — De Navetet, bourg de Normandie, arr. 

d'Avranches. Navetier, qui tient la navette. 
NEAU. — Neaux, commune de la Loire, arr. de Roanne. No, 

nage. 
NECLE. — D'Ecle, eom. des dép. des Vosges et de l'Oise. 
NEE. — Nay, commune des Basses-Pyrénées, arr. de Pau. 

Née, nuit, créature, naissance. 



[ 456 ] 

NEGRE. — Commune du dép. de la Charente, arr. de Ruffec- 

Nègre, noir, poisson de mer couvert d'écaillés. 
NEL. — Nesle, commune du dép. de la Somme, arr. de Pé- 

ronne. 
NELTIER, NESTIER.— Commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Bagnères-de-Bigorre. Netier, purifier. 
NENET. — De Nannay, commune du dép. de la Nièvre, arr. 

de Cosne. Nané, sucette à l'usage des petits enfants. 
NEPVEU. — De Nepvez, commune du Finistère, arr. de 

Quimperlé. Nepveu, petit-fils. 
NERE. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de St- 

Jean d'Angély. 
NERNE. — D'Ernes, commune du Calvados, arr. de Falaise. 
NERON. — Commune du dép. d'Eure-et-Loir, arr. de Dreux. 

Néron, tranchant d'une dague, croisée d'une hache, 

pointe et lame d'un couteau. 
NESLE. — V. Nel. 
NETIER. — V. Neltier. 

NEUFPORT. — Nieuport, ville de l'ancienne Flandre autri- 
chienne, arr. de Furnes. 
NEUVILLE. — Bourg et château dans le Lyonnais, sur le 

bord de la Saône, à 2 lieues de Lyon. 
NEUVILLETTE. — Communes des dép. de l'Aisne et de la 

Somme. 
NEUVILLON. — De Nouvion, communes des dép. de la 

Somme, de l'Aisne et des Ardennes. 
NEVAUX. — De Neves, bourg de Bretagne, arr. de Quimper. 
NEVERS. — Ville du dép. de la Nièvre. Nevers, tulipe de 

couleur grise, rouge et blanche. 
NEVEU. — V. Nepveu. Neveu, fils du frère ou de la sœur de 

celui dont on parle. 
NEXIER. — De Naisey, commune du dép. du Doubs, arr. de 

Baume-les-Dames. Nexer, nouer. 
NEYRET. — Néret, commune du dép. de l'Indre, arr. de La 

Châtre. 
NIAGARA. — De Nogaro, commune du dép. du Gers, arr. 



[ 457 ] 

de Condom. Niagara, ville dans la province d'Ontario, 

en Canada. 
NICANT. — De Nénigan, commune de la Haute-Garonne, 

arr. de St-Gaudens. De nie, nid. 
NICOLAS. — De Nivolas, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de la Tour-du-Pin. 
NICOLE, NICOLLE. — Commune du dép. de Lot-et-Ga- 
ronne, arr. d'Ageu. Nicole, étoffe de Lincoln. 
NICOLET. — De Nivollet, commune du dép. de l'Ain, arr. 

de Belley. 
NIDELEC. — De Nivillac, commune du Morbihan, arr. de 

Vannes. 
NIEL. — Nielles, commune du Pas-de-Calais. Niel, brouillard, 

nielle, maladie des grains, orvet. 
NILDARI. — De Nurieux, dép. de l'Ain, dans la communÊ 

de Mornay. De nille, vrille de la vigne. 
NIORT. — Ville du dép .des Deux-Sèvres, et commune du 

dép. de la Mayenne. Niord, dieu qui préside aux mers et 

aux lacs. 
NIQUE. — De Nicey, communes de la Côte-d'Or et de la 

Meuse. Niquet, monnaie, personne délicate, chose de vil 

prix, dent d 'enfant, geste de moquerie. 
NIVARD. — De Nibas, commune de la Somme, arr. d'Abbe- 

ville. De nive, neige. 
NOBERT. — De Maubert, commune du dép. des Ardennes, 

arr. de Rocroi. 
NOBLESSE. — D'Amblèze, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Die. Noblesse, action noble, fête pompeuse. 
NOBLET. — Le Noblet, dans le dép. de la Haute-Vienne, arr. 

de Limoges. Noblet, nom de bœuf paresseux, dim. de 

noble. 
NODIN. — De Noidan, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Semur. Nodin, faux dieu de l'antiquité. 
NOËL. — De la Noële, en Bourgogne, arr. d'Autun. Noël, 

nouvel, nouveau. Vient d'Emmanuel, c'est-à-dire Dieu 

est avec nous. Dérive de natale, nativité, ou jour natal 

de Notre-Seigneur. Noël, nielle. 



[ 458 ] 

NOGUARD. — De Nouart, commune des Ardennes, arr. de 
Vouziers. 

NOGUE. — Des Hogues, commune du dép. de l'Eure, arr. des 
Andélys. De noge, jeune bête de Tannée. 

NOGUIERE. — Noguères, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthez. Noguierre, gouttière. 

NOIRET. — De Noireville, seigneurie normande, érigée en 
1440 pour De Montfort. Noiret, raisin noir, monnaie des 
comtes de Soissons. Noiraye, plantation de noyers. 

NOISE. — D'Oisemont, commune du dép .de la Somme, arr. 
d'Amiens. Noise, querelle, fruit du noisetier. 

NOISET. — Noisay, bourg de la Touraine, dép. de l'Indre-et- 
Loire, à 2 lieues d'Amboise. Noiset, dim. de noix. 

NOISEUX. — De Poiseux, commune du dép. de la Nièvre, arr. 
de Nevers. Noiseux, bruyant, querelleur. 

NOLÂND. — De Noulens, commune du dép. du Gers, arr. de 
Condom. 

NOLET. — Commune de la Picardie, arr. d'Amiens. Nolet, 
noue d'une lucarne, tuile creuse formant des canaux 
pour couvrir des lucarnes et écouler l'eau, clochette, 
noël. 

NOLIN — De Molins, commune du dép. de l'Aube, arr. de 
Bar-sur-Aube. 

NOM. — D '0ms, commune des Pyrénées-Orientales, arr. de 
Céret. 

NONVAL. — De Noirval, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Vouziers. 

NORAYE, NORÈE. — Norrey, commune du Calvados, arr. 
de Caen, et Noraie, dans la commune d'Ouches, dép. de 
l'Indre. Norais, plantation de noyers, norvégien. 

NOREAU. — De Neyrac, eom. de l'Ardèche et de l'Aveyron. 
Noreau, dim. de nore, bru. 

NORMAND. — De la Normandie, lieu du dép. de l'Eure, 
dans la commune de Vernon. Normand, qui est de Nor- 
mandie. Dérive de Nort, septentrion et de man, homme, 
c'est-à-dire homme du nord. 



[ 459 ] 

NORMANDEAU. — De Marmande, ville de la Guienne, dép. 
de Lot-et-Garonne. 

NORMANDIN. — De Tourmantine, bourg de l'Anjou, dép. 
de Maine-et-Loire, à 10 lieues de Montreuil-Belley. 

NORMANT. — De Noiremont, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Clermont. 

NORMANVILLE. — Commune de la Seine-Inférieure, arr. 
d'Yvetot. Dérive de norme, liste. 

NOTINVILLE. — De Nottonville, commune du dép. d'Eure- 
et-Loire, arr. de Châteaudun. De notir, désigner. 

NOUE (la). — Commune du dép. de la Marne, arr. d'Eper- 
nay. Noue, torrent. Dérive de natare, nager, d'où l'on a 
fait nouer et noer, pour dire nager. Noues, tripes de mo- 
rue. Les nageoires de poissons s'appellent noës. Noue, 
pr^ bas et marécageux. 

NOUEL. — De Noueilles, commune de la Haute-Garonne, arr. 
de Villefranche-de-Lauraguais. Nouel, noyau, Noël. 

NOUET. — Nouée, commune du Morbihan, arr. de Ploërmel. 
Nouée, racine des plumes, petit paquet de drogues en- 
fermé dans un nœud de linge qu'on fait tremper ou 
bouillir dans une liqueur pour lui en donner le goût. 
Nouet, nœud, linge noué, sachet. 

NOURRIS. — Nourry, commune du Nivernais, arr. de Ne- 
vers. Nourri, fromage vert, petit cochon qu'on engraisse. 

NOUTUREAU. — De Noirterre, commune du dép. des Deux- 
Sèvres, arr. de Bressuire. 

NOUVIN. — De Nouvion, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Abbeville. Novain, neuvaine. 

NOYAN, NOYEN. — Commune du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. de Baugé. Noyen, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de La Flèche. Noiant, néant, un quidam. 

NOYAU. — De Neuil, commune du dép. de l'Indre-et-Loire, 
arr. de Chinon. 

NOYELLE. — Commune du dép. de la Somme, arr. d'Abbe- 
ville. Noiel, bouton, nielle. 

NOYER. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, à 4 lieues de 
l'Ile-Bouchard. Noyer, arbre. 



[ 460 ] 

NOYON. — Ville du dép. de l'Oise, sur la Vorse. Noyon, 
terme de jeu de boule et de palet. Le noyon est le lieu 
creusé où quand la boule arrive ou le palet, on perd son 
coup. 

NUS. — Lieu du dép .de la Loire, dans la commune de Péri- 
gueux. Nu, nul, sans armes défensives. 






o 



* 






OBERY, OBRY. — D 'Aubry, commune du dép. du Nord, arr. 

de Valenciennes. Obry, en bas, dessous. 
OCTEAU. — D'Octeville, commune du dép .de la Manche, 

arr. de Cherbourg. Octo, huit, le huitième. 
ODELIN. — De Wadelincourt, commune des Ardennes, arr. 

de Sedan. Dérive du grec aeidôs, chanter. 
ODET, ODETTE. —D'Audeville, commune du Loiret, arr. 

de Pithiviers. Rivière du Finistère. Odet, lutin, Odette, 

petite ode. 
ODIN. — D'Hodent, commune du dép. de Seine-et-Oise, arr. 

de Mantes. Odin, dieu des anciens Danois. 
ODIORNE. — D 'Audierne, commune du dép. du Finistère, 

arr. de Quimper. Audierne, du jour même. Du latin 

hodie. 
ODON. — Petite rivière de Normandie, qui se jette dans 

l'Orne et Audon, com. du dép. des Landes. Du verbe 

oder, sentir, avoir l'odeur de. 



[ 461 ] 

OEMÂN. — De hoet, mesure pour les grains, dans la Flandre. 
OG. — Hogues, commune du dép. de l'Eure, arr. des Andé- 

lys. Og-, de hoge, colline, hauteur. 
OGIËR. — Ogiez, bourg de la Bourgogne, arr. de Châlons. 

Ogier, victoire. 
OLERON. — Oloron, ville des Basses-Pyrénées, et Oléron, 

île de la mer de Gascogne, vis-à-vis l'embouchure de la 

Charente. D'oler, exhaler une odeur. 
OLIDE. — D'Olite, commune de la Navarre, sur la route de 

Pampelune à Saragosse. 
OLIER, OLLIER. — Village de la Provence, dans le dép. du 

Var. Ancien marquisat. Olier, fabricant ou marchand 

d'huile, potier, qui produit de l'huile. 
OLIVA. — Ville d'Espagne, dans le royaume de Valence. 

Oliva, célèbre monastère de Bénédictins, en Prusse, situé 

près de Dantzic. 
OLIVE. — Seigneurie de Provence, érigée en 1674 pour De 

Laurent. Olive, olivier, sorte d'oiseau. 
OLIVIER. — D'Olivet, seigneurie du Rouergue. Olivier, 

homme qui fabrique ou vend de l'huile. 
^ OLONNE. — Ile, bourg, château, ville et port dans la Ven- 
dée, arr. des Sables d 'donne, et marquisat dans le Com- 

tat-Venaissin. Olonne, pièce d'étoffe fabriquée à Olonne, 

en Beauce. 
OLSCÂMPS. — D'Ourscamps, commune du dép. de l'Oise, 

arr. de Compiègne. 
OMAITRE. — D'Homet, commune du dép. de la Gironde, arr. 

de Bordeaux. Hommet, petit homme. 
OMIER. — D'Omey, commune du dép. de la Marne, arr. de 

Châlons. 
OMINY. — De Palaminy, commune du dép. de la Haute- 
Garonne, arr. de Muret. Dérive du latin homini, datif de 

homo, homme. Ominer, augurer. 
ONDOYER. — D'Andouillé, com. du dép. de la Mayenne,. 

Ondoyer, action de flotter, et ondoier, nager, abonder, 

monder, se mouvoir des ondes. 



[ 462 ] 

ONEILLE. — Oneille, ville d'Italie, avec port sur la Médi- 

terrannée, à Montenotte, près de la rivière Impériale. 
ONEL. — D'Osnel, commune du dép. de la Meuse, arr. de 

Verdun. Aunel, petit aune, 
ORANGE. — Ville du dép. de Vaucluse, près du Rhône. 

Orange, fruit, alcyon, pièce d'artifice, champignon. 
ORANT. — Orain, commune de la Côte-d'Or, arr. de Dijon. 

Orain, qui dore, et orin, de couleur d'or. 
ORBIGNY. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 

Loches. 
ORDE. — D 'Ordre, baronnie du Bourbonnais. Ordre, tocsin, 

sale espèce, famille. 
OREILLE. — Orègue, commune des Basses-Pyrénées, canton 

de Saint-Palais. Oreille, bord d'un bois. 
ORESTE. — Oreyte, dans le Béarn, diocèse de Comminges. 

Oret, doré, 
ORFRAY. — Orfray, oiseau, bord du collet, 
ORFROY. — D 'Ofit'oy, communes des dép. de la Somme et de 

l'Oise. Orfrois, passementerie d'or et d'argent. 
ORIAU. — D'Oris, commune de l'Isère, arr, de Grenoble, 

Dérive d'orier, ouvrier qui fabrique des broderies pour 

chapeaux d 'orfrois. 
ORILLAT. — Bourg des Pyrénées-Orientales, arr. de Prades. 

D'oriol, espèce de galerie, ou d'ori, orient. 
ORION. — Com. des Basses-Pyrénées, arr. d'Orthez. Orion, 

horion, constellation, dieu de la guerre chez les Parthes. 
ORMEAUX. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. 

de Coulommiers. 
ORSAINVILLE.— D 'Orsonville, commune du dép. de Seine- 

et-Oise, arr. de Rambouillet, Orsain, oursain, ourson, 
ORSON. — D 'Ourton, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Béthune. Orson, ourton. 
ORTEGAU. — D 'Ortegal, ville d'Espagne, en Galice. D'or- 

tigue, ortie de mer, 
ORTIN. — D 'Ossen, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

d'Argelès. Ortin, pour ourtin, oursin. 



[ 463 ] 

ORVEAUX. — Orvaux, seigneurie normande, érigée eu 1483 

pour Le Comte. Vient d'orval, tempête, ouragan, ou 

d'orvale, sauge. 
OSANNE. — De Lozanne, commune du dép. du Rhône, arr. 

de Villefranclie. Osanne, buis bénit du dimanche des 

Rameaux. 
OSMAN. — D 'Osmanville, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. D'osmer, flairer. 
OSMARD. — D'Osma, ville de la Vieille-Castille, sur le 

Duéro. 
OSOU. — Seigneurie du Bigorre, érigée en 1778 pour De 

Fezenzac. 
OSSAULT. — Seigneurie de Guienne, érigée en 1700 pour 

D'Artigues. 
OSSELET. — D'Ossès, commune des Basses-Pyrénées, arr. 

de Mauléon. Osselet, petit os, dés, petit bâton au travers 

duquel on pasait une corde avec un nœud coulant pour 

y mettre le doigt du prisonnier. 
OSTAIN. — D 'Osthein, dans la Haute-Alsace, diocèse de 

Bâle. D'ost, hôte, armée. 
OSTELLE. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Soissons. 

Ostel, pièce de harnais. 
OSTENDE. — Ville de Belgique, dans l'ancienne Flandre 

Autrichienne, sur la mer. Ostende dérive du latin osteu- 

dere, montrer. 
OTESSE. — D'Orthez, ville des Basses-Pyrénées. Otesse, 

hôtesse. 
OTHYS, OTIS, OTISSE.— Othis, commune du dép. de Seine- 
et-Marne, arr. de Meaux. Vient d'hostise, exploitation 

rurale tenue par des hostes, classe de gens entre les 

hommes libres et les cerfs. 
OUABARD. — De Waben, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Montreuil-sur-Mer. 
OUATTIER. — D'Oytier, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de Vienne. 
OUDARD. — D'Odars, commune de la Haute-Garonne, arr. 

de Villefranche-de-Lauraguais. 



[ 464 ] 

OUDIN. — Lieu dans le Pas-de-Calais, à deux lieues de Bé- 

thuue. 
OUDINEZ. — D'Odonnez, commune du dép. du Nord, arr. 

de Valencienes. 
OUE. — D'Oey, commune du dép. de la Meuse, arr. de Com- 
mercy. Houer, gratter la terre, en parlant du cheval. 

OUELEM, OUILEM, OUILIAM. — De Willems, commune du 
dép. du Nord, arr. de Lille. Willem, pour William, Guil- 
laume. 

QUELLE. — Ouël, commune du dép. de la Meuse, arr. de 
Verdun. Oueille, ouaille, brebis. 

OUELLET. — D'Oëlleville, commune du dép. des Vosges, 
arr. de Mirecourt. Ouillet, entonnoir en bois ou en fer- 
blanc. 

OUL — L'Ouye, commune du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
Ouie, soupirail, ouie. 

OUIMET. — D'Olmet, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 
Thiers. Mot composé de oui, et de met, partie du pres- 
soir où le vin coule, partie d'une cheminée, civière, pé- 
trin, huche. 

OULE. — Oulles, commune du dép. de l'Isère, arr. de Gre- 
noble. OuUe, ourlet, et ouie, onde, vague, marmite, petit 
charnier pour y tenir un demi-cochon dans le sel. 

OURSON. — D 'Ousson, commune du dép. du Loiret, arr. de 
Gien. Ourson, petit d'un ours. 

OURSOUBIN. — D'Hurtevent, lieu du dép. du Nord, dans 
la commune de Clary. 

OURSOUBISE. — V. Hurtebise. 

OUTLAN. — D 'Ouistreham, commune du Calvados, arr. de 
Caen. 

OUTLAS. — D'Outriaz, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Nantua. Outlas, de l'anglais out-law, signifie personne 
mise hors de la loi. 

OUVRARD. — D'Ouvrouer, commune du Loiret, arr. d'Or- 
léans. Ouvrard, vient d'ouvré, ouverture des ailes. 

OUY. — Wy, dit Joli-Village, dans le dép. de Seine-et-Oise, 
arr. de Mantes. Ouye, oreille. 



[ 465 ] 

OVARD. — Ovar, ville du Portugal, dans le Beira. 

OYLET. — V. Ouellet. 

OZAN. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Bourg. 

OZANNE. — V. Osanne. 

OZON. — Communes des Hautes-Pyrénées et de l'Ardèche. 



^j^ ^^.^-.^^^ ^-,.. -^..-^ --^ ^iî^ 






PABO. — De Palbost, seigneurie du Gévaudan. Pabeau, pa- 
vot, coquelicot, pivoine. 

PACAUD, PACAULT. — De Pacques, commune de la Côte- 
d'Or, arr. de Dijon. Dérive de pac, paquet. 

PACHOT. — De Panges, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Dijon. Pachot, menu, mince, subtil. 

PACHOUE. — De Panzoult, commune du dép. d'Indre-et- 
Loire, ar. de Chinon. Pachoue vient de pachu, paysan. 

PACQUET. — D 'Acqueville, communes des dép. du Calvados 
et de la Manche. 

PACRAU. — De Paucqueraye, seigneurie de Bretagne. Dim. 
de paque, paquet, fagot. 

PAGE. — Pajay, commune du dép. de l'Isère, arr. de Vienne. 
Page vient de pagus, paysan, domicilié. 

PAGEAU, PAGEOT. — De Page, seigneurie de l'Ile-de- 
France, érigée en 1600. Pageau, chemin qui paie un tri- 
but. Pageot, dérive de pes, pedis, pedaggio, pageot, et 
signifie petit page, sorte de poisson. 

30 



[ 466 ] 

PAGESI. — De Réchésy, commune du Territoire de Belfort, 

canton de Délie. Pagésie, bien fonds donné à ferme ou à 

rente. 
PAGIS. — De Pacy, commune du dép. de l'Yonne, arr. de 

Tonnerre. Pagis vient du grec pais, jeune garçon, en 

vieux français, signifie page, paysan. 
PAGNOT. — Pagnoz, commmne du dép. du Jura, arr. de 

Poligny. 
PAILLANT. — D'Aillant, commune de l'Yonne, arr. de Joi- 

gny. 
PAILLART. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Clermont. 

Paillart, misérable, coquin, malpropre. 
PAILLE. — Pailhes, baronnie du Languedoc, érigée en 1712 

pour De Gailliac. Paille, étoffe de soie venue d'Orient, 

tenture, manteau de femme, tige du blé, dais, pavillon, 

poêlon. 
PAILLET. — Paillé, commune de la Charente-Inférieure, arr. 

de St-Jean d'Angély. Paillet, qui est de couleur de paille. 
PAILLETTE. — Commune de la Gironde, arr. de Bordeaux. 

Paillette, mince lame d'or ou d'argent, jonchets. 
PAILLIER. — De Pailly, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

de Sens. Paillier, fourrage pour les bestiaux, basse-cour 

d'une métairie où l'on nourrit des bestiaux, grenier à 

paille, paille de l'écurie, litière. 
PAIMENT, PEMENT. — D'Esmans, com. du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Fontainebleau. Paiement, action de payer. 
PAIN. — Payns, commune du dép. de l'Aube, canton de 

Troyes. Pain, boisseau, farine pétrie et cuite. 
PAINCHAUD. — De Penchot, lieu du dép. de l'Aveyron, 

dans la commune de Boisse-Penchot. 
PAINCOURT. — Pincourt, bourg dans le duché de Bar, dio 

cèse de Verdun. 
PAIRE. — Commune du dép. des Vosges, arr. de St-Dié. 

Paire, compagne, père, couple, compagnie, espèce. 
PAISANT. — De Pessan, commune du dép. du Gers, arr. 
d'Auch. Paisant, habitant d'un pays, paysan, rustaud. 
Dérive du grec pègè, fontaine. 



[ 467 ] 

FAJOT. — De Pan j as, commune du dép. du Gers, arr. de 
Condom. V. Pageau. 

PALADEAU. — De Palalda, commune du dép. des Pyrénées- 
Orientales, arr. de Céret. Paladel, bâton. 

PALANGES. — Palinges, com. du dép. de Saône-et-Loire, 
arr. de Charolles. Palanges, instrument de bois pour 
porter sur l'épaule deux seaux d'eau accrochés aux 
deux bouts, levier pour lancer les navires à la mer, ta- 
rentule. 

PALARDY. — De Lardy, commune du dép. de Seine-et-Oise, 
arr. d'Etampes. 

PALATIN. — Commune de la Franche-Comté, arr. de Besan- 
çon. Palatin, officier du Palais, courtisan, avocat, conseil- 
ler impérial. 

PALIAU. — Bourg de la Bourgogne diocèse d'Autun. Paliot, 
étoffe de soie ou de laine, manteau, palier, chambre où 
l'on met l'écrivain. 

PALIN. — Commune du Berry, arr. de Bourges. Pallin, sorte 
de pieu. 

PALLEREAU. — D'Allériot, commune de Saône-et-Loire, 
arr. de Chalon-sur-Saône. De palier, parler. 

PALLIÉ, PALLIER. — De Paslières, commune du Puy-de- 
Dôme, arr. de Thiers. Paillié, pâle, blême, parleur. Pal- 
lier, meule de paille, guérir en apparence, adoucir, excu- 
ser. 

PALLUAU. — Commune de la Vendée, arr. des Sables- 
d'Olonne, et Palluaud, dans la Charente. Vient de palu, 
marécage, marais, mare, flot, enfer. 

PALMIER. — De Pamiers, ville du dép. de l'Ariège. Pal- 
mier, pris à rente, terme de coutume. 

PALOCHE. — D'Aloxe, commune du dép. de la Côte-d'Or, 
arr. de Beaune. Panoche, petit pain. 

PALOT. — Palau, commune des Pyrénées-Orientales, arr. 
de Prades. Pâlot, bêche, homme rustique et grossier, 
comme le paysan, le batelier, le crocheteur. 

PALUDY. — De Paudy, commune du dép. de l'Indre, arr. 
d'Issoudun. Dérive de palus, paludis, marais. 



[ 468 ] 

PAMBRUN. — D 'Embrun, ville des Hautes-Alpes. Pan, mor- 
ceau, partie de l'armure. 

PAMPALON. — De Pampelonne, commune du dép. du Tarn, 
arr. d'Albi. Pampalon, papillon. 

PANDELET. — D 'Andelat, commune du dép. du Cantal, 
arj*. de Saint-Flour. Dérive de pannis, morceau d'étoffe, 
partie d'un mur. 

PANET. — De Paunat, commune du dép. de la Dordogne, 
arr. de Bergerac. Panet, petit pain. 

PANIER. — Panniers, bourg dans le Forez, diocèse de Lyon. 
Panier, panier. 

PANNEAU, PANNOT. — De Panne, com. de la Meurthe, 
arr. de Toul. Panneau, filet, pièce de bois formant l'écou- 
tille, panneton. Pannot, ouverture de l'écoutille. 

PANNETIER. — Commune du Gâtinois, arr. de Sens. Pan- 
netier, officier qui a soin du pain, officier claustral, qui a 
charge des mêmes fonctions dans les abbayes. 

PANNETON. — De Panon, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Panneton, récipient de paille tressée 
dans lequel les boulangers mettent la pâte de chaque 
pain, partie de la clef qui joue dans la serrure. 

PANTOUX. — De Ponthou, commune du Finistère, arr. de 
Morlaix. Pantoue, support où l'on suspend le cochon 
quand on le dépèce. 

PAPI, PAPIE. — D'Appy, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Foix. De pape, petit. 

PAPILIOT, PAPILLOT. — D'Appilly, commune du dép. de 
l'Oise, arr. de Compiègne. Papillot, petit papillon, feu 
volage. 

PAPILLON. — De Pillon, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Montmédy. Papillon, morceau de papier, bœuf, vache 
marquée de taches blanches arrondies, coiffe à tuyaux 
sur les bords de la Loire. 

PAPILLOUX. — De Papleux, com. du dép. de l'Aisne, can- 
ton de Vervins. Dérive de papilla, mamelon. 



[ 469 ] 

PAPIN. — De Sapin- Verd, dans le dép. du Nord, commune de 
"Wattrelos. Papin, bouillie, colle de pâte. 

PAPINEAU. — De Sapignie, commune du Pas-de-Calais, arr, 
d'Arras, canton de Bapaume. Papineau dérive de pap- 
pins, dim. de pappinus, fait de pappus, d'où le mot 
français pappes qu'on trouve dans Rabelais au rang des 
espèces d'étuis qui couvrent les germes et les semences 
des arbres, des arbrisseaux, des herbes et des zoophytes. 

PAPLEAU. — De Lapleau, commune du dép. de la Corrèze, 
arr. de Tulle. 

PAQUERAUX. — V. Pacrau. Paquereau, dim. de paque, 
paquet, fagot. 

PAQUET. — D'Acqueville, communes des dép. du Calvados 
et de la Manche. Paquet, demi-futaille, baquet. En mé- 
tallurgie, paquet se dit pour l'assemblage de bouts de 
barres plates soudées au four à réchauffer. 

PAQUIER. — Pasquier, commune du Jura, arr. de Poligny. 
Paquier, presser et fouler le poisson salé, empaqueter, 
mettre en baril. 

PAQUIN. — D'Acquin, commune du dép. du Pas-de-Calais, 
arr. de St-Omer. Pasquin, satine courte et plaisante. 

PAR. — Pars, commune du dép. de l'Aube, arr. d'Arcis-sur- 
Aube. Par, nom donné à ceux qui sont au-delà de la 
Garonne, comme les Gascons et les Languedociens. 

PARADIER. — De Baratier, commune des Hautes-Alpes, 
arr. d'Embrun De Paraidier, prêter main forte à quel- 
qu'un. 

PARADIS. — De Pardies, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau, et Paradis, lieu dans le dép. d'Indre-et-Cher. 
Paradis, séjour délicieux, lieu où résident les âmes des 
justes, séjour des dieux payens, reposoir, parois des 
églises, jardin où Dieu plaça Adam, ciel, firmament. 

PARANT. — D'Aranc, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Belley. Parant, qui orne, qui pare, préparé, disposé 
en vue, remarquable, puissant, de bonne mine. 



[ 470 ] 

PARE. — Parey, commune de Meurthe-et-Moselle, arr. de 
Nancy. Paré, orné, fleuri, fermenté, pareil, plein, uni, 
prêt à faire quelque chose. Parei, muraille, cloison, lon- 
gueur de fil de chaîne tendue sur le métier du tisserand. 
Dérive de paries, dont on a fait paret en provençal. 

PARENT. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. de Clermont- 
Ferrand. Parent, père, mère, proches, alliés par le sang. 

PARENTEAU. — D'Arinthod, commune du Jura, arr. de 
Lons-le-Saunier. Parenteau, parenté, lignée. 

PARIAIT. — D'Aries, commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Bagnères-de-Bigorre. 

PARIS. — D 'Arith, commune de la Savoie, arr. de Cham- 
béry. Paris, ville capitale de la France. Paris-Plage, 
dans le Pas-de-Calais, commune de Cucq. Paris, enfant 
trouvé confié aux soins des nourrices des campagnes par 
les hospices de Paris. 

PARISEAU. — Parisot, commune du dép. du Tarn, arr. de 
Gaillac. Pariseau, de Paris. 

PARISIEN. — De Paris. Habitant de Paris. 

PARISIS. — Parisy, seigneurie de Bretagne, érigée en 1700. 
Parisis, monnaie, frappée à Paris, mesure de terre dont 
le revenu est un parisis. 

PARIZET. — Commune du dép. de l'Isère, arr. de Grenoble. 
Pariset, parjsis. 

PARMENTIER. — D 'Armentières, commune du dép. du 
Nord, arr. de Lille. Parmentier, tailleur, couturier, fai- 
seur de parements. 

PARMIER.— De Paramé, commune du dép. d 'Ille-et-Vilaine, 
arr. de Saint-Malo. De paramer, aimer avec passion. 

PARNEUF. — De Plerneuf , arr. des Côtes-du-Nord, arr. de 
St-Brieuc. Pameuf, tout-à-fait neuf. 

PARNIER. — D'Arnières, commune du dép. de l'Eure, arr. 
d'Evreiix. 

PARON. — Commune du dép. de l'Yonne, arr. de Sens. 
Paron, oiseau, pièce de charrue à laquelle on attache les 
chevaux, limons, parents des animaux. 



[ 471 ] 

PARSEILLÉ. — D 'Arzillières, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Vitry-le-François. Parsillée, petite ciguë peu vé- 
néneuse, dont on nourrit les lapins. 

PARSON. — D'Arsonval, commune du dép. de l'Aube, arr. de 
Bar-sur-Aube. Parson, son de cloche. 

PARTHENAY. — Ville du dép. des Deux-Sèvres, et com. 
d'Ille-et-Vilaine, arr. de Rennes. Dérive de l'anglais 
partner, associé. 

PARY. — y. Paris. 

PASCAL. — De Calais, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Boulogne. Pascal, qui appartient à la fête de Pâques. 

PASCHALIS. — De Paslis, commune du dép. de l'Aube, arr. 
de Nogent-sur-Seine. Paschalis, pascal. 

PASQUET. — De la Pasquelais, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1668 pour de la Haye.Pasquette, pâquerette. 

PASQUIER. — Commune du Jura, arr. de Poligny. Pasquier, 
pâturage, revenu des pâturages, fourrage, épervier. 

PASQUIN. — D'Asquins, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
d'Avallon. V. Pâquin. 

PASSARD. — De Passa, commune du dép. des Pyrénées- 
Orientales, arr. de Perpignan. Passard vient de passe, 
notaire, moineau, dague, cible, but. 

PASSELEUR. — De Passel, commune du dép. de l'Oise, arr. 
de Compiègne. Passeleur, du verbe passeler, munir 
d'échalas. 

PASSEPARTOUT. — De Prepatour, lieu du dép. de Loir-et- 
Cher, dans la commune de Naveil. Passepartout, clef qui 
ouvre plusieurs portes. 

PASSERIEUX. — De Passeirier, commune de la Haute-Sa- 
voie, arr. de Bonneville. De passerille, raisins séchés au 
soleil. 

PASTOUREL. — De la Pastourelle, seigneurie en Artois. 
Pastourelle, bergère, sorte de poésie, poire. 

PATARD. — De Pontacq, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Pau. Patar, petite monnaie de Normandie, valant un 
sou. 



[ 472 ] 

PATEL. — De Potelle, commune du dép. du Nord, arr. 
d'Avesnes. Patelle, moule, coquillage. 

PATENAUDE. — De Pautaines, commune du dép. de la 
Haute-Marne, arr. de Wassy. Patenaude vient du celti- 
que pastonnadez, patenaille, panais. 

PATENOTRE. — V. Patenaude. Patenotre, prière, oraison, 
grains d'un chapelet, le chapelet même. Dérive du latin 
pater noster, père notre. 

PATES. — De la Paute, lieu du dép. de l'Isère, dans la com. 
de Bourg-d'Oisans. Pâtes, vient du grec pao, manger. 

PATIENCE.— D'Athienville, commune du dép. de Meurthe- 
et-Moselle, arr. de Luneville. Patience, planchette, sorte 
de plante, rumex. 

PATIET. — Du Patet, commune du dép. du Jura, arr. de 
Saint-Claude. Patiet, du verbe pati, souffrir. 

PATIN. — D 'Attin, commune du Pas-de-Calais, arr. de Mon- 
treuil-sur-Mer. Patin, galoches, patin à glace, souliers à 
semelles épaisses et à hauts talons, morceau d'étoffe, 
soubassement avec base et corniche, qui porte une ran- 
gée de colonnes, paquet de cartes de la même couleur. 

PATISSIER. — De la Paticière, seigneurie de Bretagne éri- 
gée en 1668 pour Boussineau. Pâtissier, qui fait ou vend 
de la pâtisserie. Dérive de patis, pâture. 

PATOINE. — De Ponthouin, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Patoine ou platoine, platane. 

PATOUEL. — De Ponthoile, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Abbeville. Patoueil, mare, bourbier. 

PATOUILLET. — De la Patouillère, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1700. Patouillet, bassin pour opérer le débour- 
bage du minerai de fer. 

PATRI, PATRIS, PATRY. — De Mesnil-Patry, commune du 
Calvados, arr. de Caen. Patri vient du grec et signifie 
père. Patrls, dignité instituée par Constantin. 

PATRON. — De Padron, ville d'Espagne, dans la Galice. 
Patron, de l'irlandais patron, protecteur. 

PATROS. — Patro, commune du dép. de la Corse, arr. de 
Calvi. Patres, dérive du grec pater, patres, père. 



[ 473 ] 

PATTOU. — De Ponthoux, commune du Jura, arr. de Saint- 
Claude. Pattou, mélange de vin et de farine. 

PATU. — De Pathus, commune du dép. de Seine-et-Marne, 
canton de Dammartin. Patu, cour, préau. 

PAUL. — Paule, commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. 
de Guingamp. Paul, nom d'homme. 

PAULET. — Commune du dép. de l'Aude.Paulet, droit an- 
nuel, palissade, 

PAULIN. — Commune du dép. de la Dordogne, arr. tie Sarlat. 
Paulin, nom d'homme, de peuple et de secte. 

PAUMEREAU. — De Poumarous, commune des Hautes-Py- 
rénées, arr. de Tarbes. De paumerée, hôtel pour les 
pèlerins. 

PAUPERET. — De Poupry, com. du dép. d'Eure-et-Loir, arr. 
de Châteaudun. Pauperet vient du latin pauper, pauvre. 

PAUQUET. — De Paulhaguet, commune de la Haute-Loire, 
arr. de Brioude. Pauquet, vient de pauque, mesure de 
vin. 

PAUSE. — D'Auzay, commune du dép. de la Vendée, arr. 
de Fontenay-le-Comte. Pausée, halte, pause. 

PA VILLE. — D'Avilley, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Baume-les-Dames. Pavillée, petit lis jaune des marais. 

PAVIOT. — D 'Avioth, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Montmédy. Paviot vient de pavier, paver. 

PAVIS. — Pavie, ville du dép. du Gers, arr. d'Auch. Pavis, 
sorte de pêche qui ne quitte point le noyau. Pavie, 
auberge. 

PAYAN, PAYEN. — Payens, seigneurie de Champagne, de- 
venue marquisat en 1665 pour Colbert. Payant, qui paye. 
Payen, de paille. Dérive du grec pégâ, fontaine. 

PAYETTE. — V. Paillette. Payette, sorte de vêtement. Dé- 
rive du grec paiô, je frappe. 

PAYMENT. — V. Paiment. Paiement, somme donner pour 
payer une dette, temps obtenu pour payer ses créan- 
ciers. 

PAYNE. — De la Pêne, seigneurie de Provence, érigée en 



[ 474 ] 

1690 pour Boyer. Payne, peine. Dérive du grec poinè, 

punition, vengeance. 
PAYSAN. — De Pessan, commune du dép. du Doubs, arr. de 

Besançon. Paysan, homme du pays. 
PECAUDY, PECODY. — De la Péeaudière, seigneurie nor- 
mande. Pécaudy vient du hollandais pekel, saumon. 
PECOUTANT. — D'Ecouen, commune du dép. de Seine-et- 

Oise, arr. de Pontoise. Pécoutant vient de pécoust, sorte 

d'impôt. 
PECQUEREL. — De Péreille, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Foix. Pecquerel vient de pecque, sorte de jeu. 
PEDENELLE. — De Pleudaniel, commune des Côtes-du- 

Nord, arr. de Lannion. Pédenelle vient du latin peda- 

neus, qui est à pied. 
PEDNAULT. — De Pondenas, commune du dép. de Lot-et- 
Garonne, arr. de Nérac. De pedanée, terme de droit, 

juges qui rendent leurs jugements debout. 
PEDREMONT.— De Pierremont, commune du Pas-de-Calais, 

arr. de St-Pol. Pédremont vient de pedestris, pédestre, à 

pied. 
PEGET. — Du Pouget, commune du dép. de l'Hérault, arr. 

de Lodève. Pegé, enduit de poix. 
PEGIN. — De Peschin, seigneurie du Bourbonnais. Pigin, 

pain, tourteau de poix. 
PEGUET. — De Plouguet, commune du dép. du Finistère, 

arr. de Châteaulin. Péguet, dim. de pègue, poix. 
PEIGNE. — Peigney, commune de la Haute-Marne, arr. de 

Langres. Peignée, quantité de laine que l'ouvrier met 

sur le peigne, raclée, volée de coups. 
PEINSEING. — De Pinsen, fort de Hollande, dans le Bra- 

bant. 
PEIR. — Peyre, commune du dép. des Landes, arr. de St- 

Sever. Peire, poire. 
PEIRE. — Peiret, seigneurie de la Franche-Comté, devenue 

marquisat en 1717. Peiré, poirée. 
PELADEAU. — De Palalda, commune du dép. des Pyrénées- 



[ 475 ] 

Orientales, arr. de Céret. Péladeau, dim. de pelade, laine 
que les mégissiers font tomber avec la chaux, nom vul- 
gaire de l'alopécie. 

PELANT. — Pelan, seigneurie de Bretagne érigée en 1700 
pour Faimier. Dérive de pellis, peau. Pelain, pelage. 

PELCHAT. — De Betchat, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de St-Girons. Mot composé de pel, peau, pelle, et de 
chat, chat. 

PELEAU. — De Pel, en Provence, dans les Basses-Alpes, 
diocèse de Senez. Pelaud, compagnon de débauche, et 
pelaut, lièvre. 

PELEGRIN, PELLERIN. — De Pellerin, commune de la 
Loire - Inférieure, arr. de Paimbœuf. Pelegrin, nom 
d'homme, signifie étranger. 

PELIÇON, PELISSON. — De Pélussin, commune du dép. de 
la Loire, arr. de St-Etienne. Peliçon, habit de peaux. 
Pélisson, pelice, jupe faite de peaux fourrées portée par 
les vieilles femmes, peluche, peau qui se forme sur la 
bouillie au riz, en se refroidissant. 

PELISSIER. — De Pelousey, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Besançon. Pélissier, pelletier. 

PELLAND, PELLANT — . Pellen, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1700 pour De Brohen. Pellant, sorte de peau. 

PELLETIER. — De Pellautier, corn, du dép. des Hautes- 
Alpes, arr. de Gap. Pelletier, celui qui travaille la pelle- 
terie. 

PELLISSIER. — V. Pélissier. Pellissier, peaucier, personne 
qui parcourt les villages pour acheter les peaux de bé- 
tail. 

PELOQUIN, PELLOQUIN. — De Plouguin, commune du 
Finistère, arr. de Brest. De plouquet, petit bouclier. 

PELOT. — Plot, lieu du dép. de la Haute-Savoie, dans la 
commune de Groisy. Pelot, pilon. 

PEMENT. — V. Paiement. 

PENARD. — De Penharzs, commune du Finistère, arr. de 
Quimper. Penard, coutelas, carpe, mâle. 



[ 476 ] 

PENDELETTE. — V. Pandelet. 

PENEL. — Pesnel, seigneurie de Bretagne, érigée en 1560 

pour De Farcy. Penel, filet, panneau, porte d'écluse, cou- 
« verture. 
PENIGOT. — De Plumergat, commune du Morbihan, arr. de 

Lorient. 
PENIN. — Commune du dép. du Pas-de-Calais, canton d'Au- 

bigné. Penin, denier de Hollande. 
PENISOT. — De Polisot, commune du dép. de l'Aube, arr. 

de Bar-sur-Aube. 
PENISSON. — V. Péliçon. Pénisson, sot. 
PENNE. — Commune du dép. de Lot-et-Garonne, arr. de 

Villeneuve. Penne, panne, fourrure, tête, plume, créneau 

d'une muraille de château, tête de la chaîne du tisserand, 

éminence, bout, pointe, extrémité. 
PENNELEAU. — De Plélo, commune du dép des Côtes-du 

Nord, arr. de St-Brieuc. V. Penne. 
PENSERS. — Pensée, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1669 pour De Morant. Penser, soigner, traiter avec 

égards. 
PEPEREL. — De Pereille, commune du dép. de l'Ariège, arr. 

de Foix. Péperel vient du grec pépéri, poivre. 
PEPERON. — De Perréon, commune du dép. du Rhône, arr. 

de Villefranche. 
PEPIE, PEPY, — De Pépieux, commune du dép. du Gers, 

canton de Saramon. Pépie, maladie des oiseaux, écaille 

qui se forme au bout de leur langue. 
PEPIN. — Seigneurie de Bretagne, et commune des Basses- 
Alpes, arr. de Sisteron. Pépin, semence, pépiniériste, 

jardinier, jeune pommier, parapluie. 
PER. — Pert, seigneurie de Normandie, érigée en 1500 pour 

Suhard. Per, égal, compagnon, échevin, conseiller de 

ville, barons composant le tribunal d'un seigneur. 
PERADE. — Parade, commune du dép. de la Lozère, arr. de 

Florac. 
PERAU. — Pérault, commune du dép. de l'Hérault, à une 

lieu de Montpellier. 



[ 477 ] 

PERAUDEAU. — De Peyraud, commune du dép. de l'Ar- 
dèche, arr. de Tournon. 

PERCEVAUX. — D'Orcevaux, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Langres. Perchevaud, percepteur. 

PERCHAUD. — De Perche, communes des dép. du Cher, et 
de Lot-et-Garonne. Perchaud, habitant du Perche. 

PERCHE. — Seigneurie de l'Auvergne, érigée en 1614 pour 
d'Ouradour. Perche, long bâton, perchoir, mesure 
agraire, bois d'un cerf. Dérive du grec perkos, tacheté 
de noir. 

PERCHEL. — De Perchille, seigneurie de Normandie. Per- 
cheel, fourrière, amende, 

PERDIGAU. — De Pierregot, commune de la Somme, arr. 
d'Amiens. Perdigau, de perdigoine, prune violette ou 
noire. 

PERDRIELLE. — Seigneurie de la Brie, érigée en 1423 pour 
De Perdrielle. Perdriel, perdreau. 

PERE. — Communes de la Charente-Inférieure et des Hautes- 
Pyrénées. Peré, poiré, cidre fait de poires, et perée, me- 
sure de grains. 

PEREAU. — De Pérat, lieu du dép. de la Charente-Infé- 
rieure, dans la commune de Salignac-du-Pons. Pereau, 
pierrier. 

PERET. — Communes de la Corrèze et de l'Hérault. V. Peré. 
Perreis, cailloutage. 

PERIER. — Périers, communes du Calvados et de la Manche. 
Périer, poirier, oiseau, cens, jeu, morceau de fer em- 
manché au bout d'une perche, qui sert à faire l'ouver- 
ture des fourneaux pour faire couler le métal. 

PERIGNY. — Communes des dép. de l'Allier, du Calvados, de 
la Charente-Inférieure, de Loire-et-Cher. 

PERIGORD. — De Périguère, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. Périgord, province de la Guienne, dont 
Périgueux était la capitale. 

PERILLARD. — De Pierlas, commune du dép. des Alpes- 
Maritimes, arr. de Puget-Théniers. Vient de périllier, 
mettre en danger. 



[ 478 ] 

PERIN. — Peyrins, commune du dép. de la Drôme, arr. de 

Valence. Perin, pierre. 
PERINAU. — De Vérines, commune du dép. de la Charente- 
Inférieure, arr. de La Rochelle. Vient de péringue, pi- 
geon sauvage. 
PERNAY. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 

Tours. Vient de perne, jambon. 
PERNEL. — Pernelle, commune du dép. de la Manche, arr. 

de Valogne. Pernelle, nom de femme. 
PERNET. — De Pernay, commune du dép. d'Indre-et-Loire, 

Pernet, baronet. 
PERNIN. — Pernant, commulie de la Côte-d'Or, arr. de 

Beaune. 
PERODEAU. — V. Péraudeau. 
PERON. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Gex. Peron, 

terme de fauconnerie. 
PERONELLE. — De Ronel, commune du dép. du Tarn, arr. 

d'Albi. Perronelle, dim. de Perrone, nom propre. 
PERONNE. — Ville du dép. de la Somme. Péronne, partie de 

la charrue à laquelle on attache les chevaux. 
PEROST. — Peros, seigneurie de Bretagne. Perot, baliveau 

qui a l'âge de deux coupes, père. 
PERPIGNAN. — Ville des Pyrénées-Orientales. 
PERRAS. — De Peyrat, commune du dép. de l'Ariège, arr. 

de Pamiers. Perrat, lieu où il y a beaucoup de pierres. 
PERRAULT. — Seigneurie dans le dép. de l'Indre, érigée 

vers 1400 pour De Perrault. Perrau, terme de cirier. 
PERRÉ, PERRET. — Commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

Loudéac. Perré, chaussée de pierres espacées en travers 

d'un ruisseau. Perret, de pierre. 
PERRIER. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Issoire. 

Perrier, canon qui jette des pierres, carrier, joaillier, 

poirier, carrière de pierres. 
PERRIN. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour Le 

Perrin. Perrin, perron, cuvier à lessive en terre, palais 

de pierre. 



[ 479 ] 

PERRINOT, — De la Perrine, seigneurie du Vendôniois, 
érigée en 1660 pour Du Plessis. 

PERROCHES. — De Parodies, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Perroche, terrain pierreux. 

PERRON. — Commune du dép. de la Manche, arr. de St-Lô. 
Perron, grosse pierre plate, signe de la juridiction sei- 
gneuriale, plate-forme de taille, de marbre. 

PERROT. — De Perros-Guirec, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de Lannion. Perrot, Pierrot. 

PERROTIERE. — De la Perratière, seigneurie de Bourgogne, 
érigée en 1634 pour De Lerval. 

PERROTIN. — De Peyrouton, commune du dép. des Landes, 
arr. de Dax. 

PERSENS. — Persan, commune du dép. de Seine-et-Oise, 
arr. de Pontoise. Persant, puissant, sorte de filet. 

PERSIGNY. — Persigni, village et abbaye dans le Maine, à 
5 lieues d'Alençon. 

PERSIL. — Persy, bourg de Normandie, dans le diocèse dô 
Coutances. Persil, plante potagère, et persie, de couleur 
foncée. 

PERSILLIER. — De Persillies, commune du dép. du Nord, 
arr. d'Avesnes. V. Parsillé. Persillé, qui est semé à l'in- 
térieur de petites taches verdâtres, comme le fromage de 
Roquefort. 

PERSON. — De Perrusson, commune du dép. d'Indre-et- 
Loire, arr. de Loches. Person, personne. 

PERSONNE. — De Tersanne, com. du dép. de la Drôme, arr. 

de Valence. Personne, curé, homme ou femme, celui dont 

on parle, bénéficiaire d'un personnat, Saint-Sacrement. 

PERTHUIS. — Pertuis, commune du dép. de Vaucluse, arr, 
d'Apt. Pertuis, trou, retraite, passage pour les bateaux, 
détroit de mer. 

PERUSSEAU. — De Perrouse, commune de la Haute-Saône, 
arr. de Vesoul. 

PERUSSE. — Commune du dép. des Basses-Alpes, arr. de 
Digne. De perruchai, chemin pierreux. 



[ 480 ] 

PERUSSI. — De Peyrecy, commune du dép. de Saône-et- 

Loire, arr. de Charolles. 
PESANT. — Pezens, commune du dép. de l'Aude, arr, de 

Carcassonne. Pesant, lourd, dur, puissant, morceau de 

fer ou de plomb recouvert d'étoffe mis par les artisans 

sur leur ouvrage pour le tenir en place. 
PESCHER. — De Pescher, commune du dép. de la Corrèze, 

arr. de Brive. Peschier, pièce d'eau, destinée à la pêche. 
PESLE. — De la Pesle, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1650 pour de Cornulier. Pesle, pêne. 
PESQUEUX. — De Peseux, communes du Jura et du Doubs, 

Vient de pesque, pan de vêtemnet. 
PETAU. — De Petosse, commune de la Vendée, arr. de Fon- 

tenay-le-Comte. Petau, paysan enrégimenté. 
PETEL. — De Pointel, commune du dép. de l'Orne, arr. 

d'Argentan. Pastel, pilon, masse, dard, ornement de 

tête. 
PETHUREAU, PETUREAU. — De Pastoureau, seigneurie 

du Poitou. De pasture, pâturage. 
PETINGXJEL. — De Pinsaguel, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Muret. Petinguel, sorte de jeu d'enfants. 
PETIOT. — De Pécy, commune du dép. de Seine-et-Marne, 

arr. de Provins. Petiot, tout petit, flatteur, caressant. 
PETIT. — De Petitville, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. du Havre. Petit, pauvre, mauvais, peu favorable, 

peu sûr, peu avancé, en bas âge. 
PETITBOIS. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1696 pour 

Montalembert. 
PETITCLERC. — Nom composé de petit et de clerc, aspirant 

ecclésiastique, qui a reçu la tonsure, celui qui travaille 

dans l'étude d'un avoué, d'un notaire. 
PETIT JE AN. — De Ploujean, commune du Finistère, arr. de 

Morlaix. 
PETITO. — De Prétot, commune du dép. de la Manche. 

Petite, petite quantité 
PETITPAS. — De Poupas, commune du dép. de Tam-et- 



[ ^81 ] 

Garonne, arr. de Castelsarrasin. Petitpas, petite journée, 

petite quantité. 
PETITPÎERRE. — Commune du dép. du Bas-Rhin, arr. de 

Savenne. Pierre, prison. 
PETREL. — De Pintrelle, dans le dép. de l'Oise, commune 

de Longueil. Pétrel, pierrailles, pinçon de mer, oiseau 

de tempête, pyrêthre. 
PETRIMOULX. — De Patrimonio, commune de la Corse, arr. 

de Bastia. 
PETRIN. — De Pertain, commune du dép. de la Somme, 

arr. de Péronne. Pétrin, vaisseau propre à pétrir, à faire 

le pain. 
PETRON. — Seigneurie du Nivernais, érigée en 1667 pour 

De Reugny. 
PETRUS. — De Perthus, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Céret. Petrus, douteux. 
PETUZON. — D'Etusson, com. du dép. des Deux-Sèvres, 

arr. de Bressuire. 
PEUPE. — D'Eup, commune du dép. de la Haute-Garonne, 

arr. de St-Gaudens. Peupe, peuple, multitude d'hommes 

d'un même pays, et peuple, menu fretin destiné à repeu- 
pler un étang. 
PEUVRET. — Peuvray, bourg du Perche, dans le diocèse de 

Séez. Peuvret, pevrée, mélange poivrée. 
PEYET. — De Poillé, com. de la Manche, arr. d'Avranches. 

Vient de peille, chiffons à faire du papier. 
PEYMART. — De Pommard, commune du dép. de la Côte- 

d'Or, arr. de Beâune. Peymart, de pey, poisson. 
PEYRUSSE. — Commune du dép. de l'Aveyron et du Can- 
tal. V. Pérusse. 
PEZÂRT. — De Peyzac, commune de la Dordogne, arr. de 

Sarlat. Pesart, cauchemar, chaume de pois. 
PHANEF, PHANEUF. — De Pléneuf, commune des Côtes- 

du-Nord, arr. de St-Brieuc. De fane, herbe. 
PHELIP. — V. PhiUp. 

81 



[ 482 ] 

PHENIS. — De Feignies, commune du dép. du Nord, arr. 
d'Avesnes. Phenis, fanil. 

PHIALA. — De la Friolais, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Montbéliard. Phiala, lac célèbre situé au pied du 
mont Hermon, et d'où le Jourdain prend sa source. 

PHIBONNIERE. — De la Pilonnière, seigneurie de Norman- 
die, érigée en 1700 pour Goeslard. 

PHILBERT. — De Vilbert, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Coulommier. Philbert ou Philibert est 
composé de fili, beaucoup, et de bert, illustre. Fili est 
une particule qui ne sert qu'à fortifier le sens, comme 
on en trouve dans le français. C'est le vieil allemand 
employé dans Wilbrod. Filebert, noix, aveline, de l'an- 
glais Albert. 

PHILIBOT, PHLIBOT.— De Villebout, commune du dép. de 
Loir-et-Cher, arr. de Vendôme. Flibot, petite embarca- 
tion. 

PHILIS. — De Villy, commune des Ardennes et du Calva- 
dos. 

PHLEM. — De Velesmes, commune de la Haute-Saône. 
Phlegme, pituite. 

PHILIP, PHILIPPE. — Commune du dép .de la Gironde, 
canton de Castillon. Philippe, monnaie d'or frappée au 
nom de Philippe le Bel 

PHILIPEAU. — De Villepot, commune du dép. de la Loire- 
Inférieure. Philippot, nom d'homme. 

PHILIPPON, — De Lillebonne, com. de la Seine-Inférieure, 
arr. du Havre. 

PHLIBOURG. — De Philisbourg, commune du dép. du Haut- 
Rhin. 

PHOCAS, PHOOASSE. — De Fongax, commune du dép. de 
l'Ariège, arr. de Foix. 

PIABANE. — De Plabennec, commune du Finistère, arr. de 
Perpignan. 

PIAT. — Pia, commune des Pyrénées-Orientales, arr. de Per- 
pignan. Plat, petit de la Pie. 



[ 483 ] 

PIATANE. — De Plestan, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de Lannion. 

PIAU. — De Vias, commune du dép. de l'Hérault, arr. de 
Béziers. Piau, peau, fourrure, lettre close, poil, petit de 
la pie. 

PIBERT. — De Ploubezre, com. des Côtes-du-Nord, arr. de 
Lannion. Pibert, pivert. 

PIC. — Vie, commune de l'Ariège, arr. de St-Girons. Pique, 
rivière des Pyrénées, qui se jette dans la Garonne. Pic, 
mesure de farine contenant neuf picotins, oiseau, instru- 
ment de fer courbé, pointu, à long manche, coup de 
pointe. 

PICARD. — De Piarre, commune des Hautes-Alpes, arr. de 
Gap. Picard, qui est de Picardie. Picart, aigu, piquant, 
sorte de clou. 

PICAULT. — De Picauville, commune de la Manche, arr. de 
Valognes. De picaude, égratignure. 

PICH. — De Pech, commune du dép. de l'Ariège, arr. de Foix. 
Piche, torche. 

PICHARD. — De la Pichardaye, seigneurie de Bretagne, 
érigée pour Bernard. Pichard, pivert. 

PICHAUD. — De Puch, commune du dép. de la Gironde et de 
l'Ariège. Dim. de piche, torche. 

PICHÉ, PICHER. — De Puchay, commune du dép. de l'Eure, 
arr. des Andélys. Piché, pot pour le vin, vaisseau de 
terre dans lequel on boit, mesure pour le vin. 

PICHEREAU. — De Pèchereau, commune du dép. de l'Indre, 
arr. de Châteauroux. De pichier, mesure de terre. 

PIOHERON. — De Picherande, commune du Puy-de-Dôme, 
arr. d'Issoire. 

PICHET, PICHETTE. — De Pouchet, seigneurie du Langue- 
doc, érigée en 1603. Pichet, mesure pour le sel et pour 
le grain, petit broc de terre, pot à eau. Dérive du grec 
bikos, petit vase. 

PICHINA. — De Puginier, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Castelnaudary. Pichina, étoffe qui se fabrique à Hau- 
bourdin, près de Lille. 



[ 484 ] ^ 

PICHON. — De Pouchon, commune du dép. de l'Oise, ar. de 
Beauvais. Pichon, vase, cruche, pieu, tige florale des 
plantes bisannuelles. 

PICKOT. — De Ponchat, commune de la Dordogne, arr. de 
Bergerac. Pissot, canule de cuvier. 

PICHOU. — De Fichons, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthez. 

PICORON, — De Picarreau, commune du Jura, arr. de Poli- 
gny. Picoron dérive de l'espagnol pecorear, voler les 
troupeaux. 

PICOT. — De Piquecos, com. du dép. de Tarn-et-Garonne, arr. 
de Montauban. Picot, pic, picote, chandelier à pointe, 
limande, épine, piquant, renoncule rampante, dindon, 
espèce de rets ou filets, engrelure à l'extrémité des den- 
telles. 

PICOTE. — De Pissotte, commune de la Vendée, arr. de Fon- 
tenay-le-Comte. Picote, petite vérole, mesure pour le vin, 
étoffe de laine, espèce de petit camelot fabriqué à Lille. 

PICOTE. — De Sigottier, commune du dép. des Hautes- 
Alpes, arr. de Gap. Picoté, garni de pointes, taché de 
petits trous, marqué, marqueté. 

PICOTIN. — De Plestins, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de Lannion. Picotin, mesure pour le sel, petite mesure 
d'avoin qui tient à peu près le quart d'un boisseau, 
mesure qui sert à l'arpentage en Guienne. 

PICQUET. — Du Touquet, dans le Pas-de-Calais, commune 
de Cucq. Picquet, jeu d'enfant avec des bâtons sem- 
blables à des piquets. 

PIED. — Bourg du Béam, arr. de Lascar. Pied, colline, 
membre. 

PIEDALU. — De Pludual, commune des Côtes-du-Nord, arr. 
de St-Brieuc. Vient du grec pos, podos, pied. 

PIEDMONT. — Commune du dép. de la Moselle, arr. de 
Briey. 

PIERRE. — Commune du dép. de Meurthe-et-Moselle, arr. 
de Toul. Pierre, caillou, prison souterraine, pierres ma- 



[ 485 ] 

giques, pierres précieuses, bornes, maladie, le Souverain 

Pontife. 
PIERRECOT. — De Pierrecourt, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. de Neufchâtel. 
PIET. — Piets, commune des Basses-Pyrénées, canton d'Ar- 

zacq. Piet, espace de terre. 
PIETAIN. — De Plestan, commune des Côtes-du-Nord, arr. 

de Dinan. Piétin, piédestal, sorte d'arme. 
PIETTE. — Bourg de la Beauce, arr. de Chartres. Piette, 

oiseau aquat'ique, appelé aussi religieuse ou mouette 

blanche. 
PIGEAT. — De Plouégat, commune du dép. du Finistère, arr. 

de Morlaix. 
PIGEON. — Commune du dép. du Lot, arr. de Gourdon. 

Pigeon, oiseau, prisonnier, dupe, noyau de pierre non 

calciné que l'on trouve dans la chaux amortie, nom de 

bœuf et de corbeau. 
PIGET. — De Puget, communes des Alpes-Maritimes et du 

Var. 
PIGNAN. — Pignans, commune du dép. du Var, arr. de Bri- 

gnoles. De pigne, pin. 
PIJEAU. — Pujaut, commune du dép. du Gard, arr. d'Uzès. 
PILAIRE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1455 pour 

De Betheville. Pilaire, qui a rapport aux poils. 
PILET, PILETTE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 

1569 pour De Ruppière. Pilet, pilon, javelot, bout de 

chandelle. Pillette, pilon. 
PILIAMET. — De Limay, commune du dép. de Seine-et-Oise, 

arr. de Mantes. 
PILLARD. — De Pillac, commune de la Charente, arr. de 

Barbezieux. Pillard, qui aime à piller, chien querelleur. 
PILON. — Lieu du dép. de Tarn-et-Garonne, canton de Mont- 

pezat. Pilon, gibier, poteau, bonde d'étang, côte escar- 
pée qui a peu de hauteur, gros maillet qui sert à piller, 

jambe de bois. 
PILOT. — De Plot, dans la Haute-Savoie, com. de Groisy. 



[ 486 ] 

Pilot, pilote, pieu, trait, tas de sel ramassé sur le bossis 

d'un marais salant, vieux chiffons de laine ou de chanvre 

qui servent à la fabrication du papier, pilotis. 
PILOTE. — De Flottes, commune du dép. de Saône-et-Loire, 

arr. de Mâcon. Pilote, pelote, poisson de mer, officier 

d'équipage. 
PIMPARE. — De Pimprez, commune du dép. de l'Oise, can- 
ton de Ribécourt. 
PIN. — Commune du dép. de l'Orne, arr. d'Argentan. Pin, 

arbre. En bas-breton pin signifie cîme, sommet, frontière, 

embouchure, aile ; en écossais pin se dit pour montagne, 

et en irlandais, pour aile. 
PINARD. — De Pinas, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 

de Bagnères. Pinard, homme cousu de maillons (monnaie 

de cuivre), richard. 
PINAUD, PINEAU. — Pineaux, commune de la Vendée, arr. 

de la Roche-sur-Yon. Pineau, sorte de raisin dont on fait 

du vin de même nom ; il a la figure d'une pomme de pin, 

noyau. 
PINCENTE. — De Rinxent, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Boulogne-sur-Mer. 
PINELLE. — Seigneurie de Bretagne érigée en 1400 pour 

De Montbourcher. Pinel, petit pin, bois de pins, bas, 

chaussures. 
PINET. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Béziers. 

Pinette, hydromel, lieu planté de pins. 
JPINGUET. — De Piney, commune du dép. de l'Aube, arr. de 

Troyes. Pinguet, dérive de pinguis, gras. 
PINON. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Laon. Pinon, 

pépin, amande d'un noyau de pêche, de cerise, la graine 

du pin. 
PINOT. — Seigneurie de Bretagne érigée en 1696 pour De 

Pontbriand. Pinot, instrument à vent fait avec de 

l'écorce d'arbre au temps de la sève, et qui produit un 

son de clarinette. 
PINSANS. — Pinsen, fort dans le Brabant Hollandais, près 

de Berg-op-Zoom. 



[ 487 ] 

PINSART. — De Pinsac, commune du dép. du Lot, arr. de 
Gourdon. 

PINSIER. — De Penzé, lieu du Finistère, dans la commune 
de Taulé. 

PINSONNEAU. — De Poinsenot, commune du dép. de la 
Haute-Marne, arr. de Langres. Pinsonnée, chasse que les 
paysans font aux petits oiseaux la nuit des fêtes et di- 
manches en hiver. 

PINTADE. — De Pintac, commune des Hautes-Pyrénées, 
canton de Tarbes. Pintade, oiseau des Indes, poule, toile 
peinte. 

PIO, PIOT. — V. Piau. Plot, vin, cidre, dindon, bouche ou- 
verte. 

PIOCHEAU . — De Pioch-Badet, lieu du dép .des Bouches- 
du-Rhône. 

PION. — De Vion, communes des dép. de l'Ardèche et de la 
Sarthe. Pion, buveur, soldat fantassin, piéton, étoupe, 
espèce de jonc, pièce de jeu d'échecs. 

PIPARD. — Pipard, dérive de pipare, crier. 

PIPARDEAU. — V. Poupardeau. Pipardeau, dim. de piparde, 
celle qui joue du pipeau. 

PIPE. — Pipe, chalumeau, mesure des liquides, branche de 
chandelier, tige de métal, goulot, gorge, ivrognerie. 

PIPEREAU. — De Pipriac, commune du dép. d'IUe-et-Vilaine, 
arr. de Redon. 

PIPERON. — Piperon, goulot, appendice en pointe soudé à 
un plat et destiné à recevoir des cierges. 

PIQUET. — V. Picquet. Piquet, jeu, bâton pointu pour arrê- 
ter les cordages d'une tente, mesure de grains, châti- 
ment militaire. 

PIRANT. — Peyrans, commune du dép. de l'Aude, arr. de 
Castelnadaury. 

PIRAUBE. — De Terraube, commune du dép .du Gers, arr. 
de Lectoure. 

PIRE. — Peyre, commune du dép. des Landes, arr. de St- 
Sever. Pire, estacade, chemin, bûcher, mou de veau, 
quartier de mouton. 



[ 488 ] 

PIRE, PIRET. — Commune du dép. d'IUe-et-Vilaine, arr. de 
Rennes. Pirer, écluser, faire passer par une écluse, rendre 
pire. Pirette, petite oie, femme indolente. 

PIREYRE. — De Peyrères, commune du dép. de l'Ardèche, 
arr. de Largentière. 

PIRON. — Seigneurie de Normandie, érigée pour De la Lu- 
zerne. Piron, gros cuir, oie, jumelle. 

PISANE. — De Pisany, commune de la Charente-Inférieure, 
arr. de Saintes. Pisan, Pisane, qui est de Pise. 

PISCINE. — De Pissy, commune du dép. de la Somme, arr. 
d'Amiens. Piscine, étang, réservoir. 

PISTOLET. — De Vertoloye, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
d'Ambert. Pistolet, arme à feu, monnaie, demi-pistole, 
gâteau, petit poignard, individu. 

PITALIER. — De Verbilly commune du dép. de l'Yonne, arr. 
de Sens. Pistolier, cavalier armé d'un pistolet. 

PITHOUAS. — De Thoix, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Amiens. Du grec pitos, compatissant. 

PITIE. — Bourg de Normandie, dans le diocèse de Rouen. 
Pitié, compassion. 

PITON. — Pithon, commune du dép. de l'Aisne, arr. de St- 
Quentin. Piton, fer qui tient le dossier du lit, flèche poin- 
tue en forme de clou, grand nez pointu. 

PITRE. — Bourg dans les environs de Rouen, au confluent 
de l'Audelle et de la Seine. Pitre, liqueur sucrée faite 
avec de l'esprit de vin et quelques odeurs. 

PIUZE. — De Pouze, commune du dép. de la Haute-Garonne, 
arr. de Villefranche. De piu, doux, miséricordieux. 

PIVAIN, PIVIN. — De Plouvain, commune du Pas-de-Calais, 
arr. d'Arras. 

PIVERT. — De Puyvert, commune du dép. de Vaucluse, arr. 
d 'Apt. Pivert, oiseau. 

PIZACHON. — De Sachin, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de St-Pol-sur-Ternoise. 

PLADEAU. De Pradeaux, commune du dép. du Puy-de- 
Dôme, arr. d'Issoire. Dérive du bas-breton plad, plaie. 



[ 489 ] 

PLAGNOT. — De Plouigneau, commune du Finistère, arr. 

de Morlaix. 
PLAID. — Plaix, dans la Marche, diocèse de Limoges. Plaid, 

accord, convention, cour du roi, cour du seigneur, pro- 
cès, querelle, entretien, entreprise, baril, plaidoirie, 

audience, manteau. 
PLAIRANT. — Plérin, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

St-Brieuc. 
PLAISANCE. — Communes des dép. de la Vienne et de 

l'Aveyron. Plaisance, plaisir, plaisir déréglé. 
PLAISANT. — De Plaisians, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Nyons. Plaisant, agréable, bouffon impertinent. 
PLAMONDON. — De Glamondans, commune du dép. du 

Doubs, arr. de Baume-les-Dames. Vient de plamer, amol- 
lir les peaux avec de la chaux. 
PLANCHAR. — De Penjard, commune de la Gironde, arr. de 

Bordeaux. Planchard, fabricant de planches. 
PLANCHET. — Commune de la Haute-Saône, arr. de Lure. 

Plancher, planche, soliveau, petite planche. Dérive du 

grec plax, table, laque. 
PLANIEL. — Planiolles, commune du dép. du Lot, arr. de 

Figeac. 
PLANTANET. — Du Planet, lieu du dép. de Seine-et-Oise, 

dans la commune de St-Léger-en-Yvelines. Dérive du 

grec plata, partie large d'une rame. 
PLANTE. — De Planques, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Montreuil. Plante, vigne nouvellement plantée, plainte, 

endroit planté de pépinière. 
PLANTÉ. — Du Plantay, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Trévoux. Planté, abondance. Vient de plénité, d'où 

l'anglais plenty, plénitude, quantité. 
PLANTIER. — Des Plantiers, commune du dép. du Gard, 

arr. de LeVigan. Plantier, lieu planté d'arbres, clos de 

vigne, marcotte. 
PLANTIS. — Du Plantis, commune du dép. de l'Orne, arr. 

d'Aleneon. Plantis, plant de jeunes arbres, rejeton, 

jeune arbre. 



[ 490 ] 

PLASSAUD. — De Plassac, commune de la Gironde, arr. de 
Blaye. Vient de plasse, perplexe, embarrassé. 

PLASSIS. — Plassy, seigneurie de Guienne, érigée au XlIIe 
siècle pour De Morlane. Plassis, mare, clôture, plessis. 

PLAT. — Commun de l'Ardèche, arr. de Tournon. Plat, vais- 
selle, service, redevance, qui est maigre, à jeun, à la 
diète. 

PLATEAU. — Lieu du dép. de Seine-et-Oise, dans la com- 
mune de Neuilly-sur-Marne. Plateau dérive du grec pla- 
tus, large, ouvert. 

PLAU, PLEAU. — Plaud, ville du Limousin, dép. de la 
Corrèze. Plau, employé pour pliau, de pluie. Un vent 
plau est un vent d'ouest qui amène la pluie. 

PLEHAN. — De Plélen, commune du dép. d 'Ille-et-Vilaine, 
arr. de Montfort. 

PLEICK. — De Plieuc, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 
St-Brieuc. Plectre, dé, pour pincer les cordes du luth. 

PLEISTID. — De Plessix, dans le dép. des Côtes-du-Nord, 
arr. de Dinan. 

PLEMARET. — De Pomarez, commune du dép. des Landes, 
arr. de St-Sever. 

PLERMEL. — Ploërmel, ville du Morbihan, sur l'Ouste à son 
confluent avec Malestroit. 

PLESSIS. — Commune du dép. de la Manche, arr. de Cou- 
tances. Plessis, bois, taillis, forêt, clos fermé de haies, 
maison de plaisance, bois qui servent d'embellissement 
aux maisons, parc entouré de haies pliées. 

PLICHARD. — De Ponchat, commune de la Dordogne, arr. 
de Bergerac. 

PLICHON. — De Ponchon, commune du dép. de l'Oise, arr. 
de Beauvais. Plichon, petite pelisse. 

PLINGUE, PLINGUET. — De Plouguer, commune du Finis- 
tère, arr. de Châteaulin. 

PLOT. — V.*Plau. Plot, billot, chanvre teille et destiné à 
être cardé, loquet, tronçon. 

PLOUF. — De Toeufle, commune du dép. de la Somme, arr. 
d 'Abbeville. 



[ 491 ] 

PLOURDE. — De Lourde, commune de la Haute-Garonne, 

arr. de St-Gaudens. 
PLUCHE. — Commune dans le pays Messin. Pluche, peluche, 

sorte d'étoffe, terme de fleuriste. 
PLUCHON. — De Pelussin, commune du dép. de la Loire, 

arr. de Saint-Etienne. Pluchon, vient de pilus, poil. 
PLUMBY. — De Plomb, commune du dép. de la Manche, arr, 

d'Avranche. Vient de plomb, sorte de vase. 
PLUMEREAU. — De Puymereau, seigneurie de Provence, 

commune du Morbihan, arr. de Lorient. Vient de plumer, 

enlever l'écorce. 
PLUMETEAU. — Plumetot, commune du Calvados, arr. de 

Caen. Plumeteau, dim. de plumet, qui n'a pas encore de 

barbe. 
PLUTEAU. — De Pluvault, commune du dép. de la Côte- 

d'Or, arr. de Dijon. Pluteau, engin de guerre, le mante- 

let. 
POETE. — Poëte, commune du dép. des Hautes-Alpes, arr. 

de Gap. Poeste, puissance, force. 
POETTEVIN. — Des Poitevins, seigneurie de Normandie, 

érigée en 1550 pour Du Bocq. Dérive de poeste. 
POGNOT. — De Poilhes, commune du dép. de l'Hérault, arr, 

de Béziers. Poignot, poignet. 
POIDEVIN. — V. Poitevin 
POIDRAS. — De Poidarieux, commune du dép. du Gers, arr. 

d'Astarac. 
POILBLANC. — De Pontblanc, lieu des Côtes-du-Nord, dans 

la commune de Penvenan. 
POINT. — Poinct, seigneurie de Bourgogne, érigée en 1706 

en faveur de Bochart. Point, pommeau d'épée, limites, 

borne, degré, étage, pause, minute, état, monnaie. 
POINTEL. — Commune du dép. de l'Orne, arr. d'Argentan. 

Pointel, pointe de la lance. 
POIRÉ. — Commune du dép. de la Vendée, arr. de La Roche. 

Poiré, liqueur faite avec des poires, poirée, mélange de 

poireaux et de légumes mis en potage, et poiret, camo- 
mille. 



[ 492 ] 

POIREAU. — De Poireauville, seigneurie de Cliampague, 
érigée pour de St-Blimond. Poireau, pendant d'oreille, 
verrue, sorte de coiffure, plante potagère. 

POIRIAU, POIRIOT. — De la Poirière, seigneurie de l'Or- 
léanais, érigée en 1507 pour Berruyer. De poirie, poiré. 

POIRIER. — Du Poirier, lieu du dép. du Nord, dans la com- 
mune de Trith-Saint-Léger. Poirier, jeu, mesure, ordre 
de chevalerie en Espagne, place du marché à Bourges. 

POISSANT. — De Poussan, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Montpellier. Poissant, puissant, possible, capable. 

POISSET. — De Pousset, seigneurie du Languedoc. De 
poisser, coller. 

POISSON. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Charolles. Poisson, mesure, le quart d'un setier, vivres. 
Autrefois l'on disait posson ou poçon. 

POITEVIN. — Seigneurie de Normandie. Poitevin, qui est 
du Poitou, monnaie du Poitou. 

POITIERS. — Ville capitale du dép. de la Vienne. Poitiers, 
potier, officier de l'échansonnerie qui a soin des vases à 
boire. 

POITOU. — De Ponthou, commun du Finistère, arr. de Mor- 
laix. Poitou, province de France. 

POITRAS. — De Pontruais, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour De la Mothe. Poitras, poitrine, gorge, plas- 
tron du poitrail, paysan arriéré. 

POITRON. — De Pontrion, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1700 pour Du Feu. Poitron dérive de pectus, poitrine, et 
se disait pour désigner une vieille et une espèce de 
prune jaune. 

POIVRE. — Commune du dép. de l'Aube, arr. d'Arcis-sur- 
Aube, Poivre, fruit aromatique pour l'assaisonnement 
des mets. 

POLEMOND. — De Plumont, commune du Jura, arr. de 
Dole. Poulémon, loche, petite morue. Polémon, philo- 
sophe de l'Académie d'Athènes. 

POLET, POLETTE. — D'Olette, commune des Pyrénées- 



[ 493 ] 

Orientales, arr. de Prades. Polet, dim. de pôle, poisson. 

Polète, enclume, pièce de métal sur laquelle on frappe le 

marteau d'une porte. 
POLICAIN. — V. Poliquin. Polican, pèlerin, instrument pour 

arracher les dents. 
POLICARP. — V. Polycarpe. 

POLIGNY. — Ville du Jura, et communes des dép. de Seine- 
et-Marne et de l'Aube. 
POLIQUIN. — Du Poliguen, commune de la Loire-Inférieure, 

arr. de St-Nazaire. V. Policain. 
POLLAINGRE. — D'Aulléne, commune du dép. de la Corse, 

arr. de Sartène. 
POLLET. — De Polliat, commune du dép. de l'Ain, arr. de 

Bourg. PoUet, quartier de la ville de Dieppe. PoUet, 

courroie. 
POLLINGER. — De Poulangy, commune de la Haute-Marne, 

arr. de Chaumont. 
POLTON. — De Peuton, commune de la Mayenne, arr. de 

Château-Gontier. 
POLYCARPE. — Commune du dép. de la Haute-Marne, arr. 

de Chaumont. Polycarpe, recueil de canons, constitution 

ecclésiastique. 
POLONCEAUX. — De Palaiseau, commune du dép. de Seine- 

et-Oise, arr. de Versailles. De palon, pelle. 
POMBERT. — De Pontaubert, commune du dép. de l'Yonne, 

arr. d'Avallon. De pom, pointe de l'épée. 
POMERAY, POMERET. — Pommeret, commmue des Côtes- 

du-Nord, arr. de St-Brieuc. Pomerée, cidre et pomeraie, 

lieu planté de pommiers, hellébore fétide, primevère. 
POMEREAU. — De Pommera, commune du Pas-de-Calais, 

arr. de St-Pol-sur-Ternoise. 
POMERLOT. — De Poumarous, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. De pomeler, s'arrondir comme une 

pomme. 
POMMIER. — Communes du Pas-de-Calais et de l'Isère. 

Pommier, arbre qui produit des pommes. 



[ 494 ] 

POMPARDEAU. — De Pompaire, commune du dép. des 

Deux-Sèvres, arr. de Parthenay. 
PONCE. — De Ponches, commune du dép. de la Somme, arr. 

d'Abbeville. Ponce, pierre volcanique, sorte de plante. 
PONCEAU. — Seigneurie de Beauee, érigée en 1725 pour 

De Mortières. Ponceau, coquelicot, petit pont, couleur 

rouge foncée. 
PONCELET, PONCELET.— De Puycelet, commune du Tarn, 

arr. de Gaillac. Poncelet, petit pont. 
PONCET. — Commune du dép. de la Côte-d'Or, arr. de Dijon. 

Poncé, pressé, serré. 
PONCIN. — Commune du dép. de l'Ain, arr. de Nantua. 
PONCY, PONSY. — De Pontchy, commune de la Haute- 
Savoie, arr. de Bonneville. Poncis, dessin tracé sur le 

papier et marqué par de petits points, qui sert de patron 

pour en faire plusieurs autres, en passant par dessus 

la ponce 
PONSANT. — Ponsan, commune du dép. du Gers, arr. de 

Mirande. 
PONSART. — De Ponsas, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Valence. Ponsart, homme pansu. 
PONT. — Commune de la Côte-d'Or, arr. de Dijon. Pont, 

pion, pointe, garde d'une épée, pont, pont de bateau, 

pont volant, ville bâtie sur les rivières. 
PONTARD. — De Pontac, commune des Basses-Pyrénées, 

arr. de Pau. 
PONTBRIAND. — Seigneurie de Bretagne, érigée pour De 

Foucault. 
PONTEAU. — Pontaut, seigneurie de Guienne, érigée en 

1660 pour De Poudenx. Ponteau, pontel, petit pont, 

pont volant 
PONTENIER. — De Puget-Theniers, ville des Alpes-Mari- 
times. Pontanier, celui qui reçoit un droit de pontenage 

sur les marchandises. 
PONTEU. — De Pontrieux, commune des Côtes-du-Nord, arr.. 

de Guingamp. 



[ 495 ] 

PONTHELOY. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. de 

Blois. Pontheloy, pont-levis. 
PONTIF. — De Pontis, commune des Basses-Alpes, arr. de 

Barcelonnette, Pontif, faiseur de pont, petit pont. 
PONTON. — Ponthion, commune du dép. de la Marne, arr. 

de Vitry-le-François. Ponton, pont, espèce de bac, pont- 
levis, pont d'un bateau, bateau. 
PONTOIS. — De Pontoise, ville du dép. de Seine-et-Oise. 

Pontois, pontoir. 
PONTUS. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1450 pour 

De la Muce. De pontueus, qui a beaucoup de ponts. 
PORCHER. — Commune du dép. de la Moselle, arr. de Briey. 

Porcher, qui a soin des porcs. 
PORCHERON. — Seigneurie de la Haute-Vienne, érigée en 

1630 pour Cannuel. Porcheron, porcher. 
PORE AU, PORREAU. — De Vors, commune de l'Aveyron, 

arr. de Rodez. Poreau, poireau, herbe. 
PORLIER. — De Vorly, commune du dép. du Cher, arr. de 

Bourges. 
PORMIER. — De Premières, commune de la Côte-d'Or, arr. 

de Dijon. 
PORTAIL. — Seigneuries de Bretagne et de Normandie. 

Portail, porte de ville, espèce de poire, plancher mobile 

pour fermer l'ouverture des ponts. 
PORTAIS. — Portet, communes des Basss-Pyrénées et de la 

Haute-Garonne. 
PORTE, PORTES. — Portes, communes des dép. de l'Eure, 

du Gard, de la Drôme.Porte, ouverture, panneau, trans- 
port, sorte d'oublié, barrage sur certains cours d'eau, 

droit, ânelet. 
PORTEL. — Commune du dép de l'Aude, arr. de Narbonne. 

Portelle, petite porte. 
PORTELANCE. — De Port-de-Lanne, commune du dép. des 

Landes, arr. de Dax. 
PORTER. — Porté, commune des Pyrénées-Orientales, arr. 
de Prades. Porter, soutenir, suporter, protéger, compor- 
ter, différer, tourner à. 



[ 496 ] 

PORTIER. — De Portvillez, eommune de Seine-et-Oise, arr. 
de Mantes. Portier, qui garde la porte, geôlier, porte, 
portail. 

PORTNEUF. — Baronnie érigée dans la province de Québec, 
en faveur de Bécancourt, chevalier de St-Michel et 
grand-voyer de la Nouvelle-France. 

PORTRINEAU. — De Portiragnes, commune du dép ,de 
l'Hérault arr. de Béziers. 

PORTSCHE, POTCHE. — Portz, cliâtellenie dans la Tou- 
raine. 

PORTUGAIS. — De Portalet, lieu du dép. des Basses-Pyré- 
nées, commune d'Uzès. Portugais, habitant du Portugal. 

PORTUGAL. — De Portudal, ville d'Afrique, royaume de 
Basl, ancien comptoir français. Portugal, nom de 
royaume. 

POSE. — De Pocé, commune du dép. d'Ille-et- Vilaine, arr. 
de Vitry. Posé, tardé, différé. 

POT. — Pots, seigneurie de Normandie, érigée en faveur de 
Germain. Post, poteau, pilier, madrier, et pot, mesure. 

POTARD. — De Pontarlier, ville du dép. du Doubs. Potard, 
élève pharmacien. 

POTDEVIN. — V. Poitevin. Pôt-de-vin, vin de marché, en ma- 
tière de bail, gracieuseté. 

POTEL. — Potelles, com. du dép. du Nord, arr. d'Avesnes. 
Potel, seuil de la maison, petit pot, mesure de liquides, 
botte de plantes. 

POTERE. — De la Prétière, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Baume-les-Dames. Potterre, pot de terre, et poteure, 
poterie. 

POTEREL, POTREL. — Potterel, bois dans la Basse-Norman- 
die, maîtrise d'Argentan. Potrelle, espèce de champi- 
gnon, et poutrel, jeune cheval. 

POTHERIE (La). — Commune de Maine-et-Loire, arr. de 
Segré. Poterie, marchandise de pots et de vaisselle de 
terre ou de grès. 

POTHIER. — De Pothierre, dans la Champagne, arr. de 
Langres, Y. Potier. 



[ 497 ] 

POTICHON. — D 'Antichamp, commune dn dép. de la Drôme, 
arr. de Die. 

POTIER. — Potier, bonrg de Picardie, diocèse de Noyon. 
Potier, officier de l'échansonnerie, celui qui vend, ou fa- 
brique des pots, poteau garni de chevilles saillantes 
pour faire égoutter et sécher les pots d'une laiterie, 
sorte de jeu de billes. 

POTIN. — De Potan, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 
Dinan. Potin, composition où il entre du plomb et de 
l'étain dont on fait les pots, porte de fer, mastic de 
vitrier, commérages. 

POTTE. — Commune du dép. de la Somme, arr. de Péronne. 
Potte, pied, grosse lèvre, perche ou civière pour porter 
le foin. 

POTVIN. — V. Poitevin. 

POUCHAT. — De Pouzat, commune de l'Ardèche, arr.' de 
Tournon. 

POUOHOT. — De Puch, communes des dép. de la Gironde et 
de l'Ariège. Pouchat, goulot, conduit, canal, eau d'une 
source. 

POUDRAI. — De Pouvrai, commune du dép. de l'Orne, arr. 
de Mortagne. Poudrette, jeu. 

POUDRIER. — De Puydarrieux, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Poudrier, fabricant de poudre à ca- 
non, petite horloge de sable pour compter le temps par 
demi-heure, petite boîte percée de trous qui sert à jeter 
le sabla sur l'écriture fraîche, afin qu'elle ne s'efface pas, 
poussière. 

POUFLÉ. — De Toufiflers, commune du dép. du Nord, arr. de 
Lille. Poufle, ornement de toilette. 

POUGEOLE. — Poujol, com. du dép. de l'Hérault, arr. de 
Béziers. Pougeul, marjolaine, origan. 

POUGET. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Lodève. 

POUGNET. — Pougné, commune du dép de la Charente, arr. 
de Ruffec. 



32 



[ 498 ] 

POUGRET. — De Lougratte, commune du dép. de Lot-et- 
Garonne, arr de Villeneuve. 

POUILLAC. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 
Jonzac. Pouillac dérive du grec pâlos, petit d'un animal. 

POUILLOT. — De Fouillât, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Bourg. Pouillot, brassière, corset. 

POUJOT. — Pujo, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Tarbes. 

POULAIN, POULIN.— De Poulainville, corn, de la Somme, 
arr. d'Amiens. Poulain, échelle, jeu de dés, bubon, cadre 
de charpente pour traîner les fardeaux, perches accou- 
plées pour descendre des tonneaux d'une voiture dans 
une cave. 

POULARIEZ. — De Villariez, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Toulouse. 

POULET, POULETTE. — De Pouillé, communes de Loir-et- 
Cher, de Vendée et de la Vienne. Poulet, billet de galan- 
terie, noyau, et poulette, ampoule produite par pression 
ou frottement. 

POULIOT. — De Pouliacq, commune des Basses-Pyrénées, 
arr. de Pau. Pouliot, petite poulie, plante aromatique. 

POULLALIER. — De Villalier, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Carcassonne. 

POULLIAU. — De PouUy, bourg du Beaujolais, diocèse de 
Langres. Pouliau, sorte de poulie. 

POUPARD, POUPART. — De Pompart, commune de Dor- 
dogne, arr. de Bergeras. Poupart, damoiseau, enfant 
au maillot, poupon, enfant joufflu, espèce de crabe. 

POUPARDEAU. — De la Poupardière, seigneurie de Bre- 
tagne, érigée en 1700. 

POUPEAU. — De Poubeau, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Saint-Gaudens. Poupeau, poignée de filasse que 
l'on attache sur la quenouille. 

POUPEVILLE. — Pouville, seigneurie de Normandie, érigée 
en 1600 pour LeRoux. 

POUQUEVILLE.— De Pouqueville, dans la Seine-Inférieure, 
commune de Hautot-sur-Mer, Pouque, sac, ville. 



[ 499 ] 

POURS. — De Bours, communes du Pas-de-Calais et des 
Hautes-Pyrénées. 

POURPOINT. — De Plaimpoint, seigneurie du Languedoc, 
érigée en 1700. Pourpoint, vêtement d'homme qui cou- 
vrait le corps du cou à la ceinture. 

POURROY. — De Parois, commune du dép. de la Meuse, arr. 
de Verdun. 

POURTIER. — De Pourcy, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Reims. 

POUS. — Pout, commune du dép. de la Gironde, arr. de Bor- 
deaux. Pouls, poils, bouillie d'avoine à l'eau, pétales secs 
du sarrasin, et pous, menues pailles de céréales, pousse, 
asthme du cheval. 

POUSSET. — Poussay, commune du dép. des Vosges, arr. de 
Mirecourt. Pousset, maladie des moutons, grenaille de 
bronze. 

POUSSARD. ^ — Poussac, commune de l'Agénois. Poulsard, 
espèce de raisin dont on faisait le vin clairet. 

POUTICHEROT. — De Pont-Thierry, lieu du dép. de Seine- 
et-Marne, commune de Pringy. 

POUTRE. — Poutraye, commune du dép. du Haut-Rhin, arr. 
de Colmar. Poutre, poutrage. 

POUTRINCOURT. — Seigneurie de Picardie, érigée pour 
De Biencourt. Poutrain, poulain. 

POUVIL. — Pouville, seigneurie de Normandie, érigée en 
1600 pour Le Roux. 

POUSSET. — De Pouzay, commune d'Indre-et-Loire, arr. de 
Chinon. Pousset, maladie des moutons. 

POUZOLLE. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Lo- 
dève. PouzoUe, sable qui se trouve dans le territoire de 
Pouzzole. 

POYER. — Seigneurie du pays chartrain, érigée en 1600 pour 
Le Sieur. Poyer, payer, monter. 

PRADE. — Ville des Pyrénées-Orientales. Prade, prairie. 

PRADET. — Pradette, commune du dép. du Var, arr. de 
Toulon. 



[ 500 ] 

PRAIRIE. — De Prairies, eom. du dép. de Maine-et-Loire, 

arr. de Baugé. Prairie, terrain qui produit de l'herbe ou 

du foin. 
PRAT. — Commune des Côtes-du-Nord, arr. de Lannion, 

Prat, pré, bête pourrie. 
PRAYE. — Prayet, seigneurie du Dauphiné, érigée en 1695 

pour De Veynes. Prayer, oiseau qui fréquente les prés, 

et praier, sergent qui fait la police des prés. 
PRE. — Pretz, commune du dép. de la Meuse, arr. de Bar-le- 

Duc. Pré, terre à pâturage. 
PREAUX. — Commune du Calvados, arr. de Caën et de Li- 

sieux. Préau, petit pré. 
PRECOUR. — De Brécourt, lieu du dép. de Seine-et-Oise, 

dans la commune de Labbeville. 
PREFONTAINE. — Commune du dép. du Loiret, canton de 

Ferrières, arr. de Montargis. 
PREGEN, PRE J AN.— De Projan, commune du dép. du Gers, 

arr. de Mirande. 
PRELAS. — Prélats, bourg de l'Agénois. Prelas, prélat, su- 
périeur, chef, évêque, abbé, conseillers, gens de robe, 

chef de l'Eglise. 
PREMARD, PREMORE.— De Primat, commune du dép. des 

Ardcnnes, arr. de Vouziers. 
PREMAGNY. — De Preigney, commune de la Haute-Saône, 

arr. de Vesul. 
PREMONT. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de St- 

Quentin. 
PRENIER. — De Prenières, commune du dép. de la Côte- 

d'Or. 
PRENONNEAXJX. — De Prémanon, commune du Jura, arr. 

de St-Claude. De prénommer, pronostiquer. 
PRENOVEAU. — Prénouveau, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1600 pour De l'Espinay. De prénover, innover. 
PRESEAU. — Seigneurie de Flandre, érigée en 1700 pour 

De Croix. De préséer, présider. 
PRESSAIT. — De Pressac, commune du dép. de la Vienne, 

arr. de Civray. De presse, rude besogne. 



[ 501 ] 

PRESSÉ. — Preset, dans le Nivernais. Pressé, soumis à l'ac- 
tion du pressoir, empressé, pressuré, rançonné. 

PRESSECQ. — De Prézec, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668 pour Drouet. 

PRETABOIRE. — De Prébois, commune du dép. de l'Isère, 
arr. de Grenoble. 

PRETAT. — De Prétot, commune du dép. de la Manche, arr. 
de Coutances. Prestat, prêté. 

PREUIRAN. — De Peyrens, commune du dép. de l'Aude, 
arr. de Castelnadaury. De preu, homme de bien, vail- 
lant. 

PREVILLE. — Baronnie de Normandie, érigée en 1700 pour 
d'Esmaleville. 

PREVOST. — De Préval, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de Mamers. Prévost, officier de justice, dignité ecclé- 
siastique. 

PREZEAU. — Prézau, commune de la Flandre, diocèse de 
Cambrai. 

PRIANT. — De Preignan, commune du dép. du Gers, arr. 
d'Auch. Priant, prie-Dieu. 

PRICE. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Vervins. 
Prisque, espèce de mets. 

PRIEUR. — Commune du dép. de l'Aveyron, canton de St- 
Amant. Prieur, supérieur d'un couvent, celui qui prie, 
celui qui invite aux funérailles. 

PRIGEAT. — De Préchac, commune du dép. du Gers. 

PRIJEAN. — De Projan, commune du dép. du Gers, arr. de 
Mirande. 

PRIMARD. — De Primartz, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1696 pour De Limoges. 

PRIME. — Prime, premier, printemps 

PRIMEAU. — De Prémeaux, commune de la Côte-d'Or, arr. 
de Beaune. Primes, pain de première qualité. 

PRIMONT. — De Primont, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de St-Girons. 

PRINCE. — De Pringe, bourg du dép. de la Sarthe. Prince, 
ami, principal, écluse. 



[ 502 ] 

PRINSEAU. — De Prinquiau, commune du dép. de la Loire- 
Inférieure, arr. de St-Nazaire. 

PRINTEMPS. — De Fretin, commune du Jura, arr. de Poli- 
gny. Printemps, saison, jeunesse. 

PRIOR. — De Ria, commune des Pyrénées-Orientales, arr. 
de Prades. Prior, prieur. 

PRIVE. — Commune du dép. de Saône-et-Loire. Privé, parti- 
culier, parent, dompté, apprivoisé. 

PROTAIN. — De Preutin, commune du dép. de Meurthe-et- 
Moselle, arr. de Briey. 

PROTEAU. — De Prétot, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Coutances. Proteau, dim. de prot, dindon. 

PROU, PROULX. — De Poulx, commune du dép. du Gard, 
arr. de Nîmes. Prou, avantage, profit, tuf, assez, suffi- 
samment, beaucoup. C'est encore en France un terme de 
félicitations, d'heureux souhait: " Prou nous fasse! " Tu 
est satisfait de ton sort, prou te fasse ! " Prou, est fait 
de probe, prob, prov, prou et dérive de protatum, qui 
signifie présenté. Dans le Perche, le proult est l'acte que 
les enfants puînés présentent. Proult, veut dire partage 
et prous, vaillant, et proux, sage, prudent. Prouer, si- 
gnifie traverser en bateau. 

PROUTOT. — De Pout, commune de la Gironde, arr. de Bor- 
deaux. 

PROUVILLE. — Commune du dép. de la Somme, arr. de 
Doullens. V. Proulx. 

PROVENÇAL. — De Provence, seigneurie de Bourgogne, 
érigée en 1626 pour de Lanneau. Provençal, qui est de la 
Provence, et provençale, sorte de culotte longue. 

PROVENCHER. — De Provenchère, communes des dép. du 
Doubs et de la Haute-Saône. Provenchier, mesure. 

PROVOST. — De la Provostaie, seigneurie de Bretagne. Pro- 
vost, prévost. 

PRUNEAU. — De Pruines, commune du dép. de l'Aveyron, 
arr. de Rodez, et Pruneaux, seigneurie de l'Orléanais, 
érigée en 1687 pour Amelot. Pruneau, prune séchée au 
four, prunelle des haies. 



[ 503 ] 

PRUSSIEN. — De Pussans, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Baume-les-Dames. Prussien, qui vient de Prusse. 

PUCE. — Puxe, dans le dép. de Meurthe-et-Moselle, arr. de 
Briey. Puce, insecte. 

PUCELLE. — De Princeul, commune de la Loire-Inférieure, 
arr. de Châteaubriant. Pucelle, jeune fille servante, pois- 
son ressemblant à l'alose, espèce de poire appelée chat 
brûlé. 

PUET. — Puers, bourg du Brabant, dans les Deux-Nèthes. 
Puet, bouchon, galoche, galon, cheville, fausset de ton- 
neau. 

PUGIBAUD, PUYGIBAUX.— De Pont-Gibaut, en Auvergne, 
dép. du Puy-de-Dôme. 

PUISAYE. — Com. du dép. d'Eure-et-Loir, arr. de Dreux, 
de Seine-et-Oise. 

PUJOL. — Commune de la Gironde, arr. de Libourne. 

PUTELLE. — De Pradelles, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Dié. Putelle, bourbier, mare, plaque d'eau. 

PUYBARD. — De Pont-de-Barret, commune du dép. de la 
Drôme, arr. de Montélimart. Puy, vient du grec podion, 
élévation, amphithéâtre, pâturage situé sur une mon- 
tagne. 

PUYPEROUX. — Commune de l'Angoumois, dans le diocèse 
d'Angoulème. 

PUYSÎEUX. — Terre de Champagne, sur la Vesle, dépen- 
dance du marquisat de Sillery, dans le dép. de la Marne, 
à 5 lieues de Reims. De puisier, qui creuse les puits. 



[ 504 ] 



Sf 



-^- 

. 



m — — — — — — — — — — — — — ~® 



QUADRIN. — De Cardrin, seigneurie de Bretagne, érigée 

pour Perrieux. Quadrain, liard, monnaie. 
QUAILAN. — De Quelaines, com. du dép. de la Mayenne, 

arr. de Château-Gontier. Quailan, vient de quaile, vif, 

adroit. 
QUARE, QUARRE. — De Quarré-les-Tombes, commune du 

dép. de l'Yonne, arr. d'Avallon. Quarré, lieu où l'on fait 

la cuisine dans les bateaux. 
QUATREFAGE. — D 'Hautef âge, commune du dép. de la 

Corrèze. Fage, hêtre. 
QUATRESOUS. — De Quatourse, seigneurie du Languedoc, 

érigée en 1550 pour Bertrand. 
QUATREVILLE. — De Quétreville, commune du dép. de la 

Manche, arr. de Coutances. 
QUAY. — Commune du dép. des Côtes-du-Nord, arr. de St- 

Brieuc. Quay, quai. 
QUAYLA. — De Cuélas, commune du dép. du Gers, arr. de 

Mirande. 
QUELÉ. — De Culey, commune du dép. de la Meuse, arr. de 

Bar-le-Duc. 
QUELOU. — De Quiou, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

Saint-Brieuc. 
QUEMELEUR. — De Camlez, commune des Côtes-du-Nord, 

arr. de Lannion. 
QUEMERÉ. — De Crémeur, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1470 pour De Carné. 



[ 505 ] 

QUENAY. — Quesnay, seigneurie de Normandie, érigée en 
1500 pour Le Pelletier. Quesnay, chêne radical. 

QUENEL, QUESNEL. — Commune du dép. de la Somme, 
arr. de Montdidier. Quenelle, eanelle, clef de barrique, 
grosse bobine sur laquelle on enroule le fil à lisser, clô- 
ture de pieux de chêne. Dérive de quernus, qui se disait 
autrefois pour quercns, chêne. 

QUENET, QUESNET. — Quesnay — Quesnon, commune du 
Calvados, ar. de Bayeux. Quenette, canette, jeune cane, 
mèche de laine agglomérée par la sueur. 

QUENIVEL. — De Kemevel, commune du Finistère, arr. 
de Quimperlé. 

QUENNEVILLE. — Seigneurie de Normandie, érigée en 
1375 pour de Montauban. Keine, goutte. 

QUENOCHE. — Commune du dép. de la Haute-Saône, arr. 
de Vesoul. 

QUENTIN. — Seigneuries de Bretagne et de Normandie. 

QUERCY. — De Quierzy, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Laon. Quercy, province de France, dont la capitale 
était Cahors. 

QUERDAIL. — De Kerdalaès, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1650. 

QUERDIN. — De Curdin, commune de Saône-et-Loire, arr. 
de Charolles. 

QUERDRAN. — De Kerdrean, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1668 pour Gicquel. 

QUERET. — De Querré, com. du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. de Segré. Querée, personne maigre et malpropre, 
charogne. 

QUERI, QUERRY. — De Quiéry-la-Motte, commune du Pas- 
de-Calais, arr. d'Arras. Quéri, réquisition. 

QUERIGNAN. — De Quérénang, commune du dép. du Nord, 
arr. de Valenciennes. 

QUERIO. — De Quers, commune dB la Haute- Saône, arr. de 
Lure. 

QUERTIER. — De Querqueville, commune du dép. de la 
Manche, arr. de Cherbourg. Quertier, quartier. 



[ 506 ] 

QUESCE. — De Quesques, commune du Pas-de-Calais, arr. 

de Boulogne. Quesse, cuisse. 
QUESDRA. — De Queyras, lieu des Hautes-Alpes, dans la 

commune de Châteauville-Vieille. De quest, caisse, gain, 

profit. 
QUESSI. — De Quessy, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 

Laon. 
QUESTY. — De Quétigny, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Dijon. Keutis, lit de plume. 
QUEVILLON. — Commune de la Seine-Inférieure, arr. de 

Rouen. Chevillon, petite cheville. 
QUEZEL, QUIEZEL. — De Kerzelle, seigneurie de Bre- 
t tagne, érigée en 1696 pour Huon. Keisel, gravier. 

QUEZET. — De Cusset, commune du dép. de l'Allier, arr. de 

La Palisse. 
QUIEUREMON. — V. Guévremont. 
QUIGOU. — De Quillou, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1668 pour Chatton. 
QUILLET. — De Cuillé, commune du dép. de la Mayenne. 

Quillette, mollet, osiers que l'on plante, gentil. 
QUIMPER. — V ille du Finistère, sur l'Oder. 
QUIMPEZ. — De Quimperlé, ville du Finistère. 
QUINAU. — De Quinis, com. de l'Aveyron, arr. de Rodez. 

Quinaud, singe, marmot, magot, confus. 
QUINIARD. — De Quenars, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1450 pour De Lentivi. 
QUINTAL. — Commune de la Haute-Saône, arr. d'Annecy. 

Quintal, poids de cent livres. 
QUINTIN. — Commune des Côtes-du-Nord, arr. de Saint- 

Brieuc. Quintin, toile claire fabriquée à Quintin; qui 

revient tous les cinq jours. 
QUERIGOU. — De Quérigut, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Foix. De quir, seigneur. 
QUIRION. — De Kernion, seigneurie de Bretagne. Curion, 

cuir. 
QUIROUET, — De Kerhuet, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1668 pour De Cramazel. 



[ 507 ] 

QUIROULT. — De Keriou, seigneurie de Bretagne, érigée en 

1550 pour Berthou. 
QUIT. — De Cuit, commune de la Haute-Saône, arr. de Gray. 

Quit, quittance, récépissé. 
QUITEL. — De Quipel, commune d 'lUe-et-Vilaine, arr. de 

Rennes. Kirtel, ceinture. 
QUIVION. — De Cuvimont, seigneurie de l'Artois, érigée en 

1750 pour D'Avary de Beaucouroy. 
QUSSY. ^ Cussy, seigneurie de Bourgogne, érigée en 1714 

pour De Montessus. 






R 






RÂBÂNIER. — De Rabanières, seigneurie de Saintonge, éri- 
gée en faveur de Torettes. Rabanier vient de rabans, 
petites cordes qui servent à attacher les voiles, à les 
ferler. 

RÂBÂS. — De Rabas, dans le pays Messin. Rabas, retrait 
d'un mur, appentis en remise, rabais, bords d'une nasse, 
pièce de toile fine, lutin, espace de terre que la faux par- 
court dans la main du faucheur, action de rabattre, à la 
chasse. 

RÂBÂSSE. — De Rebais, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Coulommiers. Rabasse, plante qui sert à 
teindre en jaune, gaude, et rabace, engin de pêche. 

RABAU, RABEAU. — De Rabat, com. du dép. de l'Ariège, 
arr. de Foix. V. Rabot. 



[ 508 ] 

RABEL. — De Ravel, commune des dép. de la Drôme et du 
Puy-de-Dôme. Rabel vient de rabe, rave, navet, mollet. 

RABI. — V. Raby. Rabbi, bois de Normandie, dépendance de 
Caen et d'Alençon. Rabi, le Christ, rabbin, officier muni- 
cipal, rave ronde, navet turneps, magistrat sans impor- 
tance, homme enragé, furieux. 

RABION. — De Robion, commune des Basses-Alpes, arr. de 
Castellanne. De rabiant, plein de feu. 

RABONNET. — De Rabouillet, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Prades. Vient de rabonir, consoler, calmer, 
apaiser. 

RABOT. — De Montrabot, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Saint-Lô. Rabot, fourgon, outil de menuisier, 
petit homme, querelle, chamaillis, action de raboter. 

RABOUIN. — D'Aboën, commune du dép. de la Loire, arr. 
de Montbrison. Rabouin, monnaie de billon de la valeur 
de trois sous. 

RABUTY. — De Rabut, seigneurie de Normandie, près de 
Lisieux. Vient de rabout, assujetti à payer une hypo- 
thèque, 

RABY. — D'Abilly, commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. 
de Loches. Raby, ravissant, en parlant des loups. Rabi, 
savant, grand, maître. Il existe à la côte de la Basse- 
Terre de la Guadeloupe, un morne du nom de Raby. 

RACET, RACETTE. — De la Rachette, seigneurie de Bre- 
tagne, érigée en 1696 pour De la Haye. De racheau, 
souche. 

RACICOT. — De Raissae, commune du dép. du Tarn, arr. de 
Castres. Racicot, chicot, racine d'arbre déchaussée, qui 
sort de terre, souche. 

RACINE. — Commune du dép. de l'Aude, arr. de Troyes. 
Racine, principe, origine, race, lignée, partie inférieure 
d'un végétal. Vient de radix, qui a fait radicina, d'où 
racine. 

RACLAU, RACLOS. — De Recloses, commune de Seine-et- 
Marne, arr. de Fontainebleau. Raclos, vient de raclore, 
refermer, en parlant d'une plaie. Dim. de racle, geai. 



[ 509 ] 

RADIER. — D'Adilly, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Parthenay. Radier, grille de fer, de charpente, 
plancher de bois ou de pierre entre les piles d'un pont. 

RADISSON. — D'Adissan, commune du dép. de l'Hérault, 
arr. de Béziers. Radissant, rayonnant. Vient de radius, 
rayon. 

RADOUL. — D'Adour, lieu des Basses-Pyrénées, commune 
d'Anglet. Radoub, raccommodage. 

RADUMÉ. — D'Odomez, commune du dép. du Nord, arr. de 
Valenciennes. 

RAFAUT. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1596 pour 
Baudry. Rafos, fouille, excavation. 

RAFFARD. — De Rahart, commun du dép. de Loir-et-Cher, 
arr. de Vendôme. Rafart, mauvais raisin, et rafard, rail- 
leur, radoteur, vieillard morose. 

RAFIN. — De Reffanes, commune du dép. des Deux-Sèvres, 
arr. de Parthenay. Rafin, affin. 

RAFOUX. — D'Affoux, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Villefranche. Rafour, four à chaux. 

RAGAUT, RAGOT. — D'Agos, commune des Hautes-Pyré- 
,nées, arr. d'Argelès. Ragot, qui est de petite taille, court 
et gros, jeune sanglier, crampon de fer attaché aux 
timons des voitures, conte, bavardage. 

RAGEAR. — De Rougeac, dans la Haute-Loire, commune de 
Saint-Eble. Vient de rage, joie bruyante, activité, en- 
train. 

RAGENAUD. — De Ravenoville, commune du dép. de la 
Manche, ar. de Valognes. 

RAGEOT. — D'Ajot, commune de la Dordogne, arr. de Pé- 
rigueux. Rageot, bœuf chétif. 

RAGUENEAU. — D'Aiguines, commune du dép. du Var, arr. 
de Draguignan. Raguer, mettre en lambeaux, et ragu, 
pointe. 

RAGUIDEAU. — De Regades, commune de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de St-Gaudens. De ragu, pointu. 

RAICHE. — De Raches, commune du dép. du Nord, arr. de 
Douai. Raiche, acide. 



[ 510 ] 

RAIMBÂULT. — Raimbaut, seigneurie du Poitou, érigée en 
1645 pour De la Vernede. Vient de raime, branche, ra- 
mée, rameaux. 

RAIMOND. — Commune du dép. du Cher, arr. de Saint- 
Amand. V. Raymond. 

RAIN. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour Bouyn. 
Rain, branche, rameau, rame, bois de cerf, brin, parcelle. 

RAINEAU. — De Rainneville, com. du dép. de la Somme, 
arr. d'Amiens. Raineau, pièces de charpente qui tiennent 
en liaison les têtes de pilotis dans une digue, ou dans les 
fondations d'un édifice, lisière d'un bois, branche, ra- 
mée. 

RAINVILLE. — Commune du dép. des Vosges, arr. de Neuf- 
château. V. Rain. 

RAISIN. — De Razines, commune du dép. d'Indre-et-Loire, 
arr. de Chinon. Raisin, fruit de la vigne. 

RAISON. — De Razon, lieu du dép. de la Nièvre, dans la 
commune de Bassy. Raison, compte, parole, propos, diffi- 
culté, différend, discussion. 

RAIZENNE. — De Rancennes, commune du dép. des Ar- 
dennes, arr. de Rocroi. 

RAJOT, RAJOTTE.— D'Ajat, commune de la Dordogne, arr. 
de Périgueux. De rage, activité, joie bruyante. 

RALBIE. — D'Albiez, commune de la Savoie, arr. de St-Jean- 
de-Maurienne. 

RAMBAUD. — Commune du dép. des Hautes- Alpes, arr. de 
Gap. 

RAMEAU. — Bourg de la Champagne, dans le diocèse de 
Langres. Rameau, branche d'arbre, subdivision d'un 
objet susceptible d'être partagé. 

RAMENEUIL. — De Remeneuil, bourg du Poitou. Composé 
de rame, aviron, convoi de bateaux sur un canal, et 
dérive du grec oramnos, branche d'arbre, cuivre. 

RAMEZAY. — De Rammesaux, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1696 pour Imbault. 

RANCIN. — De Rancenay, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Besançon. Rancien, de Reims. 



[ 511 ] 

RANCOUR. — Eancourt, communes des dép. des Vosges, de 
la Somme et de la jMeuse. Rancour, rancœur, rancune. 

RANE. — Rannée, commune d'Ille-et-Vilaine, arr. de Vitré. 
Vient de ranne, rameau. 

RANGEARD. — De Ransart, commune du Pas-de-Calais, arr. 
d'Arras. De ranger, mettre en rang, en ordre. 

RANGEO. — De Rang, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Baume-les-Dames. Rangeot, vieux seau en bois dépourvu 
d'anse, ringeot. 

RANGER. — De Rangecourt, commune du dép .de la Haute- 
Marne, arr. de Chaumont. Ranger, placer, ranger. 

RANIER. — D 'Aubiers, commune du dép. du Nord, arr. de 
Douai. De rannir, vernisser. 

RANNY. — Seigneurie érigée en 1550 pour De Ligniville. 

RANVOISE. — De Ranzay, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1557. Ranvoisé, gai, joyeux. 

RAOUL, RAOULT. — De Rouille, commune du Poitou, près 
de Poitiers. Raoul, sale, nom donné aux chats de Lor- 
raine. 

RAPIDIEUX. — De Rapilly, commune du Calvados, arr. de 
Falaise. Vient de rapide, avare, pingre, actif, vif. 

RAPIDION. — De Rampillon, commune du dép. de Seine-et- 
Marne, arr. de Provins. 

RAPIEUX. — De Rampieux, com. du dép. de la Dordogne^ 
arr. de Bergerac. De rapir, ravir. 

RAPIN. — De Rampan, commune du dép .de la Manche, arr. 
de Saint-Lô. Rapin, ladre, pince-maille. 

RAQUEBOT. — De Recoubeau, com. du dép. de la Drôme, 
arr. de Die. De raque, marc de raisin, lin, toile, liqueur. 

RAQUELIN. — De Racquinhem, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Saint-Omer. 

RASLE. — De Raslay, commune du dép. de la Vienne, arr. 
de Loudun. Rasle, râle. 

RASSET. — D'Assé, commune du dép. de la Sarthe, arr. de 
Mamers. Raset, drap ras. 

RASTOUT. — Des Retours, commune du dép. de l'Orne, arr. 



[512 ] 

d'Argentan. De raste, mesure itinéraire de deux lieues. 

RATE, RATTE. — D'Athée, commune de la Côte-d'Or, arr. 
de Dijon. Raté, mangé par les rats et les souris, odeur 
propre aux rats et aux souris. 

RATEL. — De Routelle, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Besançon. Ratel, herse d'une porte de ville, grand râ- 
teau que les râteleurs traînent dans les prés pour ramas- 
ser le foin qui y est resté. 

. RATH. — Ratte, commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Louhans. Rate, contribution, évaluation. 

RATIER. — Rathier, commune du dép. du Jura, arr. de Po- 
ligny. Ratier, homme éveillé, de bonne humeur, avare, 
pillard, ratière, cachot, ruisseau des rues, personne qui a 
des rats, c'est-à-dire des caprices. 

RAU, RAULT. — D 'Ault, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Abbeville. Rau, chat mâle. 

RAUDOT. — D'Audaux, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
d'Orthez. De rauder, rire, se moquer. 

RAUJOT. — D'Auge, commune du dép. des Ardennes, arr. 
de Rocroi. De rauge, maladroit, novice. 

RAUQUE. — De Roq, seigneurie du Limousin, érigée en 1700. 
Rauque, rude, sourd, enroué, son de voix désagréable. 

RAUQUERET. — De Rocroi, ville du dép. des Ardennes. De 
roquer, couvrir, emmailloté. 

RAVARY. — D 'Avaray, commune du dép. de Loir-et-Cher, 
arr. de Blois. Ravarat, sorte de bâton. 

RAVAULT. — Seigneurie de l'Anjou, érigée en 1524 pour 
Champagne. Ravaut, bourde, moquerie. 

RAVEAU. — Commune du dép. de la Nièvre, arr. de Cosne. 
Raveau, perche qui sert d'appui. 

RAVELET. — De Rabelais, commune du dép. de la Drôme, 
canton de Châtilon. Ravenet, espèce de filet pour 
prendre les oiseaux, la nuit. 

RAVENEL. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de Clermont. 
Ravenel, hanneton, petite rave, fleur jaune, giroflée. 

RAVENNE. — De Ravenne-Fontaines, commune de la Haute- 
Marne, arr. de Langres. Ravene, rave, raifort. 



[ 513 ] 

BAVIGNAC. — De Lavignac, commune de la Haute- Vienne, 

arr. de St-Yrieix. De ravignier, qui renouvelle une 

vigne. 
RAVION. — D'Avion, eom. du Pas-de-Calais, àrr. d'Arras. 
RAVIOT. — D'Avioth, commune du dép. de la Meuse, arr. 

de Montmédy. De ravis, enragé. 
RAVOISI. — D'Avoise, commune du dép. de la Sarthe, arr. 

de La Flèche. De ravoi, ravine, torrent. 
RAYMOND. — Com. du dép. du Cher, arr. de St-Amand- 

Mont-Rond. De raimonde, ramille. 
RAYMONNEAU. — De Remonville, commune du dép. de 

Meurthe-et-Moselle, arr. de Lunéville. 
RAYNAUD. — Seigneurie du Limousin, érigée en 1630 pour 

Des Maisons. De raisne, raison. 
RAZA. — Razat, dans le Périgord, dép. de la Dordogne, arr. 

de Périgueux. Razat, mesure de grain, razière. 
RAZARD. — De Razac, commune du dép. de la Dordogne, 

arr. de Bergerac. Razard, vient de raz, courant de mer 

dans un passage étroit, ou de raze, pièce d'artifice. 
RÉ. — Rai, commune du dép. de l'Orne, arr. de Mortagne. 

Ré, roi, bûcher, ruisseau, note de musique, affouillement 

dans les terres d'une vallée, accusé. 
REAL. — Commune des Pyrénées-Orientales, arr. de Prades. 

Real, royal, courtisan, monnaie, réel. 
REAME. — De Rieume, village du dép. de la Haute-Ga- 
ronne, ar. de Muret. Réame, ville de l'Arabie Heureuse. 
REAUME. — De Mesnil - Réaume, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. de Dieppe. Réaume, royaume. 
REAUX. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de Jon- 

zac. Reaux, monnaie. 
REBEL. — Rebelles, seigneurie du Haut-Languedoc, érigée 

en 1669 pour Leclerc de Lesseville. Rebel, méchanceté de 

l'animal qui attaque ou se défend. 
REBERDY. — De Rubercy, commune du dép. du Calvados, 

arr. de Bayeux. 



[ 514 ] 

REBERIEUX. — De Ribeyret, commune des Hautes- Alpes^ 
arr. de Gap. 

ErEBILLAU. — De Rebigne, com. de la Haute-Garonne, arr: 
de Toulouse. 

REBON. — De Trebons, communes de la Haute-Garonne et 
des Hautes-Pyrénées. Rebons, malpropre. 

REBOUL. — De Tréboul, com. du Finistère, arr. de Quimper. 
Reboule, bâton porté par les bouviers, instrument de 
pêche. 

REBOURS. — De LeBourg, commune du dép. du Lot, arr. de 
Figeac. Rebours, hérissé, malpropre, maladroit, rétif^ 
hostile, contrepoil, écriture énigmatique. 

RECHE. — V. Raiche. 

RECOMPENSE. — De Compans, commune du dép. de Seine- 
et-Marne, arr. de Meaux. Récompense, compensation. 

REEL. — Seigneurie de Normandie, érigée pour Des Champs. 
Réel, qui est en ligne droite. 

REFORT. — De Treffort, commune du dép. de l'Ain, arr. de 
Bourg. Raifort, plante. 

REGAL. — Regalle, bourg du comté de Comminges. Regal^ 
offrande du vassal au seigneur. 

REGAS. — Régat, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 
Ramiers. 

REGAULT. — De Reilles, commune du Loiret, arr. de Mon- 
targis. 

REGEAS. — V. Rejas. 

REGENT. — De Retjons, dans les Landes, commune de Lu- 
gaut. Régent, chef du gouvernement pendant la mino- 
rité, l'absence ou la maladie du souverain, curé, recteur. 

REGEREAU. — De Reherrey, commune de Meurthe-et-Mo- 
selle, arr. de Lunéville. De réger, régir, gouverner. 

REGISTRE. — De Regusse, commune du dép. du Var, arr. 
de Brignoles. Registre, ouvrage, livre d'histoire, usage, 
coutume, règlement, injure, historien. 
REGNARD. — De Reignard, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
de Clermont-Ferrand. Regnard, renard. 



[ 515 ] 

REGNAULT. — De Regnauville, commune du Pas-de-Calais, 
arr. de Montreuil-sur-mer. Regnaut, cri du renard. 

REGNE. — Regney, commune du dép. des Vosges, canton de 
Dompain. Régné, pays, royaume. 

REGNIER. — Lieu du dép. de la Charente-Inférieure, dans 
la commune de La Brousse. Régnier, royaume, règne, 
renier, renoncer, méconnaître. 

REGRENE. — De Reguiny, commune du Morbihan, arr. de 
Ploërmel. De règre, acte, minute, retour, recours. 

REGUINDEAU. — De Tréguidel, commune des Côtes-du- 
Nord, arr. de Lannion. 

REHEL. — V. Réel. Rehel de rehaut, augmentation de va- 
leur. 

REIGNIER. — Commune de la Haute-Savoie, arr. de Saint- 
Julien. 

REIGNOIR. — De Regnière-Ecluse, commune du dép. de la 
Somme, arr. d'Abbeville. 

REINIER. — Reynier, commune du dép. des Basses-Alpes, 
arr. de Sisteron. 

REJAS. — Redjas, à Constantine, dans la commune de Ze- 
raïa. Rejas vient de rejault, réjouissance, rebondisse- 
ment. 

REL. — De Rely, commune du Pas-de-Calais, arr. de Bé- 
thune. Raiel, étoffe rayée. 

REMBAUD. — V. Rambaud. 

REMBERT. — De Rembeville, chef-lieu d'une châtellenie, 
près de Toul. 

REMENEUIL. — Bourg du Poitou, diocès de Poitiers. Re- 
menaille, reste. 

REMILLARD. — De Rémalard, commune du dép. de l'Orne, 
arr. de j\Iortagne. 

REMOND. — Seigneurie du Berry, dans le diocèse de 
Bourges. Remont, enchère, surenchère. 

REMONDIER. — De Rimondeix, commune du dép. de la 
Creuse, arr. de Boussac. De remonde, ramille. 

REMONDRÉE. — De Remonay, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Pontarlier. 



[ 516 ] 

REMONEAU. — De Rimogne, commune des Ardennes, arr. 

de Rocroi. 
REMY. — Communes des dép. de l'Oise et du Pas-de-Calais. 

De remir, regard, 
RENA. — De Rena, lieu de la Corse, dans la commune de 

Venzolasca. 
RENAL. — De Trenal, commune du dép. du Jura, arr. de 

Lons-le-Saunier. Rénal, qui appartient aux reins, pierre 

servant de limites. 
RENARD. — De Reignat, commune du Puy-de-Dôme, arr. 

de Clermont-Ferrand. Renard, rapport, rot, vomisse- 
ment. 
RENAUD. — Commune du dép. du Finistère, à 3 lieues de 

Brest. Renaud, bruit, grognement, jargon. Dérive de 

rein, pur, sain, et d'alt, vieux, old en anglais et ond en 

flamand. 
RENAUDEAU. — De Nods, commune du dép. du Doubs, arr. 

de Baume-les-Dames. De renauder, renâcler, marauder. 
RENAUDET. — Du Noday, seigneurie de Bretagne, érigée 

en 1668 pour Rolland. 
RENAÛDIN. — De Ruaudin, commune du dép. de la Sarthe, 

arr. du Mans. 
RENAULT, RENAUT. — V. Renaud. 

RENCONTRE. — De Rançon, commune du dép. de la Haute- 
Vienne, arr. de Bellac. Rencontre, bon mot, fronton. 
RENCOUR. — V. Rancour. 
RENDU. — Randue, dans la Haute- Alsace, diocèse de Bâle. 

Rendu, moine, religieuse, séparé du monde, transfuge, 

frères convers. 
RENÉ. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de Mamers. 

Renée, sorte de mesure. 
RENEAU. — De Rennes, ville d 'Dle-et-Vilaine. 
RENELLE. — Renel, seigneurie de Champagne, érigée pour 

Joinville. Renelle, petit ruisseau qui coulait autrefois 

sous le pavé dans la ville de Rouen. On l'appelait d'abord 

le Reneau. 



[ 517 ] 

RENETTE. — De Renneville, communes des dép. de l'Eure 
et de la Haute-Garonne. Renette, jeu de trictrac, instru- 
ment pour entamer la corne des chevaux, pour marquer 
le bois et donner la voie aux scies. 

RENIAUT. — De Reilly, commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Beauvais. 

RENERO. — D 'Ennery, commune du dép. de Seine-et-Oise. 

RENO. — Bourg dans le Perche, diocèse de Séez. Renos, fâ- 
cheux. 

RENOCHE. — De Nousse, commune du dép. des Landes, arr. 
de Dax. Renoche, rièble. 

RENOM. — De Renung, commune du dép. des Landes, arr. 
de Saint-Sever. Renom, sorte de manteau. 

RENOU. — De Resnou, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668, pour de Bouilly. 

RENOUARD. — Commune du dép, de l'Orne, arr. d'Argen- 
tan. Renoueur, chirurgien qui fait profession de remettre 
les membres disloqués. 

RENOUER. — De Renwez, commune des Ardennes, arr. de 
Mézières. Renouer, repaire. 

RENOYER. — De Romeyer, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Die. Renoier, abjurer, apostasier. 

RENVOYZE. — V. Ranvoisé. Renvoisié, gai, plaisant. 

REPENTIGNY. — Commune du dép. du Calvados, arr. de 
Pont-l'Evêque. 

REPOCHE. — De Rexpoëde, commune du dép. du Nord, arr. 
de Dunkerque. Ripoiche, riposte. 

REQUIEM. — De Requeil, commune du dép. de la Sarthe, 
arr. de La Flèche. Requiem, chien de mer, requin. 

REQUIER. — De Reculey, commune du dép. du Calvados, 
arr. de Vire. Requiet, chiche, ladre, rèche. 

RESSAN. — De Resson, communes des dép. des Ardennes et 
de la Meuse. Vient de resse, étoffe usée, resan, serein du 
matin. 

RESTHER. — D'Esterre, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
d'Argelès. Reter, accuser, imputer. 



[ 518 ] 

RETAILLE. — De Restolles, seigneurie de Bretagne. Retaille, 
détail, rognure, morceau, déchets. 

RETIF. — De Retiers, commune d 'Ille-et- Vilaine, arr. de 
Vitré. Rétif, arrêté, vaincu, qui refuse d'obéir, opiniâtre, 
d'arrêt, en parlant des chiens. Dérive du grec stô, de- 
meurer, s'arrêter. 

RETAU. — Rétaud, commune de la Charente-Inférieure, arr. 
de Saintes. Retau, retaille, rognure. 

RETEIL. — De Rethel, ville du dép. des Ardennes. Retel, 
barrière, herse. 

RETOR. — Des Retors, seigneurie de Normandie, érigée en 
1676 pour De Gravelines. Retors, qui a été tordu plus 
d'une fois, homme fin, rusé, artificieux, droit de succes- 
sion des ascendants, retour, changement, regret, guéri- 
son, consolation. 

RETOUR. — Des Rotours, commune du dép. de l'Orne, arr. 
d'Argentan. Retour, encoignure d'un bâtiment, solde 
d'un compte. 

RETROSE. — De Reyvroz, commune du dép. de la Haute- 
Savoie, arr. de Thonon. Rétros, petit tronçon, menu mor- 
ceau, éclat. 

REVEL. — Communes des dép. de la Haute-Garonne, des 
Basses-Alpes et de l'Isère. Revel, plaisir, joie, ardeur 
joyeuse, révélation, rebelle, rébellion, retard, badinage, 
déroute. 

REVERDRA. — De Revercourt, commune du dép. de l'Eure, 
arr. de Dreux. Revers, drap, étoffe, escarpement. 

REYGAILLARD. — D 'Eygalliers, commune du dép. de la 
Drôme, arr. de Nyon. 

REYDIS. — D'Aydie, commune du dép. des Basses-Pyrénées, 
arr. de Pau. Redie, déraison. 

REYNAUT. — D 'Eyne, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Prades. 

RHEAULT. — De la Reaut, dans le Condômois, parlement 
de Bordeaux. Rehaut, augmentation de valeur. 

RHEAUME. — V. Réaume, 



.  . [ 519 ] 

RHEBOULE. — V. Reboul. 

RHO. — De la Roë, dans la Mayenne, arr. 'de Château-Gon- 
tier. Roe, tour de potier, palet à jouer, rouissage. 

RHODES. — Seigneurie du Quercy. Rhodes, variété de prune, 
à chair sèche, et rode, hart, sorte de faucille. 

RIBERCOURT. — Ribécourt, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Compiègne. Vient de riber, cajoler, folâtrer. 

RIBERGE. — De Ribiers, commune des Hautes-Alpes, arr. 
de Gap. 

RIBERVILLE. — De Rebeuville, com. du dép. des Vosges, 
arr. de Neufchâteau. Vient de ribe, groseille à maque- 
reau. Dérive de riba, rive, rivage, bord, et du grec 
rhuax, ruisseau. 

RIBILIÂU. — De Tervilly, commune du dép. du Tarn, arr. 
de Castres. De rebillier, repousser. 

RIBOULET. — De Rialet, commune du dép. de la Manche, 
arr. de St-Lô. Riboule, pilon, engin, pour la pêche, grosse 
racine, repli de la peau. 

RICARD. — De Ricarville, commune du dép. de Seine-Infé- 
rieure, arr. de Dieppe. Ricard, geai, vieux cheval, hari- 
delle. 

RICE. — De Rix, commvine du Jura, arr. de Poligny. Rica, 
riche, puissant, violent, copieux. 

RICHABOURG. — De Richebourg, communes des dép. de la 
Haute-Marne et de Seine-et-Oise. 

RICHARD. — De Richarville, commune de Seine-et-Oise, arr. 
de Rambouillet. Richard, riche, geai apprivoisé. Dérive 
du grec rek, rik, guerrier victorieux. 

RICHARDIERE. — La Rigardière, seigneurie du Gâtinais. 

RICHARVILLE. — Bourg du Puy-de-Dôme, canton de 
Dourdan. 

RICHAUME. — De Robehomme, commune du dép. du Cal- 
vados, arr. de Caën. 

RICHE. — La Riche, commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. 
de Tours. 

RICHE, RICHET. — Richet, commune du dép. des Landes, 
arr. de Mont-de-Marsan. Riche, richesse. Richet, riche. 



[ 520 ] 

RICHELIEU. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 
Chinon. 

RICHEMONT. — Communes des dép. de la Charente et de la 
Seine-Inférieure. Richement, tulipe panachée gris de lin 
et rouge sur blanc. 

RICHE VILLE. — Com. du dép. de l'Eure, arr. d'Andelys. 

RICHOT. — De Rechotte, commune du Territoire de Belfort. 

RICHOUX. — De Recoux, commune du dép. de la Lozère, 
arr. de Florac. Richoux, qui possède. 

RICOSSE. — De la Recousse, lieu du Pas-de-Calais, dans la 
commune de Zouafques. 

RIDAY, RIDE. — De Ribay, commune de la Mayenne, arr. de 
Mayenne. Ridé, plissé à petits plis. 

RIDDE, RIDE. — Rides, com. du dép. de Lot-et-Garonne, 
arr. de Prayssas. Ridde, monnaie de Flandre du poids de 
deux deniers, petites cordes qui servent à bander les 
grosses, monnaie d'or, toile servant d'enceinte dans une 
chasse, pli. 

RIDECHOT. — De Rantechaux, commune du dép. du Doubs,^ 
arr. de Baume-les-Dames. De ricote, fruit. 

RIDOUTE. — De Redoute, dans les Basses- Alpes, commune 
de Meyronnes. Redouté, titre honorifique. 

RIEL. — Commune du dép. de la Côte-d 'Or, arr. de Châtil- 
lon-sur-Seine. Rielle, règle, borne d'amarrage vers l'ar- 
rière d'un bateau. 

RIENDEAU. — De Rénédale, commune du dép. du Doubs, 
arr. de Pontarlier. Riendeau, guindeau, cabestan. 

RIEUTORD. — Rieutard, dans la commune de Puyvalador, 
dép. des Pyrénées-Orientales. 

RIFAULT. — De Treffay, commune du Jura, arr. de Poligny. 
Vient de riflf, froideur. 

RI6AL. — Rigale, seigneurie érigée en 1650 pour de Beau- 
poil. Rigalle, régal, repas. 

RIGAU, RIGAUD, RIGAULT. — Rigaud, com. des Alpes- 
Maritimes, arr. de Puget-Théniers. Rigaud, gueux, misé- 
rable. 



[ 521 ] 

RIGÂUDIAU. — De la Rigaudière, seigneurie du Gâtinais. 

RIGAUVILLE. — De Regnauville, commune du Pas-de-Ca- 
lais, ar. de Montreuil. 

RIGEALLE. — De Regalle, commune du dép. de l'Ariège, 
arr. de Foix. 

RIGEREAU. — De Lizers, lieu du dép. de la Nièvre, com- 
mune de Bitry. 

RIGNAN. — De Lignan, communes des dép. de l'Hérault et 
de la Gironde. 

RIMBAULT. — Commune dans le Poitou, diocèse de La Ro- 
chelle. 

RINFRET. — De Rainfreville, commune du dép. de la Seine- 
Inférieure, arr. de Dieppe. Rin, rhumb. 

RINGUET. — De Reilhaguet, commune du dép. du Lot, arr. 
de Gourd on. 

RIOPEL. — De Rehaupal, commune du dép. des Vosges, arr. 
de St-Dié. Mot composé de rio, ruisseau, et de pelle, 
vanne d'écluse. 

RIOU. — Riou, commune de Maine-et-Loire, canton de Sau- 
mur. Riou, ruisseau, filet d'eau. 

RIOUHET. — De Riez, commune des Basses-Alpes, arr. de 
Digne. Riouet, dim. de riou, ruisseau. 

RIOUSSEL. — De Roisel, commune du dép. de la Somme, 
arr. d'Evreux. Rioussel, petit ruisseau. 

RIOUX. — Com. de la Charente-Inférieure, arr. de Saintes. 
V. Riou. 

RIPAU. — De Trépot, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Besançon. Ripau, dim. de rippe, petit poisson. 

RIPONT. — Commune du dép. de la Marne, canton de Ville- 
sur-Tourbe. Ripon, testicule. 

RIQUET. — De Triqueville, commune de l'Eure, arr. de Pont- 
Audemer. Riquet, grillon. 

RIQUIER. — De Triquerville, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. du Havre. Riquer, nom d'homme, vient de 
rique, riche. 

RIS. — Communes des Basses-Pyrénées, de la Nièvre et du 



[ 522 ] 

Puy-de-Dôme. Ris, plis que fait une voile dans la partie 

soustraite au vent, racine, rire. 
RISSERÂC. — D'Issirac, commune du dép. du Gard, arr. 

d'Uzès. Risserac de risse, cordage qui sert à attacher 

une embarcation sur le pont. 
RISTIN. — De Restigné, commune d'Indre-et-Loire, arr. de 

Chinon. Vient de riste, corde de chanvre. 
RISTOR. — De Rieutort, commune de la Lozère, arr. de 

Mende. Ritort, retors. 
RITAIE. — De Rochetaillée, communes des dép. de la Loire, 

de l'Isère, et de la Haute-Marne. 
RITGHE. — De Trichey, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

de Tonnerre. 
RITCHOT. — De Rechotte, com. du Territoire de Belfort, 

canton de Belfort. 
RITIE. — De Retiers, commune d'Ille-et -Vilaine, arr. de 

Vitré. De risté, corde de fil de chanvre. 
RITRE. — De Trith, commune du dép. du Nord, arr. de Va- 

lenciennes. Ristre, long manteau. 
RITREMONT. — De Trémont, com. des dép. de la Meuse et 

de l'Orne. 
RITSIR. — De Tresserre, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Perpignan. 
RIVAL. — Rivales, commune du dép. de la Drôme, arr. de 

Montélimart. Rival et corrival sont deux voisins qui 

n'ont qu'un seul et même ruisseau ou canal pour arroser 

leur champ. Rivalle, engin de pêche. 
RIVARD. — De Rivas, commune du dép. de la Loire, can- 
ton de Saint-Galmier, arr. de Montbrison. Rivard, du 

vieux français riveor, est celui qui flâne le long des 

rivières. Dérive du latin riva, bord d'un champ, d'une 

forêt, et du grec rhuax, ruisseau. 
RIVAUT, RIVAUX. — De Rivau, seigneurie de l'Anjou, éri- 
gée en 1450 pour de Beauvaut. 
RIVE. — De Trevé, commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

Loudéac. Rivé, abordé, rôdé. 



[ 523 ] 

RIVEDOUX. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 
La Rochelle. 

RIVELIN. — De Trelins, commune du dép. de la Loire, arr. 
de Montbrison. Rivelin, dim. de rivel, lit d'une rivière. 

RIVERIN. — De Rivarennes, commune du dép. de l'Indre, 
arr. de LeBlanc. Riveran, batelier de la Loire, et rive- 
rain, celui qui habite auprès d'une rivière, batelier. 

RIVERO. — De Reyvroz, commune de la Haute-Savoie, arr. 
de Thonon. Rivereau, celui qui vit près des rivières, 
gaffe. 

RIVES. — Com. du dép. de Lot-et-Garonne, arr. de Ville- 
neuve-sur-Lot. Rive, bord d'une rivière. 

RIVESAC. — De Rivesaltes, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Perpignan. 

RIVET. — V. Rivé. Rivet, clou à tête rabattue, courte-paille, 
bordure d'un toit le long d'une pointe de pignon. 

RIVIERE. — Commune du dép. de l'Aveyron, arr. de Millau. 
Rivière, rivage, cours d'eau, côte, chasse près d'une 
rivière, chasse au gibier d'eau. 

RIVLA. — De Rivollet, commune du dép. du Rhône, arr. de 
Villefranche. 

ROBERCHON. — D'Auberton, seigneurie de Normandie, éri- 
gée en 583 pour De Pardieu. 

ROBERGE. — D 'Aubergenville, commune du dép. de Seine- 
et-Oise, arr. de Versailles. 

ROBERJEANNE. — De Roanne, ville du dép. de la Loire. 

ROBERT. — Seigneurie du Berry, érigée en 1513 pour Le 
Borgne. Robert, nom d'homme, est composé de ro, rouge, 
et de bert, montagne, montagne rouge. 

ROBICHAUD. — De Roubichoux, bourg du Haut-Langue- 
doc, diocèse de Mirepoix. De robice, vol. 

ROBIDA. — De Roubia, commune du dép. de l'Aude, arr. de 
Narbonne. 

ROBIDANT. — De Trébédant, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de Dinan. 

ROBIDOUX. — D'Aubijoux, seigneurie de l'Auvergne, de- 
venue marquisat en 1565 en faveur de D'Amboise. 



[ 524 ] 

ROBILLARD. — D'Aubiat, commune du Puy-de-Dôme, arr. 
de Riom. De robille, pois. 

ROBIN. — De la Robine, commune des Basses- Alpes, arr. de 
Digne. Les Robins, lieu dans le dép. de l'Isère. Robin, 
bœuf au pelage rouge, mouton, canal, robinet. 

ROBINEAU. — Bourg du Gâtinois, près de Sens. Robineaiv 
dim. de robine, canal de communication d'un étang salé 
avec la mer. 

ROBINET, ROBINETTE. — De la Robinais, lieu du dép. 
d'Ille-et- Vilaine, dans la commune de Bain. Robinette, 
tulipe amarante et robinet, canal, bras de rivière, canelle 
de fontaine ou de tonneau. 

ROBITAILLE. — De Bobital, commune des Côtes-du-Nord, 
arr. de Dinan. 

ROBLAY. — De Rablay, commune du dép. de Maine-et-Loire, 
arr. d'Angers. De robelette, petite robe. 

ROBLIAC. — De Robiac, com. du dép. du Gard, arr. d 'Allais. 

ROBREAU. — D 'Aubres, commune du dép. de la Drôme, 
arr. de Nyons. 

ROBRI. — D 'Auberive, communes des dép. de la Marne et 
de l'Isère. Roberie, vestiaire, vol, pillage. 

ROBUTEL. — De Robutte, seigneurie de Bretagne, érigée en 
1668 pour De Kéroas. De robuste, force. 

ROBY. — D'Auby, commune du dép. du Nord, arr. de Douai. 
Roby, rubis. 

ROC, ROCQ. — Seigneurie du Quercy, érigée en 1582 pour 
Huot. Roc, manteau, roche, roque, tour au jeu d'échecs, 
mouvement, éléphant qui porte une tour. En bas-breton, 
roc signifie fier. Dérive du grec rhox, fente, rocher es- 
carpé, ou du teutonique rock, habit, robe, tunique. 

ROCAN. — Seigneurie de Champagne, érigée en 1633 pour 
d'Eseaverele. De roquer, courir. 

ROCANT. — De Roucamps, commune du Calvados, arr. de 
Vire. 

ROCHE. — Commune du dép. de la Loire, arr. de Montbrison. 
Roche, châteaufort, bâti sur une roche, cave, souterrain. 



[ 525 ] 

crèche, carrière de pierre, motte, montagne, excavation, 
bête fauve 

BOCHEBLAVE. — Commune du Dauphiné, diocèse de Va- 
lence. 

ROCHECHOUERE. — De Rochechouart, ville de la Haute- 
Vienne. 

ROCHEFORT. — Communes de la Savoie, du Jura, de la 
Haute-Marne, de la Côte-d'Or, et de l'Allier. Rochefort, 
tulipe rouge, Isabelle et grise. 

ROCHELEAU, ROCHELOT. — D'Auchel, commune du Pas- 
de-Calais, arr. de Bétbune. 

ROCHELET. — Lieu du dép. de la Loire-Inférieure. 

ROCHELOIS. — De La Rochelle, commune du dép. de la 
Manche, ar. d'Avranches. 

ROCHER. — Commune du dép. de l'Ardèche, arr. de Largen- 
tière. Rocher, lancer, faire rouler des pierres. 

ROCHEREAU. — Commune du dép de la Vienne, arr. de 
Poitiers. 

ROCHERIE. — Seigneurie de Bretagne, érigée en 1668 pour 
Chatton. Rocherie, roche. 

ROCHERON. — De Rochesson, commune du dép. des Vosges, 
arr. de Remiremont. 

ROCHERT. — De la Rochère, lieu dans la commune de Pas- 
savant, dép. de la Haute-Saône. Dérive du grec rhon- 
chos, tunique, pardessus. 

ROCHETTE. — Communes dans les dép. de la Charente, de 
la Creuse, des Hautes - Alpes, de l'Ardèche. Rochet, 
blouse, petit manteau, sorte de surplis, et rochette, petite 
roche, châteaufort, terrain pierreux. 

ROCHEVILLE. — De Rocherville, seigneurie de Normandie, 
érigée en 1713 pour Pétard. 

ROCHON. — De Rochonviller, dans le pays Messin. 

ROCHOUARD. — V. Rochechouère. 

ROCLOFF. — De Roscoff, commune du Finistère, arr. de 
Morlaix. 

ROCQUE. — Commune du Calvados, arr, de Lisieux. Rocque, 
motte, tour au jeu d'échecs. 



[ 526 ] 

ROCOUX. — Ville de Belgique, sur la Meuse, près, de Liège. 
Rocou, teinture jaune. 

ROCRAY. — Rocroi, ville des Ardennes. 

RODDE. — Seigneurie de l'Auvergne, érigée en 1700 pour 
Courtaurel. Rode, étrave et estambot, palet, mesure 
agraire. 

RODEAU. — De Rouède, commune de la Haute-Garonne, arr. 
de St-Gaudens. Rodeau, dim. de rode, lien d'osier, fau- 
cille qui sert à roder. 

RODET. — De Rodez, ville de l'Aveyron, ou de Rodés, com. 
des Pyrénées-Orientales. Rodete, éperon. 

RODIER. — D'Audilly, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
Vervins. Rodier, charron. 

RODRIGUE. — D'Audrix, commune du dép. de la Dordogne, 
arr. de Sarlat. Rodrigue, nom d'homme, signifie vieil- 
lard vigoureux et plaisant. 

RODY. — Lieu du Finistère, dans la commune de Guipavas. 

ROGER. — Seigneurie du Rouergue. Roger, nom d'homme 
et de bœuf. Rogez, rougets, poisson. Roger, verbe, ron- 
ger, grignoter. 

ROGER Y. — De Rougeries, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de Vervins. Vient de roge, rempart. 

ROGNON, ROIGNON. — Commune du dép. du Doubs, arr. 
de Baume-les-Dames. Vient de rognonner, gronder. 

ROGON. — De Rougon, commune des Basses- Alpes, arr. de 
Castelanne. De rogne, appât pour attirer les sardines. 

ROI. — De Roaix, com. du dép. de Vaucluse, arr, d'Orange. 
Roi, chef des moissonneurs, couleur du lion, roi des 
animaux, ordre, mesure, rang, règle, limite. 

ROIROUX. — De Rouairoux, commune du dép. du Tarn, arr. 
de Castres. Roiere signifie entre-deux des sillons, or- 
nière, rigole. 

ROJOUX. — De Tréjouls, commune du dép. du Tarn-et-Ga- 
ronne, arr. de Moissac 

ROLAIN. — De Rollainville, commune du dép. des Vosges, 
arr. de Neufchâteau. Vient de roler, rouler. 



[ 527 ] 

ROLAND. — Ville de la Basse-Lusace, à 7 lieues de Dresde. 

Rolant, terre rouge. 
ROLÂNDEAU. — D'Alando, commune du dép. de la Corse, 

canton de Sermano. 
ROLET, ROLETTE. — De Rolleville, commune de la Seine- 
Inférieure, arr. du Havre. Rolet, petit rôle, petit rouleau, 
roulette, 50 centimes roulés dans un papier. Rolette, 
toile de lin fabriquée en Flandre. Rollet, bourrelet. 
ROLLAND. — Seigneurie du Daupliiné, érigée en 1713 pour 
Blain. Rollan, barreau rond, d'échelle, de claie, de chaise. 
Vient du teutonique rot, rouge et de land, terre. 
ROLLIN. — D'Oullins, commune du dép. du Rhône, arr. de 

Lyon. 
ROLO. — De Rollot, commune du dép. de la Somme, arr. de 

Montdidier. RoUeau, bourrelet de graisse. 
ROMADEUC. — De Rimondeix, com. du dép. de la Creuse, 

arr. de Boussac. 
ROMAIN. — Communes des dép. du Jura, de la Marne, du 
Doubs et de Meurthe-et-Moselle. Romain, habitant de 
Rome, des Romagnes. 
ROMAINVILLE. — Commune du dép. de la Seine, arr. de 

Saint -Déni s. 
ROMAN. — Commune du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
Roman, langue vulgaire, langage, histoire véridique ou 
fabuleuse, chanson. 
ROMARNE. — De Romagne, commune du dép. de la Vienne, 
arr. de Civray. Nom composé de ro, roe, tour de potier, 
et de marne, terre calcaire mélangée d'argile. 
ROMERIL. — De Romery, communes des dép. de la Marne 

et de l'Aisne. 
ROMIER. — De Romeyer, commune du dép. de la Drôme, 

arr. de Die. Romier, pèlerin qui va à Rome. 
ROMIEU. — Commune du dép. du Gers, arr. de Condom. 
ROMINE. — De Romène, seigneurie de Bourgogne, érigée 
pour de la Michodière. Romine, vient du verbe rominer, 
ronfler à la manière du chat. Ce mot rappelle le rami- 
nagrobis de la fable. 



[ 528 ] 

BOMPRE. — Romprey, bourg de la Bourgogne, dans le dio- 
cèse de Langres. Rompre, rupture. 

ROMUR. — De Réaumur, commune de la Vendée, arr. de 
Pontenay-le-Comte. 

RONOELAY. — De Roincenay, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Troyes. Roncelée, lieu couvert de ronces. 

RONCERAY. — Abbaye dans la ville d'Angers. Ronseray, 
haie ou fossé plein de ronces. 

RONCEREL. — De Rosel, commune du Calvados, arr. de 
Caën. De roncel, terrain couvert de ronces. 

RONDAL. — De Ronde-Haye, commune de la Manche, arr. 
de Coutances. 

RONDARD. — De Rondour, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1560 pour Le Bihan. De ronder, mettre en petits tas 
avec la fourche, le foin ramassé par le râteau. 

RONDEAU. — De la Ronde, commune du dép. de la Cha- 
rente-Inférieure, arr. de la Rochelle. Rondeau, rouleau 
pour tenir les mottes de terre, danse en rond, sorte de 
poésie, manne en osier, tablette, rond, cercle dans lequel 
se trouve le nom de ceux qui composent un arbre généa- 
logique. 

RONDEL. — De Ronel, com. du dép. du Tarn, arr. d'Albi. 
Rondel, rond, cercle, rondin, clou à tête ronde, mesure 
agraire, plateau, tourbillon, pièce de vers. 

ROQUAN. — V. Rocan. 

ROQUART. — Roquemaure, commune du dép. du Gard, arr. 
d'Uzès. Roquart, vieux cheval, cartilage, cépage qui 
produit des raisins à grains croquants, chiendent. 

ROQUE. — Commune de la Haute-Garonne, arr. de Muret. 
Roque, long gilet de fourrure, barbeau, poisson, sorte 
d'imposition, motte de terre, roche. 
ROQUEBRUNE. — Communes des dép. du Gers, du Var, et 

de la Gironde. 
ROQUET, ROQUETTE. — Roquette, commune de la Haute- 
Garonne, arr. de Muret. Roquet, blouse, rochet ecclésias- 
tique, roque du clergé régulier, borax, fusée de guerre, 
roquille, tendon. 



[ 529 ] 

ROQUETAILLADE. —Commune du dép .de l'Aude, arr. de 
de Limoux. 

ROS. — Ros, commune de Bretagne, diocèse de Dol. Ros, 
peigne de métier à tisser. Dérive de l'écossais ros, pro- 
montoire, presqu'île, ou de l'irlandais ros, rose, étang. 

ROSA. — Rosa, bourg situé sur le golfe de Lépante, vers le 
détroit. Vient du grec rhodon, rose. 

ROSE. — De Rouze, commune du dép. de l'Ariège, arr. de 
Foix. 

ROSEAU. — Lieu du dép. de Seine-et-Oise, dans la commune 
de Perray. Roseau, plante marécageuse. 

ROSENS. — Rosans, commune des Hautes-Alpes, arr. de Gap. 
De roser, arroser. 

ROSIER. — Commune du dép. de la Lozère, arr. de Florac. 
Rosier, arbuste qui porte des roses. 

ROSOIR. — Rosoy, ville du dép. de Seine-et-Marne, et bourg 
des dép. de l'Aveyron, de l'Oise et de l'Yonne. 

ROSSELON. — De Rossillon, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Bellay. 

ROSSIGNOL. — Commune du dép. de la Dordogne, canton 
de Verteillac. Rossignol, crochet, oiseau, papegai, pour 
le tir à l'arc. 

ROSTAN. — Rostaing, comté du Blaisois, érigé en 1634. Dé- 
rive de rost, chaleur brûlante. 

ROTEAU. — Rotau, commune du dép. des Vosges, arr. de 
Saint-Dié. Roteau, dim. de rote, instrument de musique à 
cordes frottées, du genre du violon, passage fréquenté 
et non bouché au travers d'une haie. 

ROTOT. — De Routot, commune du dép. de l'Eure, arr. de 
Pont-Audemer. V. Roteau. 

ROTURE. — Des Rotours, commune du dép. de l'Orne, arr. 
d'Argentan. Roture, villenage, endroit surlié de plu- 
sieurs tours de corde. 

ROTURE AU. — De la Rothière, commune du dép. de l'Aube, 
arr. de Bar-sur-Aube. 

ROUAN. — Commune de la Loire-Laf érieure, arr. de Paim- 

34 



[ 530 ] 

bœuf. Rouain, ornière, rigole, et rouan, cheval à poil 

bai, gris et blanc. 
ROUÂNAIS. — Rouannais, dans le Bas-Forez, dép. de la 

Loire. Rouanner, marquer avec la rouanne, instrument 

pour marquer les tonneaux. 
ROUANEL. — De Ronele, commune du dép. du Tarn, arr. 

d'Albi. 
ROUANGE. — De Roufïange, commune du dép. du Jura, arr. 

de Dole. De mage, ensemble des issues, des abords d'une 

ferme. 
ROUART. — De Thouars, commune du dép. des Deux-Sèvres, 

arr. de Bressuire. Rouart, prévôt des maréchaux, qui fait 

mettre les malfaiteurs sur la roue, archer des prévôts^ 

prière. 
ROXJAU. — De Ruaux, commune du dép. des Vosges, arr. de 

Remiremont. De roualle, bateau pour la pêche. 
ROUBLINE. — De Roblines, commune du dép. du Nord, arr, 

de Lille. Vient de ruble, masse d'eau qui s'avance, après 

la rupture d'une levée. 
ROUCE. — Rousses, commune du dép. de la Lozère, arr. de 

Florac. Rouche, roseau des marécages et des grèves, car- 
casse d'un navire, sur le chantier. 
ROUCHALLET. — De Ronchaux, commune du Doubs, arr. 

de Besançon. De ruchelle, petite ruche. 
ROUCOU. — De Rocoux, village des Pays-Bas, près de Liège, 

sur l'Ourthe. 
ROUDIER. — De Rottier, commune du dép. de la Drôme, arr, 

de Die. 
ROUDOT. — De Routot, commune du dép. de l'Eure, arr. de 

Pont-Audemer. 
ROUELLE. — Com. de la Seine-Inférieure, arr. du Havre. 

Rouelle, roue, brouette, tranche ronde, marque circu- 
laire, insigne, tache de sang ronde, lingot ayant forme 

de monnaie. 
ROUEN. — Ville de la Seine-Inférieure, sur la Seine. Rouen, 

cheval dont le poil est mêlé de blanc, de gris et de bai, 

ornière. 



[ 531 ] 

ROUER. — Village près de Trêves, sur les bords de la rivière 
Rouer, qui se jette dans la Moselle. Rouer, tourner, rou- 
ler, rouir, et roué, charrue. 

ROUET. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Mont- 
pellier, et seigneurie de Bretagne. Rouet, machine à roue 
pour filer, roue d'un moulin, roue servant à tendre la 
corde de l'arbalète, rouelle d'acier frottant contre un 
silex pour produire l'étincelle, roue d'engrenage, ronron 
de chat. 

ROUFFIAT. — De Rouffiac, communes des dép. du Cantal, 
de la Charente. Rouffiac vient de l'anglais roof, toit, 
chambre où on loge les matelots sur les navires mar- 
chands. 

ROUFFIO. — De Rouffj^ commune du dép. de la Marne, arr. 
de Châlons. 

ROUGEAU. — Commune dans le Blaisois, diocèse de Blois. 
Rougeaud, qui a les joues rouges, insecte rouge, bœuf 
rouge. 

ROUGET. — Lieu du dép .du Cantal, dans la commune de 
Saint-]\Iamet-le-Salvetat. Rouget, vin l>lanc fait avec du 
raisin rouge, canard, os. 

ROUGIERS. — Commune du dép. du Var, arr. de Brignoles. 
De rouger, ronger. 

ROUGIEU. — De Rougeux, commune de la Haute-Marne, arr. 
de Langres. 

ROUILLARD. — De Rouillac, communes des dép. des Côtes- 
du-Nord et de la Charente. Rouillard, espèce de baril 
porté par les Maltais armés en guerre. 

ROUILLE. — De Rouhe, commune du dép. du Doubs, arr. 
de Besançon. Rouil, droit seigneurial dans l'ouvrage des 
toiles, rouille, saleté, et rouille, marque de coups de 
verges, variété de nielle, renouée. 

ROUILLE. — Commune du dép. de la Vienne, arr. de Poi- 
tiers. Rouillé, couvert de rouille, rongé, sucé. 

ROUILLER. — Rouilley, seigneurie de Seine-et-Marne, arr. 
de Provins. Rouiller, couvrir de rouille, engourdir, rou- 
ler, ronger, regarder fixement avec impertinence. 



[ 532 ] 

ROUISSE. — De Ribouisse, commune du dép. de l'Aude, arr. 
de Castelnaudary. Rouisse, sorte de grosse poire. 

ROUJES. — Rouge, bourg de Bretagne, dép. de la Loire- 
Inférieure, près de Nantes. Rouge, habile, rusé. 

ROUL. — Roule, seigneuries de Bretagne et de Normandie. 
Roui, rouleau à écraser les mottes, rôle, page, roulement, 
passage aplani pour rouler des brouettes. 

ROULEAU. — De Toul, ville de Meurthe-et-Moselle. Rou- 
leau, rouelle. 

ROULETTE. — Commune du dép. de la Charente, arr. d'An- 
goulème. Roulette, petite roue qui supporte un fardeau, 
qui le fait rouler, brouette, bécassine, variété de trèfle. 

ROULIER. — Commune du dép. des Vosges, arr. d'Epinal. 
Roulier, voiturier qui transporte des marchandises de 
ville en ville. 

ROULLOIS. — De Rousseloy, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Clermont. Rouloir, outil qui sert à rouler les bou- 
gies et les cierges sur une table. 

ROUMIER. — De Romilly, commune de Loir-et-Cher, arr. 
de Vendôme. Roumier vient de roumi, pèlerin. 

ROUPILLE. — De Roupy, commune du dép. de l'Aisne, arr. 
de St-Quentin. Roupille, espèce de petit manteau dont 
s'enveloppaient les Espagnols pour dormir. 

ROUSSAY. — Commune dans le dép. de Maine-et-Loire, arr. 
de Cholet. 

ROUSSE. — Commune du dép. de la Lozère. Rousse, mou- 
tarde des champs. 

ROUSSEAU. — Seigneurie de Normandie, érigée en 1450. 
Rousseau, qui a des cheveux roux. 

ROUSSEL. — D 'Ussel, ville du dép. de la Corrèze. Roussel, 
couleur rousse, bâton sans fer, 

ROUSSELET. — De la Rouxelais, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1540. Rousselet, poire d'été à peau rougeâtre. 

ROUSSELON. — De Roussillon, communes des dép. de Saône- 
et-Loire, de l'Isère et de Vaucluse. 

ROUSSELOT. — De Rosel, commune du dép. du Calvados, 



[ 533 ] 

arr. de Caën. Rousselotte, rousseroUe, oiseau du genre 
grive. 

ROUSSERAY. — De Roseray, seigneurie de Bretagne, érigée 
en 1600 pour De Farcy. 

ROUSSET. — Commune des Hautes- Alpes, arr. d'Embrun. 
Rousset, de couleur rousse, étoffe rousse. 

ROUSSIERE — D 'Oussières, commune du Jura, arr. de Poli- 
gny. Roussière, roseraie. 

ROUSSIN. — De Roussines, communes des dép. de l'Indre 
et de la Charente. Roussin, cheval un peu épais, et entre 
deux tailles. 

ROUSSON. — Communes des dép. du Gard et de l'Yonne. 

ROUTHIER, ROUTIER. — Routier, commune du dép. de 
l'Aude, arr. de Limoux, canton cl'Alaigne. Les Routiers, 
seigneurie de Normandie, érigée en 1641 pour d'Orville. 
Routier, indice de chemin, soit par terre, soit par mer, 
qui fait bien les routes, livre de cartes marines où sont 
marqués les côtes, les ports, les rades, les rochers, etc, 
grand voyer, soldat indiscipliné, homme prvident. 

ROUTOY. — D 'Autoire, commune du dép. du Lot, arr. de 
Figeac. Routoir, endroit où se rouit le chanvre, et in- 
strument pour le rouissage. 

ROU VILLE. — Com. de la Seine-Inférieure et de l'Oise. 

ROUX. — Com. de l'Ardèche, arr. de Largentière. Roux, 
cheval de couleur jaune ou fauve, sauce faite avec du 
beurre roussi, résine. 

ROUXEL. — D'Uxelles, commune du Jura, arr. de St-Claude. 

ROY. — De Roye, commune du dép. de la Somme, arr. de 
Montdidier, et Roye, commune de la Haute-Saône, arr. 
de Lure. Roy, roi. Ce nom a été donné à beaucoup de 
personnes. Il y eut le roi des arbalétriers, le roi des ar- 
penteurs, le roi des ribauds, le roi de la bazoche, des 
meuniers, des poètes, de la fève, etc. Ce mot signifie 
ordre, mesure, règle, rang, limite. 

ROYAL. — De Royal, commune de Bretagne, près de Rouen. 
Royal, réel, qui convient ou appartient aux rois. 



[ 534 ] 

ROYAN. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de Ma- 

rennes. 
ROYANNEZ. — Contrée du Dauphiné, dont la capitale était 

Pont-de-Royan. Comprenait les dép. de l'Isère et de la 

Drôme. 

ROYAUMONT. — De Réaumont, commune du dép .de l'Isère, 
arr. de St-Marcellin. 

ROYER. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de Ma- 
çon. Royer, voisin, charron. Royer, verbe, beugler, mu- 
gir, rayer. 

ROYET. — De Roilly, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Sémur. 

ROYNÉ. — De René, commune du dép. de la Sarthe, arr. de 
Namers. 

ROZA. — V. Rosa. 

ROZÉ. — V. Rosé. 

ROZEROT.. — De Rozerotte, commune du dép. des Vosges, 
arr. de Mirecourt. 

ROZOTTI. — D'Auzits, commune du dép. de l'Aveyron, arr 

de Rodez. 
RUAIS, RUEST. — Rouais, seigneurie de Lorraine, érigée en 

1712 pour Macquart. Ruais, dérive du grec ruô, couler, 

ou de ru, ruisseau, bord, rivage. 
RXJÉ. — Des Ruées, seigneurie de Picardie, érigée en 1293 

pour De Senlis. Ruée, chaume, amas de litières sèches, 

roue. 

RUEL, RUELLE. — Commune du dép. de la Charente, arr. 
d'Angoulème. Ruel, ruisseau, et nielle, roue de charrue 
à avant-train. Dérive du grec ruô, couler. 

RUELLAND. — De Ruellen, seigneurie de Bretagne. Ruel- 
land dérive du latin nitilans, rouge, brillant. 

RUET, RUETTE. — Châtellenie près de Langres, dans le 
diocèse de Châlons. Ruette, baguette pliante pour frap- 
per les enfants, ruelle, passage étroit entre les bâtiments. 

RUFIAGE. — De Ruages, commune du dép. de la Nièvre, 
arr. de Clamecy. Ruffage, volage, capricieux, Adolent. 



[ 535 ] 

HUFIANGE. — De Rouffange, commune du Jura, arr. de 
Dole. 

RUFFIGNY. — Lieu du dép. des Deux-Sèvres, dans la com- 
mune de Chavagné. 

RUHOT. — Ruaux, commune du dép. des Vosges, arr. de 
Remirecourt. De ruote, ruelle. 

RULÂN. — Petite ville de la Basse-Lusace, sur l'Ebster-Noir, 
à 7 lieues de Dresde. 

RULLE. — Rulhe, commune du dép .de l'Aveyron, canton de 
Rignac. Rulle, boule. 

RULO. — De Rugles, commune du dép. de l'Eure, arr. 
d'Evreux. 

RUMEÂU. — De Rumaucourt, commune du dép. du Pas-de- 
Calais, arr. d'Arras. Rumeau, râle. 

RUPALET. — Rupulley, seigneurie de Normandie, érigée en 
1500 pour Suhard. 

RUPALLY. — De Rutali, commune du dép. de la Corse, arr. 
de Bastia. 

RUPARON. — De Répara, commune de la Drôme, arr. de 
Die. 

RUSSEAU. — De Russey, commune du dép. du Doubs, arr. 
arr. de Montbéliard. Russeau, ruisseau. 



[ 536 ] 

T î 

s 



I 






SÂBATHÉ. — De Labartliète, commune du dép. du Gers, 
arr. de Mirande. Sabatée, faiseur de sabots. 

SABERTACHE. — D'Aberwrach, lieu du Finistère, dans la 
commune de Landéda. Sabretache, sacs plats qui pen- 
dent à la ceinture de certains uniformes de cavalerie. 

SABOTTIER. — De la Sabotterie, commune du dép. des 
Ardennes, arr. de Vouziers. Sabotier, qui fait des sabots, 
savetier. 

SABOUREAU. — De Sabarros, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnères-de-Bigorre. Saboureau, dim. de 
saboure, le lest d'un iiavire. 

SABOURIN. — De Sadournin, commune des Hautes-Pyré- 
nées, arr. de Tarbes. Vient de sabourer, secouer, fouler 
aux pieds. 

SABREVOIS. — De Sauvoy, commune du dép. de la Meuse, 
arr. de Commercy. Sabrevois, vient de sabre, savetier et 
de vois, parole, ajutorité, nom. 

SACEPEE. — De Saquenay, commune du dép. de la Côte- 
d'Or, arr. de Dijon. Saquepée, qui tire l'épée. 

SAOERLIER. — De Sarcelles, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Pontoise. Vient de sarcel, aiguillon pour 
piquer les bœufs, serpe, sarcloir, ou de sarce, agrès, 
cordage. 

SACHE, SACHET. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, 
arr. de Chinon. Sachet, petit sac, petit coussin où l'on 
met des parfums. 



[ 537 ] 

SADE. — De Souday, commune de Loir-et-Cher, arr. de Ven- 
dôme. Sadet, gracieux, charmant. 

SADEAU. — De Sodé, com. du dép. de la Haute-Garonne, 
arr. de St-Gaudens. Sadot, vieille et mauvaise femme. 

SADERLAN. — De Sadeillan, commune du dép. du Gers, 
arr. de Mirande. Vient de sade, agréable. 

SADRELON. — De Saudron, commune de la Haute-Marne, 
arr. de Wassy. De sadre, sarriette. 

SAFFRAY. — Commune de la Loire-Inférieure, arr. de Châ- 
teaubriant. Saffré, bordé d'orfroi. 

SAGANT. — De Saulgond, commune du dép. de la Charente, 
arr. de Conflans. Sagant, qui brise ses habits. 

SAGARD. — De Sahorre, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Prades. Sagard, ville de l'île de Rutgen, près de 
la Baltique, à 5 lieues de Bergen. 

SAGEAU. — De Saugeot, commune du Jura, arr. de Saint- 
Claude. Sageot qui fait le sage avant l'âge, sageolet. 

SAGOLAS. — De Sagelot, commune de la Dordogne, arr. de 
Sarlat. 

SAGUIN. — De Sanghem, commune du Pas-de-Calais, arr, 
de Boulogne-sur-Mer. Vient de sagne, marais. 

SAILLANT. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Ambert. 
Saillant, daguet, hauteur. 

SAILLAR. — De Saillac, commune du dép. du Lot," arr. de 
Cahors. Saillard, sauteur, danseur. 

SAILLY. — Communes des dép. du Nord, des Ardennes et de 
la Haute-Marne. Saillie, sortie, course. 

SAINDON. — D'Andon, commune des Alpes-Maritimes, arr. 
de Grasse. Saindon, tabac. 

SAINT-AGNAN. — Commune des dép. de l'Aisne, de la 
Nièvre, du Tarn, de l'Yonne, de Saône-et-Loire. 

SAINT-AIGNE. — Commune de la Dordogne, arr. de Berge- 
rac. 

SAINT-AMAND. — Communes des dép. de la Creuse, de la 
Marne, de la Meuse, du Nord, du Pas-de-Calais, etc. 



[ 538 ] 

SAINT-AMOUR. — Commune du dép. du Jura, arr, de Lons- 

le-Saunier. 
SAINT- ANDRÉ.— Communes des dép. du Nord, de l'Yonne, 

de la Charente, de la Savoie, du Tarn, du Gers, de la 

Haute-Savoie. 
SAINT-ANGE. — Commune dans le Perche, diocèse de 

Chartres. 
SAINT-ANTOINE. — Communes des dép. de l'Isère, de la 

Gironde, du Gers, du Doubs, des Bouches-du-Rhône, de 

l'Ariège. 
SAINT- ARNAUD. — Lieu du dép. de Lot-et-Garonne, canton 

d'Olgen. 
SAINT-ARNOULD. — Communes des dép. du Calvados, de 

Loir-et-Cher, de l'Oise, de la Seine-Inférieure. 
SAINT-AUBIN. — Communes des dép. de l'Eure, de l'Aube, 

de la Côte-d'Or, de l'Orne, du Nord. 
SAINT-BARNABÉ. — Commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

Loudéae. 
SAINT-BARTHELEMY.— Communes des dép. du Morbihan, 

de la Manche, des Landes, de la Dordogne. 
SAINT-BERNARD. — Communes des dép. de la Côte-d'Or, 

de l'Isère et de la Vendée. 
SAINT-BLIN. — Commune du dép. de la Haute-Marne et 

bourg de Bretagne sur l'Adon. 
SAINT-CANTIN. — Seigneurie de Normandie, érigée en 

1776 pour Potvin. 
SAINT-CENE. — Saint-Seine, commune du dép. de la Nièvre, 

arr. de Nevers. 
SAINT-CERNY. — Ville du dép. de Seine-et-Oise, et bourg 

du Périgord, diocèse de Sarlat. 
SAINT-CASTIN. — Commune des Basses-Pyrénées, arr. de 

Pau. 
SAINT-CHARLES. — Commune du dép. de la Mayenne, arr. 

de Château-Gontier. 
SAINT-CHRISTOPHE.— Communes des dép. de l'Allier, de 

l'Aube, de la Charente, de la Savoie, etc. 



[ 539 ] 

SAINT-CLAIR. — Communes des dép. de l'Ardèehe, de la 
Loire-Inférieure, du Lot, etc. 

SAINT-CLAUDE. — Commune de la Charente, arr. de Con- 
folens. 

SAINT-COSME. — Commune du dép. de la Sartlie, arr. de 
Mamers. 

SAINT-CREPIN. — Communes des dép. de la Charente-In- 
férieure et des Hautes-Alpes. 

SAINT-CYBARD. — Communes des dép. de la Gironde et 
de la Charente. 

SAINT-CYR. — Communes des dép. de l'Ardèehe, de la 
Haute-Vienne, de la Manche, du Jura. Cyr vient du grec 
Kurios, seigneur. De là viennent les mots sieur et mon- 
sieur. 

SAINT-DENIS. — Communes des dép. des Deux-Sèvres, de 
l'Yonne, de la Lozère et du Gard. 

SAINT-DIZIER. — Communes des dép. de la Haute-Marne, 
de Drôme, de la Creuse. 

SAINT-ELOY. — Communes des dép. du Pas-de-Calais, du 
Puy-de-Dôme, du Finistère, de la Corrèze. 

SAINT-ETIENNE.— Ville de la Loire, et communes des dép. 
de l'Oise, du Pas-de-Calais. 

SAINT-EUSTACHE. — Communes des dép. de la Haute-Sa- 
voie et de la Seine-Inférieure. 

SAINT-FELIX. — Communes des dép. de la Charente-Infé- 
rieure, de l'Oise, etc. 

SAINT-FORT. — Communes des dép. de la Mayenne et de la 
Charente. 

SAINT-FRANÇOIS. — Communes des dép. de la Moselle, et 
de la Savoie. 

SAINT-GELAIS. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. 
de Niort. 

SAINT-GEMME. — Sainte-Gemme, communes des dép. du 
Cher, du Gers, de la Gironde, etc. 

SAINT-GEORGES. — Communes des dép. du Cantal, du 
Gers, du Doubs, de l'Yonne, de la Normandie. 



[ 540 ] 

SAINT-GERMAIN. — Communes des dép. de l'Ardèehe, de 

la Haute-Saône, de la Savoie, etc. 
SAINT-HILAIRE.— Communes de Bretagne, de Normandie, 

du Limousin, de Champagne, etc. 
SAINT-JACQUES. — Communes des dép. du Calvados, des 

Hautes-Alpes, etc. 
SAINT-JEAN, — Communes de Bretagne, de Normandie, 

de Picardie, du Périgord, etc. 
SAINT-JORRE. — Commune du dép. de la Manche, arr. de 

Coutances. 
SAINT-JOSEPH. — Communes des dép. de la Loire, de la 

Loire-Inférieure, du Rhône et de l'Isère. 
SAINT-JULIEN. — Communes des dép. des Basses- Alpes, 

de la Côte-d'Or, des Vosges, etc. 
SAINT-JUST.— Communes des dép. de la Charente, du Cher, 

de la Dordogne, de l'Ain, etc. 
SAINT-LAUD. — Bourg de l'Anjou, diocèse d'Angers. 
SAINT-LAURENT. — Communes de la Champagne, de l'Or- 
léanais, de la Charente. 
SAINT-LEGER. — Com. des dép. des Alpes-Maritimes, de 

la Charente, des Hautes-Alpes, d'Ille-et-Vilaine, etc. 
SAINT-LEONARD.— Ville de la Haute-Vienne et com. dans 

les dép. de la Vienne, des Vosges, de la Seine-Inférieure. 
SAINT-LO. — Ville de la Manche. 
SAINT-LOUIS. — Seigneurie de Bretagne, et communes dans 

le Périgord, la Guienne et le Languedoc. 
SAINT-LUC. — Commune du dép. de l'Eure, arr. d'Evreux. 
SAINT-LUÇON. — Ville du Poitou, dép. de la Vendée, à 6 

lieues de Fontenay. 
SAINT-MAIXENT. — Communes des dép. des Deux-Sèvres, 

et de la Sarthe. 
SAINT-MALO. — Ville du dép. d 'Ille-et-Vilaine, et com. 

du dép. de la Nièvre, arr. de Cosne. 
SAINT-MARC. — Com. des dép. des Bouches-du-Rhône, du 

Finistère et du Cantal. 
SAINT-MARCEL. — Communes des dép. de l'Ain, des Ar- 
dennes, de l'Aude, etc. 



[ 541 ] 

SAINT-MARIN. — Commune du dép. de l'Aveyron, canton 
de Villeneuve. 

SAINT-MARS. — Commune du dép. de Seine-et-Marne, arr. 
de Coulommiers. 

SAINT-MARTIN. — Corn, des dép. du Gers, de la Haute- 
Marne, du Morbihan, du Nord, de l'Yonne, etc. 

SAINT-MAURICE. — Communes des dép. de la Charente, 
de la Creuse, des Hautes-Alpes, etc. 

SAINT-MEDARD. — Communes des dép. de la Charente- 
Inférieure, de la Creuse, etc. 

SAINT-MICHEL. — Commune des dép. des Basses-Alpes, des 
Basses-Pyrénées, du Gers, etc. 

SAINT-NICOLAS. — Communes des dép. du Morbihan, du 
Pas-de-Calais, etc. 

SAINT-OLIVE. — Sainte-Olive, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Trévoux. 

SAINT-OMER. — Ville du Pas-de-Calais, et commune du 
Calvados. 

SAINTON. — De Santans, commune du Jura, arr. de Dole. 

SAINTONGE. — De Santenoge, commune de la Haute-Marne, 
ar. de Langres. Saintonge, ancienne province de France, 
divisée en deux par la Charente. 

SAINT-ORENS. — Com. des dép. du Gers et de la Haute- 
Garonne. 

SAINT-OURS. — Communes des dép. du Puy-de-Dôme et de 
la Savoie. 

SAINT-PAIR. — Commune du Calvados, arr. de Caën. 

SAINT-PAUL. — Com. des dép. de la Gironde, des Alpes- 
Maritimes, des Vosges, etc. 

SAINT-PERE.— Com. des dép. d'Ille-et-Vilaine, du Loiret, 
de l'Yonne, etc. 

SAINT-PIERRE. — Communes dans presque tous les dépar- 
tements de France. 

SAINT-QUENTIN. — Ville du dép .de l'Aisne, et communes 
dans les dép. de la Charente, de l'Ariège, etc. 

SAINT-REMI.— Communes des dép. de l'Ain, de l'Aube, du 
Calvados, etc. 



[ 542 ] 

SAINT-RENAUD. — Commune du dép. du Finistère, arr. 

de Brest. 
SAINT-ROCH. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 

Tours. 
SAINT-ROMAIN. — Communes des dép. de la Vienne, de 

la Charente, de la Côte-d'Or. 
SAINT-ROME. — Communes des dép. de l'Aveyron, de la 

Lozère et de la Haute-Garonne. 
SAINT-SAUVEUR. — Communes des Hautes-Alpes, de la 

Haute-Saône, du Puy-de-Dôme, de l'Oise, de la Gironde. 
SAINT-SAUVIN.— St-Savin, communes de la Gironde, des 

Hautes-Pyrénées et de l'Isère. 
SAINT-SEVERE. — Communes de la Charente et de l'Indre. 
SAINT-SEYNE. — Com. de la Côte-d'Or et de la Nièvre. 
SAINT-SIMON.— Communes de l'Aisne, du Cantal, de la 

Charente et du Lot. 
SAINT-SOLEN. — Commune des Côtes-du-Nord, arr. de 

Dinan. Solin, rez-de-ehaussée. 
SAINT-SURIN. — Commune du dép. de la Charente, arr. de 

Cognac. 
SAINT-THOMAS. — Communes des dép. de la Drôme, de 

la Marne et de la Haute-Garonne. 
SAINT- VALLIER.— Communes de la Charente, de la Haute- 
Marne, de Saône-et-Loire et des Vosges, 
SAINT-VENANT. — Commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Béthune. 
SAINT- VICTOR. — Communes des dép. de TArdèche, de 

l'Allier, du Cantal, de la Creuse. 
SAINT- VINCENT. — Communes des dép. du Puy-de-Dôme, 

de la Haute-Loire, du Cantal. 
SAINT- YVES. — Com. du dép. de la Charente-Inférieure, 

arr. de Rochefort. 
SAINTE-FOY. — Communes des dép. de la Haute-Garonne, 

des Landes, de la Gironde, du Ehône. 
SAINTE-HELENE. — Communes des dép .des Vosges, de la 

Savoie, du Morbihan, 



[ 543 ] 

SAINTE-MARIE. — Communes des dép. des Ardennes, du 

Cantal, de la Charente, du Gers, des Hautes-Alpes. 
SAINTE-MARTHE. — Communes des dép. de l'Eure, et de 

Lot-et-Garonne. 
SAJOT. — De Saugeot, commune du dép. du Jura, arr. de 

St-Claude. 
SALABERRY. — De Salbris, bourg du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Romorantin. Dérive de sala, salle, palais, pièce 

carrée. 
SALAIN. — Commune du dép. du Cantal, canton de Mau- 
riac. Salin, grenier à sel, impôt sur le sel. 
SALARDENNE. — Sallartaine, en Vendée, à 3 lieues de la 

Garnache. Dérive du grec aulè, cour, salle, palais. 
SALE. — Salers, commune du Cantal, arr. de Mauriac. Salé, 

saturé de sel, chair de porc salé. 
SALES. — Communes des dép. de la Drôme, de la Gironde, 

de la Loire, etc. Sales, chambre, salade, casque, pièce 

d'une maison. 
SALEUR. — De Saleux, commune du dép. de la Somme, arr. 

d'Amiens. Saleur, embaumeur, saloir. 
SALIER. — Salies, commune du dép. du Tarn, arr. d'Albi. 

Salier, salière, salaire. 
SALIGOT. — Saligos, commune des Hautes-Pyrénées, arr 

d'Argelès. Saligot, carniole, châtaigne d'eau, truffe de 

marais, saloir, salaison. 
SALIOT. — De Salies, communes des Basses-Pyrénées et de 

la Haute-Garonne. 
SALLEZ. — De Salers, commune du dép. du Cantal, arr. de 

Mauriac. 
SALLIEN. — De Sallen, commune du Calvados, arr. de 

Bayeux. Salien, peuple de la Basse- Allemagne, d'où le 

nom de salique, la loi salique. 
SALMON. — Commune du dép. de la Lozère, canton de la 

Canourgue. Salmon, saumon. 
SALMONAYE. — De Samonac, commune du dép. de la Gi- 
ronde, arr. de Blaye. Salmonée, nom d'homme. 



[ 544 ] 

SALOIS, SALOU. — De Sallouel, commune du dép. de l'Ain, 
arr. de Nantua. Saloir, salouer, lardier, qui sert pour la 
salaison. 
SAMAIN. — Saman, commune de la Haute-Garonne, arr. 

de St-Gaudens. Samin, de velours de soie. 
SAMAZIN. — De Samazan, commune du dép. de Lot-et- 
Garonne, arr. de Marmande. Samadan, sorte d'étoffe 
orientale. 
SAMINGOA. — De Samognat, commune du dép. de l'Ain, 

arr. de Nantua. De samin, fine étoffe de soie. 
SAMSON. — Commune du dép. du Doubs, arr. de Besançon, 

Samson, nom d'homme. 
SANCERRE. — Ville du dép. du Cher. Sancerre, arquebuse, 

pistolet de Sancerre. 
SANCHE. — De Sancheville, commune du dép. d 'Eure-et- 
Loir, arr. de Châteaudun. Sanche, double six au jeu de 
dés. 
SANCOURT. — Communes des dép. de l'Eure, du Nord et 

de la Somme. 
SANDERS. — Sendets, communes de la Gironde et des Basses- 
Pyrénées. 
SANDRILLE. — De Sandarville, commune du dép. d'Eure- 
et-Loir, arr. de Chartres. 
SANGUINE. — De Sainghin, commune du dép. du Nord, arr. 
de Lille. Sanguine, étoffe de couleur rouge, peroxyde de 
fer. 
SANGUINET. — Commune du dép. des Landes, arr. de 

Mont-de-Marsan. Sanguiner, ensanglanter. 
SANIN. — De Senan, commune du dép. de l'Yonne, arr. de 

Joigny. 
SANSARD. — De Sansa, commune des Pyrénées-Orientales, 

arr. de Prades. 
SANSCARTIER. — De Quartier, commune du dép, du Puy- 
de-Dôme, arr. de Riom. 
SANSCHAGRIN. — De Chahains, commune du dép. de 
l'Orne, arr. d'Alençon, 



[ 545 ] 

SANSCRAINTE. — De Grain, commune du dép. de l'Yonne, 

arr. d'Auxerre. 
SANSFAÇON. — De Sansan, commune du dép. du Gers, arr. 

d'Auch. 
SANSOUCY. — Localité dans le dép. de l'Indre, et bois dans 

le dép. du Gher, près de St-Germain-sur-Aubois. 
SANSPERIL. — De Peyrilles, commune du dép. de Lot, arr. 

de Gourdon. 
SANSPEUR. — De Pers, communes des dép. du Cantal et 

du Loiret. 
SANSPITIÉ.— De Pithiviers, ville du Loiret. 
SANSREGRET. — De Regat, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Pamiers. 
SANTENNE. — De Sentein, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de St-Girons. Santeine, santonine. 
SANTERRE. — Pays de Picardie, dont Péronne était la 

capitale, compris dans le dép. de la Somme. 
SANTIER. — Commune dans le Bas-Vendômois, du ressort 

de Baugé. Sentier, valet de ville. 
SANTILLY. — Communes des dép. d'Eure-et-Loir et de 

Saône-et-Loire. 
SANTOIRE. — De Sauterre, lieu dans le Puy-de-Dôme, com. 

de Mangat. Centoire, centaurée, herbe du centaure. 
SAPIN. — De Sapin-Vert, dans le dép. du Nord, commune 

de Wattrelos. Sapin, qui est de sapin. 
SAPPER. — Sappey, commune du dép. de l'Isère, canton de 

Grenoble. Saper, abattre avec la pioche. 
SARAIL. — D 'Arraye, commune de Meurthe-et-Moselle, arr. 

de Nancy. Sarail, sérail. 
SARAZIN. — De Sérézin, commune du dép. de l'Isère, arr. 

de la Tour-de-Pin. Sarazin, turc, pays des Sarrasins, 

Orient, nom de bœuf, ouvrier typographe non syndiqué, 

mécréant, romain. Ce mot vient de l'arabe Scharaka, 

qui signifie se lève, en parlant du soleil, comme si on 

disait les Orientaux. 



[ 546 ] 

SARAU, SARAUD. — De Sare, commune des Basses-Pyré- 
nées, arr. de Bayonne. Saraux, gardien, garant. 

SARCELLIER. — D 'Argelliers, commune du dép. de l'Hé- 
rault, arr. de Montpellier. De sarcel, sarcloir, serpe. 

SARGEAUX. — De Sarzeau, commune du Morbihan, arr. de 
Vannes. 

SARGNAT. — De Sagnat, commune du dép. de la Creuse^ 
arr. de Guéret. 

SARINDA. — D'Arandas, commune du dép. de l'Ain, arr. 
de Belley. Sarin, herbe aquatique. 

SARON, SARRON. — Commune du dép. de l'Oise, arr. de 
Clermont. 

SARRÉ. — Sarrey, commune du dép. de la Haute-Marne, arr. 
de Langres. 

SARRERE. — De Serrières, commune du dép. de l'Ardèche^ 
arr. de Tournon. 

SARRAUD, SARROT. — Sarreau, seigneurie de Bretagne, 
érigée en 1668 pour De Harouis. Sarrau, rochet, traître, 
sournois. 

SASSEVILLE. — Commune du dép. de la Seine-Inférieure, 
arr. d'Yvetot. De sasse, pelle creuse qui sert à jeter 
l'eau hors des embarcations. 

SATIS. — De Saulty, commune du Pas-de-Calais, arr. de 
Saint-Pol-sur-Temoise. Satis, mot latin, qui signifie 
assez. 

SAUBRAGES. — De Saubrigues, com. du dép. des Landes, 
arr. de Dax. 

SAUCIER. — De Saucy, commune de la Côte-d'Or, arr. de 
Dijon. Saucier, saucière, celui qui compose des sauces. 

SAUCOURT. — Commune de la Haute-Marne, arr. de Wassy. 
De saut, assaut. 

SAUGEON. — Commune de la Charente-Inférieure, arr. de 
Saintes, sur la Sandre. 

SAUGXJENÉ. — De Seigné, commune de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de St-Jean d'Angély. Saugrener, assaisonner. 
SAULGER. — Saulgé, commune du dép. de la Vienne, arr. 



[ 547 ] 

de Montmorillou. Saulier, saulière, lieu planté de saules. 

Vient de saul, soleil. 
SAULIEUR, SAULIEUX. — Saulieu, commune de la Côte- 

d'Or, arr. de Semur. Solier, étage, logement, plancher. 
SAULQUIN. — De Saultain, commune du dép. du Nord, arr. 

de Valenciennes. De socque, sandale. 
SAULTON. — De Sautron, commune de la Loire-Inférieure, 

arr. de Nantes. 
SAUMUR. — Ville de l'Anjou, sur la Loire. Saiimur, sau- 
mure. 
SAUNIER. — De Saunière, commune du dép. de la Creuse, 

arr. de Guéret. Saunier, marchand de sel. 
SAUPIN. — De Saponay, commune du dép. de l'Aisne, arr. 

de Château-Thierry. Saupin, vient de saiipe, poisson de 

mer. 
SAURE. — Sore, commune du dép. des Landes, arr. de Mont- 
de-Marsan. Saure, sorte de filet, couleur jaune tirant sur 

le brun. 
SAUREAU. — De Saurat, commune du dép. de l'Ariège, arr. 

de Foix. 
SAUREL. — Commune du dép. de la Somme, arr. d'Abbe- 

ile. Saurel, espèce de maquereau. 
SAUROY. — Seigneurie de Bretagne. 
SAUSSIER. — V. Saucier. 
SAUSSIJOT. — De Saulge, commune du dép. de la Mayenne, 

ar. de Laval. Saussis, saumure. 
SAUTIER. — De Saulty, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

St-Pol-sur-Ternoise. Sautier, psautier, les sept psaumes 

de la pénitence. 
SAUVAGE. — Commune du dép. de la Haute-Marne, arr. de 

Wassy. Sauvage, solitaire, non civilisé, farouche, fou, 

étrange, non apprivoisé. 
SAUVAGEAU. — Des Sauvages, commune du dép. du Rhône, 

arr. de Villefranche. Sauvageau, sauvageon, arbre non 

grefïé. 
SAUVALLE. — Com. du dép. du Cantal, arr. de Mauriac. 



[ 548 ] 

SAUVE. — De Sauzé, commune du dép. des Deux-Sèvres, 

arr. de Melle. Sauvé, qui sauve. 
SAUVEUR. — De Savères, commune de la Haute-Garonne, 

arr. de Muret, Sauveur, qui sauve, celui qui sauve les 

marchandises perdues en mer, 
SAUVIAT. — Communes des dép de la Haute-Vienne et du 

Puy-de-Dôme. 
SAUVIN. — De Savins, commune du dép. de Seine-et-Marne, 

arr. de Provins. 
SAUVIOT. — De Savy, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

St-Pol-sur-Ternoise. 
SAVANOIS. — De Savènes, commune du dép. de Tarn-et- 

Garonne, arr. de Castelsarrasin. 
SAVARD. — De Savas, commune du dép. de l'Ardèche, arr. 

de Tournon. Savart, friche, ruine, savor, sauce, assai- 
sonnement. 
SAVARY. — Ville du Haut-Languedoc, près de Saint-Papoul. 

Savori, savonneux, 
SA VARIA. — De Soveria, commune du dép, de la Corse, arr. 

de Coste. 
SAVARRIAU. — De Savarrière, seigneurie de Bretagne, éri- 
gée en 1600 pour De Besné. De savoure, lest. 
SAVIGNAC, SAVIGNIAC. — Com. des dép. de l'Ariège, de 

rAveyron, de la Gironde, de Lot-et-Garonne. 
SA VIGNY. — Communes des dép. de la Manche, des Vosges, 

de l'Yonne, de la Vienne, etc. 
SAVIN. — V. Sauvin. Savin, nom d'homme. 
SAVIAT.— V. Sauviat. 
SAVOIE, SAVOYE. — De Sauvoy, commune du dép. de la 

Meuse, arr. de Commercy. 
SAVOYARD. — De Savoyeux, commune de la Haute-Saône, 

arr. de Gray. Savoyard, qui est de la Savoie. 
SAX. — D 'Ax-les-Thermes, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de Foix. Saxe, pierre, rocher. 
SA YEN, SCAYEN. — D'Escalans, commune des Landes, 

arr. de Mont-de-Marsan. Sayen, droit levé sur la rivière 

de Maynes. 



[ 549 ] 

SAYER. — De Sçaër, commune du Finistère, arr. de Quim- 
perlé. Saîer, essayer, goûter. 

SCABIET. — D'Eseobègues, commune du dép. du Nord, arr. 
de Lille. Dérive de scabellum, escabeau ou de scabies, 
gale. 

SCAYANIS. — D'Escaunets, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. 

SCELEUR. — De Scellières, commune du Jura, arr. de Lons- 
le-Saunier. Scelleur, celui qui appose les sceaux aux sen- 
tences et contrats. 

SCHAPPERT. — De Schopperten, commune du dép. du Bas- 
Rhin, arr. de Savesne. Chape, couvert d'une chape. 

SCHERET. — Schéretz, ville de la Valachie. 

SCHMID. — Semide, dans les Ardennes, arr. de Youziers. 

SCIPION. — Des Sept-Ponts, dans le dép. du Lot, com. du 
Montât. Scipion, tulipe rouge vif et jaune blanchissant. 

SCITOLEUR. — De la Sitole, dans la Gascogne, près de 
Tarbes. Dérive de sittel, flèche. 

SEBILLE. — De Sibiville, commune du Pas-de-Calais, arr. 
de St-Pol. Sibille, petit vaisseau de bois en forme sphé- 
rique. 

SECART. — Séquehart, commune du dép. de l'Aisne, arr. de 
St-Quentin. Sécart, stérile, sec. 

SECHERET. — De Seicheprey, commune du dép. de Meurthe- 
et-Moselle, arr. de Toul. Dérive du grec sikchos, mince, 
menu. 

SEDILOT. — De Sedeilhae, commune de la Haute-Garonne, 
arr. de Saint-Gaudens. Vient de sédil, siège. 

SEGLAS. — Segalas, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 
Tarbes. 

SEGNE. — Seigné, commune du dép. de la Charente-Infé- 
rieure, canton d'Aunay. Segné, signalé. 

SEGUENOT. — Des Ségonnaux, dans le dép. des Bouches- 
du-Rhône, canton d'Arles. 

SEGUIN. — De Piiisseguin, commune du. dép. de la Gironde, 
ar. de Libourne. 



[ 550 ] 

SEGUY. — De Ségy, commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. 

de Blois. 
SEIGNEUR. — Village dans le Rouergue. Seigneur, gens de 

robe, aîné des enfants, mari, père, beau-père, professeur, 

propriétaire, vassal, chef de voleurs. 
SEIGNEURET.— De Signoret, lieu dans le dép. des Bouehes- 

du-Rhône. Seignorer, dominer. 
SEIZE. — De Seix, commune du dép .de l'Ariège, arr. de 

Saint-Girons. Seys, sciure. 
SEIZEVILLE. — Sierville, commune de la Seine-Inférieure, 

arr. de Rouen. 
SE JEL. — De Seilh, commune de la Haute-Garonne, arr. de 

Toulouse. 
SEJOURNE. — De Sigournais, commune de la Vendée, arr. 
de La Roche-sur-Yon. Sijourné, frais, dispos, reposé, re- 
pos, halte. 
SEL. — Commune du dép. d'Ille-et-Vilaine, arr. de Redon. 

Sel, sceau, chlorure de sodium. 
SELLE. — Commune du dép. de Loir-et-Cher, arr. de Romo- 

rantin. Sele, escabeau. 
BELOZ. — De Soulosse, commune du dép. des Vosges, arr. 

de Neufchâteau. De selons, soleil. 
SEMSGRAIN. — De Samaran, commune du dép. du Gers, 

arr de Masseube. 
SEMEUR. — De Samer, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Boulogne. Semeur, qui sème, semoir, ce qu'on peut ense- 
mencer. 
SEMIOT. — De Semilly, commune de la Haute-Marne, arr. 

de Chaumont. 
SEMPER. — De Sempesserre, commune du dép. du Gers, 

arr. de Lectoure. Semper, mot latin qui signifie toujours. 
SEMITH. — V. Semid. 
SEMUR. — Ville de la Côte-d'Or, et commune du dép. de la 

Sarthe. 
SENÂRD. — Commune du dép. de la Meuse, arr. de Bar-le- 

Duc. 



[ 551 ] 

SENAT. — Sénas, commune des Bouches-du-Rhône, arr. 

d'Arles. Sénat, assemblée des plus notables habitants 

d'une république, lieu oiî se tient l'assemblée. 
SENCERE. — V. Saneerre. 
SENE. — Commune du Morbihan, arr. de Vannes. Séné, 

plante purgative, sensé, sage, bien avisé, prudent, sain. 
SENEGAL. — De Seneca, commune du dép. de la Corse, arr. 

de Bastia. Sénécal, sénéchal. 
SENECHAL. — De Sénéchas, commune du dép. du Gard, 

arr. d'Alais. Sénéchal, officier de robe, maître d'hôtel. 

Ce mot vient de senex, vieux et de caballos, chevalier. 
SENELÉ. — Seignelay, commune du dép. de l'Yonne, arr. 

d'Auxerre. Sénelée, haie de snelles, d'aubépines. 
SENEZ. — Commune du dép. des Basses-Alpes, arr. de Cas- 

tellane, Senez, sénat. 
SENEZERGUES. — Commune du dép. du Cantal, arr. d 'Au- 

rillac. 
SENNECY. — Sennecey, ville du dép. de la Côte-d'Or, can- 
ton de Dijon. De senne, synode, assemblée. 
SENNETERRE. — Commune du Puy-de-Dôme, arr. d'Is- 

soire. Senneterre, corruption de St-Nectaire. 
SENNEVILLE. — Commune du dép. de la Seine-Inférieure, 

arr. d'Yvetot. 
SENSARD. — De Sensat, dans le Bourbonnais, diocèse d'Au- 

tun. 
SENTENNE. — De Sentein, commune du dép. de l'Ariège, 

arr. de St-Girons. Sentene, terme de commerce de fil. 

endroit par où l'on commence à dévider un écheveau, 

sauterie, barque pour le sel et les voyageurs. 
SENTIER. — Commune du dép. de l'Indre-et-Loire, arr. de 

Tours. Sentier, senteur, route étroite, direction rurale. 
SEQUENARD. — De Sequehart, commune du dép. de l'Aisne, 

arr. de St-Quentin. De seque, archives. 
SER. — Serre, commune du dép. du Doubs, arr. de Besançon. 

Ser, serf, serre, petit insecte, petit lait. 
SERAIN. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de St-Quen- 
tin. Serain, soir, fraîcheur, serein. 



[ 552 ] 

SERÂND. — Communes des dép. de l'Oise et de l'Orne. 
Serane, peigne à lin et à chanvre, aiguillon du pore-épic. 

SERAT. — Commune dans le Bazadois, diocèse de Bazas. 
Serat, lait écrémé et aigre, fromage, lait bouilli avec ail 
et ciboule. 

SERCELLIER. — V. Sarcellier. Sercelier, fabricant de cer- 
cles, tonnelier. 

SERÉ, SERET. — Serée, commune des Basses-Pyrénées, can- 
ton de Montaner, et seigneurie de Flandre. Serée, soi- 
rée, sage, sensé, prudent. Seret, petit fromage fait du 
lait caillé qui reste dans la chaudière après la fabrica- 
tion du grand fromage. 

SERGE. — Bourg du dép. d'Eure-et-Loir, canton de Nogent. 
Serge, étoffe de laine. 

SERGEÂNT, SERGENT. — De Sérent, commune du Mor- 
bihan, arr .de Ploërmel. Sergent, serviteur, fantassin 
mercenaire, écuyer, bas officier de justice. 

SERGERIE. — Bourg de la Champagne, dans le diocèse de 
Sens. Sergerie, manufacture et commerce des serges, 
communauté de drapiers et de sergiers. 

SERIEN. — Sérian, commune du dép. du Gers, canton de 
• Marciac. De séri, serein, calme. 

SERIGNY. — Communes des dép. de la Vienne et de l'Orne. 

SERIN. — V. Serain. Serin, axonge ou graisse attachée à la 
laine des moutons. 

SERINDAC. — De Serenac, commune du dép. du Tarn, arr. 
d'Albi. Dérive du grec seiren, sirène. 

SERMINAC. — De Germignac, commune de la Charente- 
Inférieure, arr. de Jonzac. 

SERMONVILLE. — Seigneurie érigée pour De Nicolaï. 

SERQUELLE. — De Serruelles, commune du dép. du Cher, 
arr. de St-Amand-Mont-Rond. De serqueller, passer au 
tamis. 

SERRAIN. — Commune du dép. d'Indre-et-Loire, arr. de 
Tours. Serran, poisson qui ressemble à la perche de mer, 
mais plus petit, oiseau. 



[ 553 ] 

SERRE. — Commune du dép. du Doubs, arr. de Besançon. 

Serre, serrure, scie. Dérive du gallois serra, montagne, 

colline, serre. 
SERREAU. — De Seurre, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Baume. De sere, scie, serrure. 
SERRE. — Seigneurie de Bourgogne, érigée en 1522 pour 

de Drée. Serré, clos, voisin particulier, serré par la dou- 
leur. 
SERRIAU. — De Serris, commune du dép. de Seine-et-Marne, 

arr. de Meaux. De serrier, serrurier. 
SERRURIER. — De Serrières, commune du dép. de l'Ar- 

dèche, arr. de Tournon. Serrurier, artisan qui travaille 

en fer, et en fabrique des serrures, ce qui sert aux clô- 
tures et aux bâtiments. 
SERRAC. — De Sergeac, commune de la Dordogne, arr. de 

Sarlat. V. Servais. 
SERVAIS. — Commune du dép. de l'Aisne, arr. de Laon. 

Vient de serve, huche, boutique, réservoir à poisson, vi- 
vier, sauge. 
SERVANT. — Commune du dép. du Puy-de-Dôme, arr. de 

Riom. Servant, serviteur, convers. 
SERVIAN. — Commune du dép. de l'Hérault, arr. de Béziers.. 

De servial, servile. 
SERVIGNY. — Commune du dép. de la Manche, arr. de Cou- 

tances. De servie, esclavage. 
SETO. — De Setques, commune du Pas-de-Calais, arr. de St- 

Omer. Vient de sete, loutre. 
SEURRAT. — De Serra, commune du dép. de la Corse, arr. 

de Sartène. Seurat, sureau employé pour faire l'encre et 

le vinaigre. 
SEVESTRE. — Du Séquestre, commune du dép. du Tarn, arr. 

d'Albi. Vient de sève, jus, sauce. 
SEVIGNY. — Commune du dép. de l'Orne, arr. d'Argentan. 

De sevil, haie. 
SEVIN. — De Servin, commune du Pas-de-Calais, arr. de 

Béthune. Seigneurie de Bretagne, érigée en 1580 pour 

Boutier. Seven, avenant. 



[ 554 ] 

SEYNETTE, — De Senneville, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. d'Yvetot. Seinette, petite seine. 

SHEHYN. — De Seyne, ville des Basses-Alpes, en Provence. 
Shehyn, chêne. 

SHINK. —V. Chinque. 

SIBIRON. — De Tibiran, commune du dép. des Hautes-Py- 
rénées, arr. de Bagnères. 

SICARD. — De Séqueliart, commune du dép. de l'Aisne, arr, 
de Saint-Quentin. Dérive du latin sicarius, poignard. 

SIGATEAU. — De Sicaudais, lieu de la Loire-Inférieure, 
dans la commune d'Arthon. 

SICOTTE. — De Cercotte, commune du Loiret, arr. d'Or- 
léans, et commune du dép. du Gers, arr. de Mirande. 
Sicot, souche. 

SIGLE. — De Signes, commune du dép .du Var, arr. de Tou- 
lon. Sigle, sorte de navire, siècle, vie, lettres initiales 
chez les Romains, S. P. Q. R. Senatus populusque roma- 
nus. 

SIGLER. — De Signer, commune du dép. de l'Ariège, arr. 
de Foix. Sigler, cingler, faire voile, indiquer, préciser. 

SIGNAY. — De Cigné, commune du dép. de la Mayenne, 
canton d'Ambrières, Signet, marquer de sa signature. 

SIGNY, SINY. — Communes des dép. des Ardennes et de 
Seine-et-Marne. 

SIGOGNE. — Commune de la Charente, arr. de Cognac. 
Sigogne, cigogne. 

SIGONNIN. — De Séglien, commune du Morbihan, arr. de 
Pontivy. 

SILLERY. — Bourg du dép. de la Marne, sur la Vesle, érigé 
en marquisat en 1631 en faveur de Brûlart. 

SILVA. — Ville du Portugal, dans l'Algarve. Silva, forêt. 

SILVAIN. — V. Sylvain. Silvain, dieu de la fable, qui prési- 
dait aux forêts, aux champs et au bétail. 

SIMAILLARD. — De Sémillac, com. de la Charente-Infé- 
rieure, arr. de Jonzac. 

SIMARD. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 
Louhans. Simarre, habit, robe. 



[ 555 ] 

SIMBLE. — De Singles, commune du dép. de la Corrèze, arr. 

d'Issoire. Simble, fleur de farine, pain, gâteau de fleur 

dfi farine. 
SIMBLIN. — De Sambin, commune du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Blois. 
SIMSON. — De Saméon, commune du dép. du Nord, arr. de 

Douai. Siméon, nom d'homme, signifie forestier. 
SIMIOT. — De Semmy, commune du dép. des Ardennes, arr. 

de Vouziers. 
SIMON. — Commune du dép. de la Vendée, arr. de Fonte- 

nay-le-Comte. Simon, simoniaque, obéissant. 
SIMONIN. — De Semondans, commune du dép. du Doubs, 

arr. de Montbéliard. 
SIMONNE AU. — De Semons, commune du dép. de l'Isère, 

arr. de Vienne. 
SIMONNET. — De Saunay, commune d'Indre-et-Loire, arr. 

de Tours. Simonnet, pain de fleur de farine, cuit deux 

fois, que l'on mangeait surtout en carême. Simonneur 

veut dire trompeur, escroc. Simonie, trafic des choses 

spirituelles pour de l'argent. 
SINAI. — De Senailly, commune du dép. de la Côte-d'Or, arr. 

de Semur. Sinaï, montagne de l'Arabie Pétrée. 
SINCENNES. — V. Saint-Cène. 

SINCERNY. — De Saint-Cerny, commune du Périgord, dio- 
cèse de Sarlat. 
SINCLAIR. — V. Saint-Clair. 
SINDON. — V. Saindon. Sindon, linceul qui couvrait tout 

le corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 
SINGELAIS. — V. Saint-Gelais. Singelais, petit singe. 
SINJORE. — V. Saint-Jorre. 
SIONNEAU. — Seigneurie du dép. des Vosges. Sionneau, de 

Sion, baguette, petite branche. 
SIRCEY. — De Sercy, commune du dép. de Saône-et-Loire, 

arr. de Chalon-sur-Saône. Circée, herbes vivaces qui 

poussent dans les bois. 
SIRE. — Cires, commune du dép. de l'Oise, arr. de Senlis. 

Sire, seigneur. 



[ 556 ] 

SIRENDE. ^- De Siran, commune du dép. du Cantal, arr. 

d'Aurillae. 
SIBET. — Sireix, commune des Hautes-Pyrénées, arr. d'Ar- 

gelès. Siret, dim. de sire, seigneur. 
SIROIS. — De Siros, commune des Basses-Pyrénées, canton 

de Lescar, arr. de Pau. Siroest, sud-ouest. 
SIVADIER. — De Civaux, commune du dép. de la Vienne. 

Civadière, mesure de grains en Provence. Sivade, avoine, 

et civade, crevette. 
SIVET. — De Givet, commune du dép. des Ardennes, arr. de 

Rocroi. Sivet, civet, ragoût de lièvre. 
SIVIER. — De Civières, commune du dép. de l'Eure, arr. des 

Andelys. De sive, crible. 
SIVRAC. — Civrac, commune de la Gironde, arr. de Blaye. 
SIVRE. — De Chivres, commune de la Côte-d'Or, arr. de 

Beaune. Sivre, hibou cornu, duc, suivre. 
SMIL, SMILE. — Semile, bourg de la Champagne, diocèse 

de Reims. Smille, marteau pour piquer les grès et les 

moellons. 
SOCIER. — De Sosx, commune du dép. du Nord, arr. de 

Dunkerque. Socier, faire société avec quelqu'un. 
SOHIER. — De Sogny, commune du dép. de la Marne, arr, 

de Vitry-le-François. Soguier, chandelier. 
SOIRON. — De Couëron, commune de la Loire-Inférieure, 

arr. de St-Nazaire. 
SOL. — Solles, bourg du Bourbonnais, diocèse de Clermont. 

Sol, en bas breton, signifie semelle, dans le langage de 

Cornouailles, soc de charrue, en irlandais, œuil, dans 

le gallo-roman, sol, plancher, dans le vieux français, sol, 

monnaie, et dans le patois, aire à battre le blé. 
SOLERE. — De Solers, commune du dép. de Seine-et-Marne, 

arr. de Melun. Solaire, vent du sud, après avoir soufflé 

de l'est, qui suit le soleil. 
SOLO. — De Soulles, commune du dép. de la Manche, arr. 

de Saint-Lô. Solo, morceau joué ou chanté par un seul 

artiste. 



[ 557 ] 

SOLY. — De SoUies, seigneurie de Normandie, érigée en 
1463 pour De la Fosse. Soli, pluriel de solo. 

SOMMELIER. — De Sommery, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. de Neufchâtel-en-Bray. Sommelier, officier 
chargé du transport des bagages, celui qui a charge du 
vin à la cour. 

SOMMEUREUX. — Sommereux, commune du dép. de l'Oise, 
arr. de Beauvais. Vient de somme, troupe, assemblée, 
quantité. 

SONIER. — De Sommières, commune du dép. du Gard, arr. 
de Nîmes. De saon, tronçon d'une chose coupée. 

SONNET. — De Sonneville, commune du dép. de la Charente, 
arr. d'Angoulème. Sonnet, chant, poésie de quatorze 
vers. 

SORBE. — Sorbets, commune du dép. des Landes, canton de 
Geaune. Sorber, engloutir. 

SORDELIER. — D 'Ardillières, commune de la Charente- 
Inférieure, arr. de Rochefort. De sorder, souiller. 

SORE. — Commune du dép. des Landes, arr. de Mont-de- 
Marsan. Sor, raisin sûr. 

SOREAU. — Commune de la Champagne, diocèse de Reims 
et seigneurie de Bretagne. Soreau, roux, fauve, sorte de 
poire. 

SOREL. — Commune du dép. de la Somme, arr. d'Abbeville. 
Sorel, sorte de poire, un peu sor, tirant sur l'alezan. 

SORESTE. — De Sorèze, commune du dép. du Tarn, arr. de 
Castres. Soreste, dim. féminin de soret, saur, de couleur 
jaunâtre, roux, châtain. 

SORIEUL. — De Seriers, commune du dép. du Cantal, arr. 
de St-Flour. Soriel, cheval alezan. 

SORIN. — Soring, bourg de Picardie, diocèse d'Amiens. 
Soiin, celui qui pratique l'art de forer les harengs. 

SORLAD. — De Sournia, commune des Pyrénées-Orientales, 
arr. de Prades. 

SOT. — Sost, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de Ba- 
gnères-de-Bigorre. Sot, souche de bois, fou, grossier, 
sans jugement. 



[ 558 ] 

SOTHO. — Sauto, commune des Pyrénées-Orientales, arr. de 

Prades. Soto, antre, caverne, voûte, dans la langue des 

Basques. 
SOUART. — De Souastre, commune du Pas-de-Calais, arr. 

d'Arras. Vient de sou, graisse fondue, saindoux. 
SOUBES. — De Subies, com. du Calvados, arr. de Bayeux. 
SOUCHEREAU. — De Souchère, lieu dans le dép. de la 

Haute-Loire. De souchier, pousser des rejetons. 
SOUCHET. — De Souchez, commune du Pas-de-Calais, arr. 

d'Arras. Souchet, soc de charrue, socque, oiseau. 
SOUCY. — Communes des dép. de l'Yonne et de l'Aisne. 

Souci, ennui, chagrin, fleur. Soucis, mousseline de soie 

rayée qui vient des Indes. Dérive de succinum, ambre. 
SOUDRIET. — De Souday, commune de Loir-et-Cher, arr. de 

Vendôme. De soudre, souder. 
SOUET. — De Souès, commune des Hautes-Pyrénées, arr. de 

Tarbes. Souet, souhait. 
SOUGET. — Sougé, commune du dép. de l'Indre, arr. de 

Châteauroux. Souget, sujet. 
SOUHAIT. — De Souhès, commune des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Tarbes. Souhait, mouvement de la volonté vers 

un bien qu'on n'a pas. 
SOUHEE. — Souhez, dans la commune de Naintré, dép. de la 

Vienne. Souhé, souhait. 
SOUILLAS. — De Souillât, seigneurie du Bourbonnais. De 

souille, souillure 
SOULARD. — Soulaures, commune du dép. de la Dordogne. 

Solard, ivrogne. 
SOULEVENT. — De Souvans, commune du Jura, arr. de 

Dole. Vient de soûle, ballon de cuir pour jouer à la balle. 
SOULANGES. — Commune du dép. de. la Marne, arr. de 

Vitry-le-Franeois. Soulange, nom de femme. 
SOULIER. — Soulié, commune du dép. de l'Hérault, arr. de 

Saint-Pons. Soulier, étage, chambre haute. 
SOULIGNY. — Commune du dép. de l'Aube, arr. de Troye. 
SOUMANDE. — De Soumans, commune du dép. de la Creuse, 

arr. de Boussac. 



[ 559 ] 

SOUMBRUN. — De Sombrun, commune des Hautes-Pyrénées, 
arr. de Tarbes. De soubrun, brunâtre. 

SOUMILLIER. — Dj Sommervillier, commune du dép de 
Meurthe-et-Moselle, arr. de Lunéville. Soumillier, som- 
meiller. 

SOUMIS. — De Sommesnil, commune de la Seine-Inférieure, 
arr. d'Yvetot. Soumis, dépendant, humble, respectueux, 
sujet obéissant. 

SOUPIRANT. — D'Aspiran, com. du dép. de l'Hérault, arr. 
de Lodève. Soupirant, qui soupire, amoureux, amant. 

SOUFRAS. — De Souprosse, commune du dép. des Landes, 
arr. de St-Sever. De souper, manger, tremper. 

SOURDINE. — De Sourdun, commune du dép de Seine-et- 
Marne, arr. de Provins. Sourdine, épinette (piano) dont 
les cordes touchées par des pièces de bois recouvertes de 
drap rendaient un son sourd et mystérieux, son de la 
trompette. 

SOURIN. — Sourains, commune du dép. du Doubs, arr. de 
Baume-les-Dames. Sourain, un peu sourd. 

SOUSTE. — De Sousville, commune de l'Isère, arr. de Gre- 
noble. Soust, ville d'Allemagne, sur l'Asse. Souste, cor- 
dage, massue. 

SOUTIERS. — Commune du dép. des Deux-Sèvres, arr. de 
Parthenay. Vient de soute, abri. 

SOUVELIN. — De Souvans, commune du Jura, arr. de Dole. 

SOUVIGNY. — Commune du dép. de l'Allier, arr. de Mou- 
lins. 

SOUZANET. — De Souzay, commune du dép. de Maine-et- 
Loire, arr. de Saumur. 

SOVAL. — V. Sauvai. 

SOVET. — V. Sauvé. 

SOVIAT.— V. Sauviat. 

SOYER. — Soyers, commune du dép. de la Haute-Marne, 
arr. de Langres. Soyer, qui possède un bien en société 
avec d'autres, couper les blés avec la faucille. Soyé, 
cheville. 



[ 560 ] 

SOZET. — De Souzay, commune de Maine-et-Loire, arr. de 
Saumur. De sousester, être en dessous. 

SPÂURE. — D'Esparre, ville du pays de Médoc, en Guienne. 
Spare, poisson. 

SPELET. — D'Espelette, commune des Basses-Pyrénées, arr. 
de Bayonne. Spolier, fabricant de mors. 

SPENARD. — D'Espinas, commune du dép. de Tarn-et- 
Garonne, arr. de Montauban. D'espenne, épingle. 

SPERIEUX. — D 'Espereuse, dans la Beauce, diocèse de 
Blois. D'espéreux, d'espérance. 

SPERICE. — D'Espérausses, commune du dép. du Tarn, arr. 
de Castres. D 'aspérité, esprit, vie, âme. 

SPRINNE. — D 'esprinier, rejeton. 

SQUERRE. — D 'esquerre, rechercher. 

STEINGER. — De Stangier, seigneurie de Bretagne, érigée 
pour Bothon. Estangherre, repas, festin. 

STEIN. — De Steene, commune du dép. du Nord, arr. de 
Dunkerque. D'estainne, d'étain. 

STEINDRE. — D 'esteindre, éclipser, étouffer, mourir. 

STERE. — D'Esterre, commune des Hautes-Pyrénées, arr. 
d'Argelès. Star, rivière, astère, querelleur, violent. 

STENGELL. — De Saint- Angel, com. des dép. de l'Allier, 
de la Corrèze et du Puy-de-Dôme. 

STETIENNE.— De Stetten, commune du dép. du Haut-Rhin, 
arr. d'Altkirch. 

STEBRE. — De Steble, commune du dép. de la Haute-Loire. 

STHIGNY. — De Stigny, commune du dép. de l'Yonne, arr. 
de Tonnerre. 

STIL. — Still, commune du dép. du Bas-Rhin, arr. de Stras- 
bourg. Style, aiguillon, poinçon. Estile, métier, ordon- 
nance. 

STILET. — D 'Estialescq, commune des Basses-Pyrénées, 
canton de Lasseube. Stylat, petit poignard à lame trian- 
gulaire. 

STILSON. — D'Estissac, commune du dép. de l'Aube, arr. 
de Troyes, 



[ 561 ] 

STROPPIANA. — Village du Piémont, arr. de Verceil. 
SUAIRE. — De Suèvres, commune du dép. de Loir-et-Cher, 

arr. de Blois. Suaire, drap mortuaire pour envelopper les 

morts. Dérive du grec udôr, eau. 
SUBERCASE. — De Soublecause, commune des Hautes-Py- 
rénées, arr. de Tarbes. 
SUBTIL. — De Soustelle, commune du dép. du Gard, arr. 

d'Alais. Subtil, fin, délié, menu. 
SUGIERE. — De Sugères, commune du Puy-de-Dôme, arr. 

de Clermont. De suière, drap, linge qui sert à essuyer. 
SUIER. — De Suilly, commune du dép. de la Nièvre, arr. de 

Cosne. Suyer, sureau. 
SULIERE. — De Soulières, commune du dép. de la Marne, 

arr. de Châlons. 
SUIRE. — Suire, beau-père, belle-mère. 
SUISSE. — Commune du dép. de la Moselle. Suisse, portier, 

petit fromage blanc, qui appartient à la Suisse, espèce 

de petit animal rongeur. 
SULLY. — Communes des dép. du Calvados, de l'Oise, de 

Saône-et-Loire. De sullent, mouillé, souillé. 
SULTE. — Ville de la Haute-Alsace, dép. du Haut-Rhin, à 6 

lieues de Colmar. Suite, soulte, massue, bâton à grosse 

tête, partage d'héritage. 
SUPIOT. — De Supt, commune du Jura, arr. de Poligny. 

Suplot, engin pour la pêche. 
SURAULT, SUREAU.— De Sours, commune d'Eure-et-Loir, 

arr. de Chartres. Sureau, arbrisseau. 
SURET. — Sure, commune du dép. de l'Orne, arr. de Mor- 

tagne. Suret, un peu sûr. 
SURNOMMÉ. — De Surmont, commune du dép. du Doubs, 

arr. de Baume-les-Dames. Surnommé, nouveau nom 

ajouté à celui de famille ou de seigneurie. 
SUPERNON. — De superne, d'en haut. 
SURPRENANT. — De Surrain, commune du Calvados, arr. 

de Bayeux. Surprenant, ce qui donne de la surprise, 

beau, étonnant, extraordinaire. 

36 



[ 562 ] 

SURSON. — De sursoyer, surseoir. • 

SUSLIER. — V. Sulier. 

SUSTIERS. — V. Soutiers. 

SUYER. — De Suilly, commune du dép. de la Nièvre, arr. de 
Cosne. ' 

SUYERE. — De Sugères, commune du Puy-de-Dôme, arr. de 
Clermont-Ferrand. Suière, drap. 

SUZOR. — De Suzoy, commune du dép, de l'Oise, arr. de 
Compiègne. 

SYLVA. — V. Silva. Sylva, divertissement et jeu public des 
anciens Romains. 

SYLVAIN. — Commune du dép. de la Seine-Inférieure, can- 
ton de Saint-Valéry, arr. d'Yvetot. 

SYNAY. — V. Signay. 

SYRE. — De Syr, dans la Champagne. Syre, nom que les 
Perses donnent à Dieu. Syre, sire. 









® 



TABARIN. — Seigneurie du Condomois, érigée en 1700 pour 
Gallard. Tabarin, nom d'un charlatan français du XVIP 
siècle, qui prit ce nom à cause d'un petit manteau qu'il 
portait appelé tabart. 

TABARY. — De Tamaris, lieu du dép. du Gard, dans la com. 
mune d'Alais. Tabary vient de tabart, habit long, man 
teau, surtout, cape, cotte d'arme des hérauts. 

TABEAU. — De Taybosc, commune du dép. du Gers, arr. de 



[ 563 ] 

Lectoure. Tabeau, dim. de tabe, qui dérive de tabès, con- 
somption. 

TABOUREAU. — De Sabarros, commune des Ilautes-Pyré- 
nées, arr. de Bagnères-de-Bigorre. Tabonreau, tabouret, 
petit siège à quatre pieds, sans bras ni dossier. Dim. de 
tabour, tambour. 

TACHÉ. — De Tauché, lieu dans le dép. des Deux-Sèvres, 
commune de Sainte-Blandine. On peut faire dériver ce 
nom de tacher, tromper, ou du latin satagere, choisir. 

TACHET. — De Tanchet, lieu du dép. d'Ille-et-Vilaine, dans 
la commune de Lublé. Tachet, petite tache. 

TACHO. — De la Tache, commune du dép. de la Charente, 
ar. de Rulïec. De tache, agrafe, clou, plaque de pierre. 

TACONNET. — De Tacoignières, commune du dép. de Seine- 
et-Oise, arr. de Rambouillet. Taconnet, dim. de tacon, 
martinet garni de lanières de cuir, pièce à un vêtement. 

TAILHANDIER. — D 'Alland 'huy, commune du dép. des 
Ardennes, arr. de Vouziers. Taillandier, ouvrier qui fait 
les ouvrages de taillanderie, de fer, les ferrements, tail- 
leur. 

TAILLARD. — De Tailhac, commune de la Haute-Loire, arr. 
de Brioude. De taillaire, celui qui perçoit la taille. 

TAILLEFER. — Lieu dans le Morbihan, commune du Palais. 
Taillefer, qui tranche le fer, coupe- jarret. 

TAILLET. — De Taillet, commune des Pyrénées-Orientales, 
canton et arr. de Céret. Taillette, morceau de bois, sorte 
de jeu. 

TAILLEUR. — De Taller, commune du dép. des Landes, arr. 
de Dax. Tailleur, imagier, sculpteur, vigneron, émon- 
deur, marchand au détail. 

TAILLON. — De Tagnon, commune du dép. des Ardennes, 
arr. de Rethel. Taillon, seconde taille ou imposition 
faite à la manière de la taille, imposée en 1549 par Henri 
II pour l'entretien des gens de guerre, couteau à tran- 
cher, morceau, tranche, supplément à la taille ou grande 
crue, petite contribution, aspérité à une lime. 



[ 564 ] 

TAJEOT. — D'Ajat, commune du dép de la Dordogne, arr. 

de Périgueux. 
TÂLBOT. — Nom d 'origine anglaise, mais francisé. Talbot, 

chien de Saint-Hubert, noir de la marmite. Tallebotte, 

corruption de caillebotte, caillot. Dérive de tuba, dans 

le patois de l'Isère, ou de tala, en provençal, qui tous 

deux signifient tache, défaut. 
TALLARD. — Commune de Hautes-Alpes, arr. de Gap. Le 

tallar est, dans une galère, l'espace qu'il y a depuis le 

coursier jusqu'à l'apostis, et où se mettent les escomes. 

Talart, endroit élevé en talus. Dérive du grec thalléin, 

pousser, germer. 
TALON. — Commune du dép. de la Nièvre, arr. de Clamecy. 

Talon, pied d'une forteresse, partie d'un gouvernail. 
TALPE. — D'Alpucch, commune du dép. de l'Aveyron, arr. 

d'Espalion. Dérive de talpa, taupe, loupe plate sur la 

tête. 
TALUA. — Du Talouan, lieu du dép. de l'Yonne, dans la 

commune de Villeneuve-sur- Yonne. De talus, coup, gor- 
gée, ou de taluer, en talus. 
TALUSIER. — De Taluyers, commune du dép. du Rhône, 

canton de Mornant. Dérive du latin talutum, bâton. 
TANCHO. — De Tanches, seigneurie de Normandie, érigée 

en 1594 pour Erard. 
TANCRET. — D'Ancretteville, commune de la Seine-Infé- 
rieure, arr. d'Yvetot. Tancret, vient de tanque, étançon. 
TANGUA Y. — De Tannay, communes des dép. de la Nièvre 

et des Ardennes. Mot composé de tan, terre, pays, feu, 

chêne, et de guai ou gai. 
TANEGUI. — De Tangy, seigneurie de Normandie, érigée en 

1463. Tannegui, nom d'homme. 
TANON. — De Tancon, commune du dép. de Saône-et-Loire, 

arr. de Charolles. 
TANSWELL. — De Tanavelle, commune du dép. du Cantal, 

arr. de Saint-Flour. 
TANTOIN. — De Tantonville, commune de la Meurthe, arr. 



[ 565 ] 

de Nancy. Tintouin, tintement d'oreilles, embarras, 

troublé. 
TAPHORIN. — De Sémaphore, lieu du dép. de la Gironde, 

dans la commune de la Teste-de-Buch. Vient de taphorée, 

barque à transporter les chevaux. 
TAPIN. — D'Aspin, commune du dép. des Hautes-Pyrénées, 

arr. de Bagnères. Tapin, tapinois, fourbe, couvert d'un 

manteau, tache, plaque, caché et déguisé. 
TARA. — D'Arras, ville du Pas-de-Calais. Tara, tamarin qui 

porte un haricot résineux dont la gousse et le grain sec, 

piles et mis en infusion, font une excellente encre. 
TARBEL. — De Tarabel, commune du dép. de la Haute-Ga- 
ronne, arr. de Villefranche. Taravelle, tarière, outil de 

vigneron. 
TARDIF, TARDY. — De Tarzy, commune des Ardeunes, 

arr. de Rocroi. Tardif, qui vient tard, lent, limaçon. 
TARDIVEL. — De Tautavel, commune des Pyrénées-Orien- 
tales, arr. de Perpignan. Tardivel, tardiveau, animal ou 

plante qui se développe tard. 
TAREAU. — De Tharaux, commune du dép. du Gard, arr. 

d'Alais. Taraut, tarot, carte dont le dos est marqué de 

compartiments ou grisailles. 
TARIEU, TARRIEU.— De Tauriac, commune de la Gironde, 

arr. de Blaye. De tarier, tarir. 
TARRENOIRE. — De Terrenoire, commune du dép. de la 

Loire, ar. de Saint-Etienne. Tornoire, objet d'art ciselé, 

rouleau de pâtissiers. 
TARTAS. — Commune du dép. des Landes, arr. de Saint- 

Sever. 
TARTE. — De Tart, commune de la Côte-d'Or, arr. de Dijon. 

Tarte, pâtisserie, monnaie, faux, mauvais, de mauvais 

augure comme emblème de duperie et d'embarras. Vient 

de trade, morceau de pâte étendue. 
TARTRE. — Commune du dép. de Saône-et-Loire, arr. de 

Louhans. Tartre, gravelle des tonneaux, tarte, tertre, 

lierge, rive. 



[ 566r ] 

TASCHEREAU. — De Tasques, commune du dép. du Gers, 
arr. de Mirande. Taschereau, dim. de tasche, corvée, 
imposition. 

TASSE. — Commune du dép. de la Sarthe, arr. de La Flèche. 
Tassé, bâtiment qui a pris sa charge, dans toute ou par- 
tie de son étendue. 

TASTET. — D'Athée, commune de la Mayenne, arr. de Châ- 
teau-Gontier. Tastet vient de taste, sonde. 

TATOU. — D'Authou, commune du dép. de l'Eure, arr. de 
Pont-Audemer. Tatou, appel des soldats pour les ca- 
sernes, à la tombée du jour, animal du Brésil. 

TAUPIED. — De Taillepied, commune du dép. de la Manche, 
arr. de Valognes. Taupier, preneur de taupes. 

TAUREL. — D 'Aurel, commune du dép. de Vaucluse, arr. de 
Carpentras. Taurel, dim. de taure, jeune vache. 

TAURET. — De Taurette, communes des Alpes-Maritimes, de 
la Drôme et de la Loire. 

TAUXIER. — De Tauxières, commune du dép. de la Marne, 
arr. de Reims. 

TAVERNIER. — De Taverny, commune du dép. de Seine-et- 
Oise, arr. de Pontoise. Tavernier, qui tient une taverne, 
qui la fréquente, homme de cabaret. 

TAYCHATEN. — De Teyjat, commune du dép. de la Dor- 
dogne, arr. de Nontron. 

TECHENAY